Skip to main content

Full text of "Études critiques sur l'abbaye de Saint-Wandrille"

See other formats




■ 


1 


1 













Digitized by the Internet Archive 

in 2011 with funding from 

University of Toronto 



http://www.archive.org/details/tudescritiquesOOIotf 



ETUDES CRITIQUES 

SUR 

L'ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 



DU MEME AUTEUR 
A LA MKMK LIBRAIRIE 



Les derniers Carolingiens : Lolhaire, — Louis V, — Charles de Lor- 
raine (954-991). Avec une préface de A. Giry, 1891, <;r. in-8. 

13 fr. 

Études sur le règne de Hugues Capet et la lin du x*' siècle. 1904, gr. in-8 

avec une planche '20 fr. 

Ouvrage couronné par rinsfiluf, Prix (rohorl . 

— Fidèles ou vassaux? Essai sur la nature juridique du lien qui unis- 
sait les grands vassaux à la royauté depuis le milieu du ix^ jus- 
qu'à la lin du xn*' siècle. 1904, in-8 7 fr. 

— Mélanges d'histoire bretonne ivi'^-xi'^ siècles). 1907, in-8. . . 15 fr. 

— L'origine de Thibaud le Tricheur, suivi d'une réponse à M. l'abbé 
Pétel sur Aleran II, comte de Troyes. 1907, in-8 2 fr. 

— Diplômes d'études et Dissertations inaugurales. h]tude de statistique 
comparée. 1910, in-8 1 fr. 50 

— En collaboration avec Louis Halphen. Annales de l'Histoire de 
France à l'époque carolingienne. Le règne de Charles le Chauve 

(809-877). V' partie (840-851 . 1909, in-8 8 fr. 50 

Couronné par V Académie des Inscriptions. 



BIBLIOTHEQUE 



DE L'ECOLE 



DBS HAUTES ÉTUDES 

PUBLlÉli; sous LES AUSPICES 

DU MINISTÈRK DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE 



SCIKNCES HISTOHIQUKS KT PHILOLOGIQUES 



DEUX CENT QUATRIEME FASCICULE 
ÉTUDES CRITIQUES SUR L'ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

i> An 

Ferdinand LOT 

DIRECTEIR ADJOINT A LKCOLK l'MATigrF, DUS HAÏ^TKS ETUDES 




V A H 1 S 

LlBIiAlRIE ANCIENNE HONORE CHAMPION 
EDOUARD CHAMPION 

.■'( , <ilT A I M A L A(JIT \ IS 

1913 

l'ous droits résffrvës. 



J 



ETUDES CRITIQUES 



SUR 



L'ABBAYE DE SAINT -WANDRILLE 



PAK 



Ferdinand LOT 



DIKKCTKIH AIUUINT A I, ECOM". l'HATIglE DES HAUTES ETUDES 



AVKC 9 PIIOTdTVI'lKS IIOKS TKXTE 




PARIS 

LIBRAIRIE ANCIENNE HONORÉ CHAMPION 

p" D O U A R D C II A M P I O N 

5, QUAI JMALAQUAIS 

1013 

Tous droits réserves 
Cet ouvrage forme le 204« fascicule de la Bibliothèque de l'École des Hautes Etudes. 



AVERÏISSEMENT 



Le présent volume n'a pas la prëLenlion d'épuiser This- 
toire de l'abbaye de Sainl-W andrille, même pour la période 
la plus ancienne de son existence. C'est simplement une 
réunion de mémoires sortis, en partie, d'une de nos confé- 
rences de Tannée scolaire 1907-08'. On a jugé intéressant, 
et même indispensable, d'y joindre une analyse et une 
édition des actes les plus anciens concernant cet illustre 
monastère. Mais la publication, projetée depuis longtemps, 
du Cartulaire de V Abbaye par les anciens bénédictins de 
Saint-Wandrille, aujourd'hui installés à Dongelberg^, rendait 
inutile de poursuivre cette publication au delà du xii" siècle. 
On n'a même pas estimé qu'il fût nécessaire de donner 
autre chose qu'un choix pour la seconde moitié de ce siècle. 

Il nous reste pour terminer cet avant-propos l'agréable 
devoir de remercier les personnes qui ont bien voulu copier 
ou coUationner pour nous des pièces aux Archives départe- 
mentales de la Seine-Inférieure, MM. J. \ ernier, archiviste 
de ce dépôt, H. Labrosse, G. Ritter et Le Saunier, biblio- 
thécaires ou anciens bibliothécaires à la bibliothèque muni- 
cipale de Rouen. 

Ferdinand Lot. 



1. Voy. V Annuaire de 1908-09, p. 63. 

2. Par Incourt, Belgicjue. 



I 



SUR LA DATE DE FONDATION DE L ABBAYE 
DE SAINT-WANDRILLE 

Les Gesia ahhatiun Fontanellensiuin nous donnent des détails 
circonstanciés sur la fondation de Tabbaye de Fontenelle par le 
saint qui devait lui donner son nom, Wandrille. L'auteur com- 
mence par nous rapporter que le saint construisit le monastère 
avec son neveu Gond (Godonc) à l'instigation de saint Ouen, 
archevêque de Rouen, et grâce à la largesse du maire du palais 
Erchinoald, qui lui fait don du terrain ^ 

C'est sous le règne de Glovis II que le « patrice » vendit à 
Gond pour y construire un monastère, la propriété Bothmariacas 
qu'il venait d'acheter à un certain Rothmarus -. 

Vient ensuite une description de la contrée où est situé le 
monastère, description empruntée à celle que Bède fait de l'île 
de Wight •^. L'emplacement de la future abbaye était couvert de 
broussailles et de marécages et ne pouvait être habité que par 
des brigands et des bêtes sauvages. Wandrille et son neveu Gond 
entreprennent de défricher ce lieu que leur a concédé le 
(( patrice » et d'y bâtir un monastère. L'œuvre est commencée 
l'an de l'Incarnation 645^, le 1®'" mars, indiction 3 ^, 11^ année de 
Glovis II, 1'^ année du pape Martin III, 4*^ année '^ de l'empereur 
Constantin III. 

1. Gesta abb. Font., éd. S. Loewenfeld [Monumenta Germaniae, in usum 
scholar u ni), Hannowevixe, 1886, 111-8°, chap. i, § 4, p. 13. 

2. Ibid., chap. i, ^5, p. 13. 

3. Historia Anglorum, 1. IV, c. 16 et 23. 

4. La fin de la date (XLV) est écrite sur un grattage dans le ms. du 
Havre utilisé par Loewenfeld, mais il n'importe : le ms, de Bruxelles qui, 
nous le montrerons, représente une tradition préférable, porte la même 
date, en lettres : « sexcentesimo quadragesimo quinto. » 

5. Le ms. du Havre ajoute « aevo tertio », qui n'a pas de sens, et ne se 
trouve pas dans le ms, de Bruxelles. 

6. Le ms. de Bruxelles porte : « annollll », le ms. du Havre : « anno X ». 
Ce dernier chiffre est à rejeter : l'auteur des Gesta, s'imaginant que l'acte 

De 
20/ 

l8% 



IV L ABBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

Suivent la description destrois églises construites par Wandrille 
en l'honneur de saint Pierre, de saint Paul, de saint Laurent, le 
récit du voyage à Rome de Gond, qui obtient quantité de reliques 
du pape Vitalien ^ et de la consécration des églises par le métropo- 
litain de Rouen ^. Wandrille et Dadon (Ouen) sont liés d'une étroite 
amitié. On montre dans une chambre [destina) voisine de l'église 
de Saint-Amand de Rodez les lits où ces saints personnages, 
ainsi que Philibert de Jumièges, avaient coutume de se reposer 
après leurs entretiens spirituels. Cette petite église est située à 
1 .600 pas au sud de Fontenelle. Elle avait été construite par Wan- 
drille lorsque le diacre et moine Sindard eut rapporté de Rodez 
le corps de saint Amand ^. 

L'auteur juge alors à propos de revenir sur l'histoire du domaine 
qui vit naître l'illustre abbaye. Il appartint à un certain Rot- 
marus qui l'avait obtenu du roi Dagobert. L'acte royal conservé 
dans les archives [in scrinlis) du monastère, est daté de Gom- 
piègne, an 15 de ce roi, du 4 mars. Il porte que Rotmarus a défri- 
ché le lieu Rothmariacensis ^ avec la permission du roi et l'a 
rendu habitable ; il a aussi reconstruit le moulin sur la Fontenelle 
que Pincurie des habitants avait jadis laissé tomber en ruines. 
A la mort de Dagobert •', Rotmarus obtint de Glovis II, son 

de fondation est de 641), a voulu évidemment le faire coïncider avec la 
4*' année de Constant II (641-068j, (ju'il confond avec Constantin III. 
i. 657-672. 

2. Chap. I, § 7, éd. Loewenfeld, p. 15. 

3. Chap. i,§ 1, p. 15-16. 

4. Le ms. de Bruxelles et le ms. du Havre (cf. Vacandard, Vie de saint 
Ouen, p. 166, note 1) sont d'accord pour donner Bothniariacensis. Il semble 
cependant évident que le nom de la localité est dérivé de celui du con- 
cessionnaire, Rotmarus. 

5. « Defuncto autem Dagoberto rege, post annos decem et novem, idem 
Rolhmarus Clodoveum regem iuvenculum, filium supradicti principisadiit » 
etc. (p. 16). Ce passage ne peut signifier que Rothmarus obtient une con- 
firmation de Clovis II, dix-neuf années après la mort de Dagobert, puisque, 
quelques lignes plus bas, Fauteur rapporte le diplôme de Clovis II à la pre- 
mière année de son règne. Il faut opérer une correction. Il faut, ou bien 
changer annos en clies et dire que le diplôme de Clovis II, qui est du 
4 février, est de 19 jours postérieur à la mort de Dagobert, ce qui n'est 
qu'à peu près exact (Dagobert étant mort le 19 janvier il n'y a que 
16 jours, et non 19, jusqu'au 4 février), ou bien croire qu'un mot tel que 
regni est omis après post annos : l'auteur attribuerait 19 années de règne à 
Dagobert, ce qui n'est pas non plus exact, Dagobert n'ayant commencé 



DATE DE FONDATION DE L ABBAYE V 

fîls, et de la reine Nanthilde, une confirmation de Tacteprécédent. 
Elle porte le nom du référendaire Radon. Elle est datée du palais 
de Nanteuil, 4 février, Tan premier du règne de Glovis II. Elle 
est adressée à Teutgislus « domestique » et g-arde des forêts et 
villas royales, ainsi qu à Rodulphus^ comte de Roumois, en 
sorte que Rothmarus puisse avoir la paisible possession desdits 
biens. Le diplôme est conservé au monastère. 

Rothmarus ne laissa à sa mort qu'un lils en bas âge, Airam- 
nus '. Le maire du palais Erchinoald Ht alors un échange avec ce 
dernier. Il se fit céder le domaine en question moyennant des 
biens sis dans le Vexin, pays d'origine de Rothmarus ; on ne se 
rappelle plus le nom de ces biens. 

Ensuite, Wandrille et son neveu Gond achetèrent au susdit 
« patrice » eadem locella, Fan 11 de Clovis II, indiction... {sic), 
au palais de Compiègne. L'année suivante, on demanda et on 
obtint l'approbation royale présentée à ces pères par le référen- 
daire Radon. Elle est datée du palais de Compiègne, an 12 du 
susdit roi, et du 1^'' mars, c( jour où les peuples des Francs 
avaient coutume de se réunir annuellement au champ de Mars, 
comme chacun sait - ». 

On a déjà observé que, dans les Gesta, les années de l'Incar- 
nation et autres données chronologiques n'ont aucune valeur -^ 
L'auteur s'est cru en mesure de préciser la date des textes qu'il 
utilisait. Malheureusement ses supputations sont presque cons- 
tamment erronées. Il n'y a à tenir compte, pour les actes méro- 



son règne (en Aiisirasie) qu'en 623. En réalité, l'auteur n'avait aucune 
donnée chronologique assurée sur le règne de Dagobert. Ne met-il pas(ms. 
de Bruxelles) la donation de ce roi à Rotraarus Irente ans avant l'arrivée de 
Wandrille à Fontenelle ! 

1. Le ms. de Bruxelles porte A?nantius par distraction ; à la ligne sui- 
vante on lit « a predicto Airamno ». 

2. Chap. I, § 8, p. 16-17. J'utilise le texte du ms. de Bruxelles que 
Loewenfeld rejette en note, mais à tort, comme on le verra (fasc. II). 
Le texte du ms. du Havre est abrégé, si bien que le nom de Godo est ici 
omis et f[ue l'acte d'achat et la confirmation royale, postérieure d'un an 
(selon l'auteur), semblent ne former qu'une seule pièce. 

3. Voy. Th. Sickel, Acta regain et iniperalorum Karolinorum, t. II, 
p. 368 ; — OElsner, Jahrhûcher d. D. Reichs... Pippin, p. 24, note 3 ; — 
S. Loewenfeld, p. 10 de son édition; — abbé Vacandard, Thierry, III et la 
chronologie des moines de Fontenelle dans la Revue des Questions hiato- 



VI L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

vingiens qu'il analyse, que de l'an du règne et du jour. Ces 
réserves faites, M. l'abbé Vacandard avait cru pouvoir dater la 
fondation de l'abbaye ' du l^^" mars 6i9, et fixer au 1^^' mars 
suivant la confirmation par le roi Glovis II des arrangements pas- 
sés entre Wandrille, Gond et Erchinoald ''. 

Mais, si l'on en croyait M. Bruno Krusch '^ il n'y aurait rien 
à tirer des Gesta au sujet des premiers temps de l'abbaj^e de 
Saint- Wandrille. L'auteur des Gesta est en contradiction avec 
la Vit a }Vandregisili mérovingienne (.4) et avec lui-même. 

Avec lui-même : 

En effet, aux J^ 4 et (i du chap. i, il rapporte que le terrain oîi 
s'est élevé le monastère a été donné par Erchinoald à Wandrille 
et à Gond, au § 5 qu'il a été vendu au seul Gond. L'histoire du 
domaine Bothmariacensh , auquel il revient au §8, est en désaccord 
avec ce qui précède : « Nous apprenons qu'Airamnus, fîls de 
« Rothmarus, a cédé par voie d'échange cette propriété à Erchi- 
« noald, et que Wandrille l'a acquise de celui-ci sub titulo pretii 
« l'an 12 du roi Glovis, le jour des kalendes de mars, comjrcgatis 
(K Francoruni populis in canipo Martio. Un savant des plus com- 
« pétents a douté que cette charte ait été rédigée « aux Kalendes 
« de mars au champ de mars », ainsi qu'il est dit, et a conjecturé 
« justement, ce semble, que cette assertion dénote l'époque caro- 
« lingienne. Au chap. i, § o, c'est de Hothmarus et non d'Airam- 
« nus qu'Erchinoald obtient la propriété, c'est par vente et non 
(( par échange, et il la revend à Gond, non à Wandrille. Il est donc 
« clair que les chartes dont il est parlé au § 8 du chap. i n'étaient 
« pas alors dans les archives du monastère et que le début de ce 
« § 8 (sed quia de situ loci et adventu viri sancti aliqua tetigimus 

riques, année 1896, L l. p. 499-501 ; — Br. Krusch, Scrip. reruin Merov., 
t. V, 1910, p. 9-10. 

1. Entendez l'achat du terrain par \yandrille et Gond. M. l'abbé Vacan- 
dard (p.lôli) a l'air de placer la fondation de l'abbaye avant l'accord con- 
clu avec Erchinoald. Il n'y a là sans doute qu'une obscurité de rédaction. 
11 a tort d'invoquer la Vita B de Wandrille, texte sans valeur qui n'a 
d'autre base que les Gesta. 

2. E. Vacandard, Vie de saint Ouen, évèqiie de Rouen (Paris, 1902, in-8"), 
p. 165 et 166. — Le règne de Glovis II commence le 20 janvier 639. 

3. Voy. les importantes observations qu'il a mises en tête de son édition 
de la plus ancienne Vita Wandi^egiseli abhatis Fontallensis [Monumenla 
Germaniae historia, Scriptores reruin Merovingicaruni, t. V, 1910, p. 6\ 



DATE DE FONDATION DE L ABBAYE Vil 

« oportunum videtur ut qualis fuerit antiquitus locus cuiusve ante 
(1 accessum illuc servorum Ghristi possessio plenius intimemus) 
« révèle une addition. Justement à cet endroitil manque un certain 
(( nombre de choses concernant les faits et gestes de Wandrille, au 
« début du chap. i : a quot in eo (coenobio sanctus) fecerit, quo 
(( etiam tempore vel sub quibus principibus, agone expleto, g-lo- 
« riosissimam victoriam potentissimo Ghristi sub auxilio reporta- 
(( vit » ; c'est la seconde partie delà vie du saint qui fait défaut. » 

M. Krusch suppose que, quelques feuillets ayant disparu à 
cet endroit, où S. Lœwenfeld a eu le tort de nier qu'il y eût 
lacune i, on a inséré une interpolation dont les éléments ont été 
empruntés à des chartes qui ne sauraient être antérieures à 
l'époque caroling-ienne. Au dire de Y « interpolateur », le locus 
Bothmariacensis ou Roihniariacensls aurait été rendu habitable 
par Rothmarus avant de passer à Airamnus, à Erchinoald, enfin 
à Wandrille ; on avait même reconstruit un moulin. Rothmarus 
et le locus sont suspects : ils sont inconnus de la seconde Vita 
Wandregisili [B) et, pour le premier biographe (^), le saint a 
fondé son établissement in heremo. 

Les renseignements sur Erchinoald fournis par l'auteur des 
Gesta lui-même ne pourraient être retenus : la première Vita nous 
montre que Wandrille a construit son monastère sur la rivière 
Fontenelle « ex fisco quam adsumpsit recjali munere ", rensei- 
gnement confirmé par la seconde Vita Audoeni'K Sans valeur 
également la date de 645, an 11 ou 12 de Clovis, pour la fon- 
dation de l'abbaye, le récit de Gond à Rome, l'institution de la 
règle de saint Benoît par Wandrille (chap. x) et l'édification de 
la celle de saint Saturnin ^. La règle observée anciennement à 
Fontenelle doit être celle de Golumban, seule ou unie à la règle 
bénédictine. 

1. S. Loewenfeld, Ziir Kritik der Gesta abbatum Fontanelleiisium dans 
les Forschungen zur deutschen Geachichle, t. XXVI, 1886, p. 195 sq. 

2. Éd. Krusch, c. 14, p. 19. 

3. « Vuandregisilum quem olim idem venerabilis pontifex sacris ordini- 
bus decoraverat cuique ad monaslerium construendum locum qui dicitur 
Fontinella a rege Clodoueo impetrauerat » (cap. 27, Rolland., Acta Sanc- 
torum, Aug., t. IV, p. 815). 

4. Reproduisons le passage même des critiques de M, Krusch : « Neque 
ea quae de Erchinoaldo auctor Gestorum primarius rettulerat stare pos- 
sunt,cum fundum ex fisco a rege ipso Wandregiselus accepisset, ipsique 



vin L ABBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

Les observations qui précèdent ne laissent pas, au premier 
abord, de faire impression. A la réflexion elles ne m'ont pas 
convaincu et j'estime qu'on peut déterminer la date de fondation 
de l'abbaye de Fontenelle. 

Laissons d'abord de côté les remarques sur la règle de saint 
Benoît et celle de saint Saturnin ou même sur le voyage de 
Gond à Rome. Elles sont sans doute fondées, mais n'intéressent 
pas directement le petit problème qui nous occupe . 

Existe-t-il vraiment une lacune à la fin du chapitre pre- 
mier ? 

Loewenfeld a démontré que l'auteur des Gesta avait à dessein 
sauté par-dessus les trois premiers successeurs de Wandrille et 
commencé le chap. ii avec l'abbatiat du 5^ abbé, Bainus. Ce 
plan suffirait à expliquer qu'il est impossible que la fin du 
chap. premier n'ait pas l'air d'être tronquée. Il est très vrai qu'au 
début de ce même chapitre on annonce que, après un récit abrégé 
des origines du saint, de ses vertus et de la fondation de Fon- 
tenelle, on rapportera combien d'années il a vécu en ce monas- 
tère et en quel temps ou sous quels princes il a remporté la très 
glorieuse victoire, ses épreuves achevées. Il est très vrai que la 
seconde partie de ce programme (durée de l'abbatiat, mort du 
saint) ne figure pas dans les Gesta . Mais y a-t-elle jamais figuré, 
pouvait-elle y figurer ? L'auteur avait à sa disposition la pre- 
mière Vita à laquelle il renvoie. Dans celle-ci, après le récit de 
la fondation de Fontenelle (cap. 14), on ne trouve plus que bavar- 
dage édifiant, terminé par lobit (22 juin). Rien absolument ne 
permet de supputer, même approximativement, combien de temps 
Wandrille a gouverné Fontenelle, à quelle époque il est mort. 
Au contraire dans la Vita Lantherti on trouve tous ces rensei- 
gnements ^ Seulement, il entrait dans le plan de l'auteur des 

locum qui dicitur Fontinella a Chlodoueo reg-e dono datum esse etiani pos- 
terior Audoini biographus confirmavit. Ipsis kalendis martiisa. il ne 12 
Chlodouei régis, a. Ghr. n. 645 monasterium aedificari coeptum esse Gesta 
volunt multaque de Godonis itinere Romano addunt. Etiam ea quae in 
posterioribus capitibiis de Wandregiselo, occasione data allata sunt, vix 
melioris notae sunt, scilicet ab ipso regulam Benedicti institutam 
(cap. 10) eellamque Saturnini aedificatam esse » (cap. 16) [loc. cit.^ p. 6). 
1. Ed. Levison, Sc?'ipt. reriim Merov., t. V, p. 609. M. Kriisch [ibid., 
p. 9) n'attribue d'ailleurs aucune valeur aux données chronologiques de 
cette Vita LantberlL 



DATE DE FONDATION DE L ABBAYE IX 

Gesta de laisser de côté la Vita Lantberti, et aussi la Vita Ans- 
berti (3*' successeur de Wandrille) ainsi que Tabbatiat d'Hilde- 
bert (4*" successeur) '. 

Il en faut conclure, ce me semble, que l'auteur des Gesta 
n'a pas fait tout ce qu'il annonçait. Est-il le seul dans ce cas ? 
La rédaction des Gesta trahit trop d'incertitude de plan et de 
flottement pour que l'hypothèse d'une lacune s'impose. 

Les contradictions internes ou externes sont plus apparentes 
que réelles. 

a) Contradictions internes : 

1^ Tantôt Erchinoald donne, tantôt il vend le domaine. 

La différence au Moyen Ag-e n'a pas la netteté qu'elle aurait 
de nos jours. 11 n'y a pas entre les contrats une délimitation 
rigoureuse. La donation est exprimée par les termes largiente 
(I, 4), indultum (1, 6). En consentant à se dessaisir de son 
domaine, Erchinoald fait une « largesse», car s'il le vend c'est 
déjà une concession, et puis il vend sans doute au-dessous de sa 
valeur. 

2« Ici (I, 5) Erchinoald achète à Rothmarus, là (I, 8) il fait 
un échange avec Airamnus, fils de Rothmarus. 

Nous sommes en présence d'une négligence de rédaction. 
L'auteur n'avait pas l'intention d'abord de donner un historique 
détaillé du domaine sur lequel s'est élevé le monastère ; au 
§ 5, il se contenta de dire que Wandrille et Gond son neveu, le 
tenaient d'Erchinoald qui, lui-même, le tenait de Rothmarus. 
Puis, à la fin du chap. i, au § 8, il ne peut résister à la tentation 
d'utiliser les chartes qu'il a sous la main et il rectifie le schéma 
précédent. C'est par un échange, et non une vente -^ qu'Erchi- 
noald a acquis le domaine et il a traité, non pas avec Rothma- 
rus, qui venait de mourir, mais avec l'enfant que celui-ci laissait, 
Airamnus. 

3^ On pourrait aussi faire état de ce que, aux § 4, 5, 6, on voit 
Erchinoald traiter soit avec Gond seul (§ 5, 6), soit avec Gond et 



1. Les abbatiats de Trasarius et d'Einhard, qui se placent entre 80G et 
824, ne sont, non plus, l'objet d'aucune notice particulière. 

2. La différence des contrats commence à s'effacera cette époque bar- 
bare. On trouve rarement la vente pure ou la donation pure. De plus en 
plus vente et donation se confondent avec l'échange. 



X L ABBAVE DE SAINT- WANDRÎLLE 

Wandrille (§ 4), alors qu'au § 8 il n'est question que de ^\ an- 
drille. Mais cela tient à ce que le ms. du Havre dont s'est servi 
S. Lœwenfeld présente un texte trop condensé : le ms. de 
Bruxelles joint au nom de Wandrille celui du « venerabilis vir 
Godo ». 

b) Contradictions externes : 

1*^ Le § 8 du chap. i des Gesta nous raconte, d'après un 
diplôme, ou soi-disant tel, de Dagobert, que Rothmarus a 
défriché le locus Rothmariacensis^ et a relevé un moulin. Le lieu 
où s'établit l'abbaye n'était donc plus un désert. La Vita A^ 
très ancienne, nous dit, au contraire, qu'elle fut fondée in heremo 
et les Gesta eux-mêmes nous montrent au § 5 du chap. i, Wan- 
drille et Gond défrichant ce terrain rempli d'épines, entouré de 
marécage, ne pouvant servir d'habitation qu'aux bêtes sauvages 
et aux brigands. 

La contradiction est manifeste, mais elle n'a aucune portée. 
L'expression in Jierenio de la Vita A est pour ainsi dire de 
stvle. La description du § 5 n'est qu'un exercice de style, sans 
valeur historique aucune ^ . Groira-t-on qu'à l'époque méro- 
vingienne les rives de la Seine étaient réellement couvertes de 
forêts vierges où l'homme n'osait se hasarder ? 

2*^ La Vita A, dont le témoignage est confirmé par celui de la 
Vita Audocni B, montre que le monastère a été fondé sur une 
terre du fisc par un précepte royal et non sur un terrain acheté 
au maire du palais Erchinoald. 

Laissons de côté la Vita Audocni B, sans valeur en l'espèce ~. 
En quoi le témoignage de la Vita A contredit-il les Gesta ? 11 
n'entre pas dans le plan de la Vita de faire l'histoire du domaine 
sur lequel s'est bâti le monastère. Elle se contente de rappeler 
le diplôme royal qui a ratifié l'accord entre Wandrille, Gond et 
Erchinoald ^. Ce diplôme était nécessaire parce que le domaine 



1. L'auteur des Gesta vise à l'effet, non à l'exactitude. On a vu plus haut 
que, se sentant impuissant à dépeindre la contrée où s'élevait son monas- 
tère, il a pris le parti très simple de copier la description de l'ile de 
Wight par Bède. 

2. Voy. Krusch et Le vison, op. cit., p. 9 et 548-9. 

3. Le texte du ms.du Havre est trop concis . il semblerait que l'acte du 
!*'•■ mars, an 12 du règne, fût identique à la convention entre ces person- 



DATE DE FONDATION DE L ABBAYE XI 

avait appartenu au fisc. Le roi s'en était dessaisi, mais Ton sait 
le peu de solidité des concessions des rois Mérovingiens : la 
donation y était considérée comme personnelle au donataire ^. 
Obtenir l'approbation du souverain était une précaution utile, 
sans doute même indispensable. 

Somme toute, il ne nous apparaît pas que les antinomies 
internes ou externes relevées plus haut soient irréductibles. 

Admettons, cependant, pour un instant qu'elles le soient. Il s'en 
suivrait la conséquence que voici. Au ix'^ siècle, sous le règne de 
Louis le Pieux, il s'est trouvé un ou plusieurs moines de l'abbaye 
de Saint- Wandrille - qui ont inventé un historique compliqué du 
domaine où s'élevait leur établissement. Le monastère était de fon- 
dation roj^ale, ce qui présentait pour lui plus d'un avantage. Ils 
ont préféré imaginer qu'il devait son origine à une vente ou dona- 
tion du maire du palais Erchinoald qui, lui-même, tenait le ter- 
rain d'Airamnus, fils de Rothmarus. Soit ! Seulement on en 
concluera que ce ou ces moines de Saint- Wandrille étaient des 
fantaisistes déconcertants. 

Ne serait-il pas plus prudent d'accepter les données des 
GestsL abbatuin ? Elles ne sont pas très cohérentes. Mais, on l'a 
vu, elles ne renferment pas de contradictions fondamentales. 
Une seule chose me surprend, c'est que l'acte de vente d' Er- 
chinoald à Gond et la confirmation royale soient, à un an d'in- 
tervalle, exactement du même jour, l^'' mars. Cette coïncidence 
a sans doute frappé l'auteur des Gesta tout le premier. 11 s'est 
rappelé avoir lu qu'au 1*"*' mars avait lieu l'assemblée générale 
du peuple franc et il a ajouté à son analyse : « congregatis Fran- 
corum populis in campo martio, ubi omnibus annis convenie- 
bant, veluti omnibus notum est » (I, 8). Seulement, il ignorait 
qu'au vil® siècle les « champs de mars » avaient cessé -^ 

nages. Le texte du ms. de Bruxelles montre que cet acte est la confirma- 
tion royale. 

1. Yoy.Bvunner, Die Landschenkungen der Merowinger (Sitzujigsberichfe 
d. Berlin. Akad.. année 1885, p. 1175). 

2. Le système de M. Krusch en nécessiterait plusieurs : 1° 1' « interpola- 
teur », 2° Fauteur des Geafa, 3° l'auteur des fausses chartes de Rothmarus, 
utilisées par celui-ci, ou l'interpolateur. 

3. Voy. Waitz, Deufache Verfaasungscfeschichte, 3« éd., t. II, oart. 2, 
p. 228. 



XII L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

Cette addition est donc aussi malheureuse que la série de syn- 
chrouismes dont il fait suivre le récit de la fondation de l'ab- 
baye •. Mais ces erreurs mêmes ne prouvent-elles pas sa bonne 
foi ? Ne prouvent-elles pas qu'il avait sous les yeux des actes 
déposés, comme il le dit, dans les archives de son monastère '-? 
L'acte de vente est du 1^'" mars, 11^ année de Clovis II, le 
diplôme de celui-ci est du 1'''" mars, 12"' année. Il se pourrait 
cependant que ces deux actes fussent de la même année aussi 
bien que du même jour : il sufHrait que, sur l'original, un trait du 
chiffre XII eût été effacé pour que l'auteur des Gesta eût lu XI. 
La conclusion de la vente et la ratification royale seraient donc du 
même jour : l*"'" mars 650. 

On peut rejeter cette hypothèse, mais il ne me semble pas 
qu'on soit en droit de rejeter l'existence de ces actes. En utilisant 
la date du jour et l'année du règ-ne de Clovis II, on peut placer 
la fondation de l'abbaye de Fontenelle par Wandrille et Gond 
au i^'" mars 649 ou 650. 

1. Ghap. I, § 6. La date qu'il adopte pour la fondation de l'abbaye ne 
peut être que celle de Tacte de vente d'Erchinoald. 

2. Il a lu dans l'acte royal le nom du référendaire Rado. 



Il 

LA FORTUNE TERRITORIALE DE L^ABBAYE A LA FIN DE l'ÉPOQUK 

MÉROVINGIENNE 

Trois quarts de siècle après sa construction l'abbaje de Fonte- 
nelle avait atteint l'apogée de sa fortune territoriale. Les dons 
n'avaient cessé d'affluer et d'enrichir la fondation de Wandrille 
et de Gond. Au dire de la Vita Ansberti, les chartes de donation 
s'élevaient à mille sous le troisième abbé Lambert : « Cuius[Lant- 
berti) doctrina et exorlationlbus plurimi corroborati munitique, 
ad conversionis festinantes (jratiani, plurima deferebant dona in 
speciebiis diversis pretiosorurn metallorum, sed et possessionum 
praedia nonnulla in diversis sita territoriis ; quae ciincla curio- 
sus lector, inspectis testanientis seu laryitionibus corundum fide- 
liiun facile repperiet. Quae etiam, ut multis liquida patet inulti- 
niodani niillenarii numcri effecerunt suninianiK » Mais l'auteur de 
cette assertion écrivait au dél)ut du ix'' siècle 'et exagérait certai- 
nement. Les Gesta abbatuni Fontanellensium dont le but, ou l'un 
des buts, est de conserver la trace des donations anciennes 
faites à l'abbaye, ne donnent l'analyse que d'une cinquantaine 
d'actes antérieurs à l'abbatiatdu « mauvais recteur», Teutsindus 
(734-7 i3), sous lequel la fortune du monastère commença à 
décliner. A cet instant on constate, en effet, à une ou deux 
exceptions près, un arrêt dans les donations. C'est à ce moment 
qu'il faut se placer pour examiner la fortune territoriale de l'ab- 
baye lors de la plus brillante période de son histoire. 

L'abbaye possédait : 

1" En Roumois [pagus Rotomagensis) l'emplacement du 
monastère même de Fontinella ou Fontanella, dit Bothmeregias\ 
dans la forêt de Jumièges'', avec une partie de cette forêt et des 
droits atférents ^ 

1. Mon. Genn., Script, rer. Merov., t. X, p. 627. 

2. Ibid., p. 615. 

3. Voy. notre Catalogue des actes perdus, n» 1-5. Le diplôme de Charles 
le Chauve mentionne encore le marisionile Bothmeregias cum siha sua et 
aussi un m. Leuthogegias peut-être voisin du précédent. 

4. Ce nom s'étendait à Lout le territoire boisé qui suivait la rive droite 
de la Seine en aval de Rouen. 

5. N» 7. 



XIV L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

On ne sait pas l'étendue exacte du domaine Bothnieregias '. Le 
nom du domaine qui a fini à l'époque moderne par accoler son 
nom à celui de l'antique abbaye, Rançon, figure déjà dans la 
Constitiitlo Ansegisi sous la forme Bosentione -. 

Tout près du monastère, au milieu de la Seine, l'île Belcin- 
naca, alors boisée et giboyeuse-^. Elle disparut sous le fleuve à 
plusieurs reprises au xiv*^ siècle et enfin au xvii^' siècle ^. 

Sur la rive g'auche un quart de la forêt -^ qui bordait le fleuve, 
forêt qui perdit plus tard son nom celtique d'Arelauniun '• pour 
prendre celui de « Brotonne ». 

Pour unir ses domaines de la rive droite et de la rive g^auche 
de la Seine le monastère avait sans doute un port sur le fleuve^. 

Dans le Roumois le monastère n'avait pas de grandes posses- 
sions. On peut citer Bizay^, dans la partie du pagus s'étendant 
sur la rive gauche, et, sur la rive droite, Rebets'-^. 

On ne sait si dès cette époque l'abbaye possédait déjà un 
manse à Fontaines et un emplacement [ar^ea] au chef-lieu du 
pagus, à Rouen ^^\ 

2« Gaux. 

Les domaines y étaient plus nombreux. Citons d'abord Senne- 

1. Elle était peu considérable : la Consiituiio Ansegisi (§ 25) le qualifie 
mansionile. 

2. IbicL, ^ 10, 13,21. 

3. N«« 10, 11, 12. 

4. Voy. Tougard, (réogr. de la Seine-Inférieure, p. 121. 

5. N° 21, 50. 

6. Arelaunum. Cf. Holder, Altceltischer Sprachschalz, s. v. 

7. Ce port n'est attesté cependant que par le diplôme de Charles le 
Chauve et il faut remarquer que le petit monastère de Logium sur la Seine 
barrait aux religieux de Fontenelle l'accès du fleuve. Au x« siècle ils étaient 
maîtres des abords du fleuve. Cf. plus loin, p. xliv. 

8. N° 18 : Bisaguni quod est in pago Rotomagensi ne peut être que l'un 
des deux hameaux de Bizay (Eure), à 4 et 5 kil. de la Croix-Saint-Leufroy, 
donc à la limite duMérezais, dont la Croix-Saint-Leufroy faisait partie (Lon- 
gnon, Atlas, p. 99). 

9. N° 57. D'après l'ordre de l'énumération il semble que Roshatium, 
dont la situation n'est pas déterminée, doive être identifié à Rebets dans la 
Seine-Inférieure (arr. Rouen, cant. Buchy) plutôt qu'à Rebetz dans l'Oise 
(com. de Chaumont-en-Vexin) . 

10. Ces biens ne sont attestés, en effet, que par le diplôme de Charles le 
Chauve. Dans cet acte il semble qu'on doive identifier Fontanae à P^on- 
taines, arr. Rouen, cant. Duclair, com. Ilénouville. 



FORTUNE TERRITORIALE DE L ARBAYE XV 

ville et Mauronti's cistej^na^ ; puis Goderville, Luneray, Tauna- 
cum, Fiolinas, Gressus^ Dun'. Sur la Saâne, ou près de cette 
rivière, une série de localités, dont Brachy presque seule peut être 
identifiée, car on ne retrouve pas Moriacum ^ située sur ce cours 
d'eau % Aolciacum'\ non plus que Vitriacus super fluvio Duno^. 
Et on ne peut affirmer que d'autres lieux, tels que Campellos, 
Geldufiacas'' ^ Gainmapiolum^ Rumquarias^ fussent dans le Gaux. 
Par contre, Saâne-Saint-Just, Gueures-', Gariciagas^^, connus par 

1. N<* 18 : Semnau et Maurontis cisternam, possessiones sitas in pago Cale- 
tinse. La première possession est Senneville-sur-Mer, Seine-Inférieure, arr. 
Yvetot, cant. Valmont. Je n'ai pas réussi à identifier la seconde. 

2. N** 43. C'est certainement par erreur que le nom de la première de ces 
localités est écrit dans les mss. Bodardivilla : il y a une méprise graphique 
occasionnée par la forme du g oncial qui commence le mot. 11 s'agit de 
Goderville, Seine-Inférieure, arr. Le Havre, chef-lieu de canton. C'est par 
suite d'une méprise que cette localité est dite en Vimeu [in pago Vimiiaii). 
Sur les erreurs concernant le pays de Caux, cf. Longnon, Atlas, p. 98 et 
mon articlesur le Nom ancien de la Bresle [Moyen-Age, 1905, p. 27et suiv.). 
Luneracuni est Luneray (Seine-Inf., arr. Dieppe, cant. Bacquevillc). Les 
autres me sont inconnues. L'identification de Gressus (cf. diplôme de 
Charles) avec Greuville proche de Luneray et de Brachy (voy. note 3) est 
séduisante au point de vue topograpliique ; plionétiqucment on s'attendrait 
à « Grès », « Grets n. Dununi, connu également par la Constitutio Ansegisi 
et le diplôme de Charles, est le Bourg-Dun (arr. Dieppe, cant. Offranville). 
Je ne retrouve pas Taunacuni ei Fiolinas sive Gressus. 

Selon le n'' 27 Taunacus est en Talou. Selon le n^ 31, Gressus est en 
Talou. Le Talou semble un instant avoir embrassé le pays de Caux (voy. 
Longnon, Atlas, p. 98). Il a aussi été uni au Vimeu (voy. page xviii, note2). 

3. N'' 57 : Moriacum ac Braciacum super fluvio Sedanna. Brachy (arr. 
Dieppe, cant. Bacqueville) est à 4 kil. de Luneray (cf. note précéd.). 

4. Le texte des Gesta est ici corrompu. Le passage Gamapium villam 
pulcherrimam super fluvio Sedanna n'a pas de sens. Il y a deux Gamaclies, 
l'un dans l'Eure, l'autre dans la Somme, aucun sur la Saàne. Entre /)u/c/ie/'- 
rimam et super le nom du domaine sur la Saâne aura disparu ; ou plutôt 
il faut comprendre Villam pulcherrimam et identifier avec Belleville-en- 
Caux (arr. Dieppe, cant. Totes), situé à 2 kil. de la Saâne. 

5. N» il, 57. 

6. N° 57. Je ne retrouve pas davantage Silam in monte Aionecurle. On 
écrit à tort, je crois, sitam in monte, Aionecurte. 

7. N° 11. Campellos est peut-être représenté par Campeaux, Seine-Infé- 
rieure, com. Sainte-Croix, arr. Rouen, cant. Buchy ; ou parles Campeaux, 
ib., com. Barentin, arr. Rouen, cant. Pavilly. 

8. N*» 57. Bumquarias figure également dans la Constitutio et dans la 
charte de Nithard de 882 [Becueil, n» 6). 

9. Ser7an/ja est Saàne -Saint-Just, arr. Dieppe, cant. Bacqueville; Géra 
estGueures(ibid.) sur la Saâne, un peu au nord de Luneray. 

10. La Constitutio (§ 17) nomma Gariciagas à côté de Duno et Géra. On 



XVI L AlilUVI-; DK SAl.M-WANDlULLh: 

Constitutio Ansegisi et le diplôme de Charles le Chauve, appar- 
tiennent vraisemblablement à la plus ancienne couche de posses- 
sions de l'abbaye en cette rég'ion. 
3o_4o Talouet Vimeu\ 

En Talou : Osmoy, Saint-Saëns [Warinna)^ Cressy, Seda^ 
Magnerotujn^ Xeon, Toscarias, du terrain, des salines et des 
pêcheries au bord de la mer', des vignes sur la Varenne ^ , 
la moitié d'Envermeu '♦, le tiers de Bailleul '^. 

Dans la vallée de TYères (Eora) : Pierrepont^ : Villy ^, et non 

doit sans cloute reconnaître ce domaine dans Gruchet (Seine-Inf., arr. 
Dieppe, cant. Baccjueville , à 2 kil. de Luneray, au sud du Bourg-Dun, au 
sud-ouest de Gueures. 

1. II est plus commode de réunir en un seul paragraphe ces deux piujl 
que nos textes confondent constamment, sans doute parce qu'ils se sont 
trouvés réunis entreles niains d'un même comte ii la fin de la période méro- 
vingienne. 

2. N°* 6, o7. l'iniinun (>u riiiiiriis et Warinna, fiscs royaux in pinjo 
Tellau Juxta fluvios Tellas et Warinnn, sont Osmoy i Seine-Int'., arr. Neuf- 
cliâtel, cant. Londinières, com. Saint-Valery-sous-Bures), sur la Béthune 
et Saint-Saëns ibid., arr. Xeuicliàtel, ch.-l. de canton), sur la Varenne, dite 
aussi rivière d'Arqués. La tentative de l'abbé Legris dans les Analecta 
Bolhmdinnn, t. X, p. 447, 4ol, n. .3, j)oui' identifier Warinna à l'une des 
localités des vallées de la Béthune ou de la Varenne, dédiées à saint Ribert, 
notamment Torcy-Ie-Grand, nous paraît des moins réussies. Ci isciacum est 
Cressy (ibid., cant. Bellencombre). Pour Seda Levison propose avec doute 
Sideville (arr. Yvetot, canton Yerville', dont au xiv" siècle une église était 
dédiée à saint Wandrille cf. Longnon, Poiiillés de la province de Rouen, 
1903, p. 1.3). 

3. X" 17 : de mis vineis (jnacsiint in pa;/o Tellau super /lucio Visrona. 

4. X" 57 : niediolateni de Edreniau qui fuit (icsonis. Envermeu (Inv- 
Irmeu), Seine-Inf., arr. Dieppe, chef-1. de canton. 

5. N° 17 : de Balliolo in pago Tellau In-liani siniililer partein. Bailleul- 
X^euville, arr. X'eufchâtel, cant. Londinières. 

6. Petrcuspons ne figure pas dans la liste des chartes analysées par les 
Gesta ; mais est dit villa hujus nostri cœnobii, à la fin du chap. 16 (p. 48, 
cf. p. 44-45) et se trouve cité dans la Constitutio Ansegisi et le diplôme de 
Charles. Il y a des Pierrepont un peu partout. Il s'agit sans doute du hameau 
de ce nom qui fait partie de la commune de Grandcourt située dans l'ar- 
rondissement de X'^eufchàtel, canton de Londinières, proche par conséquent 
des localités précédentes. La Constitutio, où l'on groupe les domaines qui 
contribuent à alimenter les religieux, unit Petreoponte à Virtlaico, c'est-à- 
dire Villy qui est sur l'Yères à 5 kil. en aval de notre Pierrepont (voy. la 
note suivante . 

7. X" 40 : Virtlaicuni villani quae sita est in pago Tellau super fluvio Eora , 
Villy-le-Bas (arr. Diepj)e, cant. Eu . Cf. note précéd. 



FORTUNE TERRITORIALE DE L ABBAYE XVll 

loin, en amont, Bouthencourt ^ ; Offîgnies -, qui est dit en Talou, 
mais se trouve à l'extrême limite de ce pagus et aux confins du 
Vimeu et de l'Amiénois. 

Dans la vallée de la Bresle -^j à droite (Vimeu), ou à gauche 
(Talou) de la rivière : Sénarpont, Marques, Hodeng, Bailleul, 
Beauchamps ^, Bouillancourt •^, Monchelet '% Citerne ^. 

Dans le Vimeu proprement dit, outre le chef-lieu Vismes ^, 



i. N° 41 : patrinionia duo id est 0/finiacas et Bettoniscurtern, sita in pago 
Tellau [n^ 41), Bettone-ciirte super fîuvio Eora (n° 57). Il s'agit donc de 
Bethencourt-sur-l'Yères (Seine-Inf., arr. Neufchâtel, cant. Blang-y, com. 
DancoLirt) et non de Bouttencourt-sur-Somme (Somme, arr. Abbeville, 
cant. Gamaches). 

2. Cf. note précédente. Offiniacas est Offignies, Somme, arr. Amiens, 
cant. Poix. 

3. Son nom ancien est Wintlena ou Vinglena. Voy. mon mémoire du 
Moyen-Age^ 1905, p. 41-47. 

4. No 57 : in eisdeni pagis (Talou et Vexin) Sonnarduni pontem, Malcham, 
Ilosdinium, Balliolum, in pago Vimnau... Balcinium in pago Vimnau quae 
fuerat Amhremari et Bertoaldi. Sénarpont (Somme, arr. Amiens, cant. 
Oisemont). Bailleul (ibid., cant. Hallencourt), Balcinium répond à Beau- 
champs (ibid.), à 4 kilomètres de Gamaches. Il n'est pas sûr que le Gama- 
pium du même acte soit Gamaches sur la Somme : ce pourrait être 
Gamaches en Vexin (Eure). Hodeng (au-bosc) est près de Sénarpont, mais 
sur la rive g-auche de la Bresle (Seine-Inf., arr. Neufchâtel, cant. Blangy), 
devrait donc être considéré comme en Talou, Par contre, Bailleul qui est 
bien en Vimeu, est dit en Talou au n° 17. Malcha nommé immédiatement 
avant Ilodeng- et Bailleul, et dont Loewenfeld veut corriger bien à tort la 
graphie en Nialcha, doit être identifié à Marques (cant. d'Aumale). Le Vimeu 
a débordé un instant la Bresle. 

5. N°s 51, 52. Sur Wintlana, que j'identifie à Bouillancourt-Séry (arr. 
Abbeville, cant. Gamaches), voy. mon article (cité plus haut note 3). 

6. N° 48 : Monticellos in centena Natsanninse. Cette dernière graphie 
est fautive : il s'agit d'Ansennes près de Blangy, mais dans la Somme 
(arr. Abbeville, cant. Gamaches, com. Bouttencourt) et Monticellos ne peut 
être ({ue Monchelet (ibid., com. Maisnières). 

7. Citerne (Somme, arr. Abbeville, cant. Hallencourt), correspond à 
Cisterna attestée seulement par la Constitutio Ansegisi et le diplôme de 
Charles le Chauve. 

8. Viniinani, dit le diplôme de Charles le Chauve ; ce qui correspond 
(cf. note suiv.) à Vismes (Somme, arr. Abbeville, cant. Gamaches). Cepen- 
dant la localité précédente, Golencourt, est en Beauvaisis (cf. plus loin). 

L'AnnAYE de Saint-Waxdrille. II 



XVIII L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

le tiers de Fretlemeule, de Gorroy (?), d'Hamicomt, de Bus, de 
Ploury (?) ^ ; enfin Grès '. 

5^ Amiénois ou Vermandois. 

Bociliacas (n^ 57) ne peut être que Boucly (certainement pour 
Bouclies), dans la Somme, arr. de Péronne, canton de Roisel, 
donc en Vermandois. La même charte nomme Muriacum qui dici- 
tur vallls Cucunioli et le place in pago Vimnaii ; le diplôme 
de Gharles parle aussi de Cuvinioluni ou Cuciiniolura. On peut 
se demander s'il n'y a pas une erreur de transcription et s'il ne 
faut pas lire in pago Vennandensi : Ghuig-noUes, dans la 
Somme, arr. de Péronne, cant. de Bray-sur-Somme, donc à la 
limite du Vermandois et de l'Amiénois, répond phonétiquement 
à Cucuniolum ^. 

Plus conjecturale est l'identification dlrciuni nommé à plu- 
sieurs reprises dans la Constitutio et le diplôme, sans que rien y 
précise la situation de ce lieu, sauf qu'il est évidemment dans le 
nord de la Gaule. Erches, dans la Somme, arr. et cant. de Mont- 
didier, donc en Amiénois, peut y correspondre phonétiquement. 



1. X° [1 •.inpago Vimnau super fliivlo Viminn in loco qui, vocaiur Qualtuor- 
molas, tertiam parfem de Eora, de Aismedis villa tertiam parteni similiter, 
de Buxido nichilominus tertiam partem, de Pyro similiter. Freltemeule sur 
la Vismes (Somme, arr. Abbeville, cant. Gamaches) peut seul répondre à 
la première localité. Eora est peut-être une erreur de g-raphie pour Cora 
et répondrait à Corroy au nord-ouest de Vismes (?i, Aismedis villa à Ilami- 
court au nord-est de Vismes, Buxido à Bus (Mortainville-lès-Bus) et Pyro 
à Ploury (?) à l'est. Mais les Miracula (c. 24) mettent en Talon le prœdium 
cognomento Haismedis. Il est peut-être différent de Hamicourt et répond à 
Hesmy (Seine-lnf., com. de Preuseville, arr. Neufchàtel, com. Londinières) 
qui est bien en Talon : il n'est pas dit, du reste, dans les Miracula que 
Haismedis soit un patrimonium. — J. Garnier, dans son Dictionnaire topogr. 
de la Somme (t. XXI et XXIV des Mémoires de la Soc. des Antiquaires de 
Picardie), a déjà eu l'idée des identifications qu'on vient de proposer. 

2. Le n° 31 dit que Gi^essus est une villa in pago Tellau, mais le n° 48 la 
l'approche de Voisins et de Francières, qui sont en Pontieu (voy. p. xrxi. Il 
s'agit très probablement de Grez ou Grès, lieu détruit de la com. de 
Vismes (cf. J. Garnier, op. cit., p. 436). 

3. Dans son Dictionnaire topographique de la Somme, Garnier cite les 
formes suivantes, du xii'' et xiii® siècles : Cevinioli, Cevinnioli, Choin- 
noles, Cuignoles, Chwignoles, Chevignoles, Chugnolles, Chuignoles, etc. 



FORTUNE TERRITORIALE DE L ABBAYE XIX 

6^ Pontieu. 

Les domaines de Tabbaye en cette région sont surtout connus 
par des textes postérieurs, comme le diplôme de Charles le 
Chauve et les Miracula Sancti Wandregisili : ainsi Ponthoiles ^ 
et surtout Bloville ~ (je n'ai pu retrouver Martona ^ et Diglittis ^). 

Cependant Voisin et Francières sont cités par lés Gesta '^. 

1^ Boulonnais. 

La Constitutio commence par les mots de pago Bononensl et 
Tarvanensi mais sans spécifier les localités que possédait Tab- 
baye dans ces pagi. Elle avait à coup sûr du terrain à Quen- 
towic et aux environs de ce port à Tembouchure de la Canche ^\ 

A la porte de Boulogne l'abbaye avait Walbodinghem, aujour- 
d'hui Outreau, faubourg de IdLYiWe, Estargingum, Turhilugarn ou 
Turbodingheim, Oinjourd'hui Turbinghem prèsdu Portel, Wac/ie- 
nevillare, Laom "' . 

8*^ Ternois ou Artois. 

Comme on vient de le dire, la Constitutio nous dit que Fab- 

1. Somme, arr. Abbeville, cant. Nouvion-en-Pontieu. Cette localisation 
est fort douteuse. Le diplôme ne spécifie pas la position de Ponticulos : ce 
nom vient après Sedillain dont la position est inconnue, et la phrase cuin 
areis in Rothomago. Dans un diplôme pour Jumièges de 849 il est question 
d'un mansionile quod vocatur Ponticulas dans la forêt d'Arlon, c'est-à- 
dire probablement la forêt de Brotonne [Arelauna], cf. p. xiv. 

2. Sur Bladulfi villa (Bloville), voy. plus loin, p. xxxi, note 5. 

3. Mabillon, Acta Sanct. ord. S. Benedicti, Saec. II, p. £47. 

4. Miracula, c. 20 : de pago Pontivo et villa quae Diglittis dicitur....; c. 9 : 
de patrimonio Diglittis. Cette localité a résisté également aux efforts de 
J. Garnier [loc. cit., t. XXI, p. 291). On ne peut affirmer que d'autres loca- 
lités du Pontieu, telles que Hrosa (c. 17), Agrona (c'est-à-dire Ayron, 
com. Montreuil-sur-Mer, c. 19), qualifiées simplement villa et non patri- 
monium, aient appartenu à Saint-Wandrille. 

5. N'' 48 : in Framsariis, Viciniis, Gressus. Francières, Somme, arr. 
Abbeville, cant. Ailly-le-Haut-Clocher. — Voisin, com. de Dompierre-sur- 
Authie, ibid., cant. Crécy-en-Pontieu. (Cf. J. Garnier, p. 407.) 

6. Le portas Wiscus du diplôme, où l'abbaye a des manses, ne peut être 
que Quentowic à l'embouchur'c de la Canche. Les Miracula (c. 7) parlent de 
Vecclesia sancti Pétri quae vicina est emporio Quentovico et ex ditione 
eorumdeni sanctorum. Quentowic, à la limite du Ponthieu et du Boulon- 
nais, est mis dans le territorium Bononiense par les Miracula [ibid.). 

7. Diplôme de Charles le Chauve; Miracula, c. 12, 13, 14. 



XX L ABBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

baye avait des biens en Ternois mais ne les nomme pas, non 
plus que la Vita Ansberti qui rapporte que le père du saint abbé 
Lambert donna à Fontenelle plurima praedia... in Tarvennensl 
régions ^. La seule localité qu'on y puisse retrouver est Berlen- 
court, à l'extrême limite de ce pagus, peut-être même en Artois. 
C'est nettement dans ce dernier pagus qu'est situé Roclincourt, à 
4 kil. au nord d'Arras -. De même Rumaucourt ^. Et le Bovi- 
niacus inansus du diplôme de Charles doit peut-être se recon- 
naître dans Bouvigny-Boyeffles ^. 

9^^ Evrecin. 

Poses, en partie ^ ; Glisolles ^' ; Ormes, Epaignes, Agmarus, 
Maceriolas, Hareione ' \ Trisay en partie, Acbrandovillare ~. 

Cette fortune territoriale s'augmentera plus tard (en 806) de 
biens in pago Ebroicino, c'est à savoir : ecclesia Sancti Paterni 
cuni omnibus adjacentiis super fluvio Iftone, sirniliter in Villar- 
cello et Maigoldi valle atque in Curie Anelauno et in Framsarias 
et in Runibaude-curte •'. 

1. Cap. 8, éd. Levison, loc. cit., p. 625. 

2. La situation de Boccolini curtem sive (dans le sens de et) Bertilini- 
curtem et Xantiacum (n° 39) n'est pas précisée. Les identifications 
néanmoins ne sont pas douteuses, sauf pour Nantiacum que je ne sais 
pas retrouver. Colnitium (n° 49) pourrait bien être une faute pour Colri- 
tium. Il s'ag-irait du Cauroy, dans la com. de Berlencourt. 

3. Voy. plus loin p. xxvi, note 9. 

4. Pas-de-Calais, arr. Béthune, cant. Houdain. 

5. N*' 19 : portionem allquam de villa... Pansas... in pago Ebroicino, Il 
s'agit certainement de Poses, Eure, arr. Louviers, cant. Pont-de-l'Arche. 
Ce texte montre que TEvrecin a été considéré un instant comme s'étendant 
jusqu'à la Seine. Poses appartient en réalité à la partie du Roumois située 
sur la rive gauche du fleuve. 

6. N° 28 : Ecclesiola sita in pago Ebroicino est Glisolles, Eure^, arr. 
Evreux, cant. Conches. 

7. N° 44 : possessiones in pago Ebroicino : Agmaro et Horma et Maceriolas 
et Spanga et Haretone cuin omnibus adjacentiis suis, sitas super fluvium 
Ittoneni. Horma est Ormes (Eure, arr. Evreux, cant. Conches), Spanga est 
Epaignes (arr. Pont-Audemer, cant. Corneilles). Je n'ai pu identifier 
Agmaro, Maceriolas, Haretone. Aucune des cinq localités n'est sur lltton. 

8. X<^ 46 : partem de Tritiaco et Acbrando villare. Le pagus n'est pas 
mentionné ; il s'agit de Trisay dans l'Eure, com. de La Vieille-Lyre, arr. 
Evreux, cant, Rugles. Acbrande villare m'est inconnu. Serait-ce Brinvil- 
let, Orne, com. Moulicent, arr. Mortagne, cant. Longny ? 

9. N° 62. Aucune de ces localités ne se retrouve, du moins dans l'Eure 
et sur l'Itton. Il y a peut-être une erreur. Voy. plus loin, p. xxvi, note 9. 



FORTUNE TERRITORIALE DE L ABBAYE XXI 

10« Mérezais. 

Prunay *, Le Mesle 2, Sassey, etc. ^. 

11" Hiémois (et Séois). 

Gondé (le-Butor) ^; Monticellos, Sentilly, etc. ^ ; Damigni en 
partie et Vandes ^\ 

12*' Bessin. 
Peut-être Bény ^. 

13'' Gotentin ou Gorlois. 

Le n^ o8 dit que Rainfroi donna portionein aliquam de villa qiiae 
dicitur Laxtra... sita est in pago Constantino. Il s'ag-it certaine- 
ment de Lestre (Manche, arr. Valognes, cant. Montebourg). La 
Constitutio nous parle de redevances tirées de Corialinse. Lestre 

1. N" 35 : Pruniaco (et non Primiaco)... in pago Madriacense est Prunay- 
le-Temple, Seine-et-Oise, arr. Mantes, cant. Houdan. 

2. N" 32 : villam... Mala in pago Madriacensi répond très probablement 
à'Le Mesle, Seine-et-Oise, arr. Mantes, cant. Houdan, com. Adainville. 

3. N° 42 : Inittus, Saciacum sive (pour et) Dingum, super fluvio Audura, 
item Landas. Le pagus n'est pas nommé. L'identification de Saciacum avec 
Sassey, Eure, arr. et cant. Evreux, mais dans les limites du Mérezais, est 
certaine, bien que cette localité soit éloignée de l'Eure. Dingum est sans 
doute Dangu en Vexin (cf. p. xxii, n. 14). Landas est une des nombreuses 
localités du dép. de l'Eure appelées Landes, les Landes. Voy. Blosseville, 
Dict. topographique du département de l'Eure, 1877, in-4. 

4. N° 18 : Condatum... in pago Osismo est Gondé-le-Butor, Orne, arr. 
Alençon, cant, Séez, com. Belfonds. 

5. N" 38 : Monticellos in pago Osisminse ; n° 54 : Monticellos villam cum 
adj'acentiis suis, Meriliaco, Citilaco, Nerviniaco, sitam in pago Oximense, 
in cenlena Noviacense. Cette centaine tirait son nom de Noviacus =r Neuvy- 
au-Houlme (Orne, arr. Argentan, cant. Putanges). Citiliaco est Sentilly 
entre Argentan et Neuvy-en-Houlme. Meriliaco est peut-être Marigny (pour 
Marilly?), com. Mortrée (arr. Argentan), tout près de Condé-le-Butor (voy. 
note précéd.). Nerviniaco m'est inconnu. On trouve dans l'Orne trois Mon- 
ceaux : 1" arr. Mortagne, cant. Longni ; 2° arr. Domfront, cant. La Ferté- 
Maeé ; 3*^ arr. Argentan, cant. et com. Vimoutiers. Ils sont trop éloignés 
pour qu'on puisse en identifier aucun à Monticellos. 

6. N° 55 : portionem aliquam de villa Dogmaniaco... in pago Oximense, 
in centena Alancioninse et illam rem quse vocatur Vanda in centena Saginse. 
Damigni (Orne, arr. et cant. Alençon); Vandes (Ornes, arr. Alençon, cant. 
Le Mesle, com. Le Ménil-Evreux) à 11 kil. de Séez. En 731-2 le Séois n'est 
donc pas encore un pagus mais une centaine de l'IIiémois. 

7. N° 15 : Bagennaco. Rien ne permet de déterminer où était cette loca- 
lité. Comme on trouve deux Bény dans le Calvados (arr. Caen et Vire), 
on propose cette identification mais sous toutes réserves. 



XXII L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

était située dans cette division du diocèse de Goutances, plutôt 
que dans le Gotentin proprement dit ^. 

ii^ Vexin. 

L'abbaye avait des vignes à Giverny, au confluent de TEpte 
et de la Seine - ; Issou, Limay -^ ; un manse à Mézy ^ ; Arecharii 
villa "> ; Fleury-en- Vexin ^' et ses dépendances : Fontenay ", 
Gamaches ^, Saussay •', Luciniaciim ^^ ; tout près de Fleury, 
Nojon-sur-Andelle, aujourd'hui Gharleval '^ ; Gency en partie *-, 
Ghaussy, patrie de saint Ansbert ''^ ; enfin, peut-être, Dangu ^^ 

15^ Beauvaisis. 

Taricinus ^^ ; Vaumont ^^' ; un domaine de 84 manses à Meli- 

1. Sur le payas Coriovallensis ou Corialensis, dont le nom, s'il eût passé 
en français, eût donné Corlois, voy. Longnon, Atlaa, p. 101. 

2. X° 6 : vineas in Warnaco super fluvio Sequana sitas in pago Veliocas- 
sino. Giverny (Eure, arr. Les Andelys, cant. Ecos). 

3. N'' 18 : Suiaguni etiam et Limitiuni qui sunl sita in pago Veliocassino. 
Limay (Seine-et-Oise, arr. Mantes), sur la rive droite de la Seine en face 
Mantes (rive gauche) ou Limetz (ibid., cant. Bonnières) entre la Seino et son 
confluent avec l'Epte ; Suiagum est peut-être Issou, à 4 kil. Est de Limay. 

4. X° 45 : inansum in Magatiaco villa quae est in pago Veliocassino. 
Mézy, cant. de Meulan, à 4 kil. en aval de cette ville. 

5. N" 43. Le Prévost (III, 507) identifie cette localité à Hacqueville 
(Eure, arr. Les Andelys, cant. Etrépagny), mais elle n'y correspond pas 
phonétiquement. 

6. N°* 22 et suiv., 29, 30, 32, 33, Constitutio Ansegisi : Fleury-sur- 
Andelle (Eure, arr. Les Andelys), à la limite du Vexin et du Roumois. 

7. N°s 29, 30,36, Diplôme de Charles : Fontenay, Eure, arr. Les Andelys, 
cant. Ecos. 

8. N°^ 30, 33 : Eure, arr. Les Andelys, cant. Etrépagny. 

9. N*» 30 : Saussaye-la- Vache (ibid.). 

10. N° 26. 

M. Xoviomuni hujus nostrae ecclesiae villa ne figure pas dans la liste des 
chartes mais dans un récit du chap. 3 des Gesta, ainsi que dans la Constitu- 
tio et le diplôme de Charles. Il changea son nom en 1571 quand il fut 
acquis par Charles IX. Voy. Giry, Manuel de Diplomatique, p. 410, n. 2. 

12. N" 36 : partent de Gentiaco et Fontanas. Cette dernière localité est 
sans doute Fontaine-en-Vexin ; Gentiacum doit vraisemblablement être 
cherché dans le même pagus : Gency, com. de Cer^y, arr. et cant. de 
Pontoise, y correspond. 

13. Voy. le diplôme de Charles le Chauve : Chaussy, Seine-et-Oise, arr. 
Mantes, cant. Magny. 

14. N" 42 : Dangu, Eure, arr. Les Andelys, cant. Gisors. Cf. p. xxr, n. 3. 

15. N° 22. 

16. No 26 : Walmonem villam : Vaumont, Oise, arr. Clermont, cant. 
Maignelay, com. Saint-Martin-aux-Bois. 



FORTUNE TERRITORIALE DE L ABRAYE XXÏII 

cocq sur la Matz ^ ; sur ce même ruisseau, Marg:ny répond sans 
doute au Madriniacum du diplôme de Charles '^ ; Bois-Aubert et 
Golancourt à Autherti sllva et Gothleumcurteni du même acte ^ ; 
peut-être faut-il reconnaître Idtiuni cité par le diplôme et la 
Constitution sans qu'on en détermine la situation, dans Esches '*. 
Rivereiscurte ou Riparensicurte de la Constitutio répond à Rive- 
court •^. 

En 807 la fortune de l'abbaye en cette région s'accroîtra 
de Saint-Germer de Fly ^. 

16^ Pincerais, Parisis, Châtrais. 

Le grand domaine du Pecq (Aupec) et ses dépendances : Cour- 
bevoie, Novitianus, Albachahan, Nidum, Tremlidum ^, Feuil- 
lancourt ^, le Vésinet, Voisins, Mareil, une aire à Paris •', « Buis- 
son » avec un vignoble à Marcoussis ^^ (en Châtrais). 

1. N° 53 : Molifius-cottus. .. in pago Belloacensi super fïuvium Masso...: 
Melicocq, Oise, arr. Compiègne, cant. Ribecourt. 

2. Madriniacum : Margny, Oise, arr. Compiègne, cant. Ressons. 

3. Bois-Aubert, Oise, arr. Beauvais, cant. Songeons, com. Senantes. 
Golancourt, Oise, arr. Compiègne, cant. Guiscard, est à l'extrême limite 
du Beauvaisis, presque en Vermandois ou en Noyonnais. 

4. Esches, Oise, arr. Beauvais, cant. Méru. 

5. Rivecourt, Oise, arr. Compiègne, cant. Estrées-Saint-Denis. Cf. plus 
loin (p. XLi), l'épisode miraculeux qui se produisit au x^ siècle à Rive- 
court. 

6. N° 63. 

7. N« 24 : Le Pecq, Seine-et-Oise, arr. Versailles, cant. Saint-Germain- 
en-Laye ; Courbevoie, Seine, arr. Saint-Denis, chef-lieu de canton. 

8. N*^ 25. Le château de Feuillancourt (com. de Saint-Germain-en-Laye) 
représente Vilioliscors. Voy. abbé Labeuf, Ilist. du diocèse de Paris, nouv. 
éd., 1883, t. III, p. 130. 

9. Diplôme de Charles : Le Vésinet, Seine-et-Oise, arr. Versailles, cant. 
Saint-Germain ; Voisins, Seine-et-Oise, com. Louveciennes, ibid., cant. 
Marly ; Mareil-Marly, cant. Saint-Germain. 

10. Ibid. Marcoussis, Seine-et-Oise, arr. Rambouillet, cant. Limours. 
Bucionein, jadis (( le Buisson », dont l'emplacement fut ensuite occupé par 
le moulin de Guillerville et le territoire qui s'étend entre ce moulin et le 
parc actuel de Bellejame. L'antique nom de Bucionem disparut quand les 
abbés de Saint- W^andrille, ayant transféré leur prieuré à la Magdeleine, 
vendirent lé « Buisson » à un certain Guillaume {Guillermus), qui lui 
donna son nom : Guillerville. Voy. abbé Lebeuf, Hist. du diocèse de Paris, 
nouv. éd., 1883, t. III, p. 479, 492 ; Malte-Brun, Histoire de Ma?'coussis (1867, 
in-12), p, 7 : Buisson est marqué sur la carte placée à la fin de cet ouvrage, 
tout près de Montlhéry. 



XXIV L ABBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

M"" Mekmais. 

Maniacum sive Villarc. in pago Milidiinensi ^ 

18« Gâtinais. 
Mauriliacus ~. 
19^ Orléanais. 
Mervilliers et Gaubertin ^. 

20« Anjou. 
Oignon, Charsay ^. 

21« Maine. 
Vernie, Messe ■'. 

22 « Nantais. 
Indre ^. 

23*^ Angoumois. 

Bonneuil, Ambérac, La Rivière, Agannagum, Angiagum, 
VoderHam, Agintum "' . 

1. N° 14 : Magny (com. Saint-Barthélémy, Seine-et-Marne, arr. Cou- 
lommiers, cant. La Ferté-Gaucher) et Magnv-Saint-Loup (ibid., arr. Meaux, 
cant. Crécy) sont en Mulcien [pagus Melcianus). Villiers-sous-Grès (Seine- 
et-Marne, arr. Fontainebleau, cant. La Chapelle-la-Reine) est plutôt en 
Gâtinais qu'en Melunois. 

2. N° 13 : Mabillon propose Milly (Seine-et-Oise, arr. Étampes), qui ne 
correspond pas plionéH({uemenl à Mauriliacus et qui n'est pas en Gâtinais 
mais en Melunois. 

3. N° 18 : Mariîi et Waldohertiwillare patrimonia quae sunt sita in pago 
Aurelianinse. Mervilliers, Eure-et-Loir, arr. Chartres, cant. Janville; Gau- 
bertin, Loiret, arr. Pithiviers, cant. Beaune-la-Rolande. 

4. N** 18 : Onadonem et Caraciagum praedia posita in terrilorio Ande- 
gavo : Oignon (Mayenne, com. Ambrières, arr. Mayenne) et Chassé 
(Mayenne, arr. Mamers, cant. Fresnaye-sur-Chédouet) y correspondent 
phonétiquement mais sont dans le Maine. Pour la seconde de ces localités 
on peut penseraussi à Charsay (com. Langeais, Indre-et-Loire, cant. Ghi- 
non), non loin de l'Anjou mais en Touraine. 

5. N*^ 55 : in territorio Cinomannico rem illam quae dicitur Vernigo seu- 
Metiago quae appellatur Avanae-curte : Vernie, Sarthe, arr. Mamers, cant. 
Beaumont-sur-Sarthe ; Messe, com, d'Aron, Mayenne, arr. et cant. 
Mayenne. 

6. N° 9 : Indre, Loire-Inférieure, arr. et cant. Nantes. 

7. N° 18 : Agannagum, Bonolum, Andiagum, Vodertam, Agintum, 
Ambariago, Riveram, praedia quae sunt sita in pago Eglismense. Bonneuil, 
Charente, arr. Cognac, cant. Châteauneuf-sur-Charente ; Ambérac, Cha- 
rente, arr. Angoulème, cant. Saint-Amand-de-Boixe ; La Rivière, com. 
Angeac-Charente, à kil. de Châteauneuf-sur-Charente. 



FORTUNE TERRITORIALE DE L ABBAYE XXV 

24** Sainton^e. 

Gressé, Savignac, Chassenon, Salaciagum^ Magalonum ^ 

25^ Provence (Tricastin). 
Donzère, sur le Rhône 2. 

26'' Bourgogne. 

La Constitiitio Ansegisi parle de fournitures, tirées de Burgun- 
dia. 

Il n'est aucune localité parmi celles dont le nom nous a été 
transmis qu'on puisse situer avec certitude en Bourgogne. 

L'énumération qui précède est loin d'épuiser la liste des biens- 
fonds de l'abbaye. Les Gesta et les textes hagiographiques ne 
nous ont certainement pas fourni une liste exhaustive. Nombre 
d'identifications sont incertaines. 11 est même une série de noms 
que nous sommes impuissants à localiser même approximative- 
ment. Ainsi : 

1** dans les Gesta ^ etc. : 

Villa Ulmosus (n« 20), insula Bannaga (n^ 23), Brinniacus 
{n"" 3i), Summa cranna (n"* 37), Colnitium (n« 49; et dipl. de 
Charles). 

2^ dans la Constilutio Ansegisi et le diplôme de Charles le 
Chauve réunis : Appuliacus'^, Bantana, Bubalicaptivum, Gisini- 
nacas, Strutellum sancti Stephani. 

^^ dans la Constitutio seule : 

Abriacum, Bladriciagas^Campomis^ Clariacum^ Crux ou Crux 
de Paldriaco \ Gregaria (?) Luviccinas ■^. 

4" Dans le diplôme seul : 

Cimunevilla, Cinerarias^ Cropiacum, Exniolgegias, Ghisonis- 
rnons, Hamellionum, Jomtinos, Leiithogegias, Macerias, Mardis, 

1. N° 18 : Ci'isciacum, Salaciagum, Saviniagum, Captialonnum et Maga- 
lonnum quae siint sita in pago Sanctonico : Crcssé (Cliarente-Inf., arr. 
Saint-Jean-d'Ang-ély, cant. Matha) ; Savignac (Charente, com. Chabannais, 
arr. Confolens) et Chassenon (Charente, arr. Confolens, cant. Chabannais) 
sont en réalité en Angoumois. 

2. N° 8 : Drôme, arr. Montélimar, cant. Pierrelatte. 

.3. Soit Appilly (Oise, arr. Compiègne, cant. Noyon), soit Pouilly (Oise, 
arr. Beauvais, cant. Méru), soit tout autre Pouilly. 

4. Cf. Vita Ansberti, c. 33, 34, éd. Le vison, loc. cit., p. 639, 640. 

5. Serait-ce Louveciennes (Seine-et-Oise, arr. Versailles, cant. Marly)? 



XXVI L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

Meram ci^unas, Bippa, Riuncarias \ Sedilla, Truncidiim, Umli- 
nium, Villanova, Wlaimone. 

Cette richesse territoriale commença à être dissipée sous lab- 
batiat de Teutsindus. Dès 734- celui-ci distribuait en précaire à 
des laïques 29 domaines -. Un demi-siècle plus tard, sur 
4264 manses composant la fortune du monastère, les religieux 
n'avaient plus conservé sous leur autorité réelle que 1582 manses ; 
le reste avait dû être concédé en bénéfice, « non compris les vil- 
las que l'abbé Widlaicus avait données en usufruit aux hommes 
du roi ou à d'autres personnes ^ ». La division du royaume, la 
discorde des princes et l'invasion des Sarrasins (737) firent 
perdre à Fontenelle le monastère de Donzère ^. 

L'abbaye d'Indre se détacha ■'. 

Sous les Garoling-iens les dons des particuliers cessent presque 
complètement. Passé 731-2 ^ et 743-4" les Gesia ne rapportent 
plus aucune charte de donation *'^. Il faut descendre jusqu'au 
début du IX*' siècle pour retrouver la trace de bienfaits en faveur 
du monastère : en 806, c'est l'abbé Gervold qui concède des 
domaines en Evrecin (?) "' ; en 807, c'est Gharlemagne qui cède 

1. Cf. racle de Nithard de 882 {Recueil, ii« 6). 

2. N« 57. 

3. N° 60. 

4. Vita Ansherli.c. 9 et 21, éd. Levison, p. 625, 634. En 849, Lothaire pr 
disposa de Donzère en faveur de l'église de Viviers; en 887, Charles le Gros 
en fit don à l'abbaye de Tournas. Voy. Mûhlbacher, Die Regeatencles Kaiser- 
reiclis unter den Karolingern, 2*^ éd., n° 1753. 

5. Antérieurement à 840 (Levison, loc. cit., p. 674-5,678). 

6. N°55. 

7. N° 58. 

8. Aussi me suis-je cru autorisé à attribuer à la période brillante de 
riiistoire du monastère, les noms de lieux mentionnés dans la Constiiutio 
et le diplôme de Charles le Chauve, mais en avertissant le lecteur. 

9. N° 62 : m pago Ebroicino hoc est illam aecclesiam sancti Paterni ciini 
omnibus acljacentiis suis supei^ fluvio Ittone, similiter in Villarcello et 
Maigoldi valle alque in curte Anelauna et in Fi^anisarins et in Bunibaude 
curte. Aucun de ces noms ne se retrouve dans les limites de l'ancien 
Evrecin. Mais saint Paterne a laissé son nom à Saint-Paër, dans l'Eure, 
arr. Les Andelys, cant. de Gisors, donc en Vexin et près de l'Epte. Ne 
serions-nous pas en présence d'une erreur de localisation {Ebroicino pour 
Vilcassino) ? En ce cas Tltton serait tout simplement l'Epte {Itta), ou bien le 
ruisseau parallèle à l'Epte sur lequel est situé Saint-Paër (aujourd'hui la 
Levrière) aurait porté le nom de petite Epte[Ittone). On ne retrouvera dans 



FORTUNE TERRITORIALE DE L ARRAYE XXVII 

en précaire le monastère de Saint-Germer de Fly en Beauvaisis * : 
bien qu'il fût donné personnellement à Fabbé Anseïs, ce monas- 
tère devait rester à Saint- Wandrille. 

Néanmoins, ces concessions ne réparaient que très imparfaite- 
ment l'énormité des pertes. Charles Martel, Pépin, Gharle- 
magne, Louis le Pieux accordèrent des préceptes de protection 
et d'immunité -. Gharlemagne ordonne même de faire restituer 
les domaines concédés aux « hommes du roi -^ ». L'ordre était 
inexécutable et la fortune de l'établissement n'en fut pas pour 
cela rétablie. La situation des nloines menaçait d'empirer sous 
le gouvernement des recteurs laïques ou même des abbés rég-u- 
liers. Suivant une pratique qui se fît jour sous le règne de Louis 
le Pieux 4, le rénovateur de Fontenelle, le célèbre Anseïs [Anse- 
ffisus), à la fin de sa vie, divisa en deux lots ce qui restait de for- 
tune territoriale à l'abbaye (829). Le règlement, ou, comme on 
dit, la Consiilutio ^ indique minutieusement quels domaines 
subviendront au vêtement ou à la nourriture des moines : 

[1] Les domaines du Boulonnais et du Ternois fourniront 
60 vêtements entiers ; 20 « draps '^ » blancs dont on peut faire 
20 (( chainses », 5 cuirs de vache apprêtés pour faire des sou- 
liers; 20 muids de fèves; 21 blocs de fromage pesant 75 livres; 
un millier d'œufs ; 200 livres de cire pour l'église, 100 pour les 
religieux ; 200 livres de suif. [2] Du Gorlois : 23 « chausses », 
60 brogals, plus 2 pour faire des sacs; 2 « draps » blancs dont 

l'Eure aucun Villarceaux : j'en vois un en Vexin à 1 kil. de Chaussy-sur-Epte 
(voy. p. xxii). Curte Anelauna est certainement une faute graphique 
pour Curte A relauna et il ne peut s'ag-ir que du grand domaine royal en 
face de Saint-Wandrille, sur la rive gauche de la Seine, où le donateur 
avait des biens. Framsarias répond à Francières, village du Pontieu (voy. 
plus haut p. XIX, note 5). — Rumbaude curte est sans doute Rumaucourt 
dans le Pas-de-Calais (arr. Arras, cant. Marquion). Je ne sais que propo- 
ser pour Maigoldi valle. 

1. N« 63. 

2. N°s 56, 59 et pour Louis le Pieux, plus loin, Recueil, n° 4. 

3. N« 61. 

4. Voy. abbé Lesne. Vorlgine des manses dans le temporel des églises 
et des monastères de France au IX siècle (Paris, 1910), p. 56 et suiv. 

5. Ce texte a formé la fin de Gesta abbatum. Aussi Fimprimons-nous dans 
le second fascicule et non ici parmi les chartes. 

6. On trouvera dans le second fascicule l'explication des termes tech- 
niques que renferme ce document. 



XXVIll L ABBAYE DE SAINT-WANDRTLLE 

on peut faire 10 « étainines », 2 touailles : 5 cuirs de vache 
apprêtés, 10 muids de fève, 20 muids de pois ; 15 blocs de fro- 
mage pesant 72 livres ; 25 muids de sel ; un millier d'œufs en 
septembre... [4] D'Ersches et d'Esches ^ : 3 « nappes » de dix 
aunes de long, de trois aunes de large. [5J D'Apuliacum 1 nappe 
de même dimension, 3 « linges » plucheux pour essuyer les 
mains, chacun ayant cinq aunes de long, et trois de large. [6] 
De Gueures : 3 « chainseaux » pour faire des essuie-mains de 
treize aunes de long et de trois de large. [7] De Clariacum 
1 « nappe » de dix aunes de long, de trois de large. [8] Item 
d'Ersches : un « chainseau » de douze aunes de long sur trois de 
large, pour laver les pieds. [9] De Campomis [?] : 1 touaille. [10] 
De Rançon : de même. |11] De Fleury : de même. [12] De la sus- 
dite bergerie- : 30 blocs de fromage de 72 livres, 12 « feutres » 
pour faire desrochets, pour des lits autant qu'il est nécessaire, des 
porcs engraissés pour la graisse et le lard avec l'oint 60, pour le 
surplus autant qu'il sera nécessaire. [13] Le « mestier ^ » de Ran- 
çon fournira 3 muids de fève, 5 blocs de fromage ; à la Noël 
3 oies grasses, 20 poulets gras, 60 poulets, 250 œufs — autant à 
Pâques — , 3 livres de cire, 63 setiers de miel ; au mois de 
novembre 500 œufs, 60 charretées de bois. [14] La Croix de 
Paldriacuni et Bladriciacjas ensemble fourniront 3 muids de fève, 
5 muids de pois ; à la Noël 4 oies grasses, 12 poulets gras, 
60 poulets, 250 œufs — autant à Pâques — 3 livres de cire, 
3 setiers de miel ; au mois de décembre 500 (tufs, 60 charretées 
de bois, etc. 

Ces dispositions furent insuffisantes ou inappliquées. Quinze 
ans plus tard, le grand personnage qui administrait le monastère, 
l'abbé et chancelier Louis, bouleversait l'économie de la Consti- 
tutio et répartissait d'une manière complètement différente entre 
les divers services de l'abbaye les revenus de la mense conven- 
tuelle ''. Le règlement qu'il institua était fait pour un établisse- 

1. Sur ces localités, cf. plus haut, p. xviii et xxiii, note 4. 

2. De predicta gregaria. 

3. Miniaferium a ici le sens à la fois territorial et économique. 

4. Voy. l'analyse du diplôme confirmatif de Charles le Chauve, Becueil^ 
n° 5. On peut le comparera l'acte similaire, du 23 février 849, par lequel un 
autre parent du roi, son oncle Raoul, affecte aux religieux de l'abbaye voi- 
sine et rivale de Jumièges un certain nombre de domaines de cet établis- 



FORTUNE TERRITORIALE DE L ABBAYE XXIX 

ment de 70 religieux. Au moment de sa splendeur, cent vingt ans 
auparavant, l'abbaye avait compté, dit-on, 300 ' moines. La 
décadence apparaît profonde de prime abord. Mais, outre que 
ce dernier chiffre n'est pas assuré -, il ne faut pas oublier que la 
diminution de reffectif monacal est un fait général à cette époque : 
ainsi Saint-Germain-des-Prés, qui avait 212 religieux au com- 
mencement du ix^ siècle, n'en avait plus que 120 en l'année 820, 
122 quinze ans plus tard 3, Saint-Denis 150 en 832 et 862 ^. 

Sans être demeuré au premier rang, Fontenelle occupait encore 
une position honorable parmi les établissements, religieux du 
royaume ''.L'invasion Scandinave allait compromettre, puis anéan- 
tir, les débris de sa fortune ^. 

sèment. Raoul s'y montre moins généreux que Louis {Historiens de France, 
t. VIII, p. 498). Cf. encore le partage plus important opéré à Saint-Denis 
par le même Louis, également abbé de ce monastère, en 862, à l'invitation 
d'Hilduin (Tardif, Cartons des rois, n°* 186, 187). 

1. Gesta ahbatum Fontanellensium, c. 10, p. 30. 

2. L'auteur cite ce chiffre par ouï-dire. Il parle d'un état de choses 
antérieur à lui d'un siècle. 

3. Voy. Longnon, PoUjptique d'Irminon, t. I, p. 187. Selon Ilariulf 
[Chronicus Centulense, éd. F. Lot, p. 70-71, 296) l'abbaye de Saint-Riquier 
comptait sous Charlemagne 300 moines et 100 écoliers. 

4. Voy. les réformes des abbés Hilduin et Louis confirmées par Louis le 
Pieux et Charles le Chauve dans Tardif, Cartons des rois, n°^ 123, 124, 186, 
187. Cf. Félibien, Histoire de Vabbaye de Saint-Denis, p. 72, 258, 339. 

5. Au niveau de Ferrières-en-Gàtinais qui comptait également 70 moines. 

6. 11 faut ajouter que l'église de Rouen semble avoir dépouillé l'abbaye, 
avec la complicité du roi. Dans un acte qui se place entre le 8 mars 872 et 
le mois de décembre 875, on voit Charles le Chauve confirmer à l'église de 
Rouen un certain nombre de domaines dont les noms se retrouvent dans 
la liste des biens de Fontenelle. Ainsi in pago Talavo et Fimnaco...Offincias 
(cf. p. XVII, Offignies)j ainsi : in pago Cultis [Calcis ?) Gressum (cf. 
p. xv). On peut objecter, il est vrai, que l'unité de la villa n'étant plus qu'un 
souvenir, l'abbaye et l'église ont eu chacune des parts d'un même domaine, 
parts qui portaient le nom de l'ensemble, celui de l'antique villa. Mais, 
quand on voit confirmer à l'église in pago etiani Tellavo Warinna/n nionas- 
teriolum ciim adjacentiis suis, le doute n'est plus permis, d'autant moins 
que l'église de Rouen garda Warinna (Saint-Saëns) près de trois siècles 
et le restitua à l'abbaye en 1153 (voy. plus loin, Recueil). Le diplôme de 
Charles se trouve seulement dans Rymer, Fœdera, V^ éd., t. X, p. 236; 
éd. de la Haye, IV, part. IV, p. 74. Une copie détestable du xiii« siècle est 
contenue dans le Cartulaire de VEglisc de Rouen, à la Bibliothèque de la 
ville de Rouen, V, 44, fol. 28 verso. 



III 



LÀ DESTRUCTION DE l'aBBAYE AU IX^ SIÈCLE ET LES PÉRÉGRINATIONS 
DES RELIGIEUX DE SAINT- WANDRILLE 

Le seul texte qui nous renseigne sur la destruction de l'abbaye 
de Saint-Wandrille par les Normands est un passage du Chroni- 
con Fontanellense, anivemenf dit Chronique de Saint-Wandrille, 
Son auteur, après avoir rapporté la défaite de Charles le Chauve, 
battu par les Bretons (le 22 août 8ol) et le traité du roi avec le 
vainqueur Erispoé (septembre-octobre), poursuit en ces termes : 

Eodem tempore classis Nortmannorum fluvium Sequanam ingressa 
est ipso die tertio idus octobris, duce Hoseri, qui aliquot ante annos 
Rothomag^um urbem depopularat ac incendio cremarat, id est anno 
dominicae incarnationis dcccxli, et per undecim annos niultas regiones 
latrocinando occuparat. Inter quas et urbem Burdegalim munitissimam, 
caput regionis Xovempopulanae, de qua tune progressus fuerat [histo- 
riam in te * meorumque infelicitatis... (sic) primitus Fontinellam 
monasterium agressi, cuncta eius depopularunt. Ad extremum etiam 
post dies ingressus sui Sequanam lxxxix, ipso die v idus januarii ad 
solum usque cremaverunt, cum stetisset a primo aedificationis suae die 
ducentis octodecim annis, mense uno et diestredecimj. Belloacus inté- 
rim urbem cremarunt et Flaviacum monasterium. Dequacum reverte- 
rentur, in loco nuncupato ^^'arcle^a a P>ancis excepti, plurimi inier- 
fecti sunt ; reliqui silvis se occuluerunt sicque noctu aUqui ad naves 
reversi sunt. Fuerunt autem in Sequana a tertio idus octobris usque 
nonis junii dies ducentos octoginta septem ; sicque onustis navibus 
BurdegaHm reversi sunt. Testantur regiones Sequanae adjacentes quia 
ex quo gentes esse coeperunt numquam taie exterminium in his ter- 
ritoriis auditum est. Tanta enim egerunt quanta nemo prudentium 
chronographorum enarrare sufficeret. Idcirco multa reliqui quia sub 
brevitate narrare disposui -. 

1. Il faut avec Pertz corriger in te en uite. 

2. A. Duchesne, Hist. Franc. Script., t. II, p. 389; — Hist. de Fr., t. VII, 
p. 4.3 ; — Mon. Germ., Script., t. II, p. 303. Cf. notre édition dans le fasc. II. 



DESTRUCTION DE L ABBAYE XXXI 

L'auteur rapporte ensuite la mort de Lambert de Nantes, tué 
par Joubert du Maine, et celle de son frère Garnier, exécuté sur 
l'ordre du roi, événements qui se placent en mai 852 K 

Il semble donc que, encadrée entre ces points de repère, défaite 
de Charles le 22 août 851 et mort de Lambert le 1*^'" mai 852, l'in- 
vasion du vikin^^ Oscar se place au cours de l'hiver 851-852. Par 
suite, la ruine de Saint- Wandrille devrait se dater du 9 janvier 
852 ~. D'autres érudits préfèrent reculer Tensemble des événe- 
ments d'une année '^ : la ruine de Saint- Wandrille serait alors du 
9 janvier 851 K 

Mais, dans l'un comme dans l'autre de ces systèmes, une diffi- 
culté existe, qui n'a point été, ce semble, aperçue : si la des- 
truction de l'abbaye est de janvier 851 ou 852, comment se fait- 
il que les moines attendent le commencement de Tannée 858 
pour prendre la fuite et se réfugier en Pontieu, à Bloville ^, puis 
en Boulonnais, à Quentowic ? 

1. Voy. R. Merlet, Chronique de Nantes, p. 30, note 3. 

2. J. Steenstrup [Normannernc, t. II, p. 162) adopte cette date d'année 
et imprime le « 2 janvier » par suite d'un lapsus. 

3. Ainsi Dummler [Gesch. d. Ostfraenk. Reiches, t. I, p. 3;)4) qui commet 
la même erreur que Steenstrup à propos de la date du jour. Voir encore 
Krusch, Script, rerum Merov., t. V, p. 8. 

4. L'assertion que le monastère fut détruit 218 ans, 1 mois et 13 jours 
après sa fondation ne peut être d'aucun secours car elle repose sur des 
calculs complètement erronés : saint Wandrille commença de construire 
son abl)aye le i^'^ mars 649 ou 650 (voy. plus haut noire premier mémoire). 
Les auteurs de la Gallia Cliristiana (t. XI, coL ITT)) ont accepté ce calcul 
et placé Fincendie h la date inadmissible de 862. 

5. Dans son édition fragmentaire, M. Holder-Egger [Mon. Germ., Script., 
t. XV, part. I, p. 408, note 3) propose d'identifier Bladulfi villa, oix se réfu- 
gient les moines, avec Bléville. Mais quitter Saint-Wandrille pour aller à 
Bléville, près du Havre, c'eût été se jeter dans lagueule du loup. D'ailleurs 
la fin du chap. v ne laisse aucun doute sur la situation de ce « praedium » : 
il y est dit qu'avant d'y arriver et de franchir la rivière àWlleia, les moines 
porteurs des corps saints, virent arriver à leur rencontre les frères de ce 
prieuré de Dladulfi villa et la population : (( Susceperuntque illa cum gloria 
Deique laudibus in loco qui dicitur Mittispons super fluviiim Alteiae. Ipso 
autem fluvii ponte beatissimis cum corporibus Iransito, in locoubi pausave- 
rant, crux lignea a fidelibus populi ponitur. » Millispons a disparu ou a changé 
de nom, mais fluvium Alteiae est certainement l'Authie, rivière qui traverse 
le Pontieu. Bladulfi villa ne saurait être qu'au nord de ce cours d'eau: c'est 
certainement Bloville, lieu dit de la comm. de Bois-Jean (Pas-de-Calais, arr. 
Montreuil, cant. Campagne-lès-IIesdin) entre l'Authie et la Candie, à 7 kil. 
au sud-est de Montreuil. Bloville est à une demi-lieue à l'ouest de la chaus- 



XXXIl L ABBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

Cette date de 8o8 pour l'exode des moines est attestée par un 
contemporain, Tauteur du Libellas de niiraculis sancti Wandre- 
(jesili : 

Ga[). V. Temporibus quo gravissima Daiiorum piratarum lues, l)eo 
perniittente, ftaj^iliisque exii^enlibus nostris, Oceani liUis infestum 
haberet, Galliarumque quaquaversiini maxime adjacentes et continuas 
tliivio Sequanae misera caede vastaret proviucias, quod retroactis tem- 
poribus, quando misericors Deus illius precepta servante suo fuit cum 
populo, nequaquam factum audivinius sed neque relegimus, anno vide- 
licet inruptionis suae in praediclum magnum lluvium Sequanae decimo 
octavo, ex quo vero, Oceanum inj^ressi, piraticam exercere agressi 
fuerant, quinquagesimo octavo, régis autem praecellentissimi Garoli 
decimo seplimo, sanctissimi ossa piique cineres praefati egregii con- 
fessoris Ghristi Wandregisiii ac sancti praesulis Ansberti, ob metum et 
conculcationem horum nefandorum gentilium, de Fontanellae monaste- 
rio propriis efîossa sepulcris, ad ipsorum sanctorum praedium quod 
dicitur Bladulfi villa deportata sunt ^ 

Les données chronologiques de ce chapitre ne sont pas rigou- 
reusement concordantes : s'il est exact qu'en 858, 58 ans se sont 
écoulés depuis que Gharlemagne a pris des mesures contre les 
agressions des pirates dans la Manche'^, la 18'' année après la pre- 

sée Brimehaut, c'est-à-dire de la voie romaine, allant d'Amiens à Boulogne. 
Celle-ci franchit l'Authie à Ponches (Somme, arr. Abbeville, cant. Crécy- 
en-Ponthieuj ({ui représente vraisemblablement le Mitti^pons super fîuvium 
Alteiae où la population et les moines du })rieuré de Bioville vont à la ren- 
contre des moines de Saint- Wandrille. Ces derniers suivaient certainement 
une voie romaine. — Ponches est le Pontes de l'itinéraire d'Antonin, ou 
plutôt le dérivé, Ponticas, représenté en 831 par le Pontias de l'inventaire 
des biens de l'abbaye de Saint-Riquier (voy. mon édition de la Chronique 
d'IIariulf, p. 94). Au contraire, selon J. Garnier dans son Dictionnaire topogr. 
de la Somme (Mém. de la Soc. des antiquaires de Picardie, t. XXIV, p. 97), 
Mittispons serait Nampont-sur-l'Authie, actuellement divisé en deux com- 
munes, Nampont-Saint-Martindans la Somme, Nampont-Saint-Firmindans 
le Pas-de-Calais. Mais aucun rapport phonétique n'existe entre ces deux 
noms; il faudrait plutôt admettre que Mittispons est une erreur de graphie. 

1. Mabillon, Acta Sanctorum, Saec, II, p. 549; — Mon. Germ., Script., 
t. XV, p. 406. 

2. L'anonyme a sans doute lu le passage suivant des Annales reçjni Fran- 
corum (éd. Kurze, p. 110) qui portent sous l'année 800 : « Ipse (Karolus 
Magnus) medio mense martio Aquisgrani palatio digrediens, litus oceani 
gallici perlustravit, in ipso mari, quod tune piratis infestum erat, classem 
instituit, praesidia disposuit, pascha in Centulo apud sanctum Richarium 



DESTRUCTION DE L ABBAYE XXXIII 

mière invasion de la Seine (mai 841) ^ correspond à 858-839, la 
17® année du règne de Charles à 856-857. Mais le chapitre vu 
dissipe toute incertitude. Il nous apprend, en effet, que, de Bio- 
ville, les moines se dirigèrent sur Quentowic pour déposer les 
corps saints en l'ég-lise de Saint-Pierre, dépendance de Saint- 
Wandrille, voisine de ce port-. Ils reçurent un accueil enthou- 
siaste du clergé et de la population la veille de TAscension, 
3*^ jour des Rogations, 5 des ides de mai, donc le mercredi 11 mai, 
synchronisme qui ne vaut que pour l'année 858 •^. Enfin, plus 



celebravit. Indecjue iterum per litus oceani Ratumagum civitatem profectus 
est, ibique, Sequana amiie transmisso, Turonis ad sanctum Martinumoralio- 
nis causa perveuit. » Il a cru pouvoir en conclure que c'est en l'an 800 que 
pour la première fois les pirates apparurent sur la Manche. Peut-être, à 
défaut de ce texte, a-t-il consulté une mention annalistique de son monas- 
tère, lequel a du enregistrer le passage de Charlemagne en cette région. En 
effet, avant d'arriver à Rouen, le roi avait côtoyé le rivage et, par suite, 
passé près de Saint-Wandrille, ou en ce lieu même, qui se trouvait près 
de la voie romaine de Caracotinum (Harfleur) à Rouen. Dans la Vi(a Sancli 
Ansberii il est parlé de la « via publica et delapidata quac juxta eam pos- 
sessionem jacet ac Rotomagensem deducit ad urbem » (Mabiilon, Acta 
Sanctorum, saec. II, p. 1061, cf. éd. Levison dans les Mon. Germ. Script. 
reruni Merovintj., t. V, 1910, p. G39). Sur cette voie antique, voy. abbé 
Cochet, Voies romaines de la Seine-Inférieure dans Mémoires de la Société 
des Antiquaires de Normandie, t. XXIV, p. 319-326. 

1. Chronicon Fontanellense, au début, 

2. On sait que Quentowic (c.-à-d. le vie, ou port de la Candie) a disparu, 
ou plutôt a changé de nom sans se déplacer notablement, c'est Etaples, 
dont la signification [staplum ^= emporium = viens) est la même. Voy. 
Louis Cousin, Nouveaux éclaircissements sur remplacement de Quentowic, 
dans les Mémoires de la Société Dunkerquoisc pour l'encouragement des 
sciences, t. IX (1862-64), p. 430-509. — Près de Quentowic était l'abbaye de 
la localité de Saint-Josse-sur-Mer, dont l'une des deux églises est dédiée à 
saint Pierre. C'est là évidemment que furent déposés les corps des saints 
Wandrille et Ansbert. 

3. Comme l'a déjà fait observer Mabiilon, Acta sanctorum, saec. II, 
p. 550 ; cf. Mon. Germ . , Script., t. XV, p. 406. « Cum sanctorum sacerdotum 
Christi beatissima membraad ecclesiam Sancti Pétri, quae vicina est empo- 
rio Quentovico et ex ditione corundem sanctorum, a monachis cum hymnis 
et laudibus deportarentur, in ipsa vigilia Ascensionis Christi, quando Roga- 
tionum tertia dies a populis christianis dévote celebratur, venerunt eis 
obviam plèbes innumerae clericorum sive laicorum cum sacris evangeliis 
crucibusque ac cereis, seu cum reliquo apparatu ecclesiarum. Qui ad 
terrani sese projicientes gaudioque prae nimio fientes, exceperunt illa bea- 

L'auuayh de Saint-Waxdrille. III 



xxxiv LAi'.i'.AVi; 1)1-: salnt-wandrille 

loin, au cliap. xvii, l auteur raconte un miracle survenu dans 
Tég-lise de Saint-Quentin de WulbodiiKjheni ' le 8 des ides de 
novembre, « die dominica ». Le 6 novembre tombe un dimanche 
en 858 \ 

Ainsi la fuite des moines avec les corps des saints Wandrille 
et Ansbert se place bien au début de 8o8 '^. Dès lors il est incom- 
préhensible que l'incendie de leur abbaye remonte à 850 ou 851. 
Qu'auraient fait les relig-ieux pendant cet intervalle de sept ou 
huit années ' ? 

Un texte auquel on n"a guère prêté attention, semble- t-il, 
prouve que la destruction du monastère est postérieure à 854 : 
c'est un diplôme de Charles le Chauve ^ accordé au monastère de 
Saint- Wandrille le 21 mars 85i, acte [)ar lequel le roi affecte aux 
religieux un certain nombre de domaines, dans le double but de 
les soustraire k des exactions possibles de leurs abbés et de leur 
offrir un lieu de refuge occasionnel « propter incursionem genti- 
lium ». 

tissima corpora cum laudihus hymnoruni ; coeperuntque ante illa ire psal- 
lendo donec praefatam introeuntes occlesiam a senioribus hujus congre- 
gationis IVatrihus, (|iu ipsa beatissima sanctorum membra propriis hiiiueiis 
g'cstabant, super altare saiicli apostoli Pelri ponerentur. Facta sunt liacc 
omnia v, idiis maii. » 

1. Les fugitifs ne s'arrêtèrent pas en effet à Quenlovic. Ils allèrent plus 
au nord, en leur domaine de WulJjodinghcni en Boulonnais (chap. xii et xvi). 
Le nom de cette localité a été remplacé par celui d'Outreau, au sud de 
Boulogne iLongnon, Pagi, 1^" partie, p. 33-24, et Haigneré, Dictionnaire 
hist. et archéol. du Pas-de-Calnis. Arronditisement de Boulogne, t. III, Arras, 
1882, in-8o, p. 336-357). 

2. Mabillon, ihid., p. oo3. Ce chapitre manque dans Tédition fragmen- 
taire àes Monunienta Germaniae . 

3. La date de 862 est donnée par ÏHistoria inventiunis et lïiiraculoruni 
sancti Vulfrarnni. L'auteur de cette Ilistoria (cf. p. xlv, n. 4) a connu les 
Miracles de Saint-Wandrille, et la date de 862 est le résultat d'une méprise 
de sa part, comme l'a déjà fait observer Mabillon (saec. II, p. 549, noie a). 
— On trouvera ailleurs [Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 1909, p. 435- 
438) la réfutation de l'assertion du Chronicon de gestis Xormannoruni qui 
donne Saint-Omer comme lieu de refuge pour les reliques des saints Wan- 
drille, Ansbert, etc., en 846 (sic). 

4. Le raisonnement qui suit serait, d'ailleurs, valalde aussi bien pour 
856, 857, 859. 

5. Historiens de France, t. VIII, p. 522. L'acte donné à -^uierzy « xii kal. 
aprilis, anno xiv, indictione i », est de 854 et non de 853, car l'indiction, 
presque constamment fausse, doit être sacriliée à l'an du règne. On trou- 
vera plusloin une nouvelle édition de ce diplôme [Bfcui'il, n° 5), 



DESTRUCTION DE L ABBAYE XXXV 

L'émigration est donc prévue mais non effectuée ', et il n'est fait 
aucune allusion à la prétendue destruction de l'abbaye trois ou 
quatre ans auparavant. Le diplôme porte au contraire que les 
corps saints sont encore à Fontanella, « uhi prctiosi confessores 
Chrisli Wandregesilus, Ansbertus, atquc Vulfrannus coj^pore 
requiescunt ». L'incendie de l'abbaye ne pourrait être au plus tôt 
que de janvier 855 ou 856. Seulement, ni cette année ni la 
suivante, il n^y eut de Normands sur la Seine au mois de jan- 
vier. Seules les années 857 et 858 sont admissibles. Comme la 
Translatio nous montre les moines en fuite au début de 858, il 
est clair que l'exode est occasionné par l'incendie de l'abbaye 2. 
Celui-ci est donc du 9 janvier 858. 

Ainsi, en 845, 851, 852, 856-857, Tabbaye avait réussi, bien 
que très exposée par sa situation, à échapper à la destruction. 
Cette immunité ne peut s'expliquer que d'une seule manière : 
Saint- Wandrille s'est racheté à prix d'argent, comme il avait 
fait en 841 déjà '^, comme firent Saint-Germain-des-Prés et 

1. On s'étonnera certainement de ne pas retrouver dans cet acte, tel qu'il 
est édité dans les Historiens de France, les localités de Bladulfi villa et 
Walbodinghem que les Miracula nous montrent précisément comme les 
lieux de refuge des moines de Fontenelle. Le mémoire suivant montrera 
que cette difïïculté n'est qu'apparente, 

2. On pourrait trouver singulier que l'auteur du récit des Miracles de 
saint Wandrille en 858 ne parle pas de la destruction du monastère. Mais 
son silence serait également inexplicable pour 852 ou 853, Les récits de 
miracles de 860-868 et 885 sont également muets en ce qui touche le sort 
des bâtiments et églises où se réfugièrent les religieux. A la fin on ne nous 
avertit même pas de l'époque où les religieux retournent à Boulogne. Le 
but du ou des auteurs est strictement hagiographique. 

3. Chronicon Fontanellease : Anno 841... vin. kal. jimii redcmptum est 
Fontinellense coenobium libris vr. » — h'Historia inventionis sancti Vul- 
franini rapporte au chap. 2 (d'Achery, Spicil., éd. in-4°, t. III, p. 251) que 
les moines de Saint- Wandrille se rachetèrent deux fois avant de s'enfuir. 
Quelle est la source de cette assertion? Peut-être les Miracles de saint 
Wandrille consultés par l'auteur, mais alors une autre rédaction que celle 
qui nous est parvenue, car celle-ci est muette sur ce point. — Les auteurs 
du t. XI de la Gallia Christiana (dom Brice, dom Hodin, dom Toussaints- 
Duplessis,domTaschereau), qui ont utilisé cette Ilist. inv. T^m //*/\im/if, trans- 
forment ce double rachat en triple rachat : « post trinam tributo soluto 
redemptionem » (col. 158); ils s'étaient aperçus, sans doute, qu'avant la 
grande invasion de 856-862, qui fut fatale à Saint-Wandrille, la Seine avait 
vu trois fois, et non deux fois, les flottes normandes. 



XXXVl L ABBAVE DE SAINT-WANDRILLE 

Saint-Denis en 8o7 K Le monastère fut détruit en 858 parce que 
de nouvelles bandes, plus sauvages, vinrent renforcer les pirates 
déjà établis depuis dix-huit mois sur le fleuve. On admet qu'à 
partir de 808 Fontanclla fut abandonnée. La chose n'est pas abso- 
lument sûre. Il est curieux que le récit des miracles qui s'arrête au 
début de 859 - reprenne avec une nouvelle mention d'un séjour 
des corps des saints Wandrille et Ansbert enlég-lise Saint-Pierre 
près Quentowic sous l'an 860 -K Cette année 860 est précisément 
celle d'une double invasion de la Seine que l'on a racontée ail- 
leurs ^. La coïncidence est trop frappante pour être fortuite et je 
suis disposé à admettre qu'après la retraite des bandes de Sidroc, 
Bjorn, Weland, en avril 862 ^*, les moines de Saint-Wandrille 
reprirent le chemin de la basse Seine. Ils en furent chassés 
moins de quatre ans après. 

1. Voy. Ann. Berfiniani, éd. Waitz, p. 48. 

2. Au chap. XIX, avec le récit d'un miracle « in quadragesimae diebus », 
c'est-à-dire du carême (8 février-26 mars) de 859. En effet, les deux miracles 
précédents (chap. xvii et xviii) concernent : i°un habitant du Pontieu guéri 
le 6 novembre 8')8, et 2° Grippon « duc » de Quentowic, assailli par une tem- 
pête au retour d'une mission en Angleterre où l'avait adressé le roi Charles : 
il est sauvé par l'intervention de saint Wandrille et va le remercier en son 
église le 24 décembre [858] (Mabillon, Saec. II, p. 553-555), Cette église est 
Saint-Quentin de Walhodinghoni, où \gs moines s'étaient rendus après mai. 
Walhodinc/hem représente le point central du territoire appelé plus tard 
Oulreau {ultra aquam) tout près de Boulogne, au sud (voy. plus haut p. xxxiv, 
note l).Ce peut êtreaussi Le Portel puisque Grippon, en mer, aperçoitl'église 
où est déposé le corps de saint Wandrille. 

C'est en 859 qu'apparaissent pour la première fois les Normands dans le 
bassin de la Somme qu'ils dévastent (Saint- Valéry, Saint-Riquier, Amiens 
sont brûlés) . La cessation des miracles est en rapport avec les excès de ces 
bandes. Les populations se dispersent et nos moines cherchent probable- 
ment un abri derrière les murailles de Boulogne. Voy. la Grande invasion 
normande de 856-862 dans la Bihl. de V Ecole des Chartes, 1908, p. 38. 

3. Mabillon, Acta, saec. II, p. 555 (chap. xx sq.). 

4. Voy. notre mémoire dans le Moyen-Age, 1902, p. 397. 

5. Voy. notre mémoire cité plus haut, note 2. Remarquer à l'appui que 
l'auteur de la Chronique de Saint-Wandrille rapporte qu'après dix-neuf 
années de monachisme il fut fait diacre le samedi 20 septembre 861 par 
Guenelon, archevêque de Rouen. Si les religieux étaient partis sans espoir 
de retour ils auraient eu recours pour ces ordinations à l'évêque de 
Térouane dans le diocèse duquel étaient les domaines où ils avaient trouvé 
refuge. — En outre, ils continuent à avoir un abbé, le chancelier Louis, 
mort le 9 janvier 867. 



DESTRUCTION DE L ABBAYE XXXVIl 

Nous voyons, en effet, en 866, Odulfus, contre de l'abbaye de 
Saint-Riquier, en Pontieu, profitant évidemment de la détresse des 
religieux de Fonténelle, « monastère tout récemment dévasté », 
obtenir d'eux des parcelles des corps des saints Wandrille et 
Ansbert, qui furent déposées solennellement dans une châsse le 
dimanche 12 février K Bien que l'invasion de 866 eût été courte, 
les religieux de Fonténelle demeurèrent près de Quentowic, comme 
l'attestent divers récits de miracles qui s'échelonnent de sep- 
tembre 866 à juin 868 -. Un retour à Fontanella après cette date 
demeure tant soit peu problématique •^. En tout cas, l'invasion de 
la Seine de 876 semble les avoir chassés des ruines de leur mona- 
stère ^. 

La « Grande Armée » de 885 les trouve soit à Quentowic, 
soit plutôt à Boulogne '^, Ils se hâtèrent de fuir devant elle 

1. Hariulf, Chronicon Centutense, t. III, c. 12 : « Sequentianno (866) idem 
monachus (Odulfus custos) rogavit a fratribus coenobii Fontanellae, quod 
nuperrime fuerat populatum, ut ex corporibus beatorum Guandregisili et 
Ansberti sibi et loco iiostro tribuerent quantulamcuiique partem. Acceptas 
ergo sacras reliquias legatus aeditui, ossa scilicet et cineres, Centulo II, 
idus februarii intulit, quae a fratribus cum honore susceptae, et in 
capsam saepedictam reconditae sunt » (éd. F. Lot, p. 122-123). Cf. le Propre 
de Saint-Riquier que nous publions dans la Bibliothèque de VEcole des 
Chartes, année 1911, p. 269 : « II. id. febr. : Exceptio reliquiarum sanc- 
torum Guandregisili et Ansberti. ». — L'invasion Scandinave de la Seine en 
866 se place donc en janvier ou février, (plutôt en janvier), comme je l'avais 
conjecturé précédemment dans le Moyen-Age, année 1902, p. 397, note 2. 

2. Chap. xxi-xxviii (Mabillon, saec. II, p. 5a5-5r)6). C'est par erreur que 
le chap. xxi commence par « anno dccclxvii » ; il faut lire « dccclxvi ». En 
effet, les miracles sont racontés par ordre chronologique : or le miracle de 
ce chap. xxi est du 22 septembre; celui du chap. xxii du 19 avril; celui du 
chap. XXIII du 21 avril; celui du chap. xxiv des « nones de mai veille de 
l'Ascension », c'est-à-dire du 7 mai, qui coïncide avec la veille de l'Ascen- 
sion en 867. Par suite le miracle du 22 septembre précédent appartient à 
l'année 866. 

3. Je remarque cependant à l'appui de cette hypothèse que l'auteur de 
la Chronique de Saint-Wandrille obtient la prêtrise le samedi 8 mars 872 des 
mains d'Alard, archevêque de Bouen, et que les moines continuent à avoir 
un abbé, Ebles, neveu du célèbre évêque Josselin (voy. p. précéd., note 5, 
et p. suiv., note 3). 

4. Cf. p. XL, nota 1. Cependant en 832 l'abbaye reçoit encore des dona- 
tions : Bumquarias [Becueil, n° 6), dont la situation n'est pas certaine, mais 
semble en Caux, Talou ou Vimeu. Cf. p. xv. 

5. Quentowic n'était plus assez sûr. Boulogne avec ses murailles romaines 



XXX VIII L ABlîAYE DE SAINT-WANDRILLE 

et, comme non seulement la basse Seine mais toute la Fran- 
cia entre la Seine et l'Escaut étaient en feu, ils se réfugièrent 
en Neustrie K Ils furent recueillis le 21 novembre 885 en Téglise 
Saint-Gheron, alors située en dehors des murs de Chartres^ par 
l'évêque Aimon et Tabbé Aimeri. Il était temps : trois jours 
après, les Normands, remontant la Seine, arrivaient devant Paris^. 
Les moines demeurèrent à Saint-Gheron trois mois moins trois 
jours. Mais, pendant ce temps les Normands ne se contentaient 
pas de tenir Paris assiégé ^\ ils ravageaient les contrées avoisi- 



offrait un semblanUlc refug-e. C'est d'ailleurs là qu'ils retourneront après 
avoir quitté Chartres (cf. plusloinp.xxxix). On doit dire cependant que leur 
fuite pourrait avoir été occasionnée par l'arrivée à Boulogne, ou sous Bou- 
logne, en octobre 884, des bandes qui quittaient le royaume franc de l'Ouest 
et s'embarquaient en ce port [Annales Vedastini, p. 319). Mais un an pour 
aller de Boulogne à Chartres c'est beaucoup. Le passage de la « Grande 
armée » ([ui, partie de Louvain, se dirigea sur Rouen par terre, donc en 
traversant l'Amiénois en juillet 885 (Favre, Eiidea, roi de France, p. 17), 
explique beaucoup mieux la fuite des moines. A l'automne précédent ils 
avaient sans doute trouvé refuge à Boulogne que touchait leur domaine de 
Walbodlngheni (voy. p. xxxiv). Il ne résulte pas, en efîet, forcémentdu texte 
àes Annale i> Vedaslini que les Normands soient entrés alors dans, le vieux 
caslruni romain de Bononia perché sur la hauteur, et cette remarque a été 
faite par llaigneré. Dictionnaire histor. et archéol. du Pas-de-Calais, arron- 
dissement de Boulo(jne, t. I, 1880, p. ol-52. Pressés les uns de gagner 
le Brabant, les autres de faire voile, ils ont sans doute négligé d'attaquer 
la forteresse. Ceux ([ui se sont embarqués Font fait sur le port situé beau- 
coup plus bas. L'été suivant, pour Boulogne, la situation devint très mena- 
çante : l'armée qui traversait le Nord de la France était la plus forte 
qu'on eût encore vue et on comprend que les moines enfermés dans Bou- 
logne s'y soient sentis mal en sûreté et aient pris la fuite. 

1. Quelques habitants du Boulonnais avaient accompagné ou précédé les 
moines, tel cet Angalmarus ducliap.xxxiii(Mabillon, Ac/a, saec. Il,p. 557) qui 
fut guéri le 1«'" juillet 886. Il était k de pago Bononiensi; qui ab incursione 
paganorum expulsus solo proprio morabatur tune temporis in pago (.arno- 
teno et villa Antilaico ». 

2. Favre, op. cit., p. 35. 

3. La Gallia christiana (XI, 175) fait d'un des héros du siège de Paris, 
Ebles, le 25*^ abbé de Fontenelle. Dans la Séries metrica abhatuni Fonta- 
nellensium allant jusqu'à 1483, contenue dans lems. latin H731, fol. 32, de 
la Bibl, nat., Eholiis figure sous le n» xxiii, avant Louis le chancelier) avec 
lequel se termine la l'-e série des abbés : « nam gens vesana Danorum 
genusque profanum coenobium vastat, destruit, expoliat ». — Mais il 
est inadmissible qu'Ebles, neveu de l'évêque de Paris, Josselin, nommé 



DESTRUCTION DE L ABBAYE XXXIX 

nantes. Une bande se dirigea sur Chartres : aussi les moines de 
Saint-Gheron et leurs hôtes se hâtèrent, « metu gentilium sua- 
dente », de chercher un abri derrière les murailles de la cité 
(16 février 886)1. 

Ils y soutinrent contre les barbares un siège heureux 2, dont 
l'hagiographe ne souffle mot, tout occupé qu'il est à raconter les 
guérisons miraculeuses de son saint patron. Il oublie également 
de nous parler des motifs et des circonstances de son retour à 
Boulogne et c'est en passant qu'il écrit le nom de cette ville. Les 
moines de Saint- Wandrille durent regagner le Nord assez vite ^. 

abbé de Saint-Denis en 886 seulement, ait possédé Saint-Wandrille trente 
ans auparavant, à une époque où il n'était qu'un enfant tout jeune, à suppo- 
ser même qu'il fût né. Il faut intervertir l'ordre de Louis etd'Ebles. 

1. Le texte des chap. xxix et sq. donné par Mabillon [Acta, saec. Il, 
p. 557) porte par erreur comme année de translation 895 et comme date de 
jour le 20 novembre. Il faut recourir à l'édition des Bollandistes [Acta 
Sanct., juillet, t. V, p. 289) et à celle, malheureusement fragmentaire, 
d'IIolder-Egger [Mon. Germ., Script., t. XV, part. I, p. 408). Cette dernière 
mention des Miracles de Saint-Wandrille a été certainement connue dans la 
seconde moitié du xi*' siècle de l'auteur des Annales Blandinienses qui écrit 
sous l'an 885 : « Delata sunt corpora sanctorum Wandregesili, Ansberti, 
Vulfranni, ad urbem Carnotenam in monasterium sancti Carauni monas- 
terii» [Mon. Germ., Script., t.V, p. 24). Sur la situation de Saint-Cheron,hors 
de l'enceinte de Chartres, cf. la Translation de saint Lihoire du Mans à 
Paderborn, en 836, retrouvée par le P. Poncelet et publiée dans les Ana- 
lecta Bollandiana, t. XXII, 1903, p. 164-165. 

2. Sur le siège de Chartres de 886, voy. Ed. Favre, Eudes, p. 48; R. Mer- 
let. Les comtes de Chartres, loc.cit., p. 67; — J. haïr, Le siège de Chartres, 
p. 20. (Extr. du C. R. du LXVIt Congrès archéol. de France, 1900. 

3. Les Miracles accomplis à Chartres ne dépassent pas le début de juillet 
886 (voy. dans Mabillon, saec. II, p. 157-158 et mieux dans Bollandus, Acta 
Sanc^., juillet, t. V, p. 289). Le miracle accompli à Boulogne en faveur de 
la « femina transmarina » (c.-à-d. anglaise), qui termine l'ouvrage, fait 
suite immédiatement. Ayant fait vœu de servir le saint et de ne pas appro- 
cher du feu, elle s'oublie à vouloir faire des hosties la veille de Noël : le 
moule s'attache à sa main qui est frappée de paralysie. Elle est guérie de 
nouveau le 4*^ jour des Saints-Innocents, c.-à-d. le 31 décembre, sinon de 
l'année 885, du moins de 887, quand le départ des Normands gagnant, les 
uns la Frise, les autres la Bourgogne, eut laissé le passage libre. 

Les antiques fortifications de Boulogne ont dû être relevées vers cette 
époque par le comte Erkanger, qui paraît de 886 jusqu'à 919 et même 923 
(Vanderkindere, Formation des principautés belges, 2*^ édit., t. I, p. 51-52). 
La Vie de saint Bertoux de Renty dit qu'au temps de ce personnage Bou- 
logne fut « civitas munita » et que, pour cette raison, ily transféra le corps 



XL L ARRAYE DE S AINT-WAN DRILLE 

Une fois à Boulogne ils n'en bougèrent plus ^ pendant un demi- 
siècle et davantap^e. 

C'est là qu'Arnoul le Grand 2^ grand amateur de reliques, vint, 
en 944, chercher les corps de ces saints personnages Wandrille 
et Ansbert, lorsque, à l'instigation de saint Gérard de Broigne, 
le marquis de Flandre se résolut à en gratifier le monastère de 
Saint-Pierre de Gand qu'il venait de relever de ses ruines. Il alla 
les prendre lui-même le 23 août et, en dépit des regrets des habi- 
tants et de l'évêque de Térouane-Boulogne, Wifroy, il les trans- 
porta au Mont-Blandin, où ils arrivèrent le 3 septembre 944^. 



du saint [Mon. Germ., Script., t. XV, ii, p. 635). Il y transporta aussi des 
reliques de saint Kilian qu'il rapporta d'Allemagne, selon un Index des 
reliques de l'abbaye de Saint-Pierre de Gand composé au x'' siècle: « ...ex 
sancti enim Chiliani pontificis et martyris articulis manuum gaudemus 
habere nobiscum, quas reliquias Erkengerus comes et Arnoldusde Germa- 
nia Bononiam civitatem deportaverunt » [ibid., t. XV, ii, p. G29). 

1 . Selon l'auteur des Miracula et translatio sanctae Berthae, c. 2, qui a écrit 
au x^ siècle, les moines porteurs des reliques des SS. Ansbert et Wan- 
drille auraient trouvé l'hospitalité au monastère de femmes de Blangy (Pas- 
de-Calais, arr. Saint-Pol, cant. Le Parcq) du temps de « l'empereur » 
Charles et de Tabbesse Hersent, et ils y seraient demeurés vingt ans : 
« ibique viginti annis hospitabantur » [Mon. Germ., Script., XV, 565). On 
trouve le même renseignement au cliap. vu de YHistoria inventionis sancti 
Vulfranini, mais Fauteur renvoie au texte précédent qui doit donc seul 
entrer en ligne décompte. Que vaut cette assertion ? Elle ne saurait s'ap- 
pliquer à une époque postérieure à 891, date de la fuite des religieuses de 
Blangy à Erstein en Alsace (L. de Heinemann, ibid.). D'autre part le séjour 
à Blangy estpostérieur à 868, antérieur à 885 (voy. plus haut p. xxxvii). C'est 
entre ces deux années qu'on pourra le placer s'il a un fondement réel. La 
mention de Charles « empereur » permettrait seulement de supposer que 
l'arrivée des moines de Fontenelle eut lieu entre décembre 875 et novembre 
887. Mais tout cela est assez hypothétique. 

2. A la mort d'Erkanger (post. 923) le Boulonnais passa sous la suzerai- 
neté du marquis de Flandre. Voy. Vanderkindere, op. cit., 1. 1, p. 52 sq. 

3. Sermo de adventu SS. Wandregesili, Ansberti et \ ulfranni in monteni 
Blandiniuni dans Mabillon, Acta Sanct., saec. III, i, 365; éd. P. Boschius 
dans BoUand., Acta Sanct., juillet, t. V, 291 ; — extr. dans Hist. de Fr., IX, 
153 et Mon. Germ., Script., XV, ii, 625. Dans cette dernière édition on a 
utilisé pour le récit du voyage de Boulogne au Mont-Blandin (Saint-Pierre 
de Gand) les identifications géographiques de Cousin parues dans les 
Annales de Vacad. d'archéol. de Belgique, t. XXVIII (2® série, t. VIII), 
p. 208 sq. — L'auteur de ce Sermo n'a pas écrit avant l'année 1100 environ 
mais a certainement utilisé un récit contemporain et aussi un Index reli- 



DESTRUCTION DE L ABBAYE XLI 

Les reliques des SS. Wandrille et Ansbert ne devaient plus 
quitter Gand. 

Selon un écrit postérieur de plus d'un siècle à la translation 
précédente, saint Gérard aurait fait une tentative pour ramener à 
Fontenelle le corps de saint Wandrille. Pendant que sous le gou- 
vernement de Richard P"", qui « avait presque égalé à l'empire 
romain le royaume paternel», la Normandie jouissait d'une paix 
profonde, « Girard, abbé d'un monastère de Gand, ayant pris le 
précieux corps de saint Wandrille, se hâta de venir au pays 
de Beauvaisis et s'arrêta pour y loger dans un village nommé 
Rivecourt ^ Il eut soin d'en informer, par le maire du domaine, 
Thierry, personnage noble et très puissant, car celui-ci, bien 
qu'injustement, était maître de cette ancienne propriété de l'ab- 
baye de Fontenelle. Cet homme orgueilleux et arrogant frappa 
du bâton qu'il avait en mains le porteur du message et le fît 
sortir avec de grandes injures. Revenu auprès de Tabbé Girard, 
le porteur du message fît connaître avec douleur le traitement 
qu'il avait subi. A ce récit tout le monde éclata en gémis- 
sements et alla se prosterner devant la litière du saint : versant 
un torrent de larmes et poussant d'amers soupirs, l'abbé se 
plaint pathétiquement de l'outrage fait au bienheureux. Cepen- 
dant le soleil s'était couché et la nuit silencieuse était survenue. 
Thierry s'était mis au lit pour dormir. Soudain un personnage 
terrifiant lui apparut sous l'habit monastique, lui reprocha avec 
véhémence ses insultes de la veille et lui donna un grand coup 
de son bâton pastoral. Réveillé aussitôt, Thierry fit entendre 
des gémissements et d'une voix perçante et entrecoupée cria 
qu'un vieil abbé venait de le tuer ; puis, torturé brusquement 
de douleurs internes, il gagna les privés et là rejetant ses 

quiarum dressé en 944 ou peu après. Le récit du x<' siècle a été connu 
des Annales Blandinienses qui portent sous Tannée 944 : « adventus corpo- 
rum sanctorum Wandregesili, Ansberti, Vulframni, in Blandinio » {Mon. 
Germ., Script., t. V, p. 23. 

1. Reveriscors est Rivecourt, Oise, arr. Compiègne, cant. Estrées-Saint- 
Denis. Rivecourt est demeuré jusqu'à la Révolution un prieuré de Saint- 
Wandrille. Une partie de la localité appartenait à Saint-Riquier, car Bivirt- 
sicurle figure parmi les domaines dont Charles le Chauve, le 27 septembre 
844, confirma la possession à cette abbaye. Voy. Hariulf, Cliron. Centul., 
1. III, c. 7, éd. F. Lot, p. ilO (à la date incompréhensible du 2i novembre 
844). 



XUI L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

« entrailles dans une io-noble déjection il finit misérablement ses 

« jours, donnant ainsi aux vivants un témoignage probant du 

« crédit dont jouit le saint père Wandrille auprès de la Divinité, 

« résolue à condamner à un supplice mortel un ennemi coupable 

« d'une pareille conduite ^ et d'outrages envers lui'^. 

« La chose se répandit aussitôt dans toute la contrée et ne réjouit 

« pas médiocrement Tabbé Girard et sa suite. Celui-ci ayant pris 

« conseil de ses compagnons laissa les saintes reliques à leur 

(( garde, et sous une faible escorte gagna à cheval la ville de 

« Rouen. Admis en présence du comte Richard, il fit connaître 

« exactement et de manière à se concilier ses bonnes grâces les 

(( motifs de son voyage et lui dit qu'il aurait incessamment le 

« corps de saint Wandrille et qu'il le ramènerait en son lieu si les 

(( terres qu'il pourrait prouver ( être siennes ) par des privilèges 

(( écrits lui étaient restituées. Le comte, après avoir pris conseil de 

« ses grands, ordonna à ra])bé de montrer ses chartes et d'en 

« donner publiquement lecture. Quand l'abbé eut fini, les mur- 

(( mures et les récriminations éclatèrent : tous criaient qu'ils ne 

« pouvaient être dépouillés des honneurs propres que la vaillance 

« guerrière de leurs prédécesseurs leur avait gagnés au prix de 

« leur sang ou bien qu'eux-mêmes avaient acquis par d'assidus 

(( services et à la sueur de leur corps. L'alîaire que l'abbé Girard 

(( avait entreprise ayant ainsi rencontré des difficultés, celui-ci 

« sans se laisser retenir par aucune promesse, retourna auprès des 

« siens par le même chemin et, après cette vaine dépense de 

(( fatigue, il se hâta de ramener le corps de saint Wandrille au 

« lieu dont il l'avait tiré, lieu où, aujourd'hui encore, il repose 

(( très glorieusement, honoré de Dieu et des hommes -^ » 

1. J'interprète ainsi les mots « sic viventem inimicum ». 

2. Le ms. de Rouen Y 237 [Chronicon minus) ajoute ici que c'est grâce à 
ce miracle que Saint- Wandrille recouvra en entier ce domaine : « Sicque 
factum est ut tota possessio illa, cui, licet injuste predictus Theodericus ter 
dominal)alur, que etiam possessio pridem fuerat de dictione monasterii 
Fontanellis, Deo sanctoque confessori Wandregesilo extunc, hocviso mira- 
culo, totaliter redderetur )> (fol. 88 verso). 

3. Hiatoria inventionis et miraculoriiin sancti Vulframni, cap. m. — Cet 
écrit composé en 1053, ou peu après, se trouve dans Mabillon, Ac/a sanc/. 
ord. S. Bernard., saec. m, I, p. 366 et dans les Bollandistes, Actasanci., mars, 
t. III, 150. Il a été publié en premier Heu par d'Achéry dans son Spicilegium 
(éd. in-4°, t. III, p. 252 ; in-folio, t. II, p. 283) sous le titre de Appendix 



DESTRUCTION DE L ABBAYE XLIII 

Ce récit a été rejeté, et avec raison^. Le comte Arnoul le Vieux 
n'eût point consenti à se dessaisir des reliques auxquelles il tenait 
beaucoup et, entre 944 et 953, époque à laquelle Gérard se démit 
de ses fonctions d'abbé de Saint-Pierre au Mont-Blandin 2, Richard 
de Normandie n'était pas en mesure de se faire restituer de force 
des reliques^, comme fît plus tard Hugues Gapet^. Néanmoins, à 
Gand même, le désir de restaurer l'antique monastère ne s'éteignit 
pas chejz ceux des religieux de Saint-Pierre qui étaient particuliè- 
rement dévots à saint Wandrille. L'un d'eux, nommé Mainard, 
obtint du duc Richard l'emplacement même de Fontenelle, qui 
n'était plus qu'un monceau de décombres envahis par la végéta- 
tion \ Mainard parvint à rebâtir l'église et même à construire un 
dortoir et un réfectoire en pierre. Il attira des moines et obtint 
de l'abbé de Saint-Pierre et des religieux de ce monastère des livres, 
les chartes de propriété, des ornements et même des « phylac- 

altera ad chronicon Fontanellense, copié par Dom Bouquet dans les 
Historiens de France (t. IX, p. 3). Ce titre est malheureux et pourrait don- 
ner lieu à des méprises, car ce que d'Achéry appelle Chronicon Fonta- 
nellense n'est pas l'ouvrage désigné sous ce nom par André Duchesne 
[Script., t. II, p. 387) et ensuite par tous ceux qui ont reproduit son texte 
[Hist. de Fr., t. VII, 40 ; Mon. Germ., Script., t. II, p. 301), mais un ouvrage 
tout différent, les Gesta abbatum Fontanelle nsium. 

1. « Wenig glaubwiirdig » dit E. Sackur, Die Cluniacenser, t. I, p. 135. — 
Ce qu'il en faut retenir, en tous cas, ce sont les sentiments que l'auteur 
prête aux vassaux du duc de Normandie, usurpateurs des biens de Saint- 
Wandrille. Ils sont vrais d'une vérité générale sinon particulière. 

2. Voy. Vanderkindere, L'abbé Womar de Saint-Pierre de Gand dans 
Bull, de la commission roij. dliistoire [ de Belgique ], 5*^ série, t. VIII, 1896, 
p. 296-304. 

3. Sur la minorité du duc Richard, voy. Lauer, Louis IV d'Outremer, 
p. 96 sq. ; F. Lot, Fidèles ou vassaux, p. 186. 

4. En 980. Voy. F. -Lot, Les derniers Carolingiens, p. 116-118, 381-383. 

5. L'auteur explique (cap. iv) l'acquiescement de Richard et des grands 
par le miracle du cerf. Un seigneur, Toustainle Riche [Torstimjus qui ob 
magnificentiam amplissinii honoris dives dicebatur), allant un jour, selon 
son habitude, chasser dans la forêt de Jumièges, leva un cerf qui dans sa 
fuite l'entraîna au loin jusque dans la vallée de Fontenelle. La bête se coula 
dans les ruines du vieux monastère et s'arrêta immobile près de l'autel en 
tournant la tête en arrière comme si elle se sentait en sécurité. Les chiens, 
qui avaient pénétré à travers les décombres, aboyaient de toutes leurs forces 
mais ne pouvaient arriver à l'autel, comme s'ils étaient retenus par un 
pouvoir invisible. Le chasseur stupéfait comprit qu'il y avait là une inter- 
vention surnaturelle ; il descendit de cheval, se prosterna et, après avoir 



XLIV L ABBAYE DE SAINT- WAN DRILLE 

tères » garnis de reliques. Néanmoins l'abbaye restait privée de 
son trésor principal, les corps saints demeurés à Gand. Elle tenta 
de les remplacer par ceux des SS. Maxime et Venerand qu'un 
(( homme d'outremer averti par de fréquentes visions » vint en 
Gaule déterrer une nuit au village d'Acquigny ' sur l'Eure. « 11 
« prit secrètement les reliques et se hâta de descendre ^ au port 
(( de Gaudebec'^. Là, ayant payé le prix du passage à un certain 
(( Amaubert, il voulut entrer dans la borque ; mais, retenu par une 
(( puissance divine, il se mit à chanceler comme un homme ivre 
(( et fut incapable de poursuivre son voyage. Le nautonnier, 
(( étonné de ce spectacle insolite, regarda pkis attentivement 
u l'étranger et lui demanda ce qu'il portait enroulé '*. Il l'obligea à 
« se rendre au monastère de Fontenelle, tout près de là, et, le 
« présentant à l'abbé et aux frères, il leur exposa ce qui s'était 
« passé. Se voyant pris et abandonnant tout espoir d'emporter son 

prié, chassa les chiens hors du saint lieu et hiissa \e cerf en paix. Plus 
tard, quand l'occasion s'en présenta, il raconta au duc et à la cour cette 
aventure qui, évidemment, toucha leur ccrur. — L'auteur la lient « veterum 
relatione ». 

1. Cap. v: « ad locum qui super Auturam fluvium Acineia dicitur ». — Ac- 
quigny, Eure, arr. et cant. Louviers. 

2. L'itinéraire du ravisseur ne peut s'expliquer qu'en admettant qu'il a 
passé la Seine à l'endroit où s'élevait le pont de l'Arche et qu'il a suivi la 
rive droite du (leuve. A Caudebec, il voulait non pas passer l'eau — car il eût 
été beaucoup plus simple de rester sur la rive gauche depuis Acquigny, — 
mais s'embarquer pour l'Angleterre. Caudebec, depuis la ruine de Caraco- 
iiniim, était sans doute le lieu d'embarquement, parce qu'il était moins 
exposé à un coup de main des pirates. 

3. (( Ad portum Logiensem festinus descendit ». Il s'agit certainement 
de Loiu?n, étape sur la Seine de la voie romaine de Caracotinum (Harfleur) 
à Rouen. C'est non loin de son emplacement que s'éleva la localité appelée 
Caudebec. Pourquoi l'hagiographe emploie-t-il cette forme archaïque, 
comment même peut-il la connaître ? Je crois que l'abbaye a possédé un 
exemplaire de l'Itinéraire d'Antonin où figure et Loium (Desjardins et 
Longnon, Géographie de la Gaule romaine^ \l,Ql) et Pelromantalum cité par 
le Chronicon Fontanelle use (voy. dans le Moyen Age, 190o, p. 2i, note 3). 

Cependant Vltinéraire ne figure pas dans la liste des livres de l'abbaye 
aux vii*^ et viii« s. (éd. Omont dans Ca/ai. des Mss. de Rouen, i. l, p. xvi, 
d'après les Gesta ahh. Font.). 

4. Quid suh involucro ferret. On serait tenté de traduire involucruni 
paru malle» si, vu la désinvolture avec laquelle les religieux dépouillent 
l'étranger, ce mot ne prêtait à un rapprochement irrévérencieux. 



DESTRUCTION DE L ABBAYE XLV 

« fardeau, l'homme montra les saints ossements qu'il avait soi- 
« gneusement enveloppés, fît connaître à tous à quels saints ils 
« appartenaient ainsi que sa vision. Puis il partit, triste et fort 
(( chagriné d'avoir perdu le trésor céleste qu'il était venu chercher 
« à travers tant de périls. L'affaire fut portée au prince des Nor- 
« mands et les frères lui demandèrent humblement de décider 
(( du sort des reliques. Le prince décréta sagement de confirmer 
(( par son autorité que ces corps saints devaient demeurer à l'ave- 
« nir au lieu où, par l'ordre de Dieu et par leur propre choix, ils 
« s'étaient rendus. C'est pourquoi aujourd'hui encore ces saints 
« martyrs sont conservés chez nous avec la révérence qui leur 
« est due K » 

Le départ de Mainard, employé à la réforme du Mont-Saint- 
Michel, vers 966, devait être funeste à l'abbaye de Saint- Wan- 
drille : les trois « recteurs » ~ qui lui succédèrent ne firent que 
du mal. Le monastère ne se releva que sous Richard II qui appela 
à le diriger Gérard (v. 1008). Celui-ci s'était formé au monastère 
de Lagny, sous le juif converti Herbert, qui avait été condisciple 
du roi Robert et de Foubert de Chartres, aux leçons du ((philo- 
sophe» Gerbert^. Gérard avait fondé un établissement dans la 
nouvelle capitale du Valois, Crépy. Gérard, pour la bonne fortune 
de la nouvelle abbaye de Fontenelle, eut la chance de trouver ce 
qui lui faisait toujours défaut, les reliques d'un saint renommé, 
élément indispensable pour produire des miracles, affluer les dons 
des malades et des gens pieux. Les ouvriers qu'il employait à des 
travaux de réfection des bâtiments ayant profondément creusé les 
cryptes découvrirent neuf sarcophages en pierre. Les deux du 
milieu, qui portaient les noms de Wandrille et d'Ansbert, étaient 
vides; mais dans le troisième sarcophage, à droite de celui de 
Wandrille, on retrouva le corps du saint Vulfrand. Les miracles 
commencèrent aussitôt. Plus tard, le précieux corps fut transféré 
dans une châsse d'argent le 1^^ juin 1027 ^. L'avenir du monastère 

1. Hisloria inveritionis sancti Vulfranni, cap. v, dans d'Achéry, Spicil., éd. 
in-4°, t. III, p. 256. 

2. Ce mot désigne généralement des abbés laïques. L'un d'eux cependant, 
connu par son épitaphe, un certain Enjoubert, paraît avoir été en même 
temps abbé de Jumièges. Voy. Gallia christiana, t.XI, col. 176. 

3. Hist. inv. S. Vulframni, cap. vu, loc. cit., p. 258-259 et 265-266. 

4. Ihid., p. 259-264. — Notre auteur profite de cette découverte pour 
triompher des malavisés qui soutiennent avoir en leur possession le corps 



XLVl l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

était désormais assuré. Il se reprit à prospérer et sous Gérard 
(assassiné par un de ses moines le 29 novembre 1031) et sous son 
successeur Groux (Gradulfus), mort le 6 mars 1047, et sous 
Robert, frère de ce dernier (10i7-1063) K 

Il avait fallu deux siècles de tribulations pour que la création 
de saint Wandrille retrouvât la prospérité qu'avaient anéantie 
les invasions Scandinaves du ix*' siècle. 

du saint ou s'imaginent qu'il est ailleurs qu'à Fontcnelle. Un de ses argu- 
ments prouve de la finesse et du sens critique : il observe que le nom de 
saint Ansbert ne se rencontre jamais dans les Miracula Wandregisili etAns- 
J)erli, ce qui prouve bien que les moines de Fontcnelle avaient négligé 
d'emporter son corps dans leur fuite :« nam et in illa historia antiquorum 
diligentia literis procurata, in qua sanctoruiu nomina, scilicet Wandregesili 
et Ansberti continentur scripta, hujus sancti nomen ve 1 mentio nusquam 
reperitur vel semel inserta, quod procul dubio nullatenus posset fieri nisi 
sacratissima illius ossa translatores aliorum se ibidem meminissent reli- 
quisse gratia certae rationis ». Mais la témérité de ces adversaires taxe de 
faux ce lihellus. Notre moine renvoie alors au librllus de viriulihus sanctae 
Berthae où l'on parle de saint Ansbert et de saint Wandrille sans soufïïer 
mot de saint Vulfraud. Ce raisonnement est bien conduit : dans un des 
mss. des Miracula SS. Wandregesili et Ansberti on trouve, il est vrai, le 
nom de Vulfrand à la suite, mais, comme l'ont montré les Bollandistes 
(juillet, t. V, p. 290 et mars, t. III, p. 161), ce nom est interpolé. Il l'est 
également et dans les Annales Blandinienses rédigées après 1060 [Mon. 
Germ.y Script., t. V, p. 20) et dans le Sermo de adventu SS. Wandegesili 
Blandinium, composé au début du xii*^ siècle (cf. plus haut p. xl, note 3). 
Vov. encore un Martyrologe cité par Mabillon [Acta, V, 200). Le nom de 
Vulfrand se trouve encore dans l'Index reliquiarum dressé en 944 [Mon. 
Gerni.y Script., XV, ii, 628) mais il n'est pas question du corps du saint : 
il y est dit qu'on possède (à Gand) une portion de sa dalmatique et son couteau. 
Remarquer enfin qu'en 8(36 Saint-Riquier obtient des parcelles des saints 
Wandrille etAnsbert; mais il n'est pas question de Vulfrand (voy. plus haut 
p. xxxvii, note. 1). Si bien ({ue j'inclinerais à donner raison à l'auteurderZ/iS- 
toria inventionis sancti Vulframni. — Par contre, il n'y a nul compte à tenir 
d'un passage de courtes annales de basse époque citées par Mabillon 
(saec. II, 558 note a) d'après lesquelles un bras de saint Wandrille fut 
rapporté de Gand à Fontenelle en 1047. Notre hagiographe, qui a vécu au 
moins jusqu'en 1053, n'eût pas manqué d'en parler. Il dit au contraire que 
le corps repose toujours à Gand (voy. plus haut, p. xlii). 

1. Ibid., cap. vii-ix, loc. cit., p. 267-270 ; Gallia christiana, t. XI, col. 160 et 
178. Un dernier épisode à signaler est le transfert à Abbeville en 1058 d'une 
partie du corps de saint Vulfrand par Guillaume Talvas, comte de Pontieu. 
Voy. abbé Corblet, Hagiographe du diocèse d'Amiens, t. IV, 1876, p. 679. 



IV 



CAUDEBEC ET l'aBBAYE DE SAINÏ-WANDRILLE (iX^-Xl^ SIÈCLE) 



Le 21 mars 854, Charles le Chauve, se trouvant à Quierzj- 
sur-Oise, rég-la la répartition selon les divers services des 
domaines et revenus du monastère de Saint-Wandrille (Fonfa- 
nella), à la requête de son cousin, l'abbé Louis, qui dirigeait ce 
grand établissement '. En tête du dispositif, au nombre des 
biens affectés au luminaire et aux besoins des hôtes, figure 
Caliduni heccuni ciini intcgritale ac omnibus appendiciis ad eani 
pertinenlihus cum aqiiis el porto ^ pilagiis^ consuetudinibus et 
transverso. 

Calidiimbecciun, c'est naturellement Caudebec-, à 3.500 mètres 
à Touest de l'abbaje de Saint-Wandrille. 

Personne, senil)le-t-il, n'a entrevu les conséquences qu^en- 
traînerait cette mention de Caudebec en 854. Elle n'implique- 
rait rien moins que l'existence sur la basse Seine d'une popula- 
tion Scandinave ou ansflo-saxone dès le milieu du i\^ siècle et 
même antérieurement. Caliduni beccuni répond, en effet, à un 
cold bec « froid ruisseau », norois ou anglo-saxon -^ et, pour que 
l'ancien nom ait été supplanté par un mot d'une langue nord- 
germanique, il faudrait qu'une population parlant cette langue 
ait été installée en la région. On sait la ténacité des désignations 
topographiques. Les vaincus, et même les disparus, lèguent à 



1. Ilisloriens deFrancc, l. VIII, p. ))22, 11° cxi. Voy. plus loin, Recueil, 
n«5. 

2. Caudebec-en-Caux, Seine-Inférieure, chef-lieu de canton de l'arron- 
dissement d'Yvetot. 

3. Voy. Charles Joret, Des caractères el de Vextension du patois nor- 
mand (Paris, 1883, in-8»), p. 48-52. 



XLVllI L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

leurs vainqueurs et remplaçants les noms de montagne et sur- 
tout de rivière. 

Les nouveaux venus appartiennent-ils au rameau Scandi- 
nave ? A première vue, on serait tenté de répondre affirmative- 
ment. Depuis la fin du viii'^ siècle les Scandinaves, surtout les 
Danois, sillonnaient la Manche et l'Océan i. Au printemps de 
Tannée 800 Gharlemagne inspecta les côtes des régions qui 
devaient bientôt porter le nom de Saint- Wandrille. Une flotte fut 
établie vers Tembouchure de la Seine-. 

Le grand fleuve ne vit pas moins les pirates le remonter, 
une première fois en 842 — Saint- Wandrille dut se racheter 
— en 845, enfin en 851-852 et 852-853 ^ Mais aucune de ces 
incursions n'avait été durable, même la dernière. Une occupa- 
tion tenace et prolongée de la Seine commença seulement un an 
après la délivrance du diplôme de Charles pour ne se terminer 
qu'en 862. Encore les pirates se rembarquèrent-ils tous, sauf 
une poignée de convertis dont le chef fut Weland, mais elle 
demeura dans l'entourage de Charles le Chauve^. 

En faveur des Anglo-Saxons on peut invoquer les considérations 
suivantes : d'abord les deux termes sont aussi bien Saxons que 
Norois ^. Ensuite on est frappé de ce fait qu'une partie de la 
future Normandie, le Bessin, a été certainement peuplée à la fin de 
l'empire romain par des « Saxons », ;ivant même la conquête de 
la Grande-Bretagne par eux et leurs frères les Angles et les 



1. Je me borne à renvoyer au meilleur ouvrage paru sur les invasions 
Scandinaves en France : Wallher Vogel, Die Normannen und das frànk- 
ische Reich his zur Grilndung der Normandie {799-911), Heidelberg, 
1906, in-8. 

2. Annales regni Francorum, éd. Kurze, p. 110 [Mon. Germaniae in usum 
scholarum). Cf. le mémoire précédent, p. xxxii, note 2. 

3. Cf. le mémoire précédent, p. xxxv. 

4. Voy. La grande invasion normande de 836-862, dans la Bibliothèque 
de V Ecole des Chartes, année 1908. 

5. M. Joret [op. cit., p. 51) s'est trouvé très embarrassé par Calidum 
heccum. Il s'est demandé si les Scandinaves n'avaient pas fondé un éta- 
blissement sur la Basse-Seine vers cette époque, puis si l'acte de 8o4 était 
authentique. Il a eu du reste le mérite de relever l'erreur de l'abbé Cochet 
qui prétendait que le nom de Caudebec apparaît dans un diplôme de Louis 
le Pieux de 815. 



CAUDEBEC ET l'aBBAYE DE SAINT-WANDRILLE XLIX 

Jutes K Un autre point des côtes de la Manche reçut, sans 
doute vers la même époque, une colonie saxonne, je veux parler 
des environs de Boulogne où plus de quarante localités gardent 
le suffixe -(on, spécial à la branche anglo-saxonne parmi les 
dialectes germaniques -. Entre ces deux points le pays de Gaux, 
à sa lisière maritime, renferme nombre de noms de lieux 
dont l'étymologie s'explique tout aussi bien par l'anglo-saxon 
que par le norois ^ . En sorte qu'on en vient à supposer que, dès 
une période reculée, l'époque mérovingienne au plus tard, le 
Bas-Empire de préférence ^, le rivage gaulois de la Manche, du 
cap Grisnez environ jusqu'à la baie de Grandchamp \ a été peu- 
plée de colonies saxonnes. 

Ce système aurait l'avantage de lever une très sérieuse diffi- 
culté que présente la toponomastique de la Normandie. 

Le nombre de Scandinaves qui s'y établit au début du 
x® siècle ne devait pas être très élevé, puisque dès le règne du 
second duc l'usage du norois avait quasi disparu, au moins dans 
le Roumois et que les envahisseurs commençaient à adopter la 
langue romane des indigènes ^'. Comment s'expliquer alors qu'en 
un espace de temps si peu considérable une masse importante 

1. Longnon, Géographie de la Gaule au Vl^ miècle, p. 172-173 et Atlas 
historique, p. 98-99. 

2. Voy. Ilaigneré, Dictionnaire topocjraphique de V arrondissement de 
Boulogne (Boulogne, 1881), préface, p. xxxviii ; — surtout G. Kurth, 
La frontière linguistique en Belgique et dans le nord de la France 
(Bruxelles, 189G-98), p. 292 et 531. [Mémoires couronnés par FAcadémie 
de Belgique, t. XLVIIl.) 

3. Cf. Joret, p. 34 : « un certain nomi)rc de radicaux semblent pouvoir 
être indifféremment d'origine saxonne ou norois, tels que délie, dale, 
crique, fleur, dike ou digue hague, hom[e), hou et dieppe. » 

4. J'étends une remarque de Kurth, op. cit., p. 532-533. 

5. La toponymie de Nord du Cotentin est, en effet, incontestablement 
Scandinave, Voy. Joret, op. cit.; cf. Emanuelli, La colonisation normande 
dans le dép. de la Manche [Revue de Cherbourg, année 1907 et suiv.). 

6. Le duc de Guillaume Longue-Épée fait élever son jeune fils Richard à 
Bayeux parce que, à Rouen, où il résidait habituellement, la langue romane 
était plus usitée que la danoise : « quoniam quideai Rotomagensis civitas 
romana potius quam dacisca utitur eloquentia et Bajocacensis fruitur fre- 
quentius dacisca lingua quam romana ; volo igitur ut ad Bajocensia defe- 
ratur quantocius mœnia, et ibi volo ut sit, Botho, sub tua custodia et 
enutriatur et educetur cum magna diligentia, fruens loquacitate dacisca 

L'Abbaye i>i=: Saint-Wandrille. IV 



L LAIULWH DR SAIM'-WANDRILLE 

de termes topographiques nord-g-erniaius ' se soient enracinés 
dans des régions où la langue noroise s'était si rapidement 
évanouie ! Il y a là une véritable antinomie. Mais, si ces termes 
sont d'origine saxonne, ils ont été apportés dans la Basse-Seine 
dès le i\^ ou le v^' siècle. Par suite, ils ont eu tout le temps de se 
fixer au sol, et la population étrangère mêlée aux indigènes a 
eu plusieurs siècles pour désapprendre lentement son idiome ger- 
manique. Le paradoxe toponomastique disparaît. 

Les considérations qui précèdent sont sans doute assez fortes 
pour continuera subsister-. Mais il faudra renoncer à les appuyer, 
comme on serait tenté de le faire, sur Texistence du vocable 
Caudehec dès 854. 

Nous possédons, en elfet, une copie de l'original — disparu — 
de Charles le Chauve, copie exécutée au xiv^ siècle. A la place 
de Calidum beccuni on lit Bladul/i villa ^. 

eamque discens lenaci memoria, ul qucat serinocinaii profusius olim con- 
tra Dacigenas. » (Dudon de Saint-Quentin, Z>e inorihus et actis primorum 
Normanniae ducum, éd. Lan-, p. 221). Passage précieux et que je ne vois 
aucune raison de révoquer en doute. Il nous montre que le deuxième duc, 
lequel savait le danois, comme le montre une anecdote rapportée par le 
même Dudon (p. 198), se préoccupait de conserver Tusage de la langue 
noroise. Si celle-ci a disparu ce n'est donc point faute de sollicitude. 
M. Joret (p. 98 et xxiii), se rangeant trop aisément aux idées de M. Steen- 
strup [Normannerne, I, 232 sq., Copenhague, 1876), qui prétend que la 
contrée fut colonisée sur une grande échelle par les Scandinaves, admet que 
l'usage du norois se conserva « pendant un temps considérable » au moins 
sur le littoral. Mais les conséquences qu'on doit tirer du passage rapporté 
plus haut de Dudon se trouvent confirmées par une ligne d'un contemporain 
de celui-ci, Ademar de Chabannes : « tune Roso defunclo, filius ejus Willel- 
mus loco ejus praefuit, a puericia baptizatus, omnisque eorum Normannorum 
qui juxta Frantiam inhabitaverant multitudo (idem Christi suscepit et genti- 
lem linguam obmitlens latino sermone assuefacta est » (éd. Cliavanon, 
p. 148). Au moment où Ademar rédigeait sa chronique (1029) le norois 
n'était plus qu'un souvenir — sauf peut-être sporadiquement. 

1. On en trouvera des listes dans l'ouvrage cité de M. Joret. 

Le nombre en pourrait être singulièrement accru si l'on possédait de 
bons dictionnaires géographiques des cinq départements de l'ancienne 
Normandie. Notre Recueil des chartes en offrira un certain nombre 
d'exemples à partir du XI^ siècle. 

2. Le mémoire sur la Fortune territoriale de labbaye, entrepris après 
celui-ci, montre qu'il n'y a pas sur la basse-Seine de nom de lieu norois ou 
saxon aux vii^ et viii"^ siècles (voy. plus haut p. xiii-xxix). 

3. Voy. notre Recueil des chartes, n°o. 



CAUDEBEC ET L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE Ll 

C'est certainement la bonne leçon. Non seulement il serait 
invraisemblable qu'un transcripteur du xiv*^ siècle eût substitué 
à un nom aussi familier que celui de Gaudebec un nom inconnu, 
ne correspondant à celui d'aucune des localités possédées de son 
temps par le monastère, mais encore il se fait que Bladulfi villa 
se trouve précisément désignée comme propriété et lieu de 
refug-e de l'abbaye dans les Miracula sancti Wandregisli rédigés 
au ix*^ siècle ^ 11 s'agit de Bloville en Pontieu ; les religieux y 
trouvèrent un asile contre les Normands moins de quatre années 
après la délivrance du diplôme qui nous occupe -. 

La mention de Gaudebec en 854 serait, au surplus, très sur- 
prenante. Les Gesta ahhatum Fontanellensium ^ passent en 
revue les donations faites à l'abbaye de Saint-Wandrille au cours 
de deux cents ans, du milieu du vii^ siècle jusqu'à la fin du 
règne de Louis le Pieux. Le nom de Gaudebec n'y apparaît pas. 

Il n'est que trop clair qu'il constitue dans le Cartulaire de 
Saint-Wandrille ^ une substitution — et une substitution frau- 
duleuse ^. 

Quand l'abbaye commença à se relever de ses ruines, depuis 
le milieu du x*' siècle, et surtout au xi^ siècle, elle se préoccupa 
de reconstituer son patrimoine, anéanti par les invasions Scan- 
dinaves et les usurpations féodales '\ Le hameau de Bloville 
situé au loin en Pontieu était de peu de valeur puisque, désor- 
mais sous la tutelle du duc de Normandie, l'abbave n'avait 
plus à l'utiliser comme locus refugii. 

Non loin de l'abbaye, au contraire, un groupe d'émigrés Scan- 
dinaves s'était établi au confluent de la Seine^ et d'un petit cours 
d'eau auquel ils donnèrent un nom norois : cold bec « froid 
ruisseau ». L'agglomération urbaine qu'ils commencèrent à for- 

4. Voy. plus haut, p. xxxi, note 5. 

2. Ibid. 

3. Édition Loewenfeld, Hanovre, 1886, in-8° {Mon. Germaniae, in usum 
scholarum). 

4. Plus probablement dans un pseudo-diplôme copié parle rédacteur 
de ce cartulaire. 

5. Elle n'est pas la seule peccadille de ce genre dont il faut charger 
la conscience des moines de Saint-Wandrille. On leur doit deux faux 
diplômes de Thierry III et Childebert III. Voy. plus loin notre Recueil 
des chartes, n°M et 2. 

6. Voy. le mémoire n° II (p. xm-xxix). 



LU L ABBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

mer en prit le nom '. Gomme passage de la Seine, l'endroit où 
s'éleva Gaudebec avait une réelle importance dès le ix^ et le 
X® siècle - : on y percevait un droit sur le bac -. Ce fut, en outre, 
un port d'embarquement pour l'Angleterre avec laquelle le bourg 
trafiqua longtemps ^. 

La tentation de mettre la main sur cette source de profits fut 
trop forte. L'abba\'e, par une simple substitution de noms sur 
un parchemin, se l'appropria ^ L'époque à laquelle s'opéra cette 
captation ne peut être déterminée qu'approximativement. 

Une charte confirmative de Richard II cite Caldebec dans 
la liste des domaines dont le duc confirme la possession à l'ab- 
bave. Malheureusement les diverses rédactions qui nous sont 
parvenues de cet acte ne semblent pas antérieures à la fin du xi*' 

1. Le centre urbain lui-même est assez éloigné de la Fontenelle, à 2 kilo- 
mètres. Caudebecquet, au confluent de la Fontenelle avec la Seine, 
occupe remplacement d'un monastère de femmes, appelé Logium, qui 
était important aux vu®, viii<= et ix*" siècles (voy. Gesta abbatum Fontanel- 
lensium, c. 4 et 17, p. 21 et 58). Détruit par les Normands, il ne put se 
relever. Sa ruine fut favorable à l'abbaye de Saint-Wandrille. Ce dernier 
établissement à 1/2 kil. de la Seine se trouvait, en effet, séparé du fleuve 
par Logium. II est à remarquer que l'auteur de Vllistoria inventlonis ei 
miraculorum sancti Vulfranni, écrivant en 1053 icf. le mémoire précédent, 
p. xLiv), ignore Caudebecquet ei dit pordis Logiensis. 

2. Le Chronicon Fonlanellensc écrit : « eodem anno (841), pridie kal_ 
aprilis, feria sexta, Garolus rex in Sequanam Iransiens ad locum hune 
accessit ; pridie nouas aprilis cum fratribus loculus est. » (Historiens de 
France, Vil, 40.) Charles qui venait du Mans dut certainement francliir la 
Seine en face de Caudebec pour arrivera Saint-Wandrille. C'est là sans 
doute qu'il se saisit des bateaux de l'embouchure de la Seine dont parle 
Nithard [Hist., 1. 11, i, 6). Remarquer en outreque le palais mérovingien et 
carolingien d'Arelaunum se trouvait dans la forêt de ce nom, appelée depuis 
le XII*' siècle forêt de Brotonne, qui commence sur la rive gauche de la 
Seine en face de Caudebecquet et de Caudebec. 

3. Voy.Ch. de Beaurepaire, La vicomte de Veau de Rouen, p. 188-189. 

4. « Mais, il faut le dire, ce n'était pas sur terre que Caudebec déployait 
son empire, elle régna d'abord sur les mers... Son port était de ce côté 
comme le premier havre français qui se présentât à l'entrée du fleuve. 
Là commençait la mer, là s'arrêtait la juridiction de la vicomte de l'eau de 
Rouen qui régissait la Seine. De là s'élançaient des navigateurs. » René 
de Maulde, Une vieille cité normande, Caudebec-en-Caux (Paris, 1879, 
in-8), p. 19-20. — L'homme d'outre-mer venu au x'^ siècle pour enlever les 
corps des SS. Maxime et Venerand à Acquigny près de Louviers descend 
la Seine jusqu'à Caudebec sans doute pour s'embarquer p our l'Angleterre. 

Cf. p. XLIV. 



CAUDEBEC ET L ABBAYE DE SAIIST-WANDRILLE LUI 

siècle, et un diplôme de Guillaume, de 1074, qui nomme Caude- 
bec ', n'est pas à Tabri de tout soupçon-. En sorte qu'il n'est pas 
absolument sûr que la possession de Gaudebec par Tabbaye soit 
attestée d'une manière indubitable avant le milieu ou la fin du 
xi^ siècle. Il paraît cependant bien probable que l'usurpation 
se produisit au cours du x*^ siècle, sans doute sous le règne de 
Richard P^^ 

1. Voy. le mémoire suivant. 

2. Recueil, n« 37. 

3. A la décharge de l'abbaye on peut suggérer que remplacement de 
Gaudebec n'étant pas nominativement désigné dans les actes anciens (ce 
pourrait être le porlus anonyme du diplôme de 8H4), il était nécessaire 
d'introduire son nom à tout prix dans les copies. L'Anglais porteur des 
reliques des SS. Maxime et Vénérand débarquant à portas Logiensiû, 
c'est-à-dire à Caudebecquet (cf. page précéd. , note 1) est arrêté par 
le passeur et conduit à l'abbé de Saint-Wandrille \|voy. plus ^liaut 
p. xliv-xl). C'est donc que celui-ci est le seigneur et maître du port 
et du bac. Si les déductions qu'on peut tirer de cette anecdote ne valent 
peut-être pas pour le milieu du x'" siècle et le temps de l'abbé Mainard, 
elles gardent leur valeur pour le milieu du xi*^ siècle, époque à laquelle 
l'auteur deïllistoria inventionis sancli Vulfranni n écrit. 



V 



LES CONFIRMATIONS GÉNÉRALES DES BIENS DE L ABBAYE PAR LES DUCS 
ROBERT LE DIABLE ET GUILLAUME LE CONQUÉRANT 

Un acte de Richard II, duc de Normandie, confirmant les 
donations anciennement accordées à l'abbaye de Saint- Wan- 
drille et lui en concédant de nouvelles, se présente sous une 
quadruple forme. Trois rédactions sont conservées en original 
aux Archives départementales de la Seine-Inférieure à Rouen *, la 
quatrième, sortie du fonds de Tabbaye au xix^ siècle, se trouve 
actuellement à la Bibliothèque nationale. 

Rédaction. 1. — La première (.1) seule, est datée du mois d'août 
102i, Fécainp. Le protocole s'écarte complètement de celui des 
autres versions. Dans la liste des possessions confirmées par le 
duc Richard II elle renferme une série de noms de lieux qui 
lui sont exclusivement propres : Argenteles, Avenelles, Bernou- 
ville, Brémontier, Brandiancourt, Ghambois, Chairs, Gocheriau- 
mont, Esclavelles, Etretat, Fécamp, Guillencourt, Maulévrier, 
Monterolier, La Neuville, Oinmée\, capella Sancti Desiderii. 

Pour apprécier la valeur de l'acte il suffira de signaler que le 
duc y confirme en premier lieu l'emplacement du monastère, 
Fontanella, et les cinq vieilli voisins de Goville, Betheville, 
Rançon, Gaudebec, <( Angotmoulins », cum omnium earum 
iusficia alla et hassa per totam aebdomadam niindinariim medie 
qiiadragesime et arrestis-. 

L'expression « justice haute et basse » ne se rencontre pas 
avant le xiii*^ siècle et en « France'^ >;. En Normandie elle est 
encore inconnue du rédacteur du Grand Goutumier dont la com- 
position se place entre 12o4 et 1238. En Normandie l'expression 

1. Elles ne sont malheureusement pas cotées, la série H n'étant pas 
classée. 

2. Voy. plus loin p. 43. 

3. Voy. P. Viollet, Institiilions, t. II, p. 458; J. Brissaud, Cours d'his- 
toire (lu droit français, t. 1, p. 6G3. 



LES CONFIRMATIONS DES BIENS DE L ABBAYE LV 

alta justitia était remplacée par celle de placitum spadae, le 
(( plaid de l'épée * ». 

Ce n'est pas tout, un certain membre de localités propres à 
cette rédaction ne sauraient avoir été conférées ou confirmées 
par Richard II en 1024. Les ég-lises de Ghambois, d'Omméel, 
d'Avenelles ont été données par Gérard Pernot à une date qui 
ne saurait être antérieure à 1038 2. Les églises d'Arqués, de 
Saint-Aubin, de Bouteilles, de la Neuville sont une concession 
du duc Robert (1031-32) \ 

Get acte ne saurait dont être un acte authentique ^. L'expres- 
sion alta et hassa justitia oblig'erait peut-être à en abaisser la 
composition jusqu'à la fin du xiii^ ou jusqu'au xiv*^ siècle si 
l'aspect graphique du pseudo-original ne contrariait cette hypo- 
thèse. Il présente à première vue les caractères d'un acte du 
xi^ siècle. Un paléographe exercé pourrait peut-être y décou- 
vrir des graphies trahissant une époque postérieure, mais si c'est 
une imitation de l'écriture du xi^ siècle, cette imitation est 
réussie d'une manière surprenante. 

En somme, s'il ne saurait y avoir de doute sur l'inauthenticité 
de la rédaction A , l'époque de sa composition demeure impré- 
cise : postérieure sans doute au milieu du xi^ siècle, anté- 
rieure à coup sûr à 1314 ^, antérieure aussi à 1142, puisque la 
bulle confirmative d'Innocent II et l'acte de Hugues III parlent 
du biirguin sancti Vuandregisili ciim justiciis suis^ nundinis et 
mercatis et consuetiidinihus ^\ 

Il est curieux de constater que seule cette rédaction ait été vidi- 



1. Voy. Lucien Valin, Le duc de ?iormandie et sa cour (912-1204), 1909, 
p. 185. 

2. Voy. Recueil, n° 22. 

3. Voy. Recueil, n° 13. 

4. M. L. Valin [op. cit., p. 185, note 2), à qui la difficulté présentée par 
Justicia alfa et bassa n'a pas échappé, a cru qu'on pouvait se tirer d'affaire 
par Fhypothèse, si vraisemblable, d'une interpolation. C'est qu'il ne con- 
naît la charte que par l'édition de la Neustria pia et non par l'original. 

5. Puisque cette rédaction fut vidimée en avril 1314, et qu'elle se trouve 
dans le cartulaire de Saint-Wandrille de la Bibliothèque nationale. Le 
rédacteur du cartulaire conservé aux x\rchives de Rouen (xive siècle) 
signale (fol. 321 recto) cette rédaction et les trois autres. 

6. Voy. Recueil, n» 66. 



LVI L ABBAYE DE SAl M -WAN DRILLE 

mée à plusieurs reprises et transcrite dans les Gartulaires, enfin 
ait eu les honneurs de Timpression '. 

Rédaction B. — Cette version, ainsi que les deux suivantes, 
n'est pas datée. Le préambule est le même. Dans l'ensemble elle 
forme avec C et D une famille qui s'oppose nettement à A. Au 
premier abord B semble préféral)le à C et surtout à D ; seul B 
a une invocation ; les souscriptions sont munies de croix qui 
paraissent autographes. 

Ces souscriptions elles-mêmes conviennent aux temps de 
Richard II. On trouve celles du bienfaiteur Richard II mort 
le 23 août 1026, de son fils Richard III, mort le 6 août 1027 -. 
Le comte Robert est le frère et successeur de celui-ci (1027- 
lOSri). Papie est la troisième femme de Richard II, épousée 
après 1017. Maug-er est l'archevêque de Rouen, iils de Richard II 
et de Papie. Hu<>'ues est l'évêque de Coutances {990?-102o ?)'^. 
Au-dessus du nom de Mau<^er se trouvait une souscription, 
effacée aujourd'hui, mais que la comparaison avec C permet de 
restituer : Si(/niim j Boherti archiepiscopi \ il s'agit de Robert, 
archevêque de Rouen (989-1037), frère de Richard II, etc. 

Il faut admettre, il est vrai, que l'une au moins de ces sous- 
criptions, celle de Mauger (1037-10r)o), a été apposée après coup; 
mais il i\\ a là rien d'insolite. Plus délicat est le cas de la sous- 
cription de Mathilde s'il s'agit de la sœur de Richard II mariée 
au comte de Chartres, Eudes IL Comme elle était morte dès 
1013-1014 au plus tard, l'acte devrait être reporté à une époque 
antérieure à cette date, et il faudrait que d'autres souscriptions, 
celle de Papie par exemple, eussent été ajoutées postérieure- 
ment. Mais il se peut aussi ({u'il s'agisse de Mathilde de Flandre 
épousée par le duc Guillaume vers 10o3. 

Ce qui frappe surtout dans ces souscriptions c'est qu'elles sont 
d'une écriture beaucoup plus fine que le corps de l'acte. On 
s'étonne que pour un acte aussi important on ait choisi un mor- 
ceau de parchemin si petit que la place manquait pour écrire au 
bas les souscriptions. 

L'examen interne de l'acte n'est pas sans soulever des inquié- 

1. Dugdale et du Monstier Tont éditée au xvii^ siècle. 

2. Ces dates ont été établies par M. Pfister dans ses Etudes sur le règne 
de Robert le Pieux, p. 216, note 6. 

3. Ibid., p. 212 et suiv., 215, note 1. Cf. F. Lot, Fidèles ou vassaux, 
p. 265. 



LES CONFIRMATIONS DES BIENS DE L ABBAYE LVIl 

tudes. On est surpris de formes vulgaires, telles que Ansgoth- 
molins, Alaismlpatric, Boismesnil^ la Croisile^ dans un original 
du Nord de la France du premier quart du xi'^ siècle. On 
remarque la donation de la dime de la vicomte d'Arqués. La 
division administrative de la Normandie en vicomte n'est attes- 
tée qu'un siècle plus tard K Mais, d'autre part, vice comitatus 
n'a peut-être pas le sens de division régionale, mais de droit 
comtal 2^ et, dans un acte authentique du même Richard II, on 
trouve des formes telles que Bosmesnil, Braimoustier. 

Ce qui doit surtout éveiller nos soupçons, c'est l'écriture de la 
charte. Bien qu'on y découvre, surtout dans les deux premières 
lignes, en caractères allongés, comme une imitation d'une gra- 
phie plus ancienne, cet acte ne saurait appartenir au premier 
quart du xi"^ siècle. Il faut en abaisser l'écriture d'environ un 
siècle. Qu'on prenne par exemple pourpoint de comparaison le 
fac-similé d'un acte authentique de Richard II en faveur de 
Saint-Ouen de Rouen ^ et la différence apparaîtra saisissante. 
Celui-ci est encore tout carolingien d'aspect ; celui-là présente 
des formes contemporaines de Louis VI ou même Louis VIL La 
mauvaise coupure des mots, ai«si (fin de la 3^ ligne) ficler enafos, 
au lieu de fide renatos, et la répétition étourdie du passage 
Maisnilpatric... Sarcels, achève de montrer que B ne saurait 
constituer un original. 

Enfin, un certain nombre des localités citées par B n'ont 
appartenu à l'abbaye que postérieurement au principat de 
Richard II : ainsi Glicourt, donné par Baudouin Filleul en 
1051 ^, Sierville, donné par le duc Robert le Diable •'», Saint- 
Etienne, acquis sous le principat de celui-ci par l'abbé Groux *^, 



1. Voy. Valin, op. cit., p. 96 et note 4, 235, 289. 

2. Voy. la note de R. Poupardin sur les res de comitalu dans son ouvrage 
Le royaume de Provence sous les Carolingiens, p. 372. 

3. Musée des Archives départementales, n° 21, pi. XV. 

4. Recueil, n^ 30. Cet acte confirme, il est vrai, une donation orale anté- 
rieure, mais celle-ci ayant été faite à l'abbé Groux avec la permission du 
duc Guillaume ne saurait être antérieure à 1033 ; elle n'appartient donc 
point au principat de Richard II. 

3. Avec l'assentiment de Hugues de Vernon qui tenait du duc ce domaine 
[RecuelL n» 14). 
6. Ihid. 



LVlll L ABBAYi: DE SAINT- WANDRILLE 

Butot, don de Guillaume le Conquérant ' ; la Croizille n'est pas 
un don de Richard II mais de la dame Imma ^, etc. •^. 

RédactionC. — Elle ne nous arrêtera pas. Ce parchemin, qui 
nous est parvenu dans un bel état de conservation, ne semble 
pas écrit au xi*" mais bien au xii^ siècle ^ Cette version pré- 
sente avec la rédaction Z), dont on va parler, une telle identité 
que Tune est certainement dérivée de Tautre. Une seule phrase 
manque dans D et est propre à C : similiter deciniani viceco- 
inifa/us et thclone'd de Deppa et RiitelUs^ et Estruem ; similiter 
upud Argentliomum décimaux theloneii et de Fnlesia et de Oxi- 
Diis, et apiid Cadomum in feria prati. Elle se dénote comme 
une interpolation visible : C est donc une copie de D. 

Rédaction I). — Elle est, comme nous l'avons dit, conservée 
à la Bibliothèque nationale. Une partie du parchemin, en bas 
à g-auche, a été coupée et nous avons été oblig-és de compléter 
les parties manquantes au moyen de C. L'écriture de D accuse 
bien le xi® siècle, quoique, à vrai dire, le milieu ou la seconde 
moitié, plutôt que les premières années. 

C se présente comme une notice plutôt (j[ue comme charte, 
en dépit de son long^ préambule. On remarquera à la fin une 
re^Drise de l'Exposé : sed ea hic scribendi extitit causa : eodem 
tempore ahbas eiiisdem loci Gerardus apiid me stiiduit ^. 

Il n'y avait ni date ni souscriptions : les souscriptions, presque 
invisibles aujourd'hui, qu'on peut déchiffrer dans l'étroit espace 
qui sépare la dernière ligne du bord inférieur du parchemin sont 
certainement ajoutées après coup et d'une autre main •'. Autant 
qu'on en peut juger, cette main semble la même qui a tracé les 
souscriptions de B. 

Cela nous amène à examiner les rapports de B et de D. On 'a 
déjà dit qu'ils constituaient une même famille. L'antériorité 



1. Recueil, n° 35. 

2. Recueil, n» 12. 

3. Cf. plus loin les localités en commun avec CD. 

4. On peut le comparer pour l'écriture à un acte de Henri II pour Tab- 
baye de Foucarmont de 1156-1161. Voy. le Recueil des fac-similés de la 
Normandie de Chevreux et Vernier, 1911, in-4°, pi. XVIII. 

5. Recueil, n° 11. 

6. Des noms de lieux oubliés ont été récrits de la même main en inter- 
ligne. 



LES C0^'FIRMAT10i^S DES BIENS DE L ABBÀVE LIX 

de D étant paléogTaphiquement certaine, on peut, semble-t-il, en 
conclure que B a été rédigé au moyen de D. On s'est efforcé 
au XII® siècle de donner à la notice D l'aspect d'une charte en la 
dotant d'une invocation, de clauses finales et de souscriptions. 
Celles-ci auront été empruntées aux chartes du premier quart ou 
de la première moitié du xi® siècle souscrites par Richard II et 
ses fils Richard III et Robert. 

Une seule chose fait vraiment difficulté. Si 13 localités sont 
communes à D[C) et à 5 - et manquent à A, trois localités qui 
figurent dans D (C) font défaut dans B : Ectot, Longuemare, 
Yvetot. On ne s'explique pas pourquoi B les aurait omises. Peut- 
être, l'étude de l'aspect matériel de B nous fournira-t-elle une 
explication. Son rédacteur utilisait un morceau de parchemin 
de dimensions si insuffisantes que les souscriptions ont peine à 
tenir au bas. Pour gagner de la place B 'a écourté le préambule 
de D. Mais, en répétant deux fois la phrase Maisnit patrie... 
Sarcels, il perdit environ deux lignes, accident d'autant plus 
fâcheux qu'il voulait ajouter quelques noms de lieux, tels 
Buetot, La Croisile, Grandviller, Giiettenvilla, Monothvilla, 
Sehierville, Sanctiis Stephanus . Ne peut-on supposer que B a 
dû sacrifier Ectot etc. pour compenser le manque de place (?). 
Quoi qu'il en soit, la dépendance de B vis-à-vis de D paraît 
vraisemblable -. 

Elle ne l'est pas moins vis-à-vis de B avec qui cette rédac- 
tion a en commun les noms suivants : Bethencori, Boismesnil, 
Fontes in Braio, Freaiivilla^ Gliseort, Gonnevilla^ Martignia- 
eum, Novus hoseus, Sanetiis Albinus. 

Maintenant que vaut D ? 

C'est, avons-nous vu, une notice plutôt qu'une charte. A-t-elle, 
du moins, été rédigée au temps de Richard II ? 

C^est fort douteux. L'écriture, on l'a déjà dit, dénote une époque 



1. Voici ces 13 noms : Argentomuin, Bertricjnons, Calinuceon, Cântalo- 
pus, Cliponvilla, Corlanduni, Crispavilla, Liberiacum, Matuoitvilla, Nor- 
mannica provincia, Sarcels, Seicfredl villa, Waldrerilla. 

2. Il semble bien que dans B on retrouve des formes propres à D : ainsi 
Rolamagi (pour Rotomagi), Gedefridus (pour Godefridus). Ce dernier nom 
semble ainsi écrit dans/), bien qu'un examen attentif montre que la panse 
postérieure de To ait été tracée en réalité. 



LX L AHRAYE DE SAINT- W AN DRILLE 

un peu postérieure. On s'étonne de trouver dans D aussi les 
localités qui ne fîg-urent pas ailleurs : Ecfof, Lonr/iiemare^ Qiie- 
villi/, Yvetot. Chose plus grave, plusieurs localités qui fig-urent 
dans/) [C et B)^ telles Arc/enfomum, Bertricmons^ Corlandinn, 
Crispavilla^ Maniioithvilla, Sarcels, Seicfredi villa, Waldrevilla, 
n'ont pas appartenu à l'abbaye avant mai 1074- si l'on en croit 
un acte de Guillaume le Conquérant de cette date, dont on va 
bientôt parler '-. 

Tenterons-nous maintenant de restituer un acte original de 
Richard II au moyen de D et de l'autre famille, .4? Ou bien nous 
bornerons-nous à n'accepter que les noms (j[ui se trouvent simul- 
tanément dans les quatre versions ^ ? 

Nous perdrions, je le crains, notre peine. Un pareil acte n'a 
jamais existé. D et A représentent des compilations dont le but 
est d'énumérer sur un seul morceau de parchemin, sous l'autorité 
du nom de Richard II, un certain nombre de localités acquises par 
l'abbaye avant, pendant, parfois même un peu après le princi- 
pat de ce duc. La version A révèle à quelle préoccupation son 
rédacteur obéissait quand il fait dire au duc : « trop nombreuses 
les chartes se perdent facilement par suite de la négligence ou 
des larcins ^ . ;> 

Et tel était déjà le but de D, aussi bien que de A. L'abbaye pos- 
sédait plusieurs chartes de donation de Richard II -^^ ou contem 
poraines de ce duc. Pour préserver de tout accident ces morceaux 
de parchemin à une époque où l'usage des cartulaires n'était pas 



1. Ils sont au nombre de 17 : Ansgothmolins, Archae, Basleium, Ber- 
treiwilla, Bethevilla, Caldehec, Calvomons, Fonlanella, Gothvilla, Hoioth, 
Luvetoth, Mesnil-patric, Resentiiini, Rotornagiia, Scrutavilla, S. Laurentius 
Rolhomagensis, Weralwast [cL p. suiv., note 3). Ou encore en recherchant 
les noms appartenant à une ou plusieurs de ces versions qui se retrouvent 
dans une Confirmation de Guillaume le Conquérant. xMais celle-ci, on va le 
voir, n'a aucune authenticité. Toutefois, dans la Table de concordance qui 
suit, on a marqué par G les noms qui se retrouvent dans ce dernier 
texte. 

2. « Quia carte que plures sunt numéro facile aut neg-ligentia sepe per- 
duntur aut fraude malig-norum furtim subtrahuntur. » 

3. Une seule nous est parvenue en original, celle qui porte donation de 
Fontaine-en-Bray {Recueil, n° 10). 



LES CONFIRMATIONS DES BIENS DE L ABBAYE LXl 

entré dans la pratique en Normandie, on a jugé prudent de ras- 
sembler sur une seule pièce des donations éparses en plusieurs 
actes. Ajoutons que certaines donations n'étaient peut-être pas 
attestées par un acte écrit. L'usage de la donation écrite et non 
symbolique ne se répandit pas chez les nouveaux habitants de la 
basse Seine avant Richard II. Sous RoUon, Guillaume Longue- 
Épée, Richard I^'", parfois même dans la première moitié du xi^ 
siècle, les donations se faisaient verbalement ou symbolique- 
ment K Sous Guillaume le Conquérant l'écrit parut de plus en plus 
indispensable. L'abbaye aura pu vouloir mettre sous le couvert 
de Richard II - des donations à elle efTectivement faites mais 
dont elle n'avait pas de témoignage écrit '^. 

Il est curieux seulement qu'on s'y soit repris à plusieurs fois 



1. M. Valin [op. cit., p. 145, note 1) a publié à ce sujet un curieux frag- 
ment d'une confirmation de Richard II en faveur de Saint-Ouen de Rouen: 
<■( quae omnia noster atavus Rolphus praenominato loco partim restituit, 
partim et dédit; sed propriis cartulis ad noliciam futurorum minime de- 
scripsit. Ilincsubnectimuscessioniquae etiam avi nostri Willelmi industria 
simili modo absque cartarum notamine concessit. >' Cette pratique de la 
donation orale explique l'absence d'archives en Normandie pour le x^ siècle. 
Sur la décadence générale de l'acte écrit au point de vue juridique aux x®- 
xi« siècles, voy. H. Bresslau, //anG?/)uc/i der Urkundenlehre, p. 489 et suiv., 
et le mémoire Urkundenbeweis dans les Forschungen zur deutschen Ge- 
schlchle, t. XXVI, 188G, p. 57-63. Au xi® siècle l'acte écrit commence à 
reprendre de sa force. Baudouin Filleul qui avait donné verbalement son 
alleu de Glicourt à l'abbé Groux fait coucher par écrit sa donation en 1051 
(Recueil, n° 30). En 1048-63 l'abbé Robert fait de même pour l'acquisition 
de la terre de Lebécourt [ihid., \\° 27). 

2. Dans A on semble même avoir voulu faire croire que l'ensemble des 
localités énumérées provenait de la libéralité personnelle de Richard II. 
On lit à la fin : <( Ilaec omnia non ex dono alterius, sed ex mea largitione 
caenobium Fontanellense in perpetuum teneat in restaurationem loci. » 
Dans D (et par suite dans C et B) on distingue au contraire soigneusement 
deux sortes de domaines : 1° ceux qui ont été donnés par le père de 
Richard II ou par les antiquiores (cf. note suivante) ; 2° les donations 
propres de Richard II. 

3. Il paraît certain qu'il n'y avait pas d'acte écrit pour la plus ancienne 
couche de domaines, c'est à savoir le lieu même où s'élevait le monastère, 
Fontenelle, les viculi avoisinants de Gouville, Rançon, Caudebec, <( Ans- 
gothmoulins », Betheville, et, par moitié, Louvetot et Goutteville, ainsi 
que deux hôtes à Ecreteville et deux hôtes à Cliponville. Cf. p. précéd., 
note 2. 



LXTl L ABBAYE DE SAINÏ-WANDRILLE 

et que nous ayons quatre éditions de ce pseudo-diplôme de 
Richard IL 

Cette tentative n'est pas demeurée isolée. 

Il existe aujourd'hui encore un acte ^ très développé qui a la 
prétention d'énumérer, en les mettant sous la garantie de Guil- 
laume le Con(juérant, les biens acquis par l'abbaye postérieure- 
ment aux principats de Richard 11 et de Robert le Diable. 

Une phrase déjà signalée dans A montre que cet acte trahit la 
même préoccupation. 

Il est à remarquer que cette soi-disant confirmation, composée 
au XII'' siècle, ou, plutôt à l'extrême fm du xi^ siècle ', ne ren- 
ferme pas toutes les localités données par le duc ou son princi- 
pat. Il semble qu'on ait pris soin de ne pas reproduire les noms 
des localitées données par Guillaume dans une charte qui nous 
est parvenue en original et qui est datée de mai 1074 •^. Sur les 
24 noms de lieux que renferme celle-ci, 7 seulement se retrouvent 
dans la soi-disant Confirmation générale. Encore faut-il observer 
que, sauf deux cas, l'identité n'est qu'apparente. Ainsi, en 1074, 
Guillaume donne Ansquetiervilla ; dans la Confirmation on trouve 
Anschetelvilla, mais, dans le premier cas, le duc fait don de 
l'église, dans le second de la lerra Osmundi de Anschetelvilla. 
En 1074 Guillaume donne Bosgerart mais il s'agit de la villa ^ 
alors que la Confirmation ne parle que de Vecclesia de Bosco 
Gerardi. En ce qui concerne le village de Butot , la donation du 
jïiansus ciim tei'riforio de Budetoth (jiiod in dominio habeo et 
ecclesia ciiin decimis de 1074 ne correspond pas à celle de la 
ten^a de Butetot id est Laudonis militis et de la tei^ra quoque 
Hugonis episcopi de Butetot de lajConfirmation. L'abandon des 
églises de N .-D. et S. -Georges de Gravenchone ciim decimis ne 
répond pas pour le fonds à la donation de la dîme de Graven- 
cione par Walterius Gyfardus ciim consensu Richardi. Encore 
plus incertain est le rapprochement entre la terra Rodulfi et 



1. Recueil, n° 40. 

2. Coinn>e le montre l'écriture, le rédacteur qualifie simplement Guil- 
laume de princeps et il utilise les actes postérieurs à 1066 et même à 
1082 ! Il s'y est pris maladroitement. A la fin l'acte n'est plus rédigé au 
nom du prince mais de l'abbaye ! 

3. Recueil, n» 38. 



LES CONFIRMATIONS DES BIENS DE L ABBAYE LXllI 

Engerranni... in Waldorevilla en 1074 et le don de l'église de 
Sanctus Martinus de Wathredivilla de la Confirmation. 

Les seules identifications admissibles sont le don de Giitevilla 
(1074) et de Giittevilla (Confirmation), enfin et surtout la (/ec/ma 
thelonei de Bannis et molitiira eiiisdeni villae et de Verelvilla 
(1074) av^ la niultura des Bans et de Viierelvilla (Confirmation). 
Exception faite de ces deux noms, retenus par inadvertance (?),la 
Confirmation semble donc avoir pour but de compléter l'acte 
de 1074, ou, ce qui revient au même, il semble que le rédacteur 
trouvant dans un acte une énumération déjà longue de donations 
du duc Guillaume ait jugé inutile de les reproduire. 

Une autre hypothèse est également possible. 11 a existé une 
autre Confirmation générale soi-disant approuvée par le duc et 
due à l'abbé Robert (1047-1063). Passant en revue les anciens 
titres de l'abbaye, le rédacteur du Cartulaire de Rouen (fol. 321 
recto) écrit au xiv^ siècle : « IX'^ [cartaj : Roberti abbatis de hiis 
que possidebat aut a fidelibus data sunt aut precio comparata a 
tempore Guillelmi comitis ; licet ea in singulis cyrographis habe- 
ret, tamen peciit ab eodem comité ut eam confirmaret, quod 
fecit libenter. » Les noms qui ne figurent pas dans la Confirma- 
tion actuellement conservée, qu'on pourrait appeler, du nom de 
l'abbé impétrant, la Confirmation-Girbert, étaient peut-être dans 
la Confirmation-Robert '. 

Quant à l'époque de composition de cette sorte de pancarte on 
ne saurait, non plus que pour les versions ABCD, la faire des- 
cendre plus bas que les grandes confirmations obtenues en 1142 
et années suivantes des papes et des archevêques de Rouen. 
Passé cette époque le besoin de ces compilations ne se faisait 
plus sentir. Peut-être cette pancarte et les quatre versions du 
pseudo-diplome de Richard II ont-elles été composées dans le 
but d'obtenir ces confirmations non moins que d'éviter les 
chances de destruction des originaux. En tous cas, on ne dis- 
cerne dans tout ce travail aucune intention véritablement fraudu- 
leuse. 

1. On ne retrouve ni dans la Confirmation-Girbert ni dans lacté de 1074 
un certain nombre de localités. Ainsi Braytella et Pyrotetum, dons de 
Garniert et Legiart [Recueil, n» 20), ni Corhereria et Nova Terra, dons de 
Guillaume lui-même en 1051 (n» 31), ni Foucarville cédés par Robert Fils- 
Ilumfroi avec Tassentiment du duc (n° 21). 



LXIV L ABBAYE DI-: SAINT-WANDRILLE 



LISTE DES NOMS DE LIEUX CONTENUS DANS LES QUATRE VERSIONS DU 

DIPLÔME DE RICHARD II '. 

Ansgolmolins ABCD. — kvc\\i\e ABCDG. — Argentcle .4. -- Argento- 
muin, Aigenlonium BCD. — Auenele A. — Baiocassinus pagus ABCD. — 
Basleium, Baslor, Basly ABCD. — Beruoiu ille A. — Berteiicmont, Bertri- 
n\o\\i BCD. — Bei'Lenciiilla, Berteuillo /l/?CZ). — Bcthencort ABG. — 
Botteuilla ABCD. — Boismesail, Bosmosnil BA. — Braemonstier AG. — 
Bi-aiuin, voy. Fontes. — Brandiancoui'l A. — Buetot BG. — Buteculae, 
Batellae ABCG. — Bruninctena BDC. — Cadoiuum AC . — Caldebec AB 
(]D. — Galinuceoii BCD. — (Lihuismous ABCD. — Gambagum AG. — Can- 
tolupus BDC. — Carcuit AG, cf. Quarcutt. — Cheus A. — Chevillaeiim C 
et B (?). — Cliponuilla BDC. — Cocheriaumoiis A. — Corlandi BC et D (?). 

— Crispauilla BDC. —la Croisile BG. — Deppa AC. — Escetoth DC. — 
Esclauelles A. — Estruem C. — Estrutat A. — Falesia C. — Fiscamnus A. 

— Fontanella, Fontinella ABCD. — Fontes in Braio AB. — Freauuilla, 
Fi'yauuilla BA. — Gliscort, Gliscuria ABG. — Gonneuilla AB. — Gotuilla 
ABDC. — Granduiller B. — Guillemecourt AG. — Gueuttenuilla B. — 
GuUauilla BCDG. — Hotoht ABCD. — luetot, luetoht DCG. — Lango- 
marra C et D {?). — Liberiacum BCD. — Luuetoth, Luuetoht, Luuetot, 
Louuetot ABCDG . — Maisnil patrie, Mesnil patrie ABCD. — Malleurier A. 

— Manninc terra BDC. ^Martigniacum, Martegny AB. — Mathuoithuilla, 
Maluoitnille jBCZ) (?). — Monasteriiim Odilerii AG. — Monothuille B, cf. 
Mathuoitliuille (?). — Normannica prouincia BD(L — Nothuilla A. — 
Novus boscus AB. — Odilerii monasterium, voy. Monasterium Odilerii. — 
Oximae AG. — Quarcutt B, cf. Carcuit. — Resentium A/?C/). — Rothoma- 
gus, RoLomagus, Rothomagensis civitas, ABCD. — - Sarcels BCD. — Scru- 
tauilla ABCD.]— SehieruiUa B. — Seicfredeuilla BDC. — Sanctus-Albi- 
nus ABG. — Sancti-Desiderii capella A. — Sanctus-Laurentius Rothom. 
ABCD. — Sanctus-Stephanus B. — Sanctiis-Wandrcgisilus BCD. — 
Ulmirum A. — Waldreuilla BCD(r)G. — Warelwaast, Weravast ABCDG. 



1. La lettre G désigne les noms de lieux qu'on retrouve dans \a pancarte 
de Guillaume le Conquérant. 



VI 

LA FORTUNE TERRITORIALE DE l'aBBAYE AU MILIEU DU XII® SIÈCLE 

L'invasion Scandinave de la fin du ix® siècle fit table rase. Les 
conquérants mirent la main sur les biens du monastère. Les bâti- 
ments, abandonnés, achevèrent de s'écrouler. Au milieu du 
x^ siècle, Mainard eut tout à reprendre à pied d'œuvre. Il ras- 
sembla quelques moines, les logea dans des ruiner réparées, 
obtint du duc Richard I"" l'antique emplacement de Tabbaje ^ et 
sans doute quatre ou cinq villas avoisinantes -. Puis il y eut un 
temps d'arrêt de trois quarts de siècle. L'éclosion date de l'ab- 
batiat de Gérard et de 1' « invention » du corps de saint Vul- 
frand en 1027 -^ A partir des dernières années du duc Richard 
II, mort le 23 août 1026^, la série des chartes des ducs et des 
grands, interrompue depuis l'année 882, reprend et se poursuit 
dès lors avec une réelle abondance. 

Au XII® siècle la fortune de l'abbaye s'est reconstituée et désor- 
mais ne s'augmentera guère. Les abbés Gautier (11 37-1 150), Roger 
(1150-1165), Anfrey (1165-1178), songent alors •' à consolider la 
situation de l'établissement qu'ils administrent en obtenant une 
série d'actes confirmatifs de l'archevêque de Rouen, Hugues III, 
de l'évêque de Séez, Girard, des papes Innocent II et Eugène III, 
du roi de France Louis VII ^\ C'est à cette époque, au milieu du 

1. Voy. plus haut le mémoire III. 

2. Voy. plus haut le mémoire V, p. lxi. 

3. Voy. plus haut le mémoire III. 

4. Voy. Pfister, Etudes sur le règne de Robert le Pieux, p. 216, note 6. 

5. Nous avons dit dans le mémoire V que nous n'acceptions pas pour 
authentiques les soi-disant actes confirmatifs de Richard II et de Guillaume 
le Conquérant. 

6. Il s'est passé quelque chose d'analogue en 1319 quand l'abhé Guil- 
laume III Le DouUié voulut donner valeur authentique à la plupart des 
pièces royales et ducales de ses archives en les faisant vidimer par Phi- 
lippe V [Annales de Saint- Wandrille dans les Historiens de France, t. XXIII, 
p. 428). Il est curieux d'observer qu'un certain nombre de ces actes cons- 
tituent les derniers diplômes qu'on rencontre dans l'histoire de la diplo- 
matique royale française. Voy. Giry, Manuel de diplomatique, p. 758. 

L'AnnAYiî diî Saint-Wandrille. V 



LXVl 1. AI{I!AVK \M: SALN r-WANDRIl.LE 

siècle, que nous nous arrêterons pour passer en revue les 
domaines et revenus de l'abbaye reconstituée. Nous terminerons 
par une comparaison rapide avec le passé. 

Les actes confirmatifs des papes Innocent II et Eugène III et 
la double rédaction de Hugues III, archevêque de Rouen, 
reproduisent un même modèle, fourni par l'abbaye elle-même, 
car les mêmes noms y sont répétés dans le même ordre et les 
descriptions se retrouvent quasi identicpies. 

Le rédacteur a voulu suivre un certain ordre dans son énu- 
mération. Les noms des anciens ps,(fi^ encore usités traditionnel- 
lement u xi*^ siècle, étant sortis de l'usage au milieu du 
xii*' siècle, il a pris pour cadre, avec raison, les ressorts épisco- 
paux. Il débute par l'archevêché de Rouen. Mais les subdivisions 
n'y sont pas nettes. Après une série de localités sises dans l'an- 
cien Roumois et l'ancien Gaux, le rédacteur passe à la région de 
Dieppe]; delà, brusquement, il franchit la rive gauche de la Seine, 
puis revient au pays de Gaux, le quitte pour Vexin Normand et 
français, retourne sur la rive gauche (Saint-Denis-du-Bosgué- 
rard), l'abandonne pour les falaises cauchoises (Etretat, Bénou- 
ville, Fécampj, puis continue par les pays situés à gauche du 
grand fleuve (évêchés d'Evreux, Lisieux, etc.). 

Ge désordre ne pouvait être maintenu. Faute de mieux, nous 
nous sommes décidé à énumérer les biens-fonds par ordre 
d'archidiaconés et de doyennés ' . 

Le Doijenné de Saint- W and rille. 

Autour de l'abbaye, dont le nom antique, Fontinella ou Fon- 
tanella, était sorti de Tusage (se conservant pour le ruisseau), 
remplacé par celui du fondateur, s'était formée lentement depuis 
environ deux siècles, une petite agglomération, le bourg Saint- 

i. Nous suivons Tordre des pouillés du xiv" siècle publics par A. Lon- 
gnon, Pouillés de la, province de Rouen, Paris, 1903, iii-4. Il faut compléter 
et corriger l'ouvrage à l'aide de l'important compte rendu de Cli. de 
Beaurepaire, dans la Bibl. de V Ecole des Chartes, 1903, p. 596-617. — 
Nous utilisons aussi le pouillé du xiii® siècle, rédigé sous Pierre de CoUe- 
mezzo (1236-124i), avec les additions apportées au temps d'Eudes Rigaud 
(1248-1275), éd. par L. Delisle dans les Historiens de France, t. XXIII, 
p. 229-329; enfin le pouillé de l'abbaye, rej)roduit à la fin du [)résent 
ouvrao-e. 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XIl^ SIÈCLE LXVU 

Wandrille. L'abbaye en avait naturellement la propriété, ainsi 
que celle des « justices, foires, marchés et coutumes » ; elle avait 
aussi le droit de prendre du bois de charpente, pour l'église et 
les bâtiments conventuels, et du bois à brûler dans la forêt avoi- 
sinante ^ Le bourg avait une église paroissiale, Saint-Michel, qui 
appartenait, ainsi que la dîme, à Fabbaye -. 

Plus important au point de vue commercial, à cause de sa 
situation sur la Seine, était Gaudebec. On a dit ailleurs par quels 
procédés le monastère s'en était assuré la propriété '■^. Il y possé- 
dait non seulement des maisons et des terres ^, la justice '\ l'église 
et les dîmes ^, mais le port ^ et le marché qui, vers 1130, fut 
transféré du bourg Saint-Wandrille à Gaudebec et se tint le 
dimanche, jour fav^orable aux transactions, et non le samedi ^. 

Gaudebecquet, où se trouvait le bac pour la traversée de la 
Seine, appartenait également aux religieux '-K Ils y avaient un 
moulin ^^. 

A 3 kil. en amont, enveloppé de bois, à la source du « ruis- 
seau froid » auquel Gaudebec devait son nom ", le moulin d'An- 
got [Ansgothraolins) avait déjà perdu son nom, mi-roman, 



1. N«« 72, 73 .1, 73 B. 

2. Ihid., n« 40 (p. 92). Ci. Hist. de Fr., L XXIII, p. 253 cL Pouillés de la 
province de Rouen, p. 9. 

3. Voy. le mémoire IV. 

4. N" 69. 

5. N° 11 A. 

6. N"** 72, 73 ^,73 B. L'église (Notre-Dame) valait 60 livres au xiii'^ siècle 
{Hist. deFr., t. XXIII, p. 250). 

7. N°s 66, 67. Cf. sur Fimportaiice de Gaudebec le mémoire IV. 

8. N°s 64, 65. — Le seigneur d'Yvetot avait à Gaudebec le libre passage, 
et la franchise personnelle des droits de foires et marchés ; mais ses 
hommes se livrant au commerce payaient les droits. Voy. un acte de 1203, 
par lequel Richard d'Yvetot renonce à ses droits de gîte et [)rocuralion sur 
l'abbaye, dans le Cartulaire de Rouen, fol. 185. 

9. Voy. le mémoire III. 

10. No 68. 

11. Gf. mémoire III. Cette étymologie était anciennement connue. Dom 
Anselme le Michel écrit : « Galidum beccum a bec, quod lingua barbaro- 
rum qui Neustriam vastarunt rivus et cald frigidus dicitur » (Bibl. Nat., 
ms. lat. 13820, fol. 143 recto), se bornant à reproduire une opinion anté- 
rieure « ex veteri registro papyraceo ». 



LXVIII L AIU5AY.E DE SAINT- WANDRIELE 

mi-scandinave, pour celui de Sainte-Gertrude '. Terre, justice, 
église, dîme et forêt étaient également à Saint- Wandrille -. Il 
en était de même de Rançon {Resentio), également à la source 
d'un ruisseau au nom Scandinave [Brebec)^ et au milieu des 
bois 3. 

L'ensemble de ces quatre localités (viculï), dites les Quatre 
filles de Saint-Wandrille, forma jusqu'à la Révolution un doyenné 
exempt de la débite, de l'obligation d'assister à Rouen à la fête 
de la Pentecôte et d'autres charges encore '* . 

De ces quatre localités rapprochons tout de suite cinq autres : 
Abbeville, à 1 kil. au nord-est de l'abbaye, Etaintôt, à 1 kil. au 



1. An!<:c/otmolins dans les quatre rédactions de 'la charte de Richard II 
(n° 11) ; il a déjà perdu son nom en 1074 (n° 37). Surce chang-ement de nom 
voy. aussi Bunel etTougard, GéograpJile de la Seine-Infrrieure, arrondisse- 
ment d'Yvetot, p. 94. Cf. Dom Anselme le Michel, Bibl. Nat. ms. lat. 13820, 
fol. 140 verso, 

2. No* 11, 37, 72, 73 A B. Fouillé du xiii'^ s, « Sancta Gertrudis : valel (en 
blanc' ; abhas S. W. patronus » [Ilist. de Fr., t. XXIII, p. 253). — Entre 
1194 et 1207 Tabbé Renaud concéda en (( fief héréditaire » à Richard 
de Villequier l'héritage de Gautier Peg-nart à Sainte-Gertrude moyen- 
nant une redevance annuelle de a sous anp^evins à la Saint-Remy pour Ycn- 
semble, déduction faite de deux moulins. Pour le moulin neuf, Richard 
donnera 30 sous angevins « d'espoure » à la Saint-Jean-Baptiste, un porc 
de 15 sous angevins à Noël et un muid de blé; pour le moulin Martinet 
4 muids d'avoine et 5 sous angevins à Noël ; il verse enfin pour la con- 
cession qu'on lui fait, 40 livres angevines [Cartiilaire de Rouen, fol. 154 
verso.) Cf. un cirographe par lequel Guillaume Durfort et Robert de Lou- 
vetot abandonnent, moyennant 12 livres angevines, à Richard de Villequier 
leurs parts du moulin Martinet pour quatre ans: « Terminus istius conven- 
tionis incepit a primo festo sancti Pétri postquam Rie, rex Anglie, recu- 
peravit suum castrum Archarum ad colloquium Vallis Rodolii. » L'entrevue 
du Vaudreuil eut lieu le 13 janvier 1196 (Rigord, éd. Delaborde, t. I, p. 133) ; 
la Saint-Pierre doit être celle du 16 janvier. La convention est passée en 
présence et avec l'assentiment de Tabbé Renaud : « in presentia Reginaldi 
abbatis, de cujus feodo molendinum est, et concessit ». (Copie de Gai- 
gnières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 104). 

3. N»* 11, 37, 72, 73 A, B. Rouillé du xiii^ s. : u Beata Maria de Rosen- 
chon : abbas S. W. patronus » {Hifit. de Fr., t. XXIII, p. 251). 

4. N° 39. Cf. Pouillés de la province de Rouen, publiés par Aug. Longnon, 
1903, in-4°, p. 9 [Recueil des Historiens de la France, Pouillés, t. II). Cf. 
Ch. de Beaurepaire dans la Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 1903, p. 597, 
note 2, 600. 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XU^ STÈCUE LXIX 

nord*, Betteville à 2 kil. 1/2 plus loin, au nord-est '^, à 5-6 kil. 
au nord-ouest, Louvetot'^; enfin, à 1 kil. 1/2 au sud-est, sur la 
Seine, Goville ^. Un trait commun qui unissait ces neuf villas 
c'est que, situées au milieu ou tout près des débris de la grande 
forêt, dite jadis de Jumièges •', elles y possédaient des droits 
forestiers, partagés avec le comte d'Evreux et d'Arqués ^\ le 
vrai maître de la contrée. 

Avant de poursuivre Fénumération, citons Tîle Belcinnaca, 
une vieille connaissance de Tépoque mérovingienne ^. Pour récu- 
pérer cette longue bande de terre marécageuse, l'abbaye n'hé- 
sita pas vers 1035-1040 à fabriquer, au m 03^ en de la Vita Con~ 
dedi, un soi-disant diplôme de Thierry III ^ et persuada ainsi le 
comte d'Evreux et d'Arqués, Guillaume, de se dessaisir de l'île ^. 
Triste conquête, au surplus ! L'île, qui était située, semble-t-il, 
en face de Villequier, disparut sous les flots au xiv® siècle 1^. 

[grand ARCIIIDIACOINÉ DE ROUEN.] 

[Doyenné de Rouen.] 
Au chef-lieu de la province ecclésiastique et du duché de 

1. Abbeville et Etaintôt sont aujourd'hui de simples écarts de la com- 
mune de Saint-Wandrille-Rançon. 

2. Betteville, arr. Rouen, cant. Pavilly. Fouillé du xiii'' s. : « Ecclesia 
valet 20 1., parrocliiani 90 ; abbas S. W. praesentat » [Ilist. de Fr., 
t. XXIII, p. 252). 

3. Louvetot, arr. Yvetot, cant. Caudebec. Comme le précédent village, 
Louvetot appartenait au doyenné de Saint-Georges ; dans la première moi- 
tié du xi^ s. l'abbaye n'avait qu'une partie de Louvetot (n°^ 11, 14, 40). Au 
xiri" s. la cure valait 50 livres et comptait 100 paroissiens, c.-à-d. chefs de 
famille {Hist. de Fr., t. XXIII, p. 251). 

4. Gauville, com. de Saint-Wandrille-Rançon. 

5. Louvetot actuel est déboisé, mais le vieux Louvetot est encore boisé. 
Sur l'extension du Saltus Gerneticus, voy. Actes perdus, n° 7. Cf. sur les 
forêts de la Normandie, L. Delisle, Etude sur la condition de la classe agri- 
cole et Vétat de Vagriculture en Normandie au Moyen Age, p. 334-416. 

6. N° 37. Cf. 72, 73 A B. 

7. Voy. plus loin, Actes perdus, n° 10. 

8. Voy. plus loin, Recueil des chartes, n'^ 1. 

9. N° 15 ; cf. no=* 40, 72, 73 A et B. 

10. Elle reparut une dernière fois en 1641. Sur Yinsula Belcinnaca voy. 
Bunel et Tougard, op. cit., p. 121 ; E.-II. Langlois, Essai historique et des- 



L\X l.AlîliAVi: L)K SAIM-WANDRILLE 

Normandie, l'aljbave possédait : i'' la dîme de la vicomte ' ; 
2» Téglise Saint-Laurent avec la dîme de la paroisse et les 
(( coutumes » payées par cette ég-lise ' ; 3^ une maison dans la 
ville -^ ; des « hôtes » dans le suhurhiani \ 

A Saint-Etienne (du Houvray), don ou restitution de Robert le 
Diable \ 14 hôtes, 2 vavasseurs, 7 acres de prés et une charruée 
de terre 6. A Quevilly 3 arpents de prés". Enfin, un « arpent 
jouxte la croix de Darnétal. à gauche en tirant sur Saint-Lubin ^ ». 

[Doyenne île Sainl-Georr/es de Boscherville.] 

En 107i, Guillaume le Conquérant donna ou restitua les 
églises de Notre-Dame et Saint-Georges de Gravenchon '' et 
« deuxhôtes'O ». Néanmoins, Saint-Wandrille n'avait pas latota- 



criptif sur l'abbaye de Saini-M^andrille {Pav\s; 1827), p. 8-10 ; Rondeaux, 
Recueil de faits divers concernant la Seine maritime, 1849, p. 2-17. — Il 
existe une eiKiuèle sur ïinsula Belcinnaca dans VEchiquier de 1336. 

1. La dîme de la vicomte (n°* 72 et 73 A) semble identique à la dîme du 
tonlieu hebdomadaire n" 11 A B C D) que Geoffroi d'Anjou, duc de Norman- 
die, restitua après l'avoir usurpé (n*'^ 78 et n° 117). Sur la vicomte, cf. 
Cil. de Beaurepaire, Histoire de la vicomte de Rouen (1850). 

2. N°* 72, 73 A. Cf. Miracula S. Vulfranni : « S. L. ecclesiam... nostre 
ditionis » (Mabillon, Acta sanct., Saec. III, t. I, p. 375). Au xiii^ s. il y avait 
300 paroissiens et la cure valait 90 livres [Hist. de Fr., t. XXIII, p. 229). 

3. « Une maison sous l'église » disent 72 et 73 .1 ^ avec un jardin et 
libre » ajoute 13 B ; (( dans la ville » dit 11 .1. 

4. N''* 11 A et 73 A B. Ces hôtes étaient sans doute groupés autour de 
Saint-Laurent, alors hors les murs in° 11 A). 

5. N« 14. 

6. N°* 72, 73 A B. La rédaction B du n° 11 ajoute <» consuetudines in 
foresta » (p. 47). Il y a au moins huit Saint-Klienne dans la Seine-Infé- 
rieure. Mais Saint-Etienne est nommé toujours immédiatement après Saint- 
Laurent de Rouen, et la mention des « coutumes dans la forêt » fait pen- 
cher en faveur de Saint-Etienne du Rouvray (cant. de Grand-Couronne). 
(( Manerium Sancti-Stephani, quod est abbatis et conventus Sancti-Wan- 
dregisili », dit le Liber eburneus Rotoin. [Hist. de Fr., t. XXIII, p. 376). 

7. <( Tria arpenta in Chevillaio » (Quevilly, cant. de Grand-Couronne) ne 
figure que dans le n° 11 CD (p. 48). 

8. N°® 47, p. 103. Je ne vois d'admissible que Darnétal près de Rouen. 

9. Notre-Dame de Gravenchon, arr. Le Havre, cant. Lillebonne. Saint- 
Georges de Gravenchon dans la com. précédente. 

10. N° 38 ; cf. n"40. 



FOKTUNE DE L ABBAYE AU Xll'' SIÈCLi: LXXI 

lité des dîmes : elle partageait avec l'abbaye de Couches ', et les 
confirmations de H 42 signalent seulement : àGravenchon, 7 sous 
et la dîme des hommes francs sur l'ég-lise Notre-Dame, 10 sous 
et la dîme des francs hommes sur l'église Saint-Georges ~. Par 
le même acte le duc faisait don de l'église du Mesnil et des 
dîmes •^. A une date indéterminée, on voit Nicolas de Muids se 
dessaisir des dîmes de son Qef de Touffreville ^. 

L'abbaye a possédé aussi des dîmes et terres à Maulevrier ■'. 
Vers la fin du xi^ siècle, elle reçut la moitié de la terre de Guil- 
laume Bigot à Fréville '^ ; puis, vers 1140, la dîme de la « terre 
neuve » sous le petit bois de Villequier '. 

On vient de parler de Betteville et de Louvetot, qui faisaient 
partie de ce doyenné ^. 

[Doyenné de BourglJieroiilde.\ 

Gérard Pernot, dit Flailel, fit don entre 1038 et 1049^ de 
l'église (Saint-Denis) de Bosguérard-de-Marcouville ^^. 

Guillaume d'Arqués, avec l'autorisation de Guillaume le 

1. N" 54 (année 1108). Au xiii« s. l'archevêque disputait à l'abbé le 
patronage : « Ecclesia de Cravenchon : valet 20 1., parrochiani 60 ; abbas 
S. W. dicit se esse patronum et archiepiscopus similiter » (Fouillé de 
Pierre de Collemezzo, Hi^l. de Fr., t. XXIII, p. 2o0). 

2. P. 127, 131, 134. 

3. L' <( jBcclesia de Maisnillo » nommée aussitôt après Gravenchon (p. 86) 
répond très probablement au Mesnil-sous-Lillebonne, com. de Lillebonne, 
entre cette localité et N.-D. de Gravenchon. Cf. le pouillé du xiii^ s.: « Mes- 
nilium. Valet 301., parrochiani 80; abbas S. W. praesent. » {Hist. de Fr., 
t. XXIII, p. 250). 

4. N° 71. Cependant, il y a plusieurs Touffreville en Normandie. 11 est 
assez probable, mais non certain, qu'il s'agit de ToufTreville-la-Cable ou de 
Touffreville-la-Corbeline, non loin de {l'abbaye. 

5. Cette mention de biens à Maulevrier (à 4 kil. au N. de Caudebec) ne 
se trouve que dans le n** 11 A (p. 43). 

6. Fraitvilla (n» 45) paraît répondre à Fréville, arr. de Rouen, cant. de 
Pavilly. 

7. N» 68. Villequier, cant. de Caudebec. 

8. Voy. p. Lxix. 

9. N° 22 ; cf. les confirmations de 1142 (p. 128, 131). La rédaction B du 
n** 73 ajoute « sept hôtes ». 

10. Saint-Denis-du-Bosguérard, com. de Bosguérard-do-Marcouville, 
Eure, canton de Bourgtheroulde. Le patronage, contesté, fut reconnu à 
l'abbave en 1272 (Hist. de Fr., t. XXIIÏ, p. 235). 



LXXIl L AHBAYK DK wSAINT-WANDRlLLE 

Bâtard, qui vendit son consentement, fit don des trois églises de 
Brionne ', dédiées à Saint-Martin, à Notre-Dame et à Saint-Denis^ 
avec la totalité des dîmes des terres, des eaux, des forêts et de la 
chasse. Usurpées, elles furent restituées en 1140 par Guillaume 
Fils-Hellouin-\ auquel l'abbaye était redevable depuis 1092 de 
la possession du moulin de Brionne ^ et du Mesnil-Loismer •'>. 
L'archevêque Hugues III ajouta, vers le milieu du xii® siècle, 
40 sous sur une église de Brionne et le « personnage •' ». Néan- 
moins les descendants de Guillaume Fils-Hellouin finirent par 
garder le « patronage » '. 

[Doyenné de Pont-Audemer.] 

A la sollicitation de l'abbé Groux, Guillaume, comte d'Arqués, 
fit don, vers lOiO, des églises de Vatteville ^ et de Brothonne ^, 
ainsi que de la dîme de la chasse dans la forêt de Brothonne i*'. 
Un demi-siècle après, Roger de Beaumont, renouvela et étendit 



ces concessions 



11 



1. Brionne, Eure, arr. de Bernay. 

2. N° 40, p. 01 ; n° 70. 

3. A Tinstigation de Tarchevêque de Rouen, Hugues III (n° 70). Il est 
vraisemblable que l'usurpateur n'était autre que le donateur. S'étant 
dépouillé dès l'âge le plus tendre (cf. n° 46), Guillaume Fils-IIellouin a 
dû estimer que sa donation était l'effet d'une surprise, par suite sans 
valeur. 

4. N» 46. Les confirmations d'Innocent II parlent de la u dîme des mou- 
lins » (p. 127) ; la confirmation A de Tarchevèque Hug-ues et ajoute la dîme 
des poissons (p. 131) ; la confirmation B parle, en outre, des « libres digni- 
tés de ces églises » (p. 134). 

T). N° 46; les confirmations de Hugues III portent simplement Mesnil 
(p. 131, 134). Je n'ai pu retrouver cette localité qui devait être très proche 
de Brionne. 

6. N°75. 

7. N» 114. Cf. le pouillé du xiii« s. : « Briona. J. de Salerna patronus ; 
valet 60 1.; parrochianos circa quingentos. » Sous Eudes Rigaud on ajoute 
(.( ad praesentationem abbatis S. W. » {Hist. de Fr., t. XXIII, p. 236). 

8. Vatteville, Seine-Inférieure, arr. d'Yvetot, cant. de Caudebec. 

9. Brothonne, com. de Bourneville, Eure, arr. Pont-Audemer, cant. de 
Quillebœuf. 

10. N° 15 ; cf. la prétendue confirmation de Guillaume le Conquérant 
(n° 40, p. 93). 

11. N° 41 ; cf. n" 72, 73 A B, et la confirmation du comte Robert IV 
(n» 96). En 1154, le comte Galeran III reconnut que la dîme de la forêt de 



FORTUNE DE l'aBBAYE AU Xll^ SIÈCLE LXXIII 

Au xii^ siècle, l 'abbaye possédait, en outre, des droits de 
« mouture » à Bliquetuit, sur la rive gauche de la Seine ', en face 
de Caudebec, au nord de cette forêt de Brothonne dont elle avait 
possédé le quart à l'époque mérovingienne -. Ce n'est que plus 
tard qu'elle acquit le patronage de l'église d'Harcourt -^ Relevons 
« vingt sous sur l'église d'Hauville ^ » et notons enfin que l'abbaye 
dut vers la fin du siècle renoncer à ses prétentions sur le patro- 
nage de l'église de la Haye-de-Routot '\ 

[Doyenné de Pavilly.] 

A Bertrimont ^' l'église (Saint-Pierre) et une portion du terri- 
toire, don de Guillaume le Conquérant ". 

Brothonne appartenait d'ancienneté à Saint-Wandrille. Ayant construit une 
chapelle en l'honneur de Notre-Dame à l'entrée de son château de Vatte- 
ville il réserva les droits de l'ég-lise mère (Saint-Martin) appartenant à 
l'abbaye (n« 85). Cf. le pouillé de l'abbaye : « in decanatu Pontisaudoma- 
ris : Beata Maria de Vateuilla ». Le pouillé de l'évêché du xiii*^ s., porte : 
(( Watevilla : abbas S. W. patronus ; valet 5 1., parroch. 100 » {Hist. de 
Fr., t. XXIII, p. 237). Sur les défrichements du xiii« s. voy. Delisle, p. 406. 

1. Voy. p. 122, note 3. 

2. Voy. plus haut, p. xiv. 

3. Harcourt, Eure, cant. de Brionne. Voy. le pouillé de 1337 dans Lon- 
gnon, op. cit., p. 6. 

4. « In ecclesia de Hausvilla xx. solidos ». Ce revenu ne figure que dans 
le n° 73 B (p. 134). Hausvilla, nommée entre la dîme de Brothonne et les 
églises de Brionne, doit répondre à Ilauville, Eure, arr. de Pont-Audemer, 
cant. de Routot. 

5. Un (( cyrographum », scellé de trois sceaux, copié par Gaignières 
(Bibl. Nat., ms. lat. £425, p. 101) renferme un accord entre l'abbaye et Jean 
de Préaux « super presentatione ecclesie nove ville de Haia de Routot, 
(La Haye-de-Routot, cant. de Routot) que est de feodo predicti Johannis », 
L'abbaye de Beaulieu demeure en possession des droits de présentation 
que ledit seigneur lui a concédés dans tous ses domaines. Le vicaire des- 
servant l'église ne sera tenu envers Saint-Wandrille qu'au tiers des dîmes 
« in garbis duabus » et au paiement d'une pension annuelle de 12 sous 
« pro bono pacis », etc. L'acte, non daté, a paru écrit « vers 1200 ». Le 
pouillé du xiii^ s. ne mentionne comme patron de « Haia de Roetot » que 
le prieur de Beaulieu {Hist. de Fr., t. XXIII, p. 238). 

6. Bertrimont, arr. Dieppe, cant. Tôtes. 

7. N° 38. La terra Dodini à Bertrimont des n°* 11 CD, 72, 73 A B corres- 
pond aux 9 hôtes du n° 38. — « Ecclesia de Bertrimonte : parrochiani 60 ; 
abbas S. W. patronus ; portio presbyteri valet 301.» (pouillé du xiii^ siècle, 
Hisl. de Fr., t. XXIII, p. 252|. 



LXXIV LABBAVi: IH: SAIM-WANUUILLE 

A Butot ' l'église (^Saint-VullVand), les dîmes et une portion 
du territoire -. Elle avait une bonne part de Bennetot [Burnetot, 
Brunetot •^) et de la dîme de cette localité ^. A Hugleville la terre 
de Robert d'Hugleville, rendu moine à Tabbaye, vers 1135 •'. 

Vers J0i8, l'abbaye acquit à prix d'argent, Grosfy, fîef d'As- 
selin. vassal du duc de Normandie ^. 

Elle possédait aussi deux parts d'Ectot-l'Auber " avec l'église 
et les dîmes ^; la moitié de Gueutteville ^ avec l'église (Notre- 

1. Butot, arr. Rouen, caut. Pavilly. Il y a deux autres Butot clans le 
département, mais ils sont à écarter, le pouillé de l'abbaye mettant l'église 
Saint-Vulfrand de Butot dans le doyenné de Pavilly. 

2. La donation de Guillaume porte d'abord n" 35) sur le manse qu'il 
possède au terroir de Butot, puis y ajoute l'église et les dîmes (n° 38). La 
rédaction B du n° 11 parle simplement de Buetot. Le n° 40 parle de la terre 
du vassal Laudon et d'Asselin Pélican, les n°* 72, 73 .4 B y ajoutent en 
outre celle de l'évèque Hugues. La fortune de l'abbaye en cette localité 
s'est constituée morceau par morceau. — (( Ecclesia S. Vulfranni de 
Buhetot; parrochiani 55 ; abbas S. W. patronus; portio presbyteri .valet 
40 1. » [Hist. de Fr., t. XXllI, p. 255). 

3. Bennetot, com. d'Ectot-l'Auber (voy. le nom suivant''. 

4. Les n"* 72 et 73 A disent « Bennetot avec la dîme ». Le n° 73 B pré- 
cise ou rectifie : <• Une part de B, la dîme de vos hommes et des hommes 
qui relèvent du fief d'Hugleville » (près de Bennetot). La fortune de Tabbaye 
en cette localité semble provenir des libéralités de quelques personnages 
qui, entre 1038 et 1048, lui concédèrent leurs alleux (voy. n*' 23). Je ne 
sais à quoi répond Bulmesgum [ibid.). 

5. N°67. Cf. n° 73 B, p. 134: « decimam hominum qui sunt de feodo de 
Iluglovilla. )> 

u. X° 26 p. 71). Grofaith est Grosfy, château de la com. d'Hugleville-en- 
Gaux, cant. d'Verville. Cf. la confirmation du duc Guillaume en 1074 (n° 38, 
p. 87 : lire au lieu dWnselmi, Anselini, c.-à-d. Atzelini). 

7. Ectot-l'Auber, arr. Yvetot, cant. Yerville. 

8. N"* 72, ISA B. On ne sait trop à quelle époque l'abbaye avait acquis 
cette localité. Peut-être la tenait-elle d'Ober Olifand (n" 23), à qui Ectot 
devrait son surnom (?). Le pouillé du xvi^ siècle porte (doyenné de Pavilly) : 
(' Sancta Maria de Esquetot l'Ober ». Le pouillé du xiii^s. porte : « Eccle- 
sia beatae Mariae de Esquetot : parrochiani 75; abbas S. W. patronus; 
portio presbyteri valet 40 1. » {Hist. de Fr., t. XXIlI, p. 254). — L'abbaye 
rachète à Engerrand de Frettemeule sa part des dîmes d'Ectot, en 1137 
(n» 67). 

9. Il y a deux Gueutteville dans la Seine-Inférieure. Le pouillé général 
de 1337 (éd. Longnon, p. 12) et le pouillé de l'abbaye du xvi*' siècle à la 
fin de ce vol.) montrent qu'il s'agit du village de ce nom au doyenné (et 
canton^ de Pavilly. Seul le n° M B (p. 47! nomme deux Gueutteville; le 



FORTUNE DE L ABMAYE ALI Xll'' SIÈCLE LXXV 

Dame) ^ ; Sierville -, don de Robert le Diable ou plutôt de son 
vassal, Hugues de Vernon '^, avec l'église (Saint-Philibert). 

A Sidetot et à Sideville '^, elle avait une part des dîmes, celle 
de Roger de Sideville ', à qui Hugues de Sideville allait bientôt 
ajouter l'église (Saint-Etienne) et trois acres de terre ^'. 

Les églises de Saint-Victor-en-Campagne et d'Ancretiéville ^, 
avec les dîmes et cinq vavasseurs, don de Guillaume le Conqué- 
rant ^. 

[Doyenné de Cailly.] 

Gritot '• « avec les hôtes » et la dîme, don du roi Guillaume ^^. 
L'abbaye, si elle ne nommait pas à l'église (Saint-Martin) de 
cette dernière localité, y présentait ^K 

second est sans doute la localité de ce nom située dans le canton de Saint- 
Valery-en-Caux, qui, semble-t-il, faisait partie du doyenné de Canville. Le 
pouillé du xiii^ s. met dans le doyenné de Pavilly Téglise de Gutevilla : 
« parroch. 36, abbas S. W. patronus ; valet portio presbyteri 30 1. » [Hist. 
de Fr., t. XXIII, p. 2;)4). 

1. En 1074, Guillaume le Conquérant donne « G., l'église, les dîmes >•> 
(n° 38, p. 86). Les rédactions BCD du n» 11 (p. 46), ainsi que les i\^^ 72, 
73 AB (p. 127, 130, 133), sont d'accord pour dire « la moitié de G. ». Le 
n° 40 (p. 91) ne parle que de la terre de Hugues Fils-Gefîroy et de Boil- 
mesga. J'ignore ce que ce peut être (cf. p. précéd., note 4). 

2. Sierville, arr, Rouen, cant. Clères. L'église était dédiée à saint Phi- 
libert. Cf. le pouillé de l'abbaye. 

3. N° 14; cf. 72, 73 A B. Au xiii'- s. le patronage n'appartenait pas à 
l'abbaye : « Ecclesia de Sehyervilla : parrochiani 220 ; dominus villae 
patronus ; valet 801. » [Hist. cleFr., t. XXIII, p. 255). 

4. Sidetot, com. de Mesnil-Panneville, cant. Pavilly; Sideville ou Cide- 
ville, cant. Yerville. 

5. N«* 72, n AB. 

6. N° 94. Pouillé du xiii^ s. : « Ecclesia S. Stepbani de Syndevilla : par- 
rochiani 50 ; abbas S. W. patronus ; portio pres})yteri valet 50 1. » [Hist. de 
Fr., t. XXIII, p. 254). 

7. Saint- Victor-la-Campagne, cant. d'Yerville, com. d'AncretiéfilIe- 
Saint- Victor. 

8. N° 38 ; cf. n° 40 : <( terram Osmundi de Anscheteluilla ». — Auxiii'' s. 
les églises de Saint-Victor (96 paroissiens) et Ancretieville (env. 60 parois- 
siens) avaient pour patrons le seigneur de Gueutteville et le prieuré de la 
léproserie de Pavilly (Hist. deFr., t. XXIII, p. 254). 

9. Critot, canton de Saint-Saens. 

10. N° 38; cf. 72, 73 A. 

11. Pouillé de l'abbaye; cf. le pouillé du xiii'' s. : (( abbas S, W. et 
dominus de Wannevilla patroni ; valet 30 1.; parrochiani 60 » (Hist. de 



LXXVl L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

Mouterolier ' en partie, doiid'Ober et d'Anfrey^ beaux-frères du 
duc Richard H*. L'égalise de Neufbosc ^, don de Richard II '*. 

\^^ Archidiaconé de Grand-Caux.] 
[Doyenné de Saint-Romain.] 

L'église de Rogerville et Sandouville ' ne furent acquis que 
très tard, à la fin du xiii^ siècle, en 128ri, par suite d'un échange 
avec un établissement anglais •'. 

[Doyenne de Vnbnonf .] 

A Bénouville et Etretat ~, une terre et des hôtes, ainsi qu'un 
bateau de pèche, quitte de tout droit en cette dernière localité ^. 

F/-. , t. XXIII, p. 244). cf. Ch. de Bcaurepaire dans la Bibliothèque de 
V Ecole des Chartes, 1903, p. 609-611. — Je ne sais quel est le <.< Mesnil » 
où ral)l)aye avait des vavasseurs (n" 73 B). 

1. (lanton de Saint-Saens. 

2. N° 9 ; cf. 11, 73 A B. Fouillé du xiii*' s. : « eccl. de Monasterio Oolier : 
abbas S. W. et Nicholaus Porcus patron! ; valet 20 1., parrochiani 70 » 
[Ilist. de Fr., t. XXIII, p. 245). Fouillé du xvi® siècle : <( Sancta Maria de 
Monstieraulier : dominus dicti loci nominal, et domnus abbas praosentat.» 

3. Neufbosc, arr.de Neufchàtel, cant. de Saint-Saens. 

4. N° 10; cf. n° 11 AB. L'église de Neufbosc n'est plus mentionnée 
dans les n°* 40, 72, 73 ; cependant elle a certainement continué à apparte- 
nir à l'abbaye. Voy. les pouillés du xiii^ s. : (* Ecclesia Novi Bosci : abbas 
S. W. patronus; valet 23 I.; parrochiani 60 » [Hist. de Fr., t. XXIII, 
p. 243), du XIV® siècle (Long-non, p. 14 G) et du xvi'' siècle: « Sanctus 
Nicholaus de Noubosco ». 

5. Arr. Le Havre, canton Saint-Romain. 

6. Saint-Wandrille céda des terres dans les paroisses de Towcester et 
Burton [Cartul. de Bouen, fol. 30i ; Dugdale, Monast. Anglic., éd. 1846, 
t. VI, p. 337) : cf. Cil. de Beaurepaire dans la Bibliothèque de V Ecole des 
Charles, 1903, p. 614. — L'église de Rogierville avait été donnée, entre 
1196 et 1205, par Guillaume Longue-Épée, comte de Salisbury, fils de 
Henri II, à l'église de chanoines de Brandenestoke en Wiltshire. Voy. Car- 
tul. de Bouen, fol. 301 verso ; Cartul. de Paris, fol. 29 verso ; copie de 
Gaignières, d'après l'original perdu, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 78. L'acte 
est analysé par Round, Calendar, n° 179. 

7. Canton de Criquetot. 

8. N«^ 11 .1, 72, 73/1 B. 



FORTUNE DE l'aBBAYE AU XIl^ SIÈCLE LXXVII 

A Fécamp ^ la moitié du revenu du moulin du roi -. A Barde- 
ville 3 trois acres de terre et la dîme d'une charrue ^. Peut-être 
la dîme des Neuves-terres '\ 

[Doyenné de Fauville.] 

Allouville *^, ég-lise (Saint-Quentin) et dîmes, don de Guillaume 
le Conquérant'^, qui concéda, en outre, à Baons-le-Gomte ^, la 
dîme du tonlieu du marché et la « mouture *' » ; relevons deux 
hôtes à Ecretteville-lès-Baons^'\ 

L'église (Notre-Dame) de Hautot-le-Vatois ^' et Veraval '- 

1. Arr. du Havre. 

2. En dehors des confirmations de H42 (n°* 72, 73 A B), Fécamp n'est 
nommé que dans il A (p. 43), où l'on ne spécifie pas, d'ailleurs, qu'il s'agit 
du moulin ducal (ou royal), 

3. Com. d'Ouainville, cant. de Cany, 

4. N«^ 72, 13 A B (p. 128, 131, 135).^ 

5. En 1051, Guillaume, duc de Normandie, abandonna la dîme de la Xova 
terra, relevant du comte d'Évreux, ainsi que deux parts de la terre de Tou- 
tain Fils-Hcluis, à l'instigation de celui-ci {n° 31). Gautier de Rainfreville 
(arr. de Dieppe, cant. de Bacqueville) et son frère Raoul « concédèrent » 
ces mêmes biens qu'ils avaient sans doute usurpés. La Nova (erra me 
paraît devoir être identifiée aux Neuves-terres, com. de Gerponville, cant. 
de Valmont, arr. d'Yvetot. 

6. AUouville-Bellefosse, canton d'Yvetot. 

7. N*> 38. La dîme venait d'être concédée « post excessum » par Raoul 
Fils-Anseré (n" 43). Le monastère, dépouillé par la suite, recouvra sa pro- 
priété en 1142-1146 (n» 74). Entre 1194 et 1207, l'archevêque Gautier 
renonce à ses prétentions sur la pension et patronage, d'une valeur de 
15 sous angevins, sur l'église d'Allouville [Cartulaire de Bouen, fol. 198 
verso). Voy. encore une sentence de Tofficial de Rouen en date du 26 mai 
1266, décidant que le patronage appartiendra alternativement à Tabbaye et 
à Jean de Beusemouchel (dans les Hist. de Fr., t. XXIII, p. 283). 

8. Baons-le-Comte, canton d'Yerville. 

9. N° 38 ; cf. n»« 40, 72, 73 A B. 

10. N» M A, p. 11 BCD, p. 43. Écretteville-lès-Baons, arr. et cant. 
d'Yvetot. 

11. Canton de Fauville. N°« H A B C D, 72, 13 A B . Fouillé du xiii« s. : 
(( Ilotot le Wasteis : abbas S. W. patronus : valet 15 1., parrochiani circa 
60 » {Hist. de Fr., t. XXIII, p. 283). 

12. Veraval, com. de Ilautot-le-Vatois : n° ii B C D (p. 47-48). Au com- 
mencement du xii^ siècle l'abbaye bailla à ferme ce domaine à l'évêque 
de Lisieux pour la durée de la vie de celui-ci (n« 56). Les confirmations de 
1142 mentionnent ce bien (p. 127, 130-1 33\ 



LXXVIII L ABBAYE DE SAIM -WANDRILLE 

appartenaient à l'abbaye, dès l'onzième siècle, semble-t-il. Elle 
avait également à Yvetot ^ des terres et la dîme de l'église, une 
grange - et à coté le terroir du Carquelay ''. A Rouville'' elle pos- 
sédait, depuis une date inconnue, 40 acres de terre •'. 

Relevons enfin « deux hôtes » à Cliponville '', et à Lintot la 
dîme '. 

[3^ Arcihdiaconé de Petit-Caix.] 

[Doyenné du Canvillc] 

Ectot-lès-Baons ^"^ avec l'église (Notre-Dame), don de Guil- 
laume le Conquérant ^. Parmi les « dépendances » il faut sans 
doute entendre la « foire », l'église et les dîmes'". L'intervention 
de Hugues III, archevêque de Rouen, valut à l'abbaye, en 1 1 i2- 
46, la cession de l'église et des dîmes de Grainville^' par le sei- 
gneur de ce village, Eustache '-. Cette donation, bien que confirmée 

1. Yvetot, cliof-lieu crarrondissenient. 

2. i< Cent acres » n° 11 CD), u honorem Ansfredi de luctot » (n" 40); 
le duc Guillaume donne un nianse situé dans cette localilé (n° 31) ; n°^ 72, 
73 AB. — Gautier, seigneur d'Yvetot, et son fils Richard (ci. p. lxvii, note 8) 
donnent à l'abbaye « sedeni unius grancie cum duol)us garbis de décima », 
à Yvetot, à condition i[\\e l'abbé Boger (^1150-1105) leur concède le fief 
de Gautier Lesventé [Cartul. de Paris, fol. 22 ; copie de Gaignières, Bibl. 
Nat. ms. lat. o42o, p 203, d'après un vidimus scellé). — Selon L.-A. Beau- 
cousin (//is^otre c?e /a 7)/'mc//;aw/^^ d'Yvetot, 1884, p. 18) l'emplacement de 
cette grange, possédée par l'abbaye jusqu'en 1780, est représenté actuelle- 
ment à Yvetot par le tribunal civil. 

3. « Cum territorio deCarclif » (n° 31;. Le Carquelay, à 1 kil. 12 à l'est 
d'Yvetot, com. de Sainte-Marie-des-Ghamps. 

4. Arr. du Havre, canton de Bolbec. 

5. N«=^ 72, 73 .4 B. 

6. Canton de Fauville. Les « deux hôtes » de Cliponville ne figurent pas 
dans les rédactions i^ C D du n° U (p. 46) et ne reparaissent plus par la 
suite. 

7. Lintot (cant. de Bolbec) n'est nommé que dans la rédaction B de la 
confirmation de Hugues IH (p. 134). 

8. Canton d'Yerville. 

0. N" 38. Lorsque fut rédigée la version (J D du n'' 11 (p. 48) un tiers 
du village était aux mains d' « alodiers ». 

10. N°s 72, 73 AB. Fouillé du xiii* s. : ce ecclesiae de Esquetot abbas S. 
W. patronus ; valet 15 1., parrochiani 63 » {Hist. de Fr., t. XXIII, p. 294). 

11. Grainville-la-Teinturière, arr. Yvetot, cant. Cany. 

12. X» 74. 



FORTUNE DE L ABBAYE AU Xll^ SIECLE LXXIX 

par le pape Eugène III ^, n'eut sans doute point d'effet immédiat, 
car on voit, en 1153, l'archevêque rétrocéder l'église, retenue de 
force entre des mains laïques -, et son successeur, Rotrou, con- 
firmer ses bienfaits 3, ainsi qu'Eustache de Grainville ^. L'abbaye 
conserva cette église * et acquit quelques pièces de terre dans le 
même village ^. 

Dès 1074 l'église et la dîme de Flamanville ^ avaient été données 
par Guillaume le Conquérant ^. Mais elles furent usurpées cer- 
tainement, car on voit, à une époque indéterminée, vers le pre- 
mier quart du xii*^ siècle, Guillaume « Benengel » en faire dona- 
tion pour le repos de son âme et celui de ses parents ^. Toute- 
fois, il n'est pas sûr que Saint- Wandrille se soit maintenu en 
possession de cette église ; elle ne figure pas dans les confirma- 
tions de 1142 '0. Relevons encore un moulin à Héricourt ^' et 
une charmée de terre à Longuemare ^-. 

[Doyenne de Brachy.] 

A LongueiP'^, l'abbaye possédait l'église dès 1038-1047*^, les 
dîmes, un manse, deux hôtes et une pièce de terre, par donation 

1. N«79. 

2. No84 (p. 149). 

3. N° 90. 

4. N° 91. 

5. Le pouillé de Tabbaye porte (au doyenné de Canvillej : « Sancta 
Maria de Grainuilla ». Le pouillé de l'évêché, du xiii^ s., porte : « ecclesia 
de Grainvilla : abbas S. W. patronus ; valet 60 L, parrochiani 300 » [Ilist. 
deFr., t. XXIII, p. 296). 

6. N° 92 : Richard d'Auffay aumône en 1164-83 une « masure », c.-à-d. 
une pièce de terre. 

7. Flamanville, arr. Yvetot, cant. Ycrville. 

8. N° 38. 

9. N° 51. 

10. En outre, le pouillé du xin« s. et le pouillé de 1337 nomment d'autres 
patrons {Ilist. de Fr., t. XXIll, p. 293 et Long-non, op. cit., p. 29). 

11. Le n» 73 B (p. 134) est seul à parler de « unum molendinum in llere- 
court ». Cette localité, nommée immédiatement avant Longuoil (voy. note 1) 
est Héricourt-en-Caux, arr. d'Yvetot, cant. d'Ouville. 

12. Nommée seulement par 11 CZ) (p. 48) entre Ectot et Yvetot : il s'agit 
de Longuemare, dans la com. de Sommesnil, à 4 kil. d'Héricourt-en-Caux. 

13. Longueil-Sainte-Marie, canton d'OiTran ville. 

14. N" 22 



LXXX L ABBAYE DE SAINÏ-WANDRILLE 

du duc Guillaume ^ ; le même souverain concéda en 1074 à Gan- 
teleu un peu de forêt -. 

[Doyenné de Bacqueville.] 

Au xi*^ siècle Tabbaye possède, par don d'Ober (beau-frère de 
Richard II-'), Garcuit en plaine et en bois avec les petits 
hameaux qui en dépendent, deux moulins et une pêcherie ^ ; 
Tég-lise voisine de Gonneville, au moins en majeure partie ', et 
quatre hôtes dans cette localité, qui semble avoir été alors une 
dépendance de la précédente ^' ; trois parts d'un moulin sur la 
rivière de Longueville ', c.-à-d. la Scie. 

A Greppeville ^, par don de Guillaume le Gonquérant, la terra 
Manninc et la terra Bruninc avec quatre « alodiers '-^ ». Au 

1. N° 31 ; cf. n"*" 72, 73 A B. La jouissance des dîmes fut plus tard con- 
testée aux moines par les curés de la paroisse (n° 93), et aux xiii<' et xiv«= 
s. on voit que Tabbaye n'a [)as le patronage de l'église [Hist. de Fr., 
t. XXIII, p. 301 et Longnon, op. cit., p. 32). 

2. « In Cantaluppo quandam particulam saltus » (n** 38), cf. n" 11 D CD, 
p. 47), Il s'agit sans doute de Ganteleu, com. de Luneray, cant. de Bac- 
queville. 

3. N° 40: « terram (juo({ue de Carquiet quam dédit Osbernus modo et 
suam partem de Monasterio Odilerii » (cf. n° 9). 

4. N" 11 A, p. 43 ; la rédaction (^ D ne dit rien de cette localité ; la rédac- 
tion B dit simplement (p. 47) « Quarcuit, ecclesiam de Gonneuill >>. 

5. Le pouillé de l'abbaye porte : <( In decanatu de Basqueuilla : Sanctus 
Valericus de Gonneuilla, maior portio ->. On lit dans le pouillé du xiii*^ s. : 
« Gonnevilla. Abbas S. W. patronus ; valet 60 L; parrochiani 30 » [Hist. 
(le Fi\, t. XXIII, p. 296). — La bulle d'Innocent II et la confirmation de 
l'archevêque Hugues III portent « dimidiuni Carquit in bono et in piano, 
ius uestrum in ecclesia, très partes unius molendini super ripam Longe- 
ville » (n»^ 72, 73 A B). Cette église est celle de Gonneville, alors simple 
dépendance de Garcuit. 11 semblerait résulter de ces derniers témoi- 
gnages que Labbaye avait perdu la moitié de Garcuit. Mais peut-être n'en 
avait-elle jamais eu la totalité, la dissolution de la villa étant antérieure 
au XI*' siècle. 

6. Garcuit dans la commune de Gonneville, cant. de Tôtes, Aug. le Pré- 
vost l'appelle Gonneville-les-Hameaux (édition d'Orderic Vital, t. III, p. 39, 
note 2) ; cf. n° 11 A (p. 43) : « Garcuit... uillulis sibi adiacentibus ». 

7. N»'^ 72, 73 A B (cf. note 3). 

8. Greppeville, com. de Griquetot-sur-Longueville, arr. Dieppe, cant. 
Longueville. 

9. N*^ 38; cf. n° 11 Z^CZ), p. 47. Les confirmations de 1142 ne men- 
tionnent pas Greppeville. 



FORTUNE DE L ABBAYE AU Xll'^ SIECLE LXXXl 

xii^ siècle, l'archevêque Hug-ues III fit restituer le « personnage » 
de cette localité ^ et deux muids d'avoine sur l'église ~. Le duc 
fît don également, à Vaudrevilie ^, de la « terre de Raoul et 
Engerrand avec un moulin '* » ; et Hugues III confirma la posses- 
sion du « personnage » de la chapelle de ce hameau •'. 

A Bertreville ^ la u terre Rainard », soit 9 hôtes, 2 cottiers 1/2 
et les dîmes ^. 

A Denestanville ^, la dîme et un hôte, don de Guillaume le 
Conquérant ^ ; la « terre de Corbière », don du même souve- 
rain 10. 

A Beaunay '•, les moines avaient obtenu de Raoul Fils-Anseré 
la dîme pour la durée de sa vie ; ils la gardèrent ^'~. 

Au début du xii*' siècle, Ober de Lindebeuf donna l'église de 
Lindebeuf '3, avec les dîmes et 60 acres ^^ ; et, en outre, l'église 
voisine de Torp -^ avec les dîmes et 15 acres, [dotation de ces 
églises 1*^. 

Entre 1142 et 1146 s'ajouta la dîme'^ de l'église d'une localité 

1. N° 74. 

2. N° 75. 

3. Vaudrevilie, arr. Dieppe, cant. et com. de Longueville. 

4. N° 38; cf. n*' 11 B C D, p. 47. Les confirinatioiis de, 1142 ne men- 
tionnent pas Creppeville. 

5. N°74. 

6. Arr. de Dieppe, cant. de Long-uevillç. 

7. N" 11 ABDC; n^^ 72, 73 AB. Les dîmes ne sont mentionnées que 
dans 11 A. 

8. Cant. Londinières. 

9. N° 31, p. 77 ; cf. 72, 73 A B. Le n« 40 (p. 92) parle de la terre de Gos- 
selin à Denestanville et de la part de celui-ci surFég-lise. 

10. N° 31 , p. 77. CorAeria est La Corbière, com. d'Heug-leville-sur-Scie. 

11. Beaunay, canton de Tôtes. 

12. N° 43, p. 99 ; cf. n°^ 72, 73 A B. 

13. Lindebeuf, arr. d'Yvetot, cant. d'Yerville. 

14. N° 32 ; au lieu de 60 acres les confirmations d'Innocent II (p. 127) et 
de l'archevêque Hugues (p. 131, 134) portent « terra unius carruce ». En 
effet, la charmée de terre équivalait à 60 acres. Voy. L. Delisle, p. 299. 

15. Canton de Doudeville, com. de Torpmesnil. 

16. N*' 52 ; cf. 72, 73 A B. L'abbaye ne conserva pas le patronage de ces 
églises, qui est attribué à des laïques dans les pouillés des xiii*^ et xiv*^ s. 

17. Wm/)eZeui7^a, qui n'est pas mentionné en 1142 dans la bulle d'Innocent II 
(n^ 72) non pkis que dans la rédaction A de la confirmation de Hugues III, 
apparaît dans la rédaction B (p. 134) et dans la bulle d'Eugène III (n» 79). 

L'AnuAYE DE Saint- Wanurille. VI 



Lxxxii l'aubaye de salnt-wandrille 

voisine, Imbleville ', échanii;"ée probablement pour la moitié de la 
dîme et du tiers des oblations de l'autel à Bacqueville '^. Signa- 
lons encore une dîme à Varvannes \ 

[4« Arcijidiaco.né d'Eu (ou de Talou).] 

[Doyenné de Lon(/ueville.] 

En 1031 ou 1032 ', le duc Robert abandonna en « alleu » à 
Tabbaje Féglise d'Arqués (Notre-Dame '') et les églises qui 
relevaient de celle-ci, c'est à savoir Saint- Aubin ^ et Bouteilles 
(Saint-Saens) " et la dîme de Noville ^. Bien que l'acte ne le dise 
pas, il est certain qu'aux églises d'Arqués, de Saint-Aubin et de 
Bouteilles, s'ajoutaient les dîmes de ces localités et des « hôtes '^ ». 
^lais est-il exact que- le duc ait fait don de la dîme de la vicomte 
d'Arqués, ainsi que le prétend une des rédactions du n" 1 1 "^? 
c'est ce qui demeure douteux *^ En tous cas, il semble bien que 

1. iiiibleville, aiicieniieiuent \'iiiblevillc \Vinb('lerill;i\ caiil. do Tûtes. 

2. Bacqueville, mentionné en 1142 dans la Ijulle d'Innocent II et dans la 
rédaction de la confirmation de Hu^çues III, disparaît dans la rédaction B et 
la bulle d'Eugène III (cf. p. précéd., note 17). 

3. « In Warwenna dec. Urselii et Guillelmi » (^n°* 72, 73 AB). J'ignore ([ui 
sont ces personnes. — N'aivannes, arr. de Dieppe, canton de Tôtes. 

4. X° 13 ; cf. la confirmation du n"^ 17 et 72, 73 A B. 

V>. Arques-la-bataille, arr. de Dieppe, cant. d'OlVranville. — Vers 1200, 
Tarchevèque Gautier nomme Robert de Saint-Denis vicaire de l'église 
Notre-Dame d'Arcpies avec le consentement du curé [rector] Hugues 
d'Arqués, et sur la présentation de Renaud, abbé de Saint-Wandrille, Voy. 
une copie de Gaignières d'après l'original, Bibl, Nat., ms. lat. 5425, p. 118. 
Fouillé du xiii"^ s. « Arches. Abbas S. W. patronus ; valet 60 1.; parroch. 
300 » {Hist. de Fr., t. XXllI, p. 258 ; cf. le pouillé du xivc s., p. 35. 

6. Saint-Aubin-le-Cauf (cant. d'Envermeu), sur la Béthune, à 5 kil. au 
S.-E. d'Arqués. <» Ecclesia S. Albini super Arches. : S. W. patronus ; 
parrochiani 200 ; valet 40 1. » iihid.). 

7. Bouteilles à 3 kil. 1/2 au N.-O. d'Arqués, cant. d'Olï'ranville, com. de 
Rouxmesnil. Pouillé du xiii*^ s. « Ecclesia de Boutellis : abbas S. W. pa- 
tronus ; valet 40 1., parrochiani circa 160 » (ibid., p. 257), 

8. Noville, hameau entre Saint-Aubin et Martigny. 

9. N°^ 11, 72, 73 A B, 40. Pour Bouteilles, le n» 73 B ajoute « une saline 
et une couture ». L'archevêque conservait des droits sur l'église, ce qui 
explique l'abandon de 6 livres par Hugues III (n° 75). 

10. La rédaction B (p. 47). 

11. Non seulement les autres rédactions du n° 11, mais le n° 40, n'en 
parlent pas. 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XIl'' SIÈCLE LXXXllI 

l'abbaye en jouissait au xii*' siècle ^ Peut-être avait-elle le pri- 
vilèg'e de la pêche pendant une semaine, celle qui précédait la 
Saint- Wandrille (22 juillet) '-. Près de cette même localité, 
Tabbaye avait à Galmont une terre et un bois^. Non loin 
d'Arqués, à 2 kil. 1/2 au S.-E. , Tabbaye possédait l'église de 
Martigny (Saint-Martin) avec la dîme et des hôtes ^. 

On ne sait à quelle époque s'ajouta la concession de la dîme 
du tonlieu de Dieppe, de Bouteilles "^ et d'Etran*'. Le duc semble 
se l'être un instant appropriée^. 

Au milieu du xii^ siècle Fabbaye obtint ou recouvra la pro- 
priété d'un domaine perdu depuis de longs siècles, l'abbaye 
de Saint-Saens. Une première concession de Mathieu de Saint- 
Saens en 1150^ fut suivie trois ans après d'une restitution com- 
plète, grâce à l'entremise de l'archevêque H\igues III *'. 

Mathieu avait abandonné, outre l'église et le logement néces- 
saire à l'installation des moines, la dîme des fours des villages de 
Saint-Saens ^^ et d'Omonville ^', ainsi que la dîme des champarts, 
des cens et du « brais ». 

1. N°=*72, 12 A B (p. 131, 134). 

2. Il est étrange que la rédaction B de l'acte de Hugues III (1142) et la 
rédaction A du n" 11 (p. 43 et 134) soient les seuls témoignages de cette faveur. 

3. N'' 73 B (p, 134) est seul à mentionner « terram in Calomonte et bos- 
cum ». — Calmont, com. d'Arqués. 

4. N» 11 .1 B ; 72, 73 A B. — Martigny, cant. d'OlTranville. Cette église 
n'est pas mentionnée dans la prétendue confirmation générale de Guillaume 
le Conquérant (n» 40, p. 92). On y trouve, d'une autre encre, après la men- 
tion de l'église de Bouteilles « et Fraisnes ». Je ne sais quelle est cette 
localité qui n'est citée nulle part ailleurs. — Fouillé du xm*' s. : « eccl. de 
Martiniaco abbas S. W. patronus ; valet 301., parrochiani circa 80 » [Ilist. 
(leFr., t. XXIII, p. 2:i7-258). 

5. La rédaction A du n" 11 mentionne la « dîme du tonlieu de Dieppe ». 
La confirmation d'Innocent II (n^' 72) et la rédaction B de la confirmation 
de Hugues III portent : « la dîme du tonlieu de Dieppe, d'Etran et de Bou- 
teilles » (p. 127, 134) ; la rédaction 72 A ne parle pas de Bouteilles. 

6. Etran (cant. d'Ofîranville, com. de Martin-Église), faubourg de Dieppe, 
faisait partie du doyenné d'Envermeu [Hist. de Fi\, t. XXIII, p. 264). 

7. Geofil'oi d'Anjou, duc de Normandie restitua « tout ce que les reli- 
gieux touchaient à Arques, Dieppe, Bouteilles, Etran » (n° 78). Cf. la pré- 
caution que prend Henri II en 1175 (n° 103). 

8. N° 83. 

9. N» 84. 

10. Saint-Saens, arr. de Neufchàtel. 

11. Omonville, com. dô Saint-Martin-Omonville, à 5 kil. au sud. de Saint- 
Saens. 



LXXXIV L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

L'acte de 1153 y ajouta : la dîme de toute la paroisse de 
Saint-Saens, tant des terres que des jardins et des moulins, la 
dîme des cens et du tonlieu, un moulin et son jardin, une terre 
près du château, don du prévôt Richard, le campus Presoldi et 
trois « montes » ' ; la dîme du vivier et les dîmes des champarts 
et des cens à Ilers'. Au Quesnay^ Je fief Restoud et deux gerbes 
du fief Fuelle, des hôtes; à Roville ^ la dîme d'un moulin, un 
hôte et un champ, faisant partie du fief de Robert Hareng '. A 
Huhanmcsnil^' deux jardins et quatre acres, toute la <( moute », 
etc. '. Au Thil un hôte et la dîme du moulin ^. A la Boissière ^ 
deux gerbes du lief des seigneurs de Saint-Saens, la dîme du mou- 
lin, et l'emplacement d'une grange. A Omonville^'^ deux hôtes, le 
champ d'ouche ", la dîme des moulins, des cens et deux autres 
champs. A Beaumon*- deux gerbes du fief du seigneur de Saint- 
Saens. A Saint-Martin-le-Blanc ^^ deux gerbes . A Bréquigny i^ 
5 sous. A Neufbosc'-' 15 sous sur l'église, une << cantuaria » •^j un 

1. (« Molta : praoslatio agraria seu quae fructibus agri solvilur. » — « Droit 
de moulle qui est un droit et proffit ({ui se doit sur les fruiz qui viennent es 
ditles terres » est-il dit dans une lettre de rémission de 1389. Le mot 
semble se rencontrer seulement en Normandie. Voy. Du Cange, Gloss., éd. 
Favre, t. V, j). 4")0, col. 1 ; — cf. L. Delisle, Études sur... la classe agri- 
cole en Xormandie, p. 5 19-522. 

2. Hers. Je n'ai pu identifier cette localité. Les Hez dans la com. de 
Rebetz (cent, de Buchy) paraît bien éloigné. 

3. Le Quesnay, dépendance de Saint-Saens, au sud. 

4. Roville à 1 kil. 1/2 au N.-O. de Saint-Saens. 

5. Celui qui donnera son surnom à Beaumont? (Voy. note 12.) 

6. Non identifié. 

7. Je ne sais identifier a vallis Benedicti », non plus que << campus Abe- 
line ». 

8. Pont-de-Tliil à 1 kil. 1/2 au sud de Saint-Saens. 

9. Com. de Saint-Martin-Omonville (cf. p. précéd., note 11). 

10. Cf. p. précéd., note 11. 

11. L'ouche est définie par Du Cange : « Terrae portio arabilis, fossis vel 
saepibus undique clausa. » 

12. Beaumont-le-Hareng à 5 kil. SS.-O. de Saint-Saens, ou Beaumont, 
hameau à 7 kil. SS.-E. de Saint-Saens. 

13. Com. de Saint-Martin-Omonville (cf. p. précéd., note 11). 

14. Brichennie est Bréquigny à 3 kil. S.-E. de Saint-Saens. 

15. Le Neufbosc à 7 kil. S.-E. de Saint-Saens. 

16. La cantuaria ou cantaria est un anniversaire ; par extension le revenu 
attaché à la célébration de cet office. 



FORTUNE DE L ABBAYE AU Xll'^ SIÈCLE LXXXV 

hôte. A Bosc MesniP 12 sous sur Tég-lise, une « cantuaria », un 
hôte. A Saint-Germain "~ 5 sous sur Tég-lise, deux gerbes sur le 
fîef du seigneur de Saint-Saens, plus deux hôtes, 5 sous, 6 cha- 
pons. A Vadum '^ la dîme du fîef Augi. A Epinay '^ 2 acres. A Pu- 
cheuil -^ 8 acres. A Fréauville *^ la dîme entière du seigneur de Saint- 
Saens avec la dîme du moulin, un hôte et l'emplacement d'une 
grange. A Neuville" la moitié de l'église et de la dîme, et 6 sous 
sur l'église. A Bailly ^ la moitié de l'église et de la dîme, la 
dîme du moulin, un hôte. A Equiqueville ^, l'église avec la 
dîme entière, une « masure » ^^ de 4 acres de terre, 2 acres, 
2 hôtes, la dîme du moulin. A Perdue-ville la « moûte » '^ tout 
entière. 

[Doyenné d'Envermeii.] 

L' « alleu » de Glicourt ^-, donné au milieu du xi'^ siècle, par 
Baudouin Filleul, avec la permission du duc Guillaume et du 
comte Guillaume d'Arqués ^3. L'église de Baillj-(en-Rivière) ^^ 

1. Bonus Maisnil est devenu Le Bosc-Mesnil à Tj kil. Est de Saint-Saens. 

2. On pourrait hésiter entre Saint-Germain-sur-Eaulne (canton de Neuf- 
châtel), Saint-Germain d'Etables (canton de Longueville), ou Saint-Ger- 
main-sous-Cailly (canton de Clères), Saint-Germain-des-Essourts (canton 
de Bucliy). 

3. Vadum m'est inconnu. 

4. Spinetum est l'Epinay près du Quesnay (cf. p. précéd., note 3). 

5. Puteol. est Le Pucheuil à 1 kil. 1/2 de Saint-Martin d'Omonville (cf. 
p. Lxxxiii, note il). 

6. Fréauville, canton de Londinières. 

7. Neuville-sur-Eaulne (voy. plus loin p. lxxxviii). 

8. Basleium est Bailly, hameau à 3 kil. S.-O. de Saint-Saens. 

9. Eschechevilla est Equiqueville, canton d'Enverriieu, com. de Saint- 
Vaâst d'Equiqueville. Jusque vers la fin du xiii« s. cette localité avait fait 
partie du doyenné de Bures (Longnon, op, cit., p. xiv). 

10. Sur la contenance de la « masure », voy. L. Delisle, Etudes sur la con- 
dition de la classe agricole en Normandie, p. 8 et 36. 

11. Com. du Bosc-Mesnil (cf. note 1), à 5 kil. Est de Saint-Saens. 

12. Glicourt, arr. de Dieppe, cant. d'Envermeu. 

13. N° 30; cf. n° 40. L'église est mentionnée dans les n°^ 11 A, Téglise 
et la dîme dans 72, 13 AB (p. 127, 131, 134). Elle était dédiée à Saint- 
Ma,rtin (Pouillé de l'abbaye). Elle valait 25 livres et comptait 60 « parois- 
siens » au xiii« s. (pouillé de Petrus de Colle-medio, dans Hist. de Fr., 
t. XXIII, p. 263). En 1174, l'abbé Anfrey bailla pour sept ans à x\dam de 
Tourville, sa ferme de Glicourt (L. Del^le, op. cit., p. 651, d'après le Car- 
tulaire de Rouen, fol. 318-319). 

14. Bailly-en-Rivière, cant. d'Envermeu. 



LXXXVl L AlîlîAYE DE SAINT-WANDRILLE 

figure dans les quatre rédactions de la charte de confirmation de 
Richard II K Coqueréaumont, où l'abbaye possède « sept hôtes » 2, 
n'est mentionné que dans la rédaction A de cet acte -K Etran 
n'est nommé qu'au xii*^ siècle '. L'église de Fréauville •', sans 
doute depuis le xi^ siècle ^. La dîme fut usurpée, puis restituée 
en 1154 ^. 

\ Doyenne de NeufchàteL] 

L'abbaye obtint vers 1024^ de Richard II, ou de son vassal 
Yves •*, un groupe important de domaines et de revenus : Fon- 
taine-en-Bray "*, « terre et bois, avec les moulins et cours d'eau » ■^, 
Brandiaucourt '- avec l'église, Esclavelles ^-^ avec l'église, Bré- 

1. N° H AB : « ecclesiam de Basleio » (p. 43, 47) ; BCD ajoutent 4 hôtes 
(p. 48); les confirmations de 1142 parlent de la (c décima hominum Gàii- 
fridi de Baillol [Bailleul-Neuville, cant. de Londinières] » (p. 127, 131, 
134). Le Fouillé du xiii«^ s. porte : « eccl. de Basli : habet 3 presbyteros et 
3 portiones et 3 patrones. Clemens presbyter, qui nunc est, presentatus 
fuit ab abbate S. W. ; valet illa portio 2") 1. t. et habet parrochianos 60 ». 
(///s/, (h Fr., t. XXIII, p. 263). — Le Fouillé de l'abbaye porte: « Sanctus 
Martinus de Bailli in Rippacuria, major portio ». 

2. Com. d'Ancourt, cant. de Dieppe. 

3. P. 43 ; cf. n»^ 72, 73 AB. 

4. Voy. p. Lxxxiii, note 6. 

5. Fréauville, arr. de Neufcliâtel, cant. de Londinières. 

6. N« HAB (p. 43, 47). 

7. Voy. p. précéd., note 6. — « Sanctus Pelrus de Freauvilla » dit le 
Fouillé de l'abbaye. « De Freauvilla duae portiones... aliam habet, prae- 
sentatus a S. W. ; valet 25 1. t., parrochiani 50 » [HisL de Fr., t. XXIII, 
p. 263). 

8. N« 10; cf. no 11 AB. 

9. L'intervention de ce personnage ne peut guère s'expliquer que si le 
duc lui avait inféodé ces domaines. 

10. Arr. de Neufcliâtel, canton de Saint-Saens. 

11. Lepouillé du xiii*^ s. montre que l'abbaye avait aussi l'église : (c eccle- 
sia de Fontanis : valet 30 1., parroch. 60 ; abbas S. W. praesent. » [loc. 
cit., p. 271). 

12. //)«f/.;cf. n° llyl ; cf. 72, 13 AB: « Brandelcurtcum ecclesia et décima. » 
Le pouillé du xiii« s. porte : a eccl. de Brindeaucuria ; valet 25 1., parro- 
chiani 48 ; abbas S. W. praesent. » (loc. cit., p. 273). 

13. Ihicl.; cf. n° HA: n"** 72, 73 ajoutent à l'église et à la dîme : « tertiam 
partem de Esclavelles... et terra Rad. Dancelli » (cf. p. 92). Fouillé du 
xiii^ s. : « eccl. de Esclavellis : valet 25 1., parrochian. 75 ; abbas S. W, 
praesent. » [loc. cit., p. 271). Saint-Wandrille acquit plus tard un fief à 
Esclavelles relevant d'Oberde Rouvrav l'-Catillon). Elle conservait dans ses 



FORTUNE DE l'aBBAYE AV XIl»^ SIÈCLE LXX'XVII 

niontier ^ avec l'église, ainsi que les églises de Neuf-Bosc ' et de 
Bosc-Mesnil 3. Plusieurs de ces possessions furent contestées à 
l'abbaje ou même lui furent enlevées, car nous venons de voir 
restituer par le seigneur de Saint-Saens certaines redevances 
dans ces deux dernières localités ^, Tarchevêque Hugues III 
donner 15 sous sur l'autel de Brandiaucourt et d'Esclavelles 5; 
enfin une convention, en 1157, avec Hugues de Gournay 
montre que ce seigneur avait des droits à Fontaine-en-Bray ^. 
L'abbaye conserva cependant la haute main sur ces localités ''. 

[Doyenné d'Eu.] 
L'abbaye y possédait, dès le xi'' siècle probablement, l'église 
de Guilmécourt '^ avec les dîmes et un peu de terre ^' ; peut-être 
aussi l'église de Caudecotte '^. 

archives un acte de celui-ci concédant à Richard de Scalis la tenure qu'avait 
en ce lieu Robert de Port-Mort « donec rectus hères procédât». Si cet héri- 
tier se rencontre et peut prouver ses droits, il fera à Richard un hommage 
que celui-ci reportera à Ober; et Richard donnera à Oberou à ses hôtes des 
éperons d'or (calcaria ad aurum). Voy. une copie de Gaignières, Ribl. Nat., 
ms. lat. 5425, p. 119 d'après l'original scellé « quiparoist estre vers Fan 1200». 

1. Rrémontier, com. de Massy, à 2 kil. S. d'Esclavelles. Cf. n° 11 A. Le 
duc n'avait sans doute que la moitié de Brémontier car on voit un autre 
don de Garnier et Legiart au milieu du xi« siècle (n°^ 20, 40, 72, 73 A ; le 
n» 73 B ajoute u ecclesiam cum décima »). Fouillé du xiii'' s. : « eccl. de 
Bremoustier : valet 15 1., parroch. 34, abbasS. W. praesent. » {Hist. de 
Fr.,p. 271). 

2. Cf. p. Lxxxiv, note 15. Fouillé du xiii« s. : « eccl. Novi bosci : abbas 
S. W. patronus; valet 25 1., parrochiani 70 » [loc. cit., p. 243). 

3. Cf. p. Lxxxv, note 1. Fouillé du xiii'' s. : « eccl. de Bono Meisnillo : 
valet 30 1., parroch. GO; abbas S. W. praesent. » [loc. cit., p. 270-271). 

4. F. LXXXIV-LXXXV. 

5. N« 75, p. 139. 

6. N°88, p. 155. 

7. Fouillé du xiv^ siècle dans Longnon, p. 38 ; cf. le pouillé de l'abbaye : 
(( In decanatu de Nouocastro : Sanctus Audoenus de Bonomesnillo [Bosc- 
MesnilJ, S. Fetrus Braemonasterio [ BrémontierJ, S. Martinus de Brandocuria 
[Bradiancourt], S. Maria d'Esclauelles, S. Germanus de Fontibus in Brayo. » 

8. Arr. de Dieppe, canton d'Envermeu. 

9. N° 11 A : (( aecclesiam de Gillemecurt cum decimis et aliqua parte 
terrarum » (p. 43) ; n° 40 « ecclesiam quoque de Guslemecuirt cum terre 
parte aliqua » (p. 92). Les n'^* 72, 73 AB ne parlent plus de terre mais d'un 
« hôte » et restreignent la dîme à la dîme « ultra viam ». — Au xiii^ s. le 
patronage de l'église appartient à l'abbé du Tréport {Hist. de Fr., t. XXIIT, 
p. 261). 

10. (laldccota eccleaia est énumérée aux n"** 72 et 73^7? entre Siorville et 



r.XXXVllI L AHRAYE DE wSAlM-WAN DRILLE 

[Doyenné de Foucarmont.] 

Au xi^ siècle Tabbaye avait Belhencourt avec Teau, les motl- 
lins, les prés K Les confirmations de 1142 ne parlent que de la 
moitié de Bethencourt possédée jadis par Guillaume, évêque 
d'Evreux ^. Il semble que Bethencourt soit le hameau de ce nom, 
située dans la com. de Dancourt -^ Guillaume le Conquérant 
donna, en 1074 '% Neuville-sur-Eaulne -^ avec l'église et les dîmes. 
L'abbaye dépouillée par le seigneur de Saint-Saens recouvra, en 
partie au moins, ses droits en 1154 ^\ 

VEXIN NORMAND 

[Doyenne de Baudemonf.] 

Nicolas Fils-Baudry lit don, vers 1040, de l'église de Guitry ^, 
construite par son père en l'honneur de saint Pierre , et y ajouta 
une petite dotation, comprenant une charmée de terre et trois 
arpents de vigne ^. L'abbaye arrondit son domaine en achetant, 

Butot qui sont du doyenné de Pavilly. Deux localités peuvent convenir : 
l'une dans la com. d'Avesnes, cant. d'Envermeu, relève du doyenné d'Eu ; 
l'autre, dans la com. de Dieppe, du doyenné de Longueville. 

1. N« 11 A, p. 43. 

2. Guillaume I", évêque d'Évreux de 1040 environ, jusque vers 1070. 

3. Toutefois, une autre localité de ce nom est admissible; celle qui est 
située dans la com. de Sigy, arr. de Neufchâtel, au doyenné de Ry. 

4. N» 38. 

5. Com. de Bailleul, cant. de Londinières. 

6. Voy. plus haut, p. lxxxv. — Au xiii« s., l'église est à la présentation 
de l'abbé d'Eu [Hist. de Fr., t. XXIII, p. 266). 

7. Guitry (anc. Kitry, Quitry), Eure, arr. des Andelys, canton d'Ecos. 

8. N° 16 ; cf. n°* 40, 72, 73 AB. Fouillé du xiii^ s. : « Ecclesia S. Pétri 
de Quintri ; abbas S. W. patronus ; habet 96 parrochianos ; valet 14 1. t. » 
{loc. cit., p. 306). Un instant le tonlieude Guitry fut engagé par le seigneur 
(voy. note suiv.). Omont de Chaumont-en-Vexin, fils de Robert l'Éloquent 
(mort avant 1089) et d'une fille de Nicolas Fils-Baudry, confirme : 1° trois 
prébendes à Guitry, données à Saint-Wandrille par son aïeul Nicolas, à 
condition de remplacer par des moines les chanoines, au fur et à mesure 
de l'extinction de ceux-ci ; 2" la terre de Lébécourt, en retenant la justice 
du duel « si forte de terra illa fuerit ». Voy. l'acte dans Depoin, op. cit., 
4^ fasc, p. 369. L'acte se place vers la fin du xi^ siècle ou au début du 
xii« siècle. Omont apparaît, en effet, dans des actes de 1099 à 1112. Son fils; 
Guillaume, épousa en 1114 Isabelle, fils du roi Louis VI [ibid., p. 370-371)- 
On trouvera dans Le Prévost [op. cit., p. 225) des actes du xiii« siècle de 
cette famille de Chaumont en faveur de Saint-Wandrille. 



FORTUNE DE L ABHAYE AL XIl*" SIÈCLE LXXXIX 

peu après, au même personnage ^ la terre de Lébécourt -. 
L'ég-lise de Forêt ^ fut probablement acquise vers la même 
époque ^, ainsi qu'une portion de Garloville avec une partie de 
la dîme ^, 



VEXIN FRANÇAIS 

[Doyenné de Magny .] 

Une des localités que l'abbaye reconstituée put récupérer, fut 
le village natal de saint Ansbert, Ghaussj ^\ En 1024 elle l'ob- 
tint du comte de Vexin, Dreux, moyennant une indemnité de 
104 sous 7. Outre le sol, l'abbaye acquit l'église et les dîmes ^. 
Elle fut, du reste, à plusieurs reprises, troublée dans sa 
possession, notamment parles vicomtes de Mantes et Meulan 9. 

DIOCÈSE d'ÉVREUX 

La Croisille '^\ avec un moulin et le cours d'eau, fut une des 
premières localités dont, grâce à la munificence de la dame Emma, 

1. No 27 ; cf. n°s 49, 72, 73 AB. Cf. note précédente. 

2. Lébécourt, Eure, com. de Forêt-la-Folie. 

3. Forêt-la-Folie, Eure, arr. des Andelys, cant. d'Eros. 

4. L'église de Forêt n'est pas mentionnée avant les confirmations de 
1142 : « ecclesia de Chitreio et de Forest cum decimis et terris quas ibi 
habuerunt canonici in prebendis » fp. 127, 131, 135). Le pouillé de 
l'abbaye porte « Sanctus Sulpitius de Forestis ». Le pouillé du xiii*' s. porte : 
« eccl. S. Supplicii de Foresta : abbas S. W. patronus; habet 127 parro- 
chianos ; valet 12 1. t. » [loc. cit., p. 396). 

5. Garloville (com. d'Ecos) est mentionné dans les confirmations de 1142 
(p. 127, 132, 134). Le n" 40 (p. 91) montre que la portion que tenait l'ab- 
baye était celle de Hugues Fils-Geoffroy. 

6. Ghaussy, Seine-et-Oise, arr. de Mantes, cant. de Magny. 

7. N° 7. G'est la première charte de l'abbaye à date certaine depuis sa 
ruine à l'époque carolingienne. 

8. « Galceium et ecclesiam cum decimis » portent les confirmations de 
1142 (p. 127, 131, 135). L'église était dédiée aux saints Grépin et Grépinien 
pouillé de l'abbaye. L'archevêque conservait des droits puisque 
Hugues III, vers 1142-46, abandonne 15 sous sur cette église (n° 75), Pouillé 
du xiii^ s. : « ecclesia S. Grispini de Ghauci : valet 30 1., 120 parrochiani, 
abbas S. W. praesent. » [loc. cit., p. 323), 

9. Voy. les n^^ 57, 81 (p. 112, 145). 

10. Eure, arr. Evreux, cant. Gonches. 



XC L ABBAYE DE vSAlNT-WAiNDRlLLE 

s'enrichit Tabbaye vers 102G, après sa reconstitution '. Elle y 
possédait également l'église et les dîmes -. A Aubevoie ^ elle 
avait, depuis 1051, «vingt-deux arpents de bonne terre grasse», 
donation de Guillaume, comte d'Arqués ''. A Grandvillers •"*, 
elle possédait depuis le xi*^ siècle ^', l'église avec les dîmes et cincj 
hôtes ^. 

Au xii^ siècle, sans qu'on sache par suite de quelles circons- 
tances, le monastère apparaît, en outre, en possession de l'église 
Saint-Pierre du Bosguérard *^, de Mansus Gosleni avec la cha- 
pelle "', d'une terre et d'une vigne à Angerville ^^\ de la dîme des 
moulins de Breuil et de Chambray ainsi que d'une portion des 
dîmes de Longaverrina '^. 

A Vernon il avait l'église Saint-Michel et touchait trois deniers 
chaque jour '-. 



1. N-' 12, p. 51. 

2. Le n" H i? porte « La Croisile cum ecclesia et omnibus apanditiis 
(p. 48) ; cf. n® 40 (p. 93). Les n"® 72 et 73 A ont « Cruisillam et occlesiam » 
(p. 128, 131); B ajoute « cum décima ». Voy. aussi le pouillé de l'évèché 
(éd. Long-non, p. 187) et le pouillé de l'abbaye : « Sanctus Martinus de 
CrucioUa ». 

3. Aubevoie, Eure, arr. Louviers, cant. Gaillon. Cette localité était aussi 
appelée Les Mesnils-s -Gaillon. Cf. Maifinil Goyslnni (p. 92). 

4. N» 29, p. 74. On trouve « terram et vineam » dans 72, 73 A (p. 128, 
131). Cette localité n'est pas mentionnée par 73 B. 

o. Grandvillers, Eure, arr. Evreux, cant. Damville. 
G. N°r)0, cf. n° 11 B (p. 48). 

7. Les n°« 72 et 73 A parlent (outre l'église) seulement d'une cliarruée 
de terre. Le n° 73 B ajoute une vavassorie et 3 hôtes, puis, sur l'église, la 
moitié des oblations de deux jours à Noël et à Pâques, pour un jour à la 
Toussaint, enfin la moitié des « chandelles ». Voy. encore le pouillé de 
l'évèché (Longnon, p. 189) et le pouillé de l'abbaye : « Sanctus Martinus de 
Grantvillier ». 

8. N°s 72, 73 A, 73 B (p. 128, 131, 135). Saint-Pierre du Bosguérard 
(Eure, arr. Louviers, cant. Amfreville-la-Campagne) est à 4 kil. environ 
de Saint-Denis du Bosguérard, au diocèse de Rouen, dont on a parlé plus 
haut (p. Lxxi). 

9. N°* 72, 73 AB. Peut-être Gaillon (Eure, arr. Louviers). 

10. Angerville-la-Campagne n'est nommé que dans 73 B (p. 135). 

11. N"73^i?. Chambri doit être Chambray-sur-lton (Eure, cant. Dam- 
ville, com. Gou ville) et Broil, Breuil-Benoît, com. de Marcilly à 7 kil. à 
l'Est du précédent. Je ne retrouve pas Longaverrina. 

12. N°s72, 73AB. 



FORTUNE DE l'aIîRAYE AU XII*' SIÈCLE XCI 

DIOCÈSE DE LISIEUX 

Dans ce diocèse également le plus ancien fonds de possessions 
de Fabbaye reconstituée était dû à la générosité de la dame 
Emma : vers 1026 elle avait cédé les villas de Ticheville et du 
Breuil, sur la Touques^, avec moulins, prés, bois- et dîmes •^. 
Mais, peu après, Tabbaye fut victime d'une spoliation de la part 
de Robert le Diable : le duc s'appropria le Breuil et inféoda 
Ticheville au vassal Haymon. Néanmoins, elle recouvra bien 
vite les domaines usurpés : le premier fut restitué par Robert 
lui-même ^, le second par son fils Guillaume •"•. 

C'est probablement par la même voie ^' que Saint-Wandrille 
avait à Pontchardon ' des terres, prés, bois, coutumes et tonlieu, 
que lui disputait un seigneur local ^. Elle tint, un instant^, de la 
générosité d'un bienfaiteur inconnu, Gourbépine ^^. Enfin, elle 
apparaît au milieu du xii*" siècle^' en possession de la dîme des 
moulins de Ghambrois^^^ Ferrières ^-^ Auquainville*^ eiCorcini^-\ 

1. Breuil-en-Auge, Calvados, arr. Pont-l'Evêque, cant. Blangy ; — Tiche- 
ville, Orne, arr. Argentan, cant. Vimouticrs. 

2. NM2. 

3. N»** 72, 73 AB. Cf. le pouillé de l'abbaye : » Sanctus Pelrus de Tier- 
gevilla ». 

4. N° 14. 

5. NM8 bis. 

6. Immà, donatrice de Breuil, de Ticheville, de la Croisille (voy. plus 
haut, p. Lxxxix) est dite « dame de Pontchardon ». Voy. p. 50, note 1. 

7. Saint-Martin-de-Pontchardon, Orne, arr. Argentan, cant. Vimoutiers. 

8. N° 66 (p. 120). Les n^^ 72, 73 AB portent : « in episcopatu Lexoviensi 
Tegervillam et Pontemcard. cuni appenditiis suis et ecclesias cum deci- 
mis » (p. 128, 131, 135), Le pouillé de l'abbaye porte : « Sanctus Marti- 
nus de Pontecardonis » ; cf. le pouillé de révôché (éd. Longnon, p. 260, 
263). 

9. Cette localité n'est mentionnée que dans la prétendue confirmation 
de Guillaume le Conquérant (n<> 40, p. 91) et n'apparaît plus ensuite. 

10. Eure, cant. Bernay. 

11. Les localités qui suivent ne sont mentionnées que dans le n° 73 B 
[p. 135). 

12. A Cambresca répond Chambrois, aujourd'hui Broglie, Eure, arr. de 
Bernay. 

13. Frariis est une faute pour Ferr.iriis : il s'agit de Ferrière-Saint-Hilaire, 
à 6 kil. au N.-E. de Chambrois. 

14. Alchamvilla est Auquainville, Calvados, arr. Lisieux, cant. Livarot. 

15. Je n'ai pu identifier cette localité. 



XCll L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

DIOCÈSE DE BAYEUX 

On ne sait de qui Tabbaye tenait l'importante série de 
domaines dont elle jouissait dans ce diocèse, dès le xi^ siècle 
semble-t-iP : Livrv - avec l'église et les dîmes •^; la terre de Cal- 
miiceon^; l'église de Caumont-' ; l'église deCheux'* avec toute la 
dîme et une charmée de terre " ; l'église du Mesnil-Patrj ^ • 
Basly •', en partie, avec une portion des dîmes et des revenus de 
l'église '*\ A Caen, où l'abbaye possédait une maison, sur 

1. Les localités dont les noms suivent se trouvent dans les diverses 
rédactions du n° 11. 

2. Calvados, arr. Baveux, cant. Caumont. 

3. N° il A (p. 44), BCD (p. 47); Liberiacum et pcclesia (n»* 72, 73 A), 
cum decimis et dignitatibus suis ajoute 73 B. Cf. le pouillé de 1350 (éd. 
Longnon, p. 103) et le pouillé de Tabbaye : <( Sancta Maria de Livry ». 

4. Cette localité ne se trouve que dans 11 BCD (p. 48). 

T). Caumont, Calvados, arr. Bayeux. Ecclesia de Caluomonte, citée dans 
11 ABCD (p. 44 et 48), n'est plus mentionnée dans les confirmations de 
1142 (p. 128, 132, 136). On la retrouve cependant, attribuée à l'abbé de 
Saint-Wandrilledans le pouillé de 13")0 (éd. Longnon, p. 121) et le pouillé 
de l'abbaye : « Sanctus Martinus de Calvomonte ». 

6. Calvados, arr. Caen, cant. Tilly-sur-Seulles. 

7. No 11 A : (f aecclesiam de Cheus cum tota décima et terram unius 
carruce sufficientem et ix. hospites » (p. 44). Les confirmations de 1142 
portent u vr. bospites », Le pouillé de 1350 porte « abbas S. Stephani » 
avec cette addition : u Abbas S. V^andregil. Rothom. immédiat. » (éd. 
Longnon, p. 100) ; le pouillé de l'abbaye : « Sanctus Vigor de Cheux ». 
Il y eut conflit au sujet des dîmes avec les moines de Saint-Etienne de Caen. 
Un accord, passé vers 1137, touchant la dîme dite « Odeline » sur le fief de 
Guillaume de Taissel, fut confirmé à Lisieux par Hugues, archevêque de 
Rouen, entre 1137 et Hr)0 (Ms. de la Bibl. de Rouen, A ^11, fol. 1 verso, 
n" 1). Une plainte de S,-W. contre les sergents de Saint-Etienne fut 
accueillie par le légat du pape Imar, évêque deTusculum (1142-1164), assisté 
de l'archevêque Hugues et des évêques Rotrou d'Evreux (1139-64) et Girard 
de Séez (1144-56) [ibid., fol. 1 verso, n» 2.) 

8. Calvados, arr. Caen, cant. Tilly-sur-Seulles. Ecclesia. Mesiiil Patrie ne 
figure que dans 11 A et B (p. 44 et 47) : elle a disparu des confirmations 
de 1142 et, au xn^-xv^ siècle, le patronage était disputé entre un laïque et 
l'abbé de Saint- Vincent du Mans (voy. le pouillé, éd. Longnon, p. 99). 

9. Basly, Calvados, arr. Caen, cant. Creully. 

10. L'étendue des droits du monastère à Basly a varié. Le n" 11 A porte 
« Basly et aecclesiam cum decimis et hospitibus et uno molendino » 
(p. 44); 11 BCD : « in villa que dicitur Basler un. [hospites] quos dédit 
Godofridus » (p. 48\ Les confirmations de 1 U2 portent : ((in Basleio quar- 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XIl*^ SIÈCLE XCllI 

l'Orne 1, l'abbaye obtint du duc, aune époque antérieure au 
principat de GeollVoi d'Anjou ~, la dîme du tonlieu perçu à la 
(( foire du pré -^ ». Entre 1049 et 1096^ Robert Fils-Erneïs fit 
don de sa dîme sur les églises de Saint-André et Saint-Martin 
de Fontenay '' et sur les dépendances : « domaine », coutures, 
pêcheries, moulins, hommes francs et vilains. Il abandonna aussi 
la terre aumonée à ces églises ; il s'engagea enfin, sous condition, 
à céder de sa terre et forêt de Cinglais ^^ de quoi construire une 
demeure et une grange pour y conserver le produit des dîmes. 
Cette libéralité n'eut certainement qu'une durée passagère ''. 

Au xii^ siècle on voit Fabbaye, on ne sait par suite de quelles 
circonstances, en possession de la dîme de Saint-Germain 
d'Ectot 8, qu'elle ne conserva pas longtemps ^. 

DIOCÈSE DE COUTA NCES 

La fortune de l'abbaye en ce diocèse provenait d une donation 
de Robert Fils-Humfroy . Entre 1035 et 10o3 ce personnage 
avait cédé, avec la permission du duc^'^, l'église Saint-Marcoufi', 

lam partem ville et tcrliam decim. et jus vestrum in ecclesia » (p. 128, 132, 
136;. Le patronage de l'église appartenait au <( prior domus Dei de Cadomo » 
(pouillé, éd. Longnon, p. 110). 

1. <( Un hôte » (n° 11 A), a une maison » (n"** 72, 73 A), « une maison 
sur rOrne » (73 B). 

2. Puisque celui-ci la restitue vers 1144-1150 (n° 78). 

3. « Decimam nundinarum prali » (11 A, p. 44), « decimam thelonei 
apud Cadomum in i'eria prati » (11 C, p. 48, var. r), « decimam ferie de 
prato » (nos 72, 73 j^q). 

4. L'acte, qui n'est connu que par une transcription dans la pancarte de 
Guillaume le Bâtard (p. 94-95), est passé en présence del'évêque de Bayeux, 
Eudes (1049-1096). 

5. Calvados, arr. Caen, cant. Bourguébus. 

6. Cingal, Calvados, cant. Bretteville, com. Moulines. 

7. Les confirmations de 1142 n'en parlent pas. 

8. Calvados, cant. Caumont. 

9. La «décima sancti Germani de Hoscheto » mentionnée en 1142 dans 
la bulle d'Innocent II et la première rédaction de la confirmation de 
l'archevêque Hugues (p. 128, 132), a disparu dans la 2^ rédaction de celui-ci 
(p. 136) et ne figure plus dans la bulle d'Eugène III (p. 143). 

10. N» 19. 

11. Manche, arr. Valognes, cant. Montebourg. — Bien que le n^ 19 donne 
l'église (( en entier », on voit que notre abbaye y disputait les dîmes à 
celle de Cérisy. Un jugement de la cour de Henri I'^'", vers 1.120, trancha 



XCIV L ABBAYE DE SAIN T-\VAÎSDR1LLE 

les ég'lises de Saiut-Gerinaiii et Saint-Martin de Varreville ', 
l'église Sainte-Honorine d'Audouville ', l'église Sainte- Marie de 
Poupeville ^ Peu après, le même compléta cette libéralité par 
l'abandon de Foucarville ^ avec l'église et neuf hôtes "'. En même 
temps Tarchevêque Robert faisait don de la dîme de la part du 



le différend par im partage égal des dîmes (voy. n"'* 59, 00, 100 ; cf. les coii- 
firmalions de 1142, p. 128, 132) ; mais il se ranima un demi-siècle après au 
sujet des menues dîmes (n" 100). On lit dans le pouillé du diocèse de Cou- 
tances du xiii'" siècle : « Ecclesia Sancti Marculfi : patronus abbas Cerac. ; 
percipit medietatem garbarum et ab])as S. W. medietatem per totum, 
rector totum altalagium et 20 quarteria ordei in porcione ahbatis Cera- 
ciensi ; et débet idem abbas pagare de suo proprio magistrum operis sive 
carpentarae seu cementariae quotîens necesse in ecclesia fuerit operari. Et 
valet 33 libras. Abbas S. Wand. pro redditibus totius dyocesis 120 libras » 
{Ilist. de Fr., t. XXI 11, p. 523). 

1. Manche, arr. Valo^nes, cant. Sainte-Mère-Église. — Voy. encore les 
n»* 72, 73 AB. On lit dans le pouillé du xiii*^ s. : « Ecclesia Sancti Germani 
de Varrenvilla : patronus episcopus Cant. ; abbas Sancti Vandr. percipit 
duas garbas in masuris subscriptis. ,. ; rector percipit tertiam garbam in 
dictis fcodis et alibi omnes garbas cum altalagio; et valet 45 libras. — 
Ecclesia de Varrenvilla : patronus al)bas Sancti Vand. et Petrus de Var- 
renvilla, scutifer, quilibet pro medietate ; et percipit dictus abbas duas gar- 
bas per totam parrochiam, exceplis bordagiis dominicis, exartis gardino- 
rum, Ibi percipiunt rectores omnes garbas et alibi tertiam cum altalagio. 
Et valet pro Rogero 35 libras; item pro Guillelmo 35 libras » [loc. cit., 
p. 523). Voy. encore le pouillé de 1332 (éd. Longnon, p. 30't) et le pouillé 
de Tabbaye. 

2. Audouville-la-llubcrt, Manche, arr. Valognes, cant. Sainte-Mère- 
Église. — Voy. encore les confirmations de 1142. Le pouillé du xiii*^ s, 
porte : « Ecclesia de Audouvilla : patronus Nicholaus de Audouvilla ; per- 
cipit duas garbas in feodo suo et in feodo Basset et quibusdam aliis feodis; 
rector percipit tertiam per totam |)arrochiam et in novalibus totum. Abbas 
Sancti Vandr. percipit duas garbas in aliis feodis ubi non percipit dictus N. 
Et valet 35 libras ; Domus Dei de Sancto Laudo 15 libras ; abbas S. V. 22 
libras » {loc. cit.]. 

3. Aujourd'hui Sainte-Marie-du-Mont, cant. Sainte-Mère-Eglise. — Voy. 
encore les confirmations de 1142. 

4. Foucarville, cant. Sainte-Mère-Eglise. 

5. N*^ 21 ; cf. 72, 73 AB ; les neuf hôtes sont remplacés par deux vavas- 
seurs et un vilain (73 B). Pouillé du xiii*' s. : « Ecclesia Sancti Laudi 
de Foucarvilla ; patronus abbas S. Vandregisili; percipit duas garbas per 
totum, excepte feodo franco quod diciturle Ilamel et feodo Anfreis et feodo 
de Hospitali, ubi rector percipit totum et alibi tertiam garbam cum altala- 
gio. Et valet 40 libras ; abbas S. V. 33 libras » [loc. cit.). 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XIl^ SIÈCLE XCV 

« craspois » * capturé sur le rivage de Saint-Marcouf, d un hôte 
à Var reville, etc. 2. Au xu« siècle, la fortune s'accroît de la 
« dîme de six hôtes -^ » à Quinéville et à Fontenay ^, de la dîme 
de Besneville ^ en totalité ou en partie ^\ 

DIOCÈSE DE SÉEZ 

Un riche seigneur, Gérard Pernot, rendu moine à Saint- Wan- 
drille à la fin de sa vie, abandonna, avec la permission de Guil- 
laume le Bâtard '', les églises de Chambois ^, Omméel '\ Ave- 

1. Crassus piscis esl le marsouin. Voy. A. Thomas dans la Romania, 4912, 
p. 80. 

2. NM8;cf. 72, 73 AB. 

3. N°s72, 73 AB. 

4. Chenevilla ou Cheneuvilla est Quinéville ; Fontanetum est Fontenav, 
tous deux dans la Manche, cant. Montel)ourg', Fouillé de Coutances du 
xiii^ siècle : (( Ecclesia de Kinelvilla. Rector percipit omnia, exceptis duabus 
garbis duarum vavassoriarum, in quibus percipit abbas S. W. duas garbas... 

— Ecclesia de Fonteneio... in feodo de Sancto Marculfo percipit dictus abbas 
(Cerasiensis) et abbas S. W. medietatcm, rector nihil. Item in feodo S. W. 
percipit ipse abbas dicti loci duas garbas, quae valent circiter 7 libras, rec- 
tor tertiam... Sed notandum quod in feodo S. Marculfi percipit rector S. M. 
décimas minutas, exceptis anseribus et porcellis, et valet 90 libras ; Abbas 
S. Vandr. (en blanc). » [loc. cit., p. 521 et r.22). 

5. Bennavilla ou Beunavilla est Besneville, Manche, arr. Valognes, cant. 
Sain t-Sauveur-le-Vicomte . 

6. « Totam decimam » (n°s 72, 73 A, p. 128, 132), « duas partes decima- 
rum n [i\o 73 B, p. 136). Au xiii'^ s. il n'est plus question de cette localité. 
L'abbaye touche 33 1. sur l'église d'Emondeville, cant. de Montebourg {loc. 
cit., p. 521). 

7. No 22. 

8. Ecclesia Canibarji est Chambois, Orne, arr. Argentan, cant, Trun. — 
Le détail varie : le n° 22 dit simplement <( ecclesiam Cambagi » ; « ecclesia 
de Gambaco cum terris clericorum » porte le n^ 40 (p. 91) ; — « aecclesiam 
Cambagi cum decimis et hospitibus et theloneo » (n^ HA, p. 44) ; — « in 
Cambagio ecclesiam cum decim. et xxx acraset terae » (n° 72, 73 A, p. 128, 
132), « in Caml)aio ecclesiam et in ea x solidos et decimam thelonei et 
molendini et triginta accras terre et minutam decimam » (p. 73 B, p. 135); 

— « ecclesiam de Canbaio cum décima etdecem solidos de altari » (confir- 
mation de Girard, évoque de Séez, n'' 86, p. 152). — Voy. encore le pouillé 
de 1335 (éd. Longnon, p. 233) ; et le pouillé de l'abbaye : <.<■ Sanctus Marti- 
nus de Chambay ». 

9. Ulniirum, Ulmelluni, Urnehel est Omméel, arr. Argentan, cant. 
Exmcs. — Le détail varie : (( ecclesiam Uhniri » (n" 22, p. 67 ; n° 11 ^1, 



XCVl L ABBAYE DE SALNT-WANDHILLE 

nelles '. Dans ce diocèse plus que partout ailleurs, Rouen excepté, 
l'abbaye éprouva les effets de la générosité des ducs. Au xi^ siècle 
elle reçut d'eux la dîme du produit des foires et marchés de 
l'Hiémois', des vicomtes de Falaise*^ et d'Argentan '% plus les 
églises et dîmes de la ville d'Exmes •"'. En outre, en 1074^, le duc 
Guillaume opéra un ensemble important de donations ou restitu- 
tions : les églises d'Argentan avec les chapelles et les dîmes ", 

p. 44) ; — «in Umcheel ecclesiam et decimam rusticorum et xxx acras 
terre » (n°* 72,73 A); aux dîmes des vilains et aux trente acres de terre, 
73 B ajoute la dîme du moulin; la confirmation de 1155 montre que la 
terre sur laquelle l'abbaye avait la dîme ressortissait du comte Raoul 
(n° 86), — Voy. encore le pouillé de 1335 (éd. Longnon, p. 233) ; et le 
pouillé de l'abbaye : u Sanctus Petrus d'Omméel », 

1. Orne, arr. Argentan, cant. Exmes, com. d'Omméel. — Les droits de 
l'abbaye en cette localité comprenaient non seulement l'église (n®* 22, 11 
A), mais les dîmes et 30 acres de terre fn°*72, 73^4), plus la dîme du mou- 
lin et trois botes (73 B). La confirmation de l'évèque Girard de Séez porte 
simplement « ecclesiam Argentelle cum decimis » (n° 86). A la fin du 
xii" siècle l'abbaye reçut de Guillaume de Mandeville la présentation à la 
cure (n°101). — Voy, encore le pouillé de 1335 (éd, Longnon, p. 233) ; et 
le pouillé de l'abbaye : « Sancta Maria d'A venelles », 

2. Don du duc Robert, vers 1033 : (( decimam nundinarum totiusque 
comitatus Oximensis et omnium mercationum » (n° 14, p, 55) ; cf. « in 
Oximensi pago decimam thelonei » 'n° Il ^, p. 44) ; « decimam tbelonei de 
Oximis » (n° 11 C, p. 44 /•) ; cf, pour les autres actes, note 5, 

3. N" 11 C : (( decimam thelonei de Falesia » (p, 48 /') ; — « in Falesia 
decim, vicecomitatus et préfecture castri (n°* 72,73 AB). — La date exacte 
de la concession ne peut être déterminée, comme pour Llliémois, 11 est 
certain, d'ailleurs, qu'elle n'a pu émaner que des ducs (cf. n" 78), et elle se 
place probablement à l'extrême fin du xi^ ou au commencement du xii*^ siècle; 
antérieurement au principat de Geoffroi d'Anjou qui restitue aux religieux 
ce qu'ils touchaient à Argentan, Falaise et Exmes (n° 78). 

4. Même o])servation. Pour les textes voy. note 6. 

0, Oxinias, Uismes, Exmes, Orne, arr. Argentan. — Aux textes cités 
plus haut (note 2) ajouter les confirmations de 1142 : (( ecclesias de 
Uismes cum decim, et dec. vicecomitatus et i. hospitem » (p. 128, 132, 
136) ; (( in pago Oximensi ecclesiam eiusdem castri cum décima de dominio 
principis Normanniae » (n° 86, p, 152). — Voy, encore le pouillé de 1335 
éd. Longnon, p. 233); et le pouillé de l'abbaye : « Sanctus Andréas de 
Eximis ». 

6. N° 38. 

7. Argenlomum, Argentan, Orne, clief-1. d'arrondissement. — N° -38 
u ecclesias Argentonii cum capellis et decimis » ; <( ecclesiam Argentomi 
cum capellis et decimis » (n» 11 BCD, p. 47) ; — « in Argentomio ecclesias 



FORTUiNE DE l'aBBAÏE AU Xll'^' SIÈCLE XCVIT 



les églises de Sarceaux ^ Mavoville ', Goulandon ■', Gheffreville ^, 
avec les dîmes et une charmée de terre. L'église d'Argen- 
telles ^ fut acquise peut-être aussi vers la même époque ^'. 



cum decim. et decimam vicecomitatus » (n°* 72, 73 A, p. 128, 132) ; — » in 
Castro Argentomo ecclcsias cum decimis et cum omnibus earum appendi- 
ciis intègre», porte la confirmation de Tévêque de Séez (n° 86). Le n° l'iB 
ajoute les menues dîmes, les oblations des chandelles à la Purification et 
à l'Assomption, deux pêcheries, une maison dans la ville [castrum] et cinq 
hôtes, — Voy. encore le pouillé de 1337 (éd. Longnon, p. 227); et le 
pouillé de l'abbaye : « Sanctus Martinus de Argenteyo » (sic). 

i. Sarceaux, Orne, arr. et cant. Argentan. — N° 38 « eccles. de Sar- 
chiaus cum decimis et terra uni carruce sufficientem » ; « cum capellis... 
Sarcels et lerram unius carruce sufficientem » (n^ 11 BCD, p. 47) ; k eccle- 
siam de Sarcels cum tribus hospitibus » (n"^ 72, 73 A) ; «. ecclesiam de 
Sarceaux cum decimis et m hospites et minutam decimam et candelas in 
purificatiore » (73 B) ; « ecclesiam Sarcellis cum décima bladi et minutis 
decimis et in purificatione Sancte Marie candelas » (n°86j. — Voy. encore 
le pouillé de 1335 (éd. Longnon, p. 226) ; et le pouillé de l'abbaye : « Sanc- 
tus Martinus de Sarceaulx ». 

2. Mauvaisville (anciennement Mauveville, Mavoville), Orne, cant. 
Argentan. — N° 38 : « eccles. Mawoithvillam... cum decimis et terram 
uni carruce sufficientem (cf. n° 11 BCD, p. 47); — «ecclesiam de Mavoi- 
villa » (n° 72, l'i A) ; — u ecclesiam et décimas de Mavoivilla (n<^ 73 B, 
86). — Voy. encore le pouillé de 1335 (éd. Longnon, p. 226) ; et le pouillé 
de l'abbaye : « Sanctus Martinus de Mavovilla ». 

3. Goulandon, Orne, arr. et cant. Argentan. — N° 38 : « eccles. Cor- 
laadi etc. » ; cf. n° 11 BCD, 72, 13 A ; — 73 Z^ et 86 mentionnent expressé- 
ment les dîmes. 

4. Gheffreville, Galvados, arr. Lisieux, canl. Livarot. — N° 38 : « in pago 
Sagiensi... ecclcsias... Sethefreville cum decimis earum et terram uni car- 
ruce sufficientem » (cf. n° 11 BCD, p. 47). Vers 1033 le duc Robert avait 
déjà donné cette charmée de terre, la terre Gosselin, avec deux hôtes « in 
Sefredivilla » (n° 14, p. 55). Les n"^ 72 et 73 A portent : « in episcopatu 
Sagiensi : ecclesiam de Seffrevilla » (p. 128, 132). Le n° 73 B, toujours plus 
prolixe, ajoute : « et les dîmes et deux parts des oblations de la menue 
dîme, des chandelles à la Purification et deux vavasseurs ». — Bien que la 
charte de Guillaume le Gonquérant, la bulle d'Innocent II, les confirma- 
tions de rarchevêque Hugues III, s'accordent à placer Gheffreville dans le 
pays et évèché de Séez, il est douteux que ce territoire se soit étendu 
ainsi, au détriment du diocèse de Lisieux. Il est très probable que nous 
sommes en présence d'une erreur, d'autant plus que cette localité ne 
figure pas dans l'acte de confirmation de l'évêque de Séez, Girard (n° 86). 

5. Argentelles, Orne, arr. Argentan, cant. Exmes, com. Villebadin. 

6. Elle n'est mentionnée que par la rédaction A du n*' 11 « accclesiam de 
Argentele cum decimis et hospitibus » (p. 44). Les confirmations de 1142 

L"Ann.vYE i»e Saint- W'andkille. VII 



XCVIII L ABBAYE DE SAIN T-WANDRILLE 

A la fin du siècle, vers 1086, Roger de Beaumonl augmenta 
cette dotation par la concession ^ des églises de Rànes -, Anne- 
becq •^, Faverolles ^, avec les dîmes levées sur sa terre et celle de 
ses hommes, sur le tonlieu quotidien, les foires annuelles, etc. 
L'acquisition de l'église de l'Aunepercé ' avec les dîmes, 
etc., doit être du milieu du siècle suivant '• ; celle de la dîme du 
moulin de Fresnay se place en 1 125 '. 

porLenl : « in Argentelis ecclesiam cum decimis et i hosp. » (n°s 70, 73 A) ; 
12 B remplace l'hôte par un u mediator » (métayer). La confirmation de 
Girard, évêque de Séez, en 1255 : « ecclesiam Arg-entelle cum decimis » 
(n*' 86). — Voy. en outre le i)ouillé de 1335 (éd. Long-non, p. 233) ; le 
l)ouilIé de l'abbaye porte : u Sancla Maria d'Arg-enlelle ». 

1 . Xo 42 (p. 97) et noies suivantes. 

2. Rànes, arr. Argentan, cant. Ecouché. — Cf. n<^* 72, 73 ^1 (c ecclesias... 
deRadana... cum decimis et i. liospitem »; 73 B ajoute les oblations, 
ainsi que la confirmation de Tévêque Girard, qui parle aussi des menues 
dîmes pour « Sancta Maria Rane ». — Voy. encore le pouillé de l'abbaye : 
« Sancla Maria de Raana ». 

3. Saint-Georges d'Annebecq, Orne, arr. Argentan, cant. Briouze. — Les 
n»^ 72, 73 A ajoutent aux églises et dîmes « de Asnebec » la dîme du moulin 
et autres revenus du château (ou de la ville) et une charmée de terre. Le 
n° 73 B omet les 5 hôtes et la charmée de terre, mais ajoute la <( moitié des 
oblations et de la menue dîme à Noël et à Pâques et deux parts des obla- 
tions de l'Ascension ». La confirmation de l'évêque Girard (n° 86) mentionne 
" au château d'Asnebec Téglise avec la dîme et huit gerbes de dominlo ; le 
curé touchera la none ; à la Toussaint, à Noël, à Pâques deux paris des 
oblations; les autres jours la moitié des oblations et la moitié des menues 
dîmes ». — Voy. encore le pouillé de 1335 (éd. Longnon, p. 228) ; et le 
pouillé de l'abbaye: « Sanctus Georgius d'Asnebec ». 

4. Faverolles, ib., cant. Briouze. — Les n°* 72, 73 .1 ajoutent à l'église 
et aux dîmes un hôte ; le n*^ 73 B deux gerbes de dîme et à trois lètes de 
l'année (cf. la note précédente), la moitié des oblations ; de même la 
confirmation de 1155 (n° 86). — Voy. encore le pouillé de 1335 ^éd. 
Longnon, p. 228); et le pouillé de l'abbaye : » Sanctus Petms de Fave- 
rolles ». 

5. AhiR percussata, Alna percata, Alnoperceia, Alna perforala, est 
l'Aune-Percé, hameau de la coin, de (^oudeliart, Orne, arr. Argentan, cant. 
de Trun. 

6. Elle n'est pas mentionnée encore dans les confirmations d'Innocent II 
et de Hugues III (rédaction A) : elle apparaît dans la confirmation de celui- 
ci, rédaction B, qui signale avec la dîme, 4 acres de terre et un métayer 
l'p. 135 ; la confirmation de Girard de Séez de 1155 (n'' 86) ne parle que de 
la dîme et des chandelles à la Purification. L'abbaye avait un peu de terres 
en cette localité dès 1125 . Engenouf Samson avait donné 2 acres in° 62). 
Voy. encore le pouillé de l'abbaye : « Sanctus Petrus de Alna perfora ta ». 

7. N" 62. — Fresnav-lc-Samson, Orne, arr. Argentan, cant. Vimoutiers. 



à 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XU*^ SIÈCLE XCIX 

POSSESSIONS HORS DE NORMANDIE 
DIOCÈSE d' AMIENS 

L origine de la fortune du monastère en ce diocèse est obscure. 
Les actes confîrmatifs du pape Innocent [I (en 1142) et du roi 
Louis VII (en 1177) nous font connaître les possessions suivantes : 
la moitié de Dargnies en Vimeu avec l'église et les dîmes ^ ; à 
Woincourt Féglise avec des dîmes et des hôtes - ; la moitié de 
Bussv avec la moitié des dîmes et une charmée de terre -^ ; le 
tiers de la dîme de Daours ^ ; un lopin de terre à Sailly \ 

DIOCÈSE DL BEAU vais 

En ce diocèse l'abbaye avait recouvré de sa fortune passée *^ le 
domaine de Rivecourt avec l'église^, les dîmes et des hôtes ^ ; en 
1111 Tévêque de Beauvais renonça à nommer le curé de cette 
localité ^ ; la chapelle du Fayel en était comme une annexe ^^. A 

1. Somme, arr. Abbeville, cant. Gamaches. — Le diplôme de Louis VII 
(p. 107) semble attribuer à l'abbaye la totalité de Dargnies. 

2. Waicort, Wayncort est Woincourt (Somme, arr. Abbeville, cant. 
Ault) à 2 kil. 1/2 au Nord de Dargnies. — La bulle (n" 72) dit u à W. 
l'ég-lise etc. », le diplôme « W. et l'église etc. » 

3. Boissu, Buxeijum est Bussy-lès-Daours, Somme, arr. Amiens, cant. 
Corbie. — En 1143 Saint- Wandrille prenait à bail pour quinze ans des 
moines d'Anchy tout ce que ceux-ci possédaient à Bussy (n° 77). 

4. Durs, Dors est Daours, Somme, arr. Amiens, cant. Corbie. 

5. Mentionné seulement dans le di})lôme de 1177. Il y a quatre ou cinq 
Sailly dans la Somme. 

6. Voy. plus haut p. xxn. 

7. La moitié de l'église fut engagée à l'abbaye pour une durée de vingt 
ans par Raoul et Roger de Martrei, à la fin du xi^ siècle (p. 183). Il est évi- 
dent que l'abbaye, non remboursée, garda cette part de l'église. 

8. Riverescort (n° 72), Rivecuria (n° 107) est Rivecourt, Oise, arr. Com- 
piègne, cant. Estrées-Saint-Denis. L'église était consacrée à saint Wan- 
drille (voy. le pouillé de l'abbaye). Rivecourt formait un prieuré ; la cha- 
pelle, dédiée à Notre-Dame, était située sur une éminence, dite La Bruyère, 
à un kil. au Nord du village. Cf. le pouillé de l'abbaye ; (* Capella B. Marie 
de la Bruyère, annexata prioratui de Rivecourt. » 

9. N" 55. 

10. La capella de Faiel ou Fayel [n"^^ 72, 107) est le Fayel (Oise, arr. 
Compiègne, cant. Estrées-Saint-Denis), à 4 kil. au N.-O. de Hivecourt. En 



L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 



la Motte 1 Saint- Wandrille avait une terre avec « masure » et 
jardin que le seigneur du Fajel tenait de Tabbaye moyennant 
18 deniers de cens ^ On relève encore : à Rouvillers •'', des 
prés et du bois, à Chevrières six hôtes et une part des dîmes ^. 

DIOCÈSE DE CHARTRES 

La bulle confirmative de 1142^ énumère comme situées dans 
ce diocèse : Rosny '' avec l'ég-lise (dédiée àsaintLubin) ^, Mansus 
Sancte Marie ^, Tég'lise de Folainville '', Téglise de Rolleboise ^^, 
avec la moitié de la dîme ; Chaulïour et Féglise^', la moitié de 

1196 « Petrus miles de Chpasti » renonce à contester au prieuré de Rive- 
courl, les menues dîmes « super domos ({ue sunt de decimatione mea de 
feodo de Faiel >> (Bibl. Nat., ms. lai. 54:^5, p. 153 ; Cartul. de Rouen, fol. 
205). 

1. Plusieurs localités de ce nom dans l'Oise. 

2. En 1193, Béatrix, dame du Fayel, fit don de cette terre de la Motte, 
qu'avait tenue son père Philippe, en échange du champ de la croix des 
moines. Son mari Pierre approuve cet accord. Voy. les copies de Gai- 
g-nières, Bibl. Nat., ms. lat. .■)425, p. 153, d'ai)rès « i. petit rouleau n. 

3. Bovillers (n° 72), Bonvillare (n® 107) est Rouvillers, Oise, arr. Cler- 
mont, cant. Saint-Just. 

4. In Chiverierm dit le diplôme de 1177 (n° 107) : Chevrières, Oise, arr. 
Compiègne, cant. Estrécs-Saint-Denis, à 5 kil. O. de Rivecourt. 

5. N°72. 

6. Rothenium, Rodoniuni, est Rosny-sur-Seine, Seine-et-Oise, arr. et 
cant. Mantes. Le n° 107 mentionne expressément la dîme (voir encore 
n" 118). — Vers la fin du xi^ siècle Aweten avait cédé sa part de la dîme 
de Rosny à l'abbaye (n° 49). 

7. A la fin du xii'^ siècle un accord fut conclu touchant cette église avec 
l'abbesse de Saint-(lyrice-do-Perchères (n° 116). Le pouillé du diocèse de 
Chartres donne bien pour patron à réglise de Rosny l'abbé de Saint-Wan- 
drille. Voy. Pouillés de la province de Sens, publié [)ar Aug. Longnon, 
p. 216. Le pouillé de l'abbaye porte « Sanctus Leobinus de Rodonio ». 

8. Je n'ai pu l'identifier. Peut-être est-ce le même que Mansua f^ancti 
Mamini (voy. cii, note 4). 

9. Folainville (Seine-et-Oise, arr. Mantes, cant. Limay) est sur la rive 
droite de la Seine, donc en Vexin. N'est plus mentionné en 1177. 

10. Rollecruta est très vraisemblablement l'équivalent de Rolleboise 
(n°107), Seine-et-Oise, arr. Mantes, cant. Bonnières. « Sanctus Michael de 
RouUeboyse» (pouillé de l'abbaye). 

H. Calfurnum. 11 y a de nombreux ChaufTour, Chauffeurs en Seine-et- 
Oise, Eure-et-Loir, etc. Le pouillé du diocèse de Chartres (Longnon, op. 
cit., p. 210) met ChaufTour en Pincerais. Il s'agit donc de Chauffour-lès- 



FORTUNE DE L ABBAYE AU X[I^ SIÈCLE CI 

Francheville ^ (?) ; la chapelle Notre-Dame in Cevria ~, la chapelle 
delà Fontana Bertoldi avec de la terre et des hôtes -^ Tég-lise 
de la Villette avec la dîme '\ Peu après, avant 1146, la fortune 
de l'abbave s'accrut de la chapelle de Rosay •', mais sans doute 
pour peu de temps ^. 

La confirmation de 1177 ^, et le prétendu diplôme de Ghilde- 

Etré (Seine-et-Oise, arr. Mantes, à 8 kil. du S.-O. de Bonnières), qui fut 
acquis par Saint-Germain-des-Prés (voy. Anger, Les dépendances de 
Vabbaye de Saint-Germain-des-Prés, t. II, p. 71 et t. III, p. 283). Lepouillé 
de l'abbaye porte « Sancta Maria de Chauiïors )>. En 1128, Hug-ues de 
Saint-Chéron donna le tiers de la dîme (n° 63). Saint-Chéron, Eure, arr. 
Evreux, cant. Pacy, com. Breuilpont. 

1. Dans la bulle d'Innocent II (p. 128) il semble qu'on doive lire diniidiam 
Fractamvillam; mais dans les n°s 107 et 2 on lit Francavillam, Francamvil- 
lain. Fretteville (Eure, com. Daubœuf), qui correspond à la première 
forme, n'est pas dans le diocèse de Chartres. Les deux Francheville du 
dép. de l'Eure sont au diocèse d'Evreux. Francheville en Seine-et-Oise 
(cant. d'Etampes, com. Bouville), proposée par M. Luchaire [Catal. des 
Actes de Louis Vil, p. 484), est trop éloignée des autres localités pour con- 
venir, en admettant même qu'elle appartienne au diocèse de Chartres. On 
peut penser à Villefranche, lieu disparu delà com. de Levainville (Eure-et- 
Loir, arr. Chartres, cant. Anneau) : voy. L. Merlet, Dictionnaire topogr. 
d'Eure-et-Loir (p. 190), ou encore, en admettant une modification de 
nom, à Villeneuve-en-Chevrie (Seîne-et-Oise, arr. Mantes, cant. Bon^ 
nières). 

2. Notre-Dame-de-la-Mère, com. de Jeufosse (Seine-et-Oise), à 4 kil. au 
Nord de Villeneuve-e/i-6'/ieuWe, près d'un lieu dit Chevrye sur la carte de 
Cassini, à mi-chemin entre Blaru et la Seine, à 1200 m. au N.-O. de Jeu- 
fosse. La Chevrie était une contrée forestière appartenant à la famille 
Mauvoisin. Voy. un acte de 1204 dans le Cartulaire de Rouen (fol. 255); cf. 
un règlement de 1283 dans Tardif, Cartons des rois, n° 922. 

3. Cette capella était juxta Sitoliuni (n°* 2, 107), c'est-à-dire Septeuil, 
Seine-et-Oise, arr. Mantes, cant. Houdan. La carte de Cassini signale en 
effet un lieu dit « La Chapelle » à 1 kil. au Sud de Septeuil. Sur le fief de la 
Chapelle, voy. Depoin, op. cit., p. 423, n. 719. Le pouillé de l'abbaye porte 
d'abord au diocèse de Chartres « capella de Septeuille » ; par inadvertance, 
on a ajouté au diocèse de Paris « capella S. Wandreg. de SepteuUe ». 

4. La Villette, Seine-et-Oise, arr. et cant. de Mantes, à 4 kil. au Nord de 
Septeuil. « Sanctus Martinus de Villeta » (pouillé de l'abbaye) ; cf. le 
pouillé du diocèse de Chartres (Longnon, Pouillés de la province de Sens, 
p. 210). 

5. Rosay est entre les deux localités précédentes. 

6. On ne retrouve plus cette localité après la bulle d'Eugène III (n° 79), 
qui est seule à la mentionner. 

7. N« 107. 



cil L ABUAYE DE SAINÏ-WANDRIU.E 

hert III, fabriqué à cette date ^, renferment les mêmes noms. 
On y trouve, en outre : au Mont-Nivelon ~ des cens, des vignes 
et trois « gords-^ » et l'emplacement de deux moulins; Mansus 
sancti Mamini'* avec une part des dîmes; le fief Herlon en 
entier ' et une terre de deux <( bouvées ^' » ; la terre d'Omerville ^, 
la terre de Diirocanipo ^, la moitié de Boncourt •* avec la dîme 
entière. 

L'acte de Louis VII donne pour origine de ces possessions 
une donation « ou plutôt une restitution » du comte Manassès et 
de Bouchard. Le premier ne peut être que le comte de Dammar- 
tin de ce nom mort en 1037, le second est Bouchard III de 
Montmorency '^. Puisqu'il s'agit d'une restitution, nous appre- 
nons, grâce à ce témoignage tardif, que la fortune de l'ab- 
baye était sensiblement plus grande dans cette région que les 
textes mérovingiens et carolingiens ne l'auraient fait soup- 
çonner ^'. 

1. Voy. Recueil.. .y n» 2 (p. 24). 

2. Ce nom semble avoir disparu. Il s'agit d'une hauteur bordant une 
rivière, puisqu'on })arle de « g-ords ». Une discussion entre le prévôt de 
Rosny, Etienne Poinniule, et l'abbaye apaisée par la famille Mauvoisin, au 
début du xiii^ siècle, portait entre autres points sur le « frustum terre 
Montis Nivelonis, quod vocatur le Gasi Odeline » [Neustria pia, p. 604). Il 
s'agit peut-être des Gàts, près Boissy-Mauvoisin ou des Gâls, près Saint- 
Hillier-la-Ville. En tous cas, le Monl-Nivelon n'était pas loin de Rosny- 
sur-Seine. 

3. Pêcheries. 

4. Peut-être Saint-Maixme (-Hauterive), Eure-et-Loir, arr. Dreux, cant. 
Châteauneuf. 

5. Inconnu. 

6. La quantité de terres qu'un bœuf ou une paire de bœufs peut labou- 
rer par an. Du Cange, Glossar., s. v. bovata, et surtout B. Guérard, 
Prolégomènes de son édition du Cariulaire de Saint-Père de Chartres, I, 
CLXx. Au XI v^ s., dans l'île de Guernesey, la bouvée était la douzième par- 
tie de la charmée, laquelle valait 60 acres. Voy. L. Delisle, op. cit., p. 538. 

7. Omerville, Eure-et-Loir, arr, Chartres, cant. Janville, com. Baudre- 
ville. 

8. Inconnue. 

9. La terra de Bosco corti est Boncourt, Eure-et-Loir, arr. Dreux, cant. 
Anet. 

10. Voy. p. 174, note 1. 

11. Voy. plus haut, p. xxiii-xxiv. Il est très peu vraisemblable, que 
l'abbaye ait été gratifiée de ces droits et de ces domaines dans la seconde 
moitié du x* siècle ou au début du xi« siècle, alors qu'elle n'avait repris 
aucun éclat, même en Normandie. 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XIl^ SIÈCUE CIll 

DIOCÈSE DE PARIS 

L'abbaye y possédait ^ Le Pecq (Aupec) avec Téglise- et la 
totalité des dîmes, le Vésinet, Demonval, la moitié de Voisins, 
la dîme de Feuillancourt, à Mareil un cens et la dîme de vingt- 
cinq arpents de vigne; Marcoussis avec l'église •'^, les dîmes du 
vin et du blé et des hôtes. Toutes ces localités, sauf Demonval ^, 
nous sont déjà connues '. En dépit des empiétements et des ten- 
tatives d'usurpation des Montmorency '-, seigneurs de Marly, le 
monastère avait su maintenir et même accroître ' sa fortune 
dans le Pincerais et le Parisis ^. 

EN ANGLETERRE 

La bulle d'Innocent II ^ nous montre que, à la date de 1142, 

1. La bulle d'Innocent II [n^ 72) et le diplôme de Louis VII (n° 107 ; cf. 
n'^ 2) sont pour le fond identiques. 

2. Dédiée à saint Wandrille (voy. le pouillé de l'abbaye). 

3. Même remarque. 

4. Hameau à 2kil. de Marly-le-Roy (Seine-ct-Oise). 

5. Voy. plus haut, p. xxiii, note 10, 

6. Voy. les n^s 102, 104, 105, 106. 

7. L' « autel » du Pecq lui fut cédé par Lévêque de Paris en 1098 
(n° 48). 

8. Nous avons supprimé de notre recueil un certain nombre de pièces 
du XII*' siècle touchant Le Pecq. Elles sont publiées par J. Depoin, Aupec 
aux XII^ et XIIP siècles, Versailles, 1910, br. in-8, 30 pages. (Extr. du 
Bulletin de la commission des antiquités et des arts de Seine-et-Oise). Le 
même érudit veut bien nous adresser le dernier placard d'une étude inédite 
sur les Comtes de Beaumont où il publie la pièce imprimée plus loin (n° 25). 
Il relève dans le Liber traditionum Sancti Pétri Blandiniensis publié par 
Arnold Fayen (Gand, 1906, p. 87), un acte de prestaire par lequel Womar, 
abbé délégué à la direction de Saint-Pierre de Gand par saint Gérard, 
concède, avec la permission de celui-ci et du marquis de Flandre, Arnoul, 
à un certain Ives (ancêtre des comtes de Beaumont), vingt arpents de 
vignes au Pecq, comté de Pincerais, pour la vie de ce personnage, de sa 
femme, de ses enfants, moyennant trois sous « ad respectum .>. Womar 
prend le titre d' « a])bé de la congrégation de Saint- W^andrille ». On se 
rappelle que les reliques du saint avaient été emportées à Saint-Pierre de 
Gand par Arnoul de Flandre en 944 (voy. plus haut p. xl). Un des intérêts 
de l'acte est de montrer que la congrégation de Saint-Wandrille subsis- 
tait, gardant son individualité, au monastère de Saint-Pierre de Gand, 
encore vers 959 (?). 

9. N" 72, p. 129. 



CIV L ABBAYE DE SAIM'-WANDRILLE 

le monastère avait acquis outre-mer une fortune considérable. On 
relève : 

1" Dans Févêché de Salisbury ' : l'église de Whitchurch ^ 
avec chapelles, dîmes, terres et hôtes; l'église de Bridport*^; 
l'église de Burton^ avec dîmes, terre et hôte; à Upavon*^ l'église 
avec chapelles, dîmes, trois « hides » et des hôtes ; l'église de 
Wivelesfort *' avec les dîmes ; à Manningford ^ la dîme et une 
« hide » ; l'église de Sherston ^ avec les chapelles et la dîme. 

2^ Dansl'évêché de Winchester : à Wandenesord'^ \xi\q « hide ». 

3^ Dans l'évêché de Lincoln : l'église de Towcester ^^^ avec les 
chapelles, deux « hides )>, des hôtes et un moulin; à Bûchent ^^ 
de la terre, des hôtes, un bois et l'église. 

4*^ Dans l'évêché d'York : Ecclesfield '- avec l'église, les cha- 
pelles et la dîme, plus un moulin. 

Cette fortune, l'abbaye les devait sans doute en grande partie 
à la libéralité des ducs de Normandie, roi d'Angleterre ^•^. Aux 
xiii*^ et xiv^ siècles elle s'efforça d'échanger ces possessions trop 
lointaines et d'une administration difficile, surtout après la sépa- 
ration de l'Angleterre et de la Normandie, contre d'autres pro- 

1. Cf. pour ce diocèse la confirmation de l'évêque Jocelin [n° 76). 

2. 'Witcherce, Wilchercha est Whitchurch, co. Dorset. 

3. Bridiport est Bridport, co. Dorset. 

4. Briditona est Burton-Bradstock, co. Dorset. Voy. Round, Calendar 
of documents preserved in France, vol. I, p. 563. 

5. Upavena, Ilupavena est Upavon, co. Wilt., E. 

6. Ne se retrouve pas dans la confirmation de Jocelin. 

7. Manegesforl, Maghenefort est Manningford Abbots, co. Wilt. 

8. Sorestan, Scorestan est Sherston, co. W^ilt. 

9. Peut-être Wandsworth près de Putney, Surrey. 

10. Touces^/'a est Towcester, co. Northampton. 

11. Bûchent m'est inconnu. 

12. Aylesfeld et aussi Glefold, Ecclesfeld = Ecclesfield, W.R. Yorks. — 
Sur les difi"érents entre Saint-Wandrille et le curé d'Ecclesfield, vers M79- 
1188, voy. une décision de Henri II dans Round, Calendar, n° 178 et 
L. Delisle, op. cit., p. 551, n° 480. — On trouvera dans le ms. 17.133 de la 
Bibliothèque Nationale un recueil de 35 chartes originales, très bien con- 
servées, du XII'' au xv*^ siècle, concernant le prieuré d'Ecclesfield. Il finit 
par passer aux Chartreux de Sainte-Anne de Coventry. Voy. Cassel's 
Gazelteer, t. II, p. 327. 

13. On voit (n° 36) Guillaume le Conquérant faire don de quatre églises 
dont deux, Burton et Sherston, nous sont connues. Néanmoins l'origine de 
la fortune de l'abbaye en Grande-Bretagne est mal déterminée. 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XIl^ SIÈCLE CV 

pnétés plus voisines et plus faciles à surveiller ' . L'exposé des 
négociations engagées à ce sujet dépasserait les limites que nous 
nous sommes assignées. 

Pour assurer les communications entre ses possessions nor- 
mandes et son domaine du Parisis et du Pincerais fournisseur par- 
ticulièrement de vin, une voie naturelle admirable s'offrait à 
l'abbaye, la Seine. Mais la circulation était entravée par des 
péages et tonlieux. L'exemption des droits sur les denrées néces- 
saires à l'entretien des moines fut l'objet d'une série de négocia- 
tions qui durèrent près de deux siècles. 

Le premier succès fut, vers 1024, la remise par Dreux, comte 
de Vexin, du travers sur le vin au passage de Mantes-. Peu 
après, en 1039, le comte de Beaumont-sur-Oise concédait 
l'exemption du droit de tonlieu ou de gouvernail -^ pour les 
navires passant sous Confient^. Vingt ans après, c'est le comte 
de Meulan qui accorde le libre passage en son port de Meulan ^ ; 
c'est le seigneur de Poissy '^ qui remet le droit de travers au port 
de Maisons ^, prélevé avant lui sur les « bacs » et navires de 
l'abbaye remontant en « France » ou en descendant ^. Puis il faut 
attendre un siècle avant de pouvoir signaler un nouveau progrès. 

Les péages les plus proches de l'abbaye furent les derniers où 
l'on put obtenir, soit la suppression de tout droit sur les marchan- 
dises nécessaires aux religieux, soit un simple adoucissement. En 
1185, Gui de la Roche consentit seulement à ne faire payer aux 
navires et bacs passant sous la Roche ^ que la coutume des mar- 
chands 'o. Vers la même date, Richard de Vernon^^, afîranchis- 

1. On a vu plus haut (p. lxxvi) que, moyennant abandon de terres dans 
les paroisses de Towcester et Burton, Saint- Wandrijle put acquérir Roger- 
ville. 

2. N» 8 ; cf. 95, 97. 

3. N°«24, 25; cf. 89, 110, 111. 

4. Conflans-Sainte-Honorine, Seine-et-Oise, arr. Versailles, cant. Poissy. 

5. N° 32; cf. 95, 96. 

6. Le premier donateur, Geoffroi, fils de Nivard (n° 33), est, en effet, Tau- 
cêtre des Gazon de Poissy (n°^ 58, 80, 97). 

7. Maisons-sur-Seine, aujourd'hui Maisons-Lafitte, Seine-et-Oise, arr. 
Versailles, cant. Saint-Germain-en-Laye. 

8. No 33 (cf. note 4). 

9. La Roche-Guyon, Seine-et-Oise, arr. Mantes, cant. Magny. 

10. N» 112. 

11. Vernon, Eure, arr. Evreux. 



CVI L A15BAYK HE SAIM-WANDIULLE 

sait, au contraire, de tous droits à Vernon les marchandises trans- 
portées pour l'usage personnel des religieux •. Signalons enfin 
Texemption accordée par Raoul III Mauvoisin sans doute à 
Rosny -, et peut-être aussi à Mantes, au temps de Tabbé Roger -^ 
Ces concessions, au fond précaires, durent être bien des fois 
renouvelées, les fils des donateurs ayant tendance à revenir sur 
les bienfaits de leurs prédécesseurs '*. A la fin de son règne, le 
roi Louis VII garantit, en 1177, le libre transit, à la descente et 
à la montée, des marchandises transportées pour l'usage des 
religieux par la voie de la Seine, aussi loin que s'étendait sa 
« justice •' ». La conquête de la Normandie par Philippe-Auguste 
ayant prolongé jusqu'à la mer la (( justice » du roi, l'abbaye vit 
la sûreté de ses communications désormais garantie. 

Enfin, nous avons jugé utile et intéressant de publier un docu- 
ment qui, bien qu'il excède les bornes chronologiques où nous 
nous sommes enfermés, complète et précise les renseignements 
fournis par les chartes. Un bénédictionnaire-lectionnaire, prove- 
nant de Saint-Wandrille, conservé aujourd'hui à la Bibliothèque de 
la ville de Rouen (n** 394, ancien A 477), renfermait au début et à 
la fin des feuillets blancs sur lesquels on a transcrit quelques 
chartes du xii^ siècle et (fol. 24 recto) une liste des rentes en argent 
et en nature payées à l'abbaye. L'écriture semble dénoter la pre- 
mière moitié du xni*' siècle. La transcription des chartes est à coup 
sûr postérieure à llGG-1178 ''. La liste des revenus semble pos- 
térieure à 1180, date de l'engagement du moulin de Tolina par 
Eustache de Grainville ^, à 1194-1207, date de Tinféodation à 
Richard de Villequier des moulins de Sainte-Gertrude, tenus jus- 
qu'alors par Gautier Pegnart ^ : au moment où le rentier fut 
composé, le concessionnaire n'était plus, en effet, Richard de 



1. No 113. 

Z. Rosny-sur-Seine, Seine-et-Oise, arr. et cant. Mantes. 

3. Voy. no 118. 

4. Voy. les confirmations signalées dans les notes précédentes. 

5. N" 107. 

G. Robert Fils-Landri cité (p. 192) paraît dans un acte de 1166-78 (n° 96, 
p. 163). 
7. Voir l'acte dans Génestal, Rôle des monnsfèrpu..., p. 228. 
8. Cf. p. i.xviii, note 2. 



fortune; de l'aubave au xii^' siècle cvu 

Villequier, mais Eustache Gallot K Elle semble postérieure enfin 
à laccord conclu en 1211 avec Guillaume de Vibeuf ^ au sujet 
du moulin de la Fosse '\ 

D'autre part, l'indication, quoique peu lisible, dun revenu 
perçu à Sainte-Austreberthe ne permet peut-être pas de des- 
cendre plus bas que le milieu du xiu^ siècle. Quand Eudes Rig-aud, 
archevêque de Rouen, inspecta l'abbaje en 1258 et 1259, ce 
« manoir » ne rendait rien depuis plusieurs années ^. La publi- 
cation des Cartulaires de l'abbaye, qui renferment d'innom- 



1. Voy. plus loin p. 198. 

2. Seine-Inférieure, arr. Yvetot, canl. Yerville. 

3. (( Sciant omnes, présentes et futuri, quod controuersia que vertebatur 
inter abbatem et conuentum Sancti Wandreg., ex una parte, et me Wil- 
lelraum de Wibue, militem, ex altéra parte, super duobus modiis auene ad 
paruum modium, tali fine sopita quieuit, scilicet quod predieti abbas et 
conuentus S. Wand. in molendino de Fossa annuatim duos modios auene 
ad paruum modium habere debent ad fest. S. Mich. a me vel ab heredibus 
meis. Et si forte predicta auena predictis monachis a me vel ab heredibus 
meis ad prefatum lerminum non redderetur, sepefati monachi in prefato 
molendino justiciam predictis monachis non sufficiat, scpenominati monachi 
in molendino meo, qui appellatur Meen molendinus, justiciam suam plena- 
r[ie] similiter, sicut in prefato molendino de Fossa facere poterunt, quoad- 
usque satisfactum fuerit eis de predicta auena. Et si predieti molendini, 
scilicet molendinus de Fossa et molendinus Meen, prelibatis monachis ad 
faciendum plenam justiciam non suffeccrint, ipsi monachi in vauassoria que 
est iuxta molendinum de Fossa, que appellatur Feodus Gastelin, similiter 
sicut in prenominatis molendinis plenar[ie] justiciam facere poterunt sicut 
domini ; itaque in predicta vauassoria nec in predictis molendinis prefati 
monachi nichil amplius clamare poterunt nisi annuatim duos modios auene. 
Et sciendum est quod prefati monachi in reffectura predictorum molendi- 
norum nichil expendere debent. Preterea ego Guillelmus omnino remisi 
vnas botas et vnam peliciam quas dicebam annuatim in abbacia Sancti 
Gandreg. debere percipere. Actum est hoc anno Domini MCCXI. Teste 
Willelmo de Trubleuilla, Petro milite de Espinei, magistro Guillelmo Lan- 
dri, Rad. Marescallo et multis aliis. » [Cartulaire de Paris, fol. 27 verso, 
d'après un vidimus de novembre 1319.) 

4. — 1258 : « Preterea habebant quoddam manerium apud Sanctam Aus- 
trebertam, quod quidem teneiiant heredes loannis Marescalli defuncti, de 
quo nihil perceperunt per annos plurimos. » — 1259: (( Item, litigantibus 
cum heredibus loannis de Fonti])us, quondam interfecti, super quodam 
manerio de Sancta-Austreberta, quod tenebant heredes predieti in prejudi- 
cium ecclesie S. W. » [Journal des visites pastorales d'Eudes Rigaud, publié 
par Th. Bonnin, Rouen, 1852, in-4, p. 325 et p. 352.) 



CVriI IVARBAYE DE SAINT-WANDHILLE 

brables pièces du xiii'' siècle, permettra de préciser et de rectifier 
les données qui précèdent. 

Ce rentier ne nous est pas parvenu en entier. Le début, qui 
remplissait sans doute vm folio, fait défaut ; mais le total des 
sommes énumérées sur ce premier feuillet est porté au milieu 
du fol. 24 recto, l''^ col. : 1.100 livres, plus 4 (?) sous. Le 
total g-énéral des rentes en arg-ent s'élevait à 3.300, peut-être 
3.400 livres ^ ; chiffre approximatif mais assez proche de la 
vérité -. Si l'on ajoute que les revenus en nature montaient, pnur 
le froment, à 113 muids 1/2, pour le gros « blé » (le seigle) et 
Tavoine à 192 muids et 284 mines — pour le moins — , on sera 
en droit d'estimer que l'abbaye de Saint-Wandrille comptait 
parmi les plus riches établissements de France. 

Je ne connais malheureusement pas de documents du même 
ordre qui permettent d'instituer une comparaison précise avec 
d'autres monastères de Normandie ou de « France ». A une 
époque contemporaine, le revenu global d'une abbaye belge, 
Saint-Trond, s'élevait, pour 34 religieux, non compris l'abbé -^ à 
1.200 marcs de Liège, correspondant à 2.400 livres tournois. Il 
n'était versé en argent que 400 marcs ; le reste (800) est l'esti- 
mation du prix moyen des 2.300 muids de seigle livrés à l'éta- 
blissement ^. On ne s'étonnera pas qu'en Normandie la propor- 

1. Voy. plus loin pag-e 19G, noie 2. 

2. On peut contrôler la valeur des additions en comparant la somme de 
B à celle de A : si nous ajoutons au total A (1.100 livres -{- 4 (?) sous) 
nous trouvons pour B 701 livres, 5 sous ; ou, si l'on prend i)our Gliscurt le 
second chiffre, 719 livres 5 sous; en ajoutant ce total au précédent nous 
obtenons soit 1.806 livres, soit 1.819; le texte porte 1792 livres, ce qui est 
assez proche de la vérité. Il est peut-être même rigoureusement exact, car 
les chiffres étant ici peu lisibles nous avons pu transcrire une fois livres à 
la place de sous. 

.3. Le livre de Vabhé Guillaume de Ryckel {1 2i9-1 272), Polyptique et 
comptes de Vahhaye de Saint-Trond au milieu du XIII^ siècle, publiés par 
H. Pirenne (Bruxelles, 1896), p. 91. 

4. « Universa bona ecclesie 2.300 mod. silig-inis seu l.KiO lib. lov. et 
400 mr. leod. » [ihid., p. 101). On voit [ihid.) que 198 muids de seigle 
valent 99 livres de Louvain, ce qui correspond à une moyenne convention- 
nelle d'une demi-livre par muid ; d'où le chiffre de 1.150 livres de Louvain 
pour les 2.300 muids de seigle. La monnaie de Louvain vaut les deux tiers 
de la monnaie de Liège, qui elle-même vaut le double de la monnaie tour- 
nois ; quant au marc de Liège il est identique à la livre (Pirenne, i/)., 



FORTUNE DE L ABBAYE AU XU'' SIÈCLE CIX 

tion des paiements en argent soit beaucoup plus élevée, T agri- 
culture de ce pays avant alors une avance économique sur le 
reste de l'Europe *. 

Si nous avons recours à une source d'une tout autre nature, 
le Journal d'Eudes Rigaud, on n'y trouvera aucun renseigne- 
ment sur le revenu de l'abbaye vers le milieu du xni'^ siècle ; on 
voit seulement que, le 20 mai 1262, les religieux avaient encore 
à recouvrer 1.000 livres pour les revenus de l'année courante. 
Leur nombre s'élevait à 41 (sans compter ceux qui étaient dis- 
persés dans les prieurés, au nombre de 20) '-. D'autres abbayes 
étaient aussi et plus peuplées : Jumièges comptait 50 religieux •^, 
Saint-Ouen 50, plus 30 dans les prieurés '% le Mont Saint-Michel 
40 ^, Saint-Etienne de Caen environ 60 '% le Bec 64 moines (80 
avec les novices) ^, etc. En 1250, le Mont Saint-Michel jouissait 
de 5.000 livres tournois de revenus '^ ; Saint-Etienne de Caen de 



p. xLvii-Li). Par suite, l.lliO livres de Louvain représentent, en chiffres 
ronds, 800 marcs de Liège. En ajoutant les 400 marcs de Liège on obtient 
le total approximatif 1.200 marcs ou livres de Liège. 

1. Cf. Ch. Haskins, Normandy iinder William the conqueror (dans 
American historical review, 1909, p. 468) ; — The administration of Nor- 
mandy under Henry I (dans English historical review, 1909, p. 223). 

2. Journal.., p. 430. Le nombre de religieux varie : en 12ol ils sont 33, 
mais « soient esse xl » (p. 111). En 1253 <( sunt circiter xl » (p. 171) ; en 
1255 Tarchevêque en trouve 36 (p. 224) ; en 1256 et 1257 40 (p. 266 et 
p. 293) ; en 1258 35 seulement, mais Tabbé est parti en Angleterre accom- 
pagné de trois moines et deux autres atteints de la lèpre ont été évacués 
sur le Mont-aux-malades près de Rouen (p. 325) ; en 1259, le nombre des 
religieux monte à 42 (p. 352), en 1260 à 40 (p. 382), en 1262 à 41 (p. 430), 
en 1265 à 40, non compris 20 ou 22 dans les prieurés (p. 471, 516) ; en 1266 
40, plus 33 dans les prieurés et 2 en Cour de Rome (p. 563) ; en 1268 38, 
plus 33 autres tant en Angleterre qu'ailleurs (p. 599) ; en 1269 40, dont 8 
novices (p. 637). 

3. En^l254, 1262, etc. (p. 191, 455) ; il faut ajouter les religieux des prieu- 
rés 18 à'21 (p. 547, 584, 606). Le chiffre varie de 43 (p. 606) à 54 (p. 230). 

4. Op. cit., p. 326, etc. 

5. Ibid., p. 84, 246. 

6. Saint-Étienne de Caen renferme 54 moines en 1250 (p. 94), 63 en 1256 
(p. 262), 70 en 1266 (p. 575). 

7. Ihid., p. 389 et 427 (1260, 1262). On n'en trouve plus que 64 en 1269, 
mais l'abbaye a été incendiée en 1264 (p. 481). 

8. Ibid., p. 84. 



ex I. AIU5AVE DE SAIN r-\VANDlULLE 

4.000 livres tournois, plus 220 livres sterling' '. En 1260, Saint- 
Pierre-sur-Dive, pour 36 moines, a 3.000 livres de revenus '^ Sa 
situation paraît donc moins favorable que celle de Saint-Wan- 
drille. Peu après le milieu du xiij'' siècle, tous ces établissements 
apparaissent brusquement criblés de dettes ^ Mais rechercher les 
motifs de cette crise ^ serait décidément dépasser les limites où 
nous croyons prudent de nous enfermer. 

11 nous reste pour terminer notre tache à comparer la situation 
de l'abbaye au milieu et à la lîn du xii'^ siècle avec celle qu'elle 
occupait au moment de son apogée, pendant le premier tiers du 
VI ir* siècle. 

En dépit des elForts des abbés des xi*^ et xu^ siècles, il n'est que 
trop évident que Saint- Wandrille n'a jamais pu reconstituer une 
fortune territoriale égale à celle dont il jouissait à Tépoque méro- 
vingienne sinon même carolingienne. Au vu*" siècle et au com- 
mencement du viii*' siècle, l'abbaye aurait compté 300 moines : 
sous Charles le Chauve ses revenus suffisaient à Tentretien de 
70 religieux seulement '. Ce chilTre est sensiblement voisin de 
ceux que nous trouvons pour le xin*' siècle où, aux 3»') à 40 
moines résidant à l'abbaye même, on doit ajouter 20 à 30 logés 
dans les prieurés. Mais il ne faut pas oublier que, sous Louis le 

1. Journal... iFEudos lU(jaud, p. 94. 

2. //>/(/., p. 371. 

3. Peu ou pas de dettes à signaler jusqu'aux environs de 1205-1260. En 
1250 pour le Mont Saint-Michel dettes et créances se balancent (p. 84) ; 
six ans après 3.000 livres de dettes (p. 2i6). A Saint-Etienne de Caen, la 
dette monte de 1.-500 1. en 1250 et 1250 à 4.000 1. ^dont 300 usuraires), en 
1266 (p. 575). A Jumièges, i)as de dettes en 1254 et 1262, 1.000 livres de 
dettes en 1267 (p. 1267), 5.000 en 1268 (p. 607). Les finances de Saint-Ouen 
sont terri])lemenl obérées : 5.278 1. en 1266 (p. 551), 5.827 en 1258 (p. 327). 
En regard, la situation de Saint-Wandrille est bonne. On relève comme 
dettes 443 1. en 1253, 500 en 1256, 700 en 1258, 508 en 1259, 300 en 1260 
et 1262, 600 en 1265, 500 en 1266 ; puis, brusquement 2.000 1. (dont 200 à 
usure) en 1268 (p. 599). La situation se serait rapidement améliorée s'il 
est vrai que l'an suivant l'abbaye ne doit plus que 100 livres (p. 637). 

4. Voy. sur ce phénomène, ({ui parait général, Pirenne, Le livre de labbé 
Guillaume de Rijckel, p. i et suiv. ; — Histoire de Belgique, t. I, p. 272- 
287 ; — Alfred Hansay, Etude sur la formation et l'organisation économique 
du domaine de Vahbage de Saint-Trond, Gand, 1899 [Recueil de travaux 
publiés par la Faculté de philosophie et lettres de V Université de Gand, 
fasc. 22). 

5. Voy. plus haut, p. xxix. 



FORTUNE DE L ABliAYE AU XIl*^ SIÈCLE CXI 

Pieux et Charles le Chauve, la mense conventuelle ne formait 
qu'une partie de la fortune de l'établissement; que l'abbé fût 
régulier ou laïque, à la mense abbatiale était attribuée une forte 
portion, sans doute la plus grosse, des ressources du monastère K 

En outre, il y a rupture nette entre la composition de la for- 
tune territoriale de l'ère mérovingienne et carolingienne d'vme 
part, celle de l'époque capétienne d'autre part -. Si Ton excepte, 
peut-être, les environs immédiats du monastère, on ne retrouve 
pas un seul domaine ancien dont l'abbaye ait pu recouvrer la 
possession ; du moins dans la partie de la Neustrie qui a formé 
le duché de Normandie "*. Au contraire, dans le Parisis, le Pince- 
rais, le Beauvaisis, le Vexin français même, l'abbaye a conservé 
ou recouvré presque tout ^. Témoignage probant du boulever- 
sement économique et social qui s'est produit lors de l'occupation 
du cours inférieur de la Seine par les Normands, alors que les 
parties du territoire soumises au duc des Francs sont demeurées 
dans un état relativement stable. 

Ce qui frappe ensuite quand on examine la série des chartes 
des xi*^ et xii^ siècles, c'est que la fortune de l'établissement ne 
consiste que rarement en domaines entiers, comme aux viii*^ et 
ix^ siècles ; elle se compose de dimes, de fractions de dîmes, de 
cens, etc., à percevoir sur des domaines où d'autres seigneurs, 
laïques ou ecclésiastiques, possèdent des droits au moins égaux 
à ceux du monastère. 



1. C'est pourquoi la Conslitutio Aiisegisi el le diplôme de Charles le 
Chauve {Recueil n° "), p. 31 et p. 188) sont loin de nous donner une liste 
exhaustive des possessions de Saint- Wandrille : l'abbé ne nomme pas les 
domaines qu'il se réserve exclusivement, et pas davantage ceux qui sont 
concédés en bénéfice. 

2. Les moines chargés de la garde des archives de l'abbaye s'en sont 
naturellement aperçus. Transcrivant le diplôme de Charles le Chauve, l'au- 
teur du Carlulaire de Rouen remarque que l'établissement n'a pas conservé 
la 10° partie des biens énumérés dans ce document (voy. plus loin, p. 32, n. 1). 

3. Cf. l'abbaye de Saint-Père qui est dépouillée de ses domaines en 
Normandie {Carlulaire de Saint-Père de Chartres, t. I, p. 40). 

4. Voy. les n»* 102, 107. Même réfugiée à Gand, la congrégation conserve 
la disposition de ses domaines sis en Pincerais (cf. plus haut p. cm, noie 8). 
— Dans la Saintonge, le Maine, l'Anjou, c'est-à-dire dans des contrées où 
ne s'exerçaitpas elTectivemenl le pouvoir du duc des Francs, l'abbayesubit 
des pertes si radicales, qu'elje ne songea même pas à y reprendre j^ied. 



exil L ABBAYE DE SAINÏ-WAN DRILLE 

Une remarque connexe, c'est l'apparition dans les chartes du 
xi^ siècle de noms de lieux d'orig-ine noroise ', alors que nous 
n'avions pu rencontrer un seul exemple sûr de nom norois ou 
anglo-saxon à l'époque précédente . 

Pour reconstituer sa fortune l'abbaye a dû reprendre tout à 
pied d'œuvre, et particulièrement en Normandie. 

Elle n'a réussi qu'en faisant appel à la générosité des g-rands 
personnages : le duc de Normandie, le comte d'Evreux, le comte 
de Vexin, le comte de Meulan, le vicomte de Beaumont, les 
vicomtes de Mantes, de Meulan, enfin les seigneurs les plus en 
vue de l'entourage des ducs de Normandie. On ne trouve presque 
pas de témoignages de dons émanés de la classe inférieure ou 
même de la classe moyenne. N'en faudra- t-il pas conclure que la 
masse de la population normande s'est désintéressée de l'œuvre 
de reconstitution du clergé régulier au cours du xi^ siècle ? 
Celle-ci paraît exclusivement l'œuvre des hautes classes de la 
société. 

1. On peut distinger : 1° les noms de lieux dont le second terme est 
un sulTixe, tels que -bec (norois bekkr « ruisseau ») : Caudebec (n°* 11, 
37, 39, 40, 64, 65, 69, 72, 73), Asnebec (42, 72, 73, 86) ; ou -lot (norois topl 
«herbage»): Hotot (M, 72, 73), Louvetot (11, 14, 37, 40, 72, 73), Butot 
(11 B, 35, 38, 40, 72, 73), Esketot ou Ectot (il C, 23, 67, 72, 73), Brunetot 
ou Burnetot (23, 72, 73), Ivetot (11, 23, 31, 72, 73), Staintot ou Esteintot 
(37, 72, 73), Crescetot ou Critot (38, 40, 72, 73), Siletot (73), Lintot (73) ; 
ou -crot (norois crofl << enclos » ?; : Bettecrot (43) ; Routot (p. lxxiii) ; ou 
-co^ic (norois kol <( petite habitation ») : Gaudecotte (72, 73) ; ou -heuf [nov- 
rois, budh « habitation passagère », « loge ») : Lindebeuf ou Lindebeud 
(52, 72, 73) ; ou -tuit (norois thveit « défrichement ») : Bliquetuit (68). — 
2° Le nom est norois et le second terme roman. La premier terme peut 
être un nom d'homme, ainsi Ansgoth-moulins (H), Ansquetierville (38, 40), 
Torfreville, Touffre-ville (72, 73) ; Poupe-ville (19, 72, 73), domaine ducal, 
rappelle peut-être le nom de la femme de RoUon ; ou bien un nom com- 
mun : Vatte-ville, Waten-ville (15, 40, 73, 85, 96) a pour premier terme 
vatn « eau >> ; Escheche- ville (84 j est de signification obscure. — 3*^ Enfin, 
on se trouve en présence de mots simples : Torp (52, 72, 73) est le norois 
thorp « village » ; Falaise (11, 72, 73, 78) représente fjall « mont » ou 
felisa (haut allemand) « rocher» ; Dieppe (11,73) le norois djupa <* pro- 
fond » ; j'ignore le sens de Brichennie ou Bréquigny (84), etc. Cf. Ch. Joret 
dans son livre Des caractères et de V extension du patois normand (Paris, 
1883) ; à compléter avec le tout récent mémoire du même auteur, Les 
noms de lieu d'origine non romane et la colonisation germanique et Scandi- 
nave en Normandie. Rouen-Paris, 1913, in-4 (Extrait refondu du Congrès 
du Millénaire normand en Juin tOil). 



vil 

Les g est a abbatcm fontam:llexsium et le 
chroxicon fo^tanelle^sb 

L'abbaye de Saint-Wandrille [Fontanella om Fontinella)\ sur 
le cours inférieur de la Seine 2, fondée par Wandregesilus le 
l*^'' mars 649 ou 650-^, fut à l'époque carolingienne un centre 
important de productions hagiographiques et historiques. Tandis 
que les premières ont été l'objet de travaux sérieux ^, les secondes 
n'ont pas été tellement étudiées qu'il ne reste k dire sur leur 
compte. Je me propose d'étudier plus particulièrement ici la tradi- 
tion manuscrite des Gesta abhaiuni Fontanellcnsium, qui retracent 
la vie des abbés depuis l'époque du fondateur jusqu'au règne de 
Louis le Pieux, et le Chronicon Fontanellense, si précieux, 
malgré sa brièveté, pour le règne de Charles le Chauve. 

Les Gesta furent publiés pour la première fois en 1659 par 
dom Luc d'Achery au tome III du Spicilcgium (p. 185-248). 
L'éditeur utilisait deux manuscrits, qu'il appelle, l'un « libellus 
manu antiqua exaratus cœnobii Fontanellensis », l'autre « apo- 
graphum Duchesnii "^ ». L'impression des douze premiers cha- 

4. Les deux formes se rencontrent dans les textes narratifs et diploma- 
tiques. La seconde semble plus usitée anciennement. 

2. Aujourd'hui Saint-Wandrille-Rançon_, Seine-Inférieure, arr. d'Yvelot 
à 3 kil. de Caudebec. 

3. Nous revenons sur cette date dans un autre mémoire [I]. 

4. Outre la Vie de S. Ouen (1902) de Fabbé Vacandard, voy. deux 
articles du même parus dans la Revue des Questions historiques, t. LIX, 
1896, p. 491-506; t. LXVII, 1900, p. 600-612; et particulièrement W. Levi- 
son, Zur Kritik der Fonteneller Geschichtsquellen (dans le Neues Archiv, 
t. XXV, 1899, p. 593-607). Le même vient d'éditer les productions hag-io- 
graphiques composées à Saiut-Wandrille au tome V des Scriptores revuni 
Merovingicarum pxihl. par B. Krusch (Hanovre, 1910, in-4''). 

5. Il en devait la communication au fils d'André, François Ducliesne. 
Voy. l'Avei-tissement au lecteur du t. III, p. 11 .• « Triplex Chronicon quod 
manu propria AndrccX Duchesne orbis Gallici olim syderis splendidissimi 
descriptum edo, J.-C. Francisci eius filii eruditissimi beneficio singulari 
debeo, debebuntque quotquot illo usuri sunt viri literati. » 

L'AuiîAYE DE Saint-Wanuiulle. VIII 



CXIV L ABBAYE DE SALNT-WANDIULLE 

pitres était déjà achevée lorsque d'Achery eut communication 
d'un texte très supérieur au « libellus », le « codex peranti- 
quus », dont il donna quelques variantes à la fin de son tome III 
(après la table). 

Le « libellus » semble être le ms. du xiii*^ siècle, appelé Chro- 
nicon ininiis^ conservé aujourd'hui à Rouen sous le n^ 1211 '. 
Le « codex perantiquus » est le manuscrit aujourd'hui conservé 
au Havre sous le n^ 332. Il fait partie d'un recueil constitué par 
dom Augustin de Broise en 1 639 et qui reçut le titre de Chroni- 
con niajus-. L'époque de sa composition remonte au x'^ et même, 
au sentiment de plusieurs, au ix^ siècle -K' 

Lorsque dom de la Barre réimprima en 1723, dans le format 
in-folio, le Spicilcgiurn, il utilisa pour les Gesta (t. II, p. 263) 
une collation du texte faite sur ce dernier manuscrit par dom 
Martène. Les auteurs du t. XI de la Gallia christiana (Pro- 
vince de Rouen), paru en 1759, donnèrent aussi dans les Instru- 
menta (col. 3-7) une collation du texte de la l'"'' édition du 
Spicilegiiim d'après ce même Chronicon niajus (ms. du Havre 
actuel). Dom Bouquet se borna à reproduire la 2^ édition du 
Spicilcgiuni dans les extraits qu il publia aux tomes II, V et 
VI du Recueil des Historiens de France. Par la suite, le manu- 
scrit fut perdu de vue. George Pertz, en 1829, reproduisit dans 
les Monunienta Germaniae (t. II, p. 270) le texte de la 2*" édition 
du Spicileffiuni^ en l'amendant par des conjectures personnelles. 
Enfin, le Chronicon majus fut retrouvé, identifié avec un ms. 
conservé au Havre, parLudvvig Bethmann, au cours d'un voyage 
d'études en France (1839) pour le compte de la société des Monu- 
nienta Germaniae ^. L'illustre érudit et historien George Waitz 



1. Anciennement coté Y 237 et Y 104. Voy. Catalogue général des Manu- 
scrits des bibliothèques publiques de France. Départements, vol. I, p 303. 

2. Du fol. 152 au fol. 218. Voy. Catalogue des Manuscrits..., t. II, col. 
332-5; cf. la description de Loewenfeld dans le Neues Archiv, t, IX, p. 368- 
372. 

3. Pour Bethmann {Archiv., t. Vlll, p. 374) le ms. est de la fin du 
XI® et du début du xii*= siècle. Pour Loewenfeld [Neues Archiv., t. IX, 
p. 368) il pourrait être du x*' ou même du ix® siècle. Ilolder-Egger [ibid., 
t. XVI, p. 605) le met au xi'= siècle, ainsi que B. Krusch [Scriptores rerum 
Merovingicaruni, t. V, p. 11, note 8). 

4. Voy. Archiv, t. VIII, p. 375. 



GESTA ABBATUM FOxMANELLENSlUM C XV 

voulut donner une nouvelle édition d'un texte important pour 
l'histoire des derniers temps mérovingiens et le début de la 
période carolingienne. Empêché par Tâge, il se déchargea de ce 
soin sur vm collaborateur distingué des Monumenta^ M. Samuel 
Loew^enfeld. Celui-ci vint, en 1882, prendre copie du ms. du 
Havre. Dans son édition, qui prit place, en 1886, dans la col- 
lection in-8^, in usuni scholarum^ M. Loewenfeld s'appliqua à 
reproduire textuellement le ms. du Havre. On a reproché à son 
édition quelques inexactitudes de transcription K Son plus grand 
tort c'est son indifférence touchant les divergences de texte 
du ms. du Havre avec la première édition du Spicilegiuin. On 
trouve dans celle-ci non seulement des variantes graphiques, ce 
qui peut être d'un faible intérêt, mais quantité de passages 
qui manquent dans le Chronicon majus et qui ne constituent 
nullement des additions. M. Loewenfeld s'est contenté de les 
reproduire au bas des pages d'après d'Achery -. Mais, pas une 
fois, il ne se pose la question capitale : d'où Luc d'Achery a-t-il 
tiré son texte? 

D'Achery a utilisé trois mss. : le libcllus (ou Chronicon 
minus) ^ le perantiquus codex (ou Chronicon majus), une copie 
d'André Duchesne. Les deux premiers sont connus : ils ne ren- 
ferment pas les passages en question. Force est de croire que 
d'Achery les avait tirés de la copie d'André Duchesne. Le devoir 
de l'éditeur était de s'enquérir des destinées de cette copie. 

Le seul texte connu du Chronicon Fontanellensc est l'édition 
publiée par André Duchesne, en 1636, au t. Il (p. 387) de ses 
Scriptores historiae Francorum coaetanei. Comme on n'a pas 
réussi à retrouver les manuscrits dont Duchesne s'est servi, dom 
Bouquet, dans le Recueil des Historiens de France (t. VII, p. 40- 
43) et G. Pertz, dans les Monumenta Germaniae (t. II, p. 301), 
se bornèrent à reproduire son édition, ce dernier y apportant, 
nous l'avons dit, quelques émendations. 

Un heureux hasard m'a permis de mettre la main sur la copie 
même de Duchesne. Elle est conservée à la Bibliothèque natio- 
nale dans la collection Baluze (vol. LVIIl, fol. 82-84). Baluze l'a 



1. Voy. Holder-Egger dans le Neues Archiv, t. XVI_, p. 602. 

2. Voy. la préface de son édition, page 9. 



CXVI L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

eue en sa possession et l'avait préparée pour l'impression, comme 
le montrent un certain nombre de corrections de sa main, tra- 
cées d'une encre très noire. Puis, il s'aperçut que le texte était 
déjà édité et écrivit entre les lignes au début du Chronicon : 
« Ne faut point imprimer ce qui suit ny la page suivante », et 
en marge : u Quae sequuntur ediditv. cl. Andréas Duchesne^ to... 
(sic) Hist. Franc. » 

Le même volume renferme, du fol. 59 recto au fol. 82 recto, 
une copie des Gesta abbatuni Fontanelle nsiuni. Un simple coup 
d'œil montre que cette copie est celle qu'a utilisée d'Acliery, et, 
en outre, que le Chronicon est la continuation des Gesta abba- 
tuni. Il n'en est séparé par aucune division externe, ni, comme 
on le verra, par aucune transition. 

Chronicon et Gesta dérivent, en conséquence, de la même 
source, ou des mêmes sources manuscrites. En tête de sa copie 
des Gesta (fol. 59 recto), Duchesne écrit : « Ex Ms. Rubeae val- 
lis in carta Chronicon coe>'Obii Fontinellensis », et en marge : 
« Collatuni cum Ms. monasterij b. Mariœ de Nazareth in Piere 
(sic) Morin. dioc. ^ , quod nunc est in Collegio Tornac. Soc^^^ 
Jesu » ; — et ces indications il les reproduisit au tome II de ses 
Scriptores dans son édition du Chronicon. Donc Chronicon et 
Gesta dérivent d'un seul et même manuscrit, conservé au monas- 
tère du Rouge-Cloître (en flamand t Roode Klooster) près 
Bruxelles. Il semblerait que, non content d'avoir copié ce manu- 
scrit, Duchesne en collationna le texte sur un autre manu- 
scrit conservé au Collège des Jésuites de Tournai, comme en 
font foi les variantes qu'on trouve reproduites en marge de la 
copie des Gesta. Quant au Chronicon il n'en fournissait qu'un 
texte incomplet. On en trouve deux copies dans le même vol. 
LVIII de la Collection Baluze ; l'une (fol. 84 verso et 85 recto), 
à la suite de la copie du Chronicon d'après le ms. de Rouge- 



1. Sur Tabbaye cistercienne de Notre-Dame de Nazareth, sur la rive de 
la Petite-Nethe, voy. Gallia christiana, t. V, col. 151. Cette abbaye faisait, 
depuis 1561, partie du diocèse d'Anvers et de la province de Malines. Cf. 
plus loin, p. cxix et cxx. Il semblerait qu'il y ait Piere, mais la vraie lecture 
est Liere, localité située à « un quart de lieue » de Nazareth. Voy. le 
Voyage lUtéralre de deux religieux bénédictins [dom Martène et dom 
Durand]. Seconde partie, p. 197, Paris^ 1717, in-4°. 



GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM CXVIl 

Cloître, est de Duchesne, qui écrit en marge : « Quae sequuniur 
sunt in solo cod. Tornacensi et abhreviata » ; l'autre (fol. 57 
recto), d'une main inconnue, fait suite immédiatement à une 
reproduction abrégée et altérée des Gesta abhatum (fol. 42 
recto à 57 recto) ^ Nous sommes donc en présence d'un extrait 
de peu de valeur. Son auteur s'est fait connaître ; à la fin de son 
extrait du Chronicon il écrit : « Haec scripsit monachus Jacobus 
de Driessche vocatus Brugense postquam liber it officio. » Ce per- 
sonnage, Jacob Vanden Driesche, a vécu au xv^ siècle -. 

La bibliothèque des Jésuites de Tournai fut transportée à 
Bruxelles en suite de ledit de Marie-Thérèse, du 13 septembre 
1773, qui supprimait l'ordre ^. Nombre de manuscrits furent ame- 
nés à Paris en 1794, mais ils furent restitués en 1815. On ne 
retrouve point cependant aujourd'hui à la bibliothèque royale de 
Bruxelles le manuscrit exécuté par (( Jacobus de- Driessche ». 
Cette lacune peut s'expliquer par les dilapidations dont la biblio- 
thèque avait été l'objet en 1790. Mais, que ce manuscrit ait dis- 
paru définitivement ou qu'il soit conservé dans une bibliothèque 
publique ou privée, où il n'a pu entrer que par voie irrégulière, 
la perte, on le voit, n'est pas très grande en ce qui touche le 
Chronicon, sinon les Gesta abbatiim ^. 

Il n'en est pas de même du ms. du Rouge-Cloître, bien qu'il 
fût sans doute de basse époque, étant en papier (m carta) '\ Rubea 
Vallis était un prieuré d'ermites augustins fondé en 1366. Il fut 
supprimé en exécution de l'édit de Joseph 11 sur les couvents, du 

1. On reviendra plus loin sur ces deux transcriptions. 

2. La Biographie nationale belgique au mot Driesche porte a Vanden 
Driesche (Jacques), chroniqueur du xv^ siècle. Voir Vanden Driesche ». Les 
volumes consacrés aux Vanden n'ont pas encore paru. 

3. Je dois la meilleure part des renseignements qui suivent à l'obligeance 
de M. George Smets, professeur à l'Université de Bruxelles. On peut con- 
sulter sur les destinées de ces mss : Marchai, Catalogue des manuscrits de 
la Bibliothèque des ducs de Bourgogne, t. I, p. cxcvi; — Laenen, Etude sur 
la suppression des couvents par l'empereur Joseph II (Anvers, 1905), p. 60 ; 
— A. d'Hoop, Aperçu général sur les archives ecclésiastiques du Brabant 
(dans la Revue des bibliothèques et des archives, t. III) ; — un mémoire sur 
les mss. de Rubea Vallis recueillis, au xv® siècle, par Johannes Gielemans, 
dans les Analecta Bollandiana, t. XV, 1895, p. 5 et suiv. 

4. C'est à lui cependant qu'on doit la conservation de la Constitutio Anse- 
gisi abbatis. 

.5. Il était de format in-4°. Voy. plus bas, p. cxxiii, n° 42. 



C.XYIU I. AI51JAVK DE SAINÏ-WAKDRILLE 

17 mars 1783. L'Académie de Bruxelles et la Chambre héral- 
dique obtinrent les manuscrits des établissements supprimés. 
Les manuscrits cédés à la Chambre héraldique furent transpor- 
tés à Vienne où une partie se trouve encore, à la Bibliothèque 
impériale K D'autres furent restitués en 1803. Les mss. de 
Bruxelles amenés à Paris en 1794 revinrent en 1816. Plusieurs 
durent être soustraits car la bibliothèque de sir Thomas Phillipps 
en renfermait un certain nombre 2. Quoi qu'il en soit, ni à 
Bruxelles, où se trouvent un peu plus de cent mss. de cette pro- 
venance, ni à Vienne, ni à Paris, je n'ai pu retrouver le texte 
des Gesta et du Chronicon. 

Le manuscrit se dérobant aux recherches, la copie de Duchesne 
paraissait devoir être l'unique ressource de celui qui entrepren- 
drait, pour les raisons exposées plus loin, de donner une édition 
critique de ces textes. Sur ces entrefaites, j'eus la curiosité de faire 
venir à Paris, par acquit de conscience, un manuscrit de basse 
époque (xvii® siècle) conservé à Bruxelles, signalé par Bethmann 
et Loewenfeld, mais non utilisé, sans doute comme dépourvu de 
valeur. Grâce à l'oblig-eance du P. Van den Gheyn, conservateur 
des manuscrits de la bibliothèque royale de Bruxelles, le volume 
me parvint à Paris, à la bibliothèque de la Sorbonne, en décembre 
1907 '^ Dès que je l'eus entre les mains je fus frappé de son iden- 
tité avec la copie de Duchesne. Non seulement il donnait une 
version identique des Gesta et du Chronicon, mais encore il ren- 
fermait les mêmes documents. Il est non moins significatif de 
voir dans le recueil d'André Duchesne (vol. LVIII de la Coll. 
Baluze) des textes de la même main qui a copié la majeure par- 
tie du ms. 7814-22 et, dans ce dernier ms., qui est lui aussi un 
recueil factice, de rencontrer quelques pages de la main de 
Duchesne. La description du ms. de Bruxelles mettra ces faits 
en pleine lumière. 

Il se compose des reproductions suivantes : 

1. A signaler à la bibliothèque impériale de Vienne, dans le ms. 9389 
(fol. 66-75), une VU a Wandregisili. Voy. Catalogus cod. hagiograph. qui 
Vindobonae asservantur dans les Analecta Bollandiana, t. XIV, p. 236; cf. 
ms. 9355 A, fol. 121 (Ihid., p. 252). 

2. Un exemplaire du catalogue est conservé à la Bibliothèque Nationale. 

3. Une nouvelle communication nous a été gracieusement accordée par 
l'administration de la bibliothèque royale de Bruxelles en avril 1911. 




5 "C à. 

■^ I ÎS 
>: X 



GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM CXIX 

1^ (fol. 1-47) : Ghromca abbatiae S. Richarii [par Jean de la 
Chapelle] K — En marge du fol. 1 , sur papillon, la cote : N. m. 6. 
On retrouve copie de la même chronique dans les papiers d'An- 
dré Duchesne (Coll. Baluze, vol. XLII, fol. 142-192). La copie 
n'est pas de la main de Duchesne, sauf les toutes dernières lignes 
(au fol. 192 verso). 

2" (fol. 48-67) : Chronicon Tiiosanum - 3is. — Cette chronique, ou 
plutôt ces Annales, vont de la naissance du Christ à l'année 1204 ; 
elles se terminent par les mots suivants : (( Baldiiinus cornes 
Flandriœ factus est imperator Constantinopolitanus ». Le 
copiste a pris soin d'imiter la disposition du ms. qu'il suivait en 
reproduisant les notes annalistiques en marge des années. Il a 
ajouté cette remarque : « Videtur esse Chronicon Nortmannicum 
quia hic occurrant episcopi Rothoniagcnses ^ abbates Fontanel- 
lenses et Fiscanenses », et la cote : N. ms. 6. Texte et remarque 
sont de la même main que le Chronicon Fontinellense (voy. plus 
bas, n^ 5). Une rédaction abrégée de ce texte se retrouvera plus 
loin (n<> 11). 

On retrouve des extraits de ce texte, écrits de la main de 
Duchesne, au vol. LVIII de la Collection Baluze, fol. 153-154, 
précédés de ce titre : « Chronicon Thosanum seu potins Nort- 
mannicum quia in eo occurrunt episcopi Botomagenses, abbates 
Fiscannenses et Fontanellenses ». Duchesne n'indique pas la pro- 
venance de sa copie ; il se borne à écrire en marge : « Abbrevia- 
tum ». 

3" (fol. 68-119) : Chronicon Lobiense Folcuini abbatis. — Au 
fol. 68, en marge : « N. ms. 6. Collatum cum exemplari ms^^ 
quod est Tornaci in Collegio societatis Jesu ; fuerat olim Johan- 
nis de Blasche (?), consiliarii Mechlenensis '^ et pertinuerat ad 
monasterium b. Marise de Nazareth in Liere^ Morinensis 
diœcesis ^ ». Le fol. 69 est formé par le Prologus. En marge on 



1. Ce texte du xv^ siècle a été édité par E. Prarond, Joannis de Capella 
Chronica abbreviata dominorum cl sanctorum abbatum Sancti Richarii. 
Paris, 1893, in-S». 

2. On désigne sous ce nom l'abbaye cistercienne de Ter Doest, com. de 
Lisseweghe, Flandre occidentale. 

3. Au-dessus de ces deux mots la même main a écrit Prosidia Flandriœ. 
Cf. plus bas, p. cxxvi, note 4. 

4. Cf. plus haut, p. cxvi, note 2. 



CXX L ABBAYE DE SAINT- NVANDRILLE 

lit de la même main qui a transcrit les Gesta ahb. Fontanel. 
(n^ ri) : « hoc erat in solo Ms^^ Tornacensi » ^ 

Dans les papiers d'André Duchesne on trouve une autre copie 
de ce texte, avec l'indication marginale <( Rubese Vallis », suivie de 
u Collatumcura exemplarib. Mariœ de Nazareth in Pierre Morin. 
dioc., quod nunc est Tornaci in Collcgio societatis Jesu » (Coll. 
Baluze, vol. XLII, fol. 335-352). 

4° (fol. 120) : Généalogie : Arbor virorum illustrilm coenobii 

LOBIEINSIS. 

5° (fol. 121-146) : Ghronicon Fontinellense. — Sous ce titre 
sont transcrits les Gesta abbatum Fontanellensium et le Ghroni- 
con Fonlanellense proprement dit. Cette transcription est d'une 
écriture flamande de la première partie du xvii'' siècle. En tête 
on lit, de la même main, l'annotation suivante : « Ex Ms^° Bubeœ 
Vallis in charta in 4^^. Gollatuni ciim Ms^° monasterii b. Mariae 
de Xazareth in Lierc, Morinensis diœcesis. Fuit possessior Joa- 

nis de Blasche, consiliarii Mechlenensis Nunc est in 

Gollegio Tornacensi Soc^'^ Jesu » (cf. plus haut, n*' 3) ^. 

La copie d'André Duchesne présente une identité parfaite avec 
la transcription flamande : même texte, mêmes variantes margi- 
nales, mêmes indications de provenance; celles-ci cependant sous 
une forme plus concise ''\ 

6*^ (fol. 148) ^. Ce feuillet ne porte qu'une cote et un titre : 
« N. m. 6. Chronicon Fontanellense, ut videtur, de rébus prœ- 
cipue Normannicis a Ghristo nato ad an. iWi ». Il *est certaine- 
ment déplacé et servait de feuille de garde au n^ 11 (voy. plus 
loin). Il est écrit de la même main qui a tracé au fol. 121 les 
mots : « hahetur etiam impressurn... » ■-. 

7° (fol. 149-153 verso) : Transcription de deux textes annalis- 
tiques : L'un (fol. 149-151 verso) commence par les mots : 
« Anno 876 Rollo in Normanniam cum suis venit » et se ter- 



1. En marge, d'une autre main ; Ex Ms*° Tornacensi. 

2. Au-dessous du titre Chronicon Fontinellense on lit : hahetur etiam 
impressuin per d'Achery, tom. 8. Spicilegii. A 9. Mais ce renvoi est d'une 
écriture postérieure. Voy. le fac-similé. 

3. On n'y trouve pas mention de la personne à qui appartenait le ms. qui 
a passé aux Jésuites de Tournai. Voy. plus haut, p. cxvi-cxvii. 

4. Le fol. 147 est en blanc. 
;■). Vov. note 2. 




■■~«çf«f^.^^ §»■.•' ■"• ■ -^-. 




m. 



A^^' ^ ■ I 












r 









"rttMj^^^*^*^ 



"fTi^^ 



Ttii J^*%fhf(hmi ffti4'4M^^ ;^»u»w%i -^w#u;» ^!::^l:it!!:' <^'^/* ^^ 

^nMtnnit TM4^h^ V^A* ^*^rM v^.m4J,* |^*A^ ^ppy?h*. cAV»r^^ ' j 
jf^nva*^ -^W^fi^iD . [ f^*^ H^^t^ ^fNÏ? W'ïv' Vtf^wf^^îr ^^VV^»*»^ /•*(V*»H^ ^^ ' 



.^■^•^x 

##-""' 






4-s^r 



^'-C^J. 



V 






.V/,V. ./f Bruxelles 

Début des GESTA' ABBATUM 
(Voy. p. CXX) 



GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM CXXl 

mine par « Anno 120i Philippiis rex Francoruni, commorante in 
Ang'lia rege Joanne, occupavit totam Normanniam ». L'autre 
(fol. 152-153 verso) commence par « Anno MGX obiit Willelmus 
et successit Gaufridiis Genomaniiensis decanus » et se termine 
par : « AnnoMGLIX. . . Petrus L.ombardiis, vir magnae scientiae 
et super Parisiensium doctores admirabilis, electus est Parisien- 
sium episcopus et sacratus circa festum apostoloruui Pétri et 
Pauli ». En haut et en marg-e du fol. 149, de la même main qui a 
copié les Gesta abb. Font. (voy. plus haut, n^5), on lit : « Gimo- 
NicoN FontinellejNSE : a P. Sirmondo accepi. Ha.ec erant in solo 
M^^ P. Sirmondi. Cerie nulla alla ad me misit ». Gette note est 
au premier abord déconcertante. Non seulement les textes en 
question n'ont rien à faire avec l'abbaye de Saint- Wandrille 
[Fontinella), le premier étant en réalité un extrait des Annales 
Gemeticenses ', le second à^s Annales dues à Robert de Torigny '^, 
mais, qui plus est, ces feuillets 119-153, loin d'être de la main du 
P. Sirmond ou d'un copiste à gsige, sont indubitablement de l'écri- 
ture d'André Duchesne. Ge n'est pas tout. Ges deux extraits se 
retrouvent identiques dans la GoUection Baluze au vol. LVIll, 
fol. 104 à 109. Ils se suivent sans division nette et sans titres ^\ 
cependant l'ordre est interverti : les extraits de Robert de Tori- 
gny occupant les fol. 104 recto à 106 recto, tandis que les extraits 
des Annales Gemeticenses viennent à la suite, du fol. 106 verso 
au fol. 109 verso. Ges extraits, d'une main duxvii^ siècle, ne sont 
pas d'André Duchesne. Néanmoins il les a eus en sa possession, 
car on trouve écrit de sa main en tête (Baluze, vol. LVIIl, fol. 
104 recto) : Chronicum excerptum ex Cod. S. Michaelis in 
Monte; plus tard, d'une écriture plus lâchée, il a corrigé en 
marge, à droite : vel potius ex Fontinellensi. On trouvera plus 
loin la solution de ces difficultés apparentes. 

8^ (fol. 154 recto) : Abrégé du Giibonicon Fontanellense, com- 
mençant par : « Anno incamationis dominicae DGGGLXIV 
obiit Wenilo archiepiscopus » et se terminant par : « Ipso anno 



1. Sur ces annales, voy. Tétude de Léopold Delisle dans V Histoire litté- 
raire de la France, t. XXXII, p. 202. 

2. Ibid., p. 203-204. 

3. Les titres qu'on trouve tracés entre crochets sur le ms. sont de la 
plume de M. Léopold Delisle. 



CXXIl L ABRAYE DE SAINT-WANDHILLE 

domnus rex Karolus iteruni Aquitaniam ingressus est, contra 
Pippiiium qui tvrannidem meditabatur ». Cet abrégé est de la 
même main qui a copié les Gesta abb. Font. (voy. plus haut, 
n^ 5). Cette même main a écrit en haut et en marge' : (( Hoc 
erat in fine M'^ Tornacensi », et au l)as de la page : « Hoc 
erat in fine Ms^^ Tornacensis : Hec scripsit nionachus Jacobus de 
Driessche vocatus Brugensis^ postc/uam liber' it officio » '^. 

Cet abrégé, avec la remarque sur sa provenance, se retrouve 
textuellement copié de la main d'André Duchesne dans son 
recueil (Collection Baluze, vol. LVIII, fol. 8i verso et 85 recto). 

9^ (fol. 155 recto-156 recto) : Commemoratio genealogle arnul- 
PHi EPiscopi ET WANDREGiu NEPOTTS Ejus i Ausbertus qui fuit ex 
génère senatorum... anno verbi incarnati dccclxxxv, indictione 
tertia. — On lit, en marge du fol. 155 recto, au-dessous des mots 
« ex in}^ Tornacensi » d'une écriture inconnue et à demi effacée, la 
note « hoc erat in solo Ms^^ Tornacensi » de la même main que 
les Gesta abb. Font. '^. En marge de la copie de cette Commemo- 
ratio par A. Duchesne, en tête de sa transcription des Gesta 
abb. Font. (Baluze, vol. LVIII, fol. 59 recto), on lit également : 
« Est in solo Ms. Tornac. ». 

10^ (fol. 157 recto-158 recto) : Constitutio ansegisi abbatis : 
Constitutionem vero, etc. — Le texte est d'une écriture flamande, 
mais en marge on lit, d'une écriture française : a Ex Ms^^ Tor- 
nacensi. Ita sequebatur post atque féliciter in perpetuum vive- 
ret usque ad Anno dominica? incarnationis octingentesimo vige- 
simo nono » et cette note est suivie, mais cette fois de la même 
main que les Gesta abb. Font. (voy. plus haut, n^ 5) de la 
remarque : « Hoc erat in solo Ms^^ Tornacensis. » 

Le même texte, avec les mêmes indications marginales, se trouve 
à la fin de la transcription des Gesta abb. Font, par A. Duchesne 
(Coll. Baluze, vol. LVIII, fol. 81 recto). 

11"^ (fol. 159 recto-164 recto) : Chronicon a nativitate christi 
AD ANNUM MCCiiTE, ex codice membraneo antiquo abbatia^ Dunen- 



1. On lit, en outre, en haut et en marge, d'une autre main : « Ex ms'" 
Tornacensi. Ita sequebatur hoc verbo : In territorio Aiitisiodensi. 

2. Cf. plus haut, p. cxvir. 

3. Cf. plus loin, p. cxxviii, note 1. 



GESTA ABBATU3I FONTAINELLENSILM CXXIII 

sis, qui fuit antea abbatiae Thosanœ. Continet initio codex histo- 
riam Hastingi, Rollonis et Guilielmi ducum Normanniœ, sic ut 
in Normannia videatur conscriptus. Nota quod anni illic conti- 
nua série omnes recenseantur, sive quid memorabile illis adscri- 
batur sive non. Nos uero, compendii causa, annos quibus nihil 
additum est pretermisimus, et litteras romanas in cyfras muta- 
mus... N. B. ab a^ 1127 alia manu scripta est quam prœceden- 
tia. Promissum chronicon appellari potest S. Vandregisili seu 
Fontanellense, quia in monasterio istius nominis, diœcesis Roto- 
magensis, comperitur scriptam esse ; et eo quod loci istius 
abbates passim inserantur sub solo titulo ahhas ; cum aliorum 
locorum abbates distinguantur addito nomine monasterii cui 
prœerant. Sic ad annum 665 legitur : ohiit S. Anshertus ar^chiep. 
Rotomagen.^ quod factus fuerat ex abbate S. Vandregisili Fonta- 
nellensis. Ad 698 Hilhertus abbas. Ad 703 Basinus ep. et abbas : 
ex abbate nempe S. Vandreg-isili ep. Teruanensis. Ad 712 Beni- 
gnus abbas et sic de ceteris eiusdem loci abbatibus quibus in mar- 
gine apposui, — Il s'agit d'un remaniement des Annales Roto- 
magenses, exécuté au xii^ siècle à Saint-Wandrille. Le texte n'est 
original qu'à partir de 1127. Il a été publié par les successeurs 
de dom Bouquet au tome XII des Historiens de France (p. 771) 
sous le titre de Brève chronicon Fontanellense, d'après un ms. 
de l'abbaye des Dunes, donc d'après le même dont s'est inspirée 
la copie du ms. de Bruxelles. Celle-ci est d'une main inconnue 
du xvii^ siècle, mais française. On a vu plus haut (n^ 2), que le 
même recueil renferme une copie, non abrégée, du même texte 
d'une main flamande. 

12*' (fol. 165-176 et dernier) : Vit a reatt goswini abbatis 
AQUiciNCTiNi (9 octob.). — Le texte est de la même main que les 
Gesta abb. Font. (voy. plus haut n^ 5), ainsi que l'annotation 
marginale suivante : « Ex Ms^^ Rubese Vallis in char ta ^ 
in 4^° » •^. 



1. Sur ce texte, cf. Pertz, Mon. Germ., Script., t. II, p. 301. 

2. En marge, de la même main : ^< Et quidem in monasterio S. Vandre- 
gisili Fontanellensis uti infra ostendetur ad calcem ». 

3. En haut du fol. 166 recto, à droite, d'une autre main : est lib. S in 
editis. II s'agit de l'édition de ce texte donnée à Douai en 1620 par 
Rie h. Gibbon. 



CXXIV h ABBAYI'] DE SAINT-WANDRILLE 

Les deux recueils ' sont dans un rapport étroit. Ils renferment 
en commun : le soi-disant Clii^onicon TJiosanuni^ le C lironicon 
Lobiensc, les Gesta abhnfu/n Fontancllensiuni et le Chronicon 
Fontanelle nse sous une double forme, complète (d'après le ms. du 
Rouge-Gloître) et abrégée (d'après le ms. de Tournai), des 
extraits des Annales de Jumièges et des Annales du Mont-Saint- 
Michel (par Robert de Torigny) ^. Ces transcriptions sont exécu- 
tées d'après les mêmes mss. On relève de part et d'autre les 
mêmes variantes et aussi les mêmes annotations marginales. 
Enfin, si le recueil belge renferme un certain nombre de feuillets 
écrits de la main d'André Duchesne (fol. 149-lo3, voy. n^ 7), le 
recueil de celui-ci renferme, à son tour, plusieurs feuillets 
(Baluze, vol. LMII, fol. 148-lo2j écrits à coup sûr par la même 
main flamande qui a transcrit dans le recueil belge le Chronicon 
Thosanuni, le Chronicon Lobiense, les Gesta ahb. Fontanell. et 
le Chron. Fontanell. (voy. n«^ 2, 3, o, 8, 9, 10, 12). 

La conséquence, qui saute aux yeux, c'est que Duchesne et 
un ami belge ont échangé des copies de textes. Duchesne a 
envoyé dans les Pays-Bas des extraits des Annales de Jumièges 
et àQs, Annales du Mont-Saint-Michel. Ces extraits, ce n'est pas 
lui, d'ailleurs, qui les avait faits, mais ils constituaient un 
cadeau de son ami le P. Sirmond : car il est évident que la note (( a 
P. Sirmondo accepi ; hœc erant in solo MS. P. Sirmondi », qu'on 
trouve, d'une main flamande, dans le ms. 7814-22 de Bruxelles, 
au fol. 149, en tête de ces extraits (voy. n" 7) a été copiée sur une 
lettre (ou un morceau de papier) disparue qui accompagnait l'en- 
voi de Duchesne -^ Le titre erroné « Chronicon Fontinellense » 
est également de Duchesne qui, on l'a vu plus haut (n*' 7), avait 
malencontreusement donné en marge de la transcription de Sir- 
mond la correction « potius ex Fontinellensi ». 

11 est temps de déterminer le personnage à qui André 
Duchesne envoyait des copies et dont il en recevait. 

Les tentatives que j'ai faites, avec le concours bienveillant des 

1. Celui de Duchesne se trouve matériellement divisé en deux : vol. LVIII 
et XLII de la Collection Baluze. 

2. Ils renferment, en outre, en commun la Chronica abbatum S. Rlcharii 
(voy. plus haut, p. cxix, n° 1), mais sans indication de provenance. 

3. Ces copies ne sont pas de l'écriture de Sirmond. Les caractères de 
récriture, ronde et lâche, dénotent la main d'un copiste. 



GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM CXXV 

bibliothécaires du département des Mss. de la Bibliothèque natio- 
nale, pour identifier l'écriture du recueil belge n'ont pas abouti. 
Mais il est certain qu'il a été constitué par l'illustre Jésuite Héri- 
bert Rosweyde (-j- 1629)^, le précurseur de Bollandus. Les fol. 
69-70, 154, 1.^5-156, sont de sa main, ainsi que les annotations 
des folios 121 et 144 verso ~. L'écriture du recueil est celle d'un 
ami de Rosweyde ou d'une personne à ses gages. 

On vient de dire que les fol. 148-152 du recueil Duchesne 
étaient d'une main flamande. Ces feuillets sont appelés « Qiise- 
dani chronicalia de Nortmannis » par le transcripteur belge, qui 
dit en avoir tiré le texte « ex MS^^ Rubeœ Vallis in charte^ in 
-i^^)). Il s'agit de la chronique que l'on désigne sous le titre de 
Chronicon de gestis Nortmannorum in Francia. Elle a été éditée 
pour la première fois en 1636, par André Duchesne précisément -^j 
et celui-ci déclare avoir utilisé, outre un ms. de la chartreuse de 
Montdieu^,un ms. de Ruhea Vallis : ce manuscrit, c'est la copie 
transmise par le correspondant belge de Duchesne, c'est le cahier 
formant aujourd'hui les fol. 148-152 du vol. LVlll de la Collec- 
tion Baluze. 

11 devient maintenant évident qu'André Duchesne n'a pas 
directement copié les Gesta abbatuni Fontancllensium et le Chro- 
nicon Fontanellense sur le ms. du Rouge-Cloître et n'a pas colla- 
tionné ensuite son texte sur le ms. de Tournai. Il s'est borné à 
reproduire une transcription et une collation de ces mss. exécu- 
tées à l'instigation du P. Rosweyde. En d'autres termes, c'est 
le vol. LVIII de la collection Baluze qui dérive du ms. 7814-22 
de Bruxelles et non l'inverse. 

A priori n'était-il pas à présumer qu'une transcription de mss. 
conservés près de Bruxelles et à Tournai était plutôt due à l'éru- 
dit des Pays-Bas qu'à l'érudit de France ? 

A posteriori une collation du texte de Duchesne avec celui 
de Rosweyde établit la dépendance du premier. Je me bornerai 
aux trois remarques suivantes : 



1. Sur Rosweyde voy. Sommervogel. Bibliothèque de la C"' de Jésus 
I Bibliographie, Bruxelles, gr. in-4°, t. VII, 1896, col. 190. 

2. Je dois ce renseignement à la science obligeante du R. P. Poncelet. 

3. Ilistoriœ Francorum Scriptores. Paris. 

4. Aujourd'hui le ms. lat. 8865 de la Bibl. Nationale. 



CXXVI L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

l^ Dans la Iraiiscriplion du testament d'Ansegisus ^ du ms. de 
Bruxelles (fol. 1 i3 verso), on lit: Autisiodoro ad sanctum Germa- 
niini illis nionachis lihrani vnani. In illis monachis ad sanc- 
tum Peiruni librarn vnani. En marge est écrit : T. Trecas. Le 
mot sauté ou illisible dans le ms. du Uouge-Gloître, Trecas, 
était donc donné par le ms. de Tournai ( T), La copie de Duchesne 
(Baluze, vol. LVIII, fol. 80 verso) porte '.Autisiodoro ad sanctum 
Germanum illis monachis lihram vnam. In Trecas illis monachis. 
Il est évident que si Duchesne a fait passer dans le texte la 
variante marginale c'est qu'il a eu sous les yeux la copie faite 
pour Rosweyde. L'inverse ne se conçoit pas. 

2^ On ne trouve dans la copie de Duchesne aucune indication 
sur l'histoire du ms. de Tournai qui nous fournit un texte des 
Gesta abbatum Fontanell. (et aussi du Chronicon Lobiense), alors 
que dans la copie faite pour Rosweyde on nous apprend que ce ms., 
avant de passer aux Jésuites de Tournai, avait été la propriété 
de a Johannes de Blaasche - (?) ». On conçoit que Duchesne ait 
omis ce renseignement peu facile à lire et, du reste, sans intérêt 
pour lui. 

3" Dans le recueil de Duchesne, la Constitutio Ansegisi est 
mise entre la fin des Gesta et le début du Chronicon ^. Mais le 
ms. de Bruxelles nous apprend que, tandis que Gesta et Chroni- 
con dérivent du ms. du Kouge-Cloître, la Constitutio ne se trouve 
que dans le ms. de Tournai. Aussi est-elle dans le ms. de Bruxelles 
copiée à part '*. 11 est évident que Duchesne n'a pas tenu compte 
de cette différence de provenance et qu'il a inséré la Constitutio 
à sa place logique. 

C'est évidemment de Rosweyde que Duchesne tenait égale- 
ment copie du texte abrégé du Chronicon Fontanellense •^, du 



1. Cf. d'Achery, Spicilegium, éd. in-4", t. III, p. 243, I. 3. 

2. Serait-ce Jean-Baptiste, chevalier de Blois ou Bloys, né à Gand vers 
1566, mort en 1647 ? Il entra au conseil de Flandre vers la fin de Tannée 
1593 et finit par être vice-président de la Cour. On lui doit la publication 
d'un grand recueil des placards de Flandre. Voy. la Biographie nationale 
de Belgique, t. II, p. 498. 

3. Voy. le fac-similé. 

4. Voy. p. cxxii. 

5. Voy. plus haut p. cxxrr, n'^ 8. 



GESTA ABBATLM FONÏAINELLENSIUM CXXVII 

Chronicon Lobiense i, de la Comme moratio genealoffise Arnul- 
phi ~, de la Constitutio Ansegisi ^, du Chronicon Thosanum ^. 

Ces transcriptions, André Duchesne les renvoya à Rosweyde, 
après en avoir pris des copies soignées oii il reproduisit ser- 
vilement jusqu'aux collations faites d'après le ms. de Tournai et 
jusqu'aux indications de provenance. Mais il garda par devers 
lui une copie de la Chronica abbatise Sancti Bicharii que son cor- 
respondant flamand avait en double \ une transcription du Chro- 
nicon de gestis Nortmannoriim *^, enfin très probablement une 
transcription du texte abrégé des Gesta et du Chronicon Fonta- 
nellense "'. 

1. Voy. plus haut p. cxix, n° 3. 

2. Voy. plus haut p. cxxii, n° 9 et plus bas cxxvm, note 1. 

3. V^oy. plus haut p. cxxii, n° 10. 

4. Voy. plus haut p. cxix, n" 2. 
y. Voy. plus haut p. cxix, n° 1. 

6. Voy. plus haut p. cxxv. 

7. Cet abrégé se trouve dans la Collection Baluze au vol. LVIll, fol. 42 
recto à 58 recto. Bien que provenant de Duchesne, il n'est certainement 
pas de sa main. L'écriture rappelle, si mes souvenirs sont exacts, celle qui 
a transcrit la Cfironica ahhatiœ S. liicharii dans le ms. 7814-22 de 
Bruxelles, fol. 1-47 (cf. plus haut, p. cxix). Elle rappelle également une 
seconde transcription de cet abrégé qu'on trouve dans le ms. 524 de la 
bibliotlièque de la ville d'Amiens, ms, du xvii^ siècle, intitulé Chronica 
Corbeise et Fontanelle. L'abrégé des Gesta et du Chronicon Fontan. y com- 
mence au fol. 223. Pas plus ({ue dans le vol. LVllI de la Collection Baluze 
on ne trouve d'indication de provenance. Mais il n'est pas douteux que cette 
double copie dérive du ms. de Tournai. L'extrait du Chronicon abrég-é pris 
pour Rosweyde, commence, on l'a vu (p. cxxi-cxxii), par les mots <( Anno 
Inc. dominicae dccclxi obiit Wenilo » et se termine par >( tyrannidem medi- 
tabatur ». Le transcripteur a ajouté hoc erat in solo Ms. Tornacensi et a noté 
qu'à la fin du ms. de Tournai l'auteur du ms. s'était fait connaître, c'est 
« Jacobus Driessche, vocatus Brugensis >>. Duchesne a copié de sa propre 
main et la transcription et les remarques sur sa provenance (voy. plus haut 
p. cxvii). Mais il a négligé (ou ignoré) une note tracée d'une autre main en 
haut et en marge de la transcription belge : « Ex Ms. Tornacensi : Ita 
sequebatur hoc verbo : in territorio Aiitisiodensi (sic) ». Si nous nous 
reportons à la double copie de l'abrégé du Chronicon (ms. d'Amiens et 
vol. LVIII, fol. 57 verso de la Coll. Baluze) nous voyons que ces mots in 
territorio Autisiodorensi viennent exactement avant l'extrait : (( Anno Inc. 
dominicae dccclxiv obiit Wenilo, etc. ». Ainsi le ms. de Tournai renfer- 
mait en entier l'Abrégé de Jacob Vanden Driessche. On ignore pourquoi 
une première transcription pour Rosweyde ne commença qu'aux mots : 
« Anno Inc. Dominicae dccclxi obiit Wenilo ». Peut-être les feuillets pré- 
cédents étaient-ils égarés ou déplacés. 



CXXVIII L ABBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

Pour une raison analogue, Rosweyde ne renvoya pas à Duchesne 
les copies exécutées par celui-ci des Annales de Juniièges et des 
Annales du Mont-Saint-Michel. Duchesne possédant la trans- 
cription de ces textes faite par Sirmond ^, n'avait que faire qu'on 
lui retournât ses propres copies de cette transcription. 

En fin de compte, toutes les éditions des Gesta abbatum Fon- 
tanelle nsiiim (antérieures à celle de S. Loewenfeld) et du Chro- 
nicon Fontanellense dérivent, par l'entremise d'André Duchesne, 
d'une transcription exécutée avant 1629 par les soins du P. Héri- 
bert Rosweyde. Les mss. dont s'était servi le Père Jésuite 
(Rouge-Cloître, Tournai) ayant disparu, c'est cette transcription, 
aujourd'hui le ms. 7814-22 de la Bibliothèque de Bruxelles, que 
devra prendre pour base celui qui voudra rééditer les Gesta et le 
Chronicon . 

Cette nouvelle édition n'est pas, en effet, inutile. Que l'on 
compare l'édition j^rinceps avec la version du ms. du Havre 
représentée par l'édition Loewenfeld et il apparaîtra clairement 
qu'il n'est aucune des prétendues additions du Spicilegium qui 
ne soit nécessaire. Les passages qui manquent dans le ms. du 
Havre sont, en effet, presque tous des énumérations de biens don- 
nés à l'abbaye de Saint- Wandrille aux vir et viii^ siècles. Rien 
n'y sent l'interpolation, on n'y relève aucune trace d'anachro- 
nisme ^. On ne comprendrait pas, au contraire, qu'un interpolateur 
eût pu, au x'^' siècle, ou plus tard, intercaler à la place conve- 
nable ces brèves analyses de chartes alors que depuis longtemps 

1. Voy. p. cxxi. 

2. On trouve en tête de l'édition d'Achery (t. III, in-4®, p. 185) la Comme- 
moratio genealorjise Arnulphi episcopi, qui n'a pas pu être rédigée avant 
885. Et il est vrai que d'Achery se borne à reproduire la disposition de la 
copie de Duchesne (Coll. Baliize, vol. LVIII, fol. 59 recto). Mais nous avons 
affaire à une fantaisie, peu heureuse, de Duchesne. Dans la copie flamande 
qu'il utilisait, la Cominemoratio n'est nullement en tête des Gesta abbatum 
Fontanell. (fol. 121), mais à part (voy. plus haut, p. cxxii, n°9). D'Achery 
avait déjà vu (p. 11 et 13 de son Avertissement) que ce texte ne pouvait être 
de l'auteur des Gesta. — Cette Commémorât io, qui affecte à la fin le caractère 
d'une brève chronique et se termine à l'avènement de Charles le Gros^ a 
peut-être été composée en 885-886 pendant le séjour h Chartres des moines 
de Saint-Wandrille. Les religieux qui revinrent de Gand à Fontenelle au 
milieu du x^ siècle en prirent copie car on en retrouve un texte au début 
du ms. de Rouen [Chronicon minus). Il présente quelques variantes gra- 
phiques avec celui du ms. de Tournai dont dérive d'Achery (par l'entremise 
de Duchesne et de l'érudit flamand). 



m % 



-r*. ctJ2/H»^***^ «.^^"^ OM-^k^S^if^-^^^ÂT VhX.^v*^ f^UUr^ r^ r\M.\>yv>^UU'%r'i^ ^2mv^S^ If 

^ ^ .uwJ^ ^^^^^* >^*-^x^ >v.^ poA^c .^^ 4^f^^ ^^/^^t*^:^ ^'^^' r^'~ 



.\/,s-. ,/< llruvcilc 

Fin des GESTA ABBATUM et début du CHRONICON FONTANELLENSE 

(Voy.-p. CXXIX-r.XX\i 



GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM CXXIX 

les archives de Tabbaye étaient en cendres'. La négligence 
explique beaucoup mieux que le copiste du ms. du Havre ait 
sauté ces passages. Le ms. transcrit au xv*^ siècle et copié pour 
Rosweyde dérivait donc de l'original tout aussi bien que le ms. 
du Havre, malgré son antiquité, et, à certains égards, le repré- 
sentait mieux. 

L'examen des rapports du Chronicon et des Gesta amène 
invinciblement à la môme conclusion : 

Duchesne a imprimé le Chronicon sans un mot d'explication 
sur ses relations avec les Gesta, si bien qu'on a cru les deux 
textes indépendants l'un de l'autre, alors que le Chronicon n'est 
en réalité qu'une continuation des Gesta. 

La chose n'est nullement évidente si l'on s'en tient aux édi- 
tions. Le Chronicon débute dans l'édition Duchesne par les mots : 
« Anno dominiez incarnationis DGGGXLI, indictione IV, quarto 
idus Maii, venerunt Nortmanni, Oscheri quoque dux ». Aucun 
lien avec les Gesta qui se terminent — dans l'édition LocAvenfeld 
par la mention de la mort de l'abbé Herimbert le 1 1 septembre 
850, — dans l'édition d'Achery par la mention de la mort de 
l'abbé Anseïs (833) et de la Constitutio de ce personnage. 

Mais reportons-nous à la copie manuscrite de Duchesne. Nous 
y lisons, après les derniers mots de la Constitutio Ansegisi (...et 
cetera quae necessaria sunt concessimus) : 

Hœc ad verum de Ghronica - fontanellensis cœnobii scripta 
sunt. 

Sequuntur quœdam Chronicalia eidem annexa : 

Anno dominicae Incarnationis dcccxxix., indictione vit., qui 
erat magni lvdoyict imperatoris augusti annus decimus sextus, 
Gregorii vero papa? annus tertius, ansegisi quoque inclyti patris 
annus septimus suscepti hujus cœnobii Fontanellensis regiminis. 

Anno dominicœ incarnationis dcccxl., indictione m., quarto 
idus Maii, venerunt Nortmanni. Oscheri quoque dux, etc. 

Il est clair que Duchesne, égaré par un titre mal placé de la 
transcription Rosweyde, a opéré une mauvaise coupure entre les 

\ . Rien ne demeura debout après le passage des pirates. 
2. Rappelons que ce mot s'entend de l'ensemble Gesfstahhafum et Chro- 
nicon Fontan. et non de ce dernier texte seulement. 

L'AnnAYE de SAINT-WAMmiU-E. IX 



ex XX 1. AlUiAVE 1)K SAINT-WANDHILLI': 

Gesta et le CJironicon. La date (( Ann. dom. Inc. 829, etc. )> c'est 
la date même de la Constitutio Ansegisi. Séparée de la Constl- 
tiitio par le titre malencontreux : (( Scquuntur quœxlam Chroni- 
calia », cette date reste en Tair. Et d'Achery l'a si bien senti qu'il 
n'a su qu'en faire et il la supprimée dans son édition du Ghro- 
MCON FoNTANELLENSE alors quc daus la copie de Duchesne elle 
semble, par sa place même, en former le début. 

Il suffit de lire le cliap. 17 des Gesia, intitulé « Gesta Ansigisl 
abbatis » pour se rendre compte du rôle capital que joue ce per- 
sonnage aux veux du rédacteur de ces Gesta. Ces Gesta ont été 
entrepris sous son abbatiat ^ L'analyse de son testament ~, la 
reproduction de la Constitutio par laquelle il réglementait Tad- 
ministration du monastère de Saint- Wandrille, forment la con- 
clusion naturelle des Gesta abbatiun Fonlanellensium. Tout ce 
qui suit a forcément un caractère de continuation. 

11 y a eu deux continuations. 

L'une, extrêmement brève, est représentée par le ms. du Havre. 
Après une reproduction, certainement abrégée, du testament ^ 
d'Ansegisus, elle débute en rapportant la mort du grand abbé 
(20 juillet 833) '% son ensevelissement, l'intervalle de trente- 
huit jours qui s'écoula jusqu'à la nomination de son successeur, 
le tout suivi des mots : Fi>rr gesta domm aissegist ahhatis ^. 
Viennent ensuite une douzaine de lignes donnant les dates d acces- 
sion et de décès des deux abbés, Foulques et Herimbert, et la men- 
tion de l'évêque Joseph, abbé irrégulier qui avait tenu le monas- 
tère « in divortio ». La date de décès d'Herimbert '^ est suivie de 
l'explicit : Finiunt gesta sanctorum patru^i fontanellenstum. 

1. 823-833. VoY. note 6. 

2. Édition d'Achery (in-4o, t. III, p. 242-24't). 

3. Edition Loewenfeld, p. 56-59. 

4. Cf. note 0. 

5. L'incipit est à la p. 232 de Féd. d'Achery, à la p. 49 de l'édition Loe- 
Nvenfeld. 

6. Il s'est glissé des erreurs de chronologie {|u'il importe de rectifier : 
Ansegisus est mort en 833, année où le 20 juillet tombe un dimanche. Son 
abbatiat, commencé le 2 avril 823 (822 est une erreur du ms. du Havre) a 
duré 10 ans, 3 mois (et non 5) et 48 jours. Après un intervalle de 38 jours, 
l'évêque Joseph reçut l'abbaye, le mercredi 27 août 833, et dut la résigner 
le 42 mars 834, après un abbatiat de G mois et 10 jours (et non 7 mois et 
12 joursl. Foulques, qui lui succéda aussitôt, le 16 mars, commença donc son 



GliSïA A13BATCM FONTANKIJ.ENSllM CXXXl 

Dans la version représentée par le ms. de Bruxelles, les Gcsia 
abhatum, après la reproduction complète du testament d'Anse- 
gisus, se terminent par la phrase suivante : « Triions vicibus 
omnes opes suas egenis ac pauperibus ero^ari fecit, nil sibi reser- 
vans ; quiv qualiter gesta sint ne nauseam aut fastidium inges- 
sisse videat transcendendo omittam. Eleemosynis enim sibi viam 
pra'paravit, quoniam noverat externum omnem hominem esse 
ad poenam sive ad gloriam ; ideo eleemosynis ac orationibus 
servorum Dei se roborabat, ut et cursum huius vitne pacifîce tran- 
sigeret atque féliciter perpetuum viueret. » Il n'y a donc qu'une 
allusion à la fin de Tabbé, mais non une mention formelle de sa 
mort K Viennent ensuite la Consiitutio Ansegisi 2, puis des notes 

administration en 834 (et non 83^')). On nous dit qu'il gouverna 11 ans, 
5 mois, 27 jours, et mourut le 10 octobre : Tannée ne peut être que 84!j. 
Quant au diacre Herimbert, qui prit le gouvernement dès le lendemain 
11 octobre (un dimanche en 84o), il mourut après 4 ans et 11 mois d'abba- 
tiat, le 11 septembre : l'intervalle est calculé exactement cette fois et l'an- 
née est nécessairement 850. — On ne signale pas une seconde intrusion de 
Joseph. Celle-ci eut lieu pourtant, en 841-842 (voy. p. cxxxii, note 3). Sur 
ce personnage voy. L. Duchesne,F<Ks/e.s épiscopaux, t. II, p. 228, note 3. 

1. Dans l'édition du Spicilecjium (t. III, p. 244) on trouve, il est vrai, après 
(' in perpetuum viveret » la finale « rexitautem hoc cœnobium... et cessavit 
regiminis locus triginta et octo diebus » qu'ofTre le ms. du Havre. Mais 
d'Achery l'a certainement ajoutée d'après le ms. <( vieux de six cents ans » 
qu'il avait consulté (le ms. de Rouen). L'éditeur a coupé en deux la première 
continuation, imprimant p. 244 la mention et la mort d'Ansegisus comme 
fin des Gesfa ahbatiim et reportant p. 248 (cf. p. 12), comme Appendix /, 
les quelques lignes consacrées aux successeurs immédiats d'Ansegisus, 
Foulque et IIeriml)ert. La phrase « rexit autem ...octo diebus » fait défaut 
dans la copie de Duchesne, laquelle fait suivre les mots « in perpetuum 
viveret » de la reproduction de la (lon»lilulio Anser/isi. La phrase est bien 
au fol. 80-81 du vol. LVIll de la Coll. Bnliize, mais collée après coup sur 
un morceau de papier (fol. 80 bis) et de Vécriture dp Baluze, qui, d'ailleurs 
n'indique pas d'où il l'a tirée. Sous ce papillon on peut lire encore de la 
main de Baluze : quod se(/[uitu]r addi /j<'[rpsse?] vidnhatur. Ici encore l'addi- 
tion est donc flagrante. 

2. La Consiitutio est transcrite (fol. 157) à part des Gesta abbafum Fonta- 
nel. dans le ms. de Bruxelles (voy. plus haut n'^ 10) avec la mention qu'elle 
se trouve seulement dans le ms. de Tournai : (^ IIoc orat in solo J/s*» Tor- 
nacensi » et, d'une autre main, au-dessous : « Ex Ms^° Tornacensi. Inseque- 
hatur post atque in perpetuum videret usquo ad Annodomin. Incarnat, octin- 
gentesimo vigesimo nono. » Cette dernière date se trouvant éo-nlomenldans 
le ms. du Rouge-Cloîlre, on en peut conclure que la Cons/i/nlio y avait 



CXXXII 1. AIUÎAYE DE SAINT-WANDRILLE 

annalistiques qui ne sont autres que le Chronicon Fontanellense. 

Le caractère de ce dernier texte est très différent des Gesta 
puisqu'il s'occupe surtout d'histoire générale ^ et non d'histoire 
locale. Toutefois, au dél^ut du C/iron/co/i, l'intérêt strictement local 
apparaît encore : l'auteur raconte presque exclusivement les 
malheurs de l'abbaye pillée et menacée par les pirates et men- 
tionne les accessions et décès des archevêques de Rouen, dans 
le diocèse desquels l'abbaye se trouvait '-. Sous la forme qui nous 
a été conservée le Chronicon n'a pas été rédigé antérieurement 
à 872 -^ mais son auteur, un moine de Saint-Wandrille demeuré 
inconnu, a certainement mis à profit des notes annalistiques anté- 
rieures. Il a dû se tromper en les utilisant car son texte est plein 
d'erreurs chronologiques. Il faut peut-être mettre aussi ces erreurs 
sur le compte du fâcheux hasard qui ne nous fait connaître son 
œuvre que par une transcription, faite au xvu^ siècle, d'un mau- 
vais manuscrit sur papier du xv*' siècle. 

Reste à expliquer la présence dans les Pays-Bas d'un manuscrit 
ancien, peut-être original des Gesta et du Chronicon. 

L'explication n'est pas difficile à trouver. Sans cesse menacés 
par les pirates normands, les religieux de Saint-Wandrille virent 
brûler leur monastère en 858. Ils prirent la fuite et se sauvèrent 
en PontieUj puis en Boulonnais. Un nouvel exode se produisit, 

figuré, mais que le feuillet où elle était transcrite avait disparu à l'époque 
où Rosweyde en fit faire copie : seule la date finale (au début du recto du 
feuillet suivant) s'était conservée. 

1. Les Gesta contiennent aussi des renseig'nements intéressants pour 
l'histoire mérovingienne et carolingienne, mais ces renseignements sont en 
rapport étroit avec l'histoire du monastère. Dans le Chronicon, au contraire, 
l'intérêt local cède vite le pas à l'histoire de Charles et de son royaume. 

2. On est étonné de la faible place qu'y tiennent les abbés de Saint-Wan- 
drille. L'abbé Foulque (834-845) n'est même pas nommé. On ne cite que 
r « archevêque » Joseph, abbé plus ou moins régulier de Fontenelle, et 
l'abbé Ileribertus (Herimbertus) qui prit une part active en 849 au siège de 
Toulouse par le roi Charles. 

3. Le dernier fait mentionné par le Chronicon ne dépasse point l'année 
858. Mais Fauteur nous dit qu'entré au monastère (sans doute tout jeune 
enfant) le 26 février 841, sous le gouvernement de Joseph, il reçut le diaco- 
nat, 19 ans après, des mains de l'archevêque de Rouen Guénelon, en 861, 
Ife indiction, le 20 septembre qui tombait un samedi (ce qui est exact), puis 
la prêtrise de l'archevêque Alard « anno dom. inc. dccclxxii, indictione v, 
octavo idus martii, sabbato )> ; ces indications chronologiques concordent : 
le 8 mars tombe bien un samedi en 872. 



GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM CXXXIU 

lors de l'invasion de la Seine en 866. En 885, lors de l'invasion 
de la (( Grande armée », ils étaient réfugiés à Boulogne. Après 
un court séjour à Chartres ils revinrent en cette ville. Un demi- 
siècle plus tard, le marquis de Flandre, Arnoul P'', à l'instigation 
de Gérard de Broigne, vint à Boulogne s'emparer des reliques 
des ss. Wandrille et Ansbert et les transporta en l'abbaye du 
Mont-Blandin sous Gand (23 août 944) K Des moines de Fonte- 
nelle suivirent en cette ville les reliques des saints protecteurs. Il 
est évident qu'ils y amenèrent aussi les débris de leur bibliothèque 
et de leurs archives qui les suivaient dans leurs pérégrinations. 
Nul doute que le ms. des (lesta ahbatum ait été au nombre des 
livres qui échouèrent finalement à Gand. C'est ce manuscrit (ou 
une copie du ix*^ siècle), pourvu de la continuation appelée 
Chronicon Fontanellense, qu'un religieux du Rouge-Cloître, près 
Bruxelles, et Jacob Van Driessche, de Bruges, s'avisèrent de 
copier au xv*" siècle. 

Quant au ms. du Havre, on peut, ce semble, déterminer la date 
de sa composition. A Fontenelle, après le passage des pirates en 
885-886, rien n'était demeuré debout. L'abbaye n'était plus qu'une 
ruine ~. Ce fut seulement au milieu du x^ siècle qu'un certain 
nombre de religieux retournèrent sur les bords de la Seine, sous 
la conduite de l'un d'eux, Mainard, et obtinrent de Richard F"" de 
Normandie l'emplacement de l'ancien monastère. Le marquis de 
Flandre ne leur avait pas laissé remporter la moindre parcelle des 
reliques des SS. Wandrille et Ansbert. Mais il est permis de con- 
jecturer que les religieux, au moment de leur retour en Norman- 
die, copièrent sur l'original transporté à Gand^ le texte des Gesta 
abhatum Fontanellensium. Rs abrégèrent çà et là, peut-être à 
dessein (pour aller plus vite) ou plutôt par négligence, des pas- 
sages dans l'énumération des dons faits à l'abbaye aux vii*^ et 
Yiii^ siècles, et dans le testament d'Ansegisus. Sans doute l'addi- 
tion concernant les abbés Foulque et Herimbert est-elle aussi leur 
œuvre •^. Ce manuscrit, auquel on a donné plus tard le titre de 
Chronicon majus ^, est aujourd'hui au Havre. Si les conjectures 

1. On trouvera dans un autre mémoire les détails des pérégrinations 
des religieux de Fontenelle. [Voy. le mémoire III.] 

2. IbicL 

3. Si elle avait été sur le ms. original des Gcsta, on ne voit pas pourquoi 
la Continuation de Tannaliste de 872 l'aurait nég-lig-ée. 

4. Cf. plus haut p. cxiv. 



CXXXIV l'aHHAYK de SAl^'T-WA^DIllLLE 

qui précèdent paraissaient acceptables, on voit que la date de sa 
confection se placerait entre 9ii et 966 environ '. Mais de toutes 
manières, on pense avoir prouvé que la valeur de cette version a 
été sing'ulièrement exag'érée. Le texte le plus complet et le plus 
sûr des Gesia ahhatum Fontanellcnslum et du Chronicon Fonta- 
ncllensium est représenté indul)ital)lement à nos yeux par le ms. 
7814-22 de Bruxelles. C'est lui qui doit être la Ijase d'une édition 
future -. 

[Le précédent mémoire a été terminé le 7 octobre 1909 et revu 
le 18 mars 1910. Envoyé à l'impression, il est resté inédit depuis 
lors parce que nous nous étions décidé à l'utiliser en guise de 
préface à une édition des Gcsta abbatum Fontanellensiiim, du 
Chronicon Fontanellense et autres textes dont l'ensemble devait 
former la matière d'un second volume. Sur ces entrefaites, 
M. Anton Rosenkranz soutenait (14 octobre 1911) à Bonn une 
thèse de doctorat [Beitrlige zur Kenntnis der Gesta abbatum 
Fontanellensium, Bonn, 1911, in-8*', 102 pages), où il arrivait, 
indépendamment de nous, à une conclusion très voisine de la 
nôtre sur la valeur réciproque des mss. de Bruxelles et du Havre. 
De son côté, un religieux bénédictin, dom Fernand Lohier, dans 
la Revue Mabillon, publiait (février 1912) un mémoire sur les 
Manuscrits des Gesta abbatum Fontanellensium^ où, lui aussi, 
s'apercevait que le ms. du Havre, malgré son antiquité, était 
loin de nous donner le texte le meilleur et le plus complet. Il 
remarquait, en outre, à la Bibliothèque Nationale deux mss. 
lat. 5426 et 5426 A, de basse époque, mais dont le second a le 
mérite d'offrir une copie exécutée sur le ms. de Tournai, aujour- 
d'hui disparu. Or ce ms. de Tournai représente une famille diffé- 
rente de B (Bruxelles) et de H (Le Havre) et dont les leçons sont 
souvent meilleures. Toute édition future doit donc être constituée 
au moyen de ces trois textes. 

1. La première date est celle de l'arrivée à Gand des moines de Fonte- 
nelle avec les reliques de saint Wandrille et leur bit:)liothèque ( voy. page 
précédente). La seconde (approximative), celle à laquelle Mainard quitta 
Fontenelle pour le Mont-Saint-Michel. Cf. notre mémoire sur les pérégri- 
nations des religieux de Saint-Wandrille [n'^ III]. 

2. Il y aura lieu de tenir compte tout particulièrement des collations 
marginales faites sur le ms. de Tournai. Ce dernier présentait, presque 
toujours, semjjle-t-il, la bonne leçon, comme veut bien me le faire observer 
M. Poupardin. 



GESTA AHJiATUM F0NTANELLENS1U3I CXXXV 

Cependant, nous n'avons pas estimé qu'il convînt de mettre 
au pilon notre mémoire. M. Rosenkranz, entre autres mérites^ a 
eu celui d'établir (p. 36-o0) que les passag-es des Gesta que ren- 
ferme le ms. de Bruxelles et qui font défaut dans le ms. du 
Havre ne sont nullement des interpolations, mais appartiennent 
bien au texte original, chose que nous n'avons pas pris la peine 
d'établir longuement (p. cxxviii), tant elle nous semblait évidente ; 
mais ce savant a ignoré les mss. du xvii'' siècle conservés à la 
Bibl. Nat. ; par suite son classement (p. 26) ne peut être retenu. 
Pour n'avoir pas eu entre les mains le ms. de Bruxelles, dom 
Lohier n'a pu se rendre compte de la provenance de la copie 
de Duchesne et s'est égaré sur une fausse piste (p. 33-38 du tir. 
à part). En outre, il attribue à d'Achery les annotations d'une 
encre noire, que porte la transcription de Duchesne, annotations 
dues en réalité à Baluze. Il va de.soi que l'origine de la compi- 
lation que représente le ms. de Bruxelles lui a échappé. Notre 
mémoire, malg-ré ses imperfections, pourra donc rendre quelque 
service, en attendant que l'édition nouvelle que prépare dom 
Lohier le rende inutile. 

21 mars 1913.] 



DEUXIEME PARTIE 



ANALYSE DES ACTES CITÉS DANS LES GESTA ABBATUM FONTA- 
NELLENSIUM ET LES VIES DES SAINTS DE FONTENELLE ^ 



1. Les derniers travaux sur la chronolog-ie Mérovingienne sont discutés 
et mis au point par Williehn Levison dans son article Das Nekrologium 
Kon Dom Racine und die Chronologie der Merowinger paru dans le t. XXXV 
(1909) du Neues Archiv fur altère deulsche Geschichtskiinde. 

L'AllUAYE UI2 SAIiVT-WAM)«lLLE. 1 



11 

637-8, 4 mars. — Compiègne. 

Dagobert donne à Rotmarus le lieu dit Bothmariacas que celui- 
ci, avec la permission du roi, avait défriché et rendu habitable, 
ainsi que le moulin sur la Fontenelle, tombé en ruines et relevé 
par ledit Rotmarus. 

Gesta ahbatum Font.^ c. 1, § 8, p. 16. 
Ind. : Vacandard, Vie de saint Ouen, p. 166. 

2 

639, 4 février 2. — Nanteuil. 

Clovis II et sa mère Nanthilde confirment la donation précé- 
dente. 

Geséa, c. i, §8, p. 16-17. 



640-650. 

Airamnus, fils de Rotmarus, cède la localité {Bothmariacas) 
au maire du palais Erchinoald, en échange de biens sis en Vexin. 

Gesta, c. 1, § 8, p. 16-17. 

4 

641) ou 650, 1*^'* mars. 

Gond, neveu de Wandrille, achète à Erchinoald le domaine 
[Bothmariacas = Fontinella). 

Gesta, c. 1,§ 5, 6, 8, p. 13,14, 17. 



\. Sur la valeur des actes 1-5, voy. plus haut p. iii-xir. 
2. On ne voit pas pour quelle raison les Gesta mettent cet acte dix-neuf 
ans après la mort de Dagobert. Cf. plus haut, p. iv, note 6. 



I. AinJAYE DE SAINT-WANDRILLE 



6o0, 1^'" mars. — Gompiègne. 

Clovis II confirme la donation précédente. 

Gesta^ c. 1, § 8, p. 17 (au bas), 



673. — Arhiuno palatio. 

Ghildéric II, à la prière de la reine Blicliilde, des évêques 
Léger (d'Autun), Nivon (de Reims), Ermonius et des hommes 
illustres Fulcoald, Amalric, Vulfoad, maire du palais, Bavon, 
Waning, Adalbert, Gerin, frère de Léger, fait don à Tabbé 
Lambert et au monastère de deux fiscs, Osmoy et Saint-Ribert 
[W^arinna)^ dans le pagus de Talou, près des rivières de Tellas 
(la Béthune) et de Varenne, avec leurs dépendances ; Gressy, 
Secla, les deux Magneroto^ Neon^ Toscarias, et des emplacements 
sur le bord de la mer pour salines et pêcheries, enfin des vignes 
à Givernv-sur-Seine, en Vexin. 

Vita Lantbcrti, c. 3, éd. Levison, Script, rer. Meroo., t. V, 
p. 610-611. 

Gesta, c. 10, p. 30-31 (d'après la Vif a Lantberti). 



673-675 

Don du même roi touchant la forêt de Jumièges. 
Mention dans la Vita Lantberti (ibid.) et dans le diplôme de 
Ghilpéric II, de 716 (voy. plus loin Recueil, n^ 3.) 

8 

675-677 1. — Arelaunq jucundo palatio. 

Thierry III concède à l'abbé Lambert le patrimoine de Donzère 
sur le Rhône, en Provence, pour y établir un monastère, à con- 

l. Les dates de cet acte sont enfermées entre la restauration de 
Thierry III, après la mort de Ghildéric II, et rélévation de Lambert au siège 
métropolitain de Rouen, l'an 677 ou peu après (voy. Levison, Script, rerum 
Mcrov., t. V, p. 606). 



ACTES CITÉS DANS LES fiESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM 5 

dition que ce domaine fournira aux moines de Fontenelle Fhuile 
nécessaire au luminaire de leur église. 

Vita Lantberti, dans un passage disparu copié par la Vita 
Ansherti^ c. 9, éd. Lavison, loc. cit., p. 625. 



vers 677 ^ . 

Herbland, envoyé par Tabbé Lambert, à la prière de Pasca- 
rius, évêque de Nantes, fonde un monastère dans File de la 
Loire appelée Indre. Dans son acte de donation (du domaine 
dlndre), l'évêque Pascarius spécifie qu'après le décès d' Herbland 
les (( recteurs » de ce monastère seront tirés de Fontenelle. 

Vita Lantberti .^ dans un passage disparu copié par la Vita 
Ansberti^ c. 10, éd. Levison, loc. cit.^ p. 625-626. 



L'original existait encore auxiv« siècle. Le Cartulaire de Rouen le signale 
en ces termes au fol. 321 recto : « iiij* Carta Theoderici régis Francorum 
de uilla Dusera in Prouincia in pago Trecassino [sic), super fluuium Ro- 
danum, quam dédit venerabili viro Lamberto ad inucniendum oleum 
monasterio Fontinollensi et ad edificandum ibidem cenobium. )> 

Dom Anselme Le Michel donne de cet acte l'analyse suivante ex antiquo 
et j'am valcle ohsoleto répertoria cartaruni papi/raceo : « Theodoricus rex 
donat S. Lamberto archiepiscopo Lugdun. villam in Prouincia, in pago Tri- 
castino, quœ vocatur Vsera (sic), juxta fl. Rodanum, ad instaurandum ibid. 
cœnobium, tali conditione quod in Fonlanella monasterio acciperet sibi rec- 
tores, quandoopus esset,et monachos etabbates, et([uod de oleo oliuaruni et 
aliis bonis fructibus illius terrai Fonlancll. ecclcsiae necessariaministrarent. 
Actum et Datum publiée in Arelauno jocundo palalio » (Bibl. Nat., ms. lat. 
13820, fol. 143 recto). Ce Bénédictin ajoute : « Villa ista est in episcopatu 
Viuar., et est ibi prioratus 5 monachorum ; ita in veteri illo rogistro papy- 
raceo » ; et plus loin (fol. 148 verso) : « Donatio vero monasterii de Vsera {sic) 
inArelat. provintiaperTlieodoricum regem quaerendaest inonnobis reperiri 
potuit in archiuis monasterii. » Le vieux registre en papier auquel ren- 
voie dom A. Le Michel est peut-être la secunda pars du Cartulaire (cf. 
Recueil, p. 22, note 1), laquelle ne se retrouve plus. 

1. Le terminus ad quem est le même que pour la charte précédente. Le 
terminus a quo ne peut être fixé, la date de mort de Wandrille, [)rédéces- 
seur de Lambert, ne pouvant être déterminée avec certitude. Voy. Krusch et 
Levison, op. cit., p. 9, 606. 



b L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

10 

675 1 

Thierry III fait don au solitaire Gondedus de l'île Belcinnaca 
dans la Seine, près du fisc d'Arebiunum, ainsi que d'un lieu voisin, 
dit Lu/ uni, de 3000 pas de long sur 1500 de large, consistant en 
champs^ prés et bois, et lui accorde, en outre, l'immunité. 
}^i/n Cnndcdi, c. 4, éd. Levison, op. cit., p. 648. 

11 

675, 10 octobre. 

Gondedus fait don à Fontenelle de l'île Belcinnaca, qu'il avait 
acquise de la munificence royale, ainsi que des domaines à lui con- 
cédés par Schiwarduset autres personnes riches, c'est à savoir: 
Gampeaux, Gcldufiacas, un manse et un moulin à Aolciaco sur 
la Sa.àne. 

Vit a Condedi, c. 8, ibid., p. 6i-9. 

12 

679-680. Fontenelle. 

Gondedus fait donation à Fontenelle et à l'abbé Ansbert de son 
monastère, du consentement du maire du palais ^ Waratton, alors 
à Fontenelle, et de ses disciples venus de Grande-Bretagne. 

Vita Condedi, c. 8, il)id., p. 6ii-9-650. 

13 

687-688 ■'' 

Vulfrand ^ donne Mauriliacus en Gâtinais, terre patrimoniale 
où il était né. 

Vita Vulfranini, c. 1 et 2, éd. Levison, p. 662-663. 

1. Ou a tenté de refaire cet acte perdu. Voy. plus loin, Recueil, n° 1. 

2. Waratton n'était pas encore maire du palais ; l'analyse de la Vita Con- 
dedi lui attribue cette qualité par anachronisme. Voy. Levison, Script, 
reruin Merov., t. V, p. 649, note 5. 

3. An 15 de Thierry III (roi entre le 10 mars et le 15 mai 673). 

4. Le futur métropolitain de Sens. 



ACTES CITÉS DANS LES GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM 

14 

687-688 1 



Motgislus, neveu de Vulfrand, rendu moine à Fontenelle, 

Melur 

Ibid. 



donne Magny sive Villare en Melunois. 



15 

688-689 -2. _ Chambly. 

Vandemir et Ercanberta lèguent à Fontenelle, où repose le 
corps de Wando -^ Bény (Bagennaco). 

Testament de Vandemir, éd. J. Tardif, Carton des rois, p. 637 ; 
Lasteyrie, Car^î//. général de Paris, t. I, p. 18. 

16 

688-689 ^ 

Diplôme synodal du concile de Rouen ^, auquel participent 
15 évêques, 3 abbés, le vidame Genardus, 3 archidiacres, quan- 
tité de prêtres et de diacres, autorisant, à l'instigation du métro- 
politain Ansbert, ancien abbé de Fontenelle, les moines de cette 
abbaye, à choisir parmi eux leur abbé, conformément à la règle 
de saint Benoît et aux privilèges du roi Glovis (II), Clotaire (III), 
Ghildéric (II) et Thierry (III) \ 

Vita Ansherti, c. 18, éd. Levison, loc. cit., p. 630-632. 



4. L'acte n'est pas daté. On le [)lace par conjecture vers l'époque du pré- 
cédent. 

2. An 16 de Thierry III. 

3. An 16 de Thierry III. 

4. Sur la date de cet acte, sa vraie nature et les retouches dont il aurait 
été l'objet, voy. Levison, loc. cit., p. 630, note 1 et 631, notes 1 et 2. 

5. Aucun de ces diplômes, à supposer qu'ils aient existé, n'a été con- 
servé. 



O L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 

17 

()94-696 1 

Wando -, entrant en religion, sous l'abbé Ilildebert -^ donne 
un tiers de son patrimoine dans chacune des localités suivantes : 
en Vimeu Sept-Meules, Gorroy, Hamicourt, Bus, Ploury(?), 
Bailleul en Talou, ainsi que le tiers de ses vignes en Talou sur 
la Varenne ( Visi^ona). 

Gesta, c. 13, p. 38. 

18 

698-9, 20 janvier ''. 

Bénigne fait don du tiers de chacun des vingt-deux domaines 
suivants, constituant son patrimoine : Senneuville et Maurontis 
cisferna en Caux ; Bizay en Roumois ; Issou et Limay en Vexin ; 
Mervillers et Gaul)ertin (?) en Orléanais ; Oignon et Gharsay en 
Anjou; Gondé-le-Butor en Hiémois ; Gressé, Salaciaffum, Savi- 
gnac, Ghassenon, Magalonum en Saintonge; Agannagum^ Bon- 
neuil, Angiagiun^ Fof/er/am, ^(Tyr/zi/wm, Ambérac, La Rivière, en 
Angoumois. 

Gesta, c. 7, p. 24. 

19 

699-701 ou 703-6 \ 

Leutbrand fait don d'une portion de la villa de Poses en Evre- 
cin. 

c. 2, p. 19. 

1. An 1 de ChildeberL III (roi entre le 3 septembre 694 et le 13 avril 695). 

2. Le futur abbé. 

3. Hiltbert, 4^ abbé de Fontenelle, 684-c. 701. Cf. Levison, loc. cit., 
p. 613-614. 

4. An 4 de Childebert III. Bénig-ne ne devint abbé que dix ans plus tard. 
Cette donation doit avoir été faite par lui au moment de son entrée en reli- 
gion. 

5. An 11 de Childebert III dans le ms. du Havre, an 6 dans le ms. de 
Bruxelles. 



ACTES CITÉS DANS LES CESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM y 

20 

700-702 1 

Erchenulf fait don de la villa Ulmosus. 

c. 2, p. 20. 

21 

c. 701-707 2 

Childebert 111 concède à l'abbé Bain le quart de la forêt de 
Brotonne [Arelauna). 

Acte perdu connu par une confirmation de Dagobert 111. 

c. 6, p. 24. 

22 

703-704, 5 mars 3 

Pépin, maire du palais, fait don à l'hôpital de Fleury-en- 
Vexin de la villa Taricinus en Beauvaisis. 

c. 2, p. 18 (ms. de Bruxelles). 

Ind. : Miihlbacher, Be(/. KaroL, 2^ éd.,n« 11 (à 703). 

23 

703-705 ^ 

Childebert 111 fait don à l'abbé Bain et au monastère de 
Fleurv (?) de l'île Bannac/a. 

c. 2, p. 19 (ms. de Bruxelles). 



1. An. 7. 

2. Childebert III (694-711), Bain abbé de Fontenelle de 701 env. à 707 
[Vita Ansberti, éd. Levison, p. 613-614 ; Gesta, c. 3, p. 20). 

3. An 9 du règne. L'indiction (2) convient à Tannée 704, mais elle né 
figurait pas, naturellement, à cette époque sur l'original et constitue une 
addition de l'auteur. 

4. An 10 du règne. 



10 l'abbaye de saint-wan drille 

24 
703-704, 20 octobre ^ 

Ghildebert III fait don à l'abbé Bain et au monastère de Fon- 
tenelle de la villa du Pecq en Pincerais, sur la Seine, et de ses 
dépendances : Xovitianus, Courbevoie, Albachahain^ Nido, Trcin- 
lido . 

Vita Ercmherti, c. 1, éd. Levison, p. 6oi ; Gesta, c. 2, p. 19. 

25 

703-704 2 

Gamard, entrant en religion kFontenelle, donne Feuillancourt 
(Viliolicors) près du lise du Pecq, lieu de naissance de son frère 
Erembert '^. 

Vifa Eremberfi, cl, 3, 7 ; éd. Levison, p. 054, 656. 

26 
704-O, 23 octobre ^ 

Pépin, maire du palais, donne au monastère de Fleury-en- 
Vexin Vaumont en Beauvaisis et Luciniacum en Vexin. 

Gcsfa, c. 2, p. 18 (ms. de Bruxelles). 

Ind. : Mûhlbacher, n« 12 (à 705). 

27 
704-5"' 

Sicbold donne Taunacus en Talou. 

c, 2, p. 20 (ms. de Bruxelles). 

1. An 10 du règne. 

2. Pas de date précise. L'hagiographe déclare seulement que Gamard a 
donné Viliolicors un certain temps après la mort de son frère, décédé sous 
Tabbatiat de Lambert, donc avant 677 (voy. plus haut p. a, note 1). La seule 
analogie du fonds nous fait rapprocher chronologiquement cet acte du pré- 
cédent. 

3. Saint Erembert, soi-disant évêque de Toulouse, rendu moine à P'on- 
tenelle. 

4. An H de Chiklebert III. 

5. An 11. 



ACTES CITÉS DANS LES GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM 11 

28 

705-6, \^' mars ^ 

Pépin, maire du palais, donne au monastère de Fleury-en- 
Vexin GlisoUes, en Evrecin. 

c. 2, p. 19 (ms. de Bruxelles). 
Ind. : Mûhlbacher, n«13 (à 70o-706). 

29 

705-707 2 

Pépin, maire du palais, fait don au monastère de Fleury-en- 
Vexin de la villa de Fontenay ^ 

c. 2, p. 19 (ms. de Bruxelles). 

Ind. : Mûhlbacher, nM7 (à 706-707). 

30 

705-707 4 

Pépin, duc des Francs, et sa femme Plectrude soumettent à 
l'abbé Bain et à ses successeurs le monastère de Fleury-en- 
Vexin. Cet établissement avait été un hôpital [xenodochium) 
construit pour dix pauvres, l'an 5 du roi Thierry (677-678) par 
un homme noble Fraeric, qui l'avait doté des biens suivants : 
deux parts de Fleury, autant de Saussaye, Gamaches, le tiers de 
Fontenay-en-Vexin. Après sa victoire sur Thierry et le maire du 
palais Berthier, Pépin avait reçu l'établissement dudit Fraeric 
à condition de le transformer en monastère, ce ([u'il fit l'an 9 de 
Childebert (702-704). 

c. 2, p. 18 (ms. de Bruxelles). 

Ind. : Mûhlbacher, n« 16 (à 706-707). 

1. An 11 de Childebert III. 

2. An 12 de Childebert III. 

3. Le tiers do Fontenay-en-Vexin est donné par Fraeric, cf. n° 30. 

4. An 12 de Childebert III. 



12 LABIUYE DE SAINT-WANDRILLE 

31 

705-707 1 

J ourdain f ait don de la villa Gressus en Talou. 

c. 2, p. 20. 

32 

707, 18 juillet ^ 

Pépin fait don à Fleurj de la villa Le Mesle en Merezais [in 
pâffo Madriacensï). 

c. 2, p. 18 (ms. de Bruxelles). 
Ind. : Mûhll)acher, n« 19 (à 709). 

33 

707-8, la avril ' 

Pépin fait don à Fleury-en-Vexin de la villa Gamaches en 
Vexin. 

c. 2, p. 18 (ms. de Bruxelles). 
Ind. : Mûhlbacher, n« 18 (à 707). 

34 

710, 2> juin'' 
Le clerc Erming- donne une partie de BrinniacuR. 

c. 7, p. 25. 

35 

710, lOjuilUet •'. 
Ictor fait donation de Prunay en Merezais. 

c. i, p. À'^. 

1. An 12 de Childebert III. Le nom du donateur est Jordanis (ms. de 
Bruxelles) et non Ordanis (ms. du Havre). 

2. An 13 de Childebert III. 

3. Eodem anno. Ne tenir compte ni de la férié ni de l'indiction. Le duc 
donne évidemment le restant de Gamaches, une partie ayant été déjà 
concédée par Fraeric (n° 30). 

4. An 16 de Childebert IIL 

5. Eodem anno. 



ACTES CITÉS DANS LES GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM 13 

36 

710-7H 1 

Ebrin donne une partie de Gency et de Fontaine (en 

Vexin). 

c. 7, p. 25. 

37 
712, 20 mars 2. 

Ermoald donne Siimmacranna. 

c. 7, p. 25. 

38 

712-713 3. 

Gislehard donne la ville de Monceaux, sise en Iliémois, centaine 

de Neuvj, avec ses dépendances : Aleriliaco, Sentillj, Nervi- 

niaco. 

c. 7, p. 25. 

39 

712-713 4 

Ermnulf donne Roclincourt, Berlencourt, Nantiacum. 

c. 7, p. 25. 

40 

713,21 juin 5 

Hug-ues fait don à l'abbé Bénigne de sa villa de Villj sur 
TYères, en Talou, qui lui vient de ses parents 6. 

c. 8, p. 27. 

Ind. : Mûhlbacher, n«26(à 713). 

1. An 17 de Childebert III, mort le 14 avril 711. 

2. An 1 de Dag-obert « le Jeune » (Dagobert III, successeur de Chil- 
debert III). 

3. An 2 de Dagoljert. 

4. An 2 de Dagobert. 

5. An 3 de Dagobert. L'auteur tombe juste en ajoutant Tan de l'incar- 
nation (713), mais se trompe sur l'indiction (12). 

6. Le donateur, fils de Drogon, petit-fils de Pépin II, est le futur abbé de 
Fontenelle et archevêque de Rouen. La 2'' Vita Wa/ic/re^tst7i prétend que 



14 L ABBAYE DE SAIM-WANDRILLE 

41 

713-714 1 

Rothmund et son fils Milon, rendus moines, donnent leur 
patrimoine, c'est à savoir Oflignies et Bouthencourt en Talou. 

c. 4, p. 21. 

42 
713-714 2 

La dame Gaugia donne Inittus^ Sassey sur l'Eure, Dangu, 
Landes. 

c. 7, p. 25-26. 

43 

714-715^ 

Dagobert III confirme la donation faite à l'abbé Bénigne parle 
prêtre Leutbrand, de Goderville en Vimeu (s/c), où le donateur 
avait édilié des églises, ainsi que des petits domaines de Tau- 
naciini, Luneray, Fiolinas ou Gressiis, un autre Gressus, Dun, 
enfin Arechariivilla en Vexin. 

c. 7, p. 25. 

44 

714-715 4 

Gunthard, Almedius et la dame Aiga ^ donnent les domaines 
suivants : Agmaro. Ormes, Maceriolas, Espaignes, Haretone, 
situés en Evrecin, sur l'Itton. 

c. 7, p. 25. 

ce domaine fut donné par saint Erembert. C'est un mensonge évident. Voy. 
Krusch, loc. cit., V, 11. 

1. An 3 de Dagobert II I. 

2. An 3 de Dagobert III. 

3. An 5 de Dagobert III. 

4. Eodem anno. 

5. Le nom d'Aiga est omis parle ms. du Havre. 



ACTES CITÉS DANS LES GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUIVI 15 

45 

714-715 1 

Le moine Bénigrie, frère aîné de Gennard, cède à Fabbé 
Bénig-ne ~ un manse à Mezy en Vexin que lui avait donné le feu 
maire du palais Rainfroi. 

c. 7, p. 25. 

46 

714-715 3 

Ermfrid donne Trisay et Arbrando villare. 

C.7, p. 26. 

47 

714-715^ 

Erchenfrid donne Monchelet dans la centaine d'Ansenne. 

c. 7, p. 26. 

48 

715 5 

Anganulf donne une part à Francières près Gressus. 

c. 7, p. 26. 

49 

715 G 

Waddo donne une part hColnitiuni. 

c. 7, p. 26. 

1. Sans doute après la précédente. 

2. P. 21 on fait de l'abbé Bénigne un « proche » de Gennard, vidame de 
l'église de Rouen et al)bé de Saint-Germer de Fly. 

3. An 4 de Dagobert 111. 

4. Item. 

5. An 5. Dagobert 111 est mort entre le 24 juin et la fin de décembre 715. 

6. Ici. 



16 l'abbaye de saint- WANDRILLE 

50 

715, 9 juin 1 

Dagobert III, à rinstigation du maire du palais Theodald, 
renouvelle en Tétendant le privilège deChildebert III -^ et accorde 
à l'abbé Bénigne le quart de la forêt de Brotonne [Arlauna) en 
déterminant les limites de la partie concédée. 

c. G, p. 23-24. 

51 

717, 27 septembre ^ 

Rainfroi, maire du palais de Neustrie, donne à l'abbé Wandon 
le fisc Winllana ^. 

c. 13, p. 38. 

52 

717-718-^ 

Hugues (fils de Drogon^ donne à l'abbé Wandon la villa Wint- 
lana. 

c. 8, p. 27. 
Ikd. : Mûhlbacher, n« 28 (à 717). 

53 

723, 19 juillet. — Zûlpich '\ 

L'abbé Bénigne obtient un jugement du tribunal royal présidé 

1. An 5 du règne. Cf. p. précéd., note 5. 

2. Voy. n« 21. 

3. An 2 de Chilpéric II, dont le règne commence en 715, entre le 24 juin 
et la fin de décembre. L'an de l'incarnation (717) et l'indiction (15), addi- 
tions de Fauteur sont exactes, mais non la férié (3 au lieu de 2). 

4. Sur ce domaine, que j'identifie à Bouillancourt, sur la Bresle, voy. mon 
mémoire paru dans le Moyen Ac/e, année 1905, p. 31 (lire à la 1. 7 et à la 
note 4 Wandon au lieu de Hildebertus). 

5. An 1 de Clotaire. C'est en 717 que Charles Martel mit sur le trône 
d'Austrasie Clotaire IV. 

6. An 3 de Thierry le Jeune. Le début du règne de Thierry IV com- 
mence le 13 février 721, date de la mort de Chilpéric II. Mûhlbacher date 
l'acte de 722 parce que, se fiant aux Gesta (p 26), il place la mort de l'abbé 
Bénigne au 20 mars 723. 



ACTES CITES DANS LES GESTA ABBATL:\I FONTA^ELLE.NSIUM 17 

par le maire du palais Charles (Martel), condamnant le comte 
Berthier à restituer à Tabbaye la villa de Monceaux en Hiémois. 

c. 7, p. 24-25. 
Ind. : Mûhlbacher, n« 35 (à 722). 

54 

72i-731 '. 

Hugues, métropolitain de Rouen, fait don de son domaine de 
Melicoc[, comprenant 84 manses, situé en Heauvaisis sur la 
Matz. 

c. 8, p. 27 (ms. du Havre). 

L\D. : Mûhlbacher, n» 29 (à 723-730). 

55 

731-732^'. 

Bert, « homme illustre », fait don au métropolitain Hugues, 
abbé de Saint- Wandrille, d'une partie de la villa Damigny 
située en Hiémois, centaine d'Alencon, et du domaine de Vandes, 
dans la centaine de Sée/.. Dans le Mnine il donne Vernie et 
Messe et aussi Avanaecurte. 

c. 8, p. 27-28. 

56 

732 '. — Saint-Wandrille. 

Charles Martel, é\ la requête de Landon, évé(|ue métropolitain 



1. L'acte iresldîiU'- (juc par Téiiiscopat de Hugues. Celui-ci sernil moil 
en 7;^(), le 8 avili (Gcsia, p. 28). Il reçoit cepeiulanl une donation qui se 
place entre le 14 février 731 et le 18 février 732 (voy. n° o5). La niorl de 
Hugues (8 avril) ne saurait être, comme le disent les Geala, de Tannée 
730, mais de 731 ou 732 (cf. n° 56). 

2. An 11 de Thierry IV. 

3. L'acte est du début de rai:)batiat de Landon, le({uel, s'il commença 
« anno duodecimo re^is ïheoderici novissimi », devrait être de 732 et non 
de 731 (f>.s/a, p. 28). La date de mort de Landon dC) janvier) doit être pla- 
cée en 7 3 't. 

L'AbuayI': ni-; Sai^t-W'amuulli-:. 2 



18 l'aIUîAVE de SAINT-WAMJHII.LE 

de Reims et abbé de Saint-Waiidrille, prend le monastère sous 
sa protection et lui accorde l'immunité. 

c. 9, p. 29. 
Ind. : Mûhlbacher, n« 39 (à 731). 

57 

73i, o mai. — Sainl-Wandrille^ 

L'abbé Teutsind cède en précaire au comte Rathier ~ moyen- 
nant un cens annuel de 60 sous, payable à la Saint- Wandrille 
(22 juillet) et devant être affecté au luminaire, les 29 domaines 
suivants sis en Talou et Vimeu : 1" les lises d'Osmoy et Saint- 
Saëns {}\^Hrintia) sur les rivières de Béthune iTellas), de la 
Varenne avec leurs dépendances, Cressy, Secla^ les deux Ma<jnc- 
ro/o, Toscarias et des emplacements sur le bord de la mer pour 
sîdines et pêcheries ; des vignes à Giverny sur Seine, en Vexin, 

— tous bien concédés par le roi Çhildéric et la reine Blichilde : 

— 2" Sénarpont, Marques, Hodeng, Bailleul en Vimeu ; — 3" la 
moitié d'Envermeu, Moriaciim et Brachy sur la Saâne, Beau- 
champs en Vimeu, Boucly, linhoriilum, Rebets, Gamaches, Bel- 
léville sur la Saâne, Victriacum sur le Dun, Silani (?) in monte 
Aionecurte, Gamniapiolum, Rumquarias, Muriacuni dit aussi 
vallée de Chuig-noles; en Vimeu, Bethencourt sur TYères. 

c. 10, p. 30-31. 

58 

7i3-744^. 

In certain Rainfroi donne à Tabbé Widon une partie de la 
villa de Lestre en Cotentin. 

cil, p. 34. 

1. La 20*^ année du >< principal ') deCliarles. Ici raulenr a i)ien calculé les 
concordances avec l'année de l'incarnation, l'indiction el la fériequ'il ajoute 
à l'an du « principal » et au quantième. 

2. « Anno primo ejusdem régis Ililderici. » Il s'agit du dernier roi méro- 
vingien Çhildéric III, mis sur le trône entre le 16 février et le 3 mars 743. 
Mais si une donation à Fahbé Widon a été faite à celte époque, celui-ci 
n'a j)u èlre mis à mort ot avoir pour successeur Tévêque de Rouen, Rainfroi, 
dès 739, ainsi qu'il est dit au chap. 12 des Gesta (p. 35-3")). 



ACTES CITÉS DANS LES GESTA ABBATUM FONTANELLENSIUM 19 

59 
731-752, 6 juin K — Verberie. 

Pépin accorde rimmunité - à la prière de l'abbé Austrulf. 

c. 14, p. 42-43. 
Ind. : Mûhlbacher, n« 69 (à 752). 

60 

787 3 

Inventaire des biens fonds de l'abbaye dressé sur Tordre de 
Gharlemag-ne par Landry, abbé de Jumièges, et par le comte 
Richard (de Roumois ?). 

1^ Le monastère a gardé pour l'entretien des frères 1326 
manses entiers, 238 « moyens », 18 « manouvriers », au total 
1582 manses; plus 158 manses « vides » et 39 moulins ; 

2^ Ont été concédés en bénéfice : 2120 manses entiers, 
40 « moyens », 235 « manouvriers » ; au total 2395 manses, plus 
156 manses (( vides » et 24 moulins. 

Le total des manses « entiers » et « manouvriers » monte à 
4264. 

Dans ce total ne sont pas comprises les villas que Tabbé Widlaic 
a données en usufruit aux hommes du roi ou à d'autres per- 
sonnes. 

c. 15, p. 45. 

1. L'acte est attribué à Pépin roi mais daté de Tan de l'incarnation 750 et 
l'analyse de l'acte est suivie de la mention de l'élection de Pépin au trône. 
Celle-ci doit être placée au 25déc. 751 ou au 6 janvier 752. L'acte étant du 
6 juin serait au plus tôt de 752, vu que l'an du règne n'est pas mentionnée 
et qu'il n'y a nul compte à tenir de l'année de l'incarnation qui ne figurait 
certainement pas sur l'original. Peut-être le mot «. rex » de l'analyse est-il 
un anachronisme : l'année 751 s'accorderait bien avec l'itinéraire selon 
Sickel {Acta, Reg. 367) et OElsner [Jahrbûcher des frânkischen Reiches unter 
Kônig Pippiri, p. 23). — L'abbé Austrulf auquel l'acte est concédé mourut 
le 14 septembre 752 (Ges^a, p. 43-44). 

2. Sur la nature de cet acte, voy. Th. von Sickel, Acta reguni et impera- 
toruin Karolinorum, t. II, p. 367. 

3. An 20 de Gharlemagne, l'année même du décès de l'abbé Witlaic, 
mort le 22 septembre 787. 



20 L AHBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

61 

801-80G 

Charlemagne empereur •, à la prière de Tabbé Gervold, donne 
ordre de faire restituer à Fabbaye les biens qui lui ont été injus- 
tement enlevés ou même qui ont été concédés aux hommes du 
roi. 

c: 16, p: 47. 

Ind. : Th. von Sickel, Acta regum et inip. Karol., t. II, 
p. 367-8. 

62 

806, 7 juin 2. — Pierrepont. 

L'abbé Gervold, touchant à sa fin, fait don de biens acquis par 
lui, c'est à savoir: en Evrecin, l'église de Saint-Pair sur l'Itton, 
Villarceaux, Maiffoldi-valle, curie Arelauno, Francières, Rumau- 
court. 

c. 16, p. 48. 

63 

806-807 3 

Charlemagne concède en précaire ^ à Anseïs ^ le monastère de 
Saint-Germer de Fly, en Beauvaisis. 

c. 17, p. 49. 

1. Pour la date, voy. Sickel, Acta..., p. 367-368. 11 faut noter cependant 
que si dans les mss. du Havre et de Tournai Charles est dit empereur, il 
est simplement qualifié rex dans le ms. de Bruxelles. 

2. An 38 du règne de Charlemagne, 6 de l'empire. Gervold étant mort 
7 jours après sa donation, le 14 juin, les leçons VII idus januarii et VII 
idiisjulii offertes par les mss. de Bruxelles et de Tournai sont visiblement 
erronées. 

3. An 38 du règne, 7 de l'empire. L'an du Christ (807) est une addition. 

4. Cf. Waitz, Deutsche Verfassiinc/sgeschichte, 2^ éd., t. IV, p. 179, 
note 2. 

5. Le futur abbé de Saint-Wandrille. 11 conserva cette abbaye de Saint- 
Germer qui devint une sorte de dépendance de Fontenelle, voy. Gesta, 
p. 56. 



II 



RECUEIL DES CHARTES DE L ABBAYE 

(vii^'-xii^ siècles) K 



\. Le Cartulaire de Rouen est aux Archives départementales de la Seine- 
Inférieure, à Rouen, série II, non coté. — (On a jugé inutile d'utiliser et 
de citer le Cartulaire du xyii** siècle, formant 4 vol. in-4o, conservé aux 
Archives de la Seine-Inférieure. C'est une simple copie du précédent.) 

Le Cartulaire de Paris est à la Bibliothèque nationale, ms. lat. 1713:^. 



673 ^, 21 octobre. — Arelaunum. 

Thierry III fait don à V homme de Dieu Condedus de Vile de la 
Seine nommée Belcinnaca, voisine du fisc c? 'Arelaunum. 

A. Original prétendu perdu ^. — B. Vidimus de Philippe VI, de janvier 
1330, perdu. — C. Vidimus de Charles VI, de janvier 1407, Arch. Nat., 
JJ. 161, n» 121, fol. 82 r» (d'après B). — D. Vidimus de Henri VI, du 
6 novembre 1423, Arch. Nat., JJ. 172, fol. 301 recto (d'après B). — E, 
Copie du XV® s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 29 v^ (d'après B). — F. Id., 
ibid., fol. 25 (d'après C). — G. Copie du xvii*' s., par A. Duchesne, Bibl. 
Nat., coll. Baluze, vol. 54, fol. 509 recto (d'après C). — H. Id., fol. 510 
r° (sans ind. de source). — /. Id., fol. 512 r" (d'après D). — /. Copie 
du XVII® s., Schedae de Mabillon, perdues (d'après B ou C ou D). — K. 
Copie abrégée du xvii® s., par don Anselme Le Michel, Bibl. Nat., ms. lat. 
13820, fol. 137 recto (d'après B). 

a. Historiens de France, t. IV, p. 652, n° 52 (d'après J). — h. Bréquigny, 
Diploinata, p. 266, n" 174 (d'après B). — b\ Pardessus, Diplomata, t. II, 
p. 160, n'' 370. — c. K. Pertz, Monumenta Germanise, Diplomaia, p. 189, 
n° 73 des Spuria (d'après a, h, b'). 

Ind. .'Bréquigny, Table chronol. des diplômes, t. I, p. 66. 

(Le texte est établi d'après CD E F.) 

In nomine altissimi Domini. Theodoricus rex Franc. Quicquid prop- 
ter timorem ^ Domini et amorem ipsius ad augmentum diuini cultus 
seruis ^^ Christi '^ ex habundancia regia largimur retributorem Deum, 
pro cuius reuerencia hoc agimus, habere confîdimus. Igitur agnoscat 
industria fîdelium Xpi presens pariter et futura, nos diuinitus ammo- 
nites, ad insulam in fluuio Secane sitam descendentes, viro ^ Dei 

a) tenorem C. — b) seruus E. — c) Christi omis par a. — d) uno viro 
Dei E, uno Dei F. 

1. Bréquigny et K. Pertz ont, le premier soupçonné, le second admis 
l'inauthenticité de cet acte. Il a été fabriqué au moyen de la Vita Condedi, 
écrite pendant la première moitié du ix® siècle, et peut-être aussi du 
chap. 6 des Gesta abhatum Fontanellensium. Il est à relever que le 21 oc- 
tobre est la date de Tobit de saint Condedus. Voy. W. Levison dans les 
Scriptores rerum Merovingicarum, t. V, p. 648-630. L'époque de la fabrica- 
tion a sans doute précédé de peu la charte de restitution (1035-1047) de 
cette même île par Guillaume, comte d'Arqués. Voy. plus loin le n° 15. 

2. Il était en mauvais état quand il fut vidimé en 1330. 



24 l'aBRAYE de SAINT-WANDRILLE 

domino Gondedo illuc '" al) eo destinato ipsam insulam quam ^ antiqui- 
tus Lutum censuit, nunc vero Belcinacam ^' nuncupatam, cum omni- 
bus rébus ad ipsam pcrtinentibus et toto alluuio '' quo eam voluerit 
diuina pietas augmentari, concessisse et condonasse. Que cum sit fisco 
Arelauno vicina, in sui longitudinem ' per tria millia se extendens*^ et 
in latum mille quingentis passibus terminetur, agros tamen contiguos 
et prata a parte orientali et saltus ab aquilonari vero usque ad fines Gla- 
conissem ' similiter concessimus, ut tam ipsum quamsuos monachos de 
monasterio Fontinella '", pro nobis et proie nostra ac pace et stabilitate 
reg-ni ac animarum nostrarum remedio, sacrificium redemptionis nostre 
bfîerre domino et diuinam misericordiam iiigiter exorare delectet. Per 
hune [sic) ergo preceptum specialius decernimus atque iubemus ut 
ipse, sicut dictum est, hoc habeal indultum atque concessum, ita ut 
et illi successores" sui monachi hoc habeant, teneant atque perpetuis 
temporibus possideant, uel quicquid exinde lacère voluerint liberam 
et firmissimam in omnibus, Christo auspice, habeant potestatem. Mt 
ut hec auctoritas vel donacio nostra quam diuina illuminacione plena 
et intégra gratia concessimus, fîrmior habeatur et perpetuis tempori- 
bus inconuulsa " maneat, manus nostre subscripcione et anuli nostri 
impressione adsignari iussimus, 

Theodoricus p rex subscripsit. Anno l 'i. Datum quod fecit mens, 
octobris dies xxj ', féliciter Arlauno '^ palacio. 

e) illud C. — f) que EF. — g) Belcinaca £", Belcinnaca F. — h) abluuio D. — 
i) longitudine a, h, //. — k) contendens F. — l) Glâconissœ a. — m) Fon- 
tanella E. — n) et ille et successores a. — o) inconcussa a. — p) Theode- 
ricus C. — q) anno primo CDEF. — r) vigesimus primas CDEF. — s) Ar- 
banno £", Arlanno F, Arelauno a. 



704, 20 octobre ^ 

Childebej't III, confirme les possessions et revenus de l'abbaye 
dans les diocèses de Beauvais, Amiens, Paris et Chartres. 

A. Original prétendu perdu. — B. Copie du xvi'' siècle, vers 1519 2^ Car- 
tulaire de Marcoussis, Bibl. de Rouen, ms. n» 1228, fol. 34 v^ (d'après A). 

1. Bréquigny et Pardessus (t. I, p. 133 ; t. II, p. 266) n'ont pas eu de peine 
à établir là fausseté de cet acte, mais ils n'ont pas cherché à déterminer la 
date de sa fabrication. Il ne paraît pas douteux qu'elle se place au 
xii^ siècle, et ait pour but d'obtenir la confirmation de Louis VII de 1177. 

2. Cette copie est de l'écriture du notaire Le Vage, à qui sont dues les 
collations des n^'^ 3, 4. D note que « Childeberti carta in solo hoc Cartul. 
de Marcoussy reperitur ». 



RECUEIL DES CHARTES 25 

— C. Copie de Mabillon, perdue (d'après B). — D. Extrait de dom 
xVnselme Le Michel, Bibl. Nat, ms. lat. 13820, fol. 138 v» (d'après B). 

a. Bréquigny, Diplomata, n° 258, p. 371. — a'. Pardessus, t. II, p. 266, 
n° 462 (d'après C). — h. Karl Pertz, Monumenta Germanise, Diplomata, 
p. 196, n"^ 82 des Spuria (d'après a, a'). 

[Le texte est établi d'après B.) 

In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Ego Hildebertus, 
Dei gratia Francorum rex, dono Deo eiusque sanctis apostolis Petro 
et Paulo, necnon piissimis confessoribus Wandregisilo, Ansberto, 
Wlfranno et Heremberto, ob honorem et reverenciam translationis 
predictorum sanctorum a donno et venerabili episcopo Baino, abbate 
illius cenobii Fontanellensis, nuper ibidem'* cenobio facte ^, et fratri- 
bus qui die noctuque eidem cenobio Fontanellae Deo famulantur, in 
puram et perpetuam elemosinam, videlicet in episcopatu Belvacensi : 
Revecuriam et ecclesiam cum décima et appendiciis suis ; cappellam 
de Faief; in Chiuerieriis '' sex hospites et partem decimarum ; Rouvillare 
et prata ac silvas. In episcopatu Ambiennensi : medietatem de Buxeio 
et terram unius carruce, et medietatem décime et tertiam partem 
décime de Dors ; apud Saliacum'' quamdam particulam terrae ; item in 
eadem dioecesi, in pago A^imacensi, Dareneyum et ecclesiam cum tota 
décima; Waucort et ecclesiam cum décima et hospitibus. In episco- 
patu Parisiensi : Alpicum et ecclesiam cum tota décima, et Visiniolum '^ 
acDemonium Vallem ^etdimidium; Viciniacasac decimam Villioliscor- 
tis ; et in Marolio census et decimam vinearum ; Marcouchies et eccle- 
siam cum décima et hospitibus ; liberum insuper transitum baccorum 
dicti cenobii, seu navium vina aut alia aliqua deferentium ad usum 
monachorum per Secanam ", ab omni consuetudine et exactione, in 
eundo et redeundo, quantum se extendit iustitia nostra. In episcopatu 
Garnotensi : Rodomum '' et ecclesiam cum tota décima, et census et 
comparacionem vinearum de monte Nivelonis, et très gordos abidem ' 
cum duabus sedibus molendinorum ac mansum sancti Mamini J cum 
aliqua parte decimarum ; ecclesiam de Rolleboise cum decimis ; Cali- 
furnum et ecclesiam cum decimis et duodecim mansos '^, dimidium Fran- 
cavillam et ecclesiam de Villetta cum tota décima, tam in molendinis 
quam in agris, et totum teodum Herlonis', et terram duorum bouum; 

a) eidem: correction de aa\ — b) facta aa'. — c) Chiiiericeriis aa'. — 
d) Valiacum aa'. — e) Ursiniolum aa'. — f) ad De... vallem aa'. — g) Veca- 
nam aa'. — h) Raedonium aa'. — i) ibidem : correction de aa'. — j) Martini 
aa\ — k) mansos et aa\ — /) Hulonis aa\ 



26 l'abbaye de saint-wandrtlle 

lerram de Orthmari villa, cappeliam iuxta Sitolium "\ quod dicitur Fon- 
tana Bertholdi, cum terra et hospitibus et terra de Durocampo ", et 
dimidiam terram de Boscocorti, et totam decimam ipsius villae. Et ut 
hoc donum nostrum seu largicio nostra futuris temporibus, Domino 
protegente, valleat inconvulsa permanere, manu propria subter lirmavi- 
mus et anulli nostri impressione roborari fecimus. 

Data xiiij*' kalendas Novembris. Anno regni nostri X, indictione 
secunda, feria secunda ^. 

Annodominicae incarnationis DCG^ÏIIJ'^p. 

m) stolium aa'. — n) Ducocanpo aa\ — o) 2 aa'). — p) Additionde la main 
de Le Vage. 



716, 25 mars. — Gompiègne. 

Chilperic //, à la prièî^e de Vabhé Bénigne, renouvelle les actes 
de son aïeul Clovis (//), de ses oncles Clôt aire {III) et 
Thierry [III), de son père Childéric (II), de ses parents Chil- 
debert (III) et Dagohert {III) ^ concédant la forêt de Jumièges à 
Vahhaye. Il confirme en outre les acquisitions de toute nature 
faites par celle-ci dans tous les points du territoire. 

A. Original perdu '. — /?. Vidimus de 1320 (?), perdu. — C. Copie du 
xv« s. dans le Car/M/at>e de Paris, fol. 9 v° (d'après 7^). — D. Copie du 
21 août 1519, par Le Vage, dans le Carlulaire de Marcoussis, Bibl, de 
la ville de Rouen, n» 1228, fol. 93 (d'après B)K — E. Copie du xvii« s., 
par Mabillon (d'après D), perdue. — F. Copie du xvii^ s., pour Gai- 
gnières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. d98 (d'après C). — G. Copie du xv!!*" s., 
par dom Anselme Le Michel, Bibl. Nat., ms. lat. 13820, fol. 137 v° 
(d'après B). 

1. Le notaire apostolique et tabellion Le Vage dit sa collation faite « in 
originali ». La comparaison avec les autres copies montre qu'il entendait 
par (( original » le vidimus (B). L'original existait encore, semble-t-il, au 
xiv*' siècle. Le Cartulaire de Rouen donne au fol. 321 recto un inventaire 
des anciennes pièces de l'abbaye. On y lit : « V^^ Carta : Chilperici régis qui 
confirmauit Benigno abbati omnes possessiones ac libertates monasterii 
S. Wand., maiorem eliam partem foreste Gemmeticensis, quam modo non 
obtinemus. Copia simul eiusdem carte. » Cette copie ne se retrouve pas 
plus que l'original. Le rédacteur du Cartulaire ajoute : « Require confirma- 
tionem huius carte in secunda parte, fol. ix° ». On ne sait ce qu'est deve- 
nue cette seconde partie ni en quoi elle consistait. 



RECUEIL DES CHARTES 27 

à. Historiens de France, t. IV, p. 693, n» 107 (d'après E). — b. Bréqui- 
gny, Diplomata, p. 4i0 (d'après B). — b\ Pardessus, Diplornata, t. Il, 
p. 307. — c. Karl Pertz, Monumenia Germaniae, Diplomata, p. 75, n° 85 
(d'après a, b, />'). 

Ind. : Bréquigny, Table chrono'l. des diplômes, t. I, p. 81. 

[Le texte est établi d'après C D G .) 

Ghilpericus rex Franc. ^, vir illustris. Decet clementia principale 
petitionibus sacerdotum quod pro oportunitatibus locis sanctorum per- 
tinet obaudire vel effectu ^ in Dei nomine mancipare. Ideoque venera- 
bilis vir Benignus '', abba de monasterio Fontanella, quod est in 
honore sancti Pétri et Pauli apostolorum ^, vel sancti Laurencii mar- 
tyris, infra diocesim '' Rothomag". super fluuium Secana^ constructum, 
ubi ipse aboa cum turma ^^ plurima monachorum sub sancta régula 
conuersare videntur, nobis suggessit eo quod, cum pro '' preceptioni- 
bus aui nostri Glodouei régis seu et auunculi nostri Glotarii et Theo- 
derici ' vel genitoris Ghilderici et parentum nostrorum Ghildeberti et 
Dagoberti, etiam pro quolibet strumento carlarum ad ipsum monaste- 
rium a quibuslibet rébus atque corporibus seu etiam forestam de Gem- 
metico, vel quod J aDeo ^ timentibus hominibus ibidem fuerit' adduc- 
tum "* vel conlatum et in antea adhuc " est emelioratum ° vel? dona- 
tum, per eorum auctoritates concessissent vel confirmassent. Unde et 
ipsas preceptiones suprascriptorum principum seu et alias ^ precep- 
tiones avunculi nostri Theoderici ' et ' parentum nostrorum Glodouei 
et Ghildeberti, quondam regum, qualiter hoc ibidem denuo concessis- 
sent p vel confirmassent vel totam ipsam forestam Gemmetic. ^ ad 
ipsum sanctum locum concessissent, nobis in presenti ^ ostendit rele- 
gendas ", et ipse hoc presenti tempore quieto ordine possidere vel 
dominare probatur. Sed pro intégra firmitate petiit memoralus abba 
celsitudinem nostram ut hoc circa ipsum locum sanctum'' per nostram 
plenius auctoritatem confîrmaremus. Guius petitionem '^' ita prestitisse 
vel confirmasse cognoscimus. Precipimus ^ ergo ut quicquid per 
preceptiones suprascriptorum principum seu confirmationes '^ vel vin- 
diciones, donationes, cessiones, commutationes, pactiones^, vel pro 

a) Francie F. — b) efîectui : correction de D, a. — c) Remigius F. — 
d) apostoli Z), — e) diocesis •/). — f) Sequanam a. — g) turba b, b\ — 
h) per D. — i) Theoderici F, a. — j) quœ a. — k) ad d. D. — l) fuerint D. 
— m) additum : correction de F et a. — n) et adhuc inantea D, a, b, b\ — 
o) melioratum F, b, b\ amelioratum a. — p) le passage uel... concessissent 
qui semble répéter ce qui précède a été omis par a. — q) alios F. — r) de 
F. — s) Gemetiam b, b\ — t) in présente D. — u) relegendam D. — y) sanc- 
tum locum D. — w) peticione D. — y) percipiente D. — ;;) confirmationis 
vel vendicionis, donationis, cessionis, commulationis, pactionis D. 



28 l'aBRAYE DE SAINT-WANDRILLE 

quolibet strumento ** cartarumde fisco nostro seu etiam l'orestam Gem- 
metic. ** vel a Deo'" timentibus hominibiis, in quibuslibet pagis, locis 
atque territoriis ad ipsum monasterium Fontanellam fuit*^ additum vel 
conlatum aut delegatum vel concessum et hoc presenti '' tempore ibi- 
dem iustum aut légale^ videtur esse possessum, ila et^ inantea sit '' 
per nostrum preceptum plenius in Dei noniine confirmatum. -J- * Ins- 
pectas ipsas preceptiones seu strumenta que exinde habent J confirma- 
mus *" et ' sicut per ipsas declaratur meinoratus Benignus abba seu suc- 
cessores sui aut ipsa congregatio qui "' in ipso monaslerio Fontanella 
per tempora conversaverinl, hoc habeant, teneanl alque possideant et 
ad ipsum sanctum locum nostris et futuris temporibus, Deo auxiliante, 
jure proprietario proficiat in augmentum. Et ut hec auctoritas firmior 
habeatur et in omnibus conservetur, manu nostra subler eam decre- 
vimus affirmare ". 

Ghilpericus rex subscripsit. 

Datum quod fecit mensis martius dies xxv., anno I.° regni nostri, 
Compendio. In Dei nomine. Fredeberlus p scripsit'i. 

a) strumenleF. — h) Gcmmetiam I)b\ Gemmetici a. — c) ad d. D. — d) fue- 
rit : correction de a. — e) présente D. — /) juste aut legaliter : correction 
marginale de a. — g) ita ut : correction de a. — h) sit omis par D. — i) cette 
croix doit être une addition de B suggérée par le mot confirmatum qui pré- 
cède ; seuls G et a ne signalent pas la croix. — /) hal)ere D. — k) adfirma- 
tum D. — /) et omis par D. — m) que : correction de D et F. — n) C laisse 
un blane entre affirmare et Ghilpericus, D insère une sorte de monogramme 
— o) primo, C, D, h, b\ — ■ p) Chrodebercthus : restitution de a. — q) un 
blanc après scripsit dans (l. Le Vage [D) note » vng parafîe », c.-à-d. une 
imitation de la ruche. 



815, 26 octobre. — Nimèg-ue. 

Louis le Pieux^ à la prière de Vabhé Thrasarius^ renouvelle le 
diplôme d'immunité concédé à l'abbaye par CharlemagneK 

A. Original perdu ^. — B. Copie du xii*^ siècle (fragment) dans le Chro- 

i. L'acte de Charlemagne est perdu. Le présent diplôme a été étudié par 
Th. Sickel, Beitràge... dans les Sitzunsberichte de l'Académie de Vienne, 
Série historico-philologique, vol. XLVII, p. 252 et vol. XLIX, p. 35"). Miihl- 
bacher [loc. cit.) ne croit pas qu'il ait été l'objet d'une interpolation. 

2. L'original existait encore au xiv*^ siècle. Le Cartulaire de Rouen le 
signale au fol. 321 recto : u III* [Carta] : Confirmatio Hludouici impera- 
toris de possessionibus, priuilegiis, libcrtatibus, quibus multa addidit et 
donauit, quam concessit Trasario abbatis {sic), anno secundo imperii sui, 



RECUEIL DES CHARTES 29 

nicon Fontanellense maj'us. Bibliothèque du Havre, n** 332, fol. 275 ^. — 
C. Vidiinus de Philippe V, de novembre 1319, perdu. — D. Copie du xv^ s. 
dans le Cartulaire de Paris, fol. 10 v° (d'après C). — £^. Copie du 21 août 1519, 
par Le Vage, dans le Cartul. de Marcoussis, Bibl. de la ville de Rouen, 
n° 1228, fol. 93 v° (d'après A ou C )^. — F. Copie (abrégée) du xvii*^ s. , par 
dom Anselme Le Michel, Bibl. Nat., ms. lat. 13820, fol. 138 v" (d'après un 
vidimus). — G. Copie du xvii*^ s. pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 
5425, p. 201 (d'après D). 

a. Martène, Amplis. Côllectio, t. I, p. 61 « ex ms. Fontan. » (£"). — b. His- 
toriens de France, t. VI, p. 482 (d'après a). — c) Migne, Patrol. lat., t. CIV, 
col. 1025 (d'après 7j). 

Ind. : Bréquigny, Table des diplômes, t. I, p. 151. — Bôhmer-Miihlbacher, 
Regest., n» 574, 2« éd., n» 594. 

[Le texte est établi d'après BD E.) 

In nomine Dei et saluatoris nostri Jesu Christi. Ludouicus diuina 
ordinante prouidentia imperator augustus. Cum petitionibus seruorum 
Dei justis et rationabilibus diuini cultus amore fauemus, superna nos 
gratia muniri non diffidimus. Ideo * istud sit notum omnibus fîdelibus 
nostris, tam presentibus quam futuris, seu etiam successoribus nos- 
tris, fîdelibus sancte Dei ecclesie, quia ^ vir venerabilis Thrasarius '', 
abba ex monasterio quod vocatur Fontanella, quod est constructum 
in honore beatorum apostolorum Pétri et Pauli vel ceterorum sancto- 
rum, detulit obtutibus nostris immunitatem domni et genitoris nostri 
Karoli*^, bone memorie piissimi augusti, in qua erat insertum qualiter 
ipse et antecessores eius, reges videlicet Francorum, prefatum monas- 
terium, propter diuinum amorem tranquillitatemque fratrum ibidem 
consistentium, semper sub plenissima defensione "^ et immunitatis tui- 
tione habuissent. Ob firmitatem tamen rei postulavit nobis predictus 
Thrasarius abba ut eandem auctoritatem, ob amorem Dei et reveren- 
tiam ipsius sancti loci nostra confirmaremus auctoritate. Guius peti- 
tioni libenter adquieuimus et ita in omnibus concessimus atque per 
hoc preceptum nostrum confirmauimus. Precipientes ergo jubemus ut 

a) immo G. — h) quod Ea. — c) Trasarius Ea. — d) Caroli a. — e) deffen- 
sione E. 

indictione viij. » Le rédacteur ajoute, d'une encre plus pâle: « Require in 
secunda parte fol. x» et xj° confirmationem hujus carte ». On ne sait ce 
qu'est cette seconde partie. Voy. p. 26, note 1. 

1. M. E. Millot, conservateur de la Bibliothèque du Havre, à l'obligeance 
duquel je dois une copie de B, note à partir du monogramme une imitation 
de l'écriture carolingienne. 

2. « Collatio facta est in originali », écrit E ; mais ce qu'il appell3 « l'ori- 
ginal » peut être le vidimus de 1319. Cf. plus haut p. 26, note 1. 



30 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

nullus judex publicus nec quislibet ex judiciaria potestate ^ in eccle- 
sias aut loca vel agros seu reliquas ^ possessiones memorati monas- 
lerii, quod moderno tempore infra ditionem" imperii noslri juste et 
rationabililer possidet vel ea que deinceps in jure ipsius loci voluerit 
diuina pietas augeri, ad causas audiendas vel l'reda aut tributa '' exi- 
genda vel mansiones aut paradas faciendas, aut lideiussores toUendos 
aut homines eiusdem monasterii, tam ingenuos quam seruos, super 
terramipsius commanentes, iniustedistringendos ^^nec ullas redditiones 
aut illicitas occasiones requirendas aut J ponlaticos exigendos aut the- 
lonea ^ accipienda aut rotaticos ^ in quibuslibet locis, ciuitatibus ac 
forisJ, nostris et futuris temporibus ingredi audeat, vel ea que supra 
memorata sunt penitus exigere présumât, sed liceat memorato abbati 
suisque '" successoribus res predicti monasterii sub immunitatis 
nostre deffensione '' quieto ordine possidere, et quicquid exinde fiscus 
noster " exigere poteritetiam, nos*' pro eterna remuneratione predicto 
monasterio concessimus, ut in alimonia pauperum et stipendia mona- 
chorum ibidem Deo famulantium '' perpetuis temporibus proficiat in 
augmentum 't, quatenus ipsos séruos Dei qui ibidem famulantur pro 
nobis et coniuge proleque nostra atque stabilitate totius imperii a Deo 
nobis concessi atque conservandi jugiter diuinam misericordiam exo- 
rare delectet. Et ut bec auctoritas nostris • futurisque temporibus, 
Domino protegente, valeat inconuulsa manere, manu ^ propria subter. 
fîrmauimus et anuli * nostri impressione signari jussimus. 

Signum [Monogr.) " Hludouici serenissimi imperatoris. 

Durandus diaconus ad vicem Helizachar^' recognoui. 

Data vn. kal. nouembris, anno Ghristo propicio secundo imperii 
domni Hludouici piissimi augusti, indictione ^^ nona* Actum Niumaga 
palatio regio. In Dei nomine. Féliciter. Amen. 

f) potestate aut loca vel agros in ecclesias seu reliquas Ea. — g) dic- 
tionem D. — h) tribuda E . — i) distrigendos £", distringindos a. — j) aut 
pontaticos... îov'\s ajouté par B après signari jussimus. — k) telonea Ba. 
— /) rotatiquos E. — m) le texte de B commence à ce mot. — n) noster par 
conjecture : regius G ; omis par BE. — o) nos omis par E . — p) famula- 
tum D. — q) augmentis BE. — r) nostra Ea. — s) manque G. — t) anulli £, 
annulli D. — u) reproduit dans B ; un blanc entre signum et Hludouici dans 
DE. — v) Helisachar B. — w) indicione E. 



RECUEIL DES CHARTES 31 

5 

8S4, 21 mars '. — Ouierzy '^. 

Charles le Chauve^ à la prière de son cousin Louis "^, ahhé de Saint- 
Wandrille, confirme V affectation aux religieux de ce monas- 
tère des domaines^ dont suit la liste, opérée par le susdit ahhé 
dans le but d'éviter aux moines dans l avenir le retour des maux 
que leur avait faitsuhir l incurie ou l avarice des ahhés et de leur 
offrir un refuge en cas d incursion des païens '. — Sont affectés 
au luminaire, au vin [de la messe^) et au saint sacrifice: Bloville^' 
et Martone, les manses du port de Quentoivic, Cropiacum. Umli- 
nium, le manse Bouvigny, le Bois-Auhert, Ginerarias, Colni- 
tium, un manse à Fontaines, ufi manse à Ahriacum, une « aire » 
à Rouen, à Rippa 6* courtils avec un moulin « medianus » et 
les manses du clerc Dieudonné, Nojon avec 8 palefrois. — 
Pour le vêtement, la nourriture, la hoisson et autres nécessités 
des moines, ainsi c/ue pour la réception des hôtes et des pèle- 
rins, sont affectés : à Appuliacum ^4 ?nanses, /e mansionile 
Leuthogegias avec les quatre j)lus grands champs et, en forêt, 
tout ce qui ressortit du monastère en deçà de la Seine, le maii- 
sionile Bothmeregias avec sa forêt, Gisimnacas, Trunciduni, 

1. Le 21 mars de la 1 i*" année du règne lomhe en 854, l'indiction 1 cor- 
respond à 8o3. Il y a donc discordance entre les éléments de la date. 
L'année du règ-ne, en règle générale, doit être préférée à Tindiction que la 
chancellerie de ("harles le Chauve calculait presque toujours fort mal. Le 
texte de B porte « an {'^ », mais ce doit être une correction pour accorder 
Lan du règne et rindiction. 

2. Quierzy-sur-Oise (Aisne, arr. Luon, cant. (loucy), car Purisiaco offert 
par B esl, à coup sûr, une mauvaise leçon. 

;L Louis, abbé de Saint-Denis, archichancelier, fils de Rorgon du Maine, 
petit-fils de (Uiarlemagne par sa mère Rotrude. 

4. Les dispositions suivantes modifient de fond en comj^le la Constilutio 
de Labbé Ansegisus (823-833) qui régissait le monastère. Cette Conslitulio 
sera réimprimée dans noire édition des (resta ahhatum Fontanellensiuni. 

5. Tel me semble être ici le sens de viaticuni et d'ohlationes. 

G. Bladulfi-villa, lieu-dit de la com. de Bois-Jean (Pas-de-Calais, arr. de 
Montreuil, cant. Campagne-lès-Hesdiu ). La version falsifiée remplace Bla- 
dulfi-villa et Martona, par (Jaliduni-beccuni, Caudebec (Seine-Liférieure, 
arr. Yvelot) (( en son entier avec toutes ses dépendances, les eaux, le port, 
les <( pilages » ('droit sur les navires ({ui accostent), coutumes et travers » et 
Calciacum, c.-h-d . ("haussy i Seine-el-Oise") avec l'intégrité de l'église etdu 
domaine i^ic: dominalus) de saint Ansl)ert. 



32 l'ai?PAYF: de SAl^T-^yA^DRrLLE 

Maris, la vigne Saint-Amand^ Stritellum sancti Siephani, 
loviliiios, Ilamelionem, Bantanc, Cisteriia lenticulosa, un 
autre Truncidum, Macerias, Ermol^egias, Gliisonis monteni, 
dans le port de l'abbai/e ^J,i courtils, \Matmone, l^ubalicapti- 
vam, Saâne, Ruiicarias, Margni/, Gruchet^ Dun^ (iueures, 
Gressus, Maris, Irciiim, Pierrepont, Hosdemj, Chuiynolles, 
Meram, Crunas, Golancourt, Vismes, Valdonis Vallem, Sedil- 
lain, PonthoileSy avec des « aires » ,7 Rouen, Gvmanevillam, 
Villamnovam, Behets, Fontenay [en Vexin) avec Chaussy . Le 
Pecq avec ses dépendances, cest à savoir: le Vésinet, Voisins, 
Mareil. Courhevoie, une « aire » à Paris, Buisson avec une 
vigne à Marcoussis, Outreau et Turhinglieni avec leur petite 
annexe, Laiim. — Le roi interdit aux futurs abbés de s'aj)pro- 
prier les domaines susdits, d'en c/ianger la destination, de les 
donner en bénéfice, d'exiger (des cultivateurs) de ces domaines 
de faire la moisson ou de faucher les prés [sur sa mense propre), 
de se faire livrer des palefrois, de prendre le droit de gîte — 
sauf le cas de force majeure ; les volailles dues [aux moines) 
entre Piujues et Noël, selon ranfi(/ue coutume, continueront 
dêtre fournies par les domaines de l'abbé, quils soient 
exploités directement ou donnés en bénéfice. Le susdit règle- 
ment a été fait pour 70 moines ; et il est interdit aux abbés 
d'en diminuer le nombre, mais ils pourront l'augmenter 
à condition d'accroître les ressources des religieux. 

A. Original perdu *. ^ B. Copie du xiv^ s., Archives de la Seine-Infé- 
rieure, série //non cotée d'après .1). — (l. (]opie falsifiée du xi*'-xhi'' s., 
connue par un vidiuius de Philippe V de novembre 1319 (perdu ?). — 

D. Copie du xv« s. dans le Cartiilaire de Paris, fol. 10 (d'après C). — 

E. Copie du xvii'= s. pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lai. 542;), fol. 199 
(d'après D. — F. Copie du xvii'' s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. 
Baluze, vol. 54, fol. 515 (sans ind, de source, d'après D ?). — (t. Extrait du 
XVII"' s., par dom Anselme Le Michel, Bibl. Xat., ms. lat. 13820, fol. 139 

1 . Il existait encore au xiv'- siècle. 11 est signalé, ainsi que la copie B, dans 
le Gartulaire de RoueiT. On y lit au fol. 321 recto : « Prima Carta : Karoli 
régis, <lata Hludouico abbati Fontinellensi de confirmatione possessionum 
suarum, de (juibus non obtinemus decimam [la dixième partiel. Ipse autem 
abbas erat consanguineus S. Wand. et eiusdem régis consobrinus. Copia 
insimul eiusdem carte de noua scrijUura. » (Sans doute B). D'une encre 
plus pâle le rédacteur du Cartulaire a ajouté « re(|uire in secunda parle 
fol. x° conlirmationem dicte carte ». 



RECiUEtL DES CHARTES 38 

r° d'après B et C). — //. Copie du xvrri'^' s., Bibl. Nat., coll. Moreau, 
vol. I, fol. 214 (d'après B, avec des corrcîclious d'après C ou D). 

a. Mabillon, Annalex Benedictini, t. III, p. 665 « ex chartario Fontauel- 

lensi », à 8o."K — />. Historiens de France, t. VIII, p. 522, n" 511, d'après .i 

à 853. 

Ind. : Georgisch, t. I, 114, à 853. — Du Moustier, Nfusfria pia, p. 161. — 

Bréquiguy, Table chronol. des diplô/ws, p. 235, à 853. — Bohmer, u° 1634, 

à 853. 

[Le texte est f^tabli d'après B, suppléé au moyen de H partout où Vécriture de 
B est devenue illisible. En note on a, sauf de rares exceptions^ rejeté le texte 
de D, Dans Vénumération des noms de lieu on trouvera sous les lettres X 
et Z des variantes empruntées aux Gesta abi). Fontanell. et à la Consti- 
tulio Ansegisi.) 

In nomine sancte '* et indiuidue Trinitatis. Karolus gratia Dei rex. 
Si ea que fidèles reg-iii nostri pro statu et utilitate ecclesiarum in locis 
sibi commissis slatuerint nostris conlirmamus edictis, hoc nobis procul 
dubio ad elernani '' beatitudinem et totius "^ regni a Deo nobis com- 
missi '^ tutelam mansuruni esse credimus et retributorem Dominum '^ 
exinde in futuro habere conlidimus. Igitur notum sit omnibus fide- 
libus sanctae Dei ecclesie ac nostris, presentibus scilicet et futuris, 
quia vir venerabilis Hludowicus, consobrinus videlicet noster et abba 
monasterii quod vocatur Fontinella ', ubi pretiosi confessores Ghristi 
Wandregisillus, Ansbertus atque Wlfrannus corpore requiescunt, 
nostre suggessit celsitudini quod, j)ro Dei amore et futuro eiusdem con- 
gregationis ^ cauendo periculo, ne aliqua successorum suorum negli- 
gentia aut parcitate ordo in ea monasticus futuris temporibus pertur- 
baretur, sicut preteritis '' temporibus manifestum est contigisse, siue 
propter incursionem gentilium, ut refugium ibidem habere quiuissent, 
quasdam villas specialiter eorum' necessitatibus Jeseruiendas consti- 
tuisset aut delegasset, quatinus ' nulla occasione nec reipublice serui- 
cio quisquam ex successoribus suis impedimentum illis inferre potuis- 
set, pro quo a via rectitudinis et obseruatione ^ regulari eos oberrare 
necGsse foret, sed, deputatis sibi rébus et stipendiis contenti absque 
necess'tate et inopia regularem normam tenere et sine preuaricatione, 
quauUim humana sinit fragilitas, obseruare quiuissent. llnde humili- 
ter potiit' celsitudinem ut pro rei '" lirmitate super constitutione " sua 

a) sanctae partout dans D. — b) aeteruani F). — c) tocius D. — d) com- 
uiissi omis par B. — e) Deutn D. — f] Foiitaiiella D. — (/) congregacio- 
nis D. — h) praetoi'itis D. — ■ i) iu B. — /') quiteiius D. — k) obserua- 
ciono D. — / pe^iit D. — m) uri B, corri /' ci rei par H. — n) coustilu- 
cione D. 

L'Abbave de Saint- Wa.vdrille. 3 



34 l'aBRAVK Dt: S.MM-\VAM)KIM.K 

auctorilalis iioslrae praeceplnni pio diiiiiio iiiliiiUi cl ipsoriini sancto- 
riim reuerentia iieri juberoiiuis, pcr (juod iiiaiilea slabilis el inuiolala 
pernianeret. Nos vero pelilioiii illiiis, quia iiecessai-ia cral eL ralionabi- 
lis, aurem accommodanles veluti posLiilaverat Iieri adiudicauinius. Qua- 
propler statuimus atque juhenuis secunduni quod in illiiis ordinatione 
conlinctur, ut ad ecclesie luniinaria conciiinanda et viaticuui ac obla- 
tiones isLas res liabeaut coiicessas alque iiubdlas, id est" : Bladulliuil- 
lam cum Martona el omnibus appendiciis ad eam pertinentibus, cum 
niansis in porlu \\'iscus, Gropiacuni, Umliniuni, Bouiniacuni nian- 
suni, Autberti siUiam, Ginerarias, Cohiitium, in P'ontanis manselluni 
unum, in Abriaco mansellum unum, in Rolhonia^o '' areani iinam, in 
Rippa eiusque'i appendiciis cortilia se.v cum mediano molendino el 
mansellis Deodali clerici, necnon Xouiomo^ cum paraueredis \'1III. 
Ad \ eslimenla eliam '^ et victum et potum vel omnes fratrum nécessi- 
tâtes, secundum regularem inslilulionem procurandas, el hospilum ac 
peregrinorum suscepliones exhibendas,concedimus ac conlirmamus illis 
casdem villas quas ipse per suam concessionem cis visus est condo- 
nasse, id est : in Appuliaco hiiansos XXIIII'^'. mansionile Leuthog'egias 
cum quatuor maioribus campis et de silva quidquid" a parte meri- 
diana cis Sequanam juris est eiusdem monasterii, ilcm mansionilc 
l^othmeregias ^ cum silua sua, Gisimnacas^ Truncidum, Maris, vallem 
sancli Amantii cum vinea sua, Stritellem > sancti Stephani, louilinos "-, 
Ilamelionem, Bantane'*, Gistellem lenticulosam *', item Truncidum, 
Macerias, Ermolgegias, Ghisonis montem '", in porlu ^' eiusdem monas- 
terii et eius appendiciis cortilles '" XXIII., Wlatmone cum mansis \ II '^, 
Bubalicaptiuam ^, Sedannam, Huncarias '', Madriniacum, (xericiagas ' 
cum omni inteorilate et omnibus appendiciis suis, Dunum ', (ieram, 
cum appendiciis earum, Gressus, Maris, Ircium "^ cum omnibus 
appendiciis suis, Pelreumpontem cum suis omnibus appendiciis, 
riosding^um ' cum appenditiola sua, Guuioniolo '", Meram, Grunas" 

o) Calidum beccum cum integritate ac omnibus appendiciis ad eam })or- 
tinen., cum aquis et porto, pilagiis, consuetudinibus ac transverso, Auberli 
silvam, Calciacum cum integritate ecclesie el dominatu Sancti Ansberli 
ac mansellos in (Ratumago) D. — p) Ratnmago D. — q) eius cum B. — 
/') Noviomo onÙ8 par D. — s) eciam D. — /) Apuliaco, D Z, Apoliaco A' 
c. 10, — u) quicquid D . — v) Bottimariacas A', c. 1, ,s ^h Bolhmeregus Z . — 
x) Ginsimacas D, Gisimacas Z. — y) strutellumZ), strolella Z. — :;) lomti- 
nis D. — a) Bancane D, BanlaneZ. — />) cisternas, lenticulosa Z. — c)Ghi- 
somsimontem D. — r/) porto D. — e] cortiles D. — f) viiij D. — <j ) Bubu- 
locaptiva Z. — h) Runquarias Z), Rumquarias A, c. 10. — i) Gerisiagas D, 
Gariciagas Z. — /) Dinuum D. — A) Yrcium B, Ircium, Ilirtium Z. — 
/) Ilordingum I), Ilosdinium .Y, c. 10. — ui] Cuniniolo D, Caicunioli A', 
c. \0. — fi Merunicianas D. 



RECUEIL DES CFIARTES 35 

cum omnibus appendiciis suis, Gotleamcurtem et Viminam, Wal- 
donisvallem, Sedillam, Ponticulos, cum areis in Rothomago °, Cyma- 
neuillam p, Villamnouam, Rosbacium 'i, F'ontanidum cum Galcido '', 
Alpicum cum omni integritate et appendiciis suis, id est Visiniolo % 
Vilcedono, Maroilo \ Gurvavia, et area in Parisio, Bucionem " cum 
vineola in Marconcincto '', Walbodingam ^ et Turbodingam ^ villas 
cum appendiciola earum Laum -. — Has ergo villas cum appendiciis, 
redditibus, vel mancipiis suis ^ sive cum omnibus quae per precarias ^ 
aut per bénéficia exinde homines retinent, ut post eorum discessum ad 
usus fratrum et stipendia memorata revertantur, fratribus ipsius con- 
gregationis ad générales eorum nécessitâtes, regali auctoritate et indul- 
gentia *^, per hoc preceptum confirmationis nostrae, sicut praedictus 
abba in sua statuit constitutione, stabili '^ jure eis concedimus ac con- 
firmamus, praecipientes ne ullus *^ abbatum per successiones quod salu- 
bri.egit consilio etnostro roboratum est edicto ^ subtrahere vel minuere 
audeat, aut ad usus suos ea " retorqueat, vel alicui quidam " inde in 
beneficium tribuat, sed neque seruitia ex eis exactet* neque in messi- 
bus aut pratis coUigendisJ neque paraueredos ^ aut uUas in aliqua re 
exactiones aut mansionaticos inde exigat absque ineuitabili necessi- 
tate ; volatilia autem inter Pascha et Natalem Domini de villis domi- 
nicatis ipsius abbatis, sicut a longo tempore mos fuit, siue indomini- 
catae ^ siue in beneficium '" donate fuerint, cum integritate dari consti- 
tuimus uc confirmamus. Suprascripta autem ad septuaginta mona 
chorum numerum sunt ordinata, ex quo nil cuiquam abbatum licebit 
unquam " subtrahere ; augere vero qui forte voluerit ", multiplicatis 
ad usum eorum opibusP, accumulet et servitii 'i diuini cultores. Et ut 
hec auctoritas, quam ob Dei amorem et anime nostrae remedium sta- 
tuimus, firmiorem obtineat vigorem et deinceps inconuulsa valeat per- 
durare, manus nostrae subscriptione subterfirmauimus et de anuli 
nostri impressione adsignari jussimus. 

Signum [monogramme) Karoli gloriosissimi régis. 
Gislebertus notarius ad vicem ^ Ludouici recognovit^ [et subscripsit]. 

o) Ratumago D). — p) Cinune villam D. — q) Robacium B. — r) Caloido 
B. — s) Visiniolo omis par B. — t) Maroilo omis par D. — u) Bucionam 
D. — v) Murtinato B. — x) Walbodingum 5, Wallodingam D, Walbodin- 
ghem Mirac. s. Wandreg., c. 16. — y) Estargingum B, Turhilugam D, Tur- 
bodinghem, Mirac. s. Wandreg., c. 16. — z) Laom D. — a) suis omis 
par B, rétabli par G. — b) praecarias D. — c) indulgencia D. — d) statuit 
D. — e) ut nullus D. — /") édite D. — g) ea omis par B. — h) quidam omis 
par B. — i) exauctet B. — J) coligendis D. — k) paraveredis B. — /) in 
dominicatu B. — m) beneficio B. — n) umquam D. — o) \ oluerint B. — • 
p) opipibus {sic) B. — 7^) servicii D. — r) advicerius [sic) B. — s) régis 
noviter {sic) B. 



l]i) L\\in{AVK DE SAINT- WANDIULLK 

Data XU. Kl. api'ilis ' aiuio XIlll. ", inclictione I., régnante Karolo 
gloriosissimo rege. Actum in Carisiaco "■' palacio regio. In Dei noniine. 
Féliciter. Amen. 

t) data xir. Kl. aprilis illisiLlo aujourdliui dann B, rétabli grâce à GetD. 
— u) xiij 7?. — ?:>) Parisiaco B. 



882, 25 novembre ^ — Albini. 

Nithard, sa femme Todehiidis et son fils Nithard, font donation 

d'un court il de la contenance de SO perches sis à Ramcha- 

rias. 

A. Original perdu. — Z^. Copie du xiv*' s., dans le Carlulairc de Rouen, 
fol. 314 recto, n° 2 (parmi les Veteres chartae). 

Ej^o in Dei noniine Nithardus et uxor mea Todeluidis, necnon lilius 
meus Nithardus, cogitantes casum humane iVagilitatis, quia unicuique 
hominum suus ins^at interitus, ut in die nostre resolutionis cum sanc- 
tis mereamur Iiabere partem in resurrectione ultima, deliberavimus 
ex-' nostris dare ac contradere ad monasterium Fontanelle^ ubi domi- 
nus noster sanctus Wandregisilus, cuius sumus famuli, venerabiliter 
humatus dinoscitur, cortilem unum habens in circuitu perticas plus 
minus triginta, in page '', in loco qui dicitur Ramcharias, tradidimus 
atque transfundimus, ea videlicet ralione ut quicquid inde pars pre 
dicti monasterii Fontanellensis facere voluerit libero in omnibus per- 
fruatur arbitrio faciendi. Si vero, quod facturum minime credimus, 
(n)ullus extitit propinquorum aut^' parentum nostrorum seu alienorum 
qui contra hanc nostre deliberationis traditionem venire aut eam infrin- 
gere temptaverit, cui litem intulerit solidos triginta multo componat 
una cum distringente fisco, et quod répétât nichil evindicet, sed hec 
presens deliberacio nostra firma et stabilis permaneat cum stipula- 
tione subnixa. Actum Albini, anno primo régnante Karolo magno 
glorioso rege, vu. Kl. decembris, Indictione X\'. 

Signum Erohensidis sacerdotis qui hanc traditionem fecit -[-, ac- 
quiescente Nithardo f, Signum Todehudis que hanc donationem fîeri 

a) ais ms. — h) le nom du pagus a été omis dans la transcription. — c) ad J7is. 

1, Le souverain est certainement Garloman, roi depuis le 10 avril 879, 
mais en Aquitaine et en Bourgogne. Le règne doit être compté à partir du 
5 août 882, date à laquelle Garloman succéda dans tout le royaume de 
France à son frère Louis IIL L'indiction (15) convient à 882. 



RECUEIL DES CHARTES 37 

et firmari rogauit f , Signum Nithardi fîlius ipsius qui hanc donatio- 
nem fieri et fîrmare rogauit f, Signum (sic) f, Signum Reinboldi -j-, 
Signum Anselmi. 



1024, 7 avril. — Rouen. 

Dreux, comte de Vexin, ayant égard aux mérites de Vabbé Gérard, 
restitue avec V assentiment de ses vassaux, la villa de Chaussy- 
en-Vexin, propriété de saint Ansbert ^, moyennant 1^248 deniers 
qui font 104 sous. 

A. Original perdu. — B. Copie du xv'^ s., Cartulaire de Paris, fol. 26 
recto. — C. Copie du xvii*^ s., par André Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Ba- 
luze vol. 58, fol. Ooreclo (sans ind. de source : d'après B). — D. Copie du 
XVIII*' s., par dom Grenier, Bibl. Nat., Coll. de Picardie, vol. 111, fol. 206, 
(d'après un <( Cartul. de l'abb. de S. Wandrille », différent de B). 

{Le texte d'après B D.) 

Orthodoxis omnibus catholiceque fidei '^ cultoribus Droco, diuine 
nulu pietatis comes Wilcassianensium, patrie vite et prosperitatis eteren 
salubre munus hoc legendo et audiendo recitantibus. Omni in exordio 
rerum nominis (?) noticia rationabilitatis ^ discernera creaturarum com- 
munia diuersitatis, speciali autem modo continet intelligere distanciam 
humane nature a ceteris ; et quoniam in ulriusque documenta tes- 
tamenti diuine dispositio prouidencie humani generis naturam tante 
excellencie *■ praeordinat esse ut pre ceteris animantibus bec habeat ei 
obedire, ab eius tramite hanc eandem minime oporteat discedere. 
Hoc igitur obedientie*^ considerato génère, quicumque pigritatur iner- 
tia ^ sui negligencie matrem nostram sanctam Dei ecclesiam secundum 
facultatem gratiarum^ suarum diligere et honorare illi pronunciabitur : 
a Noliiisli henediclionis saluteni, anguslie autem lues tribulationeni. » 
Quam sententiam non solum modo usquè, sed eciam in naturae con- 
templatus prauis ab usurpationibus ereptam, acutiori curiositate in 
summi boni opéra nec" volui conferre. Petente itaque concione beati 
Pétri cenobii a '' sancto ^^^andregisilo' in Normannorum prouincia pri- 

a) omnibusque fidei D. — b) et utilitatis D. — c) tanta excellentia D. — 
(/) obedientia D. — e) inertis D. — f) gaiarum B C. — g) me D. — h) et D. 
— i) sancti Wandregisili D. 

1. Saint Ansbert est né à Cliaussy (Calcegio) qui était son patrimoine. 
Voy. Vita Ansherti episcopi Botomagensis, éd. W. Levison dans les Monu- 
me/ita Ger/naniœ, Scriptores rerum Merovingicarum, t. V, p. 619, 



38 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

dem coiidiLi, in vico quiscilicet FontinellaJ nuncupatur, et eiusdem loci 
abbatis domni Gerardi meritis, villam supradicti sancti que Calceatus 
in Wlcassino nomine fertur, absolutam et liberam cunctis debitis ad 
ministerium mei comitatus, meorum centurionum ministerialiumque 
mihi ^ subditorum pertinentibus \ videlicet mille ducentorumque qua- 
draginta octo nummorum pecunia ob '"id accepta, id est solidis centum 
et quatuor sumptis", reddidi. Hoc i^itur fauore auctoritateque non 
solum amicorum, sed et insuper démentis litterarum notificariposteris 
volens, anno M. vicesimo quarto ° dominice incarnationis, mense apri- 
lis, septimo P idus, luna XVI., decreui Rothomag-i urbis cum ceteris 
lidelibus meis. Quod si quis in Galceacorum 'i tellurem ad supradictam 
Fontanellam pertinentem et ad eundem Fontanelle locum a beato 
Ansberto proprium alodium olim traditam, inuadere aut usurpare sibi 
aliquid presumpserit, milies ducentis et quadragies octies ductum 
persoluat aut satisfactionem ' eiusdem loci fratribus concédât. Si quis 
vero auidus, auaricie modis incensus, resistere et contradicere huic 
ambierit sentencie, publici reus erit iudicii, ire et maledictioni subia- 
cens Christi. Hec ideo scribi iussi, astantibus et auctorizantibus pre- 
cipuis viris^ cum subiacenli signo crucis, scilicet me Drocone comité, 
Gerardoabbate, Samsone, Hugone, Roberto, Ado \ Fudone, Roberto, 
Huberto, Wastione", Montberto, Laurencio, Odo, Roscelinus, Wal- 
terus presbyter, Rosselinus diaconus, Rog'elmus ^ clericus, Geroldus 
presbyter, Bernerius episcopus*, Drogo clericus, Fulco diaconus, uf 
iniqua^ agere cupientibusin testimonium etjusticiam Dei retinentibus 
sint in exemplum. 

/) Fontanella D. — A:) michi D. — /) partinentibus B, partlentibus C. — 
m) ab D. — n) susceptis D. — o) MXXIIII C, MXXIII D. — p) VII D. — q) 
Caceatorum D. — r) sattifactionem B. — a) meis D. — /) Ado omis par D. 
— u) Vascione C D. — v) Rogelinus CD. — x) et D. — y) unquam B. 

8 

Vers 1024 -'. 

Dreux j comte de Vexln, fait remise du droit de travers sur le 

vin au passage de Mantes. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
Arch. dép. de la Seine-Inférieure, Rouen, série II. — G. Copie du xiv^ s., 

1. Il n'y a point d'évêque de ce nom en Normandie à cette date. Nous 
sommes en présence d'un surnom ou d'une erreur de transcription. 

2. Dreux, comte de Vexin depuis 1024- environ, mort à Nicée à la fin de 
juin 103o, avec son ami et suzerain, Robert, duc de Normandie. 



RECUEIL DES CHARTES 39 

Cartul. de Rouen, fol. 330 (et dernier), v°. — D. Copie du xv^ s., Cartul. 
de Paris, fol. 32 recto. — E. Copie du xyii^ s., par André Duchesne, Bibl. 
Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 94 recto. 

[Nous reproduisons B.) 

Fax ubique omnibus ahec elementa legentibus. Cum non immerito 
in impossibile constet haberi mortales ut premiis donentur immorta- 
liouspromereri, eis tamen quos Pater aeternus sibi gratis dignatus est 
adoptare, gratuita pietate impendit quibusdam fîdei vestigiis tanquam 
propriis meritis ad caelestia peruenire, quorum ut ex multis suffî- 
ciant pauca, hoc unum est memoriae concedendum quod ostenditur 
inter cetera « facile, inquiens, vobis ainicos de mammona iniquitatis ut 
cum defecerilis recipiant vos in aeterna iahernacula ' ». Guius sentencie 
memor, ego Drogo, nulu solummodo omnium creatoris comes, inter 
alia quamlibet parua que pro anime mee solucione omnipotenti Deo 
sanctisque eius obtuli uel ofïerre desidero, almo Petro, apostolorum 
principi, necnon piissimo confessori quondam fundatori Fontanellensis 
coenobii Wandreg. et ipsius predicti loci abbati monachisque eius 
jure perpetuo hoc confero munus : quatinus, pro pecunia ab eis aliqua 
accepta, maximeque pro defensione hostium meorum uisibilium atque 
inuisibilium, eorum vina seu alia aliqua omnia ad se pertinentia per 
castrum Medantum absque ullo debito finetenus transeant libéra. 
Quod si quis meorum succedentium, proximorum siue externorum 
refellere studuerit inuidus uel sibi usurpare, auaricie telis transfixus, 
et iusto Dei iudicio omnino priuetur transeuntibus bonis nec valeat 
inhibere mansuris. Quam cartulam manu mea confirmo et auctorizo 
sub horum testium testimonio : \ S. Drogonis com., S. Rodulfî, S. 
Adhe clerici, S. Geroldi clerici, Heruei clerici, Aduentus clerici, 
Roscelini clerici, Vuerini clerici, Fulconis clerici, Walteri, Ascelini 
clerici, Sansonis laici, Sauuali laici, Segeberti laici, Letvini, Addonis, 
Walteri, Fulberti, Hugonis, Huberti prepositi, Widonis, VVidonis 
alii, Huberti Genscelmi. S. -j Rodulfi com. ^, Willelmi, Wlfranni, 
S. Maginardi clerici, S. Wascelmi clerici, S, Geraldi clerici, Rosce- 
lini, Godelini, S. luonis laici, S. Roberti laici, Rodulfî, alii Rodulfi, 
Willelmi, S. Huberti, Rainfredi, Hugonis, Huberti iuuenis, Rodulfî 
iuuenis. S. -|- VValterii com. ^, Rodberti calui, Warnerii, Rodulfî, 
Rodberti, Waldeni, Ascelini. 

1. Luc, 16, 9. 

2. Le comte Raoul, fils de Dreux. 

3. Gautier III, fils de Dreux, comte de Vexinde 1035 à 1063. 



40 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 



Vers 10241. 

Oshcr et Ansfroi, beaux-frères du duc Richard 11^ rendus moines 
à Saint-Wandrille,-, font donation, du consentement du duc, 
de Valleu [sic) qu'ils tiennent de lui à Monter-OUer '^ avec la 
chapelle de Saint-Didier construite en bois, c est-à-savoir : le 
quart des terres et forêts de cette villa, partagées au cordeau 
entre eux et Olier. Pour le restant des forêts, demeuré dans 
Vindivision entre eux et Olirr, les moines et leurs hommes 
auront droit au quart des profits. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Carlulaire de Rouen, 
fol. 318 v°. 

ïn nomine Domini amen. Osbernus et Anfredus fratres, tempore 
Ricardi secundi comitis, qui eorum sororem Papiam in coniugio ha- 
bebat, effecti sunt monachi cenobio S. Wand., quod est in Fonta- 
nella, et, eodem comité concedente, dederunt ibi fundum suum id est 
alodum quod de ipso tenebant in monasterio Odelerii cum capella S. 
Desiderii lignea que in ipso fundoconstrucla est, scilicet quartam par- 
tem siluarum et terrarum eiusdem ville, sicuti illas partiti erant intcr 
se et Odelerium funiculo, hoc est corda, iussu et auctoritate predicti 
comitis. Silue tamen sine partitioiie remanserunt ita inter eos com- 
munes ut si Odelerius, qui très partes tenebat, très arbores daret vel 
venderet aut acciperel, monachi e contra ad quodcunque vellent quar- 
tam accipient, et de reditibus ipsarum siluarum similiter facerent et 
tam ipsi quam homines ipsorum in siluis, in pascuis sine ulla cous- 
tuma communionem per omnia haberent. Huius donationis sunt testes 
qui sig-nis suis illam roborauerunt : -|- Sig-num Rie. comitis, Signum 
Girardi Flaitel 7, S. Tustini, S. tlug. f iilii Vatifonis, f S. Roberti 
lilii G., -|- S. Anscherii. 

1. Cet acte se place entre 1017 (Papie nommée dans l'acte fut épousée 
par Richard 11 postérieurement à cette époque) et le 23 août 1026, époque 
de la mort de Richard 11. Voy. Pfister, Etudes sur le règne de Robert le 
Pieux (Paris, 1885), p. 216, note 6. 

2. Cf. la continuation du xi^ siècle des Gestes des abbés de Saint- Wandrille : 
« Hos autemPapia matrimonio Richardi potita secundi edidit, cuius fratres 
Ansfredus et Osbernus istic monachum professi sunt » (d'Achery, SpiciL, 
éd. in-4°, t. 111, p. 264). 

3. Montérolier (Seine-Inférieure, arr. Neufchàtel-en-Bray, cant. Saint- 
Saëns) conserve le nom de ce personnage. 











/viiuS^aV-cç^m^^^^^ îi î4i»v$ti! eu fiui yVC| niXiimS ^à^nitô (taÊut\\\ 







ur»x 






^ .mîarD (^rc^; dtaWu " ■ i»?:î^^ifp^4iatirnm 






Y 'CnM^-'iK»)?iin^,.^» ^-^ 













\itî^ 




Charte de Richard II, vers 1024 
(Recueil N" lo, p. 41) 



RECUEIL DES CHARTES 41 

40 

Vers 10241. 

Richard II, duc de Normandie, à U instigation d'Yves son fidèle-, 
fait donation de Fontaine-en-Bray , Bradiancourt, Eclavelles, 
B rémont ier avec les églises, et des églises de Neiif-bosc et 
Bosc-Mesnil. 

A. Original, Bibl. Nat., ms. lat. 16738, n» 1. — A'. Fac-similé (à la fin 
du présent volume). — B. Copie du xvi*' s., dans le Cartulaire de Marcous- 
sis, Bibl. de la ville de Rouen. — C. Analyse du xyu^ s., par Dom Anselme 
Le Michel, Bibl. Nat., ms. lat. 13820, fol. 140 (d'après B) . — D. Copie du 
xvii"^ s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 70 (d'après A). 

In nomine dei patris omnipotentis et filii et spiritus sancti. Ego 
Ricardus, princeps et |2 dux Normannorum, fîlius Ricardi senioris, 
Yvonis, fîdelissimi mei militis, interpella ptione, dono Dec et sancto 
Wandregisilo uillam quae dicitur Fontes in[Braio, in|* piano et bosco, 
molendinis et aquarum decursibus, Brendelcurt cum ecclesia, aeccle- 
siamP [dcj Nouobosco, aecclesiam de Bosmesnil cum suis pertinentiis, 
Esclaueles et ecclesiamj^ [cum^ consuetudinibus'in foresta, Braimous- 
tier et ecclesiam, ad supplementum victus |'^ monachorum in Fonta- 
nella futuris temporibus Domino seruituris, et ad restau j^ rationem 
caenobii, qui[a] a malignis condam subuersum fuisse dinoscitur ; quae 
l^omnia multorum testimonio confirmata sunt et consilio et adiutorio 
roborata. |'^ Quod si aliquis, motus inuidia uel percussus auaritia, 
quicquam huius donationis |" aliquando, suadente diabolo, subtrahere 
uoluerit, iram superni arbitris incur|'^ rat absque dilatione maledic- 
tioni perpétue subiaceat, atque cum Simone mago et |'*^ Pilato cete- 
risque diaboli ministris infernum perpetualiter possideat. 

1^* Signum Riccardi principis \ Normannorum. 

1'"^ Signum Papie comitisse -j-, Signum Roberti \ archiepresulis 
fratris eiusdem principis. 

1'^ Signum Yuonis \ |'^ militis qui hanc cartam fieri fecit, Signum 
Hugonis \ Baiocensis episcopi. 

P^ Signum Girardi Flagitelli ^. 

1'^ Signum Anscherii -|- filii Girardi, Signum Hugonis \ episcopi 
Constantini. 

1. Papie, qui souscrit l'acte, fut épousée en troisièmes noces un peu après 
1017 par Richard 11, lequel mourut le 23 août 1026 (cf. plus haut, p. 40, n. 1). 
Hugues de Coutances, qui souscrit également, est mort vers 1025. 

2. Peut-être le même que le fondateur du prieuré de l'Abbayette, lequel, 
par sa mère Rothais, était neveu d'Ives de Creil, seigneur de Bellême. 

3. Sur Girard Flaitel, cf. les nos g^ 17^ 22. 



42 l'aMRAVE de SAINT-WANDRILLE 

11 

Richard II, duc de Normandie, confirme les possessions de V ab- 
baye ^ 

Rédaction A. 

1024, août. — Fécamp. 

.4. Orig-inal, Arch. de la Seine-Inférieure à Rouen, série H. — .4'. Fac- 
similé, Les Archives de Normnrulie et de lu Seine-Inférieure... Recueil 
de fac-similés d'écritures du XL' au XVIII'' siècle, par P. Chevreux et 
J. Vernier (Rouen, 1911, in-4"), pi. II. — B. Vidimus de Philippe IV, 
du 14 avril 1314, perdu. — C. Vidimus de Philipj)e V, de noveml)re 
1319, Bibl. Nal., ms. lat. 16738, n° 11. — D. Copie du xv« dans le Car- 
iulaire de Paris, fol. 11 v» (d'après A). — E. Vidimus de Henri V, 
Record Office, Norman rolls, 7 Hen. part. 2, m. 8. — F. Copie du xvii^ s., 
par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Duchesne, vol. 57, fol. 73 (sans indica- 
tion de source). — G. Id., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 87 recto (« ex veteri 
scheda ms. »). — H. Analyse du xvii« s., par dom A. Le Michel, Bibl. Nat., 
ms. lat. 13820, fol. 140. — /. Copie du xviii*' s., par dom Grenier, Bibl. 
Nat., Coll. de Picardie, vol. 111, fol. 207 (d'après D). — J. Copie du 
xviii« s., Bibl. Nat., Coll. Decamps, vol. 5, fol. 206 (d'après 5). — K. Copie 
du xviii*= s., par dom Lièble, Bibl. Nat., Coll. Moreau, vol. 20, fol. 93 
(d'après C). 

a. Dugdale, Monasticon Anglicanutn, t. III, p. 1004; nouv. éd., t. VII, 
p. 1107 (d'après E). — b. Du Monstier, Aeustriapia, p. 165 (d'après B) . 

Ind. : Rymer, Foedera..., 2" éd., t. IX, 1729, col. 839 ; 3« éd., t. IV, p. m, 
p. 149. — Thomas Carte,' Catalogue des rolles gascons, normands et fran- 
çais, t. I, 1743, p. 336. — Bréquigny, Table chronol. des diplômes, t. I, 
p. 548. — Bréquigny, Rôles normands et français et autres pièces Urées des 
Archives de Londres en I76â, 1163, 1766, publ. par Charma dans les 
Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XXIII, 1858, 
p. 271. — Calendar of the norman rolls : Henry V dans Annual report of 
the deputy keeper, t. XLII, 1881, App., p. 351. 

[Les lacunes actuelles de A sont comblées au moyen C D b.) 

[Pax ubique hec elementa legentibus.] Quia humana fragilitate 
prepediti atque terrena inhabitatione aggrauati in multis oirendimus 
omnes, eorum nobis patrocinia comparare [necesse e]st, qui [et carnis 
impedjimenta uiriliter abruppere et moiidana lideliler proterenles 
inseri caelestibus meruere. Quod ego Ricardus, nutu ï)ei Normanno- 
rum princeps, aduertens, coiisideratis P^'ontanellensis caenobii priui- 
legiis, suggerentibus abbate et fratribus, iussi nonnullas libertates in 

1. Sur cet acte, voy, plus haut le mémoire n° V. 



RECUEIL DES CHARTES 43 

unum colligere quae sub diuersis cyrographis habentur de Sancti 
Wandregisili possessionibus, quia carte quae plures sunt numéro 
facile aut neg-lig-entia sepe perduntur aut fraude malignorum furtim 
subtrahuntur. Igilur haec bmnia quae subter scripta sunt ab antiquis 
temporibus usque ad nostra tempora ad Fontanellense monasterium 
leg"itimo iure probantur pertinere : Fontanella, ubi constructum esse 
uidetur illud monasterium, quod pristino nomine sic est dictum, cum 
uiculis ad ipsam respicientibus, uidelicet Gothuilla, Betheuilla, Re- 
sentio, Galdebec, Ansgothmoulins, cum omnium earum iusticia altaet 
bassa, per totam aebdomadam nundinarum Tmedie quadragesime et 
arrestis. Insuper] totam aquam fluentem ab Ansgothmoulins ad fluuium 
Sequane cum omni piscaria ; decimam quoque totius thelonei quod 
Rothomag'i accipitur [ ; et in suburbio eiusdem] urbis aecclesiam 
sancti Laurentii cum hospitibus et terra ad eandem pertinente et 
consuetudinibus ; et in eadem urbe domum unam. Similiter de Ar- 
chis et aeclesiam cum decimis [et hospitibus et] piscaria per totam 
aebdomadam precedentem festum sancti Wandregisili. Similiter deci- 
mam thelonei de Dieppa, aecclesiam de Botelles cum decimis, terris et 
hospitibus, aecclesiam [de Mart]eg-ny cum decimis, terris et hospiti- 
bus. Aecclesiam Sancti Albini cum decimis et xu. bouuatis terre et 
hospitibus. Nothuilla cum omnibus superius nominatis, solidis ac 
quietis ab omni ponlificali querela. Carcuit in piano et bosco et 
uillulis sibi adiacentibus cum duobus molendinis et piscaria. Aeccle- 
siam de Gonneuille et .ini.'''^ hospites. In Bertreuilla .ix. hospites cum 
duobus coctariis et decimis ; et aiodum quem de me tenebant Osber- 
nus et Ansfredus frater eius, in Monasterio Odilerii, cum aecclesia, 
terris ac siluis ; et capella Sancti Desiderii, quando facti fuerunt mo- 
nachi, quorum sororem Papiam duxi in uxorem. Uillam quae dicitur 
Fontes in Braio, in piano et bosco et aecclesiam. Brendiaucourt cum 
aecclesia. Aecclesiam de Nouobosco. [Aecclesilam deBosmesnilcumsuis 
pertinenciis. Esclaueles et aecclesiam cum consuetudinibus in foresta. 
Braemoustier et aecclesiam, aecclesiam de Freauuille cum pertinen- 
ciis et hospitibus. Aecclesiam de Basleyo cum pertinentiis. Gliscuriam 
in piano et bosco cum aecclesia. Bethencourt cum aqua, molendinis, 
et pratis. Aecclesiam de Gillemecurt cum decimis et aliqua parte ter- 
rarum. Aecclesiam de Greinuille cum decimis, terris et hospitibus. Et 
in Gocheriaumont .vn. hospitibus. In Bernouuilla terram et hospites. 
In Estrutat terram et hospites et unam nauem liberam et quietam 
ad omnem piscationem per omnes portus Normannie. In Fiscannum 
unum molendinum. Werauasl et Hotot cum aecclesia et pertinentiis. 
Et in Scrutauilla .11. hospites. Louuetot et aecclesiam cum decimis 
et terris apud Malleurier. Liberum quoque transitum baccorum 
eorum, siue nauium per Sequanam ascendentium aut descendentium, 



44 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

vina aut blada seu aliqua alia portantium et ab omni coustuma pon- 
tagii iiel transuersi, quantum extenditur iusticia mea. In pago Baiocas- 
sino : Liberiacum cum aecclesia et omnibus suis appendiciis ; et aec- 
clesiam de Caluomonte; aecclesiam de Gheus cum tota décima et ter- 
ram unius carruce suffîcientem et .ix. hospites ; aecclesiam Mesnil- 
patric ; Basly, et aecclesiam cum decimis et hospitibus et uno molen- 
dino ; apud Cadomum .i. hospitem et decimam nundinarum de prato. 
In Oximensi pago : aecclesiam de Oximis cum decimis et .11. hospites 
et decimam thelonei ; aecclesiam Gambagi cum decimis et hospitibus 
et theloneo; aecclesiam Ulmiri; aecclesiam de Auenele ; aecclesiam 
de Argentele cum decimis et hospitibus. Ilaec omuia, non ex dono 
alterius sed ex mea largitione, caenobium Fontanellense in perpe- 
tuum teneat ad restaura tionem eiusdem loci : qui a malignis et per- 
uersis dudum subuersum fuisse dignoscitur. Quae mea auctoritate 
corroboro ac confîrmo ac cum consilio et aucloritate episcoporum et 
abbatum meorum aeterno anothemate ferio eos omnes qui inde fraude 
ant uiolencia aliquid subtraxerint aut alienauerint cum testium subler 
ascriptorum [firma astipulationej. 

Signum Ricardi principis qui hanc cartam fieri iussit, Signum 
Papie comitisse, Signum Hoberti Rothomagensis archiepiscopi ', Si- 
gnum Hugonis Ebroicensis episcopi-. 

[Signum Ricardi iilii comitisj -^ S.Vuillelmi tilii Osberni ', S. Ricardi 
filii Gisleberti comitis ^, Signum Mangisi episcopi Abrincatensis ^, 
Signum Rotberti episcopi ^, Signum Giraldi. 

[S. Rogerii Montis Gomerii ^, Signum Laun omari [militis de Bu] 
tetot, Signum Odonis filii Launomari, S. Gisleberti de Xoiers, 
S. Gisleberti de F'raisnoise. 

[Actum Fiscani publiée, mense mensej augusto, anno ab incarna- 
tione Domini M° XXIIII., indictione VIL, régnante Roberto rege. 

1. Robert, archevêque de Rouen de 989 à 1037. 

2. Hugues, évêque d'Evreux depuis 1012-io jusque vers 1045, 

3. Richard III, duc de Normandie du 23 août 1026 au 6 août 1027. 

4. Sur Guillaume Fils-Osber, voy. Guill. de Jumièges, VII, 22, 25, 38. 

5. Richard Fils-Gilbert, comte de Brionne (Orderic Vital, t. II, p. 121). 

6. Maugis ou Maingis, évêque d'Avranches depuis 1017-22 jusque vers 
1028. 

7. Robert, évêque de Goutances de 1025 env. à 1048, 

8. Sur Roger de Montgommery, voy. Guillaume de Jumièges, 1. VII, c. 16. 



3 

'C > sa 
2 r- t* 







-Ta I 1 






i 



c^ 






--'^ J> J."^ ^^^ ë^ '^ s ^ F II ilL- . -I ' 










T fi >• H ^ 



^^T-^HS^j|^^^ &-S^ ^— ^i^â ^^i P^l* ?^'«' 



'1 



S^\ 






Oi^J ^r;i r^ô 















^^-tlstLlrË:f^îJC 




ri W n 



^*^ 










,> 



4. 






■--^^5l 



i .|4 1 SMm 






îf:^- 



-§ 




,3 « 



ks± 



^^ 1^ fe I --t^ I I J 1^ ! : ^ ^^' — • - 

LJ- • i" 1 -A 3 ^ I L 1 ■ ^ s -^^ 

§?l ,p H'ï^i-vl t.. 5 i ^ 4 '§ 




















r;?U1 ^ 




] r 



rJTi^rtit^lî 








' -îi: Fi^ liSf ^1 











Ï-J 



- S 

a 



^- 



.^ 






•^ 



■ ■ 



^^a.- 



J 



„i43 4T^= i 1 .^ -1 4 a L t- 

*=§ 1 r 1 i *^s I t ^ ^ :-î 

I *s *B *^ * ^ ^^ ^ >3 r^ 



-&, — I iwM-m 



S 

r 
1 



•C 



«-a 



.J 




h «^ 



i 



lî-. _ S 



1-4 
1^ 



-^-tOL 



r-S 



^ 



^ 



J 



-^ 



|3 

A4 



' 9' 
I 



•Ji. 






rtl t"^ i >5' J 4 ^ i ^ t I J J 4' 



^ 1 ^ 
&. .HT^.i I .^ -^ ^-s ^ 

s i.i ^ s ww 



^5 s I 


















E ^ -^ --^ «.J- 






*l 



^ ^il 



Cl 



. -ï 



b -t- 






T3 ~ __ 

C « " 

dj a; a: 
E 



'."^fTlfe^^ 









lin», )niNrjiij»vTinr."Hn- nuit)-. 




'llKiir. .'crcfelm Aein.ivn«ni»(Vi' Achuc^^nOrfc^rt imam nu^t >i)nranif Ht o>rh''(- lulUîr. c\lUc\-^^ 
*t^^"^^^^- ; T ' T*-*^*^^^^ ^ur.TVMult. cc^')(î> 'i-(>c)r]iU)iniT- .'<V(>leplltl'•l>n^'r»>^•<"tï"fc^' 



^' 'al rire niHaf^Miii )otini|»-oi\MijçiN)\iuin.nnino)uoleir,"Jm-ann)1u|>o r|uan<1ûyti]Tic>.jn 













tî*îi^?iï^ .^\ 







Confirmation de Richard II 
Rédaction B 
(Recueil p. 4^) 



RECUEIL DES CHARTES 



45 



Rédactions B C D. 

B. Original, Archives départ, de la Seine-Inférieure à Rouen, série H. 

C. Original, ibid. 

D. Original, Bibl. Nat., ms. lat. 16738, n« 2. 



B 

In nomine sangte et indiuidne [sic) 

TRINITATIS. EGO RICARDUS NUTU DIUI- 
NO NORMANNORUM PRINCEPS. HEG IN 
DEO LEGEXTIBUS ET FIRMITER TENEN- 
TIBUS PROSPERITATEM ET PAGEM. 



C D 

Nutu Dei Normannorum cornes 
Richardus ^ pacem, prosperitatem 
in Deo hec '^ iuste legentibus uel 
legendo accipientibus. Diuina dis- 
positione nichil est aliud fide re- 
Diuina dispositione nichil est natos conuersari in terris et in 
aliud fide renatos conuersari in spe celestium rébus ditari terre- 
terris et in spe celestium rébus nis, nisi caritatis ardore eterna 
ditari terrenis, nisi caritatis ardor lucrari temporalibus et bonos 
eterna lucrari temporalibus et imitando bonis insudare operibus. 
bonos imitando bonis insudare Quorum uitas imitari quisquis 
operibus. Quorum uitas imitari pigritatur sua iudicabitur et spe- 
quisquis pigritatur sua iudicabi- ciali neglegentia ^ nec per igno- 
tur neglegentia nec per ignoran- rantie nomen eius excusabitur 
tiae nomen eiusexcusabiturculpa. culpa quando quidem non so- 

lum uiri unius temporis inter se 
sui alternant cogitationes et 
facta, uerum etiam quibuslibet 
diuine prouidentie donis non la- 
tent posteras primorum mores et 
opéra. Persone enim et studia ad 
inuicem inter noscuntur uisu vel 
uocis ministerio, ab inuicem uero 
spatio uel interuallo distantium 
auditu tantum et rerum inditio °. 
His itaque notionis generibus His ilaque notionis generibus 
multisueterum uel nouorum ante multis ueterum uel nouorum ante 
cognitis, horum emulator lieri cognitis, horum emulator fieri 
satagens, saltem in minimis, ad satagens, saltem in minimis, ad 
promerendam quamcunque mans- promerendamquamcumque mans- 
sionem in domo patris familias sionem in domo patris familias, 
auxi ex .meo quamlibet ex paruo auxi ex meo quamlibet ex paruo 



a) Ricardus C. — b) Les e ne sont pas cédilles dans C. — c) negligentia 



46 



L ABBAYE DE SAINT-WANDRILLE 



nonnulas sanctae matris ecclesiae 
parroechias. Quarum unam in 
Normannica prouincia primo a 
sanclo Uandregisilo in honore 
almi Pelri, apostolorum principis, 
simulque doctoris «Pentium Pauli 
constructam, deinde ab eius suc- 
cessoribus in ipsius precipui con- 
fessons nomine nomen abbatie 
sorlitam. Quibns bonis a pâtre 
meo uel antiquioribus donatam 
inuenerim mixtim retexam, qui- 
bus ego ipse auxerim separatim 
expediam. Haec namque sunt no- 
niina uillarum ibi per eos perti- 
nentium : Fonlanella, ubi con- 
structum esse uidetur illud mo- 
nasterium quod pristino nomine 
sic est dictum, cum uiculis ad 
ipsam respicienlibus, uidelicet 
Gotuilla, Resentio, Galdebec, 
Ansg-otmoHns, Lnuetoth dimidius, 
Betteuilla, Gutlauilla medietas et 
in Scrutauilla duos [hos]pites 
atque in Cliponuilla similiter 
duos. Excipiuntur itaque quam- 
plurima quae per eos inibi conse- 
crata fuere bénéficia in uiliis et 
nemoribus, aquis multisque pos- 
sessionibus quorum multa sub- 
lapsa temporfum] antiquitas tegit 
et plura détecta iniquitas rectitu- 
dini contradicit. Super haec igitur 
ex meis haec ibi addidi facultati- 
bus : ecclesiam de Archis cum 
decimis et ecclesias ad eam per- 
tinentibus, videlicet ecclesiam 
sancti Albini, ecclesiam de Marti- 



nonnullas sanctae matris cclesie 

t 

parroechias ^. Quarum unam in 
Normannica prouintia, primo a 
sancto Vuandregisilo in honore 
almi Pétri, apostolorum princi- 
pis, simulque doctoris gentium 
Pauli constructam, deinde ab eius 
successoribus in ipsius precipui 
confessons nomine nomen abba- 
tie sortitam. Quibus bonis a pâtre 
meo uel antiquioribus donatam 
inuenerim {sic) mixtim retexam, 
quibus ego ipse auxerim separa- 
tim expediam. Haec namque sunt 
nomina uillarum ibi per eos per- 
tinentium : Fontanelle, ubi con- 
structum esse uidetur illud mo- 
nasterium, quod pristino nomine 
sic est dictum, cum uiculis ad 
ipsam respicienlibus, uidelicet 
Gotuilla, Resentio, Galdebec, 
Ansgotmolins, Luuetoth ^ dimi- 
dius, Betteuilla Guttauilla ^ me- 
dietas et in Scrutauilla duos os- 
pites ^ atque in Cliponuilla simi- 
liter duos. Excipiuntur itaque 
quamplurima quae per eos inibi 
consecrata fuere bénéficia in uiliis 
et nemoribus, aquis multisque 
possessionibus, quorum multa 
sublapsa temporum antiquitas 
tegit^* [et plura détecta iniquitas 
rectitudini contriadicit. Super 
haec igitur ex meis haec ibi ad- 
idi facultatibus : 



d) parrochias C. — e) Liuetot C. — /") Gutteuiila C. — c/) hospites C. — 
h) à partir de ce mot le côté gauche de D est mutilé ; le texte entre crochets 
est restitué au moyen de C. 



t\ECri:iL i)i;s cfiauiiis 



17 



"iiiaco, de Buleculis, cleeimam 
uicecomilaLus de Archis, uillam 
que dicitur Gliscort, Bethencoii, 
Quarcull, ecclesiam de Gcmneuill. 
et qualuor hospites, uillam quae 
dicitur Fontes in Braio, ecclesiam 
de Nouo bosco, ecclesiam de Bois 
mesnil, ecclesiam de Fryauuil., 
ecclesiam de Basleio, ecclesiam 
Gueutenuill., et ecclesiam de Ber- 
trimont, Sehieruill., Buetot, eccle- 
siam sancti Laurentii Rothoma- 
g-encis, uillam sancti Stephani et 
consuetudines in foresta, Libe- 
riacum cum ecclesia et omnibus 
suis apenditiis, ecclesiam eius et 
terram unius carruce sufïîcientem, 
cum ec. (sic) Maisnil pairie, 
ecclesiam Argentoni cum capellis 
uidelicet Seicfrede uillae, Cor- 
landi, Mouothuille, Sarcels cl 
terram unius carruce sufficientem 
cum ecclesia Maisnil patrie, eccle- 
siam Argentomii cum capellis 

videlicet Seicfrede 
uillae, Corlandi, Matuoithuille, 
Sarcels et terram unius carruce 
suiïicientem, in Grispauilla ter- 
rain Manninc et terram liruninc 
cum nii"'. alodariis, in Tual- 
di'euilla terram Rodullî et Engel- 
ranni, cum unomolendino, in Gan- 
tolupo quandam particulam sal- 
tus, et in Bertericuilla terram 
Hainardi; — in quibus nichil am- 
pliusquam nouem ospites et dimi- 
dius unoque cottarii inveniunlur ; 
in Berlericmont lerram Dodini 
cum ecclesia, in l uareluuast ler- 



Liberi[acujm 
cum ecclesia et omnibus suis 
apendi[tiis, ecclesiam eius et ter- 
ram uniuls carruce suflicientem 



cum ecclesia Maisnil- 
patric, ecclesiam Argentonii ' cum 
^ca pellisJ, [uijdelicet Seicfrede 
uilia, TGorlandi, Maituoituille, 
Sar cels et terram unius (*arruce 
sufficientem, in Grispauilla ler- 
ram Manninc et [terrajm Bru- 
ninc cum nu"'' alodariis, j^in Wal- 
dreuilla terram Rodulfi] et En- 
gelranni cum uno molendino, in 
Gantolupo quandam particulam 
saltus*^, et in Bertericuilla terram 
Raiuardri ; — in] quibus nichil 
amplius quam [nouem hospites et 
dimidius unoque cotta]rii inue- 
niuntur; in Bertericmont terram 
Dodini cum ecclesia, in Warel- 



i) Argeuthomi (J . — /) et decimis n/oiité par C, ou plutôt Ze.s^ tDots ont 
disparu darn^ B par îiuiln do P usure. — A- i. C. c[. p. s. rajoutés on inter- 
ligne dans L). 



4^ I.AlilîAVK Di; SAlM-WANDItlI.I.K 

ram Dodeliiii el iii llolnhl k-r- uuast lerniiii Dodclini et in Hololh 
raiii einsdem cum ecclesia : in terrain eiusdem cum ecclesia ; in 
pago Baiocasin. leiram (jua sic paj^o Baiocassi no ' terram qnam"' 
uul<ÎOj dicitur Calnuiceon. quam uuli;-o dicilur Calninceon, qnam 
dédit Odo eidem loco cnm eccle- dedil l)do eidem loco cum eccle- 
sia de Caluonionte, me auctori- sia de Cal'n omonle. me antori- 
zante ; et in eodem paj^o in /ante" : et in eodem pa^o in nilla 
nilla que dicitur Basier un'", lios- que dicitur Basler un"' ° quos 
pites ? quos dédit (yedefridus dedil (iodefridus supra dicto lo- 
supra dicto loco; et insuper de- co ; et insuper decimam totius 
cimam totius telonii quod Rota- telonii'' quod Rotoma^i '' accipi- 
mag^i accipitur, uillam que dicitur tur. Similiter illam decimam uice- 
la Croisile cum ecclesia et omni- comitatus et th elonei concessi 
bus apanditiis, ecclesiam de luiic loco quod ex Arches accidit 
(iranduiller cum decimis et quin- michi', el. in suburbio supradicte 
que hospites. urbis \ sancti Laurentii eccle- 

siam cum lîospitibus et terra ad 
eandem ecc lesiam pertinente, cum 
omnibus consuetudinibus quas 
ipsa persoluit : el in eadem urbe 
domum unam ; tria arpenta [pra- 
torum in Cheuillaco ; uillam 
uiiam inibi con]cessi totam. excep- 
to tertiam parlem quam tenent 
alodarii. cuius vocabulum [Eisce- 
toth. cum omnibus suis apendi- 
tiis. Item terram in Lang-omar- 
ra unius ' carruce sufticientem, 
cum quadam portioncula silue, 
in luetoht centum " acros ' 
Hec autem terre. — [Hec ergo ad compa- 
omnia Deo omnipotenli in loco ralionem bona facientium nullaj 
sancti Uu mdreg-isili perpetualiter ad ediiicationem maie uiuentium 
pro communi mea et antecesso- aliqua ab obuiandnm meorum 
rum meorum sainte dedo ad res- multitudini scelerum j:)auca, ad 



/ Baiocassino C. — m que C. — • n) auctorizante C. — o siipplrer ici un 
fn)t tel que hospites. — p theloneil C. — r/] Rotamagi D. — r C intercale 
ici : similiter decimam uicecomitatus et theloneii de Deppa et Batellis 
et Estruem ; similiter apud Argenthomum decimam theloneii et de Falesia 
et de Oxirais et apud Cadomum in feria prati. — s Roth. ajouté par C. 
— /) carruce... terre en int.'rli(jne r/ans D. — u] G dans (J . — l' aéras C, 



Ri;CUElL DES CMAR'IES 49 

taurationem eiusdem qui (?) a michi subLuenieiidum meorum 

malignis et peruersis dudum [suIj- muUitudine par]ua. Sed ea hic ^ 
uersum fuisse] dinoscitur congre- scribeiidi extitit causa : eodem 
gationi (?) fratrum qui Fonti- tempore abbas eiusdem loci Ge- 
nelle diuine deseruiunt maiestati, rardus apud me studuit meritis 

quam re firmiter uolo per- 'optinere et precibus ut conlirm-] 

manere, refragatores eius eterno arem autorilale nominis mei que 
prout ualeo (?) condamnoaiiathe- ad predictum locum dicaueram, 
ma[te] auctoritate cum teslium uel antecessores mei ceteri. Cuius 
subterascriptorum firma astipula- petitioni, quoniam [alieni auidos 
tione. inconueniens, spon]taneo cessi 

alTectu in futurum precauens et 
non solum tune uerbis sed etiam 
his adhuc litteris autorizo -^ [qui- 
bus nisi absentibus presens presen- 
tialiter innotesco. Quin etiam, ut 
cepta b reviter prosequar, hec 
elementa ideo permedisponuntur^ 
uniuersis non tantum presen[ti- 
bus sed adhuc in mundo futuris, 
quatinus uiolentis in testimo- 
nium], mansuetis uero sint in 
exemplum . 

x) hec C. — y) auctorizo C — z) disponuntur en interligne dans D. 

[Souscriptions .) 

B 

[Signum MJaugisi episcopi -j-, Signum Richardi ducis qui hanc 
cartam (?) fieri iussit, Signum \ Richardi tertii, -j- Signum Papie 
[comitisse], Signum -J- Mathildis, Signum -j- Rotberti lilii, S. -^ 
Hugonis episcopi Goust. 



Signum \ Rotberti archiepiscopi, Signum \ Maugisi episcopi, 
-j- Signum Ricardi secundi ducis qui hanc cartam fieri iussit, Signum 
-J- Ricardi tercii, Signum Papie comitisso, Signum -|- Matildis, 
Signum \ Roberti tihi comitis, Signum Hugonis episcopi. 

D 

re...b.R o". i Mathiklis... [R]o[t]berti filii com[itisJ... 

Sgnuem. .régnant to (?) an. . . . II (?) . . . 

L'AnnAYE DE Saint- Wandrili.e. 4 



oO |/a1U?AVK DK SAIM-WA-NDRILLI-: 

12 

Vers 1026-1027 1. 

Iinnia, entrant en religion, fait don, avec l assentiment du duc 
liichard de yormandie, de deux villas situées sur la Touques, 
Ticheville et le Breuil, et d une troisième, nommée Croisilles, sur 
/'Elesma. 

.4. Original, Bibl. Nat., ms. lai. 16738, planche 3. — B. Vidinius de 
Philippe V, de novembre 1319, ihid., planche 12. — (]. Copie du xiv'^s., 
Cartulaire de Rouen, fol. 323 verso. — D. Copie du xv*" s., Cartulaire de 
Paris, Bihl. Nat., lat. 17132, fol. 26 v« (d'après B). — E. Copie du xvii^ s., 
par A. Duchesne, Bibl. Nat. Coll. Baluze, vol. !38, fol. 93 ( » Ms )i stc !). 
— F. Copie du XVIII'" s., pour Gaig-nières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, fol. 71 
recto (d'après A). — G. Copie du xviii'' s., par dom Lièble, Bibl. Nat., 
Coll. Moreau. vol. 20, fol. 193 (d'après F). 

a. Léopold Delisle, Histoire de Saint-Sauveiir-le-Vicomfe (Valognes, 
1867, in-8). Pièces justif., p. 8, d'après Cet F (éd. partielle'' « vers 1027 )>. 

Ind. : Miraculasancti Vulfraintii, xi'' s., éd. dans le Spicilegium de d'Achery, 
éd. in-4, t. III; éd. in-fol., t. I, p. 1; — Soehnée, Catal. des actes 
dlJonri /«'", n" 27. 

[Les lacunes actuelles de A ont été comblées au moyen de F.) 

QUICQIID IM'in ABILE SERUAÏLR IN POSTERL'.M LITTERARLM NOTICIE COMMEN- 

datur|-ad memoriam futurorum aelernae bonitatis habundaiitiam et 
diuinecaritatisexcellentiaml-^ in aliis omnibus creaUiris uidere, in nobis 
ipsis autem habemus sentire. Nam dum omnibus iam institutisl^ homi- 

1. La date de cette pièce peut être déduite de la souscription simultanée 
de Richard II et de Richard III. Le premier mourut le 23 août 1026, le 
second le 6 août de l'année suivante (voy. Pfister, op. cit., p. 216, note 6). 
L'abbé Odilon qui souscrit la charte est le célèbre abbé de Cluny qui fit un 
voyage dans le nord de la France en 1027 : il assista au couronnement de 
Henri I*"'" le 14 mai 1027 (voy. un acte publié dans les Historiens de France, 
t. X, p. 614. 1 Le roi Henri qui souscrit est Henri I^^et il est probable que c'est 
alors que l'acte lui fut présenté, ou bien en 1031 lorsque le jeune roi fut obligé 
de se réfugier en Normandie (voy. plus loin p. 52, note 7). La souscription 
de l'abbé Jean, abbé de Fécamp de 1028 à 1078, est, de même, posté- 
rieure. « Emma monialis, domina de Pontcardonis», dit Dom Anselme Le 
Michel (ms. lat. 13.820, fol. 143 verso), « ex antiquo et jam valde obsoleto 
librorepertorio cartarumpapyraceo. » — Pontchardon (Orne, com.de Saint- 
Martin de Pontchardon) est à 3 kiL de TichexiWe [Tegisvilla). 



kp:cueil des chartes 51 

nem tantum ad imag-inem et similitudinem suam creauit, in hoc pro- 
cul dubio se uelle nos tractare ostendit, | ^ non tam per dominatus 
potentiam quam per piepalernitatis beniuoleniiam. Quapropter ei, et 
ut Domino serui, l^oboedire debemus inter singulas et ut sibi patrem 
diligere eumque honorare super uniuersas. Quibus omnibus quasi |^ uni 
hoc ipsum de se ipso ac sua sponsa adopliua uirgine semper sed non 
infecunda nostra matre, sanctascilicet]^ Ecclesia, pie et paterne dignatus 
est loqui : « honora patrem tuum et matrem ut sis longeuus super ier- 
ram quam\^ Dominus Deus tuus daturus est tihi^ ». Quod ego peccatrix 
Imma *cum gratiarum actione accipiens atque in eo permanere | ^ ^cupiens, 
cuius*' gratuita pietate filia et sponsa fîeri ardeo ac per hoc ipsi me et 
mea omnia dedo. Que^ut re] | ^ ^bellibus in testimonium subditis uero sint 
in exemplum his uolo litteris liquidToj exprimere, quae|^^reddo ipsi, 
ipso inspirante, amicorum meorum uoluntate et consilio, uolente et 
au[ctorizante piissimo] | '^comité Ricardo, trado scilicet ad opus fratrum 
diuinis cultibus insistentium, in loc[o qui Fontanella dicitur] | *^ac in 
beati Pétri apostoli sanctique doctoris gentium Pauh' et sancti Wan- 
dregisili honore c[onsecratur, duas] | ^"'uillas super Tolcam fluuium sitas, 
quarum u[nai uocatur Tegisuilla et [Br]oil altéra, cum | ^"^molendinis et 
pratis, nemoribus et omnibus earum appendiciis. Trado etiam ad eun- 
dem|*^usum aliam uillam nomine Grusillam, super Elesmam fluuium 
sitam, cum molendino [etl|^^ aquarum decursibus et omnia ad eandem 
uillam pertinentia. Guius donationis [cartule] |^^si quis presumpserit 
contradicere, et Dei omnipotentis iram incurrat et omnes maledic[tio- 
nesjp'^quas illi merentur qui dixerunt Domino Deo « recède a nobis^ 
scientiam uiaruni tuarum ^ nolumus » ^ adquirat. 

P^Ego RoTBERTUs uutu Dci archiepiscopus, iubentibuspiissimis prin- 
cipibus, RiGHARDo scilicet secundo et tertio, manu et ore|^^hanc dona- 
tionem confirmo et omnes contradicentes episcopali sententia anate- 
matizo. 

I^^Sign. HuGON. -j- Baiocensis episcopus ^. — Signum f Rotberti 
ARCHiEPiscopi ^. — Signum -[- Richardi secundi ducis. — Signum ■\- 
Richardi tertii ducis. 

l^^'Signum Rotberti -]- comitis "\ — Signum ^ Willelmi comitis ^. — 

a) Les deuxM sont tracés de telle sorte qu'on peut lire iaiaia ou iaina. — 
b) cuius ajouté en interligne. — c) tuarum en interligne. — d) ces souscrip- 
tions au-dessous de celle de Richard III. 

1. Exode, 20, 12. 

2. Job, 21, 14. 

3. Hugues, évêque de Bayeux de 1006 (?) à 1049. 

4. Robert, archevêque de Rouen de 989 à 1037. 

5. Le futur duc Robert le Diable. 

6. Guillaume le Bâtard. 



^)2 lVm!|{ AVF-: l)K SAINT-WANDRILLK 

lohannes abbas \ Nigellus, Tursteii ^ui/ -, Hum[fr]edus, Gauzt'ridus, 
Roger[us], Rotbertus, \^uifllemusj ''. 

|-'*Nominalestiunihuiusdonalionis: Nig-ellus iiicecomes-^,Baklericus, 
Rozteliniiscubicularius, [-'■'Ansfridus, Rolzelinus, Rodulfus, Erchent,»-e- 
rus, l-'Cioislridus, Rotberlus, Bernardus, Eiistachius. — Si'^num -j- 
Oidilonis [ajbbatis '. — Sig-num -j- Henrici régis •'. 

-j- 1-^Signiim '' IlelLonis. Teslis ipsiiis conlirmalionis, All)ericus, 
Osbernus, Hugo lilius XorLmanni, j -^Vuarnerius, Rotgerius, Gerardus 
Ospac, Petrus, Osbernus. uel. Rauenellus^. 



e) cca dernières souscripfiorm, (riine encre très pnle, sont sans doute des 
additions. 



13 



1031, 20 juillet- 1032, juillets 

Robert, duc de Xormandie, concède V église d Arqués et deux 
autres églises (jui en dépendent^ cest à savoir l église de Saint- 
Aubin avec les dinics de Neuville et V église de Bouteilles. 



A. Oi'iginal perdu. — B. Copie du xiv'' s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 317 verso. 

Ind. : Round, Calendar...,\\). o2(), n'' 1422. 



1. Jean, abbé de Fécamp 1028(?)-1078. 

2. Toustain Goz, Sur ce personnage voy. Guillaume de Jumièges, 1. VII, 
c. 6. 

3. Néel, vicomte de Saint-Sauveur. Voy. L. Delisle, Hist. de Saint-Sau- 
veur-le-vicomte, p. 2. 

4. Odilon, abbé de Cluny (993-1049). 

5. Cf. p. 54, note 5. 

6. La mention de la faite du roi Henri de France place l'acte entre le 20 
juillet 1031, date d^ la mort de Robert II, son père, et le mois de juillet 1032 
date de la mort de Constance, sa mère, dont l'opposition l'avait forcé à 
prendre la fuite. Voy. Pfister, Études sur le règne de Robert le Pieux, p. 81- 
83. Cette souscription apporte une confirmation à Guillaume de Jumièges 
qui rapporte (1. VI, c, 7) que Henri s'enfuit à Fécamp, accompagné de 
douze vassaux auprès de Robert de Normandie et réclama son aide au 
nom de la fidélité que celui-ci lui devait. 



RECUEIL DES CHARTES 53 

In [nomine] sancteet indiuidue Trinitatis. Ego Rodbertus gratia Dei 
consul et dux Normannorum. Notum esse volo omnibus sancte Eccle- 
sie fidelibus, tam presentibus quam futuris, quia adiit nostram clemen- 
tiam abbas monasterii S. Pétri et S. Wandreg-. cum fratribus ipsius loci, 
petens ut concederem ipsi monasterio, ad supplementum victus seruorum 
Dei ipsi inibi serv^ientium, ecclesiam cuiusdam sedis nostre que dicitur 
Archas. Guius petitioni libenterassensum prebens, concedo, una consen- 
su et voluntate fidelium nostrorum, predicto monasterio ipsam eccle- 
siam et totam terram que ad ipsam pertinet, et ecclesias que pertinent 
ad illam, id est ecclesiam que dicitur de villa S. Albini et décimas de 
Notuilla, pertinentes adipsam,etecclesiamde villaque dicitur Buleculas. 
Hecomnia concedo predicto monasterio inalodum,et in perpetuumcon- 
cessum esse volo, ita utin perpetuum habeant, teneant etpossideant. Si 
quis autem contra hanc nostre donationis auctorilatem aliquid conatus 
fuerit, in primis iram Dei omnipotentis incurrat et perpétue anathemate 
dampnatus intereat, et demum auri libras L^ ad nostrum juspersoluat. 
Et ut bec carta ** firma permaneat manu propria subterlîrmaui et 
fidelibus nostris firmandam tradidi. -j- Signum Rodberti comiti«, -j- 
S. Malgeri comitis', -j- S. Waleranni ^, -j- S. Toroldi militis, S. Ratbelli, 
-|- S. Rogerii Eximensis vicecomitis ^ -J- S. Rogerii Todelensis ^, -|- S. 
Osberni dapif"eri"% S. Baldrici -j-, S. Anchetilli vicecomitis ^-j-, S. Tur- 
stingi ^ -|- S. Alvredi gaiant^ -|- S. Gozelini vicecomitis^ -J- S. Hugonis 
episcopi Baioc. ^^ -j-S. Roberti episcopi Gonst. " -j- S. Herberti episcopi 

a) Ad hanc aiitem cartam Ms. 



1. Mauger, comte de Corbeil, oncle du duc Robert (Guillaume de 
Jumièges, 1. VI, c, 7). 

2. Waleran de Meulan ? 

3. Roger de Montgommery, vicomte d'Hiémois (Orderic Vital, l. II, 
p. 21, 46). 

4. Roger de Toeni. Sur ce personnage voy. Guillaume de Jumièges, 
1. VII, c. 3, 22. 

5. Osber le sénéchal, qualifié « procurator principalis domus », par 
Guillaume de Jumièges (I. VII, c. 2). 

6. J'ignore le pagus où Anquetil était vicomte. 

7. Peut-être Toustain Goz (voy. page précédente, note 2). 

8. Auvray le géant. Sur ce personnage voy. Guillaume de Jumièges, 
1. VI, c. 8. 

9. Gosselin vicomte d'Arqués (Orderic Vital, t. II, p. 292). 

10. Hugues III, fils de Raoul comte d'Ivry, évêqiie de Bayeux de 1006- 
1015 à 1049. 

11. Robert, évèque de Coutances de 1025 env. à 1048. 



54 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

Lisiacensi ^ -j- S. Gilleberti vicecomitis --{-S. Anfredi dapiferi^ -j-, S. 
Odiloni abbatis ^ f S.Henrici régis qui tune temporibus profugus habe- 
batur in "supradicta '^ terra -j- ^ S, Hetunardi ^ -j- S. Alureth fratris E. 
t S. RoduHi lilii Vualt. 

Ego Robertus, gratia Dei archipresul " hanccartam manu et ore con- 
fîrmo ; quam si aliquis contradicere nisus fuerit, nostra auctoritateeum 
imperpetuum perpétue supponimus excommunicationi. 

14 
1032-1035 8. 

Robert, duc de Xormandie, à la demande de Vabbé Groux, con- 
firme les donations faites par ses prédécesseurs à l'abbaye et 
celles qui se sont produites de son temps, c'est à savoir : Sier- 
ville, don de Robert, avec l assentiment de Hugues de Vernon 
qui tenait de fui cette villa, Saint-Etienne, le quart de Louvetot, 
c est-à-dire la terre du chevalier Durand, la villa du Breuil, res- 
tituée par le duc^, la dîme des foires et marchés du comté d'Hié- 
mois, la terre de Gosselin à Cheff reville. — Guillaume [le 
Bâtard) lègue, en outre, la vigne et la terre tenues par Ascelin^^. 

A. Original perdu. — B. Vidimusde Philippe V, de novembre 1319, Bibl. 
Nat., ms. lai. 16738, n° 1 (le 2« acte vidimé). — C. Copie du xiv^ s. dans le 
Cartulaire de Rouen, fol. 321 recto, n° 10. — D. Copie du xiv*' s. dans le 

1. Herbert, évêque de Lisieux de 1022 à 1049. 

2. Différent de Gilbert, comte d'Eu (?) 

3. Anfroi, sénéchal. 

4. Odilon, abbé de Cluny, cf. p. o2, note 4. 

5. Cf. p. 52, note ">. 

6. Sans doute Edouard [S. Hetunardi est pour S. Hetuuardi], le futur roi 
d'Angleterre (1042 à 1066), et son frère, Alfred, accueillis tous deux par les 
ducs Richard et Robert (Guillaume de Jumièges, 1. VI, c. 10, 12). On les 
voit souscrire un acte pour Fécamp (L. Delisle, Ilist. de Saint-Sauveur, 
Pièces, p. 11, note 2). Alfred passe en Angleterre en 1036 et y fut aveu- 
glé par Harold. Cf. James H. Ramsay, The foundations of England, vol. 1, 
p. 424. 

7. Robert, archevêque de Rouen de 989 à 1037. 

8. L'acte se place entre décembre 1031 ou janvier 1032, date de la nomi- 
nation de Fabbé Groux, et le début de 1035, date du départ du duc Robert 
pour l'Orient, où il mourut. 

9. Cf. n» 18 bis. 

10. Cf.fplusloin>cte(c. 1048). 



RECUEIL DES CHARTES 5o 

Cartulairede Paris, Bibl.Nat., ms. lat. 17132, fol. 12 recto (d'après B). —E. 
Vidimus de Heari V, du 5 mars 1420, Londres, Record Office, Norman 
Rolls, 7 lien. part. 2, memb. 8-7 (d'après B). — F. Copie du xvii^ s., par 
A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 88 recto ( « ex veteri 
schedâ »). — G. Copieduxviiies., par dom Lièble, Bibl. Nat., Coll. Moreau, 
vol. 20, fol. 97 (d'après B). 

a. Du Monstier, Neustriapia, p. 166 (éd. partielle, d'après C). — h. Dug- 
dale, Monasticum Anglicanum, t. III, p. 1001 (d'après E)) — nouv. éd , 
t. VIlI,p. 1108, 2e col. 

Ind. : Rymer, Foedera..., 2^ éd., t. IX, 1729, col. 839 ; 3« éd., t. IV, p. m, 
p. 149. — Thomas Carte, Catalogue des rolles gascons, normands et français, 
1743, t. I, p. 336. — Bréquigny, Bôles normands et français et autres pièces 
tirées des Archives de Londres en 1764, 1765, 4766, publié par Charma 
dans les Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XXIII, 
1858, p. 271. — Calendar of the nornian rolls : Henry V dans VAnnual 
report ofihe deputy keeper, t. 42, 1881, App., p. 351. 

[Le texte est établi d'après B C.) 

Ego Robertus, disposicione divina Normannorum princeps, hanccar- 
tam quam predecessores iiiei confirmaverunt egoque cum eis firmaui, 
nunc quoque firme perpetuaeque immunitati ea qua utor poteslate 
roborata mande et que subter ascripta nostris temporibus suiit addila, 
sugg-erente Gradulpho abbate coenobii Fontinelle eadem firmilatis 
astipulor auctoritate ; id est Sierumuillam cum aecclesia et cum omni- 
bus ad ipsam pertinentibus, in planis et siluestribus, quam idem Gra- 
dulphus a me peciit, rogante Vernonensi Hugone qui eam de me tene- 
bat eo tempore. Villam quoque que dicitur Sancti Stephani cum 
viginti quatuor arpentis pratorum et omnibus consuetudinibus iam in 
terra quam in aqua inde exeuntibus, quam predictus abbas émit 
Lxxx. denariorum libris, me uolente, ab Hugone archidiacono qui 
eam ex me tenebat in benelicio. Quartam quoque partem ville que 
dicitur Luuetot, id est terram Durandi militis, quam prefato abbati 
cum seruicio fîliorum*' ipsius dedi, villam eciam que Broil uocatur, 
quam iniuste tultam sano usus consilio iuste reddidi. Decimam insuper 
nundinarum totiusque comitatus Oximensis et omnium mercationum, 
terram quoque Gozelini que est in Sefrediuilla sufficiens uni carruce 
et vnum etalterum, id est duos hospites. f Ego Willelmus, proredemp- 
cione anime mee sancto Wandregisilo et ei famulantibus vineam 
meam cum terra concedo post decessionem meam et fîlie mee, quam 
habet Ascelinus. Ipsi vero monachi semper habent comparacionem 
vinearum. Quam largicionem si quis violare presumpserit anathema 

a) Gradulfo C. — h) filioque C. — c) Seifrediuilla C. — d) arch. omis par 
B. 



56 l'abbaye de SAlM-WAiNDKlLLE 

sil. Y S. Uoberti coniilis et ducis Normannorum. -j- S. Robertus 
archiepiscopus ' S. f Hugonis arch. - '' f ^Gilleberti comijtis ^j [In] 
gelrandi comilis ' j \\'illelmi, filii Roberli comitis-\ -j- Osberni -j- ^ To- 
roldi Y Achardi -j- Turslini j Rodulphi magistri ' ^^'illelmi filii. R. 
comitis Anschetilli vicecomitis. 



15 

1032-1047 K 

GuilUuinic, comte [d\ir(/iics), à la prière de l'abljé Groiix^ restitue 
rUe Belcinaca où saint Condedus a mené la vie crémitique •' et 
fait don des écflises de Vatteville et de Brotonne, ainsi que de la 
dime des cerfs, samjUers et toutes autres hêtes chassées dans la 
forêt de ce nom Bro tonne). 



A. Orig-iiial perdu. — B. Vidiinus de Philippe V, de novembre 1319, 
perdu. — ^\ Vidimus de Henri VI, du 6 nov. 1423, Arch. Nal., J.I. 172, 
fol. 300 V d'après B). — D. Copie du xiv* s. dans le Carlulaire de Rouen 
fol. 321 reclo, n° 11. — E. Copie du xv^ s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 
13 V" (d'après B ?). — F. Id,, ibid., fol. 21 recto (d'après B ?). — G. Copie 
du xvii'" s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 38, fol. 88 
verso (« ex veteri schedams. ») — //. Id., ibid, vol. 54, fol. 512 (d'après C). 
— /. Copie du XVII® s., par dom Anselme Le Michel, Bibl. Nat., ms. lat. 
13820, fol. 137 sans indication de source.) 

Ind. : Du Monslier, Xeusfria pia, p. 1(37. 



1. Robert, archevêque de Rouen de 989 à 1037. 

2. L'archidiacre Hugues de Vernon. 

3. Cf. Guillaume de Jumièges (1. VII, c. 3) « Gislebertus cornes Ocen- 
sis..., tutor Willelnii pueri ». 

4. Enguerrand P*", comte de Pontieu, depuis 1017-23, au moins, jusque 
vers 1046. Voy. Hariulf, Chronique de Saint-Riquier, éd. F. Lot, p. 100, 

5. Guillaume le Bâtard. 

6. Sur Osber, Toustain, Anquetil, cf. le n° 13. 

7. Peut-être « Turoldus teneri ducis paedagogus » (Guill. de Jumièges, 
1. VII, c. 2). 

8. Cf. plus loin, n*^ 17. 

9. La date de cet acte ne peut être déterminée que par labbatiat de Groux: 
décembre 1031 ou janvier 1032 — 4 mars 1047. 



RECUEIL DES CHARTES 57 

[Le texte est établi d' après C DE F.) 

In nomine sancte et indiuidue Triiiitatis. Eg-o Willelmus, nutu Dei 
cornes, filius scilicet Ricardi, Normannorum quondam ducis, sugg^erente 
abbate Gradulpho **, doiio Deo eiusque sanctis apostolis necnon piissi- 
mo confessori Wandregisilo ac sanctis omnibus quorum memoria et 
honor in coenobio Fontinellensi ^ perpetuo cultu habetur, vel pocius 
reddo, insulam in flunio^mag^no Secane'' sitam, antiquonomineque voca- 
tur Belcinaca -, ubi sacer Ghristi confesser Gondedus, a partilius trans- 
marinis eo aduentans, ut creditur, visione ^ diuina, in sancta conuer- 
sacionealiquandiu Deo militans, heremiticam vitam, remotus a secula- 
rium tumultibus hominum» duxit, virtutibus plenam ac miraculis glo- 
riosam ; ecclesias eciam Vatheuille *^ et Brotonii', necnon omnem deci- 
mam que de silua eiusdem nominis videtur exire, scilicet de ceruis et 
apris et deJ omni venacione, necnon et de omnibus consuetudinibus 
dedo ipsi supradicto loco pari ratione, ad subsidium fratrum ^ qui ibi 
Deo adunati regulari l'amulantur iure, pro redempcione videlicet 
anime mee et eterna sainte, accepta duodecini^ librarum precii quan- 
titate ab ipso Gradulpho •' abbate, qui inibi rectoris fungitur vice. Ut 
autem hec huius "' concessionis " firma sit auctoritas, omnes eius contra- 
dictores et abolitores eterno anathemate, Ghristo teste et ultore,dam- 
pnamus et preposito nostre manus '^ signo hos testes subnotari iubemus, 

S. Godefredi P vicecomitis', S. comitis, Walteriusfilius'^i, Lambertus. 
Willelmus "■, Osbernus *. 

a) Gradulfo D. — b) Fontinallensi D, Fontanellensi F. — c) fîumine C, 

— d) Sequane C. — e) Belciniiaca DF, Belsinata /. — f) jussione C. — g) 
honiinem CDF. — h) Waleuille DF. — i) Brothonii D . — J) de omis par E 

— k) suum C. — /) XII cim C. ' — m) huius hec E . — n) cessionis C . — o) 
C intercale une croix entre manus et signo. — p) Godefridi DF. — q} fdius 
omis par CF^ le reste de la ligne en blanc dans E. — r) Willermus C, Vil- 
lemus E. — s) Obiiius CDE . 

16 

1032-1047 2. 

Nicolas Fils-Baudry ^ fait don de réalise de Guitry, construite 
par son père, à l'abbaye de Saint-Wandrille oii sa femme est 
enterrée etoii lui-même désire i^eposer ; il augmente la dotation 
de V église en concédant une charruée de terre dans ladite villa 

1. Cf. n° 17. 

2. Dates de l'abbatiat de Groux. 

3. Cf. n» 27 et Ordéric Vital, t. III, p. 199, n. 4. 



58 l'abbaye de saint- wais drille 

et trois arpents de vigne « dissipée», avec la permission de son 
fils Roger possesseur de ce fonds. Il reçoit de l'abbé Groux un 
cheval comme prix et signe récognitif de cet acte. 

A. original, perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
perdu. — C. Copie du xiv" s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 25 v". — D. 
Analyse du xvii% par André Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, 
fol. 98 v°. — E. Copie du xvii« s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 
5425, p. 89 (d'après A). — Copie du xviii« s., par dom Lièble, Bibl. Nat., 
Coll. Moreau, vol. 279, fol. 300 (d'après E"). 

{Le texte est établi d'après C E.) 

Quia humana tVa^ilitate prepediLi alcjue lerrena inhal)itatione aj^'^gra- 
vati, lu muhis oITendimus oniiics eorum nobis patrocinia comparare 
necesseest qui et* carnis impedimenta uiriliter al)rumpere ac mundana 
fîdeliter proterentes onera inseri celestibus meruerunt ''. Quod ego 
Nicholaus, fîlius scilicet Baldrici, prudenter aduerlens el sollicite agere 
contendens, ecclesiam que est in villa que vulgo dicitur Chitrei '', 
quam pater meus in honore Sancli Pétri construxit et rébus propriis 
ditauit, perpetualiter eidem predicto aposlolo atque sancto AVandre- 
gisilo trado in alodo, ob redempcoinem anime mee et mee uxoris, que 
in supradictorum sanctorum cenobio, scilicet P^'ontanella, humata iacet, 
ubi ego similiter post ultimum laborem obto*' quiescere, necnon pro 
animabus heredum '' meorum, precedentium et futurorum, cum omni- 
bus decimis et terris quas inibi^ actenus canonici tenuerunt in pre- 
bendis. Augeo denique ad illum " beneficium quod pater meus ibi ad 
seruiendum ordinauit, terram in eadeQi villa ad unam carrucam atque 
très arpentos terre, scilicet vinee dissipate. Huius donationis auctor 
est fîius meus, Rogerius scilicet'', possessor prefati fundi. Et ut hec ' 
fîrmiter hec donatio firma maneat in euum, unum ab abbate GradulfoJ, 
videlicet rectore iamdicti cenobii Fontinelle, equum in precio suscepi, 
quatinus présentes illam donationem teneant el futuri famulantes Deo 
in predicto Fontinelle cenobio. Huius donationis isti sunt testes*^: 
Nicholaus huius rei dator et Rogerius filius eius, Vigericus clericus et 
Vigerius Uaicus, Aldulfus, Walterius. 

Signum -j- Nicholai "\ 

a) a. E.— h) meruerent C. — c) ChilryC. — (/) oplo C. —e) habendum 
C. — f) michi E. — g) illud C. — h) scilicet omis par E. — i) hec omis par 
E. — j) Gradulpho C. — k)s. t. i. C. — /) Vigenus C. — m) cette souscription 
omise par C. 



RECUEIL DES CHARTES 59 

n 

1035-1055 1. 
Guillaume, duc de Normandie, concède réalise d'Arqués, etc.-. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv« s., dans le Cartulaire de 
Rouen, fol, 317 v*'. — C. Copie du xvi« s., dans le Cartul. de Marcoussis, 
Bibl. de la ville de Rouen, Y. 202. — D. Analyse du xvii« s. , par dom 
Anselme le Michel, Bibl. Nat., ms. lat. 13820, fol. 140 v» (d'après C). 

(Le texte reproduit celui de la donation de '1031-1032.) 

S. Will. comitis •' -j- S. Malj^erii archiepiscopi ^ -j- S. Waleranni fîlii 
Ricardi comitis"^ -j-, S. Hugonis archiepiscopi® f, S. Roberti Cant. epis- 
copi ^ -[-, S. Rie. et Roberti comitum fratris ^. Hii sunt testes huius carte : 
fS. Goscelini vicecomitis'^, Ricardus filius Roberti, Osbernusauunculus 
comitis '", Walterius fr. eius, -j-, S. Gotefredi vicecomitis, Walterius fr. 
eius, Rodulfus moine magister comitis ^ ' , Anscherius fîlius Gerardi Fla- 
gitel *2, Walterius Gyfardus^-\ Henricus filius Roberti Crassi, Vuaso 
filius Rogerii Tothennensis *^, Nicholaus fîlius Baldrici ^*', Hadulfus de 
Brace. 

1. L'acte est compris entre l'avènement de Guillaume (1035) et la dépo- 
sition de Manger (1055). 11 est en rapport avec le n° 18 qui ne peut être 
que de 1035-1037. 

2. Cf. plus haut le nM3. 

3. Guillaume le Bâtard. 

4. Mauger, archevêque de Rouen. 

5. Valeran ouGaleran, fils de Robert, comte de Meulan. Ricardus est sans 
doute mi lapsus. 

6. Hugues III, archevêque de Rouen (1129-1164). Souscription apposée 
après coup. 

7. Robert, évêque de Coutances (v. 1025-1048). 

8. Souscriptions défigurées. II s'agit peut-être d'Eudes et Robert, demi- 
frères du duc Guillaume, étant fils d'Ariette et de Herlouin de Gontreville. 

9. Gosselin, vicomte d'Arqués (cf. p. 53, note 9). 

10. Osber (cf. p. 53, note 5) était fils de Herfast, frère de la duchesse 
Gonnor, femme du duc Ricliard I'^"' (Guill. de Jumièges, 1. VII, c. 2). 

11. Raoul de Gacé. Voy. Guillaume de Jumièges, 1. VII, c. 4. 

12. Anchier, fils de Girard Flaitel. 

13. Sur Gautier Gifard, cf. n°^ 21, 23. 

14. Gazon, fils de Roger de Tosny. Cf. n° 10. 

15. Sur Nicolas Fils-Baudry, voy. n° 16. 



60 l'abbayt^ i)i; sa^ï-wandrille 

18 
1035-1037 '. 

Robert^ archevêque de Bouen, abandonne la diine de la pai^t r/iii 
lui revient du « craspois » capturé sur le rivaf/e de Saint- 
Marcouf, un hôte à VarrevilLi, la dime des brebis et des porcs 
Jiourris en ladite villa. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv"' s., dans le Cai^luhiirr de Bonne, 
fol. 321) v», n» 26. — C. Copie du xv*^ s., dans le Cartulaire de Paris, 
fol. 33 r". —/>. Analyse du xvii« s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. 
Baluze, vol. oS, fol. 99 r"." 

Omnibus heclecluris, presenlibus et fuluris, Kobertus, Uothomag. " 
Dei nulii presul, salutis ac pacis incremenlum. Cum conslet omnia 
Deum condidisse, nulli dubium prêter cèlera hominem quoque créasse. 
Qui cum ex duobus constet, secundum unum inmortalis'' est : id vero 
anima est, que quanto preciosia sit corpore liquet, cym corpus absque 
ea pêne nichil extet, quod vero melius est pluris pendendi'' est, pauca 
igitur debentur corpori, plura vero anime saluti. Sed hic uersa uice 
mos increuil ut pauca aut nulla cui multa ac pocius cuncta debentur, 
oui vero minima uel quecumque extrema debentur jjlura et sepius 
omnia dependantur. Inde est quod ego Rothomag. '' Robertus, diuini- 
tate propicia, archipresul, cum presencium pluribus aflluam pauca, ob 
anime mee salutem, pio lesu qui centuplicata rependere fuerit 
superque usuram perhennis vite de meis, dono, pocius vero de suis 
sibi reddo, pauperibus enim suis, id est fratribus Fontinelle cenobii, 
quod sanctum habetur in honore beati Pétri et omnium apostolorum 
almique patris Wandregisili simulque omnium sanctorum, largior 
decimam partis que me contingit ex crasso pisce qui accipitur in 
omni preripio Sancti Marculfi et unum hospitem in ^^'arechiuilla, 
decimamque ouium mearum sed et porcorum in eadem villa ali- 
torum. 

a) Rothomagensium B. — h] morlalis C. — r) pendcndum C . 

1. Du style du document il ressort qu'il s'agit de Robert I*^'' (989-1037 i 
et non de Robert II (1207-1221). L'acte est à rapprocher d'une charte du 
duc Guillaume de 1035-1055 (voy. n^ 19) et se place par conséquent vers 
1035-1037. 



RECUEIL DES CHARTES 61 

18 bis. 
Vers i035-10i0. — Rouen (?) ^ 

Notice d'un accord entre l'abbé G/^oux et le duc Guillaume. 

Le duc s engage à restituer dans le délai de trois ans le domaine 
de Ticheville donné, au moment de son entrée en religion, par 
la dame Imma, avec la permission de Richard II-, puis 
usurpé par le duc Robert [le Diable) et concédé au vassal Hay- 
mon ■'. En attendant , Vabbé reprend les églises avec la dîme 
entière du domaine et une charruée de terre comme garantie de 
future restitution. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 323 v°. 

a) L. Delisle, Histoire do Saint-Sàiiveur-le-Vicomte (Valognes, 1867). 
Pièces justificatives, p. 10. 

Noverint omnes ad quos hujus cartule pervenerit séries quia terra 
que vocatur Tegiervilla sancti W'andregesili pro certo légitima heredi- 
tas est. Eam namque gloriosus et victoriosus cornes Richardus, depre- 
catione Mee **, nobilis matrone et ad Deum a seculo converse, cujus a 
parentibus extiterat hereditaria, sancto Wandregisilo pro sua sainte 
contradidit ac per carte subscriptionem confirmavit. Quam filins ejus 
et ab illo tercius in regno Robertus, in etate juvenili, perversorum 
consilio depra valus, supradicto sancto abstulit conl'essori. Quo 
defuncto el a presentibus sublato, filioque illius succedente in regni 
honore paterno, ego abbas Gradulfus, diu dampnum lam grave per- 
pessus, tandem multorum conciliis bonoruni animatus, ipsius qnoque 
dampni dolore compulsus, injuste niichi ademj)tnin, prout valui, 
reclamavi terram testesque multos adhibui qui descripti erant in pre- 
fata, que pênes nos habelur, donationis carta. Tandem vero, divina 
subveniente gratia sanctorumque intercedente sulï'ragiorum affluentia, 
eo res deducta est, tam continue reclamationis instancia, quam prolixe 

a) sic, pour Imme. Cf. p. 51, a. 

1 . L'accord est de la jeunesse de Guillaume le Bâtard qualifié puer. L'al- 
lusion aux nombreuses démarches de Tabbé porte à le placer vers 1040 
plutôt qu'au lendemain même de la mort de Robert le Diable (1035 juillet). 

2. Voy. le n» 12. 

3, Un des autres legs de la dame Imma, la villa du Breuil, fut restitué 
par le duc Robert lui-même. Voy. plus haut n° 14. 



62 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

excommunicationis frequentatione importuna, ut cornes prefatus, puer 
videlicet Willelmus, terram nostram, bonoruin consiliis usus testium, 
veritate comprobata, nobis redderet, pro sua videlicet salute et patris, 
qui eam tulerat, absolutione. Qui cum talem michi fecisset honorem, 
eg-o quoque fidelibus suis consiliariis petentibus, quasi pro mutua 
tanti benelicii vice, illi obnixe idem petenti reddere ad tempus studii 
voluntarie, retentis ad presens ecclesiis, cum omni décima ipsius ville 
et terra unius aratri exercitio sufficiente, quasi in testimonio redditio- 
nis predicte, eo videlicet tenore ut infra très annos salvam suo fideli 
mutationem daret, nobisque totam terram nostram redderet, et si non 
ante, saltim posl trium annorum complectionem, etiam si nichil adhuc 
vicissiludinis suo militi Ilaymoni dedisset. Interfuerunt huic conven- 
tioni : Osbernus, Nigellus, Willelmus et archiepiscopus Malgerius, 
Gozelinus, Ricardus, Radulfus et frater ejus Hugo, Ilelto quoque, 
Hugo et Willelmus, Ing"errannus, Hunfredus, Rotbertus et multi alii 
nobiles *; abbas vero Johannes ^, Nicolaus, Robertus, Ysembertus ; bur- 
g-arii quoque Rolomagenses -^ : Odo, Hung-erius, Rotzelinus, Gadebol- 
dus, Hugo, Osbernus, Og^gerius et alii innumeri testes. 

19 

1035-1053^. 

Guillaume, duc de Normandie, confirme la donation de cinq 
églises en Cotentin faite par son fidèle Robert Fils-Humfroi\ 
cest à savoir : Saint- M ar cou f, Saint-Germain et Saint-Martin 
de Varreville, Sainte-Honorine d'Andouville, Notre-Dame de 
Poupeville. 

A. Original perdu. — B. Reproduction partielle dans une prétendue 
confirmation du duc Guillaume, Bibl. Nat., ms. lat. 16738, n» 6. — C. 
Vidimus de novembre 1319, perdu. — D. Copie du xiv^ s., Cartulaire de 
Rouen, fol. 325 v°. — E. Copie du xv*^ s., dans le Cartulaire de Paris, 
fol. 29 r» (d'après C). — F. Copie du xvii'^ s., Gaignières, Bibl. Nat., ms. 
lat. 5425, p. 172-173 (d'après A). — G, Copie du xviii'' s., Bibl. Nat., 
coll. Moreau, vol. 25, fol. 24 (d'après F). 

1. La plupart de ces personnages figurent dans les actes précédents. 

2. Jean I, abbé de Fécamp (1028-1078). 

3. C'est, je crois, le plus ancien témoignage en Normandie de la partici 
pation des bourgeois à un acte du duc. 

4. Les dates extrêmes sont déterminées, d'une part par l'avènement de 
Guillaume, d'autre part par la révolte de Guillaume d'Arqués. (Freeman, 
Norman conquest, III, 120-140). 

5. Frère de Roger de Beaumont (Orderic Vital, III, 426, n. 6). 



RECUEIL DES CHARTES 63 

[Le texte est établi d'après DEF .) 

In nomine sancte et indiuidue Trinitatis* et unice maiestatis. Cum 
coristet'^ omnipotentem Deum "^ g^enus humanum inter cetera potenter 
condidisse etmisericorditer perditum reparasse, cunctissanum sapien- 
tibus liquide patetnon solum nostra exteriora nos ei sed et nos ipsos 
debere principaliter, cuius potenti munere exterioribus habundanter 
bonis'^ fruimur et intérim*^ nostri, quod melius est ^, salute potimur^. 
Gui pro tam ing-entis largitate benefîcii satis exiles '' rependimus gra- 
tiarum vices, si deuocionis débite indicia ^ cuiuslibet munusculi pro- 
bamus quantula munificencia et hoc pro salute nostra. Quod qui- 
cunque pro modulo suo agere déclinât, ingratum se potenter insinuât 
et difficultate exterioris muneris interne perdicionis testatur dispendia. 
Quod eg-o Willelmus J, Northmannorum ^ gratia Dei ' princeps, pre- 
cauere'" festinanset'^ ad° potiora me Deo donante? super extendere 'i 
desiderans et meo me creatori debitorem mei esse dénote "' perpendo ^ 
et do* de meis rébus pro salute mea humiliter munuscula, prout opor- 
tunitas dictai, impercior". Hac'' pro re eciam idem '^ annuente ^ Ro- 
berto, fideli nostro, Hunfredi videlicet ^ fîlio, ecclesias quas illi dede- 
ram possidendas iure perpetuo, sitas in maris Gonstantini pagi preri- 
pio^, quinque ^ numéro. Quarum hec sunt nomina : ecclesia sancti 
Marculfi ex integro et quicquid ibi lenebat Hug"o Pasfolet, et sancti 
Germani et sancti Martini de Wachrediuilla ^ et sancte Honorine de 
Aldulfiuilla et sancte Marie de Popauilla '\ cum clericis et terris '^ eorum 
et cum unaquaque ecclesia unum hospitem, et omnem omnino deci- 
macionem eorum que ad meum dominicatum pertinent, et prêter hec 
alium hospitem, Ros. nomine, in parrochia sancti (iermani, Deo omni- 
potenli in loco sancti Wandregisili perpetualiter '', procommuni mea ac 
sua salute^', dedo, ad restauracionem videlicet eiusdem loci et suffra- 
gium fratrum qui Fontinelle ^ diuine deseruiunt maiestati. Quam rerum 
tradicionem « fîrmiter uolo permanere, refragatores eius eterno, prout 
ualeo, condempno anathemate. Facta est''cartali auctoritate cum tes- 
tium subter adsriptorum ' iirma ^ astipulatione. 

a) amen ajouté après Irinitatis par F. — b) constat E. — c) Dominas F. 

— d) h.h. F. — e) interna D . — f) pro ajouté après est par EF. — g) 
petimur F. — h) exules F. — i) iudicia F. — j) Willelmus omis par E . 

— k) Nortmannorum DE . — /) D. g. F. — m) et cauere Z>, cauere E. — 
n) sed F. — o) et F. — p) iuuante F. — q) super exhudere F. — r) deuote 
omis par F. — s) concède D. — t) do omis par EF. — u) imperior F. — 
v) ac E. — w) nune F. — x) petente F. — y) scilicet F. — :;) perripio F. 

— a) V. F. — b) Wathiediuilla D, Wahrediuilla F. — c) Pompeuilla D, 
Popenilla F. — d) ei ajouté après terris par F. — e) perpetualiter après salute 
dans F. — f) Fontanelle E. — g) traditionemque DE. — h) est omis par 
DE.— t) adscriptorum F. — J) subtus F. 



()t i/ahrave de saint-wandrillk 

s. ^ W'illelmi comitis, S. Roberti filii Huiit'redi, S. Rogeri fratris 
eius, S. Anschetilli, S. \\^illelmi '" filii Ricardi secundi Normannorum 
ducis"', S. Rog-erii filii Radulti'' de \\^arethna p, S. Ro^erii lilii Ra- 
^nulfi'i, S. Gilleberti' Grispin *^ -, S. A\'illelmi Guiet*. 

k) l'ordre des souscriptions est le même dans DE ; il est un peu différent 
dans F ; E laisse en blanc Vendroit où étaient les croix des souscripteurs, 
tandis que celles-ci sont reproduites dans F et, parfois dans D . — /) Ans- 
kstilli F. — m) Guillelmi F . — n) ducis Nort . F. — o) Rad. F, Radulphi 
D. — p) Warechira /s, Warene F. — q) Ranulfi E . — /•) Gisleberti D. — 
s) Crespin E. — /) GusetF. 

20 
1037-i0o5 ^ 

Gaiviier et sa femme Lef/iart, donnent Brémontier, Braytella ef 
Pyrotetum ef demandent au comte Guillaume de confwmer cet 
acte de sa souscription '*. 

A. Original, Bibl. Xat., ms. lat. 10738, planche n" 4. - B. Copie du 
XIV® s., dans le Cartulaire de Rouen, fol. 318 v°. — C. Copie du xvii® s., 
pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 174 (d'après A). — D 
Copie du xviii<^ s., par dom Lièblo, Bibl. Nat., Coll. Moreau, vol. 22, 
fol. 112 (d'après A) . 

In nomine sanctae et indiuiduae Trimtatis. Guim iiumani generis 

CREATOR ET REDEMPTOR NOSTER AMICOS lUBEAT PARARE DE MAMMONAp iniqui- 

tatis, qui cum defecerimus recipiant nos in aeternistabernaculis, patet 
quia quod hic Ghristo et sanctis eorumque fidelibus conferptur, non 
aniittendo dispergitur, sed centuple recipiendum in caelestibus thesau- 
risconditur. Cuius commodi bénéficie delectatus, ego AN'arnerus/'', pro 
redemptione anime mee et uxoris niee Legiart et pro saluatione 
sobolis nostrae, terram mei hereditarii iuris Bradomonasterium et 

1. Guillaume, comte d'Arqués. 

2. Sur Gilbert Crépin, voir Guill. de Jumièges, 1. VII, c. 5, 22. 

3. L'épiscopat de Mauger, archevêque de Rouen, qui souscrit l'acte, 
permet de le resserrer entre ces dates, 

4. Le (f comte » Guillaume est Guillaume le Bâtard. Sa souscription 
paraît requise non seulement pour authentiquer l'acte, mais parce que Bré- 
montier avait fait partie du domaine ducal. Voy. plus haut n° 10) l'acte de 
Richard II faisant donation de Brémontier, sans doute en partie, l'autre 
partie étant inféodée à Garnier (?) ; on peut encore supposer que, après avoir 
été donné, le domaine fut repris par les ducs et concédé en fief. 



RECUEIL DES CHARTF.S 65 

Brayl^tellam elPyroteLum**, cum siluis el pratis iiiLeriacentibus et aquis 
interfluentibus, Deo et sancto Petro et sancto V uandreg-isilo et fratri- 
bus eis famulantibusj^ in monasterio Fontanelle, perpetuo habendam, ad 
usum uitae eorum firma conlatione trado. Quod ut inconuulsum per- 
maneat, meo obtentul"^ Normannorum egreg^ii comitis Wilielmi eius 
manu deductum signum auctoritatis taie quisque subter uideat : S -]- 
comitis insup[erque] in huius mee|^ traditionis temeratorem siueinfrac- 
torem interdictionem archipresulis Malgerii factam eius [anjnotationis 

hoc signo ^f, his quoque consig-nantibus testibus, firmatam et 

datam et receptam sciât. Signum f Vuarneri. Signum -J- Iohanni, abba- 
tis \ Sig'num-i-Rodulphicanber[lenci] ^.p^, Sig-num -J- Walteri auunculi 
comitis "^j Signum Rodulfî malduict, Signum -j- Vuilelmi paisson... 
Signum ^ Signum f Henrici ** de Ferres (?), Signum -j- Balduini *^. 

1^^ Signum®. 

1*'^ Signu -[- Malreuuart, S f. 

\^'^ Ego frater Rodbertus scripsi et subscripsi -j-. 

a) en interligne : i. e. peredieysa. — h) le reste de la ligne effacé. — c) 
un blanc. — d) signe tachygraphique après ce mot. — e) le reste de la ligne 
illisible; B avait lu comitis Wilielmi. 

21 

1038-1053 5 

Robert Fils- Hum f roi ^ donne Fourcarville, Véglise et neuf hôtes 
avec r assentiment du duc Guillaume et de ses barons. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, novembre 1319, Bibl. 
Nat., ms. lat. 16738, planche 14. — (]. Vidimus de Charles VI, janvier 
1407, Arch. Nat., JJ. 161, n° 121, fol. 81 v« (d'après B). — D. Copie du 
xv*^ s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 22 v° (d'après B). — E. Id., ibid., 
fol. 23 v» (d'après C). — F. Copie du xvii« s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., 

1. Jean, abbé de Fécamp. Cf. n° 12, 18 bis. 

2. Raoul chambellan. Le même que Raoul de Gacé, le premier person- 
nage de l'aristocratie normande sous la minorité de Guillaume (Guillaume 
de Jumièges, 1. VII, c. 4, 6), cf. p. 59, note 11. 

3. Peut-être un frère d'Ariette (cf. Orderic Vital, t. III, p. 229, note 5). 

4. Henri de Ferrières (Saint-Hilaire) : il souscrit deux actes de Guil- 
laume [Gallia Christ., XI, col. 68 et 72). Baudouin est peut-être Baudouin 
Filleul (cf. no^ 30, 31). 

5. L'acte est postérieur à 1038 à cause de la souscription de Guil- 
laume, évêque d'Évreux (cf. le n° 22). La souscription de Guillaume 
d'Arqués reporte l'acte à une époque antérieure à 1053. 

6. Sur Robert Fils-Humfroi et son frère Roger, cf. p. 62, n. 5. 
L'Abbaye de Saint- Wandrille. ' 5 



66 l'aRIîAYE DK SAINT-WANDRILLE 

Coll. Balaze, vol. oi-, fol. ."tlJ d'apivs C). — (i. Id., ihuL, vol. ."iS, loi. U8 vi 
(d'après B). — //. Copie du xvir" s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 
542:;, p. 203 ^d'après B elDj. 

[Le texte d'après B.) 

In '^ nomiiie sancte el iiidiuidue Trinitatis et unice maiestatis ^. 
Notuni siL homnibus [sic) '' tidelibus Lain preseiitibus quam futuris 
quod Roberlus liliiis Hiimfredi, de suis rébus luimiliter Deo et eccle- 
sie sancti ^^'aud^eg•esili, pro salute anime sue, et nionachis ibidem Deo 
et saluatori suo Jesu Christo famulantibus dédit Foucaruillam et eccle- 
siani cum omnibus pertinenciis suis et nouem hospites et quecumque 
illic sibi iure hereditario pertinere possent eidem sancto loco tradidit 
in perpetuum possidenda, Willelmo, Normannorum duce, et baro- 
nibus '' suis coucetlentibus et confirmanlibas cartulam. — S. Wil- 
lelnii j)rincipis Normannorum -]-, S. l{ol)erti lilii Hunlredi j, S. 
Rogeri Iralris eius y. — Testibus his : Malgerio archiepresule 
-J-, S. \\ illelmi lilii Uicardi secundi ducis-]-', S. Guillelmi episcopi 
Ebroicensis -|- -, S. W'alteri (iifrardi y ^, S. Uogeri de Bellomonte -J- "*. 

a) Vinvocationest omise dans B. — b) hominibus B. — c) récrit sur grattage. 

22 

1038-1047 5 

Gérard Peniot ^ dit Flaitel ^, se rendant moine malgré son extrême 
vieillesse, à i abbaye de Saint-Wandrille, lui fait don des 
églises de Chamhois, Omméel, Avenelles, Marculfivilla, vul- 
gairement appelée Bosc-Guérard, Longueil. A la prière du 
donateur et de l'abbé Groux, le comte Guillaume de Normandie 
et son oncle, Guillaume d'Arqués, ont confirmé Vacte de leurs 
souscriptions. 

1. Guillaume, comte d'Arqués. 

2. Voy. n° 22. 

3. Sur Gautier Gifard, voy. Orderic Vital, t. II, p. 148. 

4. Roger de Beaumout, semble souscrire deux fois : 1° comme frère du 
donateur; 2° comme témoin (?). 

5. La date peut être resserrée entre 1038 et 1047 eu tenant compte de la 
menliou de Tabbé Groux (1031-1047) et de la souscription de l'évêque 
Guillaume. Celui-ci n'est autre qu'un fils de Gérard Pernot qui, après 1038, 
fut pourvu de Tévêché d'Évreux. 

6. Gérard Pernot, dit « Flaitel », parait souvent dans les actes des ducs 
de Normandie (voy. no*9, 10, 17). — Ordéric Vital, qui a connu le présent 
acte (t. II, p. 366), parle souvent de lui et de sa postérité (t. II, p. 39, 71, 
213 ; t. III, p. 322). 



RECUEIL DES CHARTES 67 

A. Orio^inal perdu. — • B. Copie du xvii*' s., pour Gaignières, Bibl. Nat., 
ms. lat. 5425, p. 155 (d'après A]. 

In nomine sanctae et indiuiduae Trinitatis, patris et filii et spiritus 
sancti Amen. Sicut terrena possidere ex dono est démentis Dei, sic 
diuinae gratiae creditur temporalibus aeterna posse mercari. Nemo 
quippe habetquod non acceperit, qui autem accepit profecto datuni 
est illi divina vero dispositio omnium est munerum indultrix. Constat 

ig-itur humana nos a Deo [sic) celestia promereri qui, euan- 

g-elica cuidam multa possidenti turba intonuit : « vende quae hahes et 
da pauperibus et habebis thesaurum in caelo et veni sequere me ^ ». Ad 
quam diuinae prouocationis vocem et beatae perfectionis inuitationem 
ego Gerardus cognomento Pernotus, videlicet Flagiteilus, surdus hac- 
tenus et valde durus extiti, sed superna tandem miseratione vocatus, 
et illis pietatis et totius gratiae oculis qui Petrum ad lacrimas adque 
trepidae negationis lamenta compulerunt respectus atque interna cae- 
lestis gratiae illustratione, que peccatricem interius inflammatam dulci 
dilectionis igné attraxit, ut exterius auctorem quereret salutis, quem 
quo ardentius quesiuit, eo citius reperire promeruit, corde compuncto 

motus, deuota mente prout [sic] arrisit implere hanc vocem 

diuinam proposui. Quare renuntiatio laboriosi mundi amore spretoque 
periculose fluctuationis et instabilis maris naufragio securum totius 
tempestatis plurimos subito turbine involventis, portum monasticae 
tranquillitatis, licet in ultimo aetatis senio, expetere deliberaui, ubi 
uel sero quod hactenus neglexi Deo merear liberius famulari. Ad quam 
rem abtius explendam cenobium Fontinelle, quod sancti Pétri et beati 
patris Vuandregisili illustratur nomine et honore, ardenter expetii 
ibique, deposito mundi honore et onere, mearum rerum donationem, 
ut potui, et ex quibus valui facere curaui, videlicet aecclesiaruni Gam- 
bagi et Ulmiri et Avesnelle et Marculliuille, que vulgo dicitur Bosc- 
gerard, necnon et illius aecclesiae que est in Longoilo uilla. Hanc 
igitur donationem qui infîrmare voluerit, diuine subiaceat ultioni, nisi 
resipuerit. Huic cartali conscriptioni, precatu Gradulfîiabbatis eiusdem 
locii, psius quoque supplicatione ("lerardi, auctoritatem suam dederunt 
comes Nortmannorum Willelmus et patruus eius, item comes Archa- 
rum Willelmus, unusquisque pro his quorum tibi pertinet donatio. 
His testibus : Willelmus episcopus, f Sig. W. comitis de Archis -, -j- 
Sign. vicecomitis G., -l" Sig. Anscherii, Signuni Rodberti filii G. f, 
Sign. H. lilii. Withsonis, -[- Signum comitis W. Nortmannorum. 



1. Marc, tO, 21. 

2. Guillaume, comte d'Arqués, fils de Richard II, cf. n°s 21, etc. 



(}S l'aHHAYE de SAINT-WANDIULLE 

23 

1038-10481 

Gomond^ curé cVEctot^ Roger Fiquet, Raimfroy le Blond, Raim- 
froij le Chauve, tous trois de Burnetot, Ober OU f and, Guil- 
laume, ces derniers de Balmesgo, donnent leurs alleux, du 
consent Liment de Guillaume, duc de Xormandie, et de ses 
barons. 

A. Orig-inal perdu. — B. Copie du xn*" s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 314 r», 11° 4. 

Notum sit hominibus fidelibus, tam presentibus quam futuris, quod 
Gotmundus, presbyter de l^sketot, dédit alodium suum in perpetuum 
Deo et sancto Wandreg-., pro redemptione anime sue, et Rogerus 
Fiquet et Ragenfredus blondus et Ragent'redus caluus. Isti très, de 
Burnetot, dederunt alodia sua eidem sancto et Osbernus Olifardus et 
Willelmus, isti duo de Bulmesgo — sua alodia supradicto sancto de- 
derunt, Willelmo Normannorum duce et baronibus suis concedentibus 
et conlirmantibus kartulam, GraduHo abbate gubernante Fontenel- 
lense cenobium. Testibus hiis : Malgero archiepiscopo Rothomagense ^ 
et Willelmo episcopo Ebroicense*^ et Rogero de Montegumbri'' et Wil- 
lelmo lilio Osberni •' et Waltero Gifardo " et Rogero de Bellomonte^ ; et 
ex parte S. Wand. : Ospacho de Luueto et Ansfrido de luetot et 
Ursello de Bancliis. 

24 

10398 

Ives, comte de Beaumont-sur-Oise , du consentement de son fils 
homonyme, clerc et chanoine, auquel il a légué le château de 

1. L'abbatiat de Groux et l'épiscopat de Guillaume d'Évreux resserrent 
l'acte entre ces deux dates. 

2. Mauger, archevêque de Rouen, cf. n° 17, 20, etc. 

3. Guillaume, évêque d'Evreux, cf. n° 22. 

4. Sur Roger de Montgommery, cf. Guillaume de Jumiège, Hist. Norm., 
1. VII, c. 2, 16, 22. 

5. Guillaume, Fils-Ober. Voy. Orderic Vital, t. II, p. 14, 38, 265, etc. 

6. Gautier Gifard, cf. n-- 17, 21, 

7. Roger de Beaumont, cf. n° 19, 21. 

8. L'acte est du dernier tiers de l'année, attendu que Fépacte (4), qui est 
celle de 1040, a été calculée dès le 1*"' septembre 1039. L'indiction 7 con- 
vient à 1039; mais cette année a pour concurrents 7 et non 6, qui est un 
lapsus; 1040 est bissextile. 



RECUEIL DES CHARTES 69 

Confient^ de son épouse, Emme, et de tous ses autres enfants, 
affranchit du tonlieu les navires de V abbaye chargés de mar- 
chandises qui passent sous le dit château. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
perdu. — C. Copie du xiv^ s., dans le Cartulaire de Rouen, fol. 330 vo. — 

D. Copie du xv® s., dans le Cartulaire de Paris, fol. 31 v° d'après B. — 

E. Copie du xyii*^ s., par André Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, 
fol. 96 ro(sans ind. de source : d'aprèsB ou D). 

[Le texte d'après C D.) 

Omnium rectarum conuenienciarum causas firmari debentur a 
rectis aliqua retemptionis ^ ac memorie nota. Unde ego comes luo 
cum filio ^ meo simili nomine vocitato, scilicet clerico et canonico, 
cui jure hereditario, post decessus mai cursum, castrum Confluencie 
tribuendo concedo, cum mea propria coniug^e Emma et ceteris omni- 
bus mais liberis, Deo omnipotenti et sancto Petro apostolorum prin- 
cipi necnon et sancto Wand.abbati, ad usus fratrum Deo in Fonti- 
nelle '^ monasterio seruiencium, theloneum*^ nauium aorum ascenden- 
cium et descendencium, per transitum videlicateiusdem supradicti cas- 
tri cuiuscumque maritis vehancium, donamus et concadimus et par- 
petualiter annuimus, pro sainte anime maa et animarum scilicet gani- 
torum meorum et supradictorum haredum maorum, Acta ast hac 
larg-icio régnante Henrico rega, anno nono regni eius, anno ab incar- 
nacione Domini M° XXX*^ IX°, indictione VIP, epacta IIIP, concur- 
rantibus VI, cum bissaxto subsaquante, tune lemporis régente supra- 
dictum monasterii locum abbata dicto, nomine Gradulfo^. Et ut hac 
largitio firma parmaneat istos testas assertoras aius esse subscribando 
nominauimus. Quorum nomina hac sunt : Ego luo nutu Dai comes, 
scilicet huius largitionis assartor, manu et ore confirmando eandam 
subscribo. f Ego luo clericus voluntarie annuo et subscribo. -J- Ego 
comas Gosfridus, qui huic conuantioniintarfui, libantar annuo at sub- 
scribo^ -j-. Ego Albaricus interfuiat subscribo -j-, S. Galduini vicacom.-^ 
-j-,S. Odonis filiiGozfridi ^, S. Haimonis», S. Drogonis, S. Gandragi*', S. 
luonis, S. Herberti, S. Adonis, S. Albrici Karoli, S. Walteri da Man- 

a) retencionisZ). — b) cunsilio D. — c) Fontanelle C. — d) teloneum C. 
— e) Gradulpho D. — f) Gosfridi D. — g) Haymonis C. — h) Gundragi C. 

1. L'existence de ce fils a échappé à Douët d'Arcq, qui, dans ses Re- 
cherches historiques et critiques sur les anciens comtes de Beaumont-sur-Oise 
(Amiens, 1855, in-4), n'a pas utilisé les archives de Saint-Wandrille. 

2. Geoffroi II, vicomte de Châteaudun et comte de Mortagne, uni |au 
comte de Beaumont par des liens de parenté. 

3. Geudoin, vicomte de Chartres. 



70 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

sionibus ', S. item Wallero, S. Bozonis ' de Alpico^, S. Huboldi pre- 
positi, S. Odonis lilii supradicti luonisJ comitis, S. Gosberti fraLris 
eiusdem Odonis. Quicumque huic ^ carte assertores fuerint, ha- 
beant partem in oracionibus supradictorum monachorum et in regno 
Christi et Dei. Qui vero ' ei contradixerint deleantur de libro uiuen- 
cium et cum iustis non scribantur, sed pereant cum cis qui diceant 
Domino Deo recède a nobis . 

i) Bosonis C. — J) luonis omis par C. — A:) huius D. — /) autemC 



25 

Vers 1039 -^ 

Ives, le clerc^ fils du comte de Beaumont % fait remise des droits 
de gouvernail sur les navires montant ou descendant la Seine 
en vue de Confient, moyennant un clieval reçu en souvenir de 
cette donation. 

A. Original perdu. — B. Copie ou analyse du xii^ s., Bibl. du Havre, 
ms. 332 (J/ayw.s chronicon FonfanelL), p. 27.'). 

a. Onionl, Catalogue des manuscrits des bibliothèques publiques, Dé- 
parlements, l. II, p. 334 (d'après B). 

Garta de transitu navium Gonflentis castri. 

In nomine sanctae Trinitatis. Ego Ivo Deo sanctisque ejus Wan- 
dregisilio atque Ansberto simulque Wlfranno, quorum mérita Fonta- 
neilîE vénérant, perdono quicquid de g^ubernaculis navium eorum 
ascendentium per Sequanam sive descendentium secus Gonllendis 
castellum, amodo et in reliquuni, pro societate eorum qui ibi Deo la- 
mulantur monachorum et parte ac communione benefactorum, acceplo 
tantum ab eis uno equo ob meinoriam hujus cessionis, quam mea 
meorumque heredum subscriptione per carlae seriem fîrmiiudini 
mando perpetuae ac stabilitati . 

1. Gautier de Maisons{-Lafitte). 

2. Bozon du Peci}. 

3. Voy. la charte précédente. 

4. Le donateur qui fait cette cession aux religieux " pro societate 
eorum >• est sans doute le clerc Ives, dont il est dans la charte précé- 
dente, plutôt que le comte Ives, de Beaumont, son père. 



RECUEIL DES CHARTES 71 

26 

Vers 1048 1 

I. Guillaume, duc de Normandie, fait tradition de la terre du 

chevalier Asselin à Vahbé Groux de bonne mémoire-. 
II. Asselin vend à VabhéGroux et à son successeur, Robert, sa 
terre de Grosfy. 
III. Asselin vend à Vabbé Gî^oux et k son successeur, Robert, sa 
terre de Grosfy moyennant 36 livres. 

Mauger, archevêque de Rouen '\ munit ladite charte de 
son « autorisation ». 

A. Original ou originaux, perdus. — B. Copie du xiv*^ s., dans le Cartu- 
laire de Rouen, fol. 315 r°, n° 22. 

In nomine sancle et indiuidue Trinilatis. Ego VVillelmus, Dei gra- 
lia Normannorum cornes, pro redemptione anime palris mei Rodberti 
et pro mea, terram Atzelini, equilis mei, sancto Wandreg. et bone 
memorie abbati Gradulfo et eius monachis trado. Quam mee tradi- 
tionis auctoritaleni si aliquis infringere presumpserit, très libras auri 
soluat et prefato sancto quod suum est reddat. Utque hoc fîrmius 
eternaliter fixum omnis sciât, signi mei meorumque fîdelium denotatio- 
nem ad manum uideat. 

Signa [sic) Willelmi comitis -^ 
Littera Atcelini in eadem cedula qui vendidit nobis 
terram de GrofYait. 
At ego Atzelinus, egens auxilii domini mei Gradulfi eiusque suc- 
cessoris Rodberti, terram mei iuris dictam Groffaith perpetualiter 
in usLim fratnm habendam ipsis vendidi. Et ne quis mee posteritatis 
aut aliquis alius hocteniere présumât, auctoritate interdictionis archi- 
presulis Malgeri excommunicatum et dampnatum sciât. Miloni. 
loffredus lofredi filins, Willelmi. loffredus. Willelmus. 

stS-tst 

1. Les trois actes sont à peu près synchroniques. Commencée sous 
Vabbatiat de Groux la vente n'était pas encore pleinement effectuée à sa 
mort (6 mars 1048). 

2. Cf. au n° 14 (p. 55) l'addition de Guillaume à la charte du duc Robert. 

3. Mauger f 1037-1055). 



72 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

Deeodem in eadem cedula 

Eg-o Atselinus, egens auxilii domini mei Gradulfi eiusque succes- 
soris Rodberti, lerram mei juris dictam Groffat perpetualiter in usum 
fratrum habeiidain trig-iiita sex libras vendidi. Et ne quis mee posteri- 
tatis aut alius aliquis temere présumât, auctoritatem interdictionis ar- 
chipresulis Malgerii subter recognoscat. 

Ego Malgerius, Dei gratia Rothom. archiepiscopus, hanc cartulam 
auctorizo. Et ne quis hoc infringat eterne excommunicationis damp- 
natione interdico. S. Milone filii Oein -[-. 

27 

1048-J0G31 

Robert, ahhédc Saint-Wandrille, fait mettre en écrit V acquisition 
de la terre de Léhécourt achetée de Nicolas Fils-Baudry - en 
présence de sa femme Gertrude^ de ses fils et de nombreux fidèles 
— moyennant un a gage » de '25 livres pour le terme de douze 
années. Puis, ayant à la requête dudit Nicolas, ajouté une 
somme de 1^ livres de deniers, il a acquis cette terre en alleu 
avec la permission du comte Guillaume '^. Sur le conseil égale- 
ment et avec la permission de celui-ci, Vabbé a restitué le ton- 
lieu de Guitry moyennant 6 livres. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de novembre 1319, perdu. — C. Copie 
du xv^ s., dans le Cartulaire de Paris, fol. 25 v°. — D. Mention du 
xvii^ s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 98 v». 

Quia fragilitas Humana multis subiacens casibus in momento déficit 
etcito labitur actuumque pcrinde nostrorum memoria paulatim exo- 
lescit et perpétue obliuioni traditur, opère precium est et ut quicquid 
futurorum noticie procuratur literarum apicibus annotetur, ut res 
labilis et omnino obnoxia obliuioni utcumque figatur et future man- 
detur posteritati. Unde ego Robertus, Fontinellensis cenobii, indul- 
gente diuinitate, abbas constitutus, calliditatem filiorum seculi pre- 
cauens et preiudicia que ubique fiujjt grauiter metuens, ac per hoc 
filiorum lucis quibus, actore Deo, presum simplicitati consulens et uti- 
litati in posterum non irrationabiliter prospiciens, emcionem terre que 

1. La date de cet acte ne peut s'établir que par Tabbatiat de Robert. 

2. Sur Nicolas Fils-Baudry, cf. n" 16. 

3. Guillaume le Bâtard, duc de Normandie. 



RECUEIL DES CHARTES 



73 



dicitur Lebecors quam feci a Nicholao Baidrici filio, coram uxore sua, 
Geretrude, filiisque et fidelium multis, presentibus literis annotare 
feci et carte huius conscripcione teneri, ut presentibus sit contra per- 
fîdorum surrepciones et violencias firmitatis testimoniale judicium 
fîatque futuris contra aduersoriorum commenta fallacia et insollentes 
insidiarum tendiculas euidens veritatis monimentum; prius quidem pro 
ipsa terra, cunsilio fratrum usus, dedi non paruam pecuniam, id est 
viginti quinque libras pro vadimonio sub duodecim annorum ter- 
mino deinde vero, supradicto Nicholao petente, duodecim libras 
denariorum adieci atque imperpetuam possessionem et alodum sancti- 
Wandreg. comparaui, facta sug^estione apud comitem Willelmum et 
accepta ab ipso licentia huius negociacionis, thelonum quoque de 
villa Kitreya, quod ante tenebamus, pro sex libris reddidi. Hanc 
igitur cartam principi Normannorum Willelmo presentare cura[uij, 
quam sue auctoritatis signo firmauit et multis ex principibus suis. 
S. [blanc] Willelmi comitis, S. (j6/a/ic) Nicholav. 

28 

1048-1063 

L'abbé Robert fait réunir en un seul acte les chartes constatant 
les possessions de V abbaye^ les dons des fidèles et les achats qui 
se sont produits sous le gouvernement du comte Guillaume, et 
fait confirmer Vacte par ce dernier ^. 

IX^ Garta : Roberti abbatis de hiis que possidebat aut a fidelibus 
data sunl aut precio comparata a tempore Guillelmi comitis. Licet ea 
in singulis cyrographis haberet, tamen peciit ab eodem comité ut eam 
confirmaret, quod fecit libenter. 

29 

1051 

Guillaume, comte d'Arqués, fait don de vingt-deux arpents de 
terre sis à Aubevoie. 

A. Original perdu. — B. Vidimus, de novembre 1319, perdu. — C Copie 
du xiv^ s., dans le Cartulaire de /?oue/i, fol. 324 v». — D. Copie du xv" s., 
dans le Cartulaire deParis,îo\. 28 v° (d'après B). — E. Copiedu xvii* s., par 
A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 92 v°, sans indication 
de source (d'après D]. 

1. Sur cet acte perdu cf. plus haut le mémoire V. 



74 i/aRRAYK de SAINT-WANDRILLE 

[Le texte (F après CD.) 

In nomine patris et filii et spiritus sancti Amen ^. Ego Willelmus 
Magni Roberti iilius, diuina gratia preuentus atque Deo dignis pa- 
trum precedencium exeniplis animatus, qui sanctas sanctorum Dei 
ecclesias propriis sumplibus aut a fundamentis multimoda denotione 
construxerunt aut constructas ornamentis diuerso usui })aratis aut 
prediis siue aliis rébus humanis Deo seruiencium necessitatibus profu- 
turis pro suarum '' redempcione animarum alï'atim dilarunt ac simili ^ 
ralione talique commercio celum comparentes et thesauros suos tuto 
loco repositos eternaliter recepturi prudenter ante se premiserunt, de 
pauperlate mea in loco qui dicitur Fontinella, prius a sancto pâtre 
W'andregisilo nobiliter extructo, aliquid pro salute mea deuote olTerre 
decreui, ut eorum qui idem sanctum cenobium edificarunt meniis, dita- 
runt facultatibus et prediis, particeps et consors in aeterna sanctorum 
gloria merear inueniri. Proinde vig^inti duo'' terre arpenta optimo 
solo et pingui gleba, sita in villa'' que videlicet ^ nuncupatur Albauia, 
hereditario mihi iure parentum meorum pertinencia, supradicto loco 
concedo et trado eternaliter possidenda. Quod ut fuluro seculo liquide ^' 
innotescat et a memoria nos secuturorum non depereat, huius'' carte 
uolui contineri scedula ', quam et signando manu mea lirmaui et W'il- 
lelmi principis auctoritate roborandam mittere suasi domnoJ Roberlo 
abbati. Guius anno regiminis quarto acla est solennitas '^ huius dona- 
cionis, M° L I*^ ^ anno dominice incarnationis. 

Sig-num ^^'ilIelmi, S. Willelmi comitis',S. Hug-onis, S. Walberti "\ 
S. Willelmi, Henrici. 

a) Amen omis par C. — b) sua C. — c) C D ont Vabréviailon de sibi ; 
E a bien vu qu'il fallait lire simili. — d) XXII. D. — e) villam Z). — f) vide- 
licet omis parC. — g) liquide omis par D. — h) huic D. — i) cedula D. — 
j) donne C. — k) sollempuitas C. — Z) M° quinquagesimo piimo C. — m) 
Walerici C. 

30 
1051 

Baudouin, surnommé Filleul-, confirme par un acte écrit la dona- 
tion de son alleu de Glicourt faite au feu àb/jé Groux'^ avec la 

1. Le premier Guillaume est le donateur, le second le duc de Normandie. 

2. Peut-être le même que Baudouin de Meules, qui après l'assassinat de 
son père, Gilbert de Brionne, se réfugia en Flandre, à la cour de Bau- 
douin V (Ordéric Vital, II, 121 ; III, 340) peut-être son parrain (?). 

3. La donation orale 'ou symbolique) est donc antérieure au mars 1047- 
1048, date de la mort de Groux. 



RECUEIL DES CHARTES 75 

permission de Guillaume^ marquis de Normandie^ et de Voncle 
de celui-ci^ Guillaume , comte d^ Arques, dans le comté duquel 
est situé ledit alleu. 

A. Original, Archives dép. de la Seine-Inférieure à Rouen, série H, non 
classée. — A' Fac-similé, Les Archives de la Normandie et de la Seine- 
Inférieure ... Recueil de fac-similés d'écritures du XI^ au XVIII^ siècle, 
par P. Chevreux et J. Vernier (Rouen, 1911, in-4), pi. IV. — B. Copie du 
xi\*^s., dans le Cariulaire de Rouen, fol. 318 v<^. 

In nomine patris et filii et spiritus sancti. Gum constet omnipo- 
tentem Deum hominem ad imag-inem suam mirabiliter condidisse et 
lapsum unici sui precioso sanguine redemisse, cuius dig-nitatis sit 
humana natura liquet aperte ; cui ad gratiam promouende priuile- 
g-ium sue similitudinis dignanter induisit et reparande ad ueniam sin- 
gulare passionis sue remedium procurauit quamque super omnem 
creaturam mundi dignitate conditionis propter semetipsum potenter 
extulit et super omneni celest i um uirtutum gloriani per se ipsum 
coUocando singulariter mirificauit ac per nostre carnis participium 
ad sue diuinitatis prouexit nos consortium. Eo igitur erigenda men- 
tis intentio, eo tota cordis transferenda est meditatio, despicienda sunt 
queque transitoria et caduca, abicienda terrena et uilia, quicquid 
ueroest nostri iuris I3eo deuote dicandum, quicquid precii et honoris 
libenter est offerendum, ut eo perueniatur quo precessit Ghristus, 
caput nostrum, Quod ego Balduinus, cognomento Filiolus, diligenter 
perpendens, gratia diuina preuentus cum, omni re quam in hac North- 
mannorum terra possideo, alodum Gliscortis dictum, quod a patribus 
et proauis solidum ac quietum hactenus possedisse uideor, Deo omni- 
potenti, a quo meliora spero, ac sanctis eius qui in Fonlinelle patroci- 
nantur cenobio, quorum meritis iuuari me lideliter credo, jamdudum 
in presentia dulcis memorie Gradulfi abbatis, per manus Vuillelmi 
Northmannorum marchionis, et Vuillelmi patrui eius, uidelicet 
Archis tune temporis comitis, cuius in territorio et comitatu idem 
alodum habetur, a me deuotissime traditum, per hanc charte huius 
conscriptionem confirmo, et auctoritale supradictorum principum et 
multorum testimonio nobilium qui subscribentur eandem donationem 
corroboro, ut perpetualiter in fratrum usibus eiusdem sancti loci per- 
maneat et profîciat et sub interminatione diuini iudicii atque im- 
precatione dampnationis aeterne prohibeo ut nnlli mortalium per 
succedentia tempora neque in benelitio neque pro pretio tribualur 
omnino. Facta est autem hec astipulatio dominice incarnationis Mil- 
lésime. L. I. anno, gubernante predictum locum domno abbate Rot- 
berto, quarto uidelicet sui honoris anno. 

Signum f Balduini. 



76 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

Signum Vuillelmi f principis, S. item Vuillelmi -[ comitis, S. Mal- 
gerii -j- archipresulis. 

Signum Matil -|- lis comitisse, S. Roberti iuuenis comitis, S. Willeelmi 
episcopi. t, :^, :^ . 

-[- Otonis Baiocaensis episcopi, -j- Roberti comitis [de Monjtini -j- 
Roj^erii de [Mujng-ena, f [Willjeelmi [filiil Osberni, f Hugonis 
Luxouiensis episcopi, -j- Barnard de Hamellis '. 

31 

lOol 

Guillaume, duc de Normandie, à linstigation de ses chevaliers 
Baudouin Filleul, Toustain et Robert, donne un manse et 
deux hôtes à Longueil, ainsi que les dîmes de cette villa, 
un manse à Yvetot avec le terroir de Carcuit, la terre de Cor- 
bière, deux parts de la dîme de la terre de Toustain. la dîme 
entière des Neuves-terres, tenue du comte d'Evreux, à Darnétal 
la dîme de cette villa et un hôte. 

A. Original, Bibl. Nat., ms. lat. 10738, pi. 5 (endommagé) -. — B. Vidi- 
mus de Philippe V, de novembre 1319, Bibl. Nat., ms. lat. 16738, n° 12. — 
C. Copie du xiv« siècle dans le Cartulaire de Paris, fol. 26 v° (d'après B). 
— Z>. Copie du xvii« siècle, par A. Duchesne. Bibl. Nat., Coll. Baluze, 
vol. 58, fol. 92 (sans ind. de source : d'après A ?). 

1. Les personnages qui souscrivent cet acte sont, outre le donateur 
(cf. sur lui p. 74, note 3), Guillaume, duc de Normandie ; Guillaume, comte 
d'Arqués; Manger, archevêque de Rouen de 1037 à 1055; Mathilde, femme 
de Guillaume le Conquérant ; Robert (Comte-Lense), leur fils aîné; Guil- 
laume, fils de Girard Flaitel (cf. n<> 9), évêque d'Évreux de 1040 environ à 
1066 ; Eudes, frère utérin du duc Guillaume, évêque de Baveux, de 1049 à 
1097; Roger, comte de Montigny (Seine-Inférieure, arr. Rouen, cant. Ilau- 
mer?); Roger de Montgomery (?), Guillaume Fils-Osber (cf. sur ce person- 
nage, Guillaume de Juniièges, VII, 25) ; Hugues, descendant de Richard I", 
évêque de Lisieuxde 1049 à 1077, — Les souscriptions de Mathilde épousée 
vers 1053, et de son fils aîné Robert, ont été apposées après coup, et 
semblent autographes. L'aspect de l'original montre qu'il en est de même 
des autres souscriptions apposées au bas de l'acte. Seules les souscriptions 
de Baudouin'^Filleul. du duc Guillaume, de Guillaume d'Arqués, de l'arche- 
vêque Manger, sont de 1051 ; elles ne sont pas autographes, mais tra- 
cées de la main du rédacteur de l'acte ; seules leurs croix sont autographes. 

2. L'écriture et le protocole sont les mêmes que pour la charte de Bau- 
douin Filleul (n° 30). 



RECUEIL DES CHARTES 77 

[Les lacunes actuelles de A ont été comblées au moyen de D.) 

In nomine patris et fîlii et spiritus sancti. Gum constet omnipoten- 
tem Deum hominem ad iiiiaginem suam mirabiliter [conjdidisse et 
lapsum unici sui precioso sang"uine red[em]isse, cuius dignitatis sit 
humana natura liquet [aperte ; cui] ad gratiam promouende priuile- 
gium sue similitudinis dignanter induisit et reparande ad ueniam sin- 
gulare pas[si]onis sue remedium procurauit quamque super omnem 
creaturam mundi dignitate conditionFisl, propter [semetipsum po]ten- 
ter extulit et super omnem celestium uirtutum g^loriam per seipsum 
collocando singulariter mirificauit ac per n[ostrae carnis participium] 
ad sue diuinitatis prouexit consorcium. Eo ig'itur exig^enda mentis in- 
tentio, eo tota cordis transferend[a est meditatio, despici]enda sunt 
queque transitoria et caduca, abicienda terrena et uilia, quicquid uero 
est nostri juris Deo de[uote dicandum, quicquid] precii et honoris 
libenter estofferendum^ ut eo perueniatur quo precessit Ghristus, caput 
nostrum. Quod eg'[o Willelmvs], nutu Dei Normannorum comes, dili- 
genter perpendens, quorundam fidelissimorum militum interpellatione, 
videlicet Balduini F'ilioli, Tustingi fîlii Heluise, et Rothberti, Deo 
omnipotenti, a quo meliora spero, ac sanctis eius qui in Fontanell[e 
patrocinjantur cenobio, quorum meritis iuuari me fideliter credo, ad 
restaurationem dicti loci, qui dudum subuersum fuisse dig-noscitur, 
dono in Log-olio mansum unum et duos hospites [cum qua]dam par- 
ti[cula terlre et omnes décimas ipsius uille. Apud luetot mansum 
unum cum territorio de [G]arfcli]f [et terram] de Gor[b]er[ia] quietam, 
duas p[arte]s decim[e] de terra Tusting-i et totam decimam de Noua 
terra, [quam tenebjat [de comité Ebroicensi.] In Danesta v lia deci- 
mam ipsius uille et unum hospitem. Et ut perp[etualiter in fratrum 
usibus] eiusdem sancti loci permaneant et proficiant, per hanc car[te 
huius conscriptionem et auctoritatem] meam corroboro et confirmo, 
cum multorum nobilium subter ascripLorum testimonio. Facta est 
autem hec astipulatio Dominice incarnationis Millesimo. L. I. anno, 
gubernantepredictum [locum domno] abbate Rotberto, quarto uidelicet 
sui honoris anno. Sig-num Vuillelmi -|- principis. 

Signum item Willelmi -j- comitis, Signuni Malgerii archipresulis ■[-, 
Signum Matildis f comitisse, S[ignum Roberti] f [iunioris] comitis, 
Sig-num Willelmi episcopi, -j- Otonis [Bajocajssini episcopif, Sig-num, 
[Balduini, Signum] Tust[in]i, [Signum] Rot[be]rti f. 

Sig-num Willelmi fîlii Osberni pincerne-j- ^ . 

1. Sur les personnages et leurs souscriptions la note du n° 30 s'applique 
également ici. Il est évident que le duc n'a pas de chancellerie. 



7S L^AnnAYR \)K SAINT- WANDRILLE 

32 

Vers 1061 ^ 

IIuç/iics n, comte de Meulaii, accorde le libre passage au port de 
Meulan au.r bataux transportant le vin ou les vivres à l'usage 
des religieux. 

Vers 11832 

Galeran, comte de Meulan^ confirme la donation précédente. 

A. Original perdu. — B . Copie du xiv*' s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 330 vo, n° 20. — C. Copie du xvii'' s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., 
Coll. Baluze, vol. 54, fol. 516. — D. Copie du xyii*" s., pour Gaignières, 
Bibl. Xat., ms. lat. 5425, p. 68 (d'après A et B). 

[Le texte d'après BCD.) 

cyrog^raphum. 

Omnium rectarum conuenientiarum causas fîrmari decet a rectis 
aliqua reteiitionis ac memorie nota. Unde et ego Hugo, Dei gratia 
Mellentis castri cornes, omnipotenti Deosanctisque eius offerre desi- 
dero, almo Pelro aposlolorum principi necnon piissimo confessori 
quondam Fontanellensis cenobii Wandregesilo % de ipsius predicti 
loci abbati monachisque eius iure perpétue hoc ^ confero munus : 
quatinas, pro redemplione anime mee et patris ac matris necnon here- 
dum meorum maximeque pro defensione hostiuni meorum, uisibilium 
atque in uisibilium, eorum vina seu aliqua ad se pertinentia per portum 
Mellensem absqueuUo débite finetenus transeant libère. Quod si quis 

a) Wandregilo D. — h) liée B. 

1. Hugues II, fils de Galeranll qui mourut le 8 octobre 1069 ou 1070, était 
encore comte en 1076. Il finit ses jours au Bec le 15 octobre 1079 ou 1080. Sa 
retraite en ce monastère se place donc vers 1077-8. En 1061-62, pendant la 
captivité de son père, prisonnier de Guillaume le Conquérant, Hugues avait 
gouverné le comté de Meulan. La charte pourrait être de cette époque, 
d'autant que le vicomte Touin, qui souscrit l'acte, semble remplacé depuis 
1062 par Gautier Païen, son fils, lequel souscrit également. 

2. Au témoignage de D, l'original paraissait être u avant 1200 ». Le 
comte Galeran est sans doute Galeran IV, associé à son père Bobert IV dès 
1183, qui périt pendant la 3« croisade en 1190 (?), — plutôt que Galeran III 
(1118-1166). 



HECUKIL DES CHARTES 79 

meorum succedentium, proximorum uel exterorum, repellere '^ studue- 
rit, inuidus uel sibi '' usurpare, auaritie telis transfixus, de iusto Dei 
iudicio omnino priuetur transeuntibus bonis nec ualeat inherere ^ 
mansuris. Quam cartulam manu mea confirmo et auctorizo sub horum 
testiuni testimonio. 

■j-S. Hug^onis comilis, f S. Johannis, -[- S. Walterii Pagani, f S. 
Teduini vicecomitis, -j- S. Rogerii . 

Eg-o ^ Gualeranus ^' cornes Mellenti prescriptam donationem prede- 
cessorum meorum concedo et hoc signo meo confirmo -|- 

Testibus : Willehno filio Roberli et Willelmo de Teboldivilla et 
Willelmo de Pinu et Herberto''de Luxouiis et Rogero fratre suo. Et 
Philippo de Blarru et Roberto Bigoto et Ernulfo ' de Berou et 
Vlfranno preposito et Hunfrido camerario et Nicholao de Juliibona. 

c) refellere B. — r/j si/). — e) inhabere B. — f) D remarque qu'à partir de 
ce mot le reste est c fVune autre main ». — g) Galerannus B. — h) Heberto 
B. — i) Hernulfo B. 

33 

1063-10891 

Geoffroi, fils de Nivard -, fait remise du droit de travers au port 
de Maisons dû par les bacs et navires remontant en « France » 
ou en descendant. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
perdu. — C. Copie du xv** s., Cartulaire de Paris, fol. 33 v° (d'après B). 
— D. Copie du xvii'" s., [)ar A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, 
fol. 99 v° (sans ind. de source). 

(Le texte d'après C D). 

In nomine patris et filii et spiritus sancti. Eg"0 Gausfredus, Niuardi 
filius, considerans et rationabili modo intelligens quod omnis homo 
viuens vanitati sit similis, diebus eius sicut umbra declinantibus breui- 
bus momentis, et que mundus quem diligimus fregit omnisque concu- 
piscencia eius tanquam fumus vento impulsus in se ipso déficit, pro 
requie genitorum meorum, pro spe salutis et incolumitatis mee, meo- 
rumque natorum, do et perpetualiter concedo, nominatim pro anima 
mee coniugis, Doo et sancto Wandregisilo et abbati Girberto suisque 
nionachis, totam costumam trauersi quam in portu qui Maisons voca- 

1. La mention dans l'acte de labbé Girbert resserre la charte entre ces 
deux dates. 

2. Peut-être Nivard de Septeuil. Cf. plus loin, n° 46. 



80 l'abbaye de saint -wandbille 

tur, dare soliti erant, qiiicquid videlicet ex baccis vel nauibus eorum 
in P>anciam ascendentibus siue iiide descendentibus mihi jure here- 
ditario exibat, ac recepta vice ut omni anno in anniuersario coniug-is 
niee apud eos eius fiatmemoriale in missaruni vigiliarumque celebra- 
cione. Poito, ne ab aliquo nieorunm posterorum hec donacio possit 
calumpniari, tanquam siue testimonio hanc cartulam ipse fieri man- 
daui, et filio meo atque hominibus ut sig-narent persuasi ipse primus 
huic imponens signum coniirmacionis. 

S. Goeslfredi, S. Goisfredi filii eius, S. Willelmi Calui. 

S. Letberti militis, S. Rogerii prepositi, S. Galtherii tîlii eius. 

34 

1063-1089 1 

Accord - entre Vabbé Girbert et Mauger, fils de Hugues de War- 
chan. 

Mauger tiendra en « alleu » de l'abbé la terre de son père, 
c'est-à-dire qu'il aura la charrue, la <( bergerie », la « por- 
cherie » ; l'abbaye aura la dîme de la terre et touchera 
annuellement dix sous à la Saint-Martin. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 314 v°, n° 16. 

Hec est conuentio inter domnum abbatem Girbertum et Malgerium 
filium Hugonis de Warchan. Donnus abbas concessit ei terram patris 
sui in alodio, eo videlicet tenore ut ipse Malgerius in supradictam 
terram habebit carrucam et bercquariam et porcariam, et omnem 
deciniam illius terre habebimus, et per singulos annos persoluet decem 
solid. ad festiuitatem S. Martini. Huius conuentionis testes sunt, ex 
sua parte : Theodericus, Willelmus, Aluredus; ex nostra vero : Wil- 
lelmus ludas, Gulbertus, Herbertus, Hugo RulTus, Fulco [de] Luuetot. 

35 

Vers 1063 2 

Guillaume, duc de Normandie, fait don d'un manse au terroir 
de Butot. 

1. L'abbatiat de Girbert est le seul élément chronologique de l'acte. 

2. L"acte, postérieur au mariage de Guillaume avec Mathilde vers 1053 
(Freeman, Norman conquest, III, 653), à la naissance de plusieurs enfants, 
est antérieur à la conquête de l'Angleterre 1066L II se place plus près de 
cette dernière date. 



RKCUEIL DES CHARTES 81 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Carlulaire de Rouen, 
fol. 318 r°. 

In nomine patris etfîlii et spii-itus sancti Amen. Pax semper cunctis 
Ghristi famulantibus absit -j-. Quoniam quidem cuncta mundi huius 
obleclamenta cotidie adima dilabuntur et ipse mundus iam senescens 
etiam amatoressuos sibimet plus iusto obnoxios vitare videtur insuper 
multimodis erumpnarum inclitus nil decoris ac speciminis habere 
absque dubio dinoscitur, dignum profecto uidetur ut quisquis fidelium 
terrenis ex debito intentus, negociis maxime autem prepotens ac diui- 
tiisaffluens, seruos Dei ex propriis sumptibus sustentet, illos nimirum 
qui pauperes facti propter regnum celorum in huius uite stadio pugna- 
turi, tocius inpedimenti ueste exiti, contra communem hostem pro- 
cesserunt. Quod ego Willelmus, tocius Normannie, Dei gratia, prin- 
ceps, diligenter animaduertens, statui apud me Deo et ei famulantibus 
aliquid iuris in munere conferre. llnde sciant omnes, tam présentes quam 
futuri, quod, pro redemptione anime mee et mulieris mee filiorum 
quoque et filiarum salute, mansum cum territorio de Buthetot, quod 
in dominio habeo, Deo et sancto Wandreg-., Ansberto atque \Mfranno 
perpetuo munere largior ac auctorizo. Et si quis hanc auctoritatem 
inrumpere presumpserit anathema sit. -|- Girart, -|- .Rogerius, -f \\ ill., 
•J- et alii quamplures. 

36 

1066-1087' 

Guillaume, duc de Normandie et roi d'Angleterre, pour Vainour 
de son chapelain Guncard, rendu moine à Saint-Wandrille, 
donne à cette ahhaye quatre églises en Angleterre avec les dîmes 
et coutumes, telles que les possédait le prédécesseur de Guncard 
au temps du roi Edouard'^ de sainte mémoire ; c'est à savoir : 
deux églises, Mincherte et Bridetune, en Dorsetshire ; la troi- 
sième, Scorestam, en Wiltshire'^ . 

A. Original perdu. — B. Vidimus d'Edouard I, roi d'Angleterre, de 1307, 
Record Office à Londres, Plac. de^Banco de term. Mich., 34 Edw. 1. 

a) Dugdale, Monasticon Anglicanum, 1. 111, p. 974 (d'après B). — a') ibid., 
nouv. éd., t. VII, col. 1108, n» 2. 

Ind. : Bréquigny, Table des diplômes, t. Il, p. 126 (à 1071). 

1. Guillaume est qualifié roi d'Angleterre. 

2. Edouard le Confesseur (1041-1066). 

3. On ne parle pas de la 4® église. 

L'Abbaye de Saint- Wandrille. 6 



82 T/AlUiAYi: ])]■: SAINT- WAN DRILLE 

Noluni sil omnibus, Lain jjosleris quam presentibus, quod ego W'il- 
liehiius, I)ei gralia (lux Norlniannoruni el rex An>;loruiii, pro redemp- 
tione anime mee et sainte conjngis el tiliornm meorum, l'ontanellensi 
monasterio, in honore sancli \\'andregisili constructo, pro amore 
(iuncardi, capellani mei, qui ibi monachus facLusest, quatuor ecclesias 
in Anglia positas concessi cum decimis et omnibus suis custnmis, sicut 
antecessor (luncardi eas tenuit tempore antecessoris mei beatae me- 
moriae l'Mwardi regni. Quarum duae, Minecherte et Bridetune, sunt 
in comitalu Dorset, tertia vero, Scorestam, est in comitatu \\'iltescire. 
Et ut donalio rata et lirma sit [)roprio signoeam autorizavi, imprecans 
eis analhema et nialediclionem qui eam violaverint et eam distnrbare 
voluerint etc. (sic). 

37 

1074'. — Lillebonne. 

Guillaume, roi cV Angleterre et duc de Normandie, voulant éviter 
de laifiser trancher jhir le duel judiciaire un débat entre r ab- 
baye et Guillaume, comte d'Evreux-, concernant les droits 
réclamés par les moines dans les forets de Caudebec et de Gou- 
ville, impose aux parties l accord suivant : les relic/ieux auront 
droit de demander du bois de chauffage et de construction aux 
forestiers [du comte) pour les besoins des villas confinant à ces 
forêts, cest à savoir Caudebec, Sainte-Gertrude, Louvetot, 
Etaintot, Rançon, Betteville, Gouville et Abbeville. Si les fores- 
tiers se refusent à venir, les moines auront le droit de prendre 
eux-mêmes ce qui leur est nécessaire / (juant au mort-bois ils 
en prennent à volonté en vertu de la coutume. Ils auront droit 
d'envoyer seulement quatre « porcheries » dans lesdites forêts, 
quittes de droits envers le comte d'Evreux. Si celui-ci 

1 . J'ai quelque doute au sujet de l'authenticité de cetacte. Le préambule 
et rannoncedes signes de validation, que nous imprimons en italique, sont 
copiés sur le diplôme de Charles le Chauve (n» 5). L. Valin {Le duc de 
Xormandie et sa cour, 1909, p. 198) estime que le duc « après avoir pris 
conseil de sa cour, imposa aux parties de faire la paix et leur dicta les 
termes d'une transaction qu'elles acceptèrent ->. 

2. Guillaume, comte d'Évreux, depuis le 13 décembre 1067, date delà 
mort de son père Fiichard; il mourut le 18 avril 1118. 11 fut enseveli, à 
l'exemple de son père, en l'abbaye de Saint-Wandrille. 



RECUKIL DES CHARTES 83 

envoie ses ((porcheries » ou celles de tout autre dans l intérieur 
de sa (( hayeet de/fend », les moines pourront y faire pénétrer 
aussi leurs propres « porcheries >) sans rien payer. La faculté de 
laisser paître les autres animaux sera partout libre pour V ab- 
baye. Si le comte Guillaume ou ses successeurs bâtissent sur les 
confins de ces forêts^ le terrain défriché deviendra la propriété 
de Saint-Wandrille. 

A. Original perdu, — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
perdu. — C. Vidimus de Jean de Garenchières, du 3 juillet 1402, perdu 
(d'après fi). — D. Copie du xiv'' s., dans le Cartul. de Rouen, fol, 4 v" 
(d'après C). — E. Autre copie, ibid.Jol. 321 v°. — F. Copie du xv" s., dans 
le Cartulaire de Paris, fol. 14 ro (d'après B). — G. Autre copie, ibid.f 
fol, 43 r° (d'après C) . — //. Copie du xvii*^ s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., 
Coll, Baluze, vol, 58, fol, 91 (sansind, de source), 

a) Du Monstier, Neustria pia, p, 168, d'après l'original ou une copie, 
Ind, : Bréquigny, Table des diplômes, t. II, p. 141 ; — Round, Calendar, 
n« 165, 

[Le texte est établi d'après D E F G a.) 

In^ nomine sancte et indiuiduae Trinitatis. Willelmus ^ Del gratia 
gloriosus rex Anglorum et cornes inuictus Normannorum, Si ea que 
pj'o statu et utililate ecclesiarum in regno et comitatu nostro^ statuun- 
tur nostris confirmamus edictis, hoc nobis procul dubio ad eiernam 
beatitudinem et tocius regni a Deo nobis commissi tutellain mansu- 
rum esse credinius et retrihuenfem Deuni exinde in futuruni hahere 
confidimus. Igitur nota m sit omnibus sancte Dei ecclesie fîdelibus, 
tam futuris quam presentibus, quia ego Willelmus, Dei gratia rex 
Anglorum etcomes Normannorum, iussi hanc cartam fieripro quadam 
concordia quam feci inter locum Sancti Wandregisili F^ontanellens. et 
Willelmum, Ebroicensem comitem, tempore Gilleberti** abbatis. Certe 
monachi Sancti Wandregisili dum in foreste de Gaudebec '^ et foreste 
de Gothuilla et in terra et in aqua plures coustumas ex dono et largi- 
cione aui mei Ricardi comitis proclamarent prout erat tempore 
Giraldi ^ abbatis, sicut inde adhuc plures vestituras et teneduras 
ostendunt, comes vero Willelmus ad hec nollet acquiescere, et hoc ex 
utraque parte vellent campi pugna probare, ego Willelmus, Dei gratia 
rex Anglorum et dux Normannorum, ne causa Ecclesie determinare- 
tur humano sanguine, cum principum meorum consilio taliter feci 

a) les parties en italique sont copiées sur le diplôme de Charles le 
Chauve. — b) Willermus D. — c) meo D G. — d) Gilberti D, Girberti a. 
— e) Chaldebech a. — f) Girardi a. 



84 l'aIUJAVK de SAlNT-WiNDRlLLE 

pacem el ct)iicordiani, ut eL coiul's Willehnus bono aiiiiiio crga locuni 
remaneret et fratrcs suQîcienler ad suas nécessitâtes de hiis duabus 
foreslibus " haberenl, el hoc'' non ex dono alterius sed ex mea auc- 
toritate ' et lar^ncione cognoscerenl. Hoc autem taliter erit : quando 
monachi ad suum ardere et ad edificia monaslerii et ad oniues ofFici- 
naruni suarum J utilitates et ad illarum omnium suarum villarum*^ et 
possessionum dominicas utilitates que in conlinio harum duarum l'ores- 
tium ' sunt, id est Gaudebec'', Sancte Geretrudis, Louuetot"', Staintot", 
Resenchon", Belheuilla, Gothuilla et Abbatisuilla i', necesse habebunt, 
forestarios vocabunt, et forestarii quantum satis est conuenienter 'i et 
conuenienli loco, sine omni dilacione, quantum opus fuerit ad fratrum 
nécessitâtes dabunt. Quod si forestarii vocati noluerint venire et dare, 
tune fratres licenter et sine omni calumpnia et tamen '" conuenienter, 
quantum opus fuerit ad suas nécessitâtes, de hiis duabus forestibus 
accipient ; et de mort bosc quantum uolunt consuetudinaliter habe- 
l)iint. Monachi eciam"" omnes suas porcharias* asserebant se posse per 
coustumam in has duas forestas absque precio ad pascuam mittere ; sed 
coines Ebroicensis noluit nisi duas per coustumam recognoscere. Unde 
liabita consibi debberacione pro pace et concordia consensit adhuc et 
alias duas, ut quatuor numéro " sint que absque precio per coustumam 
in has fores tes '' ad pascua inlrent, excepta haia w sua et delFensione. 
Ac ^ si comes in haiam ^ suam el deiïensionem suas porcarias vel 
aliorum miserit, tune et monachorum porcarie absque precio licenter 
et sine omni calumpnia inlrabunt in haiam ^^ etdelTensionem. Pasturam 
vero pecorum " et animalium sine contradictione ubicumque ** mona- 
chi semper habebunt. Gaueat eliam comes Willelmus vel quicumque 
successor '' suus has duas forestes'" tenuerit ne unquam in circuilu vel 
in contînio harum forestium '' mansiones hominum vel aliquid aliud 
edificium sibi facial, sed stalim terra euacuata a silua '^ perpetualiter 
terra iure haereditario remaneat sancto Wandre<:;isilo. Et ut hec nucto- 
ritas, quant oh Dei amorem et anime nostre reniedium statuinius, fir- 
miorem ohtineat vigorem et deinceps inconculsa valeat perdurare, 
manus nostre subscriptione eam ^ suhterfirmauinius. 

Aclum féliciter castro Iulia bona ^, anno ab incarnalione Domini 
M*'LXXIIIJo, indictione duodecima, résidente in sede romana papa 

g) forestis D a. —h) hoc omis par G. — i) authoritate a. — j) nostrarum 
G. — k) V. S. G. — l) forestum F, forestuum D. — m) Luuetot G. — n) 
Steintot a. — o) Resençon a. — p) A, G. a. — g) sufficienter F. — /•) lantum 
a, — s) autem a. — t) porcherias F. — u) in numéro a. — v) forestas G. 

— w) haya F. — x) at a. —y) hayam FG . — ::) peccorum Z),p orcorum G. 

— a) ubique Fa. — b) servitor i). — c) forestas DG. — d) foreslarum G. 

— e) summa G . — f) eam omis par D . — g) Villia bona F. 



RECUEIL DES CHARTES 85 

Greg^orio anno secundo, qui erat gloriosi Ang^lorum Willelmi " annus 
adepti regni octavus, Guilberti' abbatis in abbatia duodennis. 

■\- Sig-num Willelmi •' régis Anglorum, f Sig^num Roberti fîlii régis, 
-[- Signum Willelmi filii reg-is, -j-Sig-num Willelmi*' Ebroicensis comitis, 
-|- Signum Goesfredi J filii Guidonis ^, -J- Signum Rogeri* de Montgo- 
meri, -|- Signum Rogeri * de Belmont, -|- Signum Eudonis™ dapiferi '. 

h) Guillermi D. — i) GirbertiFa. — J) Goeffredi D, Gosfredi G, Gois- 
fredi a. — k) Eudonis a, — l) Rogerii a. — m) Guidonis FG; on peut lire 
Eudonis ou Guidonis dans D. 



38 

1074, mai. — Rouen. 

Guillaume, roi d'Angleterre et duc de Normandie, fait les dona- 
tions ou restitutions suivantes : la villa d^Ectot,près de Baons, 
avec Vcglise, la dîme du tonlieu de Baons, la dîme de la « mou- 
ture » de cette villa et de celle de Veauville [-lès- Baons) ,V église 
de Flamanville avec les dîmes, l'église cV Alouville avec les 
dîmes, Cric/uetot avec les hôtes, les églises Notre-Dame et 
Saint-Georges de Gravenchon avec les dîmes et deux hôtes, 
Véglise du Maisnil avec les dîmes, Bertrimont et Véglise avec 
neuf hôtes, Gueutteville et Véglise avec les dîmes ; les églises de 
Saint-Victor-la-Campagne et d' Anquetierville avec les dîmes 
et cinq vavasseurs ; le manse et terroir de Bu tôt avec Véglise 
et les dîmes, Grosfy, terre d'Anseaume, chevalier du duc ; Bosc- 
Gerard avec les églises et les dîmes; Neuville-sur- E aulne avec 
Véglise et les dîmes; — dans le pays de Séez : les églises d'Ar- 
gentan avec les chapelles et les dîmes, les églises de Saroeaux, 
Mavoville, Coulandon et Cheffreville, avec leurs dîmes ; — à 
Creppeville terra Manninc et terra Bruninc avec quatre « alo- 
diers » ; à Vaudreville la terre de Raoul et Enguerrand 
avec un moulin ; à Canteleu un peu de forêt. 



1. Les témoins sont, outre le roi Guillaume, ses fils, Robert Courte- heuse 
et Guillaume le Roux; Guillaume, comte d'Évreux (cf. p. 82, note 2); Roger 
de Montgommery (cf. Guillaume de .lumièges, VU, 2), Roger de Beaumont, 
le futur comte de Meulan, Eudes le Sénéchal (cf. Ordéric Vital, éd. Le Pré- 
vost, t. Il, p. 10(S; t. ni, p. 29). Geoiïroi Fils-Gui m'est inconnu. 



86 L ABBAYE DE SAINT-WAKDRILLE 

xi. Original, Bibl. Nat., ms. laL. 16738, plancheTi. —B. Vidimus de Phi- 
lippe V, de novembre 1319, Bibl. Nat., ms. lat. 16738, n° 7. — C. Copies 
du xiyc s. dans le Cartulaire de Rouen, fol, 172. — D. Copies du xv« s. 
dans le Cartulaire de Paris, fol. 12 v« et 13 r°. — E. Vidimus de Henri VI, 
du 6 novembre 1423, Archives Nat. JJ. 172, fol. 300 r», n» o40 (d'après B). 
— F. Copie du xvii« s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 
58, fol. 89 c( ex veteri schedà ms. ». — G. Id., ibid., fol. 90 (d'après C). 

[Le texte est établi d'après A dont les lacunes actuelles ont été comblées 
au moyen des copies anciennes énumérées ci-dessus.) 

In nomine summe et indiuidue Trimtatis, patris et filii et spiritus 
Sancti. Amen. Ego Willelmus dispositione Dei rex [AngJlorum |'- et cornes 
inuictus Normannorum. Diuina gratia preuentus atque Deo dig-nis 
patrum precedentium animatus exeniplis, qui sanctas sanctorum Dei 
ecclesias propriis' |-^ sumptibusaul afundamentis multimoda deuotione 
construxerunt, aut coustructas ornameiitis diuersis aut prediis siue 
aliis rébus seruorum Dei necessitatibus profut[uris, pro] |^ suarum 
redemptione animarum affatim ditarunt, hac sibi ralione talique com- 
mertio celum comparantes, et thesauros suos tut[o loco repositos 
eternaliter recepturi prudenter ante se pre|"'miserunt, in loco qui 
dicitur Fontinella, prius a sancto Wandregisilo nobiliter exstructo, 
quondam peruersorum bacanto gladio ad [solum usque^ diruto, sed 
aui mei Ricardi pia diligenci a restauratol |^, dominico sermone 
ammonitus dicente : u reddile que sunt Cesaris Cesari et que sunt 
Dei Deo » -, ac fidelium usus consilio, dono pro anime mee remedio et 
p[arentlum prae ced entium^ ac u niuersae prolis a Deo mihij 1' con- 
cesse, ad supplementum uictus seruorum Dei ipsi in eo seruientium, 
décimas siue possessiones et predia subnotata et ea que eiusdem loci 
iuris fuerant [ante ipsius deuastationem, quaej |^ hue usque nostris 
cesserunt usibus et domina tioni, deuote et humiliter restauro, ut 
eorum qui idem sanctum cenobium edificauerunt meniis, dita- 
runt facultatibus et pre diis, particeps et ^ consors eterna sanctorum 
gloriamerear inueniri. Id est : uillam que dicitur Esketoth iuxta Banna, 
et ecclesiam cum omnibus suis pertinentiis, et decimam thelonei de 
Bannis, et molituram eiusdem [uillae et de Verel]|'^ uilla cum omnibus 
illic ad me pertinentibus. Ecclesiam de Flamenuilla cum decimis. 
Ecclesiam de Alouilla, cum decimis eiusdem uille, [Crescetot] cum 
h[ospit ibus. Item ecclesias sanctae Mariae et Sancti Georgiijl" de 
Grauenchone, cum decimis, et duos hospites. Et ecclesiam de Mais- 
nillo, cum decimis. j^BertrimJont et ecclesiam cum pertinentiis et nouem 
hospites. ÏGucteJuillam et ecclesiam fcum decimis. Ecclesias S.]|'^ Vic- 

1. L'écriture présente des similitudes avec celle des deux actes de lOol 
(n°s 30 et 31). 

2. Marc, xii, 17. 



RECUEIL DES CHARTES 87 

toris in Gampania et de Ansquetieruilla, cum clecimis et quinque 
vauassores. Mansum [cuin ,te]rritorio de Budetoth quod in dominio 
habeo, et ecclesiam [cum decimis. Terram Anselmi mei militis quae 
vocatur]!'-^ Grofaith. Villam que uulg^o dicitur Boscgerart et ecclesias 
cum decimis. Nouam uillam super Alnam et ecclesiam cum decimis. 
In pag-o Sa[giensi : ecclesias Arg-entoni cum capellis et decimis]]" ; 
ecclesias de Sarchiaus, Mauuoithuillam^ Gorlandi, Sethfreuille, cum 
decimis earum et terram uni carruce sufficientem. In Grispauilla 
ter[ram Manninc et terram Bruninc, cum IIII allojp^dariis. In Wal- 
dreuilla terram Rodu[lf]i et Eng-erranni cum uno molendino. In Gan- 
taluppo quandam particulam saltus. Que omnia [auctoritate nominis 
mei corroboro etjl'^ confirmo ettrado supradicto locoin perpetuum pos- 
sidenda, ac cum consilio et auctoritate episcoporum meorum subteras- 
criptorum an[athematizo omnes hanc nostram concessionis]|'^ paginam 
infring-ere presumentes. 

Signum Willelmi reg^is Anglorum et principis No[rmannorum]|'^ 
S. Roberti reg-is primogeniti-[-|-, S. Johannis Roth. archiepi -j-, S. Hugo- 
nis Luxoiuensis -j-, S. Gilleberti E[broicensis]|'^, S. Willelmi -[-, S. Hen- 
rici -|-, S. Odonis Baiocensis episcopi -J-, S. Michaelis Abrincalensis 
-j-, S. Roberti Sagiensis-|- '. 

l'^^^Actum Rothomagi publice, mense mai[o], anno ab Incarnatione 
Domini M^LXjXIIlI, Indictione .XII., qui erat nostri adepti [regni 
octauusl. 



39 

1082. Oissel. 

Notice d'un arbitrage de la cour de Guillaume le Conquérant 
déclarant exemptes de la juridiction de l'ordinaire et du paie- 
ment des droits à V archevêque et aux archidiacres les quatre 
paroisses de Caudebec, Sainte-Gertrude, Rançon et Saint- 
Michel, appartenant à Saint-Wandrille . Un seul des curés de 
ces localités se rendra au synode pour y prendre connaissance 

1. Les souscriptions sont celles du roi Guillaume, de son fils aîné 
Robert Courte-heuse, de Jean, archevêque de Rouen (1067-1077); Hugues, 
évoque de Lisieux (1050-1077) ; Gilbert, évêquc d'Évrcux (1071-1112); Guil- 
laume le Roux et Henri Beauclerc; Eudes, évêque de Bayeux (1049-1097) ; 
Michel, évoque d'Avranclies (v. 1070-1094); Robert, évêque de Séez (1070- 
1082). 



88 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

des décisions synodales et les reporter aux trois autres ; mais 
il ne sera pas « examiné » ^ ■ 

A. Original perdu -. — B. Analyse et copie du xvii<' s., par dom Anselme 
Le Michel, Bibl. Nat., ms. lat. 13820, fol. 141. 

a. Histoire générale de la maison (Vllarcourl [par de la Roque], Paris, 1662, 
t. III, p. 27, sans ind. de source ; l. IV, p. 1327 « ex ms. S. V. communiqué 
par M. de Sonmesnil Bigot (texte tronqué, apparenté à B). — h. Guillaume 
Bessin, Concilia Bothomafjensis provinciae, accecliint synodi, epistolae ponti- 
ficuni, regia diplomata, Rothomagi, 1717, in-folio, p. 75 <( ex antiquissimo 
coenobii Font, codice ». 

Ind. : Pommeraye, Histoire des archevêques de Rouen (Rouen, 1667, in- 
folio), p. 282; — Bréquigny, Table chronologique, t. II, p. 197. 

In nomiiie sanctae et individuae Trinitatis. Gum non sit contra apos- 
tolicam et canonicam autoritatem plura monasteria quadam speciali 
dignilate esse absoluta ab omnium episcoporum vexatione et archidia- 
conorumgravatione, Fontanellae'* monasteriumin quatuor suis ecclesiis, 
id est Galdebec, sancta (lerlrude, liesentium et sancto Michaele, ex 
multis et ab antiquis temporibus, hanc semper teuuit et tenet absolu- 
tionem, hoc tantum excepto quod unus ex clericis in synodo débet 
sedere et ecclesiasticae ulilitatis instituta audire et céleris rébus ^ ad 
observanduni renunciare ; liber tamen ab omni interrogationis et res- 
ponsionis vel •" emendationis quaeslione ^', excepto quod si idem pres- 
byter dixerit aut fecerit aliquid quod pertineat "^ ad dehonorationen 
archiepiscopi, archiepiscopus abbatem conveniens commonebit etabbas 
ipsum presbyterum, secundum culpam, archiepiscopo satisfacturum 
ducet autmittet. Nam si quid in his quatuor ecclesiis culpae reperitur, 
ad Fontanellensis abbatis censuram pertinere iure antiquo probatur. 
De qua libertate, tempore Guillelmi, régis Angiorum et principis 
Normannorum, quaestio ex parle mota est inler Guillelmum, archie- 
piscopum Rothomagensem ^ et Girberlum ", abbatem Fontanellenseuj, 
hac occasione '' : quia quidam monachus praefati monasterii ferrum 

a) Fontanellense a. — b) tribus h. — c) et a. — d) responsione b. — e) 
perlinet b. — f) Rotomagensem b. — g) Gilberlum a. — h) le texte de B 
commence ici. 

1. Sur les privilèges de ces qualre paroisses appelées les « quatre filles » 
de Saint-Wandrille, voy. E. de Beaurepaire, c.-r. dans Idi Bibliothèque de 
VEcole des Chartes, 1903, p. 597, note 2. 

2. Au xiv« siècle il existait encore : le Cartul. de Rouen le désigne (fol. 
321 recto) sous le nom de « Garta concorle interarchiepiscopum Guillelmum 
el Gerbertum abbatem pro [ex]emptione nostra IIII'*'" ecclesiarum predicta- 
rum » . 



KECUEIL DES CHARTES 89 

iudicii, quod ex antiquo iure in eodem monasterio erat, per igrioran- 
tiam et ex quadam simplicitate in alios usus transformavit. Gumque 
abbas ferrum aliud supranoininato archiepiscopo sibi benedici postula- 
ret, et archiepiscopus, dubitans utrum ex antiqua consuetudine idem 
monasterium ferrum haberet iudicii, quod abbas postulabat', denegaret, 
tamdiu res indeterminata permansit donec ad praesentiam praedicti 
reg-is deferreturJ, ubi, abbate monstrante monasterium suum ex anti- 
quis temporibus huiusmodi ^ ferrum habuisse et in quatuor praedic- 
tarum ecclesiarum parochiis, quarumlibet culparum ' censuram et 
libertatem ab omni archiepiscopo ™ et archidiaconorum exactione 
quiète obtinuisse, tandem hoc modo ipsa culpa " secundum sententiam 
praesidentis régis et plurimorum episcoporum, abbatum et aliorum 
magnorum virorum, clericalis et laici° ordinis p inter utramque partem 
concorditer est determinata, ut F'ontanellense monasterium dignitatem 
libertatis et absolutionis, quam inconcussam eatenus possederat, dein- 
ceps nullatenus ab ullo concutiendam in perpetuum quiète posside- 
ret; quae determinatio Rothomagensium canonicorum sancte Mariae 
audientiae '^ relala, ipsorum consensu confirmata est. Et ne quis huius 
iustae determinationis firmitatem per obliuionem aut ignorantiam, aut 
aliqua occasione inquietare in futuro praesumeret, ex praecepto régis 
et consensu omnium ibi praesentium, per praesentis scriplurae memo- 
riam posterorum notitiae commendatur. 

Facta est autem haec praedictae causae determinatio anno ab incar- 
natione Domini '' 1082, indictione 5®, non. septembris, in villa quam 
Oxellum vocant, intra pratum, iuxta domum Guilelmi. . . * coram rege, 
praesente archiepiscopo Guiilelmo, et abbate Girberto", testibus epis- 
copis Gisleberto Lexouiensi, Gisleberto Ebroicensi '', Guillelmo 
Dunelmensi de Anglia : abbatibus ^^' Guillelmo Fiscannensi '^, Gun- 
tardo Gimegiensi^, Anselmo Beccensi, Gualtero^ de Monte Sanctae 
Trinitatis, Fulcone de Sancto Petro '' supra Diuam '' ; clericis ^ vero 
Benedicto Kothomagensi, Sansone Baiocensi, Gualtero filio Goteri, 
Roberto, Bernardo '^ filio Ospa, Guillelmo filio Suevi; laïcis Guillelmo 
comité Ebroicensi '', Hugone de Gestra ^ Rogero^ de Bellomonte et 
filiis ejus, Roberto comité de Meullen '' et ^ Henrico, Rugultrano J filio 

i) postularet B. — J) diferrotur a. — k) et huiusmodi a. — l) cul- 
pam a. — m) archiepiscopo h. — n) causa B. — o) laicalis B. — p) ordinum 
B. — q) audiente a B. — r) domini omis par B. — 5) quinta a. — t) un blanc 
dans B h. — u) Gireberto B. — v] Ebroensi h. B intercale episcopis entre 
Ebroic.ef Guillelmo. — w) abbate /),abbati B. — x) Fiscani B, Fiscanensi/). 

— y) Gemmetic. B. — :;) Qualtero a. — a) sancti Pétri B. — b) B ajoute ab- 
batibus après Diuam. — c) clericis. . . laicis omis par B. — d) Bernado b. — 
e) Ebroensi b.— f) de Cestra omis par B b.~ g) Rogerio a. — h) Mellant b 

— i) passage omis par B. — J) Ruguleano a. 



90 LABIîAYE DE SAINT- WANDKILLE 

lioberli, Guillelmo Crispiuo ', Roberto de Veteri-poiite '', Guillelmo 
de Tony', Normano Primate, Lesto™ filio Alcheri et fratres eius, 
Rodulpho, Rof^ero Bigot" et aliis multis '. 

A") B s'arrête à co nom qu'il fait suivre de etc. — l) Tone a. — m) Helfo 
a : corriger en Ilelto. — n) Rogero Big-ot omis par a. 

40 

1082-1087 2 

Guillaume, duc de Xormandie, confirme les donations de ses 
prédécesseurs et de ses fidèles •^. 

A. Original prétendu . Bibl. Nal., ms. lat. 1G738, planche 6. 
ItiD. : D.Anselme Le Michel, Bibl. Nat., ms. lat. 13820, fol. 141 r« (d'après 
A); — Cartul. de Rouen, fol. 321 r", n° 7. 

Quoniam decet clementiani principuin dignanter auscultare clamo- 
rem pauperum et studiose causas agere Deo faniulantium, idcirco ego 
WiLLELMvs, Dei gratia Normanorum princeps, diligenter consideratis 
F'ontanellensis coenobii priuilegiis, suggerente Girberto abbate, iussi 
oninia in iinum coUigere, que sub diuersis cyrogralis habentur de 



1. Les parties sont Guillaume, archevêque de Rouen (1079-1110) ; Gir- 
bert, abbé de Saint-Wandrille (1063-1089). 

Les prélats sont : Gilbert Maminot, évêquede Lisieux (1077-1101); Gilbert 
d'Évreux (1070-1112); Guillaume de Durham (1081-1096). - Les abbés sont : 
Guillaume II de Fécamp (1079-1108) ; Guntard de Jumièges (1072-1095); 
Anselme du Bec (1078-1109); Gautier du Mont-Sainte-Catherine (v. 1080- 
1120); Foulques de Saint-Pierre-sur-Dive (1078-1092). Parmi les clercs, 
Benoît, de Rouen, est probablement le successeur de Foulques à Saint- 
Pierre; Samson de Baveux est chapelain du roi Guillaume et sera plus tard 
évêque de Worcester. — Les laï(jues sont : Guillaume, comte d'Evreux 
(1067-1118); Hugues d'Avranches, comte de Chester, en 1071; Roger de 
Beaumont, comte de Meulan (1080-1094) et ses fds Robert, comte de Mea- 
lan (1082-1118), et Henri comte de Warwick (dep. 1068); Guillaume Crespin 
(cf. p.. 64, note 2); Robert de Vieux-pont, tué v. 1084 (cf. Orderic Vital, 
t. III, p. 197). Les autres ne peuvent être identifiés avec certitude. 

2. L'acte reproduit le jugement de 1082 (n° 39). 

3. Cet acte, dont l'écriture semble du début du xii'' siècle, est une sorte 
de pancarte oi^i Ton s'est efforcé de faire tenir sur un seul morceau de par- 
chemin les plus importantes acquisitions de'l'abbaye, opérées sous le prin- 
cipal de Guillaume le Bâtard. Voy. le mémoire, n° V. 







î>y - ■:■' ■ 'f V: .:■■■ , t 



it» T. 






l' iicm) miitihroTà 6c miîiwm fiàduif cmmcmm é 

(ne fupomiii qurfùpmus \4.oanc>3mÇiUK qvœ lUc^ârc 

Accae Jr?>nûîîn^ • ojfonnhr otnfio dccwiîv cniat 

t >£ aicrj-fis cleoicottr cmmlpitucunwlmcbio- cmc 

libeccnt^ cuiUiu- <st4eccîi5 dcdimaco cua^ja «-çn 

- : 3itt}t^ '^'norraàîvnxiri^acliaaltvOnntiii 



Confirmation de Guillaume, Duc de Normandie 
(Recueil N" 40, p. 90) 



RECUEIL DES CHARTES 91 

SANCTi UvANDREGisiLi possessionibus, quia carte que plures numéro sunt 
facile aut negligentia sepe perduntur aut fraude malignorum furtim 
subtrahuntur *. Igitur hec omnia que subter scripta sunt a temporibus 
antecessorum meorum, Richardi et Rodberti comitum, Girardi et Gra- 
DVLFi abbatum, usque ad nostratempora ad Fontanellense monasterium 
légitime iure probantur pertinere, sicut inuestitura et multorum fîde- 
lium testimonium docet. Que et ego mea auctoritate corroboro et 
confîrmo et consilio et auctoritate episcoporum et abbatum meorum 
aeterno analhemate ferio eos omnes qui inde aliquid fraudauerint aut 
per uiolentiam alienauerint, quatinus fratres sub patrocinio Wandre- 
GisiLi atque Uvlfranni ibi Deo seruientes suis orationibus et meritis 
sanctorum familiarius Deum nobis propitium fatiant, ut ego et coniunx 
ac liberi nostri pacatam uitam agamus et sic transeamus per bona tem- 
poralia ut non amittamus aeterna ^. 

Igitur hec omnia que superius notificata sunt que Richardus auus 
meus et pater Robertus sua auctoritate et signo confirmauerunt et ego 
confîrmo, hec etiam que secuntur postea monasterio addita sunt auc- 
torizo : aecclesie de Brionna cum omnibus omnino decimis terrarum, 
aquarum et siluarum atque uenationis : date sunt a comité Vuillelmo 
SANCTo VuANDREGisiLO ; uudc acccpi XV!*^"'"^ untias auri ' . Ecclesias quoque 
de Cambaco cum terris clericorum, Curbam Spinam cum molendino, 
pratisetsilua,sed etdecimamdeBosco-Gerardietterram; necnon et ter- 
ram mediam de Betthonis curie cum tota aqua etduobus sedibusmolen- 
dinorum ; aecclesias quoque de Longoillo : dédit Gerardus et filii eius 
Vuillelmus episcopus, Anscherius, Robertus -, et Albertus. Oilardus 
quoque très hospites in Sancto Albino pro Goisfredo modo concessit. 
Vualterius Gyfardus-^, décima de Grauencione, cum consensu Richardi, 
et partem silue, id est Alboldi criplam et terram de Butetot, id est Lau- 
donis militis, Aschelini Pelicani totum honorem. Sed et honorem Ans- 
fredide luetot, terram quoque Hugonis episcopi ^ de Butetot, Lantberto 
et Hugone fratre eius consentientibuset inBrunetot. Itemque Hugonis 
filii Goysfredi quam tenebat in Garleuilla, et Gutteuila boil mesga et 
quam tenebat Osbernus alterque Osbernus Olifantus, et terram Rodulfi 
filiis Gaelesti : et fratrem eius et Roberti filii Vualonis, molendinum 

a) Mêmes formules dans l'acte de Richard II reproduit plus haut, p. 42- 
43, — b) le reste de la ligne en blanc. 

1. Cet acte de Guillaume, comte d'Arqués, paraît perdu ainsi que les sui- 
vants. 

2. Il s'agit de Gérard Flaitel et de ses enfants, dont l'un, Guillaume, fut 
évêque d'Evreux (cf. plus haut, n° 10). 

3. Gautier Gifard, sire de Longueville, puis (1071) comte de Buckingham. 

4. Hugues III, évêque de Bayeux (après 1006-1049). Cf. n° 35. 



92 l'abbaye de SA1?<T-\VANDR1LLE 

quoquo iii \\ esueu.il et duo arpenta terre pro quihus dedinius XL. lib., 
et totum honorem Rodulfi Dancelli, et centuin acros in Pirosa et 
uiginti iiii'''" de Hugone de Gantiaco et de Uualterio xvi'"'" acros. Sed et 
Bracum monasterium, dono Vuanierii '. Aecclesiam quoque de Gusle- 
mercuirt cum terre parte aliqua, et terram Libecort "^ cuin silua et aeccle- 
sias de Glitriaco '^ cum terra et pratis, et terram Gotscelini de Dunestam- 
uilla et ecclesiam, id est suam partem et Danihelual et terram Osmundi 
de Anscheteluilla, in Luuetot terram Uualt. (liroldi^et Normanni in 
Wereluuast, Grinuillam '^ et Grescentis uillam et Maisnil Goyslani ; et 
xxnn"' arpenta de Uuillelmo in Albauia^. Aecclesiasetiam deRada^njna 
cum terra trium hospitum, terram quoque de Garquiet, quam dédit 
Osbernus modo et suam partem de Monasterio Odilerii "• et de Gristot. 
Vuillelmus comes ^ dédit sancto Vuandreg-isilo aecclesias sitas in maris 
Gonstantini pagi preripio v. numéro ; quarum liée sunt nomina : 
aecclesia sancti Marculfi ex integro cum benelitio Huj^onis Paisfolet, 
quod ipse ibi tenet, et sancti Germani et sancti Martini de UUathredi- 
uilla et sancte Honorine de AlduHiuilla et Sancte Marie de Gupiuilla, 
cum decimis et terris eorum et cum unaquaque aecclesia uiuim hospi- 
tem et omnem omnino dicimationem eorum que [a]d meum dominicatum 
pertinent, et prêter hee alium hospitem, Rolun nomine, in parrochia 
sancti Germani. Aecclesiam quoque que dicitur Archas et totam ter- 
ram que ad ipsam pertinet et aecclesias que pertinent ad illam, id est 
aecclesiam de uilla que dicitur Sancti-Albini, et décimas de Notuilla 
pertinentes ad ipsam et aecclesiam que dicitur Buteculas et Fraisnes '' ^. 
Quadam etiam speciali dignitate Fontanellense monasterium ab omni 
episcopali costuma et archidiaconorum grauatione in quattuor suis 
aecclesiis, id est Galdebec, Sancta-Gertrude, Resencium et Sancto- 
Michaele, ab antecessorum meoruni temporibus '' semper tenuit et 
tenet absolutionem, hoc tantiim excepto quod Sancti-Michaelis parro- 
chiarius presbyter in sinodo débet sedere et aecclesiastiçe utilitatis 
instituta audire et ceteris tribus ad obseruandum renuntiare, liber 
tamen ab omni interrog"ationis et responsionis uel emendationis ques- 
tione. Nam si quid in his nn^'' aecclesiis culpa repperitur, ad Fontanel- 

c) Le passage Giroldi à Grinuillam et semble récrit d'une encre encore plui> 
pâle. — d) et fraisnes ajouté à la fin de la ligne d'une encre plus pâle. — e) 
un léger blanc. 

i. Voy. plus haut, n" 20. 

2. Voy. plus haut, n'' 27. 

3. Voy. plus haut, n° 16. 

4. Voy. plus haut, n° 29. 

5. Voy. plus haut, n° 9. 

6. Guillaume le Bâtard, lui-même. Voy, plus haut, n° 19. 

7. Voy. plus haut, n° 13. 



RECUEIL DES CHARTES 93 

lensis abbatis ceiisuram pertinere iure antique probatur. Hanc liber- 
tatem concedo et auctorizo ' '. Balcluiiius cog-nomento Filiolus alodum 
suum, Gliscors dictum, per manus Vuillelmi comitis et Vuillelmi, 
patrui eius, Sancto V^uandregisilo dédit ut perpetualiter in fratrum 
usibus eiusdem sancti loci permaneat et proficiat et sub interminatione 
diuini iudicii atque inprecatione dampnationis aeterne prohibuit ut 
nulli mortalium per succedentia tempora neque in benefîtio neque pro 
pretio tribuatur omnino ^. 

Vuillelmus cornes filius Richardi Normannorum ducis dédit Sancto 
Vuandreg-isilo, uel potius reddidit, insulam in flumine ma^no Sequane 
sitam, que antiquo nomine uocatur Belcinnaca, ubi sacer Christi con- 
fessor CoNDEDis, a partibus transmarinis eo aduentans, ut creditur, 
iussione diuina in sancta conuersatione aliquamdiu Deo militans, 
heremiticam uitam, remotus a secularium tumultibus, hominum duxit 
uirtutibus plenam ac miraculis g-loriosam ; aecclesiasetiam Vuatthiuille 
et Brotonii, necnon omnem decimam que de silua eiusdem norninis 
uidetur exire, scilicet de ceruis et apris et de omni uenatione, necnon 
et de omnibus consuetudinibus, accepta xn*"'"^ librarum pretii quantitate 
a pie memorie Gradulfo abbate-^ Vuillelmus, filius Osberni pincerne, 
dédit sancto Uuandreg-isilo quosdam homines cum terris suis quorum 
hec sunt nomina : Vrsellum cum terra sua, fîlios Vuerelli de Monte 
cum terra sua, Vuerellum Rufum cum terra sua, fîlios Durandi cum 
terra sua, Rodulfum tilium Scelesti cum terra sua, fratresquoque eius, 
Robertum atque Berengerium, cum terra sua. Preterea molturam des 
Bans et de V^uereluilla cum omnibus ad eumdem Vuillelmum pertinen- 
tibus et in Francis et in rusticis'*. Vuillelmus, comes Normannie, dédit 
sancto W. quaeque consuetudinum de Butetot ad eum pertinent et 
quietam esse iussit ab omnibus"'. Enima [sic) monialis tradidit in loco 
Fontanellensi duas uillas super Tolcani lïuuium sitas, quarum una uoca- 
tur Tegisuilla et Broil altéra, cum molendinis et pratis, nemoribus et 
omnibus earuni appenditiis. Tradidit etiam aliam uillam, nomine Gru- 
sillam, super Eiesmam tluuium sitam, cum molendino et aquarum 
decursibus et omnia ad eandem uillam pertinentia '"'. Rodulfus iilius 
Anseret hanc conuentionem i'ecit cum abbate Gyrberto quod ipse R. 

f) croix intercalée ici d'une encre très pâle. 

i. Sur la liberté des quatre paroisses entourant Saint- Wandrille, voy. le 
jugement de la cour de 1082 (n° 3P). 

2. Cf. plus haut, n» 30. 

3. Voy. plus haut, n° 15. 

4. Cette charte de Guillaume Fils-Osber semble perdue. 

5. Voir plus haut, n° 35. 
G. Voy. plus haut, n» 12. 



94 l'abbaye DR SAINT- WANDRILLE 

dédit sancto V\ , et ei i'amulanlibus decimam quam habet in Belnai, 
duas scilicet partes, lertiam uero habebit presbyter, seruitium lamen 
eritipsi Ro '. Si uero contigerit ipsum mori presbyteruni vel uiuente eo 
siiccedere, aliqua occasione, in loco eius aliuin, redemplio aecclesie erit 
abbatis et fratrum. Gui dédit domnus abbas per commutationem ter- 
rani que uocatur BettecroL, eo scilicet tenore ut antequani moriatur 
sicdecimaui cum alio beneficio adaugeat ut duplo ipsam terram ualeat; 
si uero heredem ex propria coniug'e habuerit, ipse hères terram Betle- 
crot in benefitio habebit et ipsum duplum sancto loco remanebit ; si 
sine herede ex propria coniug^e mortuus luerit ipsa terra Bettecrot cum 
duplo illo benelitio ad locum remanebit. Mulier etiam eius, Gerberga 
nomine, in hac conuentione eo lenore soror fratrum in orationibus 
facta est ut si ipsa superuixerit R., maritum suum, ipsam terram Bet- 
tecrot in beneiicio habel)it, quamdiu tamen a marito se continuerit. 
In qua etiam conuentione cum consensu R., mariti sui, omne dotarium 
suum, quod de alodo ipsius Ro. ex hac parte Sequane accepit, Sancto 
W. perpetuo iure tradidit, et utrique post mortem suam omnem rerum 
suam sustantiam Sancto ^^^ larg-iti sunt ^. Prêter hec uolumuâ cunctis 
notiflcare quod in bosco circa nos sito eani consuetudinem habemus ut 
quotiens de eo quicquam facere uoluerimus, prius dominum id est 
Richardum, comitem Ebroicensem, pro hoc rogabimus et per eum 
accipiemus. Si autem lonL;e fuerit f'orestarios et custodes silue rogabi- 
mus ; quod si annuerunt et nobis dederint accipiemus. Si uero dare 
noluerint uel ipsi uel Dominus eorum, comes R. nos minime eo carere 
bosco possumus, quin quod sufïitiens fuerit semper accipiemus et 
absque culpa hoc idem fatiemus-^ Simili modo consuetudinem habe- 
mus in omni silua comitisiam dicti Richardi, que proxima est, ortis, 
culturis et ceteris terris nostris, ut si alicui uendere uolerit, nuUius 
pecuniam accipiatnisi nostram. Hanc autem consuetudinem habemus 
ab antiquis temporibus ^. 

Goisfredus de Hugleuilla dédit Sancto W. terram cuiusdam militis 
sui Alueredi, acceptis pro ea iii^"* libris denarii^. 

Notum sit presentibus et futuris quod Roberlus filius Ernevs, accepta 
sotietate a fratribus Fontanellensis coenobii, pro anima patris sui et 
sue anime redemptione et fratris sui Pontii amore, qui ibi monachum 

g) le reste de la ligne en blanc. 

1. Cet acte k disparu. Raoul Fils-Anseré est connu aussi par une donation 
au prieuré d'Auffay, fondé en 1079 (Orderic Vital, t. III, p. 38). 

2. Acte disparu. 

3. Voy. plus haut, n° 37. 

4. Acte disparu. Geotîroj' est le gendre de Richard d'Hugleville, parent 
du duc Guillaume (Orderic Vital, t. III, p. 42-43). 



RECUEIL DES CHARTES 95 

professas est, dédit Sancto Wandregisilo omnem decimam quam tenuit 
in Fontinet in aecclesiis sancti Andrée et sancti Martini et quicquid ad 
ipsas pertinet, scilicet decimam omnis dominii eius, in culturis, in 
piscationibus, in molendinis atque omnibus francis eius et rusticis. 
Terram etiam, quepredictis aecclesiis in elemosinam data est, ipsam 
dédit quietam et solidam ; si autem clerici pro ipsa terra cum abbate 
concordiam et placitum fecerint, tune Robertvs Sancto Wandregisilo 
tantum de sua terra et silua Ging-elegis ibi dabit, quo domum et hor- 
reum ad suscipiendam et conseruandam decimam IVatres construere 
possint. Hanc donationem fecit R., annuente et confirmante 
Vuillelmo NorLhmannorum comité, acceptis ab abbate Fontanellensi 
xiiij'''" libris denariorum et aequo ad pretium x''^''" librarum. Huic 
donationi interfuerunt testes Odo Baiocacensis episcopus et fratres 
eius Robertuscomes Moretania et Hu^^o Gurnai ; item Hugo Monfort ^ 

41 

1086, 13 janvier. — Vatteville. 

Roger- et ses fils, Robert et Henri, concèdent la dîme des revenus 
de tous genres que produit la forêt de Brotonne : chasse, 
abeilles, forfaitures, droits sur les troupeaux de vaches, de che- 
vaux, de porcs, et sur les essarts. Ils concèdent en outre la dîme 
du moulin neuf de Vateville, des anguilles et des « coutures » 
quils pourront établir sur les terres marécageuses de cette villa. 
L abbaye aura également la dîme sur toutes les terres que le 
donateur voudra convertir en forêt. 

A. Original perdu.— Z^. Copie du xiv^ siècle dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 321 r», n» 12. — C. Copie du xv*^ s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 17 v°. 
— D. Copie du xyii*^ s. par A. Ducliesne, Bibl. Nat., Collection Baluze, 
vol. 58, fol. 98 v°. (d'après/??). 

[Le texte d'après BC .) 

In nomine sancle et indiuidue Trinitatis. Concedo ego Rogerius et 
filii mei, Robertus et Henricus, Deo et sancto Wandregisilo decimam 
tocius Brotonie, tam in venacione quam in apibus et omnibus redditibus 

1. Cet acte n'est connu que par la présente reproduction. — Sur Eudes, 
évêque de Bayeux, et Robert de Mortain, frères utérins du roi Guillaume, 
voy. Orderic Vital, t. III, p. 2i;6. Sur Hugues de Gournai, ibid., p. 388; sur 
Hugues de Montfort, stabulariorum cornes, t. H, p. 148. 

2. Roger de Beaumont, comte de Meulan depuis 1080 environ jusqu'à 
1094. Ses fils sont Robert III le» Preudhomme » qui succéda à son père et 
mourut en 1118, et Henri, comte de Warwick. Cf. n° 39. 



1)1) t/aBHAYE de SAINT-WANDRILLE 

et forsfacturis '* que de silua '' exeunL, et de vacariis vel aequariis siue 
porcariis et omnibus exartis, scilicet decimam. Goncedimus similiter 
decimam noui molendini de A\'aleuilla et de ang-uillis et de culturis, 
quasego velhomines meiin palustribus eiusdem uille facimus vel facere 
poterimus. Si uero hec omnia supradicta et de palustribus et de ceteris 
terris in siluam redigi voluerimus, absque vlla alia reclamatione et 
querela decimam tantum, sicut de cetera silua, concedimus. Facta est 

autem haec donacio anno ab incarnatione DominiM. LXXX VI, apud 
^ateuillam, octabas '' Epyphanie. Testes vero huius donacionis sunt, 
ex parte Ro<;eri comes [sic] : Morcart'', Rodulfus*^ dapifer, Ricardus 
lilius Osberni ^, Ansclietillus ^, Rog-erius Herpin'', Rodulfus** cubicu- 
larius ; ' ex parte abbatis : Helto, Ilugo Rufus', Willelmus J Galdebec, 
Robertus Gontart, \\\ilterius '^ Grollebosc ^ S. Rogeri -J-, S. Roberti 
filii eius, S. Ilenrici j-, S. Rogeri filii Roberti de Tedboldiuilla. 

a) forfacturis C. — b) sylua C. — c) ottabas C. — d) Moricart C. — e) 
Rodulphus C. — f) OsberÀ. — g) Anchetillus C. — h) Harpin B. — i) Ruf- 
fus B. — j) Wilermus C. — A) Valterius G. — /) correction: Crollebost B, 
Coulebosc C . 



42 

Vers 1086-87 2 

Roger de Beaumont fait donation des églises de Bânes, Annebecq, 
Faverolles, de la dîme affectée à ces églises, ainsi que de la 
dinie des moulins, du tonlieu quotidien, des foires annuelles, du 
panage, du cens, du moulin à foulon, et d'une charruée de terre. 
Si les biens du donateur s^ accroissent dans les lieux susdits, 
V église de Saint- Wandrille en aura la dixième partie. 

1. Quelques-uns de ces témoins souscrivent aussi des actes, à la même 
époque, en faveur de Saint-Evroul, ainsi Raoul Sénéchal, Richard Fils-Ober 
Anquetil (voy. le rotulus Sancti Ehrulfi, édité à la suite d'Orderic Vital, 
t. V,p. 188, 194). Sur Roger de Tibouville, voy. Orderic, t. IV, p. 302; t. V, 
p. 199. Quant à Morcart ne serait-ce pas le comte de Northumbrie, partisan 
d'Harold, que Guillaume le Conquérant in articulo mortis ordonne de 
remettre en liberté? (Orderic Vital, t. III, p. 245). Guillaume étant mort le 
9 septembre 1087, la souscription aurait été apposée après coup (?). 

2. La date de cette charte doit être voisine de celle de la précédente : elle 
doit se placer à l'époque où Rog-er de Beaumont songea à se retirer du 
monde. 



RECUEIL DES CHARTES 97 

A. Original, Arch. dép. de la Seine-Inférieure, à Rouen, série H, non coté. 
— B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, ihid. — C. Copie du xv® s, 
dans le Cartulaire de Paris, fol. 32 v°. — D. Copie du xvii^ s. pour Gaignières, 
Bibl. Nat., ms lat. 5425, p. 115 (d'après A). — E. Copie du xvii« s. (abrégée), 
Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 99 r°. 

Ind. : Round, Calendar, n» 166, à 1060-80. 

In nomine sancte et individue Trinitatis Amen. Quoniam labilis est 
memoria hominum, huius scripture noticia omnibus ecclesie fidelibus 
notum sit quod ego Rogerius de Belmont, de sainte mea et amicorum 
meorum ^, d[on]o Deo et ecclesie Sancti Wandregisili fratribusque ibi 
Ghristo famulantibus ecclesiam de Raana, ecclesiam de Asnebec et 
ecclesiam de Faueroles et omnes décimas ad easdem ecclesias perti- 
nentes, tam de meo proprio quam de omnibus meis hominibus, et de 
omnibus meismolendinis et theloneo cotidiano et annuisnundiniset de 
meo nutrimento cuiuscumque generis sit, de pasnagio et de censu meo 
et de molendino fullonario, et terram unifus] carruce suffîcientem et 
in quibuscumque Deo douante in predictis locis res mee aumentabun- 
tur, ego decimam ecclesie beati Wandregisili crescere et augmentari 
uolo et concedo. Et ne in posterum ab aliquo cassaretur, donationem 
meam firmam fîeri uolui et [super] altare posui, Testibus fîliis meis 
Roberto et Henrico, Guillermo Grispino, Roberto de Veteri Ponte, 
Guillermo de Tornebusc, Normanno Pinnart, Rogero Bigot et multis 
aliis '. 

Signum Rogerii de Belmont -[-, S. Roberti fîlii eius -[-, S. Hen- 
rici "i". 

a) Ici un mot omis par le rédacteur, tel que cogita ns. 



1. Sur Guillaume Crépin et Robert de Vieux-Pont, voy. plus haut, p. 90. 
Roger Bigot est le futur conseiller de Henri l^^ mort en 1107 (Orderic Vital, 
t. IV, 95, 276). 



L'Abbaye ue Saint- Wandrille. 



98 l'abbaye de saint- WAr< drille 

43 

Vers 10711. — Saint- Wandrille. 

Baoïil Fils-Anscré- et sa fcmme^ Gerberge^ concèdent la dîme de 
Beaunay, le quart du monastère dépendant de V (( alleu » du 
donateur et le quart de cet « alleu », réserve faite de la dîme des 

1. Les divers éléments de cet acte peuvent être datés au moins 
approximativement. On sait peu de choses du donateur : il vivait dans la 
seconde moitié du xi*^ siècle (voy. note suivante), mais quelques-uns 
des témoins sont des personnages importants. Raoul de Varenne se 
retrouve en 103r>-.'j3 (n'' 19) ; il mourut avant 1060. A cette date apparaît 
son fils Guillaume de Varenne; mari dune fille de la reine Matliilde 
il fut nommé comte de Surrey et mourut à Lewis, le 24 juin 1089 (Ordéric 
Vital, t. III, p. 221, 236, n. 4, 286, 318). Le nom de Raoul fut également 
porté par un neveu de celui-ci, fils de Roger de Mortcmer, second fils de 
Raoul I<^''. Les noms d'un certain nombre d'autres témoins qui se rencontrent 
dans des chartes de la fin du xi*' et du commencement du xii^ siècle rendent 
plus que probable qu'il s'agit ici de ce dernier : ainsi Normand Pennard se 
retrouve vers 1086 (n» 42) ; Raoul Bonnet en 1108 ^n° 54) ; Richard Fils- 
Ober en 1091-1120 et 1108 (n° 45, 54); cf. rotulus sancti Ebrul/i, dans 
Ordéric, V, 194) ; cf. Goubert Maréchal [ibid., et n°^ 46, 52, 54), peut-être 
identique à Goubert d'Auffay (page 99, note 1). 

Non moins célèbre que Guillaume I®'' de Varenne, était l'autre suzerain de 
Raoul F'ils-Anseré pour la dime d'AUouville, Guillaume Fils-Ober : séné- 
chal de Normandie, comte de Hereford, il fut envoyé en Flandre et y périt le 
22 février 1071 (Ordéric Vital, t. II, p. 235). Guillaume de Breteuil, que l'on 
voit confirmer le présent acte et le déposer sur l'autel de saint Wandrille, 
est son fils aîné, lequel mourut le 12 janvier ii02iibid., p. 407). L'acte est 
donc antérieur à cette date. Il Test à 1096, date du départ pour la croisade 
de Robert Fils-Toutain (t. II, p. 488), qui y figure; à janvier 1084, date de 
la mort de Mathiel (t. III, p. 200). Entamée avant 1071, la convention entre 
Raoul Fils-Anseré et l'abbaye fut confirmée après la mort de Guillaume 
Fils-Ober, par le fils aîné de celui-ci, à Saint-Wandrille môme, en présence 
d'un comte Robert. Celui-ci est le comte d'Eu, mort vers 1090, suzerain du 
donateur (voy. p. 100) plutôt que Robert Courte-lieuse, dont « Ilelias 
filius Lamberti », c'est-à-dire Hélie de Saint-Saens, un des témoins, épou- 
sera plus tard une fille naturelle (Ordéric Vital, t. III, p. 320). 

La prétendue confirmation générale de Guillaume le Conquérant (n'^* 40, 
p. 94) donne une analyse qui ne correspond qu'en partie au présent « chiro- 
graphe ». 

Nos notes 1 et 2 de p. 94 sont le résultat d'une méprise visible. 

2. Raoul Fils-Anseré fait don à Saint-Evroul d'un hôte à Hotot-sur-Dieppe 
en 1079 (Ordéric Vital, t. III, p. 38), ce qui achève de montrer en lui un 
seigneur du Talou. 



RECUEIL DES CHARTES 99 

Juments, laquelle appartient à Saint-EvroulK Cette concession 
ne vaut {/ue pour la vie du donateur. C est après son décès, au 
contraire qu'est valable la donation de la dîme d'Allouville. 
Toutes les sommes d'or et d'argent trouvées en deçà de la Seine 
le Jour de la mort des donateurs appartiendront à V abbaye. 
— En compensation, Vabbé accorde à Ger berge d'être ensevelie 
en l'abbaye et concède au donateur la terre de Bettecrot à titre 
viager. Celle-ci passera au même titre, ainsi que la dîme d^Al- 
louville, à Gerberge^ si elle survit à Raoul et à condition de ne 
pas se remarier. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv'" s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 317 recto, n. 1. — C. Copie du xvii'' s., pour Gaignières, Bibl. Nat., 
ms. lat. 5425, p. 72 (d'après A et B). — D. Copie du xviii« s., Bibl. Nat., 
Coll. Moreau, 20, fol. 222 (d'après C). 

Cyrographum. 

Ego Rodulfus fîlius Anseredi et Gerberga, uxor mea, concedimus 
S*'' Gandregisilo decimam Belnai de toto alodio meo cum quarta parte 
monasterii que de ipso est alodio et de tota pecunia mea que in ipso 
erit alodio, prêter decimam equarum quam sanctus habet Ebrulfus. 
Et concedimus etiam decimam de Alouilla quam in dominio habemus 
et ecclesiam totam. De Beinaio habent monachi decimam in uita nos- 
tra. De Alouilla post excessum nostrum. Et ita facta est hec conuenlio 
de Alouilla ut ipsam decimam ^ teneamus in uita nostra, si uxor mea 
post excessum meum non acceperit uirum ; si autem acceperit, statim 
in dominio sancti décima et ecclesia erit. Ipso die mortis nostre quic- 
quid citra Sequanam habebimus in aurouel in argento et in quacunque 
pecunia uel sustantia S*' Gandregisili erit. Gerberga per conuentionem 
apud S*'" Gandregisilum jacebit. Propter conuentionem istam ita fac- 
tam donauit nobis abbas terram de Behttecrot '' in uita nostra, si 
uxor mea non acceperit uirum ; si autem acceperit, statim terra in 
dominio S^' erit. Huius conuentionis testes sunt ex parte nostra : 
Rodulfus de Varenna, Normannus Pennart, Willelmus filius Drogonis, 

a) decimam oiiiis par C. — b) Bethecrot B. 

1. Le <i monasterium » n'est autre que la « celle » d'Auffay, dont l'église 
de Beaunay était une dépendance. L'abbaye de Saint-Evroul tenait l'église 
et la dîme de Beaunay delà générosité de Goubert d'Auffay, fils de Richard 
d'Hugleville (Ordéric Vital, t. 111, p. 36) ; elle conserva le patronage de 
Beaunay : voy. le pouillé de 1337, dans Longnon, Pouillés de la province 
de Rouen, p. 33. 



100 l'abbaye de SAINÏ-WANDRILLE 

Willelmus- de Germundiuilla, Goisfredus frater ejus, ^^'illelmus de 
Hug-leuilla, Willelmus filius Poinz, Rodulfus Grassus, RotberLus lilius 
Alberici, Turstain filius Heleuuis'- et Rolbertus filius ejus; ex parte 
abbatis et monachorum : Eustachius de Bertrimunt*^, Godefridus 
Gaillart et Rodulfus frater ejus. Rodulfus Bonet, Godefridus, Aaron. 
Ricart filius Osberni, Rotbertus de Wareluuast, Gulbertus Marescal, 
Walterius Gamberlenc. 

Doiiationi mee de décima Alouille jam dudum annuerat ^^'illelmus 
filius Osberni et Willelmus de Warenna, de quorum feodo erat, sed 
etiam requisitus Willelmus de Britulio, apud sanctum Gandregisilum, 
présente Rotberto comité, annuit et statim de concessione sua dona- 
tionem ad altare fecit, me présente et conuentu monachorum. Ubi 
etiam interfuerunt ex parte AA'illelmi : Helias filius Lantberti ®, 
Mathiel, Rotbertus ; ex parte monachorum : Godardus, Rodulfus 
Bonet, Ricardus filius Osberni, Rainfredus custos ecclesie, Radulfus 
filius Fulconis. 

c) Helleuuis remplacé par des points de suspension par G. — d) Bertrin- 
mont C. — e) Lamberti C. 

44 

1091-11261 

Labbé Girard concède en usufruit une pièce de terrc^ sise à 
Wlga mara (?), au chevalier Guiger et à sa femme ^ moyennant 
une somme de cent sous et à condition quà la mort des conces- 
sionnaires la terre reviendra au monastère. 

A. Original perdu. — B. Copie du xn*^ s. dans le Cartulaire de Rouen^ 
fol. 315ro, n» 21. 

Opère pretium videturquidquid ad memoriam reseruatur futurorum 
illud dilucide commendetur noticie litterarum. Undeeg-o Gerardus, nul- 
lius meriti abbas, videlicet Fontanellensis cenobii, omnibus presenti- 
bus necnon et futuris hec elementa legentibus pariterque audientibus 
notum volo fieri quod, una cum consensu ac voluntate fratrum Deo 
inibi famulantium, quandam terre portiunculam in Wlgamara videli- 
cets^itam, concedo Witg-erio et eius conjug-i, accepta pro ipsa ab eis 
quanti tate precii centum solidorum et maxime pro eorum amicicia atque 
adiutorio, scilicet his conuentionibus quatinus vita comité securi pos- 

1. Date de l'abbatiat de Girard IL Le « Walterus cornes » qui souscrit 
l'acte est sans doute Gautier Payen, vicomte de Meulan, lequel serait mort 
peu après 1096 selon Depoin, Cartul. de Saint-Martin de Pontoise, Appen- 



;^^vijL«L»f6M^ 





RECUEIL DES CHARTES 101 

sideant redeatque ud supradictum cenobium, ob animarum eorum 
salutem, ipsis morientibus. Si quis vero meus successor deincepsean- 
dem terram in proprio usu retinere voluerit eamque cuilibet, causa 
seruicii aut muneris tradere voluerit, nullus propinquior his erit lias 
iure prosequi conuentiones quam illi qui de eorum germine remane- 
bunt superstites. Quocira, ne heo conuentiones negligendo obliuioni 
dentur sossedentium, terciam partem décime eiusdem terre victu reti- 
nemus atque titulis apicum subnixas actorizando affirmamus, hiis 
presentibus testibus : Walterus vicecomes, Vrsellus, Rodulfus, Ranul- 
fus, Agiulfus, Erembertus. 

45 

1091-1120* 

Guillaume Bigot donne la moitié de la terre de Fréville, avec la 
permission de Gui de la Boche -^ et concède à ceux qui tiennent 
terre audit lieu de vendre ou donner à Saint-Wandrille jusquà 
concurrence d\ine charruée de terre. Il reçoit « en charité » 
10 livres et un palefroi. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 314, r», n° 3. 

Donatio Willelmi Big-ot de medietate terre de F'raituilla et de bosco 
etdeplanoetherbegagium etcymeterium quietumindominio. Hec dédit 
S. Wand. tempore Giraldi abbatis, annuente Guidone de Roca et filio 
eius Widone. Et concessit ut omnes qui ibi terram tenent, vendant aut 
dent sancto si voluerint terram unius carruce in dominio. Testibus ex 
parte eius : Hugone, sororio suo, de Hosdenc, et Ricardo Oliuier ; ex 
nostra parte: Golberto marescal, Godardo filio Arnulii, Ascelino de 
Beteuiila, Ricardo filio Osberni, Waltero clerico filio Odonis persone ^, 
Rainoldo Cornut, Godefredo Fortin, Rodbertô filio Walterii, Godefredo 
Aaron. Et frater noster Daniel ei pro hoc in cari ta Le decem libras et 
unum palefredum dédit. Ego Willelmus Bigot -j- manu mea confirmaui 
signo crucis, quatinus de sancta ecclesia sint excommunicati qui banc 
donationem violauerint. 

1. L'abbatiat de Girard II va de 1091 à 1136 ; le donateur, Guillaume 
Bigot, fidèle de Henri I^% périt en 1120 au naufrage de la Blanche-Nef 
(Orderic Vital, t. IV, p. 418; t. V, p. 199). 

2. C'est à ce personnage que La Roche-Guyon (Seine-et-Oise, arr. 
Mantes, cant. Magny) doit son nom. 

3. C'est-à-dire « curé ». 



102 l'abbaye de saint- wandrille 

46 

1092 

Guillaume, fils crilellouin « Le clerc ^ », tout jeune enfant, et sa 
mère Aubere'e, donnent un moulin à Brionne - avec la dîme de 
Mesnil-Loismer, pour le relief'-^ de la terre c/uils tiennent de 
r abbaye et pour le repos de rame dudit Hellouin. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^' s. dans le Curtulaire de Rouen, 
fol, 321 v°. — C. Copie du w^ s. dans le Curtulaire de Paris, fol. 18 r°. — 
D. Copie du xvii'^' s. par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 
99 ro. 

[Le texte d'après B C D.) 

Sit omnibus notum fidelibus tam futuris quam presentibus quod 
Willelmus, lîlius Heluini clerici, adhuc puerulus, cum sua maire, Albe- 
rada nomine, istud tempore doiini (lirardi ** abbatis cenobium Fonta- 
nelle adierunt largitique sont Deo et S. Wandre^isillo molendinum 
unum in Brionensi Castro cum décima de Mesnil ^ Loismer, pro releua- 
tione terre ^ quam de Sancto tenebant et pro anima supradicti ^ Her- 
luini. Huius donationis testes fuerunt ex illorum parte : Gislebertus 
catun ^' Anschetillus ® fîlius Arnullî^ Ex parte abbatis: Helto filius 
Alcherii, Jacob, Ingerannus de Gliscort, Godardus*\ Gulbertus Mares- 
cal, Geroldus Bocamiosa ^'. Anno Domini \JXCII. 

a) Giraldi C. — b) Masnil C. — c) predicti. — d) Gilletus calcun CD. — 
e] Anchetillus CD. — f) Arnulphi CD. — g) Godardus... miosa omis par D. 

47 
1096, 19 octobre^. 

Nivard de Septeuil fait don d^un arpent près la croix de Darnétal, 
de sa part des fruits (?), de la dîme despoissons, du foin et du 
tonlieu et de tous ses revenus de terre et d'eau. 

1. 11 s'agit certainement de Guillaume I, fils d'Hellouin 111, vicomte de 
Mantes. Cf. Depoin, op. cit., p. 334. 

2. he Brionnense castrum est la petite ville de Brionne, chef-lieu de can- 
ton du départ, de l'Eure, arr. de Bernay. 

3. Une des plus anciennes mentions du droit de relief. 

4. L'indiction et l'épacte conviennent bien à 1096. Si la rédaction de la 
charte est du 19 octobre (Xllll Kal. nov.), l'acte même de donation est sans 
doute antérieur et du vendredi fVl feria) 10 octobre, 18^ jour de la lune. 



RECUEIL DES CHARTES 103 

A. Original perdu. — 5.Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, perdu. 
— C. Copie du xv*' s. dans le Carlulaire de Paris, fol. 33 v° (d'après B). 

Donacio Niuardi de Septulia ' de arpento qui adiacet in sinistra iuxta 
crucem de Darnestal eundo ad Sanctum Leobinum et de omni parte 
sua nucum et de décima suorum piscium et de feno et de theloneo et 
de omnibusredditibus rébus suis terre etaque. Testibus de parte nostra : 
fratre suo Anschetillo, Henrico fîlio Aicardi, Helduino de Felceroles, 
Heluis preposito, Roberto Boiscet, Girardo de Montemedio, Willelmo 
fîlio luo, Drogone Boissel, Sansone Depent-pooil. Anno Domini M XG 
VI, indictione iiii*, epacta xxiii, xiiii Kl. nouembr. S. [un hlanc) eius 
et confirmacio. Facta est larg-itio feria vi ^, luna xviii^. 

48 

1098'. — Paris, Notre-Dame. 



Guillaume^ évêque de Paris, fait don de V autel du Pecq^ réserve 
faite des droits ordinaires de Vévêque. 

A. Orig-inal (en mauvais état), Arch. dép. delà Seine-Inférieure, à Rouen 
série H, non classée. 

Tjf In nomine patris et [filii] et spiRiTus SANTi [sic). Amen. Quiconque 
ad celsitudinem celestis patrie nititur ascensum preparare, sciât ala- 
rum trium remigio taliter posse superare, videlicet fîde cui caritas 
sociatur, caritate ex qua misericordia generetur, misericordia qua ino- 
pia releuetur : horum etenim scala trium graduum attingit a terris ad 
celi palatium. Quifcumque car]et his alis, uirtutum non habet unde 
uolet ad regnum celorum. Sciendum est tamen [quia exce'llentior est 
caritatis, fructuosa misericordia. Quod apostolus testatur, qui caritatem 

ipse fidelibus uid « uobis excellentiorem uiam demonstro » ^. 

Nulla quippe Deo acceptabilior est host ia] quam Deo seruitentibus 
fa[cere] misericordiam in eorum indulg^entia. Unde scriptum est : 
w misericordiam uolo et non sacrifîcium » ^. Item aliter'': « Super- 
exaltat autem misericordia iudicium ». Hoc etiam in euang-elio decla- 

1. Sur Nivard de Septeuil, voy. Orderic Vital, t. IV, p. 26. Cf. Depoin, 
op. cit., p. 423. 

2. Il faut restituer l'an de l'incarnation « MXCVIII >>, les autres éléments 
(sauf les concurrents) s'accordant en faveur de cette année. Guillaume de 
Montfort, élu en 1095, consacré en 1096, mourut le 27 août 1102 au cours d'un 
voyag-e à Jérusalem. 

3. I Cor., XII, 31. 

4. Matth., IX, 13 ; xii, 7. 

5. Jacob, I, 13. 



104 l'abbaye de saint-wandrtlle 

ratur aperte, ipso Domino fidelibus dicente : « date elemosinam et 
ecce omnia munda sunt uobis » \ Igitur ego Willelmus, Dei gratia 
Parisiensis episcopus, tantis auctoritatum rationibus animatus, notum 
uolo fieri cunctis Dei fidelibus quod quidam fratres adierunt nos, comi- 
tatis nostris quibusdam familiaribus, qui petierunt a nobis.. liarum sup- 
plicationibus orationum, quatinus concederemus cenobio sancti Wan- 
dregisili ad sustentationem [eorjum altare uille que dicitur Alpecum. 
Quorum peticioni non [rjefrajgajti sumus, sed pietatis studi[o] uolun- 
tati eorura ad[sensum ?] adhibuimus. Ilaque,consilioetassensu Stephani 
archidiaconi et [c]lericorum nostrorum, supradictum altare cenobio 
supradicto concessimus in perpetuo possidendum. Retinuimus tamen 
... circadam, sinodum et debFite] subiectionis obsequium. Quod ne 

uento possit obliuionis auferri litt die mancipandum duximus 

memorie commendari. Et ne ualeat infringi a nostris successoribus, 
signa nostra [apposu]imus et proprifis mjanibus tangendo corrobo- 
rauimus. 

S. Willelmi episcopi, S. Fulconis decani, S, Galerani precentoris, 
S. [Wlgjrini [archidiacolni, S. [SJtephani archidiaconi, S. Rainaldi 
archidiaconi, S. Ronberti sacerdotis, S. Goderanni sacerdotis, S. Rogeri 
sacerdotis, S. Anscheri leuite, S. Alberici leuite, S. Landonis leuite, 

S. . . .efru. . subdiaconi, S. Teduini subdiaconi, S. Ad subdiaconi, 

S. Lisiardi pueri, S. Pétri pueri, S. Godefridi pueri. 

Actum Parisius, in capitulo Sancte Marie, anno ab incarn[atione] 
[millesimo] XCII, régnante Phylipporege anno XXXVIII., episcopatus 
Willelmi episcopi anno III., indictione vi, epacta xv., concurrentibus ni. 
RicARDus EGO CANCELLARius scripsi. Huius rci testes sunl, ex parte 
Sancti Wandregisili : Ilisenbardus abbas ^ sancli Germani, Ambrosius 

prior Sancti Wandregisili, S onaus, Andréas, Haenricus, Ang-el- 

bertus, Vdo, Har...ierus, C.. t...us. Actum tempore Giraldi -^ 
abbatis Sancti Wandregisili. 

49 

Fin du XI® siècle ^ . 

Aiveten^ fille d'Eustachie, fille du comte Manassès^ concède la 
dîme de ce quelle possède à Rosny, à condition que les moines 

1. Luc, XI, 41 . 

2. Isembard, abbé de Saint-Germain-des-Prés, de 1080 environ an 
18 juillet 1103. 

3. Giraud ou Girard II, abbé de 1092 à 112") ou 1126. 

4. Les renseignements contenus dans un diplôme du roi Henri !•''' per- 
mettent d'identifier le grand-père de la donatrice à Manassès, comte de 
Dammartin, tué dans la bataille de Bar, le 15 novembre 1037. Voy. 



RECUEIL DES CHARTES 105 

de R. célèbrent chaque année deux anniversaires, Vun pour 
son mari, Guillaume, à Voctave de la Toussaint, l'autre pour 
sa mère, Eustachie, le lendemain de la Saint-Mathieu. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de novembre 1319 perdu. — C. Cartu- 
laire de Paris, fol. 33 v^ (d'après B). — D. Copie du xvii« s., Coll. Baluze, 
t. 58, fol. 99 vo (d'après B ou C). 

Notum sit monachis Sancti Wandreg-. qui in hac ecclesia Domino 
seruituri morabuntur Aweten fîliam Eustachie, filie comitis Manasse, 
per concessionem ^ fratrum suorum, decimam omnium que Rodini'' 
habet sancte Marie et sancto Wandreg. ita concessisse ut ipsi monachi 
de Rodonio anniuersales dies faciantper singulos annospro Guillelmo 
viro^ et supradicta matre eius Eustachia, pro viro in octauis festiui- 
tatis omnium sanctorum, pro pâtre (sic) in crastino festiuitatis sancti 
Mathei. 

a) pro concessione D \ — b) Rodun C ; — c) il y avait d'abord filio qui a 
été barré C, 

50 

Fin du xi^ siècle ^ 

Robert, rendu moine à S.-W., restitue, du consentement de son 
seigneur, Gilbert de La Cunelle, de sa femme et de son fils 

Fr. Sœhnée, Catalogue des actes d'Henri I^^, roi de France, n° 55. Ce per- 
sonnage possédait des domaines importants dans le pays de Chartrain et le 
Dunois [ibid., n° 12). C'est à lui que fait allusion le diplôme de Louis VII 
reproduit plus loin (n° 107). 

1. On ne peut arriver à dater, et approximativement, les divers éléments 
de cette notice qu'en utilisant les noms des témoins de l'abbaye. Hugo 
Ruffus souscrit les n^^ 34 (1063-89), 41 (1086), Helto les n°« 41 (1088), 46 
(1092), ')6 (1111-18). L'entrée au cloître dudonateur se place en conséquence 
vers la fin du xi« siècle ; l'abbé Robert sous lequel avait été faite la pre- 
mière donation ne peut donc être que Robert I*"^ (1047-1063). 

L'époque approximative de l'accord entre Grimoud et l'abbaye est plus 
difficile à déterminer, l'abbé G. pouvant être soit Gilbert (1063-1089), soit 
Girard II (1091-1126). — Le présent acte ne suffit pas encore à assurera 
l'abbaye la paisible possession de l'église de Grandvilliers. Par une charte 
« sans date et sans scel », mais qui « paroist vers 1200 », on voit Thomas, 
seigneur de Grandvilliers, garantir les concessions des ancêtres de sa 
femme Isabelle. L'original, disparu, a été copié par Gaignières (Bibl. Nat., 
ms. lat. 5425, p. 135). Il est reproduit dans le Cartulaire de Rouen (fol. 
235, n» 36). Aug. Le Prévost {op. cit., t. II, p. 198) édite une confirmation 
et une donation de Baudry de Granvilliers. 



106 l'abbaye de saint-wandrille 

Grimoud^ réalise de Grandvilliers avec la dîme et une terre, 
précédemment données et reprises par le concédant. A la mort 
de son père, Grimoud, après avoir repris la susdite donation, 
s accommode avec Vabbé G. et reçoit de lui la somme de 
trente sous. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de novembre 1319, perdu. — C. Vidi- 
mus de janvier 1407, perdu. — D. Copie du xv^ s. dans le Carluhiire de 
Paris, fol. 22 recto (d'après B). — E. Copie du xv^ s., ibid., fol. 23 verso, 
d'après C. — F. Copie du xvii^ s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat., 
5425, p, 136 (d'après A). 

a. Aug. Le Prévost, Mémoires et notes pour servir à F histoire du départe- 
ment de l'Eure, t. II, p. 198, à la date de 1063-1069. 

In nomine sancte et indiuidue Trinitatis. Tempore abbatis Rot- 
berti ^ Rotbertus **, Grimoldi pater, ecclesiam de Grantuiller cum 
omnibus ad eam pertinentibus Sancto Wandregisillo dédit et ^ perpe- 
tualiter concessit^. Sed post modum, midtis pro causis, incuria fra- 
trum F'ontanellensium ras ipse sunt neglecte et ab eodem Rotberto 
rursus inuase ac multis diebus, sub calumpnio tamen eorundem fra- 
trum, iniuste possesse. \^ero benignus Deus, qui sibi famulantium 
curam nescit negligere, ne idem miles sue deuocionis fructum, bene 
quidem ceptum sed prauorum consilio corruptum, videretur perdi- 
disse, eum, ut bonus pater filium, voluit corrigere. Qui correptus 
molestia corporis, facti sui non immemor, ex corde penituit, Fonti- 
nellam ocius '^ misit, que iniuste tulerat'^ reddidit, habitum monachi 
peciit et accepit, missis ad se duobus fratribus, Gansfrido*^ de Bella 
aqua et Hugone Furun. Ecclesiam et omnia que proclamabant, présente 
domino suo Gisleberto^ de la Cunel, et annuente uxore sua et filio eius 
Grismoldo, aliisque suis hominibus, reddidit et cum eisdem fratribus 
Fontinellam deductus venit. In cuius comitatu et G., filius eius, hue 
accessit et que pater reddiderat, scilicet ecclesiam cum tota décima et 
duo arpenta terre iuxta eam et terram totam que est inter duos 
chemins usque ^ ad terminos siscols et rodinam ^ sollenniter, dona- 
cione^ super altare missa'', confirmauit. Teste: Pagano de Gonded '. 

a) Roberti, Robertus EF. — h) et p. c. omis par F. — c) occius F. — 
d) tuUerat E. — e) Gaufrido F. — f) Gilleberto E, Gilberto D. — g) usque... 
donacione omis par F. — h) missa omis par F. — i) Condes F. 

1. Le Prévost remplace par des points de suspension siscols [ou siscriols) 
et rodinam, ne sachant, pas plus que nous, ce que veulent dire ces mots ; 
peut-être des lieux-dits. 



RECUEIL DES CHARTES 



107 



Rodgerio de Torchi J, Gisleberto de Malbuisson ^ ; ex • nostra parte 
vero : Hug-o Ruffus, Helto, Robertus camerarius K 

Post dies vero, defuncto pâtre R., idem G., sinistro usus consilio, 
datum quod pater annuerat et ipse confirmauerat negauit, carru- 
camque "^ Sancti Wandreg-isili a terra ipsa expulit. Quo comperto ™, 
G. abbas, missis suis monachis et hominibus ", ad diem nominatam 
contra ipsum G. placitauit, et datis in karitate° trigintaP sol., annuen- 
tibus fratribus eius, militibus atque amicis, iuxta i proclamacionem 
fratrum ^1 fînem omnimodis '' fecit. Huic ultime conuencioni interfue- 
runt, ex parte Sancti Wandregisili^ : Radulphus * Pinnarz", Willermus 
presbyter, Warnerius "^ Crusil, Robertus Guerel""; ex parte G. : Gisle- 
bertus, dominus eius, et Gislebertus^ filius Noe et Gislebertus ^ de 
Malbuisson ^ atque alii multi. 

y) Torcy F. — k) Malbison D. — l) ex... camerarius omis par F. — 
m) carrucamque. . . comperto oinsi par F. — ii) m. s. h. et m. E . — o) kari- 
tate D. — p) 30 F. — q) iuxta. ., fratrum omis par F. — r) omis par F. 
— s) Wandregisilli E. — /) Rodulfus F. — u) premars DE. — v) Warne- 
rius... Guerel omis par F. — w) Gillebertus DE. — x) Malbison D, Malbis- 
son E. 

51 

xii^ siècle K 

Guillaume « Benengcl » donne Véglise de Flanianville avec la 
dîme. 

A. Original perdu. — D. Copie du xiv« s., dans le Cartulaire de Rouen 
fol. 314 recto, n" 1. 

Sciant omnes qui hodie sunt et ab hodie venturi sunt quod 
Willelmus, cognomento Benengel, dédit monachis loci Fontanellensis 
ecclesiam de Flamenuille cum décima que ad ecclesiam pertinet soli- 
dam et quietam, pro sainte sue anime et patris sui atque matris sue 
et insuper Rad. fratris sui defuncti et ibidem sepulti. Guius donatio- 
nis sunt testes, ex parte Willelmi : Ansgerus miles, Widardus de 
Rainfrediuilla, Radulfus de Ansgeruilla, Radulfus scutarius, Rad. 
Bennengel ; ex parte monachorum : Robertus camerarius, Radulfus 
filius eius, Godefredus, Aaron, Ascelinus Ruffus, Helto filius Heberti, 
Walterus camerarius, Robertus Gaillart. 

1. La date de cet acte ne peut être déterminée avec précision. Il est au 
nombre des « Veteres chartae », donc antérieur à l'usage du sceau; un des 
témoins de l'abbaye « Walterus camerarius » figure dans un acte de 1124 
(n° 54). D'autre part, Féglise de Flamanville n'est pas mentionnée dans les 
confirmations de 1142. 



108 l'abbaye de saint- wandrille 

52 

HOO-HIO» 

Obcr de Lindeheuf donne les églises de Lindebeuf et du Torp 
avec les dîmes et 15 acres de tertre, dotation de ces églises, et 
ajoute 60 acres de terre de \son?]fiefde Lillebonne. Ses fils, Elie 
et Rabel -, et son neveu Geoffroi [Fils] — Hanion consentent 
à cette donation. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv'' s, dans le Cartulaire do Rouen, 
fol. 318 r°. — C. Copie du xv^ s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 14 v°. 
— D. Copie du xvii^s. (partielle), Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 99 
recto. 

[Le texte d'après B C.) 

Régnante Henrico rege Anglie, sub archiepiscopatu venerabilis 
Willelmi Rothomagensis archiepiscopi, tempère Girardi ^ Sancti Wan- 
dregisili abbatis. Nouerint uniuersi, tam présentes quam sequaces, quod 
Osbernus de Lindebove dédit ecclesie beati Wandregisili duas eccle- 
sias, illam videlicet de Lindebove et illam de Torp, cum decimis quiète 
et absolute et cum xv.'^ accris terre quibus eedem*^ ecclesie dotate 
fuerunt, pro salute anime sue et filiorum et amicorum suorum. Necnon 
idem Osbernus dédit eidem ecclesie lx. acras ^ terre in l'eudo de Lin- 
debove. Hanc autem donacionem concesserunt filii eiusdem Osberni 
Helyas et Rabel, Gausfridus [filius] ^ de Hamon, nepos eiusdem Osberni^ 
Huic autem donacioni interfuerunt testes, ex parte ipsius Osberni : 
Radulphus « presbyter de Garleth et Osbernus de Mara et Ricardus 
de Mara et Radulphus miles et Walterus Le huns et Roscelinus '» de 
Maisnillo'-Ade ; ex parte vero monachorum : Godefridus Goquus J, 
Walterus •^ de Geltauilla et Willelmus fîlius eiusdem et Ricardus filius 
Osberni et Guthbertus ^ Marescalcus'" et Robertus Raiola*^. 

a) Giraudi C. — b) quindecim B, — c) heedem C. — d) accras B. — 
e) édition : fdius omis par BCD. — f) D s'arrête ici. — g)Bad.B. — h) correc- 
tion : Roscelinus BC . — i) Mesnillo C. — j) Cocus B . — k) Galterus B. — 
/) Gutbertus B. — m) marescallus B. — n) de Raiola B. 

1. La date de cet acte doit être resserrée entre 1100 et 1110 vu les mentions 
du roi Henri I^"" d'Angleterre (1100-1135), de Tarchevôque de Rouen, Guil- 
laume (1078-1110), de l'abbé Girard II (1091-1126). 

2. Rabel est le futur chambellan de ce nom que le roi Etienne assiégea 
en 1137, non point dans son oppidum de Lillebonne, chose impossible, 
comme le remarque justement Le Prévost (Orderic Vital, t. V, p. 81, note 
3), mais dans Lindebuef [Lindobona). 



RECUEIL DES CHARTES 109 

53 

1106 

Isambard le foulon donne, après sa mort, une terre de deux 
arpents et un pré, à condition que lui et sa femme soient asso- 
ciés aux (( bénéfices » de l abbaye en aumônes, prières et jeûnes 
et quêteurs noms soient inscrits à Vobituaire. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv*^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 314v°,.n° 14. 

Anno ab incarnatione Domini millesimo centesimo vi". Dédit S. W. 
Isenbardus fullo quandam terram de duobus arpentibus et plus et quod- 
dam pratunn post mortem suam ; quamdiu vixerit vult eamdem terram et 
pratum tenere, in sua manu habere. Hec donacio fuit data in monaste- 
rio S. Wandreg-., teste Petro, eiusdem ecclesie sacerdote, et Henrico et 
Ursone, nostris hominibus, etmultis ex eiusdem parrochie hominibus. 
Et nos concedimus ei partem benelicii ecclesie et uxori sue quiquid in 
elemosinis et orationibus et ieiuniis et ceteris benefîciis fecerimus, et 
post mortem eius scribatur nonien eius et nomen uxoris sue in Kalen- 
dario nostro. 

54 

1108 

Giraud^, abbéde Saint- Wandrille, et Sulpice, abbé de Saint-Pierre 
de Câtillon [Couches) '^, font un accord au sujet de la dîme de 
Gravenchon, du consentement du comte d'Evreux, Guillaume, 
et de sa femme Heluise^. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv'' siècle, dans le Cartulaire de 
Rouen, fol. 317 r«, n° 6. 

Concord. inter nos et monachos deConchespro X^ de Crauenchon... 
Notum sit cunctis Ecclesie fidelibus quia, anno dominice incarnationis 
M°G*^VIIJ°,donnus abbas Gyraldus S. Wand. et donnusSulpitius,abbas 

1. Le même que Girard II. 

2. Sulpice abbé de Couches, contemporain de Henri !*=•' d'Angleterre 
[G allia christ . , t. XI, col. 638). 

3. Guillaume, comte d'Évreux de 1067 à 1118. Heluise, sa femme, fille de 
Guillaume 1^'^, comte de Nevers. 



110 l'abbaye de saint- wandrille 

s. Pétri Gastellionis, de décima quam idem monachi Castellionis 
habebant in Crauentium perpetuam ac difTmitam conuentionem feci- 
mus, annuentibus utriusque partibus monachorum in capitiilis scili- 
cet singiilorum, annuente etiam et confirmante hanc diffinitionem 
Ebroicensi comité A\'illehiio et eius coniug'e Heluisa comitissa, ea vide- 
licet ratione ut monachi S. Wand. ad forum S. (lertrudis predictis 
S. Pétri Gastellionis monachis XL** perpetualiterannuatimdent solidos, 
et monachi S. Wand. similiter absque ulla contradictione perpetuo 
decimam ipsam possideant; monachus vero qui ipsos nummos recipere 
venerit in domo secretarii S. Wand. hospitabitur. Testibus hiis ex 
parte monachorum Gastellionis : Herchembaldus, Rog-., Will., Hug. ; 
ex parte S. Wand. : Helto filius Alceri, Gulbertus Marescal, Ricardus 
filius Osberni, Ricardus filius Odini, Rodulfus Bonet camerarius, 
Walterius porlarius, Robertus Ragoie ; ex parte comitis Willelmi : 
Will. capellanus et canonicus, Helinandus de Alloilo, Rog-. de Acero, 
Will. de Heindiuilla, Robertus de Sacenuilla. Signum XA'illelnii comitis 
•J-, Signum comitisse lleluise f}^, 

55 
1111, 4 décembre. — Beauvais. 

Geoffroi, évcque de Beauvais \ renonce à la coutume de nommer^ 
de concert avec l'archidiacre, le cure de Icylise de Bivecourt, 
qui appartient à Saint-Wandrille. L'ahhaye tiendra directe- 
ment léglise sans l'entremise d'un curé, mais paiera à Véglise 
de Beauvais sur les revenus de cet autel un cens annuel de 
trois sous beauvoisins lors du « synode » qui suit la Tous- 
saint. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Cartulaire de 
Rouen, fol. 206 v°. 

Gaufridus, Dei gratia Beluacensis episcopus, omnibus sancte matris 
ecclesie filiis illa respuereque christiano inimica sunt nomini et ea que 
sunt aptasectari. Ad notitiam tam futurorum quam presentium volu- 
mus peruenire quia monasterium S. Wand. altare de Riuerescurte de 
Beluacensi ecclesia tenebat per mutationem persone, ita scilicet ut una 
decedente persona altéra persona substituebatur per episcopum et 
archidiaconum Beluacensem. Nos autem prouidentes ne fratrespredicti 

1. Evêque de 1104 au 2 décembre 1113 [Gallia christ., t. IX, col. 719). 



RECUEIL DES CHARTES 111 

monasterii per istam consuetudinem gravarentur in futurum, beato 
Wand. et ejus monasterio concessimus predictum altare de Riueres- 
curte deinceps habendum et tenendum absque persona \ saluis ceteris 
consuetudinibus Beluacensis ecclesie et ministrorum ipsius. Pro ista 
autem alleuiatione persone quotannis soluentur de predicto altari très 
solidi de censu Beluacensi ecclesie in termine synodi qui celebratur 
post festum omnium sanctorum. Quod ut ad notitiam futurorum per- 
ueniret hoc preceptum inde fieri iussimus et sigilli nostri impressione 
fîrmauimus. Actum Beluaci ij° non. decembris, anno incarnati verbi m'^ 
centesimo vndecimo, indictione quarta, régnante Ludovico rege, quarto 
anno regni eius. Présentes fuerunt clerici : Henricus archidiaconus, 
Rogerus archidiaconus, Restedus subcentor, Guarnerus capellanus, 
Gualterus de platea, Gualterus Gualefridi, Kadolus, Haimericus, 
lohannes Aurelianensis, Hilduardus archipresbiter, Hearedus qui per- 
sona ^ fuit, Berengarius abbas Sancti Symphoriani^. Très monachi de 
S. Wand. : Hunfredus, Laurencius, Ricardus. 

Galterus cancellarius dictauit et Ansculfus notarius scripsit. 

56 

1111-1118 4 

Henri P^\ roi d'Angleterre^ notifie que Vabhé Giraud et les moines, 
en présence de sa cour, ont baillé à ferme pour la durée de sa 
vie à Guillaume, évêque de Lisieux, Veravast, à condition 
quà la nfiort du prélat, labbaye recouvrera le domaine, qui 
lui sera rendu dans l'état où il était Vannée de la mort de 
Guillaume le Conquérant. 

A. Original perdu. — B. Copie du kiy^ s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 194 v°, pièce 4. 

Tnd : Round, Calendar, n° 167. 

H. rex Anglorum et dux Normannorum omnibus fidelibus suis, tam 
presentibus quam futuris, salutem. Noscant universi fidèles mei quoniam 
Giroldus, abbas S. Wand. et monachi sui in presentia mea et baronum 
meorum, concesserunt Willelmo Lexouiensi episcopo Wereluuast ad 
firmam quandiu uixerit, tali autem conuentione ut postquam predictus 

1. C'est-à-dire «. curé ». 

2. Le curé dépossédé de Rivecourt. 

3. Bérenger abbé de Saint-Symphorien de Beauvais depuis 1097 env. 
jusqu'au 25 sept. 1112 [Gallia Christ., t. IX, col. 808). 

4. J'adopte la date proposée par M. Round. 



112 l'abbaye de saint- WANDRILLE 

episcopus obierit résumant monaclii eamdem lerram cuin appendiciis 
suis in dominio eorum liberam et quietam ab omni calumpnia parens 
tum siue heredum prefati episcopi, sicut erat anno quo pater meu- 
uiuus et mortuus fuit. Testibus : Goiffrido Rothom. archiepiscopo, et 
Ramnulfo cancellario et Eustachio comité de Bolonia et Roberto comité 
de Meullent et Eudone dapifero et Ham[one] dapifero et Roberto de 
Bello campo, Goiffrido fîlio Pagani, \^'altero de Vernone et Godardo 
pistrina, et Heltone de S. Wand., et Alanode Alicheruilla, et Willelmo 
filio Ansgerii, et Ric[ardo] filio Oini, et Willelmo filio Godefr[idi], et 
Atselino de Bosco Gerardi. Apud Rothom [agu m]. 

57 

1117. — Mantes. 

Guillaume, vicomte [de Mantes] ', ayant fait à V abbaye en pillant 
Chaussy un tort évalué à sept livres, enraye pour six années sa 
vicomte et a voirie ». Si la somme n est pas payée à ce terme, les 
moines conserveront la « voirie » jusque ce que Guillaume et 
son fils Huyues aient achevé de s'acquitter. Si un certain Baudry 
élève des revendications sur la « voirie », le vicomte s'engage 
à le faire renoncer à ses prétentions par des voies pacifiques. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 319 v°. 

a) J. Depoin, Cartulaire de Saint-Martin de Pontoise, Appendices, fasc. 4 
(190o), p. 347. 

In annoabincarnatione Domini JVPcentesimoseptimodecimo, depre- 
dari fecit Wills. vicecomes Calceium et boues et equos proprios eciam 
monachis alia preda fecit diripi. Quam cum reddere nonposset et uio- 
lencia excommunicationis eum undique vehementer addiceret, compu- 
tata eadem preda septem libris, coactus est vicecomitatum et viariam 
suani pro concordia pacis monachis S. Wand., Waltero priori et W^il- 
lelmocamerario et Goifredo filio Odonis, a festiuitate S. Remigii que in 
eodem anno fuit usque ad excursum sex annorum cum sacramento 
inuadiare. Et si in excursu eorundem sex annorum septem libras 
non reddiderit, quamdiu reddende eruntsub pactoeiusdem sacramenti 
monachi S. Wand. supradictam viariam quiète et paciiice, per conces- 
sionem vicecomitis et filii sui Hugonis, possidebunt. Et si Baldricus in 
eadem viariaaliquidcalumpniari voluerit,paratus erit vicecomes inopor- 

1. Voy. sui- ce personnage J. Depoin, o/i. cit., p. 334. 



RECUEIL DES CHARTES 113 

tuno loco ubi cum pace conuenire poterit aduersus eum placito racio- 
cinare quia in eadem viaria nichil debeat possidere ; et si aliquis ali- 
quid forefecerit in eadem terra S. Wand. qualem pro sua iniuria 
adquireret vindictam per[solvet] * monachis. Huius conuentionis et 
sacramenti apud Medantem, in atrio ecclesie sancte Dei genitricis 
Marie, testes adhibiti fuerunt : Radulfus Malus vicinus ^ et filii eius, 
Sanson et Robertus, et Willelmus Ruffînus et Herbertus clericus cana- 
tus et Rernardus ecclesie thesaurarius et Theboldus de Fauerilis et 
Valterus filius Guerrici de porta, et Gladiolus fîlius Guialdi. 

a) Correction de a : pro ms. 

58 

1117. — Poissj. 

Gazon de Poissy ~ fait remise de la « coutume » du travers sur 
les « bacs » et navires des religieux de Saint-Wandrille, au 
port de Maisons. La remise de cette coutume, déjà abandonnée 
par Geo ff roi, père de Gazon, a été faite à Poissy, par une 
baguette coupée, entre les mains -^ du prieur Gautier et de 
Richard, du consentement de Sesseline, épouse de Gazon. Au 
décès des donateurs l'abbaye célébrera un « trentain » et ins- 
crira leurs noms dans son obituaire. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
(perdu?) : — C. Copie du xiv^ s., dans le Cartulaire de Rouen, fol. 330 
r°, n" 18. — D. Copie du xv'^- s., dans le Cartulaire de Paris, fol. 31 r° 
(d'après B). — E. Copie du xyii»^ s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. 
Baluze, vol. 58, fol. 97 r° (d'après C ?). 

a) J. Depoin, Cartul. de Saint-Martin de Pontoise, Appendices, p. 435, 
note 782. 

{Le texte est établi d'après CD.) 

Anno incarnationis dominice M C° XVIP concessit Wazo* de Pen- 
seio ecclesie sancte Wandregisili de Fontanella costumam^ totam tra- 
uersi quam in portu qui Maisons'^ vocatur per singulos annos de baccis*^ 
sancti Wandregisili vel nauibus per Sequanani in Franciam ascenden- 
tibus, siue inde descendentibus, ab antecessoribus suis solitus erat 

a) Vaszo C. — b) coustumam C. — c) Maisonz D. — d) bacis C. 

1. Sur Raoul Mauvoisin et ses fds, voy. Depoin, op. cit., p. 253. 

2. Ordéric Vital (II, 465) parle de ce personnage et de sa famille. Cf. 
Depoin, op. cit., p. 434. 

3. Il faut, je crois, ainsi comprendre « per manus ». 

L'Abbaye de Saint-Wandrille. 8 



114 l'abbaye de SALNT-WANDRILLE 

habere. Donacio uero huius concessionis per partem virge succise '^ 
facta est apud Penseium permanum Walteri prioris et Ricardi, mona- 
chorum S. Wandreg-isili, vidente et concedente uxore sua Sesselina. 
Idem vero monachi, quia causabantur aduersus Wazonem quod inius- 
ticiaeis i'ecerat, videlicet quod eandem costumam '' prius a socero ^ suo 
Gausfrido ^ concessam diu eis dare distulerat, quantum in eis esset 
prouiserunt eum de tali commisse absoluere et de reliquo tam eum 
quam uxorem suam et fîlios suos tocius benefîcii ecclesie parlicipem 
per omnia facere '\ Insuper etiam, quando Wazo vel uxoreius mora- 
rentur, promiserunt se per eos qui tune viuerent trigenarium defuncto- 
rum pro eis facturos et in martirolog^io in quo fralrum defunctorum 
nomina scribuntur eos ascripturos, ut per singulos annos anniversa- 
ria die nomina eoruni rememorarenlur et anime eorum absoluerentur\ 
Ipse vero pro tanto beneficio non solum suprafatam elemosinam se 
dédisse asseruit, sed et in omnibus causis et negociis ecclesie nostre 
ubicunque pertingere poterit se siculi fratrem et amicum fidelissimum 
alfecturum proniisit. Ut autem concessio huius donacionis a successori- 
bus WazonisJ lirma in evum permaneat, ipse Wazo ^ primus signum 
confirmacionis sue imposuit, deinde Sanscelina^ uxor eius, deinde 
Almaricus"" filius eius primogenitus. 

S. Wazonis ", S. Sansceline^, S. Ahiiarici •', S. Wazonis '^ filii. 

e) subcise D. — f) fratre D, sancto E. — g) Gaufrido C. — h) f. p. o. E. 

— i) absoluantiir E, absoluantur D. — y Waszonis C. — k) Waszo C. — 
l) Sausselina D. — m) Amalricus C. — n) Walonis C. — o) Sanseliiie D. 

— p) Almarrici C. — q) Waszonis. 

59 

Vers 1120 1. 

Lettre de H[ugues\^ abbé de Cérisy^ à G[irard], abbé de S .-W.^ 
proposant un accord entre les deux monastères touchant leurs 
droits respectifs à Saint-Marcouf. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv*^ s., dans le Cartulaive de Rouen, 
fol. 297, n» 14 ter. 

Suo karissimo patri G., S. W. abbati, et eiusdem loci venerando 
conuentui, fr[ater] H[ugo], abbas Gerasii, eum humili grege sibi com- 
misse uidere Deum Deorum in Syon. Sciatis nos et fratres nostros, 
Willelmum de Alneto et Durandum, sic esse locutos de communi con- 
cordia nostrarum rerum de S. Marculfo, in qui bus habemus et nos et 
uos magnum damnum. Quod si nos laudatis et conceditis, parciemur 

1. Pour la date, voy. le n*^* suivant. 



RECUEIL DES CHARTES 115 

totam decimam et vestram et nostram per médium. Et ut hoc 
communiter concedatis, dabimus vobis sedem ad unam granciam in 
nostra terra in loco in quo nostra solebat esse et 1111°'' burgenses, 
Robertum filium Sifredi, Robertum Babuisel, Willelmum Freelde, 
Erueum Gusbart in eadem villa, cum hoc quod tenent et octo accras 
terre perconueniens et unam salinam. Et ad firmandam hanc conuen- 
tionem vadam in vestrum capitulum, si vos ita laudatis. ValTete], 

60 
Vers 11201. 

Accord par lequel G[irard], abbé de S.-W.^ et Hugues^ abbé de 
Cérisy, se partagent la dîme de Saint-Marcouf. Cet accord a 
été conclu à Bouen, en présence du roi Henri et terminé à 
Cérisy en présence de Vévêque de Bayeux. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv<^ s., dans le Cartulaire de Bouen, 
fol. 297, n» 13 bis. 

Notum sit tam presentibus quam futuris quod donnus abbas G. 
S. Wand. domnusque abbas H. S. Vigoris Cerasii, utriusque conuentus 
pari concordia, partiti sunt totam decimam suam de S. Marculfo per 
médium. Pro qua re, ut firmiter teneretur, Hug-o, abbas Cerasii 
concessit abbati S. W. apud Sanctum Marculfum sedem ad unam 
g-ranciam et nij°' burg-enses, Robertum filium Sifredi, Robertum 
Babuisel, Robertum telarium, Robertum Escossart, cum hoc quod 
tenent et octo accras terre et unam silinam (sic). Et hoc factum est 
apud Rothomag-um, coram IL, venerabili reg-e Anglorum ^, teste 
R. archiepiscopo Cantuariensis ecclesie, Rannulfo episcopo Dunelmi, 
Nigello Albineu. Et item hoc totum difïînitum est et concessum apud 
Cerasium, coram episcopo Baiocensi, t[estibus| Osberno canonico, 
Odone filio Ogerii, Willelmo de Sancto-Quintino, Radulfo filio Eue, 
Roberto cam.; et ex alia parte Hugone de Peneuilla, Hunfrido lilio 
Roberti de Boseuill., Willelmo de Bois Gyrart. 

1. Les mentions de Henri L'' d'Angleterre (mort le 1^'' décembre 1135), 
de R[adulpli], archevêque de Canterbury depuis 1114, mort le 19 septembre 
1122), de Renouf (ou plutôt Raoul) de Durham, de 1089 à 1128, montrent 
que l'abbé de Saint-Wandrille, désigné seulement par l'initiale de son 
nom (G.) ne peut être que Girard II (1091-1125 ou 1126). L'abbé de Cérisy 
est Hugues II, mort en 1167, après un gouvernement d'environ un demi- 
siècle selon Robert de Torigni, Chronique : « 1167 :..., venerabilis Hugo, 
abbas Cerasii, humanae vitae moriendo satisfecit; qui L fere annis rexit 
idem mona^terium » (éd. L. Delisle, t. I, p. 369). L'accord se place donc 
approximativement entre 1117 et 1122. 

2. Devant la cour du roi, voy. no 100. 



116 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

61 

1124 

Gautier de Rainfreville et son frère Raoul font donation de toute 
la « moute » ^ de leur terre ^ de deux parts de la dîme qui appar- 
tient à Toutain Fils-Heluis et de la dîme entière de la 
(( terre neuve » qu'ils tiennent du comte dEvreux -. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv® s., dans le Cartulairc de Rouen, 
fol. 314, r», no 7. 

Aniiodominice incarnationis \P C XX° IIIP concesserunl Deo et S. 
Wand. \\ alteriusde Ranfreuilla et Uadullus, frater eius, lotam moltam 
terre sue et duas partes décime de terra que fuitTustingi filii Heleuuise 
et totam decimam dénoua terra quamtenent decomite Kbroicensi, pro 
animabus parentum suorum propriaque eorundem salute, iure perpé- 
tue possidenda; tali tamen pactout doniius abbas G. omnisque conuen- 
tus pro hiis donationibus, excepto communi ecclesie benelicio, conces- 
serunt pariter supradictis parentibus eorum in missa que cotidie spe- 
cialiterprofamiliaribus celebratur etiam dictis duobus fratribus, coniu- 
gibus, filiis, fdiabusque suis partem. Ipsi quoque superius iam sepe- 
dicti fratres manut[en]encium'^ suum suorumque amicorum omnium 
domino abbatipro posse suo, uerum uita comité, fideliterpreterea spo- 
ponderunt. Horum omnium ex parte illorum testes fuerunt : Thomas 
suus miles et AMllelmus. Nostra vero ex parte hii inlerfuere : Landri- 
cus presbyter, Deodatus, Robertus iîlius Heberti, W. cocus, Bonetus, 
W. camerarii. Qui autem contra hec nisus luerit nisi resipuerit ana- 
thema sit. 

62 

1123 

Enenouf-Samson '* reinet sur l autel de l église de Saint -W^an- 
drillc « selon Vusaqe » la donation de deux acres de^ terre à 

1. Droit sur le blé moulu au moulin banal. Voy. Du Gange [Gloss. s. v. 
molta) qui cite, entre autres preuves, une charte de Saint- Wandrille de 
1229. 

2. Amaury IV de Montfort, comte d'Évreux de 1118 à 1137. 

3. Protection (v. français : maintenement ou maintenance). 

4. Engenouf-Samson appartenait sans doute à la maison des seigneurs 
de Laigle où le nom d'Engenouf est fréquent. Voy. Ordéric Vj^tal, II, 74 ; 
III, 197-9 ; IV, 324. 



RECUEIL DES CHARTES 117 

Aulneperche et la 'dîme du moulin de Fresnay [le-Samson). Il 
reçoit de Vabbé un palefroi et son fils, Samson, qui a consenti 
reçoit cinq sous pour acheter un a fustaine ». 

A. Original perdu. — B, Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
perdu. — C. Copie du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, fol. 324 recto. 
— D. Copie du xv^ s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 29 recto (d'après B). 

(Le texte est établi d'api^ès CD.) 

Anno ab incarnacione Domini M° Cent° XXV° *, ecclesiam sancti 
Wandregisili donno abbate Adamo procurante, in presencia ipsius 
dédit Engenulfus^ Sanson prefate ecclesie ij. acras^ terre ad Alnam per- 
cussatam et decimam molendini de Frasneto et, sicut est consuetudo, 
super altare misit eandem donacionem, pro qua a predicto abbate vnum 
palifridum ^' habuit. Eidem donacioni autem Sanson, eius fîlius, suum 
bénigne prebuit assensum, pro quo, ad fustanetum emendum, .v. " sol. 
etipse habuit. Huius rei ex parte sancti Wandregesili lestes fuerunt : 
Alannus de Alechiuilla, Gillebertus ^ cocus, Albertus portarius, Osber- 
nus filius Bernardi, Robertus filius Gisleberti ^ coci, Ercembaudus •' 
fîlius Raiole '. Ex parte quidem EngenulfîJ et fîlii eius Sansonis : Rai- 
naldus, frater ipsius Engenulli ^. 

a) M^C** vicesimo quinto C. — b) correction : Ergenulfus CD, mais en 
marge de C on lit : donum Engenulplii. — c) du as accras C. — d) palefri- 
dum C. — e) quinque C. — f) Gislebertus C. — g) Gilleberti C. — 
h) Ercembaldus C. — i) raide C. — j) correction : Ergenulfi CD. — k) Erge- 
nulfi D. 



63 

1128 

Hugues de Saint-Chéron, fils d'Hingran, fait don sur Vautel de 
S. W. du tiers de la dîme de Chauffours. U abbaye s engage., 
s'il le désire, à V accepter lui et son héritier, au nombre des reli- 
gieux, à condition qu'ils lui apportent la totalité de leurs biens. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
perdu. — C. Copie du xiv« s., dans le Cartulaire de Rouen, fol. 329 recto, 
n® 4. — D. Copie du xv^ s., dans le Cartulaire de Paris, fol. 33 verso 
(d'après B). 



118 L ABBAYE DE SAINT- WANDRILLE 

\Lc texte est établi cVaprèfi CD.) 

Aiino ab incarnacione Domini '" M°G°XXMII° ^ facla est hec doiia- 
cio. Hugo videlicet Sancli Gauranni, filius Hingranni, concessit et 
super altare sancti Wand., in presencia donni abbatis Alanni, donacio- 
nem posuit, presentibus multis, terciam partem décime de Galfurno 
ab ecclesia predicti sancti iure perpétue possidendani. Quapropler 
concessum est ei quod si monachus aliquando fieri voluerit, vel hères 
suus post mortem ipsius, iiet eis, tali tanien pacto ut quicquid habue- 
rint secum ad ecclesiam fîdeliter ex integro detulerint ''. Huius vero 
conuencionis ex utroque parte sunt testes ^ : Willelmus de Brionna, 
Willelmus de Garcuitet Gislebertus ^ fîlius eius, Gislebertus cocus et 
Radultus filius eius et Robertus coqus et Erchembondus ^ filius eius 
etRobertus filius Ricardi et Hugo filius Ranulphi ^ et Huricus clericus 
de Medanta. 

a) Verbi C. — b) MC vicesimo octave C — c) detulcrunt D. — d) partes 
D. — e) Gillebertus C. — f) Herchembaudus C. — g) Ranulli C. 

64 

1128-11351. — Dieppe 

Henri /*"", roi d'Angleterre^ accorde à lahbé Alain la permission 
de transférer le marché de Saint-Wandrille à Caudehec et de 
le tenir le dimanche au lieu du samedi, et met sous sa «.paix » 
ceux qui fréquenteront ledit marché. 

A. Original perdu. — B. Copie du xui*^ s. Bibl. de la ville de Rouen, 
ms. 394, fol. 2 recto. — C. Copie du xrv*^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 147 r«, n° 40. 

a) Du Monstier, Neustria pia, p. 173, éd. partielle « ex archivo abbatiae 
Fontanellensis ». 

Ind. Round, Calendar, n° 168, « circa 1130 ». 

Henricus, rex Anglorum, archiepiscopo Rothom[agensi], episcopis, 
abbatibus, comitibus, baronibus, justiic[iis] et omnibus fidelibus suis 
totius Normanniaesalutem. Sciatisme concessisse Deo etSancto Wand. 
etabbati Alano quod ponant mercatum suum, quod solebat esse apud 
Sanctum Wandrregesilum] per diem sabbati, apud Galdebec per diem 
dominicum. Quare volo et precipio quod ecclesia sancti Wandregisilis 
et abbas et monachi hoc bene et in pace et honorifîce teneant in per- 
petuum et omnesilli qui ad illud venient^in pace mea eant et redeant, 

a) veniunt C. 

1. Alain, nommé abbé en 1126, ne fut pas consacré avant octobre 1128. 
Henri P'" mourut le l^"" décembre 1135. 



RECUEIL DES CHARTES H 9 

dando suas rectas consuetudines ; et prohibée ne uUus eos super hoc 
iniuste disturbet '^ vel sua super x. libras forif[acti]. — Testibus : 
Joanne episcopo Lex[oviensi], Audino episcopo Ebr[oicensi], etR.de 
sigillo, et com[iteJ de Auco Henr[ico], et R[oberto] de Haia^, et G[au- 
frido] <^ fîlio Pag"[ani], et Anselmo vicecomite. Apud Dieppam ^,, in 
transitu meo. 

m 

b) disturbat C. — c) Haya B, — d) Rog. B. — e) Dyopam C. 

65 

H30-1135. — Saint-Wandrille i. 

Henri I^^, roi d'Angleterre^ prescrit que les hommes de Lillehonne 
et tous autres de Normandie s acquittent à Caudebec envers 
Vabbaye des mêmes « coutumes » que lorsque le marché se 
tenait à Saint-Wandrille . 

A. Original perdu. — B. Copie du xui'^ s., Bibl. de la ville de Rouen, 
ms. 394, fol. 2 recto. — C. Copie du xiv« s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 447 ro, no 41. 

Ind. : Round, Calendar, n° 169, « 1130-1135 ». 

H., rex Anglorum, R[abello] de Tanc[aruilla] ^ et omnibus baro- 
nibus et fîdelibus suis de Calz, salutem. Precipio quod homines Insuie 
Bone et omnes alii homines Xormannie donent apud Galdebec * die 
mercati easdem consuetudines abbati Sancti Wandreg[isilis] et minis- 
tris suis, quas antea dabant apud Sanctum Wandregisilem, quamdiu 
mercatum illud ibi fuit, quod ad Galdebec inde reniovi ; et nemo 
super hoc detineat suas rectas consuetudines super forif[actum]meum. 
Test[ibus] : R[oberto] de Ver et Willelmo filio Odon[is]. Apud 
Sanctum VVandreg-isilum. 

a) Caudebec B. 

66 

1129 

Accord entre Vabbé Alain et Robert de Pontchardon ^ au sujet 
des terres, prés et coutumes [de Pontchardon]. 

1. Dates proposées par de Round. 

2. Sur ce personnage, voy. De ville, Histoire du château et des sires de 
Tancarville, Rouen, 1834. 

3. La maison de Pontchardon prit part à la conquête de l'Angleterre. 
Voy. Etienne Dupont, Recherches historiques et topographiques sur les com- 
pagnons de Guillaume le Conquérant, 2'' partie, p. 97. 



120 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv« s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 324 verso. 

Anno ab incarnatione Domini M^ centesimo vicesimo nono. Sciant 
omnes; tam présentes quam futuri, quod Alanus abbas S. W. et 
Robertus de Pontechardone inter se fecerunt concordiam de terris et 
de pratis et consuetudinibus, que omnia clamabat Robertus predictus 
contra abbatem, et tali concordia quod remansit abbati terra Willelmi 
nigri oculi destere, quam idem Robertus habebat in vadimonio, in pra- 
tis et in terra arabili ; et theloneum quod clamabat de terra abbatis 
omnino demisit et dimisit consuetudinem nemoris et de pastura quam 
clamabat, et de theloneo supradicto accipiet abbas theloneum de homini- 
bus Roberti in terra sua et Robertus similiter accipiet de homini- 
bus abbatis in terra sua, excepto hominibus de procuratione donni 
abbatis et similiter Roberti ; et prala de inter aquas remanserunt 
Roberto tenenda ab abbate in pace abbatis. Et cum ad curiam abbatis 
venerit, libère ad portum nostrum cum hominibus suis transibit et de 
aquaterciam partem de abbate tenebit. Testibus ex parte abbatis : Lan- 
drico capellano, \^'alterio de Stainmaire, Alano de Alecheruilla, Wil- 
lelmo coquo, Gilleberto coco, Osberno de Conga, \A'altero de Porta, 
Rad. Bonet, Osberno Bernardi filio, Gilleberto de Garcuit. Et ex parte 
Roberti testes fuerunt : Ricardus de Gisnei, Rad. de Gribouuill., 
Gillebertus de Minel, Robertus Hugonis lilius. 

67 
1137, 2 février ^ 

I. Engerrand de Frettemeule^ Mathilde sa femme, Raoul son fils 
aîné, renouvellent la donation d'Ectot faite par leurs prédéces- 
seurs et confirment la donation que Robert d' Hugleville- a faite 
de sa terre avec la permission du roi Henri, moyennant 40 sous 
et à condition que les religieux admettent le donateur et sa 
famille dans leur société spirituelle. Si Engerrand ou ses fils le 
désirent un jour ils seront reçus moines en Vabbaye. Eux et 

1. L'acte est donné le jour de la Saint-Laurent. Il s'agit plutôt de la fête 
de Farchevêque de Canterbury, célébrée le 2 février, que de celle de l'ar- 
chidiacre romain, célébré le 10 août. L'abbé Gautier P'', nommé dans l'acte, 
succéda à Alain, dépossédé, en 1137, selon la Gallia christ, (t. XI, col. 180). 
Voy. la correspondance comminatoire d'Innocent II dans la Neustria pia, 
p. 172-174. 

2. Peut-être descendant du témoin de ce nom qui paraît en 1079 (Orde- 
nic Vital, t. III, p. 38, 39). 



RECUEIL DES CHARTES 



121 



leurs hommes jouiront [de Vexemption) du tonlieu des foires et 
du libre passage au port de Caudehec. 
IL Engerrand, fils de Guillaume de Frettemeule^ donne sa dîme 
d'Ectot moyennant 60 sous. 

A. Original perdu, — B. Copie du xiv'' s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 315 verso. 

Sciant présentes et futuri quod ego Engerrandus de Fracta Mola et 
Matildis, uxor mea, et Radulfus, primogenitus noster, confirmando 
concessimusetconcedendo manibus nostris superaltareS. Wand. dona- 
tionem illam d'Eschetot ponimus, quam predecessores nostri eidem 
monasterio S. Wand. dederunt, et terram illam quam Robertus de 
Hugleuilla, cum factus fuit monachus apud S. Wand., concessu régis 
Henrici secum dédit, terram videlicet Sauualii et Gualterii fratris eius, 
quidquid habent in eadem villa in bosco et in piano. Abbas autem 
Galterius et conuenlus dederunt nobis ex carilate monasterii in eodem 
die pro concessione terre duorum supradiclorum hominum xl.* soli- 
dos, et susceperunt nos in societatem fraternitatis sue et in omnibus 
monasterii sui spiritalibus beneliciis. Si autem ego Engelrandus 
vel aliquis filiorum meorum, siue sani siue infirmi, monachatum 
desiderauimus et eos expecierimus, sicut commune consilium capituli 
concesserit et hoc faciendum adiudicauerit, suscipient nos prout 
decet fratres huiusmodi benefîcii. Theloneum autem omnium nun- 
dinarum suarum et passagium portus Caldebecci condonant nobis et 
hominibus tantum modo mense nostre. In hac vero concessione nostra 
fuerunt ex parte nostra : Rodulfus de Salceio et Rogerius de Rurdin- 
uilla et Rad. clericuset Guilelmus fîliuseiuset lohannes, Rainoldusbo- 
leng[erius]. Ex parte autem abbatis et conuentus fuerunt testes : Hugo 
de Freeuilla, canonicus S. Marie Rothom., et Galterius de Staimara, 
Rogerius filius Heltonis et Albertus janitor, Robertus Allenolt, Rober- 
tus fîlius Ricardi, Osbernus de Longa regia. Actum est hoc anno ab 
incarnatione Domini M^G^XXX^'VIJ^, in die S. Laurencii, Innocentio 
papa secundo, Stephani régis Anglorum et ducis Normanorum regni 
anno IJ°, Hugone archiepiscopo Rothom. 

Notum omnibus esse tam presentibus quam futuris quod Ingerrannus, 
filius Willelmi de Fracta Mola, dédit S. Wand. decimam quam habe- 
bat in Escetot, acceptis a nobis sexaginta solid. de caritate Sancti. Ex 
nostra parte testes fuerent : Radulfus Ronet maior et Radulfus Rfonet] 
minor, Willelmus filius et Ricardus filius Odini. Ex sua vero parte : 
Hugo de Fracta Mola, homo suus. 



122 l'abbaye de saint-wandrille 

68 

1137-1150^. 

Accord entre V abbé Gautier, et Hunfroi de Villequier, entamé 
au chapitre de Saint-Wandrille, terminé en présence d'Hugues^ 
archevêque de Rouen. 

L'abbé concède annuellement à Hunfroi ^ i /S muids de « blé y), 
cest à savoir : un denii-muid de froment, un demi-muid de 
seigle et d'orge, un muid et demi d'avoine -, mesure de 
Caudebecquet. En échange, Hunfroi fait hommage de cette 
concession à Vabbé et à ses successeurs, lui donne toute la dîme 
de la « terre neuve » sous le petit bois de Villcquier, sa « mou- 
ture », et celle de ses hommes d outre SeifM: à Blicquetuit ^, 
renonce aux « coutumes » quil réclamait sur les moulins de 
Caudebecquet. Il fera porter le corps de son père au monastère 
et garantira, autant qu'il sera en son pouvoir, ledit « blé » 
contre Herbert de Lisieux qui le revendique contre l abbé. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv« s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol, 314 verso, n° 18. 

Hec est conuenlio inter abbatem Walterium et conuentum S. Wand. 
et Hunfredum de Mllequier que prolocuta est et concessa utrique in 
capitule S. Wandre^., finita carta coram Ilugone archiepiscopo 
Rothom. Ipse abbas et conuentus concédant Hunfredo duos modios 
bladi et dimidium annuatim dandos ubi abbas et monachi prouiderint. 
siue in granario suo siue in aliquo molendinorum suorum seu in ali- 
qua grancia sua, hoc est dimidium modium frumenti et dimidium 
siliginis et oredi et modium et dimidium bladi quod valeat auena 
mareschi : mensura erit mensura molendini de Caudebecquet. Ipse 
vero Hunfredus, pro hac concessione, facit hominium ipsi abbati et 
successoribus eius, et donat ecclesie decimam totam de noua terra sub 

1. La mention de l'archevêque Hugues montre que l'abbé Gautier est le 
premier de ce nom . 

2. Le Glossaire de Du Gange, éd. Favre, citant ce même passage, l'inter- 
prète (s. V. mareschus, gallice marché) : h pretii quo avena in foro distra- 
hi tur ». 

3. Saint-Nicolas de Bliquetuit, Seine-Inférieure, arr. Yvetot, cant. Cau- 
debec, La « terre neuve -» est un terrain défriché: le mot tuit dans Blique- 
tuit signifie « essart », défrichement. Voy. Joret, Patois normand, p. 81. 



RECUEIL DES CHARTES 123 

paruo bosco de Willechier in perpetiium et molturam suam et homi- 
num suorum de ultra Sequanam de honore de Blinguetuit ; et 
omnes consuetudines quas clamabat in molendinis de Gaudebechet 
clamât quietas in perpetuum, et corpus patris sui faciet portari ad 
monasterium sicut fratrem monasterii. Et quia controuersia erat de 
hoc blado inter Herbertum de Luxou. et abbatem et monachos, ipse 
Hunfredus hoc habetin conuentionem quod warantizabit hune bladum 
contra Herbertum. Si vero hoc minime facere potuerit et Herbertus 
vexationibus suis seu occasionibus optinuerit quod ab abbate vel 
monachis oporteat Herberto dare hune bladum, Hunfredus clamabit 
abbatie hune bladum quietum cum bona voluntate sua, ne hac de 
causa abbatia patiatur dampnum de rébus suis. Hii sunt testes huius 
conventionis, ex parte abbatis : Rog-. de Louetot, Willelmus Cocus, 
Hugo Coispel, Albertus Parcharius, Rie. Maluiel ; ex parte Hunfredi : 
Rog. Pincemont, Gillebertus fîlius Heudeier, Willelmus de Hispanna, 
Rainaldus armiger Hunfredi. Termini reddendi hune bladum sunt ad 
festum omnium sanctorum dimidium modium frumenti, ad festum 
purifîcationis S. Marie modium bladi, infra festum S. Wand. quod 
reliquum est. 

69 
1137-1150 ^ 

L'ahbé Gautier autorise la donation de cinq sous de rente 
annuelle assise sur une terre et maison de Caudebec^ faite à 
Vhôpital de Sainte-Marie-Madeleine de Rouen, par Renaud le 
cangeor qui avait acheté cette rente à Gautier le Tort. 

A. Original perdu. — B. Copie du xix^ s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 315 recto, n° 2.3. 

Sciant omnes, tam présentes quam futuri, quod ego Walterius, abbas 
S. Wand., et conuentus concedimus fratribus de hospitali béate Marie 
Magdalene Rothom. quinque solidos quos Reginaldus le cangeor in 
quadam terra, quam in Caldebecco de Walterio torto mercatus est, in 
perpetuam elemosinam annuatim illis donauit, eo videlicet pacto quod 
in eadem terra vel in domo nullam omnino aliam libertatem vel 
consuetudinem predicti fratres habebunt sed neque clamabunt. Nos 
autem in predicta terra et in domo censum nostrum ettotam consuetu- 
dinem burgagii '^ et seruicium habebimus. 

1. L'acte est daté par l'abbatiat de Gautier I^r plutôt que de Gautier II 
(1178-1187) ; un acte de celui-ci eût été scellé. 

2. Cf. Génestal, La tenure en bourgade (1900, thèse de droit, Paris). 



124 . l'abbaye de saint- wandrille 

70 

1 140, 8 décembre. 

Hugues^ archevêque de Rouen, ayant obtenu de Guillaume Le 
clerc, fils d'Hellouin i, les ec/lises de Brionne [Saint-Martin, 
Notre-Dame, Saint-Denis), que celui-ci détenait par suite d'une 
usurpation héréditaire, les restitue à l'abbé Gautier. Celui-ci 
et ses successeurs, après avoir fait approuver par l archidiacre 
et le doyen le choix des prêtres quils auront mis à la tête de 
ces paroisses, les présenteront à V archevêque qui leur donnera 
l'institution canonique. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv'' s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 191 recto, n° 30. 

Hugo, Dei gratia Rothom. archiepiscopus, dilecto in Christo filio 
Waltero abbati S. \\'and. et eius successoribus canonice sustituendis in 
perpetuum. Nostrum est ea qua possimus beniuolentia seruos Christi 
confouere et eorum utilitatibus inseruire, eos uero quam maxime tueri 
debemus quos relictis omnibus cenobiali obseruancia Christi seruicio 
vaccare uidemus. Eapropter ecclesias seu capellas de Briona, eccle- 
siam sancti Martini, ecclesiam sancte Marie, ecclesiam S. Dyon., cum 
omnibus ad eas iure pertinentibus, multis retroactis temporibus here- 
ditaria depressione fatigatis, tandem nostro tempore, Deo auctore, 
libéras tibi et ecclesie S. Wand., cui abbatis uice présides canonice, 
contradimus possidendas. Siquidem Willelmusclericus, Herluini filius, 
prefatis ecclesiis incombebat sue hereditatis traductione maledicta ; 
sed sacrorum virtute canonum et Romanorum auctoritate pontificum 
anathematis mucrone confossus, gratia miserante superna, resipuit et 
presentibus ecclesie nostre personis, te quoque, fili, pariter assistente, 
ecclesias quas supra signauimus in manu nostra reddidit et penitendo 
super his que peruerse tenuerat absolui promeruit. Nos itaque, consilio 
fratrum et fidelium nostrorum, tuis et ecclesie tue usibus eas perpetuo 
possidendas donamus, saluo iure pontificali quod nemo fidelium usur- 
pare presumit. Tibi quoque, fili Waltere, tuisque successoribus filiis 
nostris et obedientibus pia consideratione prerogamus quatinus pres- 
byteros in ecclesiis illis parrochialiter assignandos ecclesie Rothom. 
ordinatos et professos bone uite et testimonii viros, per archidiaconum 
et decanum nostrum approbatos, nobis nostrisque successoribus pre" 
sentetis, quibus curam animarum canonice debeamus committere ad 

i. Le <■<■ puerulus » de l'acte de 1092 (n» 46;. 



RECUEIL DES CHARTES 125 

honorem Dei et salutem proximi que duo cura pastoralis specialiter 
attendit. Actum est hoc anno verbi incarnat! M° G° XL°, papa romano 
Innoc. secundo, rege Francorum Ludouico, principauté in Norm. 
rege Anglorum Stephano. Ego Hugo Rothom. archiepiscopus fîrmaui 
et subscripsi. Ego Johannes Sagiensis episcopus subscripsi. Ego Alga- 
rus Gonstansiensis episcopus subscripsi. Ego Willelmus Gemmeticen- 
sis abba subscripsi. Ego W alerannus decanus subscripsi. Ego Gaufri- 
dus archidiaconus subscripsi. Ego Hugo archidiaconus subscripsi. Ego 
Osnmudus archidiaconus subscripsi. Ego Robertus archidiaconus sub- 
scripsi. Ego Fulbertus archidiaconus subscripsi. Ego Nicholaussacrista 
subscripsi. Ego Laurentius magister scolarum subscripsi. Data per 
manum donni fratrum cancellarii, VP Idus decembris. 

71 

Avant 11421. 

Nicolas de Muids, seigneur de Touffreville^ abandonne les 
dîmes de son fief de Touffreville et dépose cette donation sur le 
maître-autel. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de novembre i319, perdu (?). — C. 
Copie du xv^ s., Cartulaire de Paris, fol. 23 recto. — D. Copie du xvii*^ s. 
pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 203 (d'après B et C). — E. 
Mention du xvii^ s., Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 98 verso. 

Notum sit universis sancte matris ecclesie fidelibus •' quod Nicholaus 
de Muées, dominus de Toufreuilla, pro sainte anime sue '^ et omnium 
suorum antecessorum et amicorum, dédit Deo et ecclesie sancti Wan- 
dregisili et monachis ibidem Deo famulantibus in puram et perpetuam 
elemosinam décimas totius sui feodi ^ de Toulfreuilla, et hanc suam 
donationem super mains altare posuit et manu sua propria confirmauit 
•j-*^ hoc vidente universa populi multitudine in ecclesia astante ipsa 
die. Testes ex parte Nicholai ® : ipse Nicolaus, Helto Francigena, Hugo 
xA.rcherius, Rogerius Senescallus, Henricus Gocus ^ ; ex parte vero 
monachorum testis est Deus et abbas et fratres ac omnes circun- 
stantes. 

a) filiis D. — • h) sue anime D. — c) feodi sui D. — d) un blanc au lieu de 
la croix dans C. — e) Nicolay C. — f) coqus C. 

1. L'acte est antérieur aux n°=* 72, 73, où est mentionnée la dîme de Touf- 
freville. 



126 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

72 
1142, 6 mars. — Rome, au Lalran 

Innocent 11^ à la requête de Vabhé Gautier^ confirme en les énii- 
me'r^ant les possessions de Vahhaye. 

A. Original mutilé, Archives départ, de la Seine-Inf. à Rouen, série H, 
carton. — B. Copie du xv« s., dansle Cartiilaire de Paris, fol, 1 (d'après A). 
— C. Copie du 25 mai 1523, par Le Vage, Cartiil. de Marcoussis, Bibl. de 
la Ville de Rouen, n» 1228, fol. 115 (d'après A). — D. Copie du xyii^ s., pour 
Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 191 (d'après B). — E. Copie du 
XVIII*' s., Bibl. Nat., Coll. Moreau, vol. 59, fol. 194 (d'après D). 

Ind. : Du Monstier, Neuslria pia, p. 177. — Jafîé, Begesta pontif. roman., 
2« éd., 11° 8206. 

[Les lacunes de Vorujlnal dans son état actuel ont été comblées 
au moyen de B C D.) 

Innoceiitius episcopus, seruus seruorum Dei, dilecLo filio Galtero 
abbati monasterii sancti ^^'andregisili quod Fontaiiella dicitur eiusque 
successoribus regulariter substituendis in perpetuum. Desiderium 
quod ad religionis propositum et aiiimarum salutem pertinere mons- 
tratur animo nos decet libenti concedere et petenlium desideriis 
congruum impertiri sufTragium. Ea propter, dilecte in Domino fili 
Galtere abbas, luis rationabilibus postulationibus clementer annuimus 
et prefatum monasterium cui, Dec auctore, preesse dignosceris sub 
beati Pétri et nostra protectione suscipimus et presentis scripti patro- 
cinio communimus, statuentes ut quascumque possessiones, quecumque 
bona idem monasterium inpresentiarum iuste et canonice possidet, 
aut in futurum concessione pontificum, largitione regum vel princi- 
pum, oblalione fîdelium seu aliis iustis modis, Deo propitio, poterit 
adipisci, fîrma tibi tuisque successoribus et illibata permaneant. In 
quibus hec propriis duximus exprimenda uocabulis : [l]in archiepisco- 
patu Rotomagensi : ipsum burgum sancti Wandregisili cum iusticiis 
suis, nundinis et mercatis et consuetudinibus, tam in forestiscircum- 
iacentibus, ad ecclesiam et officinas reparandas et ad focum uestrum, 
quam in ceteris suis appenditiis, Caldebec, sanctam Gertrudem, 
Resencon, et ecclesias harum quatuor villarum, cum decimis, dignita- 
tibus ceterisque ad ipsas iure pertinere noscuntur. Insulam que 
dicitur Belcinnaca in fluuio Secane, Betteuillam et ecclesiam cum 
décima, Abbatisvillam, Luuetot et ecclesiam, Gotuillam et ecclesiam, 
Esteintot, Seheruillam cum appenditiis suis et ecclesiam, Caldecota, 
Butetot et ecclesiam cum décima et terram Laudomari et Hugonis 



RECUEIL DES CHARTES 127 

episcopi et Ascelini Pelicani, medietatem Guteuille, Warewast, 
ecclesiam de [Hotot], et terram Dodelini. In Bertriuilla terram Rainardi, 
hoc est nouem hospites et dimidium et duos cottarios ; ecclesiam de 
Bertrimont et terram Dodini. In Rothomago decimam vicecomitatus et 
ecclesiam sancti Laurentii [et decimam parrochie et] hospites cum 
consuetudinibus, quas ipsa ecclesia persoluit, et domum sub ecclesia. 
In villa que dicitur Sancti Stephani xnn. hospites et duos vauasores 
et septem acras pratorum et terram unius carruce in dominio, duas 
partes uille que dicitur Escetot Osberti et ecclesiam cum decimis. 
Burnetot cum décima. Decimam ecclesie de luetot. In ecclesia de 
Grauencon VII. solides et decimam francorum hominum. In eccle- 
sia sancti Georgii x. solidos et decimam francorum. In ecclesia 
del Maisnil m. solidos et decimam, Ecclesiam de Lindebeod cum dec. 
et terram unius carruce. Ecclesiam de Torp cum dec. Escetot de 
Banccis cum feria et ecclesia et dec. Decimam thelonei mercati de 
Banccis. Ecclesias de Archis cum hospitibus et capellis et dec, Deci- 
mam vicecomitatus ipsius castri. Decimam thelonei de Deopa et de 
Estruem et de Bu teilles et ecclesiam ipsius ville cum decim. Ecclesiam 
de Martinni cum decim. et hospitibus ; ecclesiam sancti Albini cum 
dec. et xxvii. hospitibus. Gliscort cum ecclesia et decim. Decimam de 
Gisl[emercourt ultram viam et unum hjospitem. In Longolio totam 
decimam. In Basler dec. hominum Gaufredi de Baillol, In Be[tna]io 
decimam Rad[ulfî] filii Anser[edi] et hominum eius. In Warwenna 
dec. Urselli et Guillelmi. In Roeuilla xl. acras terre. In Alouilla ii. 
par[tes décime]. Ecclesiam de Watteuilla cum omnibus decimis 
dominii et hominum, in agris, pratis, piscationibus. Decimam de 
Broctona de omni uenatione. Ecclesias de Brion. et decimam molen- 
dinorum . In Bacheuilla dimidiam partem decim. et tertiam obla- 
tionum altaris. Decimam de D[unest]anuilla. In Gocherelmont vu. 
hospites. Dimidium Carquit, in bosco et piano, ius uestrum in eccle- 
siam. Très partes unius molendini super ripam Longeuille. Deci- 
mam Rogeri de Sidauilla. Brai monasterium cum appenditiis suis. 
Fontanas in Braio et ecclesiam cum décima. Tertiam partem de 
Esclaueles et ecclesiam cum decim et terra Rad. Dancelli. Brandelcurt 
et ecclesiam cum dec. In Monasterio Odeler. vu. hospites et quartam 
partem in bosco et piano et ecclesiam cum décima. Gapellam sancti 
Desiderii, tertiam partem dec. de Hez. Decimam de Cristot. Ecclesias 
de Ghitreio et de Forest cum decimis et terris quas ibi habuerunt cano- 
nici in prebendis, Galceium et ecclesiam [cum dec.]. In Garleuilla [par- 
tem et ipsius partis] dec. In Betencurt medietatem terre quam habuit 
in dominio Guilelmus, Ebroicensis episcopus, et aquam cum molendin[is] 
et pratis. Ecclesiam sancti Dionisii de Bosco Girardi cum dec. In Ber- 
nouilla terram et hospites. In Estrutard terram et hospites et j.nauem 



128 l'abbaye de saint- wandrille 

quietam ad omnem piscationem. [In Fislcanisdimidium redditus niolen- 
dini régis. In Bardeuilla très acras terre et decimam unius carruce. 
Decimam de Torfreuilla. [2] In episcopatu Ebroicensi : [ecclesiam sancti 
Pétri] in Bosco Girardi. Gruisillam et ecclesiam. Ecclesiam [de Gran- 
tuiller cum terra unius carruce. Mansum] Gosleni [cum] capella. In 
Albauia [terram et vineam]. Apud [Vernon.l capellam sancti Michaelis 
et per singulos dies ni. den. de helemosina Domini. [31 [In episcopatu 
Lexouiensi : Tegeruillam et Pontemcard. cum] appenditiis suis et eccle- 
sias cum dec, Brolium cum [dec. [4] In episcopatu Sagiensi : in Gam- 
bag-io ecclesiam cum dec. et xxx. acras terre. In Auesneles eccle- 
siam cum] dec. et xxx. acras terre. In Umehel ecclesiam et decimam 
[ru]stic. et xxx. acras. In Argentel. ecclesiam cum dec. et i. hos[p.]. 
Ecclesias de Uis[mes ]cum dec. [et dec.]vicecomitatus et i. hospitem. 
In Argentoniio ecclesias [cum dec. et decimam] vicecomitatus. 
Ecclesiam de SelFreuilla. Ecclesiam de [Sarcels cum tribus hospitibus. 
Ecclesiam] de Mauoiuilla. Ecclesiam de Gorlando. In Falesia dec. 
vicecomitatus et préfecture castri, Ecclesias de Asnebec cum decim. 
et decim. fnolendin. et vicecomitatus et [aliorum] exituum ipsius castri 
et V. hospiies et terram i. carr[uce. Ecclesias de Radana et] de 
Fauerol. cum decim. et i. hospilem. [5J In episcopatu [Gonstanc. : in 
PopauijUa decimam de dominio régis et i. hospitem. Ecclesias de 
Andouilla et de sancto Germano et de Fucaruilla cum dec. suis. 
In Bennauilla totam decimam. In [Wa]rrauilla n. partes dec. rus- 
ticorumet decimam [Roberti Lojsenge. Medietatem décime sancti Mar- 
culfi. In Gheneuilla et in Fontaneto decimam vi. hospitum. Decimam 
linguarum cetorum in illa regione. [6j In episcopatu Baioc. : Liberia- 
cum et ecclesiam. Ecclesiam de Geus cum tota dec. et terra i. carruce 
et VI. hospites. In [Bas]leio quartam partem ville et tertiam decim. 
et ius uestrum in ecclesia. Ad Gadomum i. domum et dec. ferie de 
prato. Decimam sancti Germani de Hoschetot. [7] In episcopatu Pari- 
siac. : Alpicum et ecclesiam cum omni décima. Visiniolum. Demen- 
uallem. Vicinias. Dimid. decim. de Wlcon. In Marol[io] censum 
uestrum et dec. xxv. arpentorum vinearum. Decimam Marescotie 
in uino et annona. [8] In episcopatu Beluac. : In Riuerescort, 
ecclesiam cum decim. et hospit. et capella de Faiel. ; in Rouilers ter- 
rain et siluam. [9] In episcopatu Ambian. : médium de Darini et eccle- 
siam cum dec. In W[aiJcort ecclesiam cum decim. et hosp. Medie- 
tatem de Boissu et terram unius carruce et medietatem décime. 
Tertiam partem décime de Durs. [10] In episcopatu Garnot. : Rothe- 
nium cum ecclesia. Mansum sancte Marie. Ecclesiam de F'olainuilla 
Ecclesiam de RoUecruta et dimidium décime. Galfurnum et ecclesiam. 
Dimid. rFracJtanuillam. Gapellam sancte Marie cum terra in ceuria. 
Gapellam que dicitur Fontana Bertoldi cum terra et hosp. Ecclesiam 



RECUEIL DES CHARTES 129 

de Viletta cum decini. [11] In Anglia : in episcopatu Sallesber. : 
ecclesiam de Witcherce cum capell. et decim. et terra et hosp. Eccle- 
siam de Bridiport. Ecclesiam de Briditona cum decim. et terra et hosp. 
In Vpauena ecclesiam cum capell. et decim. et tribus hydis et hosp. 
Ecclesiam de Wiuelesfort cum decim. In Manegesfort decim. et i. 
hydam terre. Ecclesiam de [Sorjestan cum capell. et decim. — In 
episcopatu Winton. : in Wandesorda uoam hydam. In episcopatu Lin- 
colniensi^ : ecclesiam de Touecestra cum capell. et duas hidas terre et 
hospit. et I. molend. In Bûchent, terram et hosp. et boscum [et 
ecclesiam. In episjcopatu Eboracensi : Aiglesfeld et ecclesiam cum 
capell. [et decim. et] i. molend. — Decernimus ergo ut nulli omnino 
hominum liceat ipsum cenobium temere perturbare aut eius posses- 
siones auferre vel abblatas retinere, minuere aut aliquibus uexationi- 
bus fatigare, sed omnia [intégra conseruentur eorum]^ pro quorum 
gubernatione et sustentatione concessa sunt usibus omnimodis profu- 
tura, salua diocesani episcopi débita iusticia. Si qua igitur in futurum 
ecclesiastica secularisue persona hanc nostre consti[tutionis paginam] 
sciens contra eam temere uenire temp[tauerit, secundo tertioue com- 
monita si non satisfactione congrua] emendauerit, potestatis honorisque 
sui dignitate careat reumque se diuino iudicio existere de perpetrata 
iniquitate cognoscat et a sacratissimo corpore [et sanguine Dei et 
Domini redemptoris nostri Jhesu Ghristi aliéna fiât], atque in extremo 
examine districte [ultioni subiaceat] ; cunctis autem eidem loco iusta 
seruantibus sit pax domini nostri Jesu Christi, quatinus et hic fructum 
bone actionis percipiant et apud districtum iudicem premia [eterne 
pacis inueniantl. Amen. Amen. Amen. 

Ego Innocentius catholice ecclesie episcopus STubscripsi] ^. 

Ego Albericus Hostiensis episcopus Sfubscripsi]. 

Ego Gregorius diaconus cardinalis sanctorum Sergii et Bachi S[ubs- 
cripsi] . 

Ego Martinus presbyter cardinalis tituli sancti Stephani S[ubscripsi]. 

Ego Stephanus Prenestinnis episcopus S[ubscripsi] . 

Ego Guido diaconus cardinalis sanctorum Gosme et Damiani S[ubs- 
cripsi] . 

Ego Guido saiictae romanaeecclesiaeindignus sacerdos S[ubscripsi]. 

Ego Goizo presbyter cardinalis tituli sancte Gecilie . 

Ego Octauianus diaconus cardinalis sancti Nicolai in carcere 
S[ubscripsil. 

Datum Lat^erani] per manum Gerardi sanctae romanae ecclesiae 
presbyteri cardinalis ac bibliotecarii, ii. nonas marcii., indictione v°, 
incarnationis dominice anno M.G.XLI., pontificatus vero domni 
Innocentii pape ii. anno terciodecimo ^. 

a) Lingoniensi {sic) A. — b) Bene Valete à droite. — c) la bulle a disparu. 
L'Abbaye de Saint-Wanurille. 9 



130 l'abbaye de saint-avan drille 

73 

1142, 1^1- août. — Rouen. 

Hugues [III) ^ archevêque de Rouen, confirme en les cnuinérant 
les possessions de U abbaye. 

Rédaction A. 
Cartulaire de Rouen, fol. 310 recto. 

Hugo, Dei gratia Rothom. archiepiscopus, dilecto filio Waltero 
abbati monasterii S. Wand . quod Fontanella dicilur eiusdemque suc- 
cessoribus canonice substitutis imperpetuiim . Paterna caritas pios 
semper filios aniplexatur et eorum quos diligit honore letatur, donat 
eis priuilegia liberlatis pro uirtutum merilis, pro statu religionis. Quia 
ergo, fîli karissime ^^'altere, tuum cui, Deo auctore, présides monas- 
terium Fontanelle in regulari obseruatione terminis excrescere, primum 
eidem ad salutem animarum, post ad refectionem pauperumet suscep- 
tionem hospitum utique letamur et spirituali jocunditate perfundimur. 
Eapropter quicunque bona monasterio tuo sanctita[s] pontificum, dona- 
tio regum ducumque ac principum, vel oblatio fîdelium, contulerunt 
metropolitana auctoritate nostra rite decreuimus confirmanda, ista 
videlicet propriis nominibus assignata. Que sunt [Ij : ipsum burgum 
S. Wand. cum iusticiis suis, nundinis, mercatis et consuetudinibus 
in forestis circumjacentibus ad ecclesiam et ofiicinas reparandas et ad 
focum uestrum quam in ceteris suis appendiciis ; Galdebec, sanctam 
Gertrudem, Resencun, et ecclesias harum quatuor villarum cum 
decimis et ceteris que ad ipsas ecclesias iure pertinere noscuntur in ea 
dig-nitate qua antecessores tui abbates huiusque tenuerunt. Insulam 
que dicitur Belcinnaca in lluuio Sequane. Betheuillam et ecclesiam 
cum décima. Abbatiswillam. Luuetotet ecclesiam. Gouillam et eccle- 
siam. Esteintot. Sehieruillam cum appendiciis suis et ecclesiam. Cal- 
decota. Butetot et ecclesiam cum décima et terram I^audomari et 
Hugonis episcopi et Ascelini Pelicani. Medietatem Gutenuille. 
Warelwast. Ecclesiam de Hotot et terram Dodelini. In Bertriuilla 
terram Rainardi, hoc est nouem hospites et dimidium et duos cotarios. 
Ecclesiam de Bertrimont et terram Dodini. In Rothomag-o decimam 
vicecomitatus et ecclesiam sancti Laur. el decimam parrochie et hos- 
pites cum consuetudinibus quas ipsa ecclesia persoluit et domum sub 
ecclesia. In uilla que dicitur S. Stephani xiiu'''"^ hospites et duos 
wauassores et septem accras pratorum et terram unius carruce et 
dominio. Duas partes uille que dicitur Esketot Osberti et ecclesiam 



RECUEIL DES CHARTES 131 

cum décima. Brunetot cum décima. Decimam ecclesie de luetot. In 
ecclesia de Crauenchon vij. solid. et decimam francorum hominum. 
In ecclesia sancti Georg-ii decem solidos et decimam francorum. In 
ecclesia de Maisnil iij. sol. et decimam. Ecclesiam de Lindobeod cum 
décima et terra vnius carruce. Ecclesiam de Torp cum décima. Eschetot 
de Banceis cum feria et ecclesia et décima. Décima thelonei mercati de 
Bancis. Ecclesiam de Archis cum hospitibus et capellis. Decimam 
vicecomitatus ipsiuscastri. Decimam thelonei de Deopa et de Estreom. 
Ecclesiam de Butell. cum décima et decimam thelonei ipsius ville. 
Ecclesiam de Martini cum hospitibus et décima. Ecclesiam S. Albini 
cum hospitibus et décima. Gliscurt cum ecclesia et décima. Decimam 
de Gillemercort ultra uiam et vnum hospitem. In Longolio tota décima 
In Basler décima hominum Gaufridi de Baillol. In Bethanaio décima 
Rad. filii Anser. et hominum eius. In Weravewanna decimam Urselli 
et Willelmi. In Roeuilla xl** accras terre. Ecclesiam de Watenuill. 
cum omnibus decimis dominii et hominum in agris, pratis, piscationi- 
bus. Decimam de Brothona de omni venatione. Ecclesias de Briona et 
décimas, et decimam de Mesnil, decimam molendinorum de Briona et 
piscium. Decimam de Alouilla. In Bascheuilla partem decimarum et 
terciam oblationis altaris. Decimam de Dunestanuilla. In Gocherelmont 
yjjtem hospites. Dimidium Garcuit in bosco et piano, jus vestrum in. 
ecclesia. Très partes unius molendini super rippam aque Longeuille. 
In Siletot et in Sideuilla partem decimarum. Braimonasterium cum 
appendiciis suis. Fontanas in Braio et ecclesiam cum décima. Terciam 
partem de Esclaueles et ecclesiam cum décima et terra Rad. Dancelli. 
Bradecort et ecclesiam cum décima. In Monasterio Oelier vij. hospites 
et quartam partem in bosco et piano, et ecclesiam cum decimis. 
Gapellam S. Desiderii, terciam partem décime des Hez. Décima de 
Gristot. Ecclesias de Krytreio et de Forest, cum decimis et terris quas 
ibi habuerunt canonici in prebendis. Lebecurt. Galceium et ecclesiam 
cum decimis. In Garleuilla partem et ipsius partis decimam. In Beten- 
cort medietatem terre quam habuit in dominio Guillelmus Ebroicensis 
episcopus et aqua cum molendinis et pratis. Ecclesiam S. Dyonisii 
de Bosco Gerardi cum décima. In Bernouilla terram et hospites. In 
Estrutat terra et hospites etj. naueni quietam ad omnem piscationem. 
In Fiscannis dimidium redditus molendini reg-is. In Bardeuilla très 
acras terre et decimam unius carruce. Ecclesiam de Toisfrenuilla. [2] 
Inepiscopatu Ebroicensi : ecclesiam S. Pétri in Bosco Girardi. Gruisil- 
lam et ecclesiam. Ecclesiam de Grantuiller cum terra unius carruce. 
Mansum Gosleni cum capella. In Albauia terram et vineam. Apud 
Vern. capellam Sancti Michaelis et per singulos dies iij. den. de elemo- 
sinaDomini. [3] In episcopatu Lexoviensi : Tegeruilla et Ponchardum 
cum appendiciis suis et ecclesias cum decimis. Brolium cum decimis. 



132 l'abbaye de saint- wandrille 

[A] In episcopatu Sag-iensi : in Gambagio ecclesiam et decimam et xxx* 
accras terre. In Auesneles ecclesiam cum décima et xxx* accras terre. In 
Vmeheel ecclesiam et decimam rustic. et xxx'"* accras terre. In Argen- 
telis ecclesiam et decimam et j. hospitem. Ecclesias de Vismes cum 
décima et decimam vicecomilatus etj. hospitem. In Argentomio ecclesias 
cum décima etdecimam vicecomitatiis. Ecclesiam de Sefrenuilla. Eccle- 
siam de Sarcellis cum tribus hospitibus. Ecclesiam de Mauouulla. Eccle- 
siam de Gorlando. In Faleisia decimam vicecomita tus et préfecture castri. 
Ecclesias de Asnebec cum décima et decimam molendini et vicecomi- 
latus et aliorum exituum ipsius castri et v''"'' hospites et terra unius 
carruce. Ecclesias de Radana et de Fauerolis cum decim. et uno hos- 
pite. [5] In episcopatu Gonstantiensi : inPopauilla decimam de domi- 
nio régis et i. hospitem. Ecclesias de Andouilla et de S. Germano et de 
Fucaruilla cum dec. suis. In Bernauilla totam decimam. In Waran- 
uilla duas partes decimarum rusticorum et dec. Roberti Losenge. 
Medietatem décime S. Marculfi. In Gheneuilla et in Fontaneto deci- 
mam vi. hospitum. Decimam linguarum cetorum in illa regione. [6; In 
episcopatu Baiocensi : Liberiacum. Et ecclesiam de Cens cum tota 
décima et terra unius carruce et vi. hospites. In Basleio quartam par- 
tem uille et tertiam décime et jus uestrum in ecclesia. Ad Gadomum 
unam domum et decimam ferie de prato. Decimam S. (xermani de 
Eschetot. — Prefatam itaque ecclesiam tuam, tili karissime abbas Wal- 
tere, cum omnibus ad eam iure pertinentibus oiïicii nostri auctoritate 
communimus. NuUi erg-o hominum fas sit personam tuam vel eccle- 
siam tibi commissam temere inquietare seu perturbare aut eius posses- 
siones minuere vel auferre ablatasve retinere vel occasionibus moles- 
tare, sed omnia intègre conseruentur vestris et eorum pro quorum 
gubernatione et sustentatione concessa sunt usibus profutura salua in 
om-nibus dicte Rothom. ecclesie iusticia et reuerentia. Si quis igitur 
hanc nostre constitutionis paginam sciens contra eam temere venire 
temptauerint, secundo, tercioue commonitus si non satisfatione congrua 
emendauerit, potestatis honorisque sui dignitate careat reumque se 
diuino iudicio existere de perpetrata iniquitate cognoscat et a sanctis- 
simo corpore et sanguine Dei ac domini redemptoris nostri lesu 
Ghristi alienus fiât atque in extremo examine districte ultioni subia- 
ceat; cunctis autem tibi tuoque monasterio insta seruantibus sit pax a 
domino nostro lesu Ghristo, sit bona operatio, sit bone operationis 
eterna et beata retributio. Amen. Amen. Amen. 

[V^ col. 1 Ego Hugo Rothom. archiepiscopus s[ubscripsi] f. Ego 
Rotrodus Ebroic. ep. subscripsi f, Ego Algarius Gonst. ep. subs- 
cripsi f, Ego Fraternus S. Audoeni abbas subscripsi f. 

[•2^ col.] Ego Valerannus decanus s[ubscripsi], EgoGaufridus archid. 
s[ubscripsi] f, Ego Egydius archid. s[ubscripsij f, Eg-o Osmundus 



RECUEIL DES CHARTES 133 

archid. s[ubscripsi] f, Ego Hug-o arch. s[ubscripsi] f, Ego Robertus 
arch. s[ubscripsi] -j-, Ego Fulbertus archid. s[ubscripsi] f. 

[3® col.] Ego Nicholaus secretarius s[ubscripsi] -j-*, Ego Laur. magis- 
terscolarum s[ubscripsi] f, Ego Robertus presb. et canon. s[ubscripsi] 
-j-, Ego Hugo presb. et canon. s[ubscripsi] -|-, Ego Gelduinus subdiac. 
et canonicus s[ubscripsi] -|-, Ego Hescelinus subdiac. et canon. s[ub- 
cripsi] -j-, Ego Geruasius accolitus et canon. s[ubscripsi] f. 

Actum est hoc Rothomagi, Kl. augusti, anno verbi incarnati 
M^'C'^XL IJ°, papa universali Innoc. 1.1°., rege Francorum Ludouico, 
duce Norm. Stephano rege Anglorum, tertio decimo pontificatus nostri 
anno, féliciter. Amen. 

a) A droite de la 3^ col. le monogr . Bene Valete. 

Rédaction B. 

Cartulaire de Bouerij fol. 311 recto. 

Hugo, Dei gratia Rothomagensis archiepiscopus, dilecto filio Wal- 
tero abbati monasterii sancti W[andregisilis], quod Fontanella dicitur, 
ejusque successoribus canonice substitutis in perpetuum. Paterna 
caritas pios semper filios amplexatur et eorum quos diligit honore 
letatur, donat eis privilégia libertatis pro virtutum meritis, pro statu 
religionis. Quia ergo, fili karissime Waltere, tuum cui, Deo auctore, 
présides monasterium Fontanelle in regulari observatione cernimus 
excrescere, primum ad salutem animarum et post ad refectionem 
pauperum et susceptionem hospitum utique letamur et spirituali 
jocunditate perfundimur. Kapropter quecunque bona monasterio tuo 
sanctitas pontificum, donatio regum ducumque ac principum vel obla- 
tio fidelium contulerunt, metropolitana auctoritatenostra rite decerni- 
mus confîrmanda, ista videlicet propriis nominibus assignata. Que sunt : 
[1] ipsum burgum sancti Wandfregisilis] cum justiciis suis, nundinis^ 
mercatis et consuetudinibus tam in forestis circumjacentibus ad eccle- 
siam et oflicinas reparandas et ad focum uestrum quam in ceteris suis 
appendiciis ; Galdebec, sanctam Gertrudem, Resenchon et ecclesias 
harum quatuor willarum cum decimis et ceteris que ad ipsas ecclesias 
jure pertinere noscuntur in ea dignitate qua antecessores tui abbates 
hue usque tenuerunt. Insulam que dicitur Belcinnaca in fluvio 
Sequane. Beteviliam et ecclesiam cum décima. Abbatisvillam. Luue- 
tot et ecclesiam. Goivillam et ecclesiam. Estaintot. Sehiervillam cum 
appendiciis suis et ecclesiam. Caldecota. Butetot et ecclesiam cum 
décima et terram Laudomari et Hugonis episcopi et Ascelini Pelicani. 
Medietatem Guteville. Warelwast et ecclesiam de Hotot et terram 
Dodelini. In Bertrivilla terram Rainaldi, hoc est novem hospites et 



134 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

dimidium et duos cotarios. Ecclesiam de Berlrimont et terram 
Dodini*. Duas partes ville que dicitur Eschetot Osberti et ecclesiam 
cum décima. Partem in Burnetot et decimam hominum vestrorum et 
hominum qui sunt de feudo de Hug-lovilla. Decimam ecclesie de Ive- 
tot. In ecclesia de Crevenchon \u^^^ solides et decimam francorum 
hominum. In ecclesia sancti Georgii decem solidos et decimam. In 
ecclesia deu Mesnil in solidos et decimam . Ecclesiam de Lindebeud 
cum décima et terra unius carruce. Ecclesiam de Torpi cum décima. 
Ecclesiam de Winbelevilla cum décima. Eschetot de Bancis cum feria 
et ecclesia et décima. Decimam telonei de Bancis. In Rothomacfo 
decimam vicecomitatus et ecclesiam sancti Laurencii, cum décima 
parrochie et novem hospites in suburbi(t et domum propriam sub 
ecclesia cum orto liberum. In villa que dicitur sancti Stephani xini''"^ 
hospites et duos vavassores et vn'*'"' accras pratorum et terram unius 
carruce in dominio. Ecclesiam de Archis cum capella et decimis et 
hospitibus. Decimam vicecomilatus ipsius castri. Decimam thelonei 
de Deopa et de Estreom et de Buteilles. Ecclesiam de Buteilles cum 
décima et salina et cultura terre. In Bertrivilla decimam et hospites. 
Ecclesiam de Martinni cum hospitibus et décima. Ecclesiam sancti 
Albini cum hospitibus et décima. Terram in Calomonte et boscum. In 
Archis decimam de omnibus culturis domini, in aquis septimanam ante 
festum sancti W. ad piscationem. Gliscurt cum ecclesia et décima. 
Ecclesiam de Gillemercort cum décima ultra viam et uno hospite. 
Decimam Donestanuilla et de Lintot. Unum molendinum in Herecourt. 
In Long"olio totam decimam terrarum et peccudum et fructuum . In 
Basler décima hominum Gaufridi de Baillol. In Bethnaio decimam 
Radulfi filii Anfr. et hominum ejus. In Warewenna decimam Urselli 
et Willelmi. In Roevilla xl" accras terre. Ecclesiam de Watevilla cum 
omnibus decimis dominii et hominum in agris, pratis, piscationibus et 
armentis. Decimam de Brothona de omni venatione. In ecclesia de 
Hausvilla xx solidos. Ecclesias de Briona et decimam terrarum, 
molendinorum et piscium, cum liberis dig-nitatibus ipsarum ecclesia- 
rum. Decimam deu Mesnil. Decimam de Alouvilla. In Cocherelmont 
vn hospites, Dimidium Carcuit in bosco et piano et in ecclesia jus 
vestrum. Très partes unius molendini super rippam aque Longeville. 
In Siletot et in Sidevilla partem decimarum. In Carlevilla partem et 
ipsius partis decimam. Decimam de Torfrevilla. In Betencurt medieta- 
tem terre dominii Willelmi Ebroicensis episcopi cum aqua et molendino 
et pratis. Brai monasterium cum appendiciis suis et ecclesiam cum 
décima. Fontanas et ecclesiam cum décima, Terciam partem de Escla- 
veles et ecclesiam cum décima et terram Radulphi Dancelli. Brandel- 

a) à partir d'ici V ordre et parfoia les nnrna des domaines diffèrent de A. 



RECUEIL DES CHARTES 135 

curt et ecclesiam cum décima. In Monasterio Odeleris ecclesiam cum 
décima et vu™ hospites et quartam partem in bosco et piano. Capel- 
lam sancti Desiderii. Tertiam partem décime des Hez. Decimam de 
Cristot et wavassorum del Mesnil. In Fiscannis medietatem redditus 
molendini régis. In Bernouvilla et in Estrutard terras et hospites et 
unam navem quietam ad omnem piscationem. In Bardouvilla ni accras 
terre et decimam unius carruce. Ecclesias de Kytreio et de Forest 
cum decimis et terris, quas ibi olim habuerunt canonici in prebendis. 
Lebecort, Galceium et ecclesiam cum décima. Ecclesiam S*^' Dyonisii de 
Bosco Girardi cum décima et vn hospites. [2] In episcopatu Ebroicensi : 
Ecclesiam S*"' Pétri in Bosco Girardi. Gruisilliam et ecclesiam cum 
décima. Ecclesiam de Grantvillers et decimam cum terra unius carusce 
et unius wavassorie et III hospitibus. Et decimam molendini de Brail 
et molendini de Ghambri ; et duas partes décime de Longa-verrina et 
duas garbas tercie partis décime et duas partes in tota minuta décima. 
Item in ecclesia de Grantvillers, in nathali «t pascha medietatem 
oblationum duorum dierum et in die festivitatis omnium sanctorum et 
per totum annum medietatem candelarum. Mansum Gosleni cum 
capella. In Ansgiervilla terram et vineam. [3] In episcopatu Lexoviensi : 
Tegervillam et Pontchardon cum appendiciis suis et ecclesias cum 
decimis. Brolium cum décima. Decimam molendinorum de PVariis, de 
Gambresca, de Alchamuilla et de Gorcini. [4] In episcopatu Sagiensi : 
ecclesias de Oximis cum decimis et uno hospite et decimam viceco- 
mitatus. In Argentelis ecclesiam cum décima et uno mediat[ore] . In 
Ulmeel ecclesiam cum décima rusticorum et molendini et xxx* accras 
terre. In Auesneles ecclesiam cum décima et décima molendini et tri- 
ginta accras terre et très hospites. In Alna percata ecclesiam cum décima 
et un accras et unum mediatorem. In Gambaio ecclesiam et in ea x 
solidos et decimam thelonei et molendi et triginta accras terre et 
minutam decimam. In Argentonio ecclesias cum decimis et décimas 
vicecomitatus et minutas décimas, et in purifîcatione et nocte assumptio- 
nis S*^*^ Marie oblationes candelarum, et duas piscarias et propriam 
mansionem in Castro et quinque hospites. Elcclesiam de Sefreiuilla et 
décimas et duas partes oblationum et minute décime et candelas in 
purifîcatione et duo wavassores. Ecclesiam de Sarceaux cum décima et 
décima et ni hospites et minutam decimam et candelas inpurificatione. 
Ecclesiam et décimas de Mauoiuilla. Ecclesiam et décimas de Corlan- 
don. In Castro Faleisie décimas préfecture et vicecomitatus. Ecclesias 
de Asnebec cum decimis vicecomitatus et molendinorum et aliorum 
exituum ipsius castri et medietatem oblationum et minute décime in 
nathali et pascha et ascensionis duas partes oblationum. Ecclesiam 
de Radana cum decimis et omnibus oblationibus sicut in Asnebec. 
Ecclesiam de Faueroles et duas garbas décime et in tribus festis medie- 



136 l'abbaye de saint-wandrille 

latem oblationum et uno hospite. [5j In episcopalu Gonstanc[iensij : 
in Popauilla décimas de dominio régis et unum hospitem. Ecclesias de 
Andouuilla et de Warreuilla et de sancto Germano et de Focardiuilla 
cum decimis suis. In Beunauilla duas partes decimarum. In AA'arravilla 
duo ^vavassores. In Foucard villa duo wavassores et unum rusticum. 
In sancto GermTano ; duo wauassores. Apud sanctum Marculfum medie- 
tatem décime et quatuor burgenses et vin accras terre et unam sali- 
nam et sedem grancee. In Ghenevilla et in Fontaneto dec[ima]s vi 
hospitum. Decimam linguarum cetorum et partis que conting-it régi in 
illa reg'ione. [6] In e|Mscopatu Baioc ensil : Liberiacum et ecclesiam cum 
dec[imisj et dignitatibus suis. Ecclesiam de Cens cum tota décima et 
terra unius carruce et vi hospites. In Basleio quartam partem ville et 
terciamdecimeetjus vestrumin ecclesia. In Cadomounam domumdesu- 
per Olnam, decimam ferie de prato. — Prefatum itaque monasterium 
tuum, karissime nobis fili abbas Waltere, sicut ea que pretaxata sunt, 
sic omnia que ad illud jure pertinere noscuntiir officii nostri auctori- 
tate contirmando communimus. Nulli ergo hominum fas sit personam 
tuam vel ecclesiam tibi commissam temere inquietare seu perturbare, 
aul ejus possessiones minuere, vel auferre, ablatasve retinere, vel 
occasionibus molestare, sed omnia intégra conserventur vestris et 
eorum pro quorum gubernatione et sustentatione concessa sunt usibus 
profutura, salva in omnibus ecclesie Rothomagensis et diocesanorum 
episcoporum débita justitia atque reverentia. Si quis igitur hanc nostre 
constitutionis paginam sciens contra eam temere venire temptaverit, 
secundo terciove commonitus si non satisfactione cong-rua emendave- 
rit, potestatis honorisque sui dignitate careat reumque se divino 
judicio existére de perpetrata iniquitate cognoscat et a sacratissimo 
corpore et sanguine Dei ac Domini redemptoris nostri Jesu Ghristi 
alienus fiât, atque in extremo examine districte ultioni subjaceat ; 
cunctis autem tibi tuoque monasterio justa servantibus sit pax a 
Domino nostro Jesu Ghristo, sit bona operatio, sit bone operationis 
eterna et bona retributio. Amen, Amen, Amen. 
[P'^col.J Ego Hugo Rothom ag^ensis] archiepiscopus. 

Ego Rolrodus Ebroic[ensis! episcopus f. 

Ego Algarus Gonstanc[iensis] episcopus subsers ipi. 

Ego Fraternus S[ancti] Audoeni abbas -f. 
[2® col.] Ego Walerannus decanus s[ubscripsi] . 

Ego Gaufridus archid. s ubscripsi]. 

Ego Egydius archid. s'ubscripsi]. 

Ego Osmundus archid. sTubscripsi]. 
[3® col.] Ego Hugo archid. s[ubscripsi]. 

Ego Robertus archid. s[ubscripsi] . 

Ego Fulbertus archid. s ubscripsi]. 



RECUEIL DES CHARTES 



137 



[4® col.] Eg-o Nicholaus secretarius s[ubscripsi] . 

H]go Laurentius magister scolarium sfubscripsi] . 

Ego Robertus presbiter et cantor s[ubscripsi] . 

Ego Hugo presbiter et canonicus s[uDscripsi]. 
[5® col.] Eg-o Beldwiiius canonicus s[ubscripsi]. 

Eg"o Hecelinus canonicus s[ubscripsi]. 

Ego Geruasius canonicus s[ubscripsi]. ^ 
Actum est hoc Rothomagi, Kl. augusti, anno verbi incarnati 
M° G° XL IP, papa uniuersali Innocfenti] IP, rege Francorum Ludouico, 
duce Normannorum Stephano rege Anglorum, tertio decimo pontifica- 
tus nostri anno, féliciter. Amen. 

a) Le monogr. Bene Y dleie au-dessus des col. 4-5. 

74 



1142-1146 ^ 

Hugues [III)., archevêque de Bouen, transmet à l'abbé Gautier 
la donation de Véglise de Grainville avec les dîmes et les obla- 
tions, faite entre ses mains par Eustache, seigneur de ladite 
ville., et sa femm,e Adelise. Il lui confirme., de son côté., le 
« personnage » des églises de Saint-Quentin d'Allouville et de 
Creppeville avec la chapelle de Vaudreville, et tous les biens 
distraits par des pervers. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, perdu. 
— • C. Copie du xiv« s., dans le Cartulaire de Rouen, fol. 309 verso (d'après 
B). — • D. Copie du xvii*^ s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, 
p. 73 (d'après A ou B). 

[Le texte d'après C D.) 

Hugo, Dei gratia Roth. archiepiscopus, dilectis fratribus nostris 
Waltero abbati S^' Wandr. et conuentui salutem, gratiam et benedic- 
tionem. Nobis, licet immeritis, ecclesiarum Dei sollicitudo ex parte cré- 
dita est. Qua de re illarum premaxime cura nos tangit quas in seruitio 
Dei ampliori studio feruere conspicimus. Attendentes igitur caritatem 

1. Postérieur à la bulle d'Innocent II qui ignore les églises énumérées 
ici, l'acte est antérieur à la bulle d'Eugène III (n° 79). — A noter que le 
donateur retint une partie des dîmes (cf. n° 91). 



138 l'abbaye de saint-wandrille 

uestram et amplexantes eam que a Deo in uobis est gratiam, intendi- 
mus pro paruitate nostra uestris aliqui* necessitatibus gratuite supra 
apponere quo sanctum uestrum collegium peramplius deseruire ualeat 
eg-eiiis atque pauperibus et ad domum uestram hospitalitatis causa 
coiiuenientibus. Doiiamus igitur uobis et presenti pagine nostre scripto 
confirmamus ecclesiam de Greinuilla cum decimis et oblationibus et 
omnibus ad eam juste pertinentibus, supplicantibus supra hoc et 
annuentibus honorando viro Eustachio, ejusdem uille domino, etuxore 
sua Adeliza cum amicis et fidelibus^ suis. Quam ecclesiam idem Eus- 
tachius integ-re uobis in elemosinam prius donauit et eam coram plu- 
ribus in nostra manu quietam dimisit. Donauimus insuper uobis per- 
sonatum ecclesiarum S'' Quintini de Alouilla et de Grespeuilla cum 
capella de Wasdreuilla'^. Has quidem ecclesias restituimus uobis quas 
aliquanto tempore perdideratis, ita sane et cetera omnia uobis iuste ^ 
collata et possessa, licet a peruersis hominibus quandoque turbata 
persepe destructa, jure celi confirmamus uobis in illam que diu est 
uirtutem et deffensionem erga benefactores in salutem, contra destruc- 
tores in perditionem. Pax uobis et benefactoribus uestris. Date nobis 
et supra hiis et aliis uobis in Ghristo collatis remunerationem quam 
pie debetis, humiliemini '' coram misericordia Jésus Ghristi qui mala' 
tollit, ut crimina meadeleat, peccata dimittat, débita soluat et ad eam, 
que ipse est, uitam perducat me uobiscum, nos mecum per omnia secula 
seculorum. Amen. 

a) aliqua (J. — b) fedelibus C. — c) Alouuilla C. — d) super D. — e) humi- 
liamini D. — /") malla C. 

75 

1142-1146 1. 

Hugues {///), archevêque de Rouen, donne JO sous suj' r église 
de Bosc-Guérard, 40 sous sur V église de Brionne ' et le « per- 
sonnage- », 6 livres sur l'église de Bouteilles, 15 sous sur V église 
de Bradiancourt, 15 sous sur l'église d'Esclavelles, 15 sous 
sur léglise de la Chaussée, 15 sous sur l'église d' Alouville et 
le (( personnage- », 30 sous sur Martin-Eglise, ^ muids 
d'avoine sur léglise de Creppeville, l'église de Graimhouville 
avec les dîmes. 

1. Acte contemporain du précédent. 

2. Sur ce mot voy. plus haut n° 55. 



RECUEIL DES CHARTES 139 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv® s., dans le Cartula,ire de Rouen, 
fol. 310. 

Hugo, Dei gratia Rothbm. archiepiscopus, dilectis filiis nostris 
VValtero abbati S. Wand. et conu[entui] salutem, gratiam et benedic- 
tionem. Nobis, licet immeritis, ecclesiarum Dei sollicitudo ex parte 
crédita est. Qua de re illarum pre maxime cura nos tangit quas in 
seruicio Dei ampliori studio feruere conspicimus. Attendentes igitur 
caritatem uestram et amplexantes eamque a Deo in nobis est gratiam, 
intendimus pro paruitate nostra vestris aliqua necessitatibus gratuito 
super* apponere, quo sanctum collegium vestrum per amplius deseruire 
valeat egenis atque pauperibus et ad domum vestram hospitalitatis 
causa conuenientibus. Donamus igitur vobis et presentis pagine nostre 
scripto confirmamus x. solidos in ecclesia de Bosco Gyrardi ad festum 
S. Wand. et medietatem nummorum in Natali et in Pascha, et in 
ecclesia de Brionna xl* solidos et personatum ecclesiarum, et in eccle- 
sia de Botell. vj, libras, in ecclesia de Brandecort xv. solidos, in 
ecclesia de Esclauell. xv. sol., in ecclesia de Calceio xv. sol., in eccle- 
sia de Alouiulla xv. sol. et personatum ecclesie, in Martini ecclesia 
XXX. sol,, in ecclesia Crispeuille duos modios auene, ecclesia de Win- 
beleuill. cumdecimis. 

Pax vobis et benefactoribus vestris. Date nobis et vos super hiis et 
aliis vobis in Ghristo collatis remunerationem quam predebetis, humi- 
liamini'coram'misericordia lesu Ghristi qui mala tollit, ut crimina mea 
deleat, peccata dimittat, débita soluat et ad eam que ipse et vitam 
perducat me vobiscum, vos mecum, per omnia secula seculorum. 
Amen. 



76 

H42-il54i 

Jocelin, évêque de Salisburi/, confirme au monastère la possession 
de ses biens situés dans son diocèse, c'est à savoir: les églises 
de Whitchurch, Bridport, Burton et Upavon^ la chapelle de 
Manningford, l'église de Sherston. 

A. Original, Arch. de la Seine-Inf. à Rouen Série II, non coté. — B. 
Copie du xiv'^ s., dans le Cartulaire de Rouen, fol. 305 recto, n° 2. — C. 



i. Jocelin de Bailleul, évêque de Salisbury depuis 1142, mort le 18 
novembre 1154. 



140 l'abbaye de satnt-wandrille 

Copie du xvii^ s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. la t. 542rj, p. 177 
(d'après A). 

Ind. : Round, Calendar, n° 174. 

Ioc.,Dei gratia Sar. episcopus, universis sancte matris ecclesie filiis 
ad quos presens scriptum peruenerit salutem. Sicut iniusta petentibus 
ex rigore constat obuiandum, ita iustis postulationibus ex ratione 
nouimus esse parendum. Nouerit itaque vniuersitas uestra nos con- 
cessisse et sigilli nostri munimine confirmasse abbati Sancti Wandre- 
gisili et toli eiusdem loci conuentui inperpetuum omnes ecclesias et 
ceteras possessiones que in diocesi nostra iuris illorum esse dinos- 
cuntur, videlicet ecclesiam de AA'itchercha cum capell. et ceteris 
appendiciis ; ecclesiam de Bridiport cum capell. et ceteris appendi- 
ces ; ecclesiam de Briditona cum capell. et ceteris appendiciis; eccle- 
siam de Hupauena cum capell. et ceteris appendiciis; capellam de 
Magheneford cum appendiciis suis, ecclesiam de Sorestan cum capell. 
et ceteris appendiciis. Omnibus igitur huic nostre concessioni et con- 
fîrmationi renuentibus et aduersantibus sit iudicium sine misericordia 
cum iudex misericors uiuos et mortuos uenerit iudicaturus, consen- 
tientibus autem et coadiuvantibussit pax et leticia sempiterna quando 
Deus erit omnia in omnibus. 



77 

1143 

Convention épistolaire entre les monastères de S. -W. et iVAuchy. 

Labhé Gautier et le couvent donnent à ferme pour quinze années 
à Vabbé Godchaux et au couvent d'Auchy ^ ce qu ils possèdent 
à Bussy [lès-Daours), moyennant une redevance annuelle de 
^ i/^ marcs d'argent. L envoyé de Saint-Wandrille, chargé de 
toucher ledit cens, sera reconduit jusqu'au château d'Arqués. 
A l expiration des quinze années, Saint-Wandrille recevra un 
tiers de la grange commune à Daours, édifiée aux frais de 
l abbaye d'Auchy. Les superstructures seront rachetées par S. - 
W. à un prix raisonnable. 

1 . Le couvent, dont le nom est mal écrit dans leCartulaire, ne peut être 
qu'Auchy-les-Moines (Pas-de-Calais, arr. Saint-Pol, cant. Le Parcq), au 
diocèse de Boulogne. L'abbé Go. est Godchaux [Godescalcus] qui paraît à la 
tête de ce monastère au moins dès H34 et le régenlait encore en d 148. Voy. 
la Gallia Christiana, t. X, col. 1599. 



RECUEIL DES CHARTES 141 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s. dans le Carlulaire de Rouen, 
fol. 330 recto, n° 15. 

Littera conuentionis internes et abbatem et conuentum Wanciensem 
[sic) quibus tradimus fîrmam nostram de Boissy usque ad XV annos. 

Frater W. ecclesie S. Wand. vocatus abbas et conuentus fratrum 
qui nobiscum sunt Go,, venerabili abbati ecclesie Alliacensis, et sacro 
conuentui ipsius capituli plurimam in Domino salutem. Sicut audimus 
de sanctitate et bonitate vestre religionis, sic utique in Domino gaude- 
mus quia testimonium Ghristi confirmatum est in vobis, ita ut nichil 
vobis desit in ulla gratia, congregatis in uno spiritu ad gloriam Dei 
uiuentis. Obsecramus ig-itur per misericordiam Dei ut nostri memores 
esse dig"nemini in orationibus vestris coram Domino, ut nostri mise- 
retur Deus, quia et uos diligimus in Domino et pro vobis oramus. 
De cetero dilectissimus frater noster, filius autem uester et mona- 
chus Leoter., preclare sanctitatishomo, ad nos ex parte uestra veniens, 
nobiscum conloquutus est ede possessiunculam quam ecclesia nostra 
habet in Boisseyo. Usi igitur consilio fratrum nostrorum, contradimus 
vobis partem in supradicta willa que ad ius nostrum spectare uidetur 
per XV'-'™ annos ad firmam tenendam. Vos itaque persoluetis ecclesie 
nostre exinde annuatim duas marcas et dimidiam probati argenti ac 
prinsi ' ponderis infra xv. dies post « letare lerusalem » ^, etconducetis 
nuncium nostrum qui censum uestrum nobis deferet usque ad castrum 
Archarum. Gum vero receperimus terram, accipiemus terciam partem 
grancee nostre que in Dorno cum participibus nostris communis est, 
sumptu vestro honeste edilîcatam. Si autem infra huncterminum per- 
suasione peruersa ecclesia uestra censum prescriptum apud Buseyum 
persoluere detractauerit et super hoc aliquis uestrum nos fatigare per- 
temptauerit, nos quod nostrum est, hoc est possessionem nostram, 
recipiemus intègre. Quod si hoc sic inter nos compositum non fuerit, 
volumus ut carta vestra super hoc conventione ad nos facta et trans- 
missa hoc in se contineat, ut episcopus in cuius dyocesi possessio nostra 
est et ecclesia Ambianensis, vestro concessu et vestro scripto, nobis 
iusticiam de vobis ipsis faciat. Bene valete. Actum est hoc anno incar- 
nationisdominice M^G^XLIIJ", anno primo Gelestini pape IJ. — Termi- 
nus recipiende possessionis nostre ad finem dierum conuentionis nostre 
terminus erit Pasche. Si quid vero infra terminum a vobis in terra super 
edifîcatum fuerit de sumptu et labore, dictante iusticia et equitate inter 
nos, per Dei gratiam ad finem componetur, ut unusquisque quod suum 
estobtineat. 

1. Ou aiprinsi. Le sens de cette expression m'échappe. 

2. Le quatrième dimanche du Carême. 



142 l'abbaye de saint-wandrille 

78 

1144-1150 1. —Argentan. 

Geoffroi (1^ Anjou ^ duc de Normandie^ de V assentiment de son fils 
Henri, restitue les dîmes et aumônes en blé et deniers telles 
que les avait Vahhaye au temps d'Henri I^^, cest à savoir : 
la dîme du tonlieu hebdomaire de Rouen, et tout ce que les 
religieux touchaient à Arques, Dieppe, Bouteilles, Etran, Ar- 
gentan, Falaise, Exmes et à Caen lors de la « foire du pré ». 

A. Original perdu. — B. Copie du xm'' s,, Bibl. de la ville de Rouen, 
ms. 394, fol. 2 recto. — C. Copie du xiv<= s., dans le Cariulaire de Rouen, 
fol. 309 verso. — D. Copie du xv^ s., dans le Cariulaire de Paris, fol. 37 r°. 
(d'après un vidimus?). — E. Copie du xv!!!*" s., par dom Lièble, Bibl. Nat., 
Coll. Moreau, vol. LXI, fol. 107 (d'après C). 

Ind, : Ch.deBeaurepaire, La vicomte de l'eau de Rouen, p. 40-41. — Round, 
Calendar, n° 170, à 1144-1150. — Table des pièces comprises dans le Recueil 
des actes de Henri P^, n° 0, « avant 1150 ». 

G.\ dax Xorm. et cornes And., Hugoni Rolhomag. archiepiscopo 
et omnibus episcopis Norm. et omnibus iusticiis suis et baronibus et 
omnibus fidelil)us suis salutem. Xotum sit uobis atque omnibus, tam 
presentibus quam futuris, me, consilio et concessu Henrici filii mei, 
reddidisse monachis sancti Wandreg. omnes décimas et elemosinas in 
bladis et in denar. et in omnibus rébus, sicut in tempore régis Henrici 
habebant, scilicet decimam ebdomadarum thelonei mei in Rothomago 
et quicquid habebant apud Archas et apud Deppam et apud Botellas'^ 
et apud Estruem et apud Argent, et apud Falesiam '' et apud Oximas '' 
et apud Cadom[um] in feria prati, et ubicumque aliquid haberent in 
anno quo rex Henricus viuus et mortuus fuit. Test[ibus] Ricfardo] can- 
cell[ario], Roberte de Nouo Burgo, Ric[ardo] de Gorceio^, Alex[andro] 
de Bo[hum]. Apud Argenthomum. 

a) 0. D. — h) Boteilas D. — c) Faleisiam D. — d) Oximias C. -^ e) Cor- 
zeio D. 

1. L'acte postérieur à la reconnaissance de Geofîroi Plantegenêt, comme 
duc de Normandie au cours de 1144, est antérieur à la fin de 1150, époque 
à laquelle Henri fut mis par son père en possession du duché de Norman- 
die. Cf. L. Delisle, op. cit., p. 121, 125, 136. 



RECUEIL DES CHARTES 143 

79 

1146, 24 février. — Rome [trans Tiberim). 

Le pape Eugène III, à la requête de Vabbé Gautier, confirme en 
lesénumérant les possessions de l'abbaye. 

A. Original, Archives départ, de la Seine-Inférieure à Rouen, série H, 
non coté. — B . Copie du xv^ s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 2. — C. 
Copie du 15 novembre 1523, par Le Vaige dans le Cartulaire de Marcoussis, 
Bibl, de la ville de Rouen, n° 1228, fol. 117. — D. Copie du xvii^ s. pour 
Gaignières, Bibl. Nat,, ms. lat. 5425, p. 196 (d'après B). 

Ind.: Du Monstier, Neustria pia, p. 177. — Jaffé, Reg. Pont. Rom. ,2^ éd., 
n» 8867. 

(La bulle d'Eugène III se bornant à copier celle d'Innocent II, il a 
paru inutile de la reproduire. On signalera seulement^ en négligeant 
les variantes simplement graphiques, les modifications suivantes : 
1° Vaddition de ecclesiam de Wiiicheuilla entre Lindebeod et Torp; 2° 
ecclesiam sancti Albini cum dec. et vu hospitibus: au lieu de xvii 
hospitibus ; 3" Broueuilla au lieu de Roeuilla ; 4'' suppression de in 
Bacheuilla (iimidiam partem décime et tertiam oblationum altaris ; 
5° addition de ius uestrum in ecclesia de Greinuilla après Dunestan- 
uilla ; 6° Cadeuilla au lieu de Carleuilla ; 7'^ Torsteinuilla au lieu de 
Torfreuilla ; 8" suppression de decimam sancti Germa ni de Heschetot 
après Ad Cadomum... de prato ; 9° addition de cappellam Koseti 
après Vileta cum decirais.) 

80 

1147. — Saint-Germain-eh-Laye. 

Louis VU fait savoir que Gazon [IIL] de Poissij, fis de Gazon ^, 
du consentement de Mabille, sa femme, a fait remise entre les 
mains du roi, en faveur de V abbaye de Saint- Wandrille , de la 
coutume antique levée sur le transit des bacs et navires au port 
de Maisons. 

A. Original perdu. ' — B. Vidimus de 1319 (?), perdu. — C. Copie du 
xiv^ s., dans le Cartulaire de Rouen, fol. 306 verso. — D. Copie du xv« s., 
dans le Cartulaire de Paris, fol. 37 recto. — E. Copie du xvii® s., par 
A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. Baluze, vol. 58, fol. 97 (d'après B?). 

Ind. : Depoin, Cartul. de Saint-Martin de Pontoise, Appendices, p. 436, 
note 787. 

1. Sur ces personnages, voy. plus haut n° 58. 



144 l'abbaye de saint- wandrille 

(Le texte d'fiprès C D .) 

Ludovicus, Dei gratia rex Francorum etdux Aquitanorum"^, omnibus 
in perpetuum. Régie potestatis precellencia ^ nos hortatur ut bénéficia 
que per auctoritatem nostrani in manu nostra a fidelibus nostre eccle- 
siis conferuntur assensus nostri fauore prosequamur et auctoritatis 
nostre concessione perenni munimine corroboremus. Quamobrem no- 
tum facimus univ^ersis, quam pi\esentibus tam futuris quia fidelis nos- 
ter Gaszo de Pisciaco '', filius Gaszonis, una cum assensu omnium fîlio- 
rum suorum atque uxoris sue Mabilie, in manu nostra dédit et con- 
cessit^ ecclesie et monachis beati \N'andreg"esili consuetudinem illam 
quam ex successione generis antiquitus obtinebat*" in bacco siue in 
naui eorum, per auctoritatis atque concessionis nostre testimonium, 
perpétua stabilitate concedens ut seu baccum ^ seu nauis eorum ad por- 
tum qui appellatur Maisons, tam in eundoquam in redeundo, ab omni 
consuétudine deinceps liberum habeat transitum et quietiim et ab 
omni impedimento atque exactione securum. Quod ut ita in posterum 
ratum permaneat et inconcussum, nos quoque auctoritate reg-ia id 
ipsum concedimus et coniirmamus.Et ut perpétue stabilitatisobtineat" 
munimentum, scripto commendari ac sigilli nostri impressione muniri 
nostrique nominis subter inscripto karactere'' corroborari ' precipi- 
mus. 

Actum publiée apud Sanctum Germanum in Leia, anno Incar- 
nationis dominice AP. C°.XLVII°., regni vero nostri XI^., astantibus in 
palacio nostro quorum nomina subtitulata sunt et signa: S. Rad, Viro- 
mand. comitis, dapiferi nostri, S. Guill. buticularii, S. Mathei camera- 
rii, S. Mathei constabularii. 

Data per manum Ca{monogr.) J durci cancellarii. 

a) Acquitanorum D. — b) excellencia. — c) Pissiaco D. — d) c. et d. C. 
— e) optinebat C. — f) bacum C. — g) oplineat C. — h) caratere D. — i) 
coroborari D. — j) D ne signalepas le monog.^ C le déchiffre et écrit : Lu- 
douicus. 

81 

1147-1149 1 

Hugues (///), archevêque de Rouen^ à la requête de V abbé et des 
religieux de S.-W., prie Vahhé Suger, régent du royaume, 

1. L'intérêt qu'offre cette pièce pour Thistoire des possessions de Tabbaye 
nous autorise à la reproduire ici, malgré son caractère épistolaire. La date 
est celle que propose 0. Cartellieri, Abt Suger von Saint-Denis (Berlin, 
1898, in-8), p. 146. 



RECUEIL DES CHARTES 145 

d'arrêter V usurpation d' Hugues Brostin^ qui met la main sur 
la dim^e du village de Chaussy anciennement aumonée à V ab- 
baye par les rois de France. 

A. Original et copies perdues. 

a) Duchesne, Historiae Francorum Scriptores, t. IV, p. 527^ n° cm « ex 
ms. exemplari clariss. virorum Puteanorum fratrum ». — b) Dom Bréai 
dans Historiens de France, t. XV, p. 698 (d'après a), à 1148 ou 1149. — c) 
Migne, Patrol. lat., vol. CLXXXVI, col. 1399 (d'après a). 

Ind. : Lecoy de la Mar.he, OEuvres de Suger, p. 300, « 1148-1149 ». — 
Cartellieri, Abt Suc/er von Saint-Denis, Regesten, n° 163, p. 146 u 1147 jun. 
11-1149 nov. Anfang ». 

Venerabili patri et domino Sugerio, abbati Sancti Dionysii, Hugo 
Rothomagensis ecclesiae humilis minister, salutem et gratiam. Gonque- 
ritur abbas et conuentus Sancti Wandregesili, et nos cum eis et proeis 
conquerimur, super Hugonem Brostin, qui antiquam eleemosynam 
regum Francise, quee est apud Galceum a tempore beati Ansberti, 
prœdecessoris nostri, quietam etliberam inquiétât et aufert. Nunc igi- 
tur, quia loco Domini régis huiusmodi prouidere habetis, vobis man- 
damus et supplicamus, quatinus preedicto Hugoni praecipiatis ut 
prœfatam decimam in pace dimittat, nec ullomodo amplius in eam 
nianum ponere prsesumat. Facit itaque banc iniuriam, ut audiuimus, 
quia excommunicatus est, et necesse est ut quam iusticia ecclesiastica 
ad viam veritatis non reuocat, manus vestra rapinam eius et tyran- 
nidem reprimat, reuerende pater et domine. 

82 

H50-H652 

Richard de Fougères (?) le Prêtre^, cède son héritage, qu'il tient 
de Vabbaye, à son fils aîné^ Hugues, du consentement de 
V abbé Roger, du cellerier Lambert et de tout le couvent, à con- 
dition que Hugues fasse hommage de cette terre à labbé, 
qu'il s' acquitte d'une redevance annuelle de sept sous à la Saint- 
Wandrille et paye, à titre de relief, vingt sous et un palefroi. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 314 v°, n» 17. 

1. Ce personnage ne peut être que Hugues IV, vicomte de Mantes et de 
Meulan (Depoin, op. cit., p. 334), fils du vicomte Guillaume du n" 57. 

2. La date de l'acte n'est déterminée que par l'abbatiat de Roger. 

3. J'hésite à traduire « Richard curé de Fougères? ». Ce personnage est 
témoin dans le n°91. 

L'AnuAYE DE Saint- Wandrille. 10 



146 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

Sciant omnes, présentes et futuri, Ricardum presbyterum de Fulgere 
Hugoni, filio suo primogenito, hereditatem suam quani de ecclesia 
S. Wand. lenebat, assensu et consilio Rogerii abbatis, Lamberti cel- 
lararii tociusque conuentus, ecclesie iure hereditario possidendam con- 
cessisse, ea videlicet ratione quod predictus Hugo ipsi abbati pro eadem 
terra, hommagium fecit, reddendo singulis annis vii**^'" solid. ad fes- 
tum S. Wand. ; atque pro huius rei concessione ipsi abbati xx. solid. 
et vnum palefridum insignumreleuationis donauit. Huius conuentionis 
testes fuerunt : Lambertus cellararius, Ainsfredus camerarius, Godefri- 
dus le vontier, Rie. prepositus de Luuetot, Robertus filius eius, Rog. 
Bonet, Rad. Cocus ; ex parte Hugonis : Martinus de TuiTreuilla, Rod. 
calceterre^ Robertus Ruffusde Walle, Robertus, Drogo de laFoleliere, 
Gaufridus de Valle îH- 

83 

1150^ — Saint-Saens. 

Mathieu [de Saint-Saens) renonce à Vautorité injuste quil exer- 
çait sur r église de Saint-Saens et sur les prébendes des cha- 
noines de cette abbaye en faveur de Roger et de V abbaye de 
Saint-Wandrille. Pour permettre de substituer aux chanoines 
des moines, dont le logement nécessitera un espace plus étendu, 
il fait don, en sus des fiiaisons des chanoines, du verger atte- 
nant, à Vest. Il concède, en outre, la dîme des fours de la villa 
de Saint-Saens et d'Osmonville et ajoute la dîme des champarts 
et des cens et de la dîme du « brais » ~. Cette donation a été faite 
en Véglise de Saint-Saens, avec la permission de V archevêque 
Hugues, enprésence de Varchidiacre, des chanoines de l'ab- 
baye, de chevaliers, dont Elie, frère du donateur, et de bour- 
geois. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 4319, perdu 
— G. Copie du xv« s., dans le Cartulaire de Paris, fol. 36 v" (d'après B). 

Dei prouidencia et nutu diuino Ego Matheus, peccator indignus, 

1. La donation peut être de 1150, mais la mention de Henri comme duc 
d'Aquitaine oblige à placer sa rédaction écrite un peu après le 18 mai 1152. 
Voy. L. Delisle, op. cit., p. 129. 

2. Cette forme, au lieu de hrace (le grain avec lequel on faisait la cer- 
voise), se trouve dans une charte française de Saint-Wandrille, citée dans 
Du Gange, Gloss. \° brace. 



RECUEIL DES CHARTES 147 

pietateantecessorum meorum etmei saluteconpunctus, dominacionem 
illam quam iniuste teiiueram ia ecclesia sancti Sydonii et in pre- 
bendis canonicorum Rogerio^ viro religioso, abbati sancti Wand., fra- 
tribusque sub eius reg^imine Deo seruientibus in elemosina tradidi et in 
perpetuum concessi ; et quia canonicorum vite in eadem ecclesia mona- 
chi substituendi sunt et largior necessaria mansio fuerit, eis ad eorum 
usus et sustentacionem ^ virgultum, quod est situm in parte orientali 
cum omnibus domibus canonicorum [larg-itus sum] . Largitus sum deinde 
decimam omnem furnorum istius ville et Osmundiuille. Simili modo 
dedi eis necnon eciam de campartibus meis decimam, de hec et cen- 
suum, insuper eis adieci decimum bi'asii mei. Hec larg-icio in predicta 
ecclesia publiée acta est, annuente donno Hugone archiepiscopo, in 
presencia Gironis archidiaconi, eius nepotis, et Walteri decani et Rad. 
sacerdotis sancti Ermellandi et eiusdem basilice canonicorum etpluri- 
morum militum : Roberti, Radulphi, Nicolay, Helie quoque fratris 
Mathei, Hoilardi, Willelmi de Bellomonte, Rogerii Malchion, necnon 
et burg"encium, Roberti videlicet prepositi, Willelmi Pouher, Walterii 
de Seint, Guilleberti Belin etcopiose multitudinisaliorum. Hoc notum 
fieri tam presentibus quam futuris decreuimus, utmemoria tanti bene_ 
ficii palam promulgetur ^ et violencia surripiencium quassata existât. 
Predicta itaque fiunt anno incarnati verbi M° G° L°, principauté Hen- 
rico duce Normannorum et Aquitanorum et comité "^ Andegauensium, 
predicti quoque abbatis anno secundo. 

a) sustacionem C. — b) prouulgetur C. — c) comitis C. 

84 
1153 

Hugues {III), archevêque de Rouen, fait don à Vabbé Roger et à 
Saint-Wandrille de V abbaye de Saint-Saens quil a arrachée 
au seigneur du château de ce nomK II en énumère les posses- 
sions et concède, en outre, Véglise de Grainville, longtemps et 
illégalement retenue entre des mains laïques. 

A. Original, Archives départ, de la Seine-Inférieure, à Rouen, série H, 
carton. —A'. Fac-similé, Les Archives de Normandie... p. p. P. Chevreux et 
J. Vernier, pi. XII. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
perdu. — C. Copie du xiv« s. dans le Caiiulaire de Rouen, fol. 310. — D. 

1. Mathieu. Voy. le n" 83. 



148 l'abbaye de saint-wandrille 

Copie du xv^ s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 36 recto. — E. Copie du 
xvii^ s. pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 169 (d'après A). 

a) Gallia Christiana, t. XI, Instrumenta, col. 24 (<( ex tabulario » =z A). 

Ind. : Bréquigny, Table chronol. des diplômes, t. III, p. 218. 

Hugo, dei gratia Roth. archiepiscopus, dilecto filio Rogero Fonta- 
nell. abbati eiusque successoribus canonice substituendis imperpetul'm. 
Pontificalis cura nos admonet et deuota filiorum nostrorum compellit 
peticio ut ea que locis religiosis discreta consideratione contulimus 
nostre auctoritatis munimine imperpetum duratura firmemus. Hoc si- 
quidem pia prouisioiie aiitiquorum patrum coiisueuit benignitas ut 
bona ecclesiastica auctorum suorum memoriam uiridi obseruantia 
représentent et contra prauorum hominum infestationes ex pontificali 
attestatione robur et tuitionem obstineant. Ea propter, dilecte in 
Domino iili Rogere, Fontanell. cenobii abbas, personam tuam religionis 
et scientie gratia decoratam paterno alTectu complectimur et gregem 
tibi commissum tanquam deuotos filiosdiligere et honorare intendimus. 
Unde bona uestra que inpresentiarum, Deo auctore, possidetis uel in 
futurum modis rationabilibus poteritis adipisci sigilli nostri attestatione 
firmamus et sub nostra et Roth. ecclesie protectione suscipimus. Inter 
que ea propriis nominibus exprimenda duximus que nostri pontificalis 
tempore et nostra largitione propria accipere meruistis. Ecclesiam igi- 
tur beati Sydonii que a niultis retroactis temporibus desolata extiterat 
et laicali tyrannide ex praua consuetudine premebatur, de manu 
domini ipsius castri ecclesiastica censura extraximus. Quam, commu- 
nicato fratrum et filiorum nostrorum consilio, ad rel'ormandum in ea 
religionis ecclesiastice statum tibi, Rogere abbas, et ecclesie lue cus- 
todiendam, reformandam et iure stabili imperpetuum possidendam 
concessimus, statuentes ut beati Sydonii ecclesia cum pertinentiis suis 
ad soUicitudinem et dispositionem tuam pertineat, saluo in omnibus 
iure pontificali vel parrochiali. Hec autem que subnectimus bona sunt 
ipsius ecclesie, videlicet : décima lotius parrochie tam in terris quam 
in hortis et in molendinis, et décima censuum et thelonei et unum 
molendinum proprium et hortus molendini et gardinum proprium 
ipsius domini Mathei ex donatione sua monachis in elemosyna con- 
cessum, et décima furnorum tam inpresentiarum existentium in 
villa Sancti Svdonii et Osmunuille quam in posterum faciendorum, 
et décima uivarii, et décime campartorum et censuum in Hers. In 
Gasneio totum feodum Restoldi de Druella tam in terris quam in 
silua cum hospitibus apud Rouill. ; de feodo Roberli Harenc décima 
unius molendini et unus hospes et unus campus. Apud Sanctum Sydo- 
nium terra quam dédit Rie. prepositus iuxta castellum et campus Pre • 
soldi. Apud Huhanmaisnil n" orti et nn°^ acre terre, super quarariam 



RECUEIL DES CHARTES 149 

III. acre in ualle Benedicti, acra terre i. super molendinum presbite- 
rorum, due acre et campus Abeline. Apud Tiliam, unus hospes et décima 
molendini. Apud Bussoriam due g-arbe de feododomini Sancti Sydonii 
et décima molendini et sedes grancetie. Apud Osmunuill. ii. hospites 
et campus olcorum et décima omnium molendinorum et censuum et 
duo alii campi. Apud Bellomontem due g-arbe de feodo domini Sancti 
Sydonii. Apud Sanctum Martinum album due garbe de eodem feodo. 
Apud Brichenniev. sol. de duobis uauassoribus et de uno eorum serui- 
tium equi i. de feodo Osmundi. Apud Nouum Boscum xv. solid. in 
ecclesia et cantuaria et unus hospes. Apud Bonum Maisnil duodecim 
sol. in ecclesia et cantuaria et unus hospes. Apud Sanctum Germanum, 
in ecclesia v. sol. et due g-arbe de feodo domini Sancti Sydonii et de duo- 
bus hospitibus v. sol. et vi. capones. Apud Uadum décima de feodo Augi. 
Rursusin Casneio due garbe de feodo Fuelle, Apud Spinetum due acre 
de feodo Guadini. Apud Puteol. vi. acre et ibidem ii. acre de feodo Flug-. 
Holardi. Apud Freauuill. tota décima de feodo domini Sancti Sydonii, et 
décima molendini et unus hospes et sedes g'ra[ncee]. Apud Novamuillam 
dimidia ecclesia et dimidia décima et sex solidi in ecclesia. Apud Bas- 
leium dimidia ecclesia et dimidia décima et décima molendini et unus 
hospes. Apud Eschecheuillam ecclesia cum tota décima et quedam 
mansura iiii'^'^. acrarum terre et due alie acre et duo hospites et décima 
molendini. Rursus apud Huhanmaisnil tota molta, et similiter apud 
Perditarn uillam molta. Item apud Sanctum Sydonium molta territo- 
rii ubi viuarium factum est et molta de feodo Gunduini et molta man- 
sionisGuillelmi Rosselli. Preterea ecclesiam de Greinuill., quam multo 
tempore manus laica uiolenter occupalam tenuerat et contra sacrarum 
institutionum décréta ab ecclesiastico jure priuauerat, nos eam ad sor- 
tem sanctuarii Dei ^ reducentes tibi, Rog-ere abbas, et ecclesie tue cum 
prebendis et terris et omnibus ad eam pertinentibus imperpetuum 
possidendam concedimus et presentis scripti nostri auctoritate firma- 
mus. Haec et que iusta sunt conseruantibus sit pax et misericordia a 
Deo pâtre nostro et domino Jhesu nostro, ut et in presenti de fructu pie 
operationis gaudeant atque in futuro pietatis diuine mansuetudinem et 
gratiam eterne consolationisinueniant. Si quisautem aduersus ista que 
nos, paci posterorum prouidentes, leg-itime fîrmauimu saliqua fraude uel 
malignitate uenire attemptauerit uel attestationis nostre munimentum 
temerare presumpserit, in presenti traditus angelo [Sathane diujine su- 
biaceat malediclioni et, nisi penitens cito resipuerit atque ad satisfac- 
tionis remedium conuolauerit, percellat eum in die furoris Domini 
animaduersio eterne ultionis. Actum est hoc anno Incarnati verbi, 



h) Dei ajouté en interligne. 



150 l'abbaye de SAINT-WANDRTLLE 

M°G°LIIP, régnante in Frantia illustri rege Ludouico, principauté in 
Normannia nobilissimo duce Henrico. 

[1^'^ col.] Ego HUGO Del gratia RoLh. archiepiscopus s[ubscripsi] 
-|-, Ego Philippus Baioc. episcopus sfubscripsi] -|-,. Ego ArnuU'us Lex. 
episcopus s[ubscripsi] -j-, EgoRotrodus Ebroic. episcopus s[^ubscripsij -j-. 

[•2*^001.] Ego Egidius archid. s[ubscripsi] -|- Ego Gauf. decanus et 
archid. s[ubscripsi] -j-. Ego Osmundus archid. s[ubscripsi] -[-. Elgo Rad. 
thesaurarius s[ubscripsi] -|-. 

85 

1154 

Galeran {III), comte de Meulan, ayant construit une chapelle en 
Vhonneur de Notre-Dame à l'entrée de son château de Vatte- 
vi/le^ réserve les droits paroissiaux de Véglise mère, dédiée à 
saint Martin, laquelle, d^ancienneté, appartient à l'abbaye de 
Saint-Wandrille avec les dîmes de la forêt comtale de Bro- 
tonne •. 

A. Original scellé perdu. — B. Vidimus du 29 octobre 1314, sous le 
sceau du vicomte de Maulevrier, Archives départ, de la Seine-Inférieure à 
Rouen, série H, non coté, fonds de Saint-Wandrille. — C. Copie du xiv^ s. 
dans le Cartulaire de Rouen, fol. 187 recto, n° 4. — D. Copie du xvii® s., 
pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 100 (d'après B). 

Ind. : Round, Calendar, n° 171. 

Ghristiana religio ad laudem et gloriam nominis Ghristi quicquidin 
presenti ecclesia agit ideo fît, ut ab eo " remuneretur in celo. Huius 
incola felix anima est cuius vita summa beatitudo est. Ob hanc igitur 
adipiscendam, ego Gualerannus, Dei gratia cornes Mellentis et amator 
religionis, in possessione mea propria, que uulgo Wateuilla nuncupatur, 
ante fores mei castri in honore perpétue virginis Marie quandam capel- 
lam construxi, et quia mater ecclesia, videlicet beati Martini cum 
tota décima agrorum, pecudumque domesticorum, et oblationibus alta- 
ris pretaxate ville, necnon etiam omni ferarum et reddituum de 
toresta comitis que dicitur Brotonia, collata ab antiquo Deo et sancto 
Wandregisilo Fontanellensiscenobii fuerat,monachis eiusdem loci edi- 
ficium capelle noue in futurovisum estnociturum ; et ne velversucia 

a) ab eo omis par D. 

1. Voy. plus haut le n® 41. 



RECUEIL DES CHARTES 151 

diabolice^ fraudis uel studio humane calliditatis fratres hac ^ de causa 
aut a nobis impu^narentur aut a successoribus nostris deprimerentur, 
prouidente domno archiepiscopo Hugone venerabilis vite, et Rogero, 
abbate predicti cenobii, et me assentiente, una nostris cum hominibus, 
decreuimus ac statuimus ut, quemadmodum una parrochia esse dinos- 
citur, ita unus sacerdos utrique et matri ecclesie scilicet et supposite 
capelle deseruiat. Jura uero capitalia ad honorem matris ecclesie rese- 
ruari censuimus, sepulturam videlicet defunctorum et utriusque sexus 
desponsalia et mulierum purificationes et honorem paschalis cerei et 
baptisterium, excepto timoré mortis. Quicquid autem a nol^is, seu suc- 
cessoribus nostris, uel ab eorumdem familiis siue superuiuentibus, do- 
mino Deo in supradicta capella oblatum fuerit, monachi et presbiter vi- 
carius eorum absquecapellanorumpartitioneex integro habeantet pos- 
sideant. Ut autem hec conuentio tam nostris temporibus quam nostro- 
rum successorum rata et inconcussa permaneat, suppositione nostri 
sigilli et nostrorum hominum attestatione cartam presentem signaui- 
mus et subscriptione Agnetis, uxoris mee ', et filiorum meorum Roberti 
et ^ Waleranni ^. 

■\- Ego Walerannus ^ subscripsi -]-. Ego Robertus subscripti -j-. Ego 
Willelmus de Pino -j-. Ego Adam ^-l-. Ego Rad[ulfus] de Mannauilla. 

Actum esthoc anno verbi incarnati M°G°LIIIl°, Adrianipape anno I., 
Henrici uero régis secundi Anglorum et ducis Normannorum et Aqui- 
tanorum et comitis Andegauorum anno regni eius 1° ^. 

b) dyabolice C. — c) ac C — d) et o/nia par C. — e) Gualerannus C. — 
/*) Ada C. — g) eius omis par C; B s'arrête à anno, la fin de la ligne ayant 
disparu ; il avait anno regni eius I selon D. 



86 
1155, 25 décembre. — Séez. 

Girard^ évêqiie de Séez, concède à V abbaye de Saint-Wandrille 
la paisible possession de ses biens et revenus situés dans son 
diocèse, c'est à savoir : en Hiémois Véglise du château d'Exmes 
avec la dîme, relevant du duc de Normandie ; Véglise d'Argen- 
telle avec les dîmes ; Véglise d'Omméel avec la dîme, relevant de 

1. Agnès, fille d'Amauri III, comte de Montfort. 

2. Robert IV, fils et successeur de Galeran, de 1166 à 1204. Galeran, son 
autre fils, sire de Montfort. Sur les comtes de Meulan, voir J. Depoin, op. 
cit., p. 306-330. 



152 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

la terre du comte Raoul ' ; V église d'Avenelles avec la dîme ; 
l église de Chambois avec la dîme et dix sous de r autel ; l'église 
d' Aulne-percée avec la dîme et les chandelles à la purification 
de la Vierge ; au « château yy d'Argentan les églises avec les dîmes 
et les dépendances en entier^ Véglise de Mavoville avec la dîme,' 
r église de Coulandon avec la dîme ; au « château ))d\Annebeec/ 
Véglise avec la dîme et une part des oblations et menues dîmes ; 
même part à Xotre-Dame de Rânes ; l église de Faverolles avec 
la dîme et la moitié des oblations lors des trois grandes fêtes 
de Vannée. — Cette concession, faite à Séez le jour de la conver- 
sion de saint Paul [^5 janvier), en jjrésence des archidiacres, 
chanoines et moines, a été remise à Vabbé Roger le 95 décembre 
1155. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de 134G, perdu. — C. Copie du xiv« s. 
dans le Cartulaii^e de Rouen, fol. 277 verso. — D. Copie du xvii'' s., pour 
Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 60 (d'après .4 ou B). — E. Extrait 
du XVII*' siècle, ibid., p. 156 (d'après B). 

In nomine saiicte et indiuidue Trinitatis. Ego Girardus, Dei gratia 
Sagiensis episcopus, donno "^ Rogerio abbati SanctiWandregisili omni- 
que conuenti in Christo salutem. Notum fieri volumus tam presenti- 
bus quam nostris successoribus quod ego eidem ecclesie omnia que in 
nostro episcopatu habet in ecclesiis, terris, decimis et cantuariis per- 
petuo jure tenenda concedo : inpago Oximensi ecclesiam ejusdem cas- 
tri cum décima, de dominio principis Normannie ; ecclesiam Argen- 
telle cum decimis ; ecclesiam Ulmelli cum décima, de dominio terre 
Radulfi comitis ^ ; ecclesiam Auesnelles cum décima; ecclesiam de Gan- 
baio cum décima et decem solides in altari ; ecclesiam de Alnoperceia ^ 
cum décima et in purifîcatione beatae Mariae candelas ; ecclesiam *^ 
Sarcellis cum décima bladi et minutis decimis et in purifîcatione sancte 
Marie candelas ^ ; in Castro Argentomo "^ ecclesias cum decimis et cum 
omnibus earum appendiciis intègre ; ecclesiam Mauouille cum décima, 
ecclesiam Gorlandum cum décima ; in Castro quod dicitur Asnebec 
ecclesiam cum décima et de dominio octo garbas, presbiter autem 
nonam et in solemnitate ^ omnium sanctorum et in Ghristi Natiuitate 
et in ejusdem resurrectione duas partes oblationis et in ceteris diebus 

a) domino D. — b) Alnopereria D. — c) Argentonio D. — d) sollempni- 
tate C. 

1. Le seul comte qui porte ce nom à cette date est, semble-t-il, Raoul de 
Clermont-en-Beauvaisis. 



RECUEIL DES CHARTES 1S3 

medietatem, tam in oblationibus quam in minutis decimis ; et in eccle- 
siam sancte Marie Rane ^ similiter, tam in oblationibus quam in minu- 
tis decimis; ecclesiam Fauerolis cum décima et in tribus annuatis 
solemnitatibus '^ oblationum medietatem. Hec autem omnia, amore 
diuine caritatis succensus, supra dictoabbati propria manu apud Sagia- 
cum in sollennitate '^ de conuersione beati Pauli largitus sum. Ut autem 
hec largitiorata et inconcussa permaneat, auctoritate nostra et inpres- 
sione nostri sig-illi sub his ^ testibus concedo et confîrmatione corro- 
borari censemus, Henrichoarchidiacono videlicetatque priore, Rog'erio 
archidiacono, Vuillelmo archidiacono, Heimerico archidiacono, Vuil- 
lelmo de Gapella ^, Hugone canonico '', Garino monacho, Radulfo 
decano, Vuillelmo decano, Roberto mag"istro et nepote ejus Roberto, 
Rog'erio fîlio aini, Lanberto celerario monacho, Vuillelmo sacrista 
monacho, Vuillelmo Douchelino monacho. His^ itaque pretaxatis 
atque concessis, actum est hoc priuilegium a predicto Girardo viro reli- 
gioso et traditum, saluo jure episcopali, donno Rogerio, abbati sanct- 
Vuandregisili, filiisque suis in Ghristo, Radulfo priori et Anfredo camei 
rario et Radulfo monacho, VIIJ ' kal. J ianuarii, anno incarnati verbi 
M°G°LV°, summi pontifîcis Adriani sedis apostolice anno IJ° ^, Henrici 
régis secundi. 

e) Ranie D. — - f) hiis C. — g) Chapella D. — h) chanonico D. — i) octauo 
D. — j) kalendarum corr. en kalendas D. — k) secundo D. 

87 

1156-1172 1 

Henri II, roi d^ Angleterre, confirme la concession d'une rente de 
40 sous faite par Guillame de Chaussy avec V approbation de 
son fils Guillaume et de Mathilde, épouse de celui-ci. 

A. Original, Arch. dép. de la Seine-Inférieure, à Rouen, série H, non 
coté. — B. Copie du xiv*' s., dans le Cartulaire de Rouen, fol. 311 v°. — 
C. Copie du xyii*^ s., pour Gaignières, Bibl, Nat., ms. lat. 5425, fol. 94 
(d'après A). 

Ind. Round, Calendar, n^ 173 « 1156-1175 ».— L. Delisle, Table, p. 131, 
n» 210 u avant 1172-3 ». 

H., rex Anglorum et dux Normannorum et Aquit. et comes And., 
archiepiscopis, episcopis, abbatibus, comitibus, baronibus, justiciis, 

1. Voy. Round et L. Delisle, loc. cit. 



154 l'abbaye de saint- wandrtlle 

vicecomitibus, ministris et omnibus fidelibus suis Francis et Anglis 
salutem. Sciatis me concessisse et presenti karta confirmasse ecclesie 
S. Wand. monachis ibidem Deo seruientibus xL^solid. annuatim quos 
Willelmus de Galcia, concessu Willelmi filii sui et Matildis uxoris sue, 
eidem ecclesie et ipsis monachis rationabiliter dédit et in perpetuum 
dimisit et carta sua confîrmauit. Quare volo et firmiter precipio quod 
ipsa ecclesia et predicti monachi eosdem xl. solid. annuatim habeant et 
teneant bene et in pace, libère et quiète, inleg-re et plenarie et hono- 
rifice, sicut carta prenotati Willelmi de Galcia testatur, quod eos 
habere debent. Tj^estibus] : Ric[ardo] de Hum[eto] consta[bulario], 
Willelmo de Gurci dapfifero], Rogero de Turre. Apud Argentom[um] 



88 
1157. — Rouen, cimetière Saint-Ouen. 

Convention entre Vabbaiie et Hugues de Gournay ^ au sujet de 
la terre et des hommes de Fontaine-en-Dray . 

Hugues aura droit sur tout homme labourant avec bœufs ou 
chevaux à un setier d'avoine payable dans la quinzaine suivant 
la Saint-Remy (i^^ octobre). En revanche, il leur accordera aide 
et conseil et r« herbage » sur les pâtures communes de sa terre. 
Si un homme de Saint-Wandrille est saisi en flagrant délit 
dans les bois, les prés ou les terres labourables, il « amendera » 
devant la cour de Hugues à Machy ou se disculpera « par la 
main ». Tous les autres cas seront du ressort de la cour de Vab- 
baye à Fontaine-en-Bray . On ira et viendra aux moulins des 
moines sans être inc/uiété, exception faite pour les « coutu- 
miers » de Hugues. 

A. Original perdu 2. — B. Copie du xiv^ s., en double, dans le Cariulaire 
de Rouen, fol. 54 verso. — C. Copie du xvii*' s., pour Gaignières, Bibl. 
Nat., ms, lat. 5425, p. 163 (d'après A et fi). 

Ind. : Round, Calendar, n° 172. 

1. Sur ce personnage voy. Daniel Gurney, The Record of the house of 
Gournay, London, 1848-1858, 2 vol. in-4«. 

2. Au témoignage de C, il était k scellé de 2 sceaux ; le 1^^ est perdu, le 
2® en cire verte sur lacs de parchemin». Ce dernier, le sceau abbatial, por- 
tait : t SIGILLUM : ROGERII- ABBATIS SCI WANDREGISILI. 



RECUEIL DES CHARTES 155 

Pateat legentibus legenciumque auditoribus hanc convention em 
inter abbatiam sancti VVandregisili et Hugonem de Gornaio esse fac- 
tam quod idem ipse Hug"o habebit de terra et hominibus apud Fonta- 
nas cum apenditiis suis in Braio manentibus, tam presentibus quam 
futuris, de sing-ulis terrain colentibus siue boue siue jumento I sexta- 
rium auene infra quintum decimum diempost festum sancti Remigii, 
leg'ali mensura qua emitur et venditur in eadem villa, et hec auena 
jussu monachi ibi manentis et per manum famuli sui famulis predicti 
Hugonis tradetur, necnon quam precatorias terre in anno hac de causa 
habebunt homines Sancti Wandregisili adjutorium et consilium et 
advocationem domini Hug-onis ubique et herbagium in communi pas- 
tura de terra sua. Si vero forte aliquis ex hominibus Sancti Wandregi- 
sili captus fuerit in nemoribus, pratis siue bladiis, viso dampno, in 
curia domini Hugonis apud Machiacum aut emendabit aut per solam 
manum se disrationabit ; de omnibus aliis querelis in curia Sancti Wan- 
dregisili apud Fontanas placitabunt. Euntes et redeuntes ad molendi- 
nos monachorum in pace ibunt et redibunt, exceptis consuetudinariis 
domini Hugonis. Hec pactio facta est anno ab Incarnatione Domini 
M.G.LVII. régnante rege Henrico iuniore anno III., et Hugone 
sedem S*® Rothomagensis ecclesie gubernante, apud Rothomagum, in 
cimiterio sancti Audoeni, presentibus abbatibus et donno Rogero 
sancti Wandregisili et donno Rogero S. Audoeni et domino Hugone de 
Gornaio. Huius pactionis sont testes, ex parte sancti Wandregisili : 
Radulfus prior, Lambertus, Rod. de Mannauilla, Adam de Vuarne- 
villa*', Odo de la Foleferei, Vualterus de Bertrimunt, Robertus Maliart, 
Rogerus et Vualterus de Fontanis, Robertus molendinarius. Ex parte 
domini Hugonis : Hugo Talebot, Vuillelmus de Sancto Lecheeni, 
Anthelmus de Montegnei^, Robertus de Maregnei, Bartholomeus Dal- 
lage, Hugo Dauesnes, Olivier Dage, etSaueri, Vuillelmus Hoese. 

a) Uuatenuilla B. — b) Moitregnei B. 

89 

1158-1174 ou 77 K 

Mathieu [II), comte de Beaumont-sur-Oise, et sa femme A aies ^ 
confirment V exemption de tonlieu à Confient accordée par le 
comte Ives /®^" -. 

1. Il s'agit de Mathieu II, dont la seconde femme, épousée après 11.^)8, 
avant 1163, s'appelait Aalis. Il mourut après 1174, avant H77, Voy. Douët- 
d'Arcq, op. cit., p. lxxxi-xc. M. Depoin place l'acte entre 1166 et 1173, vers 
1170. 

2. En 1039. Voy. plus haut n^^ 24 et 25. 



156 l'aBRAYE de saint- WANDRILLE 

A. Original perdu. — B. Copie partielle du ki^ siècle, Chronicon Fonta- 
nellense majus, Bibl. de la ville du Havre, ms. 332, fol. 275. — C. Copie 
du xiv^ s, dans le Cariulaire de Rouen, fol. 331 verso. — D. Copie du 
xvii° s. pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 55 (d'après A et C). 

a. Omontdans le Catalogue des manuscrits des bibliothèques municipales, 
t. II, p. 334 (d'après B). — • b. J. Depoin, Aupec aux XII^ et XIII^ siècles, 
Versailles, 1910, p. 7 (Extr. du Bull, de la commission des antiquités de 
Seine-et-Oise, d'après C). 

Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod Ivo cornes 
cum lîlio suo, simili nomine uocitato, scilicet clerico et canonico, cui 
jure hereditario post decessus mei cursum castrum Confluentis tri- 
buendo concedo, cum mea propria conjure Emma et ceteris omnibus 
meis liberis, Deo omnipotenti et Sancto Petro apostolorum principi 
necnon Sancto Wandr. abbati et fratribus Deo in F"ontanelle monaste- 
rio seruientium transitum nauium eorum ascendentium et descenden- 
tium ante supradictum castrum quascumque merces non uenales uehen- 
tium, ita quidem quod ductor nauis homini comitis, si ab eo requiratur, 
de propriis rébus ecclesie securitatem faciet. Ne hoc autem uetustate 
aut aliqua peruersitate deleri possit, eg'o comes Matheus pio alfectu, 
laudantibus conjure mea Aales et liberis meis, sig"illi mei auctoritate 
roboraui. Cujus rei ex parte comitis testes sunt : Joannes canonicus, 
Petrus Aper, Petrus de Runcheroles, Petrus de Boscrenc, Haimardus 
de Confient. Ex parte abbatis : Turoldus monachus, Guillelmus sacer- 
dos de Alpico, Kadulfus nepos abbatis. 

90 

1164-841. 

Rotrou, archevêque de Rouen., confirme la donation à Vab- 
baye faite par Hugues - son prédécesseur et approuvée par le 
pape^, de Fée/lise de Grainville avec le droit de présentation à 
la cure, 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 203 recto, n° 37 b. — C. Ihid., fol. 312 verso (conforme à la précé- 
dente). — D. Copie du xvii*^ s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, 
p. 137 (d'après A) K 

1. Rotrou, archevêque de Rouen de 1164 à 1184. 

2. Voy. ci-dessus, n° 74. 

3. Eugène III (voy. n» 79). 

4. L'original est ainsi décrit par D : « sans date. Sellé en c[ire] v[erte 
sur lacs de parchemin. Dessiné à Marmoutier (sic) ». 



RECUEIL DES CHARTES 157 

(Le texte d'après B D.) 

Rotrodus * Dei gratia Roth. archiepiscopus presentibus et futuris 
salutem. Notum esse volumus universis quod venerabilis memorie 
Hugo, predecessor noster, archiepiscopus canonice donavit et sigilii 
sui auctoritate confîrmauit monasterio Sancti Wandregisili ecclesiam 
de Greinuilla cum omnibus pertinentiis suis et presentationem sacer- 
dotum ibidem seruientium et hoc idem priuilegio domini pape coniir- 
matum est. Nos quoque, predecessoris nostri facta et ea que confîr- 
mauit rata habentes, eandem '^ ecclesiam, sicut in carta predecessoris 
nostre et priuilegio domini pape continetur, ne super ea*^ aliqua oriatur 
questio, presenti scripto et sigilli nostri munimine confirmamus. 

a) Rothrodus B; — b) eisdem B; — c) ex D. 

91 
1164-83 ^ 

I, Eustache, seigneur de Grainville '^, renonce aux dîmes quil 
prélevait dans la paroisse de Grainville, comme propriétaire 
de r église^ sur les essarts^ les bois et les prés mis en culture. 

II. Botrou, archevêque de Rouen, fait savoir quEustache de 
Grainville a résigné entre ses mains les prétentions qu'il élevait 
à rencontre de Saint-Wandrille sur l'église de Grainville. 

A. Originaux perdus. — B. Copies du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 203 recto, n^^ 27 et 27^. 

I 

Nouerint universi quod ego Eustachius, dominusde Greinuilla, con- 
cessi et remisi Deo et S. Wandreg. et monachis ibidem Deo servienti- 
bus et ecclesie de Greinuille ut pacifîce colligant et habeant omnes 
décimas sitasinfra limites parrochie ecclesie de Greinuille, tam in essar- 
tis factis quam faciendi in nemoribus et in pratis si ad culturam per- 
uenerit et in omnibus terris predicte parrochie pertinentibus. Hoc 
autem. juramento corporali prestito, promisi me fîdeliter servaturum. 
Quod ut ratum et stabile tempore mei et heredum meorum et inperpe- 

1. L'acte est daté par l'épiscopat de Rotrou. L'année 1211 (MCG unde- 
cimo) donnée par la copie de l'acte d'Eustache doit peut-être être corrigée 
en 1171 (MCLX undecimo). 

2. Sur ce personnage cf. n» 74. 



lo8 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

tuum permaneat, sigilli mei munimine coniirmaui. Hiis testibus : 
domino Guilleberto de Walemont, Gaufr. de Robertot, presbiteris, 
Reginaldo de Kenouille, mag-istro Willelmo Landri et multis aliis. 
Actum anno Domini M^GG° (sic) vndecimo *. 



II 

Rotrodus, Dei gratia Rothoni. archiepiscopus, omnibus ad quos pre- 
sens scriptum peruenerit salutem. Ad omnium notitiam volumus 
peruenire quod Eustachius de Graneuille ecclesiam de Graneuille cum 
omnibus pertinentiis suis quibuscumque '' inter dilectos filios nostros 
abbatem et monachos S. Wand. et ipsum questio vertebatur, in manum 
nostram libère et quiète resignauit, et quod in ea nichil de cetero recla- 
maretfîdei interpositione firmauit. Nos vero, predictorum fîliorum nos- 
trorum deuotionem considérantes, predictam ecclesiam cum omnibus 
pertinentiis suis sicut Eustachius, pater predicti Eustacliii, eis concesse- 
rat eisdem in perpetuum elemosinam, saluo iure pontifîcali et parro- 
chiali, donauimus. Et ut eam de cetero quiète et pacifiée possideant 
presenti scripto et sigilli nostri munimine confirmavimus. 

a) B avait écrit d'abord vicesiiiio. — h) suppléer ici de qua. 

92 

Vers 1164-83 1. 

Richard d'Auffay ~ concède en aumône une « masure de terre » 
quil tenait à Grainville dEustache de Grainville. Considérant 
que l'église de cette localité appartient à lahhaye par donation 
dudit seigneur et que lui-même tient ladite villa du roi^ Richard 
confirme les terres et aumônes concédées à cette église. 

A. Original scellé, Arch. dép. de la Seine-Inférieure à Rouen, série H, 
non coté. — B. Copie du xyii*^ s., pour Gaignières, Bibl, Nat., ms. lat. 
5425, p. 137 (d'après A, avec reproduction du sceau). 



1. La date de cet acte est en rapport avec les n°* précédents. 

2. Richard d'Auffay devait au souverain vers 1172 le service de « V. 
milites » [Historiens de France, t. XXIÏI, p. 694 G ; — Rotuli scaccarii 
Norni,, éd. Hubert Hall, t. H, p. 627). Sur ce personnage voy. L. Delisle, 
Henri II, Introd., p. 424. 



RECUEIL DES CHARTES 159 

Notum sit omnibus tam futuris quam presentibus quod ego Ricar- 
dus de Alfai, saluti anime mee et predecessorum meorum salubriter 
consulens, quamdam masuram terre, quam in Graneuilla de domino 
Eustachiotenebam, [ecclesie] Sancti Wandregisili et monachisineadem 
ecclesia Deo famulantibus, illorum tam oratiônum quam benetîciorum 
particeps effîci satagens, in elemosinam dedi et concessi. Et quia eccle- 
sia de Graneuilla largitione domini Eustachii ad ecclesiam Sancti 
Wandregisili pertinere dinoscitur, eandem uillam habens de domino 
rege in custodiam, eiusdem ecclesie terras et elemosinas ueridica uoce 
fidelium hominum et iura.nento, pro sainte domini Eustachii et pre- 
decessorum eius, feci, recognosci [sic). Et ut tam mea largitio quam 
elemosinarum recognitio in perpetuum fîrmaretur, presentis scripti 
attestatione et sigilli mei munimine confirmaui. 



93 

1164-831 

Rotrou, archevêque de Rouen, arbitre le différend qui s'était élevé 
entre Vabhaye et les curés (clercs) de Longueil touchant les 
dîmes de cette localité : dîmes des moissons, du lin, du chanvre, 
de la laine, des agneaux, des veaux, des porcs, des poulets, etc. 
Les moines en auront les deux tiers, les curés le tiers. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 177 verso. 

Rotrodus, Dei gratia Rothom. archiepiscopus, presentibus et futuris 
salutem. Gontrouersia quedam vertebatur inter dilectos filios nostros 
monachos sancti Wand. et clericos de Longolio super quibusdam 
decimis ad ecclesiam de Longolio pertinentibus;que in presentia nostra 
et nostrorum tali terminata est compositione : decimarum omnium ad 
ecclesiam illam pertinencium in messibus, in lino et canabo et aliis 
nascentibus terre, in lana, agnis, vitulis, porcis, pullis, et in singulis 
que decimantur monachi duas partes habebunt intègre et clerici ter- 
ciam. Ne ergo de cetero super hiis questio oriatursed, compositio hec 
firma et stabilis perseueret, eam presenti scripto et sigilli nostri auc- 
toritate confîrmamus. 

1. Dates de l'épiscopat de Rotrou. 



160 l'abbaye de saint- wandrille 

94 
1164-831. 

I. Hugues de Sideville fait don, du consentement de son fils 
Gautier^ de l'église de Sideville et du « personnage ». Puis, au 
moment de prendre Ihahit monastique en l'église de Saint- 
Wandrille, il cède au chambrier pour Vabbaye trois acres de 
terre tenus de lui par Hugues Du Val et le revenu de cette 
terre. Michel de Bosc, dont relevaient lesdites église- et terre, 
consent à cette donation. 

II. Confirmation de lacté précédent par Gautier de Sideville, fils 
du donateur. 

III. Rotrou, aj'chevèque de Rouen, fait savoir que Hugues de 
Sideville a résigné entre ses mains son droit de présentation à 
r église de Sideville. 

I 

A. Original, Archives dép. de la Seine-lnf., à Rouen, série II, non 
classée. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, Arch. dép. de 
la Seine-Inférieure à Rouen, série II, non classée. — C. Copies du xiv« s. 
dans le Cartulaire de Rouen, fol. 164 recto, n° 51. — D. Copie du xv« s. dans 
le Cartulaire de Paris, fol. 32 verso (d'après B). — E. Copie du xvii« s. pour 
Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. II, 5425, p. 80 et 81 (d'après A). 

Nouerinl universi, présentes et futuri, quod ego Hugo de Sideuilla, 
pro salute anime mee et predecessorum meorum, dedi in elemosinam 
ecclesie sancti Wandregisili, assensu et concessu Walteri, fîlii mei, et 
aliorum amicorum meorum, et in perpeluum concessi ecclesiam de 
Sideuilla cum omnibus appenditiis suis et eiusdem ecclesie personatum 
et presentationem. Denique, in ecclesia beati Wandregisili assumens 
habitum religionis, dedi eidem ecclesie terram quam Hugo de YaUe 
de me tenebat, uidelicet très acras terre et redditum quem de ipsa 
terra mihi reddebat, scilicet sex minas auene in festo sancti Michaelis, 
très capones et très panes in natali Domini. Hune uero redditum 
camerario ecclesie propter meam uestituram assignaui. Hanc autem 

1. E qui a vu l'original de l'acte de Hugues de Sideville écrit : « sans datte, 
versl'an 1150 ». II ne peut être antérieur à 1164, vu la confirmation, qui suit 
immédiatement, de l'archevêque de Rouen R., lequel ne peut être que 
Rotrou (1164-1184). L'acte de l'archevêque était selon E « sans datte; le 
sceau est perdu ». 



RECUEIL DES CHARTES 161 

donationem et ecclesie et terre ego Michael de Bosco, eo quod ecclesia 
et terra de meo iure et dominio esse dinoscitur, intègre, libère et 
quiète, absque ulla reclamatione uel exactione in perpetuum concessi, 
et sigilli mei munimine confîrmaui. Ex utraque parte testibus istis : 
Roberto de Mautevilla, Rogero Beleceiitiire, Johanne preposito de 
Silletot, Waltero carpent[ario], Rad. camerario, Rogero Morin et 
multis aliis. 



Notum sit — quod ego Walterus de Syde villa confîrmaui ecclesie 
S'' Wandreg^' omnia dona que pater meus Hugo eidem ecclesie donauit 
in perpetuum possidenda concessi, sicut carta ejus testatur, scilicet 
ecclesiam de Sydevilla et ejusdem ecclesie patronatum et presentatio- 
nem... sigilli mei munimine presens scriptum confirmavi. 



III 

R., Deigratia Rothomag. archiepiscopus, presentibuset futuris salu- 
tem — ad omnium notitiam volumus pervenire quod Hugo de Sidevilla, 
miles, jus presentationis quod habuit in ecclesia predicte ville in manu 
nostra resignavit. Nos eam ecclesiam monachis S^' Wandreg" — salvo 
jure pontificali et parrochiali donavimus — et presenti scripto et sigilli 
nostri munimine eis confîrmamus. 



95 
1166-H782. 

I. Robert [/F], comte de Meulan, renouvelle la « liberté » de 
son père Galeran [IV] et de ses prédécesseurs^ concédant le 
libre passage des « bacs » ou bateaux de Vabbaye remon- 
tant ou descendant la Seine sous le « château » de Meulan, et 
transportant du vin ou toute autre denrée pour l'usage des 
religieux. 

1. II-III publiés d'après^. 

2. Il s'agit certainement de Robert IV (1166-1204). Sa concession a 
entraîné celle de Gazon de Poissy (n° 97) qui est antérieure à 1178. 

L'Abbaye de Saint-Wamdrille. 11 



462 l'abbaye de saint- wandrtlle 

II. Le même prie le roi Louis {VII) de ne point souffrir que 
Gazon de Poissy et Gui de la Roche exigent pour sa part, 
le droit de transit à Mantes sur le bac de Saint-Wandrille. 

A. Originaux perdus. — B. Copie du xiv* s. dans le Cartiilaire de 
Rouen, fol. 306 v°. — C. Copie du xvii*^ s., pour Gaig-nières, Bibl. Net., ms. 
lat. r)42o, p. 58 (d'après A). 

a. Depoin, Caj^tul. Saint-Martin de Pontoise, Appendices, p. 323, note 357. 

I 

Nouerint universi, tam présentes quam futuri, quod eg-o Robertus, 
cornes Melleti, pro salute anime mee et predecessorum meorum, liber- 
tatem illam quam pater meus cornes Gualerannus et predecessores 
mei dederunt ecclesie S. Wand., scilicet liberum transitum bacco- 
rum ^ seu nauium ipsorum per castrum Mellenti quolibet tempore as- 
cendentium et descendentium, siue vinum siue aliud ad usus fratrum 
vehentium, libère et quiète concedo. l'"t ne aliquorum malignitate in 
posterum vexentur vel aliquam paciantur injuriam, presentis scripti 
attestatione et sigilli mei auctoritate conlirmo. Testibus hiis : Roberto 
de Harecort ^', Waltero de Briona, \\'aleranno de Watteuilla ^. Facta 
tamen securitate per manum seruienlium de proprio ecclesie. 

II 

Karissimo domino suo L., Dei gratia illustri régi Francorum, baro- 
nibus et justiciis suis, Robertus, cornes Melleti, salutem. Intimatum est 
michi quod \ ascio de Peissi et Guido de Ruppe exigunt consuetudi- 
nem de transitu bacci S. Wand. contra rationem apud Medantum per 
meam garantisam. Sed sciatis quod banc consuetudinem nec exigere 
nec habere debent, quia nec ego nec antecessores mei eam unquam 
habuimus, sicut per testimonium hominum meorum legalium compro- 
baui. Unde precor vos quod predictam ecclesiam S. ^^^ inde fatigari 
non paciamini. A^alete. 

a) bacorum C — b) Harecurt C. — c) Wateuilla C. 

96 

1166-11781. 

Robert [IV], comte de Meulan et sire de Beaumont, renouvelle la 
donation de la dîme de la forêt de Brotonne- et F exemption de 

1. L'acte est un peu postérieur au précédent auquel il fait allusion. 

2. Voy. plus haut, n° 41. 



RECUEIL DES CHARTES 163 

tout droit à Meulan sur le vin transporté par eau pour l'usage 
des moines ^ et prend les mesures nécessaires pour que les reli- 
gieux puissent user régulièrement de leurs droits. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiii*' s., Bibl. de la ville de Rouen, ms. 
394, fol. 1 recto. — C. Copie du xv« s. dans le Cartulaire de Paris, fol. 18 
recto. — D. Copie (partielle) du xvii*' s., par A. Duchesne, Bibl. Nat., Coll. 
Baluze, vol. 58, fol. 99 recto. 

Omnibus in Ghristo fidelibus ad quos presens scriptum peruenerit 
eg-o Robertus, iure hereditario comesMellenti dominusque Bellomon- 
tis, salutem. Sciatis ex predecessorum meorum largicione monachos 
S; Wandregisili omnem decimam tocius forestae meae de Brotona 
habere et in perpetuam elemosinam possidere debere, scilicet de ven- 
ditionibus, de rippis, de cineratoribus, de essartis ubicumque bladium 
venerit, de venatione ceruorum et aliarum ferarum, de apibus de '^ 
forefacturisque de foresta exeunt, de vaccariis '^, equariis seu porcariis 
et de omnibus redditibus de Brotona exeuntibus. Sed et eisdem mona- 
chis apud Mellentum baccorum*'^ et nauium suarum, ascendencium et 
descendencium, vina siue aliud adusum monachorilm portancium ante- 
cessores mei quitanciam concesserunt, quam libère concessi et confir- 
maui. Et ut monachi sancti Wandreg. omnem decimam tocius foreste 
de Brotona intègre in perpetuum habeant, sicut in presenti carta preno- 
minatum est, et ad rippas hominem suum habeant, décime custodem, 
qui de omnibus denariis ripparum et vendicionum ad me pertinen- 
tibus decimam recipiat et eis delTerat. Gum vero custos foreste mee 
Broton. qui redditus meos receperit vel forestam ex precepto meo 
vendiderit ibi posilus fuerit, ipse custos apud Vateuill. '^in presencia mea 
uel famulorum meorum abbati vel monachis fideiussores inueniet quod 
ipse de omni décima Broton. légitime et sine defraudacione eisdem 
monachis respondebit. Quod si légitime non fecerit, clamore audito, 
emendarenoluero, perfamulos domini régis emendabitur. De molendi- 
vero meis de Brion. decimam ebdomadalem ^ eisdem monachis in perpe- 
nis tuum concessi, et de captura mea piscium totam decimam apud 
Brion. Quod ut ratum teneatur et fîrmum, et ne ab aliquo heredum 
meorum quassetur, sigilli mei impressione confirmaui. Testibus : 
Ric[ardo] Bigoto, Galt[ero] de Brion. Rod[ulfo] ^ de Frolladicuria, abbate 
de Botigne, Raduifo Paruo, Johanne de Joe s, Will[elmo] de Borne- 
ruilla*\ Ric[ardo] ^ filio Landrici, ErchemboldoJ preposito, Galeranno 
de Haya, Roberto Fabro. 

a) et C. — b) vacariis C. — c) bachorum B. — ]d) Wateuill. B. — e) 
ebdomadam B. — /*) Rob. B. — ^) joie B. — h) Boneruilla C. — i) Rob. B. 
— j) Exchemboldo C. 

1. Voy. l'acte précédent. 



164 l'abbaye de saint-wandrille 

97 

H 66-1 178 ^ — Pontoise. 

Gazon [V] de Poissy^ après enquête faite à Mantes auprès 
d hommes fidèles et anciens, les prévôts et serviteurs du roi, 
reconnaît Vinjustice de la « coutume » exigée à Mantes sur les 
bacs et navires de Saint-Wandrille. S^ étant rendu à Pontoise 
avec labbé Anfrei, il renonce, en présence du roi et de ses 
barons et avec leur consentement, pour Vamour de Dieu, de 
lui-même, de sa femme Jacqueline et de ses enfants, à la cou- 
tume perçue en ce port et à Maisons. 

A. Original perdu^. — B. Copie du xiv« s., Cartul. de Rouen, fol. 306. 
— C. Copie du xvii« s., pour Gaignières, Bibl. Nat,, ms. lat. 5425, p. 58- 
59 (d'après A). 

a. Depoin, Carlul. de Saint-Martin de Pontoise, Appendices, p. 437 
note 793 (d'après B). 

(Le texte d'après C.) 

Nouerint uniuersi, présentes et futuri, quod e^o Guazo de Pissiaco et 
abbas sancti Vuandreg^isili diu calumpniam habuimus et controuer- 
siam de transita et consuetudine nauium et baccorum sancti Guan- 
dregisili apud Medantem ; et quia nulli fidelium veritati resistere 
conuenit, fidèles homines et antiquiores de Medante, prepositos et 
famulos domini régis, consului et rei veritatem diligenter inquisiui. 
Quorum veridica voce et testimonio cognoui me de nauibus et baccis 
sancti Guandregisili consuetudinem injuste exigere. Cognita igitur 
veritate, ego et (quod) abbas S^' Guandregisili, Ansfredus, Pontesie 
conuenimus, ibique, in presentia domini régis Ludouici et baronum ejus, 
consuetudinem quam violenter extorseram dereliqui et in manu abba- 
tis, vidente et annuente rege et baronibus suis, quieta in perpetuum 
assignaui.Sopita igitur contentione et nobis in osculo pacis ad inuicem 
confederans, elemosine donationem quam predecessores mai fecerant, 

1. 1165-1178 dates de l'abbatiat d'Anfrei ; l'acte est en rapport avec les 
concessions de Robert de Meulan (n°^ précédents). J. Depoin date à tort de 
1182. Nos renseignements sur l'itinéraire de Louis VII sont trop incertains 
pour qu'on puisse tenter de préciser l'année et le mois de son séjour à 
Pontoise; c'est peut-être celui de 1177 (n° 107). 

2. Au témoignage de B il était « scellé en cire verte sur lacs de parche- 
min » et on lisait : sigillvm g[vaJzonis de pissiaco ». 



RECUEIL DES CHARTES 165 

scilicet liberum transitum nauium vel ^ baccorum S" Guandregisili 
apud portum qui dicitur Maisons, ego, pro Dei amore et mea et uxoris 
mee Jacheline et filiorum nostrorum prosperitate et salute,concessi et 
sigilli mei munimine confirmaui, ita quod nulla deinceps consuetudo 
et exactio in eundo seu redeundo ab eis requirant, sed libère et quiète 
apud Maisons et apud Medantem, quantum ad me pertinet, ascendant 
etdescendant. 

a) ut G. 

98 

1165-11 78 ^ 

Jocelin, évêque de Salisbiiî^y ^ notifie que^ vu la résignation faite 
par Herbert^ préchantre de Bayeux, et à la requête de Anfrei, 
abbé de Saint-Wandrille, il a reçu Robert de Bayeux comme 
parson de V église d'Upavon. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Cartul. de Rouerie 
fol. 305 recto, n° 4. 

Ind. : Round, Calendar, n" 175. 

Omnibus sancte matris ecclesie fîdelibus ad quos presens carta 
peruenerit, Joe, Dei gratia Sar. episcopus, salutem in Domino. Noue- 
nt universitas vestra quod, ad resig-nationem Heberti precentoris Baio- 
censis et ad petitionem et presentationem A[nsfredi] abbatis et con- 
ventus S. W., dilectum fîlium nostrum Robertum Baioc. personam 
ecclesie de Huphauen. Et ut eamdem ecclesiam cum omnibus pertinen- 
tiis suis libère et quiète ei pacifie in perpetuum habeat et possideat, 
banc nostram concessionem et institutionem carte nostre testimonio et 
sigilli nostri munimine roboramus. Val[ete]. 



99 



1165-1178"^. 

Anquetil dépose sur l'autel V écrit par lequel il s'' engage à exécuter 
une disposition testamentaire de son père, Goubert Fils-Anfrie, 
affectant douze deniers chaque année au luminaire de V église, 

1. Dates proposées par M. Round. 

2. Dates de Tabbatiat d'Anfrei, présent à l'acte. 



166 l'abbaye de saint- wandrille 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 314 v», n» 13. 

Notum sit omnibus quod cum Gulbertus filius Anfrie ea que possi^- 
debat in fine uite sue filiis suis disponeret, disposuit et précepte dari 
ecclesie beati Wand. de patrimonio suo annuatim xij. denarios ad 
luminare ecclesie pro sainte anime sue et sepultura corporissui. Quod 
donum Anchetillus fîlius eius concessit se redditurum et per succe- 
dentes generationes in perpetuum esse tenendum. Guius donationis 
presens scriptum isdem Anschetillus super altare obtulit, présente 
domno Anfr[edo] abbate et conu[entu] ecclesie. Teste Rie. presbytère 
et RobertoRuffo et multis aliis. 



100 

1167-1178 K 

Accord entre Vahhaye de Saint- Wandrille et celle de Cérisy, 
au sujet des dîmes de V église de Saint-Marcouf^ : 
En présence du feu roi Henri d'Angleterre^ des évêques et des 
barons^ le litige avait été apaisé par un partage égal des dîmes 
entre les deux monastères. L'u institution » avec les collations 
et le cimetière avaient été reconnus à Cérisy et, en échange, 
lahhé Hugues avait cédé à Saint-Wandrille un emplacement 
pour établir une grange à Saint-Marcouf, quatre « bourgeois » 
avec leur tenure, 8 acres de terre et une saline. 
La controverse s'étant ranimée sous Vabbatiat d' A\^nfrei^^ de 
Saint-Wandrille et celui de M[artin] de Cérisy, au sujet des 
menues dîmes, cest à savoir des dîmes de la laine, du lin, du 
lin fin ^, des arbres fruitiers, des agneaux, etc., il a été convenu 
qu elles appartiendraient à Cérisy, mais que Vabbé M. don- 
nerait chaque année à Saint-Wandrille, au temps du carême, 
des fruits de la terre d'une valeur de cinq sous de monnaie 
usuelle, pris sur le «■ tenement » de Roger. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, fol. 
297 recto, n° 13. 

1. L'abbatiat d'A[nfrei] de Saint-Wandrille (1165-1178) et de M[artin] de 
Cérisy [1167-1187-90] délimite le nouvel accord entre 1167 et 1178. 

2. Voy. plus haut n° 60. 

3. Carbasus ; peut-être pour cannabis « chanvre ». 



RECUEIL DES CHARTES 167 

Omnibus eterne vocationis bravium comprehendere laborantibus 
fratribus, A. sancti Wand. abbas et frater abbas Cer. ac utriusque 
monasterii dévolus humilisque conventus sic currere ut comprehendant. 
Noverit universitas vestra retroactis temporibus inter predecessores 
nostros controuersiam suscitatam diuque ventilatam super ecclesia 
sancti Marculfi de Gonst. suisque perLinenciis. Quibus invicem alter- 
cantibus ad aures pie memorie Henrici, régis Ang^lorum, causa delata 
est. Qui a certis partibus, assistente presule Roth. cum suis suffra- 
ganeis et baronibus suis, litem tali fine sopiuit ut décime exequo diui- 
dentur utriusque monasterii usibus. Pro fîrmitate prefate vero ecclesie 
sancti Marculfîi nstitutio cum suis coUationibus et cimiterium cum suis 
pertinenciis monasterio Cer. perpetuo cesserunt. Quod ut ratum habe- 
retur Hug-o, abbas Cer., concessit abbati Wand. apud S. Marculfum 
sedem ad unam granchiam et iiij° burgenses, Robertum filium Sifredi, 
Robertum Babuisel, Robertum Telarium, Robertum Escosart, cum 
hoc quod tenent, et viij^*" acras terre et unam salinam. Demum 
vero, nostris temporibus, cum super minoribus decimis, videlicet lane, 
lini, '"carbasi, pomorum, agnorum et simlium, questiones cepissent 
emergere, inito pacis concilio (sic), conuenit inter nos ut predicte 
decimemonasterio Cer. in perpetuum cédèrent. Quod vero ut incon- 
cussum perseueraret, M. abbas in eadem villa, in tenemento Rog[erii], 
quadragesime fructum terre, quod singulis annis appreciatum est 
quinque solidos usualis monete, Fontinellensi monasterio perpetuo 
possidendum contulit. 

101 

1167-89. 

Guillaume de M andeville, comte d'Essex, concède la présentation 
à V église d'Avenelles^^ acquise par lui d'Aubri d'Avenelles en 
échange d'une terre perdue par celui-ci à la suite d'un duel. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv® s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol, 275 v°, n° 7 bis. — C. Copie du xvii^ s., pour Gaignières, Bibl. NaL, 
ms. lat. 5425, p. 77 (d'après A). 

Sciant tam présentes quam futuri quod ego Willelmus de Man- 
deuilla, cornes Essex., concessi et dedi presentique carta mea con- 

4. Sur ce personnage, comte d'Essex depuis 1167, et d'Aumale depuis 
1180, mort en novembre 1189, voy. L. Stephen, National Biography, 
t. XXXVI, p. 19; L. Delisle, Recueil des actes de Henri II. Introduction, 
p. 492. 



168 l'abbaye de saint- wandrille 

firmaui Deo et béate Marie sanctoque Wand. et monachis ibidem Deo 
seruientibus, pro salute mea et patris mei et matris mee et heredum* 
meorum et domini mei régis Henrici, filii ^latildis imperatricis, in 
puram et perpetuam elemosinam presentationem ecclesie de Auenellis, 
illam scilicet quam adquisiui de Alberico de Auenellis, per eschang-ium 
terre quam ei dedi de feodo Alberti quam fine duelli in curia mea erga 
Nicolaum*' de Valle de Corion perdiderat et quam de eodem Nicolao*^ 
emi in curia régis in presenciaiusticiarum suarum. Hiistestibus :Enge- 
nulfo'' Sanson*^, Hugone ^capellano. Rie. de Mentennis, Roberto filio 
Rogeri, Rad. de Mandeuilla, Gilberto ^ Carbunello, Will. de Hairum, 
Johanne de Lamburn s, Willelmo de Argentellis, Willelmo de Grain- 
ualle, Odone de Chamber.,rTrice o Anglico. 

a) fratrum B. — b) Nicholaum B . — c) Engenullo B, — d) Sanxon B,— 
e) huius C — f) Gisleberto JS. — g) Lanburun B. 

102 

1169. —Paris. 

Louis VII confirme V accord passé en sa présence^ entre V abbé de 
Saint- Wandrille et Thomas de Marly^ touchant V «invasion)) 
faite par ce dernier sur le « manoir » du Pecq. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Cartulaire de Bouen, 
fol. 261, n° 1. — C. Copie du wiii^ s., Bibl. Nat., Coll. Moreau, vol. 76, 
fol. 34 (d'après B). 

a) Depoin, Aupec aux XII^ et XIII^ siècles, 1910, p. 10, n° 3, d'après B 
(Extr, du Bulletin de la Commission des Antiquités de Seine-et-Oise). 

Ind. : Luchaire, Catal. des actes de Louis VII, n° 572 (d'après C). 

Ego Ludovicus Dei gratia Franchorum rex. A régie majestatis 
equitate exigitur ut ea que in presentia ipsius facta sunt nullius anti- 
quitate temporis seu aliquorum malignantium incursu debilitari valeant 
vel quassari. Inde est quod notuni facimus universis, presentibus pari- 
teret futuris, quod concordiam illam que inter abbatem sancti Gandre- 
gisili et Theobaldum de Marli in presencia nostra facta est, super inva- 
sione quam faceret idem Theobaldus in manerio de Alpico, sicut testa- 
tur carta quam a Theobaldo prefatus abbas optinuit, approbavimus. 
Et ut rata permaneat scripti nostri munimine et sigilli attestatione con- 
firmamus. Actum publiée Parisius anno incarnationis Domini M°G" 

1. Thibaud de Marly, second fils de Mathieu I^'' de Montmorency. Cf. 
plus loin n»* 104, 105, 106. 



RECUEIL DES CHARTES 



169 



LX"IX°. Astantibus in palatio nostro quorum nomina et si^na sub- 
scripta sunt. 

S. comitis Theobaldi, S. Mathei camerarii, S. Guidonis buticularii, 
S. Radulfî [conjstabularii. 

Data per manum Hugonis cancellarii. 



103 



[1175, avrilj''. — Valognes. 

Henri II, roi d'Angleterre, ordonne de maintenir V abbaye dans 
la possession de ses biens tels quils se comportaient tout récem- 
ment lorsqu'il a quitté Caen pour regagner V Angleterre. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s. dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 309 v», n«5. 

Ind. : Round, Calendar, n»176, « 1175-82 .). — L. Delisle, Table, n« 387, 
« 1175-81 ». 

H., Dei gratia rex Anglorum et dux Norm. et Aquit. et cornes And., 
iusticiis, vicecomitibus et omnibus balliuis suis Norm. salutem. Preci- 
pio quod abbacia de S. W. et abbas et monachi in ea Deo seruientes 
habeant et teneant omnia tenementa sua et omnes res et possessiones 
suas ita bene et in pace, libère et intègre, sicut tenuerunt die qua 
nouissime recessi a Gadomo ad transfretandum in Angliam, et de 
nullo tenemènto suo quod tune tenuerint ponantur in placitum nisi 
coram me. Et custodiatis et manum teneatis et protegatis eamdem 
abbaciam et abbatem et monachos ibidem Deo seruientes et homines 
et omnes res et possessiones suas, nequiseisforifaciat. T[este] magistro 
Waltero Gonst[antiensi], archidiacono Oxeneford. Apud Walonias. 



1. En trois circonstances le roi, quittant Valognes, s'est rendu en Angle- 
terre : 1° en janvier-mars 1157 ; 2° en juillet 1171 ; 3° en avril 1175 (voy. 
R. W. Eyton, Court, household and itinerary of King Henry II. London, 
1878, in-4«, p. 23-25, 159-160, 188-189). Le nom du témoin, Gautier de Cou- 
tances, archidiacre d'Oxford, signalé depuis 1174, le fait qu'en 1175 le roi 
passe par Caen, avant d'aller s'embarquer à Barfleur, enfin la formule Dei 
gratia {voy. L. Delisle, Recueil des actes de Henri II. Introduction, p. 15, 20, 
107-109) sont décisifs en faveur de 1175. Dans son regeste, intitulé Table 
des pièces comprises dans le Recueil des actes de Henri // (p. 545, n° 387), L. 
Delisle ne précise pas et date « 1175-1181 ». 



170 l'abbaye de SAINT-WA^DR[LLE 

104 

11751. 

Thibdiid, seigneur de Marly, détermine ses droits et ceux de 
r abbaye à Aupec [Le Pecq). 

A. Original perdu 2, — B. Copie du xiv^ s, dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 261 recto n° 1. — C. Copie du xvii*' s., pour Gaignières. Bibl. Nat., ms. 
lat. 5425, p. 127 (d'après A). 

a. J. Depoin, Aupec aux XW et XIW siècles, p. 10, n° 4 (Extr, du Bul- 
letin de la commission des antiquités et des arts de Seine-et-Oise). 

(Le texte d'après B C .) 

Notum sit omnibus, tam presentibus quam futuris, quod ego Theo- 
baldus, iure hereditario dominus deMarleio, domum quandam in villa 
de Alpico in terra que de iure ecclesie Sancti Wandregisili ^ esse dinos- 
citur consilio minus discreto construere cepi. Super hoc inter me et 
abbatem Sancti Vuandregisili orta est dissentio et tandem in presen- 
tia régis nobilissimi Ludouici cum assensu utriusque partis légitime 
terminata quienit^. Huic concordie nostre frater meus Buchardus 
maior natu, dominus de Montmorenci, interfuit et consensit. In hoc 
autem conuenimus ego et abbas quod domum prenominatam quam 
construere cepi, timoré et amore domini régis euerti precepi et euersa 
est ; in terra autem mea propria unius pressorii capace, ablato pres- 
sorio, domum quandam habitationi mee congruam, uoluntate et assensu 
abbatis edificaui, et quia angustum erat spatium terre prelibate, con- 
sensit mihi abbas terram in latere domus ad faciendam coquinam et 
priuatum hospitium et ante domum terram que usque ad uiam pro- 
tenditur ubi pressorium posui. Et ut in posterum omnis inter nos 
sopiatur contentionis occasio, quid ad ius abbatis, quid ad meum perti- 
neat, per legitimos testes recognitum presenti scripto annotauimus, 
hoc est ius meum quod habeo in Alpico : xl. solid. de talla ad festum 
sancti Dionisii, quos colligunt homines ville precepto prioris ; et xx^^ 
solid. in mense maio pro procuratione mea ; in villa autem Alpici vel 
omni terrario si sanguis effusus fuerit vel facta seditio vel vagium 

a) Gandreg. B. — b). 

1. Cette date est déterminée par celle de l'acte suivant qui le confirme. 

2. C le dit « scellé en cire verte sur lacs de cuir » et reproduit le sceau 
au crayon. 

3. Voy plus haut n*^ 102. 



RECUEIL DES CHARTES 171 

belli datum, meum estiudicare, prioris autem merciare, et de emenda 
mea erit medietas ; si autem necesse fuerit ut homines de Alpico ad 
neg-otium meum vocem. hoc priori notum faciam et ipse mihi eos 
accomodabit uno vel duobus diebus ; et de omnibus forisfactuns que 
euenient, de quibus emenda exibit, mea erit medietas, illis exceptisque 
incapite ad priorem vel ad domum eius spectabunt. Hiis ita enumeratis, 
nichil, vel eg-o vel hères meus, aut in edifîcio aut consuetudine plus 
nobis iuste vendicare poterimus, sed et hoc notum sit quod terra de 
qua domus supradicta euersa est ecclesie sancti Wandregisili '^quieta 
remansit. 

105 
1175t 

Thibaud^ seigneur de Marly'^, donne en aumône ce quil possé- 
dait de « pressoraçje » sur le vignoble du Pecq et le cens 
annuel [S sous 6 d. et 16 i /9 setiers de vin) quil touchait à titre 
d\< esporle » ^. Il rend à l'abbé de Coulombs ^ le terrain quil 
avait obtenu de lui par voie d échange pour se bâtir une 
demeure au Pecq. 
A. Original, perdu. — B. Copie du xiv*' s. dans le Cartulaire de Rouen, 

fol. 261 recto, n» 2. 
a. J. Depoin, Aupec au XII^ et Xllb siècles, p. 9. 

Notum sit omnibus, tam presentibus quam futuris, quod ego Theo- 
baldus, dominus de Marli, pro salute anime mee et omnium amico- 
rum meorum, concessi in elemosina ecclesie Sancti Guand[regisili] 
quidquid de pressoragio habebam in vineis monachorum apud Alpi- 
cum et censum, scilicet duos solidos et sex denarios, xvi quoque 
sextarios vini et dimidium, qui mihi annuatim reddebantur de esporle. 
Terram eciam illam quam acceperam mutuo ab abbate de Goluns 
apud Alpicum, ut ibi mihi domum edificarem, reddidi prelibato 
abbati, recepto quod pro ea dederam mutuo, precauens scilicet ne si ^ 
ibi domum constituerem, aliquid monachis Sancti Guand[regisili] in 

a) sibi B. 

1. Voy. Tacte suivant. 

2. Cf. n° 102. 

3. Droit d'investiture ou de relief. 

4. Coulombs, abbaye du diocèse de Chartres (Eure-et-Loir, cant. Nogent- 
le-Roi). L'abbé semble être Etienne I<^'' [Gallia Christ,, t. VIII, col. 1255). 



172 LABBAYE DE SATNT-WANDRILLE 

posterum detrimenti inferret et laljoris. Huius donationis testis est 
et consensit dominus Buchardus, frater meiis. Testis est etiam domi- 
nus Waszo de Malbuson et Pelrus Maalle. Ut vero hoc ratum perma- 
neat in posterum, scripto meo et sigilli attestatione confirmatum 
est. 



106 



1175. — Montmorency. 

Bouchard [V] de Montmorency approuve V « aumône » fait à 
V abbaye par son puîné Thibaud de Marly au sujet du près- 
sorage du Pecq ^ . 

A. Original scellé^ Arch. dép. de la Seine-Inf. à Rouen, série H, non 
coté. — B. Copie du xiv^ s., dans le Cnrtulaire de Rouen, fol. 264, n°3. — C. 
Copie du xvii^ s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 122 
(d'après A). 

a. Depoin, Aupec aux XII^ et XIII^ siècles, p. 12, n° 5 (d'après B). 

Notum sit, tam futuris quam presentibus, quod ego Bucardiis de 
Montemorentiaco elemosinam quam Theobaldus de Marleio, frater 
meus, eclesie sancti Vandregisili, pro salute anime sue et parentum 
suorum et amicorum, scilicet quicquid in pressoragio habebat in uineis 
monachorum apud Alpicum et censum scilicet ii. solidos et dimidium 
et XVI. sextarios uini et dimidium ; que omnia eidem Theob[aldo] 
anuatim reddebantur de espolle, in perpetuum donauit, libère et 
quiète concessi. Et ut hoc ratum et inconcussum permaneat, sigilli 
mei inpressione et multorum subnotacione confîrmaui. Hec autem car- 
tula facta fuit apud Montemmorfentiacum], in presencia mea et 
Theobfaldi] fratris mei, et Aconis prions de Alpico, uiuente rege 
Lodouico, anno ab incarnatione Domini MC°. LXXV°. 



1. Les documents ultérieurs sur le Pecq sont dans J. Depoin, op. cit. , 
p. 13 et suiv. 



RECUEIL DES CHARTES 173 

107 

1177. — Pontoise. 

Louis VII renouvelle un diplôme du roi Childebert ^ confirmant 
les possessions de l'abbaye dans les diocèses de Beauvais, 
Amiens, Paris et Chartres. 

A. Original mutilé perdu ?2. — A' Fac-similé (héliogr. Dujardin) dans la 
Revue des documents historiques, 1879, p. 106-107. — B. Vidimus de 
Philippe le Long, de novembre 1319, perdu. — C. Copie du xv*' s., dans 
le Cartulaire de Paris, fol. 28 r« (d'après B). — D. Copie du xv** s., ibid., 
fol. 37 r» (d'après B). — E. Vidimus de 1504, Bibl. Nat., ms. lat. 16738, 
planche 8. — F. Copie du l^^" décembre 1523, par Le Vaigedansle Cartu- 
laire de Marcoussis, Bibl.de Rouen, n° 1228, fol. 126 v° (d'après B). — G. 
Autre copie par Le Vahe, ibid., fol. 71 v» d'après « l'original » [B). — H. 
Copie du XVII® s., par A. Duchesne, Bibl. Nal., Coll. Baluze, vol. 58, 
fol. 98 r" (d'après « ms. »). — /. Copie du xvii® s., pour Gaignières, Bibl, 
Nat., ms. lat. 5425, p. 62 (d'après B). — /. Analyse de Gaignières, ibid.^ 
p. 130 (d'après B ?). 

a. UAnastase de Marcoussy ou recherches curieuses... [par Perron de 
Langres], Paris, 1694, in-8, p. 137. — b. Martène, Amplis. Coll., t. I, 
col. 899 (d'après les « Archives de S. Wandrille »). — c. Revue des docu- 
ments historiques, juillet-août 1879, p. 106, texte d'après F. 

Ind. : Bréquigny, Table chronol. des diplômes, t. 111, p. 526. — V.-A. 
Malte-Brun, Histoire de Mai^coussis (Paris, 1867, in-12), p. 321 (d'après a). 
— Luchaire, Catalogue des actes de Louis VII, n° 729. 

[Les lacunes de A ont été comblées au moyen des copies dérivées.) 

In nomine sancte et indiuidue Trinitatis. Ludouicus Dei gratia 
Francorum rex. A régie maiestatis [auctoritate] exigitur ut ipsius facta 
nuUius antiquilate temporis seu aliquorum maligriantium incursu 
debilitari ualeant uel quassari. In[de est quod] notum facimus uni- 
uersis [quod], ad petitionem Anfredi abbatis sancti Wandregisili, 
dilecti nostri, aliqua que longis ante nos temporibus [ecclesija 
sancti Wandregisili cum suis membris, sicut carte quasi iam nimia 
uetustate consumpte testantur et nostro tempore bene et pacifîce 
d[inosci]tur habuisse, eidem ecclesie in puram et Lperpjetuam 
[elemjosinam donamus et nostra auctoritate ac regii nominis subter 

1. Voy. n« 2. 

2. L'original appartenait en 1870 au D'' Bonnejoy, de Pontoise. Voy. C, 
p. 106. 



174 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

annotato k[aractere confir]mamus, uidelicet ex largitione Hilde[berti, 
injuictissimi quondam reg^is Francorum : in episcopalu Belua- 
censi : Keuecuriam et [ecclesiam cum decjima et appendiciis suis, 
capellam de [Fayel ;i]n Chiuerieriis sex hospites et partem decima- 
rum, Konuillare et prata ac siluas. In [episcopatu] Ambianensi : me- 
dietatem de Buxeyo et terram [unius cjarruce et medietatem décime, 
et terciam partem décime de Dors ; apud Salliacum quandam l^parti- 
culam terre ; item] in eadem [diocesi, in pag^o Vimajcensi, Dareneyum 
et ecclesiam cum tota décima, Wayncort et ecclesiam cum décima et 
ho[spitibus. In episcopatu Parisjiensi : [Alpicum et ecclesiam] cum 
tota décima et Visiniolum ac Demonumuallem et dimidium Vicinia- 
casac decim[am Villiolis corlis, et in] Maro^lio census et dec]imam 
uinearum ; Marchoucies et ecclesiam cum décima et hospitibuS; ; libe- 
rum insuper transitum bacco[rum dicte ecclesie seu na]uium [uina 
aut] alia aliqua deferentium ad usum monachorum per Sequanam ab 
omni consuetudine et exactione in eundo et redeundo, quantum [se 
extendit iust]icia nostra. In episcopalu Garnotensi : Rodonium et 
ecclesiam cum tota décima et census ac comparationem uinearum de 
Mon[te Niue]lo[nis et très gordos i]bidem cum duabus sedibus molen- 
dinorum, ac mansum sancti Mamini cum aliqua parte decimarum ; 
ecclesiam de Rolleboise [cum decimis ; Califurnum et] ecclesiam cum 
decimis et duodecim m[an]sos ; diniidiam Francamuillam ; ecclesiam 
de Villeta cum tota deci[ma, tam in ]molendi[nis quam in ag-ris ; et 
totum feodum Herlonis, et terram duorum] boum ; terram de Othma- 
riuilla, capellam iuxta Sitolium que dicitur Fontana Bertoldi cum 
[terra et] hospitibus ; et terra de [Duro|campo, et dimidiam [terram 
de Boscocorti et totam] decimam ipsius uille. Hec in dicto episcopatu 
Garnotensi nominata comes Manasses et Buchardus donauerunt seu 
potius reddiderunt ' . Ut autem dicta ecclesia premissa omnia fîrma et 
inuiolabilia in perpetuum teneat, presentem cartam sigilli nostri im- 
pressione fecimus roborari. Actum publiée Pontesie, anno incarnati 
verbi M". G°. [LXX". ^ 11°.], astantibus in palatio nostro quorum nomina 
supposita sunt et sig^na : Signum comitis Theobaldi dapiferi nostri, S. 
Radulphi constabularii, S. Guidonis buticularii, S. Raginaldi came- 
rarii, vacante [Monogr.) cancellaria. 

1. Le premier de ces personnages ne peut être que Menasses, comte de 
Dammartin, qai mourut en 1037. Il possédait de nombreux domaines dans 
le pays Chartrain et le Dreugesin, comme en font foi des actes de l'abbaye 
d e Saint-Père et de l'église Notre-Dame de Chartres. Voy. Soehnée, 
Catal. des actes de Henri I^^\ n° 55 et Lépinois et Merlet, Cartulaire de N.D. 
de Chartres, t. I, p. 87. Dansée dernier en trouve la souscription S. Bur- 
card'i de Monteniorencio, due à Bouchard III de Montmorency, sans doute 
l'usurpateur dont parle notre diplôme. 



RECUEIL DES CHARTES 175 

108 

1179-11891. 

Guillaume du Hommet- restitue à V abbaye la dîme d'Audouville 
et lui confirme par le serment de dix hommes-^ la dîme du fief 
de Jean de « Watoffne » et celle d Hubert'*^ ainsi que les 
autres dîmes de cette paroisse, telles que les eurent les reli- 
gieux au temps de Robert de Neuf bourg ^ et de ses c ancêtres ». 

A. Original perdu. — B. Copie du xvii® s., pour Gaignières, Bibl. Nat., 
ms. lat. 5425, p. 145 (d'après A). 

Notum sit omnibus, tam presentibus quam futuris, quod ego 
Willelmus de Humeto reddo decimam de meo nouo dico [sic) de 
Andouilla ecclesie Sancti Wandregisili in perpetuam elemosinam, pro 
salute anime mee et antecessorum meorum ; et preterea concedendo 
eis confîrmo per juramenta X hominum omnem decimationem de toto 
feodo Johannis de Watonia et etiam totam decimam de dico (sic) 
Huberti et omnes alias decimationes ejusdem parrochie, sicut habue- 
runt in tempore Roberti de Nouoburgo et antecessorum suorum, 
Testibus his : Rogero sacerdote et Humfrido decano et abbate, suo 
clerico ; de laicis Engerranno, suo dapifero, et Andréa de Herouilla 
et Rad. Bordet et Rad., nepote abbatis, et Rogero Anglico. 

109 

1179-1189 '^ —Bures. 

Henri II ordonne à Guillaume du Hommet de laisser jouir les 
moines de S.-W. des «.aumônes » que lui-même leur a concé- 
dées, ainsi qu'en fait foi sa propre charte ''. 

i. « Sans année, vers 1200 » dit B. Antérieur de peu au n° suivant. 

2. Guillaume du Hommet, connétable de Normandie, depuis 1179, rallié 
à Philippe-Auguste en 1204. Voy. L. Delisle, Henri II, p. 485. 

3. Sur l'enquête en Normandie, voy. Charles Haskins, Early norman 
Jury dans American historical review, t. VIII, p. 613 sq. ; L. Valin, Le duc 
de Normandie et sa cour, p. 206 sq. 

4. La paroisse a retenu le nom de ce personnage : Audouville-la-Hubert 
(Manche, arr. Valognes, cant. Sainte-Mère-Église). 

5. Robert de Neubourg, sénéchal de Normandie, mort le 30 août 1159. 
Voy. L. Delisle, Henri II, p. 445. 

6. Nous adoptons la date proposée par L. Delisle. 

7. L'acte précédent. 



176 l'abbaye de SAINT-WANDRILLE 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv" s., Cartulaire de Rouen, fol. 297 
verso. 

Ind. : Round, Calendar, n» 177, à 1180-89 ; — L. Delisle, Henri II, p. 554, 
n«539à 1179-1189. 

H., Dei g-ratia rex Anglorum et dux Normannorum et Aquitanorum 
et cornes Andegavorum, Willelmo de Hum[eto] salutem. Precipio tibi 
quod permittas monachos Sancti Wandregesili habere et tenere bene 
et in pace et juste elemosinas suas quas habent in terra tua, sicutcarta 
tua quam inde habent testatur. Et nisi feceris, justicia mea faciat fieri. 
Teste comité Willelmo de Mand[euilla ^]. Apud Burum. 

110 
1181 

Mathieu [///], comte de Beaiimont-sar-Oise, du consentement de sa 
femme Éllenor, et de son frère Philippe, tient quitte de tout 
droit les navires de l'abbaye chargés de vin ou de tout autre 
denrée qui passent sous Confient, à condition que la cargaison 
soit destinée aux besoins des religieux et non à un usage com- 
mercial. 

A. Original perdu '^. — B. Copie du xvii'' s., pour Gaignières, Bibl. Nat., 
ms. lat. 5425, p. 55 (d'après A). — C. Copie du xviii'' s., Bibl. Nat., Coll. 
Moreau, vol. 85, p. 74 (d'après B). 

Nouerint vniuersi, tam présentes quam futuri, quoniam ego Matheus 
Bellimontis comes, Elienor comitissa, uxore mea, et Philippo, fratre 
mec, annuentibus, pro Deia more et antecessorum meorum salute, eccle- 
sie sancti Wandregisili que Fontanella dicitur et fratribus ibidem Deo 
seruientibus, transitum nauium eorum sub castre Confluentie ascen- 
dentium et descendentium, siue vinum siue aliud non vénale ad usus 
fratrum uehentium liberum et quietum do et concède, ita quod duc- 
tores nauium homini comitis, si ab eo requiratur, de propriis rébus 
ecclesie securitatem facient. Ut autem hoc-ratum sit et fîrmum, sigilli 
mei auctoritate corrobaui. Testibus ex parte comitis : Theobaudo de 
Moranglia, Hugone de Luis, Natali de Baernia, Roberto le voler, 
Hugone de Canali, Roberto Clerico, tune comitis notarié. Ex parte 
ecclesie : Willelmo de Argentonio... (sic) fratre ejus, Radulfe majore, 
Hugone Anglice, Hugone de Fleri. Anne incarnati verbi 1181. 

1. Voy. sur ce personnage, n° 101. 

2. B nous avertit qu'au xvn*^ s. le sceau était déjà perdu. 



RECUEIL DES CHARTES 177 

111 

1181-1189 1 

Bouchard [V] de Montmorency, du consentement de ses frères 
Thibaud -y Mathieu'^ et Hervé ^^ confirme en tant qu'il lui 
appartient'^ la « liberté » concédée par Mathieu II et Mathieu 
III ^ comtes de Beau mont ^ aux bacs et navires de V abbaye pas- 
sant sous Confient ^' . 

A. Original perdu'. — B. Copie du xiv* s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 306 v",n°5. — C. Copie du xvii® s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. 
lat. 5425, p. 56 (d'après A). 

[Le texte cVaprès C.) 

Nouerint uniuersi, tam présentes quam fuluri, quod ego Bucardus 
de Montemorenciaco, uoluntate et consilio fratruni meorum, Teobaldi, 
Mathei, Hervei, libertatein illam quam Matheus, cornes Bellimontis, 
et Mateus, pater ipsius, dederunt et concesserunt ecclesie S^' Wandr., 
scilicet liberum transitum baccorum seu nauium ipsorum sub Castro 
Gontluentie quolibet tempore ascendentium et descendentium, siùe 
vinum siue aliud ad usus fratrum vehentium, quantum ad me et ad 
heredes meos attinet, approbo et concedo. Et ne aliquorum maligni- 
tate in posterum uerentur, scripli mei et sigilli attestatione coniirmo. 
Testibus : Hugone presbitero, Renaudo Musauena, Adam de \^illario, 
Guidone de Torota, Henricode Mesnoleo, Johanne Cornuto, Galtero 
de Baale, Haemmon maiore, Radulfo maiore, Fulcone de Tor. 

112 

1185, 15 mars. — La Roche-Guy on. 

Gui [II] de la Roche ^, en présence et avec V approbation du roi Phi- 
lippe II, du consentement de son frère Hugues et de son fils 

1. Cet acte est postérieur à la charte de Mathieu 111 de Beaumont (voy. 
n° 110) quelle confirme, antérieur à 1189, date de la mort de Bouchard V. 

2. Thibaud de Marly (voy. n^^ 102, 104, 105, 106). 

3. Mathieu, seigneur de Marly. 

4. Hervé, doyen de l'église de Paris et abbé de la collégiale de Saint- 
Martin de Montmorency. 

5. Comme co-seigneur de Confient, plutôt que comme suzerain de 
Mathieu de Beaumont. 

6. Voy. le n" précédent. 

7. C le dit « scellé en cFire] r[ouge] sur lacs de cuir » et reproduit la 
légende du sceau: SIGILLVM BVCARDI DE MONTE MORENCIACO. 

8. Sur la maison de La Roche, voy. J. Depoin, op. cit., p. 252. 

L'AUBAYE DE SaIIST-WaNDRILLE. 12 



178 l'abbaye de saint- wandrille 

Gui, concède que les navires et bacs de C abbaye s acquittent à 
La Roche^-Guyon) en payant la « coutume » des marchands. 

A. Original perdu '. — 7^, Copie du xiv'^^ s., dans le (lariulaire de Rouen, 
fol. 307 recto, n° 1). — ^J. Copie du xvii« s., pour Gaig-nières, Bibl. Nat., 
ms. lat. 542o, p. 57 (d'après A). — D. Copie du xviri« s., Bibl. Nat., 
Collection Moreau, vol. 88, p. 223 (d'après C). 

Ind. : Léopold Dclisle, Catalo(jiie des actes de Philippe- Auguste, n" 125. 

[Le texte d'après C.) 

\otum sit uniuersis, lam presentibus quam futuris, quod ego Guido 
de Rupe, présente et coulirmante illustri rege PVancorLim Philippo se- 
cundo, de consensu et coniuentia Hugonis, fratris mei, et Guidonis, 
filii mei, et omnium heredum et hominiim meorum, pro amore Dei 
et sainte anime mee et anime patris mei et matris mee et omnium 
antecessorum meorum et successorum, ecclesie sancti Guandregisili 
et monachis ibidem Deo seruientibus concessi quod naues vel bacci 
eorum apud Rupem aquitentur ad consuetudinem mercatorum. Et ut 
hoc ratum in posterum habeatur et immobile, presens scriptum sigilli 
mei munivi robore. Testibus : Guascone de Pissiaco, Hugone de 
Maldestor, Theobaldo nepole suo ; Girardo preposito Pissiaci, 
Willelmo Britone -, Willelmo priore de Rupe, Romano de Rupe, 
Pagano cognato suo, et pluribus aliis. Actum apud Rupem, anno 
incarnati verbi M*'. C°. LXXXV"^, idibus martii. 

113 

1184-1200 ' 

Richard de Vernon '* a/franchit de tout droit de tonlieu, passage 
et autre « coutume » à Vernon les marchandises transportées 
pour r usage personnel des religieux. 

A. Original perdu. — B. Vidimus de Philippe V, de novembre 1319, 
Arch. dép. de la Seine-Inf. à Rouen, série H, non coté. — D. Vidimus de 
l'official de Rouen de 1375, perdu. — E. Copie du xiv*^ s., dans le Cartulaire 
de Paris, fol. 32 v° (d'après B). — F. Copie du xvn^ s., pour Gaignières, 
Bibl. Nat., ms. lat. 5425, p. 69 (d'après/)), 

1. C le décrit ainsi : « Scellé en cire rouge sur un cordon de so\'e rouge 
et blanche >y et reproduit le sceau : SIGILLUM GUIDONIS DERVPE. 

2. Peut-être le futur historien de Philippe-Auguste, Guillaume Le Breton, 
qui fut élevé à Mantes, non loin de la Roche-Guyon. Voy. F. Delaborde, 
OEuvres de Rlgord et de Guillaume le Breton, p. lxxviii. 

3. Dates de l'abbatiat de Guillaume de Montebourg, témoin. 

4. Sur Richard de Vernon, associé à son père Guillaume dès 4165, voy. 
L. DeHsle, Henri 77, Inlrod., p. 437-438. 



RECUEIL DES CHARTES 179 

(Le texte d'après B.) 

Omnibus sancte matris ecclesie fîliis ad quos presens scriptum per- 
uenerit Ricardus de Vernone salutem. Nouerint uniuersi, présentes et 
futuri, me dédisse et concessisse et presenti carta confirmasse, pro 
amore Dei et sainte anime mee et patris et matris mee et omnium 
antecessorum et successorum meorum, in perpetuam elemosinam 
abbatie sancti Wandreg. etmonachis ibi Deo seruientibus quictantiam 
et libertatem apud Vernonem in theloneo et passagio et in omnibus 
aliis consuetudinibus de omnibus rébus suis propriis que proprie 
erunt de abbacia, sicut monachi uel famuli eorum poterunt securi- 
tatem facere uel fidem corporaliter prestare illas res ad usum mona- 
chorum esse et ad opus abbacie proprie perlinere. Prohibeo eciam 
omnibus hominibus meis et ministris, super emendacionem centum 
solidorum, ne aliquis aliquod impedimenlum uel molestiam apud 
Vernonem rébus abbacie faciat. Testibus : Guillelmo abbate Montis- 
burgi et conuentu suo, Rogero decano, Gaut'rido filio Acardi, Ri- 
cardo de Osuilla, Nicholao fdio Bosi, Gaufrido de Insgaruilla, Wil- 
lelmo clerico. 

114 

1187-1193'. — Caudebec, « en pleine assise ». 

Guillaume de Salerne et Thomas, son frère, héritiers du fief des 
églises de Brionne que leur père, Guillaume Fils-Hellouin, 
tenait de rabbaye-, s'engagent par serment : j^ à désigner aux 
cures des personnes convenables de concert avec V abbaye ; ^^ à 
payer pour le relief de ce ténement la somme de dix livres; 
3^ à verser annuellement pour le ténement soixante sous en 
deux termes et à fournir une « procuration » ^. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv*' s., dans le Cariulaire de Rouen, 
fol. 191 recto, n" 30. — C. Copie du xvni« s., par dom Lièble, Bibl. Nat. 
Coll. Moreau, vol. 90, fol. 82 recto (d'après B). 

Nouerint vniuersi ad quos presens scriptum peruenerit quod ego 
Guillelmus, dictus de Salerne, et Thomas miles, frater meus, tanquam 
legitimi heredes Willelmi fdii Herluini, accepimus ab abbate Gaufrido 
S. Wand. et communi capitulo eiusdem loci totum tenementum quod 

i. L'abbatiat de Geoffroi I^^' resserre l'acte entre ces deux dates. 

2. Sur Guillaume Fils-Hellouin, voy. plus haut, n° 46 et uo 70. 

3. Droit de gîte. 



180 l'aBBAVE de SAIIST-WANDRILLE 

idem Willelmus, pater meus, ab abbate et capitule tenuerat, tam in 
ecclesiis de Brione quam in alio laico feodo, et maxime presentationem 
ecclesiarum eiusdem ville, in feodo et iure hereditario de prefato 
abbate et capitulo tenendum : eo scilicet tenore quod ego Guillelmus 
Clericus ' et Thomas,' frater meus, cum forte prefatas ecclesias vacare 
contigerit, facta prius sepefato abbati et capitulo iidelitate, cum aliquo 
monacho predicti capituli domino Rothom. archiepiscopo congruam 
personam presentabimus, Cum autem tenementum prefatum releuan- 
dum fuerit, nos predicto abbati decem lib[ras^ publiée monete reddemus 
de releuio, et pro tenemento predicto sepefato abbati commune 
monete sexag-. solid., scilicet trigintasol. ad fest[ivitatemj S. Michaelis 
et triginta ad pascha, et unam procurationem singulis annis persolue- 
mus; presbiteri vero qui ad prefatas ecclesias presentabuntur duas 
procurationes domino abbati et de annua pensione quadraginta sol. , 
scilicet viginti ad fest. S. Michaelis et viginti ad pascha, scilicet singu- 
lis annis persoluent. Hoc autem in plena assisia factum fuit apud Cau- 
debec et in capitulo iamdicto per singulos articulos relatum et appro- 
batum. 

Ego vero Guillelmus Clericus et Thomas miles, frater meus, iuris 
iurandi sacramentum in capitulo predicto hoc idem fideliter promisi- 
mus seruaturos. Ne hoc igitur quod ita soUenniler factum est aliqua 
nialignitale possit in posterum iniirmari, presentem paginam sigillo- 
rum nostrorum niunimine insignitam dignum duximus roborari. 

115 
Vers 1200 2. 

Henri Le Porc con/irme les donations dOber^ son père, et de 
ses ancêtres accordant les dîmes des défrichements opérés 
sur son fief de Monter Olier. 

A. Original perdu. — D. Copie duxiv*' s., Cartul. de Rouen, fol. 147 verso. 
— C Copie du xvii^" s., pour Gaignières, Bibl. Nat., ms. lat. 0425, p. 148 
(d'après A). — D. Copie du wiw^ s., Bibl. Xat., Coll. Moreau, vol. 101, 
p. 146 (d'après C). 

(Le texte (faprès C.\ 

Sciant omnes ad quos presens carta përuenerit quod ego Henricus 
le Porc, pro salute anime mee et patris et matris mee et antecessorum 
raeorum, confîrmaui in perpetuam elemosinam omnes donationes 
quascumque [quas] Osbernus, pater meus, et antecessores mei monas- 

1. Clericus est un vrai nom de famille. Cf. plus haut n°*^ 46 et 70. 

2. « Sans date vers 1200 » (C). 



RECUEIL DES CHARTES 181 

lerio sancti Wandregisili donauerant, et precipue decimaciones 
omnium noualium que fient in feodo meo apud Monasterium Oolier, 
caractère sig-illi mei et juramento a me in capitule dictorum fratrum 
prestito confirmaui. Testibus his : magistro \\^illelmo de Aurichier 
Ricardo presbitero de Ansg-iervilla et aliis. 

116 

Vers 1200 1. 

Accord entre l'abbaye de S. \V. et Heudebourff, abbesse de Saint- 
Cyrice[de Perchères\au sujet de l église Saint-Lubin deRosny. 

La prieure de Rosny renonce à ses prétentions sur Véc/lise, 
moyennant l'abandon dune maison touchant l église et chargée 
d'un cens annuel de cinq sous, payable au prieur [de S,-}V,] ; 
elle construira une chapelle, à la condition de n'y admettre 
aucun paroissien et de s'acquitter des dîmes envers les moines. 

A. Original perdu ^. — B. Copie du xiv* s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 2\\ï, recto, n° 5. — C. Copie du xvii« s., pour Gaig-nières, Bibl. Nat., 
ms. lat. 5425, p. 142 (d'après A). — D. Copie du xviii* s., par dom Lièble, 
Bibl. Nat., Coll. Moreau, vol. 270, fol. 298 (d'après C). 

(Le texte d'après C.) 

Hildeburgis, Dei g-ratia prouidente, ecclesie B. M. de S^° Cirico 
humilis abbatissa et totus ejusdem ecclesie conuentus omnibus ad 
quos littere iste peruenerint salutem in Domino. Notum uobis lieri 
uolumus quod controuersia que uersabatur inter nos et abbatem et 
conuentum S'' Gandregisili super ecclesiaS*' Leobini de Rooni tali fine 
sopita quieuit, scilicet quod ipse abbas et conu[entusj S^' Gandreg^isili, 
pietatis intuitu, nobis concesserunt in perpeluum possidendum 
mansionem nostram et quicquid in clausura nostra continetur juxta 
ecclesiam S*' Leobini de Rooni. Concesserunt etiam quod in eadem 
clausura capellam constitueremus, tali condilione quod priori de 
Rooni priorissa de Rooni annuatim pro mansione predicta v. solides 
parisiensfium] de censu in festo S*' Remigii reddet, et tali conditione 
quod nullum parrochianum ecclesie S*' Leobini in predicta capella 

1. L'abbesse Ileudebourg gouvernait le petit couvent de Saint-Cyrice 
de Perchères, fondé vers 1156. Il était au diocèse de Chartres, comme 
l'église de Saint-Lubin de Rosny (Seine-et-Oise, arr. et cant. de Mantes). 
Heudebourg paraît dans des chartes de 1200, 1202. Voy. Gallia Christiana, 
t. VIII, col. 1295. 

2. « Sans date et sans scel ; paroist vers 1200 » remarque C. 



182 l/AlUtAYE DE SAINT-WANDRILLE 

recipiemus, iiec jus ecclesiasticum alicui eorumabsque licentia presbi- 
teri S*' Leobini faciemus, et quod décimas omnium segetum nostra- 
rum supradicLis monachis reddemus. Pro hac autem concessione 
quitauimus et quitamus ecclesiam S'' Leobini abbati et conuentui 
S^' (iandre^isili et quicquid in ea claniabamus. Quod ut ratum sit 
sigilli nostri munimine roborauimus. 



ADDITIONS 



117 

1063-10891, 



Raoul et Roger ^ fils de Roger de Martrei -, et leur mère, engagent 
pour une durée de vingt ans, moyennant vingt livres de deniers 

de Rouen, la moitié de de Véglise de Rivecourt quils 

tiennent d'Aubri. Seuls les engagistes ou leurs enfants pour- 
ront racheter à V échéance et ils ne pourront vendre à personne 
sinon à V abbaye'^. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv^ s., dans le Cnrhilniro de Rouen, 
fol. 329 verso. 

a. R. Génestal, Rôle des monastères comme élahlissements de crédit étudié 
en Normandie du XI^ à la fin du XIH'^ siècle. Paris, 1901 (thèse pour le 
doctorat présentée à la Faculté de droit de Paris), p. 230, n° 22. 

Quidquid nostro labili tempore pro utilitatibus lit sancte matris 
Kcclesie, utile est karta et atramento posteris mandare, ne aliquod 
dispendium aliquando coj^antur incurrere. Propter quod sciant mona- 
chi et laici quoniam Rodulfus et Rogerius, filii Rogerii de Martrei, 
cum sua matre, tempore donni abbatis Girberti, nostrum adierunt 
locum sancti Gandregfisili] sub honore Deo dicatum, et medietatem 
casis (?) ecclesie Reueriscors, quam de Alberico tenebant, ipsis rogan- 
tibus, nobis in vadiumdederunt, propter xx^'. librasdenarioruni Rotho- 
magensium, usque ad viginti annos, et ita ut si post xx". annos volue- 
rint redimere, non de cuiuscumque precio sed de proprio racatare 
poterunt. Que redemptio nulli parentum suorum licita erit nec cognato, 
nec nepoti, nisi eisdem aut tiliis aut filiabus eorum. In qua ratione 
sciendum est quoniam ex nostra dominica carruca vel vineis nulla 

1. Dates de l'abbatiat de Girbert nommé dans Facte. 

2. Ces personnages me sont inconnus. 

3. L'acte est étudié par Génestal, p. 75. 



184 l'abiîaye de saint-wandrille 

facta est commemoratio, quoniam in hiis neque eis [neque] eorum 
antece[ssoribusl nunquam ulla fuit participatio, sed nec de uineis ad 
altare pertinentibus fit mentio. Hanc conventionem ipsi milites 
Rodulfus et Rog-erius cum duobus suis honiinibus ciim sacramento 
confirinauerunt et aduocato Alberico et duas sorores et fraire juniore 
qui absens erat, Sanctus (?) nomine, ut benigno corde otriarent fece- 
runt. Huius conuentionis testes sunt ex nostra parte : Osbertus de 
Essei, Engelran de Bertocurte, Hadebert dapifer régis Francorum \ 
Helto filius, Alcherius, Bono de Reueriscors, Hug-o Rufîus, lohannes 
filius Gulberli, Gozso filius Hubert; ex illorum parte : Tetbaldus de 
Crespi filius Theoderici, Goscelinus filius Warnerii de Claromonte, 
Bernardus de Compendio palatio. Similiter et hoc fuit in hac conuen- 
tione ut post Lerminum viginti annorum si ^ licebit eis alicui vendere 
nisi nobis. 

a) con. non. 

118 
Vers 1100 2. 

Les moines du prieure de Rosny 3, avec la permission de Vabbé 
de S.-W.j reçoivent de Gautier « Pain-et-eau » ^ sa prébende 
de Rosny pour une durée de six ans comme gage d'une somme 
de 1S livres de deniers à lui fournie et de 5 sous donnés à sa 
femme. Si la somme n est pas restituée au terme, fixé à laSaint- 
Rémy, les moines conserveront la prébende jusqu'à Vannée sui- 
vante et ainsi de suite •^. 

1. Je ne retrouve aucun personnage de ce nom dans la liste des séné- 
chaux dressée par M. Prou dans son Recueil des actes de Philippe I^^. 

2. Les souscriptions permettent de placer l'acte approximativement 
vers cette époque. Guerri Mauvoisin est fils de Raoul 1 Mauvoisin, vicomte 
de Mantes. Il paraît dans une charte de 1079-1110; son fils Gautier dans un 
acte de 1117. Un autre témoin, « Guillelmus miles de Medanta cognomento 
Rufinus », fait confirmer par le roi Philippe I^"" la donation à Marmoutier 
de la chapelle Saint-Gilles, près de Mantes. Voy. J. Depoin, Cartulaire de 
Saint-Martin de Pantoise, 3*' fascicule, p. 251-252; M. Prou, Recueil des 
actes de Philippe P"^, p. 407 . 

3. Cf. nMi6. 

4. Ce surnom a fait croire à M. Depoin (p. 251) que ce chevalier Man- 
tais était le geôlier du château de Mantes. 

5. M, Génestal (p. 41-42) a bien vu le sens de cette clause : le créancier 
ne veut pas être remboursé avant le l^'" octobre (la Saint-Rémy) parce qu'il 
entend profiter de la récolte. 



RECUEIL DES CHARTES 185 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv*^ siècle, dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 329 recto. 

a. R. Génestal,/?oZe des monastères comme établissements de crédit étudié 
en Normandie du XI^ à la fin du XIIl^ siècle. Paris, 1901 (thèse pour le doc- 
torat présentée à la Faculté de droit de Paris), p. 230, n^ 31. 

Gonventio inter monachos nostros de Roony et Walterum Panem- 
et-Aquam qui tradidit eis prebendam suam de Roony cum pertinentiis. 

Sciant omnes, tam présentes quani futuri, quod Walterius et W. 
qui tune olDedientiam tenebant, permissione abbatis eiusdem sancli et 
omnium fratrum, in vadimonium acceperunt a Waltere Pane-et-Aqua 
prebendam, quam isdem Walterus Rotonio cum omnibus ad eamdem 
prebendam pertinentibus in eodem loco actenus tenuerat, pro trede- 
cim libris denariorum illius monete et quinque solides quos uxori 
eiusdem pro bene confîrmanda convenlione dederunt, usque ad sex 
annos, tali tenore ut si in fine termini recuperare sua vult, debent 
reddinummi. Sin autem in die festivitatis sancti Remig^ii non reddun- 
tur. talis est conventio ut usque alia festiuitas eiusdem sancti eveniat 
iidem monachi absque alicuius perturbatione tenere debent. Inde 
sunt testes ex utraque parte : Werricus Malus Vicinus et Tebaldus, 
frater eius, et Willelmus Ruffmus, et Walterius filius Guerrici et 
Beren^arius nummorum mutator, et Hubertus de Gre, et Hundardus 
fîlius Hanel, et Arnulfus filius Osulfi et Vitalis prefectus et Durandus 
de Sancto-Sebinno, Albericus filius Guarini, et Robertus non-capilla- 
tus, et alii quamplures quod lon^^um scribere duximus, ne legentibus 
fastidium videantur generari. 

119 ^ 
1145-1150 2. _ Rouen. 

Geo ff roi d'Anjou^ duc de Normandie^ ordonne à Guillaume de 
Vernon et à Robert du Neubourg ^ de maintenir V abbaye de 
S.-W. en possession de la dîme des revenus ducaux à Arques, 
à Dieppe, et dans la vicomte d'Arqués, dont elle jouissait au 
temps du roi Henri (/*'''), ainsi que des <( semaines » du revenu 
de Rouen '^. 

1. L'acte aurait dû être publié après le n» 70, 

2. L'acte est postérieur à la prise de la tour de Rouen (23 avril 1144) et 
à celle du château d'Arqués (été de 1145). Voy. L. Defisle, op. cit., p. 135 
et Ch . Haskins, loc. cit . , p. 422-3. 

3. Sur ces personnages, voy. L. Delisle, p. 504 et 445. 

4. Sur ces revenus, cf. plus haut, n° 78; cf. n°ll, p. 48, r. 



186 l'aimjaye de saint- wanijrille 

A. Original perdu, — B. Copie du xiii® s., Bibl. de la ville de Rouen, 
ms. 394, fol. 2 recto, n° 4. 

a. Cil. Ilaskius, Normandy iinder Geoffroij Plantagenet dans English 
historical review, july 1912, p. 438, n. 97. 

(i. dux Norm[annorum] et cornes And[egavorum] \Mllelmo de 
Vernon et Kob[erto] de Nouoburgo, iusticiis suis, salutem. Mando 
vobis et precipio quod vos t'aciatis habere plenarie et recle et intègre 
abbati saiicti Wandregfisili], amico nostro familiari, et conventui illius 
ecclesie, décimas reddituum meorum de Archis, de Deppa et de loto 
vicecomitatu Archarum, sicut ecclesia illa melius in tempore Hen- 
r[ici] reg-is habuit, et septimanas suas de redditu Hothomagi, secun- 
dum cursum et ordinem septimanaruin, sicut unquam liberius et ple- 
nius habuit. Et si quis eos super hoc inquietare vel disturbare uolu- 
erit, plenariam eis inde iusticiam faciatis, ne clamorem inde ulterius 
habeam. T[este] Willelmo comité de Rolmare ^ Ap[ud] Rothom- 
[agum]. 

120 

1 loO-l 1 65 '-'. — Fontenay •>. 

Guillaume Mauvoisin et Manessier, son frère^, confirment, moyen- 
nant une redevance annuelle d'un marc d'argent, la convention 
passée précédemment entre lahbc Roger et leur père, Raoul, 

1. Guillaume de Roumare, comte de Lincoln. 

2. Dates de l'abbatiat de Roger. L'acte de confirmation semble postérieur 
à la mort de Raoul IV (voy. note suiv.), mais du temps de Tabbé Roger, 
comme la convention première. 

3. Probablement Fontenay-3/auyoism (Seine-et-Oise, cant. Bonnières), 
qui doit son surnom à la famille des auteurs de l'acte. 

4. Guillaume II Mauvoisin, vicomte de Mantes, seigneur de Rosny, servit 
Henri II d'Angleterre; il mourut entre 1197 et 1201. Son frère Manessier, 
fut, au contraire, un des chevaliers les plus dévoués à Philippe-Auguste; il 
mourut en 1205. Leur père est Raoul IV Mauvoisin qui vivait encore en 
1146 et 1150. Sur cette famille voy. une étude approfondie de M. ,1. Depoin, 
op. cit., p. 251-269. Cet érudit ayant, par suite d'un lapsus, placé l'abba- 
tiat de Roger (cf. note précédente) entre 1108 et 1139, a cru que l'auteur 
premier de l'accord était Raoul III Mauvoisin et il a imaginé un Manes- 
sier Jei", qu'il faut rayer de sa liste. — Parmi les souscripteurs de l'acte, 
Guerri de la Porte, Baudouin de Meulan, Pierre, appartiennent à la 
famille Mauvoisin et sont parents des concédants ; il semble bien qu'on 
les retrouve en 1207 dans un acte donné à Mantes (Depoin, p. 232, 
note 36). 



RLTUEIL DES CHARTES 187 

laquelle a ffraiiclilssait de tout droit sur rétendue de leur ^< jus- 
tice ^) 1 le bateau naviguant sur la Seine et transportant chaque 
année du vin de « France )) pour V usage personnel des religieux. 

A. Original perdu. — B. Copie du xiv*' s., dans le Cartulaire de Rouen, 
fol. 330 verso. 

Notum sit tam presentibus quam futuris quod ego Willelmus Mal- 
vesin et Manesserius, frater meus, concessimus et actoritate sigilli 
scripto confirmavimus ecclesie sancti Wandregisili in perpetuum con- 
ventionem que prius determinata et concessa fuerat inter abbatem 
Rogerum et Radulfum patrem nostrum, videlicet quod baccum eius- 
dem ecclesie uel nauis uiia vinum de Francia in usum prefati cenobii 
deportans singulis annis ascendat et descendat per Sequanam libère et 
sine omni impedimento, quantum extenditur iusticia nostra, singula 
tamen singulis annis, nobis vel posteris nostris, persoluta argenti 
marca una. Quod si quis de cetero contrariauerit, scripto sciât se 
contra diuinam et humanam iustitiam agere et consuetudini catholi- 
corum virorum contradicere. Hoc concessimus in ecclesia de Fontanei 
et super altare tenere promisimus, coram istis prefati cenobii mona- 
chis, Turoldo, Rogero de Bouille, Roscelino ; et bis militibus, amicis 
nostris : Radulfo Vasleit, Willelmode Garlande, et fratre eiusRoberto, 
Roberto Cato, Gelrico de Porta, Balduino de Mellente, Petro Golo- 
brino. Hac predicta pactione confirmata, Rogerus abbas et lotus 
conuentus predicte ecclesie, si nos uel antecessores nostri aliquid con- 
tra eandem ecclesiam commisimus, quantum ad eos attinet, absolue- 
runt et orationes et beneficium eiusdem ecclesie, sicut uni monacho, 
fraterna karitate in perpetuum nobis, antecessoribus nostris et pre- 
dictis militibus amicis nostris in remissionem peccatorum nostrorum 
concesserunt. 

1. L'acte ne spécifie pas jusqu'où s'étend la « justice » des donateurs, 
mais on possède de membres de cette famille des actes exemptant les nefs 
d'autres abbayes normandes du péage à Mantes et Rosny. Voy. Depoin, op. 
cit., p. 254, 263. 



188 l'aBHAYE de SAIM'-WANDRILLE 

121 

829 
Constitutio Ansegisi ^ 

L'abbé An^eïs affecte à V entretien des relujieux un cer^fain 
nombre de domaines de l'abbai/e. 

A. Original perdu. — B. Copie du xv^(?) siècle, ms. de Tournai, perdu. — 
C. Copie du xvii'' siècle, Bihl. Xat., ms. lat. 5426 A (d'après B), — D. Copie 
du xvii'^ siècle, pour Rosweyde, Bil)l. de Bruxelles, ms. 7822, fol. 157 
(d'après B). — E. Copie du xvu*' siècle par André Duchesne, Bibl. Nat., 
Coll. Baluze, vol. 58, fol. 81 recto (d'après D). — F. Mention du 
xvii^ siècle, Coll. Baluze, vol. 58, fol. 57 recto (sans indication de source). 
— G. Mention de xvii'' siècle, Bibl. de la ville d'Amiens, ms. 524, fol. 233 
recto (d'après B). 

a. D'Achery, Spicilegium, éd. .in-4°, t. lll, 1659, p. 244 (d'après jE"). — 
a', id., éd. in-fol., t. II, p. 282. — b. Mabillon, Acln sanclorum ordinis 
sancti Benedicti, saec. iv, I, p. 639 (d'après a). — c. Migne, Patrol. Int., 
vol. 105, col. 748 (d'après a'). 

Memoratorium qualiter dominus ac venerabilis Ansegisus * abba '' 
disposait vestimenta et calciamenla atque alimoniam fratribus in 
monasterio Fontanella morantibus, una cum consensu eorum, ordiiia- 
biliter, ut absque ulliiis occasionis querela, onini egestate exclusa, 
vota sua Dec reddere atque sponsionis suae negocium ' ad effectum 
omni tempore perducere possent. 

[1] De pago namque Bononensi et Taruanensi : vestitus integros 
Lx* censuit porrigendos ; drappos albos xx., de quibus camiscç xx. fieri 
possent ; coria boum ad soleas v. composita ; fabarum modios xx. ; 
caseopensas ^ xxi. per libras lxxv. ; oua mille; cera ad illam ecclesiam 
lib. ce, ad opus fratrum c. ; seuo lib. ce. [2] De Corialinse : calcibus 
xxnii., bragal. lx. ad saccos autem faciendos n., drappos albos ii. ; 
de quibus fieri possint staminée'' x, toaculas ii. ; coria bouina compo- 

a) AnsGgysus C. — b) abbas C. — c) negotium C. — d) casiopensas C. — 
e) scamineae C. 

1. Ce texte, tel qu'il nous est parvenu, formait la fin des Gesta àbba- 
him Fontanellensium, comme on l'a établi dans un mémoire de l'Introduc- 
ticn (p. cxxii, cxxvi ; et plus loin p. 191, note 1) mais son importance pour 
l'histoire de la fortune territoriale de l'abbaye nous décide, un peu tardi- 
vement, à le reproduire ici. 



RECUEIL DES CHARTES 189 

sita quinque; faba mfodios] x. ; piso modios xx. ; caseopens. xv. per 
libras lxxii., sal . modios xxv. ; in mense septembrio oua mille ; [3] De 
illa Gregaria : pagens. lx^. [4j De Irtio et Idtio : mapp. m., long^idunis 
ulnarum x., latiludinis duarum. [5] De Apuliaco : mappa i. eiusdem 
mensurae, lintea ad manus tergendas villosa ^ m., unumquodque de 
ulnis quinque in longitudine, in latitudine m. [6] De Géra : camsiles m. 
ad mappulas faciendas, longitudinis ulnarum xni., latitudinis trium s. 
[7] De Clariaco : mappam unam '' habentem in longitudine ulnas x * in 
latitudine m. [81 Item de Hirtio : camsilem i. de ulnis xn., ni. latitudi- 
nis, ad pedes terg-endum J. [9] De Campomis : toaculam i. [10] De 
Rosontio : similiter [11] De Floriaco : similiter [12] De predicta Gregaria : 
caseopens. xxx. per lib. lxxu, filtra adsoccos^ faciendum xii., ad lecta 
quantum nécessitas poposcit ; porcos saginatos ad adipem et lardum 
cum unctis lx'^ et insuper quantum necesse fuerit. [13] De ministerio 
Rosontione : faba mfodios] ' très ; pisomodios v. ; ad nativitatem Domini, 
aucipastastres,pullipastas xx., pullosLx.,ouaccL.; et in Pascha similiter; 
cera lib. ni., mel sextarios très; et in mense nouembrio oua D., ligna 
carra lx. [14] Inter illam Grucem Paldriaco et Bladriciagas : faba m., 
piso m[odios] v. ; ad nativitatem Domini aucipastasiiii., puUipastas xii., 
puUos Lx., oua ccL. ; et in Pascha similiter ; cera lib. m.; mellis sexta- 
rios m. ; in mense decembrio oua D., ligna carra lx. [15] De Gampanis : 
faba m[odios] m., pisomodios viii.; ad natiuilatem Domini aucipastas 
un., pullipastas xii., pullos lxx. oua ccl. ; et in Pascha similiter; mel- 
lis sextarium .i., cere "' lib. i. ; in mense ianuario oua d., ligna carra 
LX. [16] De Sedanna et Bubulo captiua : faba m[odios] ii., pisomodios 
iiii. ; ad natiuitatem Domini aucipastas ii., pullipastas x., pullos xxx., 
oua G. ; et in Pascha similiter; mellis sextarios ii. ; cere lib. ii. ; in 
mense februario oua d., ligna carra xn. [17] De Gariciagas, Duno et 
Géra : faba m[odios] très, pisorum m[odios] iiii. ; ad natiuitatem 
Domini aucipastas très, pullipastas xii. pullos xl., oua ccl. ; et in 
Pascha similiter ; mellis sextarium i.; cera lib. i.; et in mense martio 
oua D., ligna carra xii. [18] De Petreoponte et Wirtlaico : toaculas ii., 
faba m[odiosj v., salis m[odios] xv. ; ad natiuitatem Domini aucipastas 
II., pullipastas xxvi., pullos cv., oua c. ; et in Pascha similiter ; mellis 
sextarios ii. ; et in mense aprili oua d. [19] De Idcio " : faba mod. i., 
piso m[od.] I ; ad. natiuitatem Domini aucipastum .i., pullipastas ini., 
pullos xxv., oua L. ; et in Pascha similiter ; mellis sextarium i., cera 
lib. i. ; et in mense maio oua d., ligna carrata xv. [20] De Irtio : faba 



f) vellosa C. — g) iij. Ç. — h) mapp. i C. — i) decem C. — j) tergendos 
C — k) soccos CD : corrigez en roccos. — l) m[odios] omis par C. — m) 
cerae C. — n] Itcio C. 



190 l'aIUJAYE I3K SAIM-WANDUILLl-: 

niFod.], piso nij^odiosj ii. ; atl iiaLiuitatem Domiui aucipaslam .i., pul- 
lipaslas un., pullos xxv., oua l. ; et in Pascha similiter ; mellis sex- 
lar.° I. ; cercc<' lib. i. ; et in mense junio oua d. [2iJ Item de Roson- 
iione : in mense augusto oua cr.xvi. [22] De illa Cruce et Gampanis : oua 
CLxvni. [23] De Reuereiscurte : vini modios xlvhi., oua ccl. 

[24] V^iNUM : de Alpiaco m[odios] cccl. De Riparensicurte m[odios] 
CL., De Abriaco mfodios] l., de Bur^undia m[odios] l. — Sunt modii 
Dc. — Ad umaticum'i m[odios] xxxn., sicera humolone quantum néces- 
sitas exposcit. 

[25] Cera ' ad illam ecclesiam lib. ce, olei libras cxxx. Adipem m. 
VIII. Ad opus fratrum cera lib. c, olei lib. c. Ad pelles hircinas lx. 
compositas lib. m. Ad cordebisos xl. comparandum lib. m. Ad coria 
bouina xx. libr. i., capellos Miigros viii. de solid. xxxii. Alios un., 
unumquodque de solidis m, qui liunt solidi ' ii. ; très qui rémanent de 
solidis septem : qui fiunt simul lib. ii. et .s. Ad stamineas xxx optimas 
comparandum lib. m. Ad femoralia paria xxx. lib. i. Ad infirmorum 
curam mel et pigmenta" lib. i. Ad saccos '' xv ^^'. comparandum griseos 
fricicos, unde cappe liant, lib. x., id est talis ordo, unumquodque 
de solidis x. Et duos optimos capillos "^ de solidis xxx., quinque qui 
supersunt de solidis xxxvi., nouem vero de solidis uni., id est unum- 
quodque de solidis sex. Ad roccos faciendum, qui sunt rocci xviii., 
colligunt super totum libras x. Ad sagos xv. in lecta mittendum lib. ii 
et sfemis^ J'. Ad pelles be-rbicinas, unde pellices fiant, solidos x. Ad 
wantos lib. i, ad fasciolas lib. i. Sunt in summa librae xxxi. [26] Ad 
infirmorum curam mansionilem qui dicitur Bothmeregus, etquantum- 
cumque decet sauram, id est deporcis, mutones, berbices, pullos, oua, 
omnem decimam nostram ad ipsam domum infirmorum concessimus. 
[27] De nutrimentis nostris et de vasallis nostris ad portam monasterii 
dedimus villam Nouiomum et illos mansioniles qui dicuntur Gisimna- 
cas % Stratella, Sanctum Stephanum, Luviccinas", Bantana, Gisternas, 
Lenticulosa, ad illorum infîrmitates et nécessitâtes ex charitate ^\ et 
caseos et buturum '^, necnon ad illorum famulos nutriendum et cetera 
quae necessaria sunt concessimus. Acta '* annodominice incarnationis 
octingentesimo vigesimo nono '', indictione septima, qui erat magni 



o) sextarium C. — p) cera D. — q) adumaticum C D : corrigez en ad 
uinaticum. — r) Vénumération interrompue par le % consacré aux ressources 
en boisson [vin et bière) reprend ici. Le nom du domaine qui fournissait ce 
qui est énuméré au § 25 parait avoir été sauté. — s) capillos C. — t) corri- 
gez en libr. — u) piginta C. — v) sagos C. — w) corrigez en XX. — x) capil- 
los C D, corrigez en capellos. — y) médium C. — :;) Gesimnacas C. — 
a) LuuicinasC. — b) caritate C. — c) butirum C. — f/) Acta ajouté par F G. 
— e DCCCXXXIX C. 



RECUEIL DES CHARTES 191 

Ludouici imperatoris ' augusti aniius decimus sexius ", Gregorii vero 
pape '' annus tertius, Ansegisi quoque inclyti ' patris annus septimus^ 
suscepti huius cenobii "^ Fontinellensis regiminis ' \ 

f) imperatoris omis par D. — g) XVI. C. — h) papœ C. — i) incliti C . 
— j) iiij. C F G. — k) h. c. s. C — l) Fontinellensis omis par C. 

1. Toutes les données de la date concordenl. Dans le ms. de Bruxelles 
la date fait défaut au fol. UiS, mais on la trouve au fol. 144 en tète du 
Chronicon Fontanellense. Le transcripteur a cru certainement qu'elle for- 
mait la date initiale de ce Chronicon et il l'a collationnée avec le ms. de 
Tournai, dont les variantes sont par lui portées en marge. Il paraît pro- 
bable que la Constitutio occupait dans le ms. du Rouge-Cloître un folio 
entier qu'un accident a fait disparaître, et que la date faisait suite au début 
et en haut du cahier suivant. La date delà Constitutio 'lui se trouvait ainsi 
enl'air et précédant immédiatement le Chron'co'i, a été regardée presque 
forcément comme le début de ce dernier texte. 



Rentier de lahhaye de Saint-Wandrille. 

Copie du XIII'' siècle^ Bihl. de la ville de Rouen ^ ms. 394 [A 477), 

fol. '24 recto. 

[i^*^ partie : Revenus en argent.] 

[A]> 

[Fol. 24 recto, col. 1.] 

Hem apud Watelvill. de feodo cuiusdam (?) - de dono Hob[erti] 

filii Landrici ^. 

De Bosco Girardi XXIIIH. 

De Groisil... XXX. 

De Graniiill. LX. 

De Sancto-Stephano XXX. 

[Al M. 1. G. et ^ s. ^ 

[col. 2 '.] 

De Garquit XXX. lib. 

De Beteiicort XXXV. lib. 

De ArchisXLII. lib. et dimridiuml. 

DeGliscortLXXVI. III^\ ix'». lib. 

De Wahincort et Darigrii XX. lib. 

De Dorseyo et Busseyo XV'. lib. 

De Sancto-Sydonip G. lib. 

De Fontibus in Brayo XXXIII. lib. 

1. Le début, qui remplissait sans doute un feuillet, a disparu. 

2. La suite illisible, le couteau du relieur ayant tranché obliquement la 
partie supérieure du feuillet. 

3. Sur ce personnage, voy. plus haut, p. 163, î. 

4. L'indication des livres ou des sous à droite a été etTacée, ainsi que 
d'autres noms de lieux. 

5. Illisible. 

6. Ce total est écrit d'une autre encre au milieu de la col. 4, entre deux 
blancs. 

7. En haut de la col. 2 il y avait une ligne, qui a disparu, coupée par le 
couteau du relieur. 

8. Sans doute chiffre rectifié du revenu de Glicourt. 



Rt:CUElL DES CHARTES 193 

De Crislot XL. lib. 

De Serheruill. CGGX. lib. 

De salinis de Boutell[ijs XIIII. s.' 

De iVIarti^ni X. s. 

Lestroites de Arch[isj XL. s. 
De Bertriuill. justa Garcuit XL s. per niaiium magisLri G. de Lan- 
getôt. 

1^] M. et VII" . IIII^'^ 1. XII. I. et XVI s. « 

[C] 

De Saucto-W'aiidre^-. in j)rcrecliira - XX. "*. 
De nioleiid. de vico aq iiej XXIII I. 
Septima Rothom '. MI^\ 
Asuaj^ium LX. 

Nuiidiiie Sancti-\\'andre^-. V^I''^. 
De Anjjlia GC. 
De molend. de Stanno G. 

De molend. de Gaudebec et de Gaudebequet N^IID^. 
De prefectura '^ de Gaudebec G. et X. 
De porta de Gaudebec LXX. 
De molend. tennerezXII. 
De elem[osyna] Rob[ertiJ Pa<,^ani XX. 
De elem[osyna] Will[elmi1 Pagani XX. 
De domo Viete LX. 

De elem[osyna] Rob[erti] Deudonne XX. 
De elem^osyna] NichToIaiJ Roscelin XX. Ib. Item de (?). 
De domo P'iscann. unam... annu... captiet alias consuetudines uxor 
VVillelmifilii F'ulconis X. s. (?). 

De decimis de valle de Willeker et de Anquetieruill. IIII. 
[Fol. 24 verso, col. l.] 

De decimis de Grauenchon XX. IIII. lib. 

De molend. de HerecortG. s. 

L Les quatorze articles précédents l'ornienl un total do 706 (ou 719) 
livres, 14 sous. Ajouté au premier total, dont le chiiïre exact est inconnu, 
mais allait au delà de 1 100 livres, il donne une somme dépassant 1800 livres, 
et non 1792 livres, 16 sous. 

2. Prévôté? 

3. L'indication de la somme devient illisible. On semble distinguer les 
lettres Ib. lls'a;issait donc "de livres et non do sous, ce que confirme le 
total G. 

4. Cf. n° 119. 

L'abbaye i>e Saint-Wandru.le . J3 



194 i/aHHAVK de SAliM-WA.NDlULLt: 

De molend. Fiscaiiii. C s. 

De censibus de l']strulard et de Hernouill., ad leslum omnium sanc- 
lorum et ad festum sancti Michael[is] et ad nundjinasj XXX. lib. 

De aquaria de Estrutart LX. s. admanfuml cellerar[ii| (en blanc). 

De Greuinuill. ad man[um] sacri ' L. lib. 

De decimis de Allouill. ad maii umj camerarii I.XIIII. lib. 

De feodo Hoberti de Briona X\'II. s. 

De forgia Willehni fabri XMII. s. 

De domo locet XL. s. 

De domo Pelehous XI^. s. 

De domibus elem[osyne \'I. lib. 

De domibus sacri -. 

De \\'illelmo filio Fuicon. VIII. s. 

De décima mercati apud l^ancos G. s. 

De décima apud Sydeuill. j)ro. eius, X\ III. lib. 

De décima cantoris apud Sydeuil.el Sydetot, XW. lib. 

Item de quodam homine IIII. s. et IIII. capon. Item W. min[as] 
aueiie ad man[um' cammerarii. [en hhuic) 

De Bertrimont J^V. s. 

De Martegnio XXV. s. 

De Crauench^onj, in Mesnill 'K 

De Sancta-Austreberta XL. s. 

De domo Rob[erli] Rossel jusla ecclesiam Sancli Michaelis, 
XXX. s. 

De Rad ulfo] Falsart XX. s. 

De quodam prato apud Gouill. XXX. s. 

\'etus molend[inum] apud Sanctam Geretrudem ad man[um] sacri 
XXIIII.lib. 

De décima Sancli Albini super mare, de feodo domini de Fereres, 
LX 1. (?j, aliquando plus vel nîinus. 

De décima sacri liuius uille cum campartibus sine Abbalisuilla 
XLIII. lib. 

De feodo cuiusdam hominis apud Belleuill. X. s. ad pascha. 

De Rosmesnill. justa ArchTas] XX. s. 

De herbagiis hic in circuitu XX. s. 

De censibus Sancti \Vandreg\ post nund inas X\'I. lib. vel plus. 

De censibus Abbatisuille XLIII. s. 

De censibus de Beleuill. VI. lib. XML s. 



4. C'est-à-dire du sacrisle ou trésorier. 

2. Les maisons alTectées àroulretien de Toffice de la sacristie ou trésor. 

3. La suite efîacée. 



RËCUËU. DES CHARTES 195 

« 

De censibus de Gouuill. XI. s. ad duos termirios. 

De censibus de Ksteintot X. s. ad usum sacri. 

[col. 2 ^.] 

De censibus de Resench[on] adnund[inasj LX. s. 

De censibus de Gaudebec ad festum sancli Michaelis XI. lib. ^. 

De censibus Sancte Geretrudrisi ad eundem terminum LX. s. 

De censibus de Greinuill. IIII. lib. 

De censibus de Werauuast ad naLhale et ad pascha XII. s. de Phi- 
lippe et de Hugo de Hotot. 

De censibus de Quoqueraumont ad festum sancti Remigii XIIII. s. 

De censibus de Esquetot justa Bancos ad festum sancti Dyonisii, 
LX. s. 

De censibus de Autretot V. s. M d. 

De censibus de Louetot LIX. s. 

De censibus et seruiciis vauasorum de Esquetot rOsb[er] IIII. lib. •^. 

De censibus de Geuteuill. XXXIII. s. 

De censibus Sancti Albini super Arch^as] XX. s. 

De molend. apud Sanctam Geretrudem de Maien et de Lieuetue, 
LUI. lib. 

De Martinet VIII. lib. 

De décima de Buetot XXVI. s. ad usum elemosyne. 

Apud Willequier aquariam unius noctis et ex alia parte X. s. 

Apud Mesnill. de elem| osyna ' Guillelmi de Toupin, W s. per 
manfum^ R. deGres. '•. 

De seruiciis vauasorum Sancti Wand. G. s. 

De Beteuill. G. s. 

De l'isquetot justa Bancos LXIII. s. velplus. 

De Werauuast IIII. lib. 

De Louetot LXX s. 

De Escalles in vauasoria que Faucout fuit XV. s. 

De vauasoria Galteri le Bret apud Resenchon "*. 

\C] Summa « M. 1. et IIII- 1. et LX et X et XIX s. 

■/>] 
[Fol. 25 recto, col. 1] 
De Riuret (?) XXII lib (?) par. 

1. Une ligne disparue en haut, coupée parle couteau du relieur, 

2. La fui de la lig-ne effacée. 

3. Sur grattage. 

4. Article ajouté d'une encre un peu plus pâle. 

5. Le chilYre effacé. 

6. Au milieu de la col. 2, au-dessous d'un total effacé. 



11)() i/aIU5AVK de SAIM'-\V.\.M)|;I1.LK 

De Capella XIII L lil), par. 

De Cheuria cl de X'eruone XIl. lih. par. 

De (iallon XXXVI. lib. par. 

Apud \'ernon in una domo XX. s. par. 

In eadem villa apud Sanctuni-Michjaeleni X\'I"s. ))ar. 

De AlpicoXIIII. lib. par. \\ s. 

De Ghaufors XL\ I. lih. j)ar. 

[D] Snmma C. 1. et XJ.\'I. 1. pari. 

IX^^ 1. et XI. s. tor '. 

[E] Sumnia per loluni : III m. et II ce. et LX. cl X\'II. 1. -. 

['^^ partie : lion/cs en nnlure.\ 

[A] Reddilu.s IVunienti. 

De doniinico \ille Sancti-^^'and. et caniparlibus X'III. mod. 

De Beteuill. \'1II. mod. 

De luetol. I. niod. 

De Linleben •'. I. mod. 

De Esquetot TOsber]. I. mod 

De Geuleuille. I. mod. 

De Sancto-Medardo. I. mod. 

De Garcuit. IX. mod. 

De Donnestanuill. II. mod. 

De Lon^ellio XI. mod. 

De ArchPisJ. XI. mod. 

De Bouteirijs et Martej^ni. V. mod. 

De Font[ibus] in Brayo. XV. mod. 

De Sancto Albino justa Arch[as]. \ . mod. 

De Kitri. XV. mod. 

De Balli justa... XIT. mod. 
[col. 2 '.I 
De décima de Berlrimont dimidium mod[iumj. 

1. On s'attendrait à 182 livres tournois, 10 sous, pour réquivalcnco de 
146 livres parisis. 

2. Si l'on atlditionnc les totaux B (l D, on obtient 3."î89 livres, 3423 en 
prenant pour D le chitTre en livres tournois. Mais il est possible que le 
total général ait été supputé et écrit au milieu du fol. 25 recto, col. 1, 
avant qu'on eut transcrit et compté les 8 articles additionnés par D. En ce 
cas, il faudrait tenir compte seulement de B (qui inclut A) et de C : on 
arriverait à 1792 livres, 16 sous + 1450 livres, 19 sous, ce qui donne 
3243 livres, somme approchant du total général donné : 3277 livres. 

3. Corr. Lindebeu. 

4. IJne ligne coupée en haut. 



RECUEIL DES CHARTES 197 

[A] Frumenti G. et XIII. mod. et dim idium] modium '. 

[B] Redditus grossi bladi et auene. 

De Abbatisuill. XII. mod. iiiter bladum et auenam. 

De Beteiiill. XLIII. mod. inter bladum et auenam. 

De TouIVeuill. V. mod. et dimidium inter bladum et auenam. 

De Louetot XVI. mod. inter bladum et auenam. 

De molendinis de Gallouuill. XIII. mod. bladi ad usum elem[osyneL 

De décima ele[mosynej de Louetot IIII. mod. et dim. bladi et auene. 

De firma de Werauuasl XIX. mod. bladi et auene. 

De décima de luetot XIII l. mod. bladi et auene. 

De camparto de Resenchon IIII. min[asj bladi et IIII. min[as] 
auene. 

De redditu auene a{3ud Fossam XV. min[as] siligrinis] frumenti. 

De redditu terre sacri apud Esteintot IIII. minfas]. 

De redditu auene apud Gouuill. de dono R. Rossel VI. minj^as.] 

De redditu terre acrarum per man^um] R. Mauuyel dim[idium] 
modfiuml auene. 

De décima de Garleuill. unum mod. bladi el auene. 

De decimis de Esquetot L'Osb[er] GG. min[as] ad usum celler[ario- 
rum] et elem[osyne]. 

De décima de Waruenne II. mod. bladi et auene. 

De molend[ino| de Anglesqueuille II. mod. auene ad paruam men- 
suram et IIII. s. 

De molend[inol domini de Wibeu -^ II. mod. auene ad paruam men- 
suram. 

De décima de Lindeb[eu] et Winbleuill. IX. mod. bladi et auene. 

De lirma terre de L[amber]uill. justa Basqueuille II. mod. ordei, 
videlicet de XL. acris^. 

De décima deBreteuill. dim[idiumj mod. auene. 

De decimis de Geuteuill. et de Sancto-Victore in (^ampania IX. mod. 
ad usum cellerar[iorum|. 

De Petro Picart de Merbers in parrochia de Beteuilla VIII. min[as^ 
ordei et \^ min[as] auene et I. minram] frum[enti] et IIII. s. ad nun- 
d[inas]. 

TFol. 25 verso, col. 1 .] 

1. Le total doiuie 106 1.2 et aou 113 12, mais il maïujue une ligne (cf. 
note précédente). 

2. Il existe un accord, daté do 1211, entre Tabbaye et Guillaume de 
Vibeuf, touchant le moulin de la Fosse chargé annuellement de deux 
muids d'avoine à la petite mesure (Bibl. nat., ms, lat. 17132, foL 27 verso . 
Cf. plus haut, p. cvii, note 3. 

3. De XLacris écrit deux fois. 



198 l'abbaye de sAiNT-wAN drille 

Decrancia de Peletot XXXVI. min. l)laclci et auene '. 

De crancia huius ville cum insula de \\'illek[er^. 

De Esquetot jusla Bancos XX^'I. mod. inler bladiim et auenam. 

De nîolend[ino] quem lùistfachius] Gallot tenel a nobis de Teodo 
apud Sanctam-Geretrud[em I Vl. mod. auene et IX. niin[as] ad ma- 
gnani mensuram et IIII. min[as grossi bladi et XXX. s. de esporiis, 
XV. P. de uno porco ad nathrale] et pariter deconsuetudine. 

De molend[ino] de Touuee IIII. mod. auene ad magnam mensuram. 

De molendfino] de Ghaitiuel IIII. mod. auene ad paruam mensu- 
ram et de esporiis V, s. 

De Martinet XXXII. min[as] auene ad paruam mensuram. 

De domino Ho<];^'ero] Malesmains II. lib. cere ad purificationem beale 
Marie pro terra quam ipse tenet de nobis apud Louetot. 

Sit ille a Deo benedictus qui scrijbet hic quod ego sum oblitus. 



i. Lectine incertaine, la partie siii)érieure du feuillet étanl coupée. 

2. Le total des revenus en « gros i)lé oet avoine, etc. n'a pas été cfl'ectué. 
II montait à 192 «< muids «et 284 « mines » pour le moins, plus 2 muids 
et 8 mines d'orge, 'enfin 2 livres de cire. 



RECUEIL DES CHARTES 199 

FOUILLÉ DE L*AB1$AYE (xVl^ SIÈCLe). 

Cartulaire de Marcoussis, Bibl. de la ville de Rouen, ms. 4228, fol. 99 
recLo, ii° 1. 

Hec siint ecclesie que pertinent ad coUationem abbatis et conuen- 
tus sancti Wandregisili Fontanellensis: 

Primo. In decanatu sancti Wandregisili '. 
Sanctus Michael de Sancto Wandre^isillo. 
Beata Maria de Calidobecco. 
Ilospilalle sancti Juliani de Calidobecco. 
Sancta Gertrudis. Cappella béate Marie de Gaillou[vil] 

la'^ 
Beata Maria de Kesenconis Cappella sancti Saturnini, 

Cappella sancliJacobi destangno Cappella sancti Amandi de Gouilla 

In decanatu sancti Geor<;ii 
Sanctus Audoenus de Belheuilla 
Sancla Maria de Lupototo 

In decanatu christianitatis Rothomagensis. 
Sanctus Laurencius Rothomagensis. 
Cappella fundata ad altare béate Marguarite. 
Cappella fundata ad altare béate Marie. 
Alia ibidem cappella. 

Cappella fundata ad altare sancte Katherine. 
Cappella fundata de sancto Johanne euuangelista. 
Alia ibidem cappella. 
Cappella fundata ad altare sancti Johannis baptiste. 

In decanatu Pontisaudomaris. 
Beata Maria de Vateuilla. 

In decanatu de Pauilliaco. 
Sanctus Wlfranus de Buetot. 
Sanctus Petrus de Bertrimonl, 
Sancta Maria de Esquetot I/Ober. 
Sancta Maria de Gueuteuille. 
Sanctus Philibertus de Sieruille. 
Sanctus Stephanus de Sideuille. 

In decanatu de Calliaco. 

1. En marge, au crayon rouge : exempta ah episcopo. 

2. Les noms des trois chapelles sont d'une autre encre. 



200 l'abbaye de SA1?JT-WANDR]LLE 

Sanctus Martinus de Crislol : domiiius de Cappellis nominat 

et doniinus abbas présentai. 
Sanctus Nicholaiis de Nouobosco. 
Sancta M" de Monstieraulier : Doniinus dicti loci nominal 

et doninus abbas présentât. 

In decanalu sancli Homani. 
Sanctus Michael de Rogieruilla. 

In decanatu de Fouilla. 
Sanctus Quintinus de Allouvilla. 
Sancta Maria de Flotot le \'asteiz. 

In decanatu de Canuilla. 
Sancta Maria dKsquelot juxta Hanna comitis. 
Sancta Maria de Grainuilla. 

In decanatu de Basqueuilla. 
Sanctus Valericus de Gonneuille (niaior portio) 

In decanatu de I.onj^ueuilia. 
Sancta Maria de Archis cum cappella. 
Sanctus Albinus super Archas. 
Sanctus Sydonius de Bouteilles. 
Sanctus Martinus de Martiniaco ' . 
Sanctus Sidoni us. 

In decanatu de Nouocaslro 
Sanctus Audoenus de Bonomesnillo. 
Sanctus Petrus de Bruemonasterio. 
Sanctus Martinus de Brandacuria. 
Sancta Maria d'Esclauelles, Sanctus Germanus de Fontibus in Brayo, 

In decanatu Euromodio. 
Sanctus Martinus de Bailli in Kipparia (maior portio). 
Sanctus Petrus de Freauuilla (parua portio) -. 
Sanctus Martinus de Gliscuria. 

In decanatu de Baudemonte. 
Sanctus Sulpicius de Foreslis. 
Sanctus Petrus de Quictry. 

1. Adroite, d'une antre main : S. de Beaumelz sur Arrfucfi. 

2. Une aulre main a bifTé pnru;i, et la remplacé par maior. 



RECUEIL DES CHARTES 201 

Iii decanalii de Magiiiaco. 
Sanctus Grispiiius et Grispiiiianus de Chaussiaco. 
[2] In episcopalu Ebroicensîs . 
Sanctus Martinus de Cruciolla, Sanctus Martinus 

de Grantuillier. 

[3] In episcopalu Lexouiensis. 
Sanctus Petrus de Tiergeuilla, Sancta Maria 

de Auernis(maior portio), Sanctus Martinus 

de Pontecardonis '. 

[4] In episcopalu Baiocensis. 
Sancta Maria de Liury, Sanctus Martinus, 

de Caluomonte, Sanctus \'igor de Clieux ^ 

[5] In episcopalu Conslanciensis. 
Sanctus Germanus de \'arreuilla, Sanctus Laudus de Foucaruilla. 

Sanctus Martinus de \ arreuilla, 
[6^ fn episcopalu Sagiensis. 
Sanctus Bricius de Seuigny, Sanctus Martinus de Argenteyo. 

Sanctus Martinus de Sarceaulx, Sanctus Martinus de Mauouilla, 

Santa Maria de Raana. 
Sanctus Georg-ius d'Asnebec. Sanctus Petrus de P\'iuerolles, 

Sanctus Andréas de Eximis. Sancta Maria d'Argentelle. 

Sanctus Petrus d'Ommeel. Sancta Maria d'Auenelles. 

Sanctus Martinus de Ghambay. Sanctus Petrus de Alna perfo- 

ra ta. 
[7] In episcopalu Carnolensis •*. 
Santa Maria de ChaulFors. Sanctus Leobinus de Rodonio. 

Gappella de Septeuille. Sanctus Martinus de \'iileta. 

Sanctus Michael de Roulleboyse. 
[8] In episcopalu Beluacensis. 
Sanctus Wandregisilus de Rippacuria, Gapella b. Marie de la 

Bruyère, annexata 
prioratuide Riuecourt. 
[9] In episcopalu Pari.siensis '\ 
Sanctus Wandregisilus de Alpico. 
Sanctus Wandregisilus de Maicochiez. 

1. En marge, d'une autre main : S. (rcort/ii do Abhanhiioz, S. Martini d?. 
Camp a nia . 

2. En marge, d'une autre inaiu : liasli/ en Bexfiin. 

3. I^ii marg'e, de la même main, diuie autre encre : Cappplla Sancti 
Aur/nslini. 

4. A droite, dune encre plus ])àle : (Cappella S. Wandi-eg. <le Septeulle. 
Cette mention est déplacée, Septeuil faisant partie du diocèse de 
Chartres. 



202 l'abbaye de saim-wandrille 

Liste des prieurés de VAhhaye^ 
{XVt siècle) K 

Flec sunt prioratus que pertinent monasterio 

Sancti Wandre^esili . 

Prioratus sancli Sidonii l^olhoni. dioc. 

Prioratus sancti Pétri de Tie^^euilla Lexouien. dioc. 

Prioratus béate Marie de Hodonio. 1 ^^ 

u • I 1 I M • 1 m (T Larnoten. dioc. 

rrioralus heate Marie de Cliaullors. / 

Prioratus sancti Wandregisili de Riuecourt Beluacen. dioc. 

Prioralus sancli Wandregisili de Marcoussis. l ; . 

V, ■ . r \\- 1 T 1 \i • ) l^arisien. dioc. 

Prioratus sancti W andregisili de Alpico. f 

Prioratus sancti Pétri de Quictriaco Hothom. dioc. 

Prioratus béate Marie de Aiglet'eld in An^lia. Eboracen. dioc. 

Prioratus de llupauena in Anglia Saresbiriencis dioc. 

Prioratus sancti Wandregisili de Septeulle Carnoten. dioc. 

1, (lavlubiiro de Marcoussis, Bibliotlièque de la ville de Rouen, ms. 
1228, fol. 100 verso. 

2. La mention de deux prieurés en Angleterre montre que cette liste 
est antérieure à la mainmise de Henri VIII sur les monastères (1530). 



ADDITIONS ET CORRECTIONS 



Je n'ai eu connaissance des Appendices au Carlulaire de Saiiit- 
Marlin de Ponloise, dus à M. J. Depoin, que lorsque les six premières 
feuilles du Recueil des chartes étaient déjà tirées. Celle omission est 
d'autant plus reg"rettable que ces appendices, qui forment trois fasci- 
cules (n^'^S-ô, 1901-1909, in-4), renferment non seulement d'excellentes 
études généalog^iques sur les vicomtes de Ponloise, les vicomtes de 
Mantes, les comtes et vicomtes de Meulan, etc., mais des pièces et 
extraits tirés des archives de la Normandie, parfois aussi d'autres 
rég^ions. Pour la suite, il nous a été heureusement possible de mettre 
à profit jusqu'à un certain point les renseig"nements de tout genre que 
renferme l'ouvrage. 

Le même érudit a bien voulu nous adresser un placard d'une étude 
sur les comtes de Beaumont-sur-Oise où il a relevé une charte de 
Saint-Pierre de Gand montrant qu'au milieu du x*^ siècle la congréga- 
tion de Sainl-\\'andrille subsistait à Gand, gardant son indépendance 
sans se fondre avec les religieux des abbayes flamandes de Saint- 
Pierre et Saint-Bavon (cf. plus haut, p. cm, n° 8). Ce fait donne quelque 
autorité au récit qui nous montre Gérard de Broigne, abbé de ces deux 
monastères et aussi supérieur de la cong-régation de Saint-W'andrille, 
tentant de restaurer l'antique abbaye de Fontenelle (voy. notre Intro- 
duction, p. XLI-XLMl). 

La connaissance de l'article de l'abbé Vacandard, Liste chronolo- 
cjique des archevêques de Rouen (Revue catholique de Normandie, 
année 1903-04, p. 189-*289) eut permis de préciser un peu plus les 
dates. Voici comment s'établit, d'après ce savant, la chronologie des 
archevêques pour la période qui nous intéresse : Manger : de 1037 à 
mai 1055; Maurille : de 1055 au 9 avril 1067; Jean II : de décembre 
1067 au 9 septembre 1079; Guillaume i^' ; de juillet 1079 (deux mois 
avant la mort de son prédécesseur) au 9 février 11 10; (ieoffroi ; de 
1111 au 26 novembre I L28 ; Hugues III ; de 1 128 au 11 novembre 1 164 ; 
Rotrou : de 1 165 au 26 novembre 1183 ; Gautier ; de la lin de I 184 
au 16 novembre 1207. 



20 i ADDITIOINS ET CORRECTIOiNS 

P. III, 1. 9 : fait don, lisez lit don. 

P. VII et suiv. M. A. Rosenkrauz rejette également [oj). cil., p. 1l>- 
49) 1 hypothèse de 1 interpolation mise en avant par M. Kruscli. 

P. VIII, 1. 6 : et celle de saint wSaturnin. lisez et la celle de saint 
Saturnin. 

P. XIII, 1. 15. '( Mais Tauteur de cette assertion... exagérait certaine- 
ment. » Il n'exagérait peut-être pas beaucoup. Au milieu du 
viii*^ siècle Tabbaye de Saint-Gall comptait près de 800 chartes, 
Freising environ 700, selon Os^^•ald Redlich, Die Privaturhunden 
des Mitlehillers Mïmchen et Berlin, 1911, p. 80j. G. Caro donne 
des chiffres moindres pour Saint-Gall dans ses BeilriUje ziir âlferen 
deulsch. Wirlhschiifles und Verfassungsgeschichle (1905), j). 8. 

P. XV, 1. 19 : Bocqueville, lisez Bac(jue\ ille. 

— 1. 25 : je ne retrouve par, lisez je ne retrouve pas. 

P. XVI. La numérotation des notes est à changer : 3 en i, 1 en "2, etc. 

P. XVII, I. I : Bouthencourt, lisez Bélhencouit. 

P. XXI, 1. 5 de note 5 : Xeuvy-en-Ilouhiie, lisez Neiivy-au-Houlme. 

P. XXIII, note 8 : abbé Labeul", lisez Lebeuf. 

P. xx^-xx^I. Clariacum pourrait être Cleray, Orne, arr. Alençon, canl. 
Séez, com. Bellonds, tout près de (]ondé-le-Butor. — Cropiacum 
est sans doute Cropus, Seine-Inl"., arr. Dieppe, cant. Bellencombre. 

— On peut encore proposer j3our Maris Mers (Somme, arr. Abbc- 
ville, cant. Ault), pour Truncidu/t} le Tronquay (Somme, arr. 
Abbeville, cant. Huei, pour Hameliouem Haniblain-les-prcs i Pas- 
de-Calais, arr. Arras, cant. \'itryi. 

P. XXIX. Le nombre des religieux de Sithiu était en 820 de 130, tant à 
Saint-Omer qu'à Saint-Bertin. L'abbé Fridugisus en laissa 60 dans le 
monastère d'en bas (Saint-Bertin), en chassa 25, et mit le reste 
dans le monastère d'en haut. En 877 Charles le Chauve renouvela 
les dispositions de son père approuvant la répartition des i)iens de 
Saint-Bertin pour l'entretien de 60 religieux. Voy. Mon. Genn., 
Scriplores, IV, p. 737. 

— note 3 : Chroniciis, lisez Chronicon. 

P. XXXVII, note 1 : Chronicon Cenlnfense, lisez (lenlulense. 

— note i : 832, lisez 882. 
P. Liv, 1, L5 : Chairs, lisez Cheii.r. 

— 1. 17 : La Neuville, lisez Noville (cf. p. lv, 1. 8). 

P. LV. Le salut de la rédaction A [pax uhique hec elemenla leqenli- 
hus), se retrouve dans le n" 8 p. 39 , le préambule {quia humana 
fragiliiate...) dans le n'^ 1() p. 58). 

P. i.viii, 1. 2. Ajouter que Grandvilliers, cité dans la rédaction B, n'a 
été donné à Tabbaye qu'au temps de Tabbé lîobert T'' qui a gou- 
verné de 1045 à 1063 (voy. n'' 50, p. 105-106j. Linauthenticité de la 
rédaction B est flagrante. 



ADDITIONS \:t conuËcriONs 20^^ 

P. Lviii, 1. 11. A propos (le la feria prali de Caen, qui figure dan^ la 
rédacliou D (et aussi dans A, p. 44), on doit observer que la cous- 
titutiou du douaire d'Alix de France par Richard III, en 1027, 
nomme à Caen (Crilhini), le marché {forum), le tonlieu, le port, 
mais non la foire (d'Achery, Spicilegium^ éd. in-folio, t. III, 
p. 390). Mais un acte du duc Robert le Diable, conservé en double 
expédition à la Bénédictine de Fécamp, porte restitution à cette 
abbaye de la dîme « de feriis de Cadumo » . 

P. Lxn-Lxni. Remarquer que Fauteur de la soi-disant confirmation de 
Guillaume le Conquérant a commis des fautes de transcription 
g-rossières ; ainsi (Uitriacum pour Chitriacum ip. 92. 1. 6), Cupi- 
villa pour Popavilla [ih.,\. 17), etc. 

P. Lxni, 1. 1 : Waldorevilla^ lisez Wald revilla. 

— note 1 : Garniert, lisez Garnier. 
P. Lxiv, 1. 6 : Berteuille, lisez Bertreuille. 

— 1. 10 : Cambagum, lisez Gambagium. 

P. f.xix, note 10. Les lettres de Philippe le Lon^ nov. 1319), de Phi- 
lippe de Valois (janv. 1330), de Jean, duc de Normandie (octobre 
1349), relatives aux droits de Tabbaye sur Tîle Relcinnaca et la 
forêt de Brotonne sont confirmées à Rouen le 6 novembre 1423 
par Henri VI. \ oy. Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie 
d'Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise, 
Paris-Rouen, t. II, 1908, p. 321. 

P. Lxxvin, 1. 3 et 4. A Roevilla peut répondre aussi Roy ville i Seine- 
Inf., arr. Dieppe, cant. Bac(juevillei au doyenné de Brachy. 

P. Lxxxvi, n. 1 : Rippacuria, lisez Ripparia. 

P. xc, note 9 : ou Louviers, lisez arr. Louviers. 

P. xcix. Rivecourt fut restitué eu entier (\h^ le \'" siècle selon le texte 
de Y Inventio S. Vulframnii donné par le ms. de Rouen. N oy. plus 
haut p. xLii, note 2. 

P. 1, note 1. Sur la chronolog-ie des Gesta ahhatum Fontanellensium, 
cf. Rosenkranz, op. cil.., p. 85-102. 

P. 5, 1. 4 : Lavison, lisez Le vison. 

— La conjecture émise en note sur la secunda pars (cf. 

p. 26 n. 1, 28 n. 2) ne tient pas debout. Le Cartulaire de Rouen 
ne reproduit pas quelques-unes des pièces les plus anciennes et les 
plus précieuses des archives de Tabbaye et renvoie à la « secunda 
pars ». Ainsi, au fol. 321 recto, à propos d'un diplôme de Chilpé- 
ric on y lit « require contirmationem huius carte in secunda parte 
fol. IX »; à propos de l'acte de Louis le Pieux on renvoie au fol. 
x-xi, au fol. X pour le diplôme de Charles le Chauve. Au fol. 311, 
on renvoie pour les bulles d'Innocent II, d'Eugène III, de Gré- 
goire X, respectivement aux fol. i, ii, vi de cette seconde partie. 



20() \r)f)iiioNs f]!' roiuîKcriONS 

Celle-ci n'est autre que le CHiiul/tire de Paris (Bibl. Nat., nis. lat. 
I713'2) puisqu'on y retrouve ces mêmes pièces aux folios mêmes 
auxquels renvoie le Cnrliilaire de Rouen. Mais comment le Carlu- 
laire de Rouen, composé au début du xiv^' siècle, peut-il renvoyer 
au Carlulaire de Paris, écrit d'une seule main et après l'an 1400 puis- 
qu'il renferme (fol. \)i recto), la transcription d'un acte passé à cette 
date? Cette difficulté m'avait empêché d'identilier la secunda pars. 
Elle n'existe pas en réalité. Dom K. Lohier, ayant sous les yeux le 
Carfulaire de Rouen, veut bien me faire savoir que ces renvois sont 
d'une écriture postérieure. 

P. 14, n» 44 : I^]spai<;nes, lisez Epaij^nes. 

P. 15, n" 45 : La date ne peut être 714-715, mais u après 7*il » vu la 
mention du décès de lîainfroi. 

P. 25, 1. 29 : Rodomum, lisez Rodonium. 

P. 35, var. a : rétabli par G, lisez rétabli par //. 

P. 36, var, / : grâce à G, lisez g-râce à //. 
— ■ 1. 16 et var. a : ex, lisez animis. 

P. 37, 1. 16 : eteren, lisez eterne. 

P. 46, col. de droite, 1. 32 : le crochet et l'appel h après plura et non 
après teg"it. 

P. 49, dern. 1, : Sgnuem, lisez Signum. 

P. 50, 1. 5 : Croisille, lisez la Groisille. 

— 1. 18 : lisez t. II, p. 288. 

P. 52, 1. 16 : Neuville, lisez Noville. 

P. 56, 1.4: mettez l'appel 7 après Toroldi, l'appel ^ après magistri. 

— 1. 5 : mettez une virgule après comitis. 

P. 58 : L'acte 16 se trouve également dans le Cartulaire de Rouen., 
fol, 319, n° 31. Il a été publié par Le Prévost, op. cit., t. II, p. 224 
(d'après E) et par J, Depoin [op. cit., p. 368, 369). 

— 1. 19 : redempcoinem, /tse:; redempcionem. 

— 1. 27 : fiius, lisez lilius. 

P. tki, n" 22 : Bosc-Guérard, lisez Bosguérard. 
P. 67, 1. 32 : Gradulfii, lisez Gradullî. 

— 1. 33 : psius, lisez ipsius. 

P. 68, 1. 5 : Balmesgo, lisez Bulmesgo. 

P. 69, n*^ 24, Édité par J. Depoin, op. cit., p. 440-1 (d'après C). 

P. 72. L'acte n'' 27 se trouve ég-alement dans le Cartulaire de Rouen 
(fol. 319, n° 32). Il est édité par Le Prévost, op. cit., t, II, p. 224^ 
col. 2, et par R. Génestal, op. cit.., p. 229, d'après ce cartulaire. 
Voy. encore Depoin, p. 369, note 527. 

P. 73, 1. 12 : thelonum, lisez theloneum. 

P. 75, 1. 24 : reporter la virgule avant cum. 

P. 76, n° 31 : Carcuit.,, Darnétal, lisez Carquelay... Denestanville. 

— note 1 : Robert (Gomte-Lense), lisez Robert (Gourte-Heuse). 



ADDITKKNS ET CORRECTIONS 207 

W 78. J. Depoin {op. cit., p. 311, 31*2i date autrement le premier 
acte, mais à tort. En ellet le Hugo Meledunensis qui souscrit plu- 
sieurs diplômes de Philippe I*''" (Prou, Recueil, 252, 260, 262, 276) 
n'est pas Hugues, comte de Meulan, mais Hugues de Melun ; en 
outre, une charte où apparaît Hugues est de 1069 et non de 1068, 
comme le montre la pièce publiée par M. D. lui-même (p. 346). 

P. 79. Le n° 33 se trouve également dans le Carlulaire de Rouen .^ 
fol. 330. Sa date peut être resserrée entre 1063 et 1066, car dès 
1067 il semble que Roger, qui souscrit Tacte, ait cessé d'être prévôt 
(de Poissy), remplacé par son fils Gautier. Voy. J. Depoin, op. cil.., 
p. 424, note 726 et p. 429. 

— note 2 : n^ 46, lisez n° 58. Sur Xivard de Septeuil et la maison 
de Poissy, branche Septeuil-Maisons, voy. J. Depoin, op. ci/., 
p. 424. 

P. 81, 1. 4 : absit que porte le cnrtulaire doil être rectifié en adsit. 

— 1.9: reporter la virgule avant negociis. 

— n° 36 : Bridetutie... Scorestan, lisez Hurton... Sherston. 
P. 85, l. 17 : Griquetot, lisez Gritot. 

— 1. 23 : terre d'Anseaume, lisez la terre d'Asselin (cf. p. 71). 
P. 86, 1. 21 : bacanto, lisez bacante. 

P. 87, 1. 3 : Anselmi, lisez Anselini (cf. p. 71). 

— n" 39 : Ajoutez 5 septembre après 1082. 

P. 88, 1. 4 : le texte copié par dom Anselme Le Michel se trouvait 

« in veteri carta pergamena sine sigillis ». 
P. 89, 1. 11 : la leçon culpa est à rejeter au profit de causa. 

— 1. 25 : intra, lisez infra. 

— p : ordinum B, lisez ordinis B. 
P. 94, 1. 33 : Erneus, lisez p]rneys. 

— note 1, 2. Ges notes sont à supprimer. L'acte de Raoul Fils- 
Anseré a été ajouté plus loin (n° 43). 

P. 95, note 2. Roger de Beaumont n'a pas été comte de Meulan de 
1080 environ jusqu'à l()9i. Son fils aîné, Robert, porte ce titre dès 
le 6 janvier 1082. Voy. Depoin, op. cit., p. 312. 

P. 96, 1. 10 : ex parte Rogeri comes (sic) : Morcart, lisez ex parte 
Rogeri : comes Morcart . 

P. 101, note 1 : 1136, lisez 1126. 

P. 103. Le n° 47 figure également dans le Carlulaire de Rouen (fol. 
329) avec une faute dans la transcription de Tan de Tlncarnation, 
qui explique la date erronée de 1026 que M. Depoin (p. 423) attri- 
bue à cet acte. 

— n° 48, 1. 19 : iide, lisez fides. 

— 1. 27 : seruitentibus, lisez seruientibus. 

— — 1. 28 : indulgentia, lisez indigentia. 



208 ADDITIONS Kl' COHRKCTtONvS 

P. 107, 11° ôl. (iuillauine l>eneni;el élait ï?eii;iicur (r()sou ville (Auzou- 
ville-l'Esneval. canl. d \erville) selon Beaucoiisiii, Ilisluirc de lu 
principauté (J y relot, p. 30. 

P. 10(S, 1. 5 : IJUebonne, lisez Lindebeiif. 

— note "2 : Lindobona, lisez Lindeboua. 

P. III, n" 56 : Ajouter Rouen après la date d'année. 

P. 1 1:2, 1. 'J el \\ lin : parens et men-. lisez paren- et meus. 

P. 1 13, n° 58. 1. H> : (^leofïVoi, père de (iazon, lisez (ieoU'roi, beau-père 

de Gazon . 
P. I 14, 1. 9-10 : morarentur. lisez morerentur. 

— 1. 13 : remorarentur. lisez rememorentur. 

— 1.17: allecturuni, lisez all'uturuin. 
P. 1 U), n" 6*2 : Enenouf, lisez lùi^enout". 

P. 117, 1. 1 : Aulneperche, lisez rAune-percé. 

— 1. 9. Le nom de Fabbé (.\danius i doit nécessairement être cor- 
rigé en Alanus et lacté montre que celui-ci était déjà nommé abbé 
en 11 "25 et non en 11 "26 ainsi qu'il est dit p. IIS note 1. 

P. IIS, 1. 10 : ntroque. lisez utraque. 

P. 119, note 1 : de Hound, //^-e:; M. Round. 

P. 1"20, note 1. La cession de l^obert est naturellement antérieure au 

l*"' décembre 1135, date de la mort de Henri I'"'. 
P. 124, note 1. Rapprocher du n'' 70, outre le n" 40, le n" 114. 
P. 125, 1. 9 : Osnmudus, lisez Osmundus. 
P. 128. av. dern. 1. : ceuria, lisez Cevria. 
P. 138. n" 75 : au lieu de Bosc-Guerard la Chaussée Graim- 

bou ville, lisez Bos^uérard..., Ghaussy..., Imblexille. 
P. 139, 1. 22 : predebetis, lisez pie debetis. 

— 1. 24 : ij)se et, lisez ipse est. 

P. 145, 1.6: Dom Bréal, lisez Doni Brial. — 

P. 146-147. Mathieu de Saint-Saens, frère de Hélie de Saint-Saens, est 
par suite fils de Lambert et cousin de Guillaume II de \'arenne et 
de Rog^er de Mortemer. Cf Orderic \'ital, éd. Le Prévost, W . 292. 

P. 147, 1. 5 : vite doit être corrigé certainement en vice. 

P. 148, 1. 13 : obstineant, lisez obtineant. 

P. 149, 1. 8 : duobis, lisez duobus. 

P. 152. 1. 3 : Aulne-percée, lisez Aune-percé. 

— 1.6: Annebeeq, lisez Annebecq. 

P. 153, 1. 16-17 fin : sanct-, camei, lisez sancti, came-. 

— n'^ 87, 1. 24. Ajouter Argentan après Van de l'Incarnation. 

— — 1. 26 : Guillame, lisez Guillaume. 
P. 157, 1. 10 : nostre, lisez nos tri. 

— l. 28 : faciendi, lisez faciendis. 

— l. 28-29 : peruenerit, lisez peruenerint. 



ADDITIONS ET CORRECTIONS 209 

P. 157, note 2 : Sur ce personnage, lisez sur le père de ce personnage. 

P. 158, n" 92 : lient la dite villa, lisez tient en garde la dite villa. 

P. 159, 1. 31 : l'iure passer la virgule avaul sed. 

P. 161, 1. 5 : Mautevilla, lisez Mantevilla. 

P. 163, 1. 14 : ajouler une virgule après apibus. 

— 1. J7 : supprimer la virgule après baccorum. 

— 1. 3(1 : /a fin de molendi- est rejetée par erreur au début de 
1.32. 

P. 165, 1. 7 : et descendant, lisez et descendant. 

— n" 98, 1. '2'1 : ajoutez recepimus après S. \\\ 

— — 1. 24 : ei pacifie, lisez et pacifiée, 
P. 167, 1. 2 : tVater abbas, lisez frater M. abbas. 

— 1. 8 : a certis, lisez accitis. 

— 1. 10 : pro firmitate, lisez profuture. 

— 1. 11 : collationibus, lisez oblationibus. 

— 1. 13 : abbati \\';ind,, lisez abbati S. W'and. 

— 1. 18 : simliuni, lisez similiuni. 

— 1. 20 : quod vero, lisez quod etiam . 

— n" 101 . Le texte de cet acte d'après C . 
P. 168, 1. 12 : //sez Terrico Anglico. 

— n" 102 : Thomas de Marly, lisez Thibaud de Marlv. 
P. 170, n° 104. Le texte de cet acte est seulement d'après C. 
P. 171, 1. 3 : vocem, il faudrait vocerem. 

— 1. 9 : supprimer le renvoi à la var. a au mot Wandregisili. 
P. 173, 1. 13 : Le Vahe, lisez Le Vage. 

P. 176, 1. 24 : Deia more, lisez Dei a more. 



LAmhaye r»iï Sainv-Wandrille. 14 



TABLE DES NOMS DE LIEUX 

ET DE PERSONNES 



Aalks de Beaumont, donatrice, 1^)5- 

156. 
Aaron, témoin. Voy. Godefroy 

Aaron. 
Abhanhuoz, localité, 201. 
Ahbalkvilla . Voy. Abbeville. 
Abhayette, prieuré, 41 n. 2. 
Ahbeville, dépendance de Saint- 

Wandrille, xlvi n. l,Lxvin, lxix, 

82, 84, 126, 130, 133, 194, 197. 
Abeline campus, lxxxiv n. 7, 149. 
Abriacum, localité, xxv, 190. 
Acbrandovillare. Voy. Brinvillet. 
Acerum. Voy. Roger de A. 
AcHARD, témoin, 06. 
AcHERY (dom Luc d'), cxrii-cxv, 

cxxxi n. 1, cxxxv. 
Acineia. Voy. Ac({uigny, 
Aco, prior de Alpico, 172. 
Acquigny, Eure, arr. ol canl, Lou- 

viers, xliv. 
Adalbert, intercesseur, 4. 
Adam, abbé de Saint-Wandrille, 

117. Voy. Alain. 

— clericus, 39. 

— de Tourville, lxxxv n. 13. 

— de Villario, 177. 

— de Warnevilla, 155. 

— témoin, 151 . 

AuDo, Ado, témoin, 38, 39, 69. 
Adelise, donatrice, 137, 138. 
Aduam. Voy. Adam. 
Adventus clericus, 39. 
Agannaguni, localité en Angoumois, 
XXIV, 8. 



Agintum, localité en Angoumois,' 
XXIV, 8. 

A(iiuLFUs, témoin, 101. 

Agniarus, localité, xx et n. 7, 1 i. 

Agnès, comtesse de Meulan, dona- 
trice, 151. 

Agrona. Voy. Airon. 

AiGA, donatrice, 14. 

Aigles feld. Voy. Ecclesfield. 

AiMERi, abbé de Saint-Chéron, 

XXXVIII. 

AiMON, évêque de Chartres, xxxviii. 
ArNSFREDUs camerarius, 140, 
Aioiipciirtis, localité, xv n. 6, 18. 
AiRAMNus, fils de Rothmarus, v-xi, 

3. 
Airon [-Notre-Dame), Pas-de-Calais, 

arr. et com. Montreuil-sur-Mer, 

XIX 11. 4, 
Aismedis villa, xviir n. 1. Voy. lia 

micourt et Ilesmy. 
Alain, abbé de Saint-Wandrille, 

117-120. 

— d'Alliquerville, 112, 117, 120. 
Alancioninsis centena. Voy. Alençon, 
Alard, archevêque de Rouen, xxxvii 

n. 3, cxxxii n. 3. 
Albachahan, localité, xxiir, 10. 
Albavia. Voy. Aubevoie. 
Albericus de Avenellis, 185. 

— cardinalis, 129. 

— filius Guarini, 185. 

— levita, 104. 

— de Rivecourt, 183. 

— témoin, 52, 69. 

x\lbert, fils de Gérard Pernot, 91. 

— janitor ou portarius, 117, 121. 



212 



TAlîLt: Ui:S NOMS DK LlEl X KT DK l'EKSON.NKS 



Ai.uiuT, paichaiius, 123, 

Albeili fcoduni, lOS. 

Alhini, localité, 30. 

Alholdi cripla^ localilé, 91. 

Albiucis Kauous, témoin, CL 
Alchnmvilla . \'o\. Auquainville. 
Aldidfivilla. NOy. Audomillr. 
Aldulfus, témoin, .")8. 
Alec/iivilla. Voy. Alain de A. 
.l/e/jro/j, centaine, xxi n. 0, 17. 
ALKXANnua de Boliiin. \'fl. 
Alfred, frère du roi Edouard, .">i, 
Algahus ConstanciiMisifi oi)isco|)us, 

12."), 132, 13(i. 
Aliclicrvilla. Voy. Alain de A. 

alloU, LXXXII, LXXXV. 

A/liaconniK rccleaia. Voy. Auchy. 
Allonville {-Bdlcfoasp^ Seine-Inf.. 
air. et canl. d'Yvelol. i.xx\n. 8."», 

S(), 98 11. I. 9'.», 100, 127, \M, i:rK 

13S, 200. 
Almahicus, donateur, 114. 
Ai.MÉDirs, donateur, 1 t. 
Alna. \o\. Eaulne. 
Alna pcrcala, porccin, pftrcii>inala, 

perforala. \o\ . Aune-Percé [Y . 
alodierti, i.xxx. 
Alpicuni. Voy. le Pecq. 
alfa Jusfiliu, liv-lv. 
altalogium, Tensemble des revenus 

de l'autel, xciir ii. II. xciv n. 1, ."». 
Alleia. Voy. Authie. 
Alloilum. Voy. llelinandus de A. 
Alvredus gaiant. Voy. Auvray. 
Alvueth . Voy. Alfred. 
Amalrici s, (( homme illustre >■. 4, 
Amand sainte iv, v n. 1. 
Amaubert, passeur de S.-W., xi.iv. 
Amaiby III de Montfort, 1.^1 n. 1. 

— IV — 116. 

Amhérac, Charente, arr. Angou- 

lème. cant. Saint-Amanl-de-Boixe. 

xxiv et n. 7, 8. 
Ambrosii s, prior S. \V., 104. 
Aniiénoin^ région, xvn.xviii, 183 n. 2. 
Ainifn>i, église. x« ix, 2't, 2"). 128. 

lU. 173, 17 t. 



Amiena, ville, xxxvi. n. 2 
ANcnEiii.us. Voy. Ainjuclil. 
Anc/ii/, abl)aye, xcix n. 3. 
Aficrelirvillr -Sainl-Mclor . Seine- 

Inf., an-. Yvelol, cant. Verville, 

i.xir, i.xxv, 8"), 87, 92. \o\ . aussi 

An(|uetiervillc. 
Aiidourilln, Aiidovillc. \'oy. Audou- 

ville. 
A.NDHEAs. témoin, IOk " 

— de Ih^rovilla, 17'"». 
Anelaiifia. \o\ . Arelauna. 
Anfukn-, ahl)é de Saint-\Vandrille, 

i.x\, LXXXV n. 13, l«»'h-tG7, 173. 

— i)eau-frère de Richard II. 
Lxxvi, 43. 

= — camerarius S. W'., l.'i.i. 

— dapifer, 54. 

— d "^vetol, Lxxviii n. 2, 91. 

— témoin, 52. 

AN(.AL.MAHUS. XXXVllI 11. 1. 

Anganilfus, donateur, 15. 
Angelbertus, témoin, lO't. 
Anijervillé [-la-(hiuipa(jno , lùire, 

arr. et cant. Evreux, xc:, 135. 
An;/ia(/iun, localité en Ang'oumois, 

\xi\ , S . 
Aiujlrsr/iiovillp \^-!Hir-Saane), Seine- 
Inf.. arr, Diepj)e, cant. Tôtes, 
• 197, 
Anglefcrrr, xxxvi n. 2, cii, cm, c.iv. 

r.ix n, 2, SI, 82, 129, 169, 193. 
Anglo-Saxons, xi \iii, xlix. 
Anf/otnioulin!<. liv. 46. \'oy. Sainte- 

Gertrude. 
Anfjfniniois, région, xxiv. 8. 
Anjou, région, xxiv, cxi n. 4, 8. 
Annalo>i (lenieficen^tes, cxxxi, cxxxiv. 

CXXVIIl, 

Annales du Monf-Sninf-Miclipl, c.xxiv, 

CXXVIIl. 

Annahii Rotomagensefi, cxxiii. 

Annebecq. \o\. Saint-Georg-es d'An- 
nebecq . 

Ani/uptierrille, cxii n. 1, UKÎ. Seine- 
Inf., arr. Vvetot, cant. Caudebec, 
ou [nnit-étre Ancretiéville. 



TABLE DES iV031S DE LIEUX ET DL PERSOiMSES 



213 



ÂNQUETiL, donateur, 16o, 106. 

— Fils-Arnoul, 102. 

— vicomte, 53, 50, Oi. 

— de Septeuil, 103. 

— témoin, 96. 

A.NSBERT (saint), abbé de Saint- 
Wandrille, xxii, lxxxix, 0, 7, 2;), 
37, 38, 14o; — l'abbaye lui est 
(lé(Hée, 70, 81; — ses reliques, 

XXXII-XLI, XLV, CXXXIII, 21), 33. 

Anscherius filins (ierardi, 40, H, 
59, 67, 91. 

Anscheuus levita, 104. 

AnscheLelvillH, lxii, 92. Voy. Ancre- 
tiéville on An({iietiei'ville. 

.Vnscuktillus. Voy. Anquetil. 

Ansculfus notaiius, ill. 

.Vnsegisus. Voy. Anseïs. 

Anseis, abbé de Saint-Wandiille, 
XXVII, cxxix, cxxx, CXXXI 11. 1, 
CXXXIII, 20, 188, 191. 

Anselinus, lxxiv n. 0, 87. N'oy. As- 
sel in. 

Anselmus, /(/. 

Anselme, abbé de Bec, 89. 

— vicomte, I 19. 

— témoin, 37. 

Anscnnes, centaine. Somme, coin. 

Bouttencourt, xvii n. 0, 1'). 
ANSFUEms, Ansfuidus. Voy. AnlVey. 
Ansgehis miles, 107. 
Ansffiervilla. Voy. An^erville, Raoul. 

Ricardus presbytei'. 
Ans(/othinolins, lvii, i,\ n. 1, i.xi n. 

1, LXIV, LXVII, LXVIII, CXII II. I, 43. 

Voy. Sainte-Geitrude. 
Ansouetiervieee. n oy. Aiujuetiei'- 

ville. 
Antiielmus de Montef>ni, 11)5. 
Antiliiiciim, localité, xxviii n. 1. 
Aolciaciini, localité, xv, 0. 
Appilli/, localité, xxv n. 3. 
Appu'iacuni^ ApullHcuni, xx\ , .\x\ m, 

31, 3 k 
Arhrnndo rillnrc, l.'i. Voy. Brinvillel. 
Arc/iHc, Arc/iu>i. Voy. Arques. 
Arechciriivilla, localité, xxii, 14. 



Arelaunurn, Arlaiiii;t, Arlaiinùm, 
Ibrèt, dite aujourd"liui de Bro- 
thonne, xiv, xix, 9, 10; — cour, 
XX, XXII n. 9, xxvi n. 1, 20 ; — fisc, 
0, 23, 24; — palais, lu n. 2, 4, 23. 

Argentan, Orne; ville, eix, lx, 
LXIV, xcvi et n. 7, xcvii, 47, 85, 
87, 128, 132, 135, 142, 152; — vi- 
comte, tonlieu, lviii, xcvi, 48 r.\ 

Arfjentelleii, Orne, arr. Argentan, 
cant. Exmes, com. Villebadin, i.iv, 
Lxiv, xcvii, 44, 128, 132, 135, 151, 
152. 

Argentomiim, Avtjenloniuni, Voy. 
Argentan. 

AnLETTE, mère de Guillaume le Con- 
quérant, 65 n. 3. 

Arlon, XIX. Voy. Arelaunum. 

AuNOUE, comte de Flandre, xl, cm 
n. 8, CXXXIII . 

— filius Osulfi, 185. 

— Lexov. e[)iscopus, l'iO. 
AnNiEFis. Voy. Arnold. 

Arques, Seine-Inl'., arr. Dieppe, 
cant. Otïranville ; ville, église, lv, 

LVII, LX n. 1, LXIV, LXXXII, LXXXIII, 

43, 40, 52, 53, .59, 92, 127, 131, 
134, 141, 142, 185 n. 2, 180, 192, 
193, 200; — vicomte, tonlieu, 
renie, l\ n, lxxxii-iii, 47, 148, 18'), 
180, 190 ; — comté, 75 ; — comte, 
voy. (jiuillaume ; ^ \ icomte, voy. 
Gosselin. 

Artois, région, xix, xx. 

AscELiNus clericus, ;{9. 

— Ru (Tu s, 107. 

— vassal, 54, 5.5. 

— Pelicanus, lxxiv n. 2, 91, 127, 
130, 133. 

— de Betteville, 101. 
Asn.ehec, xc\iii n. 3, cxii n. 1. ^ oy. 

Saint-Georges d"A. 
Assi LIN. Cf. Ascelin, Atzelinus. 
AisELiNUs de Bosco Gerardi, 112. 
— de GrolTait, donateur, 

LXXIV, 71, 72, 87. 
assise, 179. 



211 



TABLE DES >O.MS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



AuHKn. Vny. Ober. 

ArBEHKfc:, nièri' de (luillaumc Fils- 
llcllouiri, 102. 

Auhevoie, Euiv, arr. Louviers, canl. 
Gailloii, xc, 73, 7i, 0-2, 128, \:\[. 

AuLuu. Voy. Albei'icus. 

Auchy-les-Moinos, nl)l)ayo, Pas-de- 
Calais, arr. Saint-Pol, canl, Li* 
Parc(i, liO, lil. 

AuDix, évè(juc dEvreiix, 119. 

Audouville-la-IIube/'l, Manche, arr. 
Valognes, canl. Sainte-Mère- 
Église, xciv II. 2, (i.S, 02, 128, i;{2, 
l.Sfi, 17 :i. 

Au/faij, prieuré, Seiue-Inl'., arr. 
Dieppe, cant. Tôles, 04 n. 1, 
90 I). 1 ; -- seigneui-, voy. Hi- 
cliard . 

Aufji froduiii, lxxx\', 149. 

Aunè-Percé (!'), Orne, arr. .Vi^en- 
lan, canl. Trun, coni. (^oudeiiarl, 
xcviii el n. :■), 117, i:35, i:;2, 201. 

Aui)ec. \'oy . le Pec(i. 

A(i(/uainville, Calvados, arr. Li- 
sieux, cant. Livarot, xci et n. IV, 
[M\. 

AusTiu'LK, abbé, 10. 

Aiilherli 8«7iv/, xxiii, 3k Voy. Bois- 
Aiibert. 

Aufhie, rivière, xxxi n. o. 

Aufrcloi, Seine-lnf., arr. et canl. 

Yvetot, io:;. 

Auvu.vv LE Géant, o3. 

AuvR.vY, lénioin, 80. 

Avanaecurle, localité dans le Maine, 
XXIV n. ."), 17 . 

Avenelles, Orne, arr. Argentan, 
cant. Exmes, com. Oniméel, liv, 
Lv, Lxiv, xcv-xcvi, 44, 66, 67, 128, 
1.32, 13;-., 152, 167, 168, 201. 

Avernes {-sous-Exmes., Orne, arr. 
Argentan, cant. Exmes, 201. 

Avesneles, Avesnelles. ^oy. Ave- 
nelles. 

Avranchos, évêfjue : voy. Mangis. 

AwKTKN, donatrice, c n. 6, lOV, I0"">. 

Aijlesfeld. Voy. Ecclesfield. 



Ayron. \o\. Airon. 
B 

nasc/tcvillii. \'oy. Bac({iu»ville. 

Ba((/ucville, Seine-lnf. , arr. Dieppe ; 
église, Lxxxii n. 2, 127, 131, 143, 
197 ; doyenné, lxxx, 200, 204. 

Hasc/ievilla. ^oy. Bacque ville. 

Barrnia. Voy. Natalis de B. 

Hagcnnacinn. Voy. Bény. 

liailleul, Seine-lnf., arr. Xeiifclià- 
tel, cant. I.ondinières, xvi,8. 
— Somme, arr. A])I)eville, canl. 
Ilallenconrt, xvii, 18. 

Baillai. Voy. Gaufredus de B. 

Bailly (-en- Rivière), Seine-lnf., arr. 
Dieppe, canl. Envermen,Lxx\v-vi, 
43, 47, 127, 131, 134, 200. 

Bailli/, hameau près de Saint-Saens, 
i.xxxv. 

B.MN, abbé de S.-W., viii. 9, 10, 11, 
25. 

Baiocassifuis j)a(/us . ^ oy. Bessin. 

Balcinium. Voy. Beaucliamps. 

Baliloricus, Bahlriciis. Voy. Bainhy. 

BaUhiinus. Voy. Baudouin. 

Bain, 196. Voy. Bailly. 

Ballioluni. Voy. Bailleul. 

B.M.uzE Etienne , cxv, cxvi, cxxxi 
n. 1, cxxxv. 

Banci, Bancci. N'oy. l^aons et Our- 
seldeB. 

Banna. Voy. Baons. 

Bannaga inmila, 9. 

Bans. Voy. Baons. 

Banlana, localité, xxv, 32, 33, 190. 

Baons-le-Conle; Seine-lnf., arr. Yve- 
tot, cant. Yerville, marché, ton- 
lieu, mouture, lxiii, lxxvii, 86, 93, 
127, 131, 134, 194, 200. 

Bar (bataille de), 104 n. 4. 

Bardeville, Seine-lnf., arr. Yvetot, 
cant. Cany. com. Ouainville, 
i.xxvH, 128, 131, 135. 

Bardonvilhi. \o\ . Bardeville, 

B.uîNAui) de Ilamellis, 76. 



TABLE DES N03IS DE LIEUX ET DE PERSONiNES 



2ir; 



Bartholomeus, Dallage, 155. 
BsLsleium. Voy. iiailly et Basly. 
Basler, 43, 47, 127, 131, 134. Voy. 

Bailly-en-Rivière. 
Baslfj, Calvados, an-. (]aen, caiit. 

Creuilly, lx n. 1, i,xiv, xcii et n. 

10, 44, 48, 128, 132, 13(5, 201 n. 2. 
Basqueville. Voy Bacqueville. 
Baudeniont, doyenné, lxxxviii, 200. 
Baudouin V, comte de Flandre, 74 

n. 2. 
Baudouin Filleul, bienfaiteur de 

l'abbaye, lvii, lxi n. 1, lxxxv, 

74-77, 93 ; — lémoin, 65. 

— de Meulan, 18(') n. 4, 187. 

— de Meules Voy. B. Filleul. 
Bauduy de Chaussy, 112. 

— de Grandvilliers, lO") n. 1. 

— de Guitry, 57, 58, 

— témoin, 52, 53. 
Bavon, lémoin, 4. 

Bayeux, Calvados ; diocèse, xcii, 12S, 
132, 136 ; — ville, xlix n. 6 ; ^ — 
évoques, voy. Fudes, Hugues, Phi- 
lippe, etc. 

BÉATuix, dame du Fayel, c n. 2. 

Beauchainp.'<, Somme, arr. Abbeville, 
cant. Gamaches, xvri, 18. 

Beauliou, abbaye, Lxxni n. 5. 

BeaumoLz-aur- Arques, auj. hui Beau- 
mais, ai'r. Dieppe, canl. OITran- 
ville, com. Aubermesnil, 200 n. I. 

Beaumonl {-le-Hareng), Seine-lnf., 
arr. Dieppe, cant. Bellencoinbre, 
Lxxxiv, 149. 

— {-lp-Bo(/er\, Eure, arr. Bernay. 
Seigneurs, voy. Roger, Robert, 
Guillaume. 

Beauniont-sur-Oise, Seine-et-Oise, 
arr. Pontoise, cant. de Tlsle- 
Adam, cv. — Comtes, voy. Ives, 
Mathieu. 

Beaunay, Seine-lnf. , arr. Dieppe, 
cant. Tôles, lxxxj, 9i-, 98, 99. 127, 
131, 134. 

Beauvaifi, Oise ; diocèse, xc.ix, 24, 2;», 
128, 173, 174, 201, 202 ; — évêque, 



voy. Geofîroi ; — ville, xxx, 110, 

111. 
Beauvaisis, région, xiii n, 1, xvii n. 

8, XXII, XXVII, CXI, 9, 10, 17, 20. 
/>ec, becciim^ « ruisseau », li, lxvii 

n. 11. 
Bède le Vénérable, m. 
Behtecrot. Voy. Bettecrot. 
Bolcinnaca iiisula, xiv, lxix, 6, 23, 

56, 57, 93, 126, 130, 133, 205. 
Beldwinus canonicus, 137. 
Bellejame, parc, xxrii n 10. 
Bellevllle [-en-Caux], Seine-lnf., 

arr. Dieppe, cant. Tôles, xv n. 4, 

18, 194. 
Belloaciis, ^//oace/is/s paijiis. Voy. 

Beauvais, Beauvaisis. 
BelloinOnte. Voy. Beaumonl. 
Belnai. Voy. Beaunay. 
Belvacennis op. Voy. Beauvais.' 
Benedicli vallis, lxxxiv n. 7, 149. 
Blnen(;kl. \'oy. Guillaume B. 
Bénigne, abbé de S.-W., 8, 13-16, 

26, 27. 
Bennavilla. \'oy. Besneville. 
Bennclol, Seine-lnf., arr. Yvetot, 

cant. Yerville, com. Ectot-PAu- 

ber, Lxxiv, cxii n. 1, 68, 128, 131, 

134. 
Benoît saint . Sa règle, vu, viii, 7. 
Benoli-, clerc, témoin. 89. 
/j'c/iof/r/Z/f, Seine-lnf., arr. Le Havre, 

cant. C]ri(juetot-L'Esneval, liv, 

Lxiv, Lxxvi, 43, 127, 131, 135, 194. 
Bon II, Calvados, xxi, 7. 
BÉni:N(iEH, abbé de Sainl-Sympho- 

rien, 111. 

— changeur, 185. 

— témoin, 93, 

Berlencourl, Pas-de-Calais, arr. 

Saint-Pol, cant. Avesnes-le-Com- 

le, XX, 13. 
Beunaud de (^ompiègne, 184. 

— fils Ospa, 89. 

— le trésori(M', 113. 

— témoin, 52. 
Bernerius EiMscopus, lémoiu, 38. 



liLlU 



TAHLE DES >OMS DE T>lEi:X El DE PKRSONNES 



liernovilla, Benwuvillu. Voy. Bé- 

nouvillc. 
ïicrou. Voy. Krnoux de B. 
Beht, donateur, 17. 
Berlericinonl. Voy. Bertrimonl. 
Brrlciicvilln. Voy. Berlieville. 
Bniniii: sainle), xi.v n. 4. 
lÎKHTiiiKu, maire du palais, comle, 

11, 17. 
Horlilinicurlk. Voy. Berlencourt. 
Bertrcrille -Sainl-Oiirn), Seine-Iiif., 

arr. Dieppe, cant. Longueville, 

Lx n. I, Lxtv, i.xxxi, 43, 47, 127, 

130, 133, 134, 193. 
BerlricinonH. Voy. Beilrinionl. 
Bertrimonl. Seine-Inf., arr. Dieppe, 

caiil. Tôles ; localilé, i.ix n. 1, lx, 

LMv, Lxxni, *7, 80, 127, 130, 134, 

101, 1->G, 100 ; — seigneurs, voy. 

Eu«^lache, (iaulior. 
BertriviUa JtiiilH CHrciiil, l'.>3, \"oy, 

Berlreville. 
Besneville, Manche, arr. N'alognes, 

canl. Sainl-Sauveur-sur-Douve, 

xcv, 128, 132, 136. 
Beanin, région, xxi, i.xiv, 44, 48. 
Belencoi'f, Belenciiri. Voy. Belheii- 

courl. 
Betevilln, BclhevUla. Voy. Betteville. 
Béthencourl, Seine-lnf., arr. Neul- 

chàtel, cant. Blan^y, eom . Dan- 

courl, xvii. i.ix, Lxiv, i.xxxviii. 1 i, 

IS, 43, 47, 01, 127, 131, 134, 102. 
Bethmann Ludwi^i, cxv, cxviii. 
Belhnaium. Voy. Beaunay. 
Belkiine la , livière, xvi n. 2, 4, 

18." 
Belnainni. ^'oy. Beaunay. 
Betteville, Seine-Inf., arr. Rouen, 

cant. Pavilly ; village, église, riv. 

LX n. 1, Lxi n. 1, Lxiv, lxix, lxxi, 

43, 46, 82, 84, 126, 130, 133, 104- 

107, 190; — seig-neur, voy. Asce- 

lin de B. 
Betlone curie. Voy. Béthenconrt. 
Bigot. Voy. Robert, Roger B, 
Bizaguni. Voy. Bizay. 



liizaij, Eure, com, La Croix-Saint- 

Leufroy, xiv, 8. 
Bjorn, viking-, xxxvi. 
Blaclriciafjaa, localité, xxv, xxviii, 

180. 
Bladul/i villa. Voy. Bloville. 
Blaniji/, Pas-de-tialais, arr. Saint- 

Pol, canl. Le Parc(j, xl n. 1. 
Blarru, Voy. Philippe de B. 
Bléville. Voy. Bioville. 
Blichilde, reine, 4, 18. 
Blirif/ueluil . Voy. Blii|ueluil. 
Bliqueluil ., Saint-Nicolas de B., 
Seine-Inl'., arr. Yvetot, canl. ('.au- 
dehec, lxxiii, cxii n. 1, 122, 123. 
Bloville, lieu-dit de la com. de Bois- 
.lean, Pas-de-(^alais, arr. Mon- 
Ireuil, cant. Canipagne-lès-Iles- 
din, XIX, xxxi et n. 'i, xxxiri, l, li, 
31 n. (■>, 34, 36 n. 6. 
Hociliacan. Voy. Boucly. 
liodardivilla. Voy. Cioderville. 
Boil mes(/a, lxxv n. 1, 01. 
Bois-Auberl, Oise, arr. Beauvais, 
cant. Songeons, com. Seuantes, 
xxiii, 31, '>\'t-. 
Bois Gyrarl. \'oy. (înillaunie de B. 
Boismesnil, i.ix, lxiv, 43. N oy. Bon- 

Mesnil. 
Boissière Ma), Seine-lnl"., com, de 
Saint-Martin-Omonville, lxxxiv, 
140. 
Boisiiu, y>o/s.s//. Voy. Bussy-lès- 

Daours. 
Boncourt, l'hire-el-Loir, arr. Dreux, 

cant. Anet, en, 26, 17i-. 
Bon Maisnil, Bon Mesnil, lxxxv n. 1, 

149, 200. Voy. Bosc-xMesnil. 
BoNETus, témoin, 116. 
Bonneuil, Charente, arr. Cognac, 
cant. Châteauneuf-sur-(!lhaiente, 
XXIV, 8. 
BoNo de Rivecourt, 184. 
Bonolium. Voy. Bonneuil. 
Bononenaiii paffun . \'oy. Boulonnais. 
Bonus Maisnil . Voy. Bon Maisnil. 
Bordeaux, ville, xxx. 



TABLE DES ^OMS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



217 



Bornevilla. Voy. Guillaume de B. 
Bosc-Mesnil (le), Seine-Inf . , arr. 
Ncufcbàtel, caiit. Saint-Saeus, 

LVII, LIX, LXIV, LXXXV, LXXXVIF, il, 

43, 47. 
Boscrenc. Voy. Pierre de B. 
Boscus corii. Voy. Boncourt. 
Boscus Gerardi, Girarcli, Gyrardi. 

Voy. Bosguérard, Saint-Denis de 

B., Saint-Pierre de B. 
Bosgiiérard-de-Marcouville, Eure, 

arr. Pont-Audemer, cant. Bour^- 

Ihéroulde, lxii, lxxi, 66, 67, 8-), 

87, 91, 128, 131, 138, 139, 192. 
Bosmesnil, lvii, 43. Voy. Bosc-Mes- 

nil. 
Botellae. Voy. Bouteilles. 
Boievilla. Voy. Ilunifroy de B. 
Bolhfnariacas, Bolhmererjias, Bolli- 

nieregus, localité, m, iv n. 4, vu, 

XIII n. 3, XIV, 3, 34, 190. 
Botlyne (ahbas de), 163. 
Bouchard III de Monlmoreiicy, en, 

174. 

— V — donateur, 170, 172, 
177. 

Boucly, Somme, arr. Péronne, cant. 
Roisel, com. Tincourt-Boucly, 

XVIII, 18. 

Bouillencourl [Scrij). Somme, arr. 

Abbeville, cant. Gamaches, xvii, 

16 n. 4. 
Boulofjne-sur-Mer, Pas-de-Calais, 

XIX, XXXV n. 2, XXXVI n, 2, xxxvii 
et n. 5, xxxix, xl, xlix, cxxxii-iii. 

Boulonnais, région, xix, xxvii, xxxr. 

xxxviii n. 1 , 188. 
Bourg-Dun, Seine-lnf., arr. Dieppe, 

cant. Offranville, xv n. 2, 14, 32, 

34, 189. 
Bourg Saint-Wandrille. Voy. Saint- 

W and ri lie. 
Bourgeois de Rouen, 147 . 

— deSaint-Marcouf, 115, 136,167. 

— (h' Saint-Saens, 146-7. 
Bourgl/n'i'oulde, doyenné, Eure, arr. 

Ponl-Audemer, lxxi. 



Bourgogne, région, xxv, 190. 
Bouteilles, Seine-Inf., arr. Dieppe, 

cant. OlTranville, com. Rouxmes- 

nil-Otîranvilie ; église, lv, lxiv, 

Lxxxii, 43, 47, :')3, 92, 127, 131, 

134, 138, 139, 142, 193, 196, 200; 

— tonlieu, vicomte, lviii, lxxxiii, 

48 /'. 
Bouihencourt. Voy. Béthencourt. 
Boviniacus niansus. Voy. Bouvigny. 
bouvée, mesure agraire, en n. 6. 
Bouvigny[- Boyeffles) , Pas-de-Calais, 

arr. Béthune, cant. lloudain, xx, 

31, 34. 
hovata. Voy. bouvée. 
BozoN du Pecq, 70. 
Brahant, région, xxxviii n. 5. 
Brac/iy, Seine-Inf., arr. Dieppe, cant. 

Bacqueville ; village, xv, 18; — 

doyenné, lxxix. 
hrace, brais, grain, lxxxiii, 146 n. 2. 
Bracuin nionasterium, 92. Voy. Bré- 

montier. 
Bradecorl. Voy. Bradiancourt. 
Bradiancourl, Seine-Inf., arr. Neuf- 

chàtel, cant. Saint-Saens, nv, 

Lxiv, Lxxxvi-vii, 41, 43, 127, 131, 

134-5, 139, 200. 
Bradomonasteriurn. Voy. Brémon- 

tier. 
Brae mous lier, Brainiouslier, Brai- 

nionasleriuni. Voy. Brémontier. 
bragal, xxvii, 189. 
Braiun}, le pays de Bray, 41, 5o. 
Jirandacuria, Brandecorl, Brandel- 

curl, Brandiaucourl. N'oy. Bra- 
diancourt. 
Brandenestoko^ Wiltsliire, lxxvi n. 

6. 
Braylella, localité, lxiii n. 1, (■)4, 65. 
Brébec, ruisseau, lxviii. 
Brémontier, Seine-Inf .. arr. et cant. 

Xeufchàtel, com. Massy, liv, lvii, 

Lxiv, LxxxvF-vir, 41, 43, 64, 92,127, 

131, 134, 200. 
Brendelcurt , Brandiaucourl . Vov. 

Bratliancourt, 



218 



TAIU.K DES NOMS DE LIFAX ET DE PERSONNES 



Bréquignij, Seino-Iiif. , ;nr. Saiiil- 
M;u'tin-Osinoiiville , i.xxxiv, cxii 
11. 1, 14'.). 

Breslr, rivière, xvii. 

Brelons^^ xxx. 

Bi'cuil -on- AïKfp], Calvados, ;ur. 
Pont-rKvô([iu', cant. Blangy, xci, 
liO, 51, o:;,()l n. .3,0^,128, 131, \X\. 

Breiiil'-Beiioil), Euie, ari". Kvreux, 
cant. Saint-André, coni. Marcilly, 
xc, 135. 

Brichennie. Voy. Bréquigny. 

BricleiufiP, Bridifona. Voy. Burloii. 

Bridiporl. Voy. Bridporl. 

Bridporl, Grande-Bretagne, l)oi- 
selsliire, 129, 139, 140. 

Brindoaucurla. ^ oy. Bradiancourl. 

Brinninciis, localité, xxv, 12. 

Brinvillrl, Ovne, arr. Mortagne,(anl. 
Longny, coni. Mouliceiit, xx n. N. 
15. 

Bi'ionne, Eure, arr. Bernay, lxxii, 
91, 102, 127, 131, 134, 138, 179, 
180; — seigneur voy. Gautier. 

liroctona. \'oy. Brothoiine. 

Broglie. Voy. Ghambrois. 

Brod, Broliuin. Voy. Breuil. 

BROiSE(Dom Augustin de , cxiv. 

BnosTiN. Voy. Hugues. 

Brolhonne, Brolonne, Ibrèl, xiv. xix 
n. 1, LU n. 1, lxxii-iii, 9, 16, 56, 
57, 93, 95, 96, 127, 131, 134, 1.^0, 
163, 205. 

Brunehaut c/iaussôe , xxxi n. 5. 

Brunetol. Voy. Bennetot. 

Bruninc terra, 47. 

i^rwî/fTe (/a}, chapelle |)rèsRivecour(, 
xcix n. 8, 201. 

Bubalicaptiva, Biihaliraplivinn, loca- 
lité, xxv, 32, 34, 189. 

BUCAUDUS, BUCHAHDUS. Vov. BoU- 

chard. 
Bûchent, localité en Angleterre, civ, 

129. 
Bucinnem. Voy. Buisson. 
Biidefotfi, Buetot, Buhctot. Voy. Bu- 

lol. 



Unisson [Le], près Marcoussis, xxiii 

11. 10, 32, 35. 
Bulmesguni, localité, {\>>. 
BuucHARDus. Voy. Bouchard. 
Burdinvillii. Voy. Roger de B. 
Bures, S(Mne-Inf., arr. Neul'cliàlel, 

cant. Londinières, 175, 176; — 

doyenné, i.xxxv n. 9. 
hurgagium, 123. 
hurr/arii. 62. 

liurdegalis. N'oy. Bordeaux. 
burgenses. \o\. bourgeois. 
Burgundia. \'oy. Bourgogne. 
Burnetot. N'oy. Bennetot. 
Burton, Anuleterre, co. Dorsel, 

i.xxvi n. (■), <;v u. I, 81, 82, 129, 

139, 140. 
Burum. Voy. Bures. 
Bus, localité près de Visnies, xviii, 

8. 
Bussei/uni . Voy. Bussy. 
Bussoria. Voy. la Boissière. 
Bussij - lès - Daours , Soinme , arr. 

Amiens, cant. Gorbie, xcix et n. 3, 

128, 140, 141, 174, 192. 
Buteculae, Bulellae. Voy. Bouteilles. 
Butelot, Buthelot. Voy. Butot. 
Butol, Seine-Ini'., arr. Rouen, cant. 

Pavilly ; village, i.viii, lix, lxii, 

Lxiv, Lxxiv n. 2, cxii n. 1, 47, 80, 

81, 87, 91, 93, 126, 130, 133, 195, 

199; — seigneur, voy. Launonia- 

rus. 
Buxeyuni. Voy. Bussy. 
Buxiduni. Vov. Bus. 



Cadomum. Voy. Caen. 

Cacn, Calvados; ville, xcii-xciii, 44, 

169; —foire du pré, lviii, lxiv, 

xciii, 48 /•, 128,132, 136, 142, 205. 
Caillouvilie, moulins, com. Saint- 

Wandrille, 197, 199. 
CaUlfj, doyenné, Seine-Int., arr. 

Rouen, cant. (vicies, lxxiv, 199. 



TABLE DES NOMS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



219 



Calceatua, Calceium, Calriacuni, Cal- 
cul uni. Voy. Chaussy. 
Caldebec. Voy, Caudebec. 
CaleL'uuis pagus. Voy. Caux. 
Calfui-num. Voy. Chauffour. 
Calmont, com. rlArques, lxxxiii . 
Calmuceoii, localité, lix n. 1, lxiv, 

xcii, 48. 
Calomons. Voy. Calmont. 
Calviis nions. Voy. Caumont. 
Calz, H9. Voy. Caux. 
Canibacum, Cambagiiun, Cambalum. 

Voy. Chambois. 
Camberlenc. Voy. Gautier, Raoul. 
Cambresca. Voy. Chambois. 
camisiae, « chainses », 188, 189. 
Campania, 201 n, 1. Voy. Saiiil- 

Martin-des-Champs, Manche. 
(^ampanis. Voy. Campomis. 
camparles. Voy, Champart. 
Campeaux, Seine-lnf., arr. Rouen, 

caiit. Buchy, com. Sainte-Croix. 

XV n. 7, 6. 
campi pugna, 8.'i. 
Campomis, localité, xxvi, xxviii, 

189, 190. 
Canale. Voy. llu^^ues de C. 
Cambaium. Voy. Chambois. 
Canche, rivière, xix, xxxiii n . 2. 
Cantaliipus. Voy. Canteleu. 
Canleleu, Seine-Inl'., arr. Dieppe, 

cant. Bacqueville, com. Lunerày, 

LIX n. 1, Lxiv, Lxxx, 't7, 87. 
Cantiacum. Voy. Hugues de C. 
Cantolupus. Voy. Canteleu. 
cantuaria, lxxxiv n. 16, lxxxv, 149. 
Canville, doyenné, Seine-Inl'., arr. 

Yvetot, cant. Doudeville, lxxviii, 

200. 
Capella. Voy. Fonlana Bertholdi. 

— Voy. Guillaume de C. 
cnppa, 190, 

Cappella Sancli Auguslini, 201 n. :\ . 
Cappellis [donius de), 200. 
Caplialoiinum. Voy. Chassonon. 
(laraciagum. Voy. Charsay. 
Carncolini/in, Ilarlleur, Seinc-lnf,, 



arr. Le Havre, xxxii n. 2, xliv 

n. 2, :). 
carbasus, 1()(5 n. 3. 
Carclif. Voy. Carcjuelay. 
Carcuit, Seine-lnf., arr. Dieppe, cant. 

Tôtes,com. Gonneville, lxiv, lxxx, 

43, 47, 92, 127, 131, 134, 192, 196, 

206; — seigneur, voy. Gilberl. 
Carisiacum. Voy. Quierzy. 
Carlelh. Voy. Raoul de C. 
Carlevilla. Voy. Carloville. 
Carloman, roi, 36 n. 1. 
Carloville, Eure, arr. Les Andelys, 

cant. et com. Eços, lxxxix, 91, 

127, ISr, 134, 143, 197. 
Carnoienus pagiis. Voy. Chartrain 

(pays). 
Carquelay [le], Seine-lnf., com. de 

Sainte-Marie-des-Champs, lxxviii, 

76, 77, 206. 
Ca rq u iet , Ca rq iiit. ^ o y . C. a rc u i t . 
Carlulaire de Marcoussis, 24 n. 2. 

— — Paris, 21 n. 1. 

— — Rouen, id. 
Casneiuni. Voy. Quesnay. 
Catillon. Voy. Couches. 
C,audohec, Seine-lnf., arr. Yvetot; 

ville et paroisse, xliv n. 2, 3, 
xLvii-Liv, LX n. 1, Lxi n. 3, lxiv,' 
Lxvii, cxii n. 1, 31 n. 6, 43, 46, 87, 
88, 92, 126, 130, 133; — assise, 
179; — cens, 195;— forêt, 82-84; 

— maisons, 123; — moulin, 193; 

— marché et tonlieu, 118-121 ; — 

— port, 121, 193; —prévôté, 193. 
Caudebechel. Voy. Caudebecquet. 
Caiidebéquei, com. Saint-Wandrille, 

LU, LUI, Lxvii, 123; — moulin, 

122, 123, 193. 
Caudecotle, Seine-lnf., com. Aves- 

nes ou com. Dieppe, lxxxvii, cxii 

n. 1, 126, 130, 1^3. 
Caunionl, Calvados, arr. Bayeux, 

Lxn. 1, LXIV, xcri n. l\, 44, 48, 

201. 
Caiiroy, com. Berlencourl, xx n. 2. 
Cnuj', pays, xiv-xvi, xlin^ (S. 1 h) ; — 



220 



TAÎ5LK DES >0>JS DE LIEUX ET DE PERvSONNES 



nrchidiacoiu' de (îraïul et Pelil C, 

LXXVI, I. XXVIII. 

Crnlulum. Voy. Saiiil-Ri(|ui(M-. 
(li'-risii^ aljbayo% Manche, arr. Saint - 

Lô, canl. Sainl-dlair, xciii n. Il, 

xcv 11. K l(t(l, 107 ; — cf. Hugues 

de C. 
ceuria. \'oy. (llieviie. 
(^eiis. Voy. CduMix. 
dovri;}. Voy. (-hevric. 
chaitiM'aux, chai/iscfi, xwii, xxyhi. 
ChRitivel, moulin, 198. 
(]hamJ)ay. ^ oy. Gliambois. 
(]l\ainl)oh, Orne, arr. Argenlan, canl. 

Trun, i.iv, i.xiv, xcv n. 8. 44. (i»!, 

(i7, 91, 128, i;{2, i:i5. i:i2. 201. 

(Ihambly, Oise, air. Senlis. canl. 

Neiiilly-en-Thelle. 7. 
(Ihniuhr-nt/, Eure, canl. I)anivillc, 

coin. (îou ville, xc i;^."». 
('JiRnil)ri. \'oy. Clianii)iay. 
C/ia/?i/)/'o/.s, aujourd'hui Bioglie,Eiire. 

arr. IVrnay, xci, 135. 
chu/upar/ , ixxxiii, l\xxi\, l'.'f-IU7. 
CJinpolle la . \o\. Fonlaiia Ber- 

Iholdi el Sepleuil. 
(liiAHLKMAGNE, eiupercur. I )ien lai leur 

de ral)l)aye, xxvi-xxvii, 19, 20. 2S 

II. 1, 29; — y séjourne, xxxii n. 2. 
CnARLiis i.E Chaive, cmpereur, l)ien- 

l'aiteur de Taiibaye, xxviii n. 4, 

xxxiv, XLVii-Liii, CXI n 1,2, 31- 

36; — bienfaiteur de l'église de 

Rouen, xxix n. G; — cf. xxx-xxxi, 

XXXVI n. 2. 
CiiAiîLES LE Guos, euipercur, xxvi 

11. 4, XL n. 1, cxxviii n. 1. 
Chaules Martel, duc des Francs, 

xxvii, 16 n. ."), 17. 
Charleval. ^'oy. Nojon-siir-Aiidelle. 
charruée, mesure agraire, lxxxi n. 

14, Lxxxvin, xcii, xcvii, xcix. 
Charsay, Indre-et-Loire, arr. cant. 

Chinon, com. Langeais, xxiv,8. 
Chartrain [paya), xxxvin n. 1, 104 

n. 4, d28, 174 n. 1. 
Chartres, Eure-et-Loire ; diocèse, 



xxxviii, (., 24, 2:;, 173, 174, 201, 

292 ; — évè(jue, voy. Aiinon ; — 

ville, XXXVII n. 1), xxxviii, xxxix, 

(XXVllI 11. 1, cxxxiii. 
a/iassr, Mayenne, xxiv n. *. 
Chaasenon, Charente, arr. Coiifoiens, 

cant. (^habanais, xxv, S. 
Chateaitdun. Voy. (ieollVoi de (^. 
Ch;1trais, région, xxiii. 
Chau /four -lès - Etr<\ Seine-el-Oise, 

arr. Mantes, c n. H, 25, H7, 118, 

128, 174, 196, 201, 202. 
Chaufors. Voy. CliaulTour. 
(]hauun)til-rn-Vexiii, seigneurs, voy. 

i^o])ert l'Eloquent, Omont, Guil- 
laume. 
rhaussea, xxvii . 
('.haiissiarii/n. \'oy. Chaussy. 
(!haii>i:Ay -on- Vexin, Seiiie-et-( )ise, 

arr. Mantes, cant. Magiiy, xxii, 

XXIII. XXVI n. 9, Lxxxix n. 8, 31, 

32, 34 o, 35, 37, 38, 112, 127, 135, 

137-139, 144, 145. 201. 
(IhcfJ'revilln, Calvados, air, Lisieux, 

canl. Livai'ol, i.ix n. 1, lx, lxiv, 

xcvii, 47, :;4. 55, 85, 87, 128, 132, 

135. 
ahrnerilla. \'oy. Quinéville. 
Choux, (>alvados, an*. Caen, cant. 

Tilly-sur-Seulles, lvii, lxiv, xcii, 

44, 128, 132, 136, 201, 204. 
(^hovillaonni, Chorillaeuni, Chevil- 

laicuni. Voy. Quevilly. 
(Ihcvrie, Cherryo, région, ci n. 1, 2, 

128, 196. 
Chovrièros, Oise, arr. Compiègne, 

cant. Estrées-Saint-Denis, c, 25, 

174. 
Childebeui III, roi, donateur, li n. 5, 

ci-ciii, 9-11, 16, 24-27, 173, 174. 
(^HiLDÉiuc II, roi, donateur, 4, 7, 18, 

26, 27. 
Chilpéuic II, roi, donateur, 26, 27. 
(Juirei, (Ihifreium . Voy. Guitry. 
dhirorieriis. ^'oy. Chevrières. 
CJironica Corbeiae, cxxvn n. 7. 

— abbatlae S, Richarii, cxwii. 



rAIM.K DKS NOMS UE LIKUX KT l)K l'i:r.S(jNM:S 



22 



Chronica de (jcsds Noi-lni.iiuioruin, 

cxxv. 
Chronicofi FonluneUenae, cxiii-cxxxv. 

— Lobien^e, cxxvi vu. 

— niajus Fofil.uielleth'^e , cxiv, 
cxv, cxxxin-iv. 

ininiia Fotita/iel/p/ifie , cxiv, 
cxxviii n. l . 
Chui(/nolles, Somme, aiT. Péi'onne, 
caiit. Bray-sur-Somme, xviii, 18, 

(Jideville. Voy. Sideville. 
(Jimunevilla, localité, xxv, 32, 3'). 
Cinerarias, localité, xxv, 31, 34. 
(linçjelegi^, Voy. Cinglais. 
Cinglais, fofêt, xciii, 9."). 
Cinomannicum terril oriu m , xxiv 

u., ÎJ. Voy. Maine. 
dislella, Ciatcrna. Voy. Citerne. 
(Citerne, Somme, arr. Abheville, 

canl. Ilallencoint, xvii n. 7, 32, 

34. 190. 
Cililiacuin. \o\. Sentilly. 
(^larici('iii)i, localité, xxv, xxviii, 189, 

204; peut-être Cleray, Orne, arr. 

Alençon, cant. Séez, com. Bel- 
fonds. 
(Horc [Le), nom de Camille, 12'f. 180 

n. 1. 
CliponviUe , Seine-Inf. , arr. Vvetot, 

cant. Fauville, r.ix n. 4, i.xi n. 3, 

Lxiv, Lxxvni, V(). 
(Ui/rincuni. \'oy. (uiih'y. 
Ci.oi'AinE III, roi, donat(nn\ 7, 2('>, 27. 

— W , roi. 16 n. ">. 

Clovis II, roi, in, v-vii, xii, 3, 4, 7, 

26, 27. 
Cocherelmonl, (^ocheriaumoiil . Voy. 

Coqneréaumont. 
CoIniHiun, localité, x\, xxv, l'J, 31, 34. 
CouMBAN (saint), sa règle, vu, vin. 
Coluns. Voy. Coulombs. 
comilisia, 94. 
( loinniemoratio </enealofjinp Armil- 

phi, cxxviii n. I . 
Compiègne, (3ise, ville el i)alais, iv, 

v, 3, 4, 26, 28. 



(^onc/iei>, ahljaye, lxxi. 

Cjondaluin. Voy. (^oudé. 

( londéi-le-Butor), Orne, arr. Alen- 
çon, cant. Séez, com. Belt'onds, 
XXI, 8. 

donded. \o\. Payen de ('. 

CoNDEDrs (sailli . ermite, 6, 23, .")6, 
.^)7, 93. 

(lonflans{-Sainte-Honorine) , Seine- 
et-Oise, arr. Versailles, cant. 
Poissy ; ville, port, lonlieu, cv, 69, 
70, i:)5, iri6, 176, 177. 

(lonflendis , Conflenf , (^on/fen/is , 
(lonfluencia, (^onfluenlia, (]onf\uoii- 
lis. Voy. Contlans. 

Constance, reine, .')2 n. (>. 

(^onslantiensis episcopatiis. Voy. Cou- 
tan ce s. 

Constantin III, empereur, ni. 

(^onslanfinus paguft. Voy. Cotentin. 

(lonstitulio Ansegiai, cxxir, cxxvi- 
cxxxi, 188-191. 

(U)(/iieréainnont, Seine-Inf. , arr. et 
cant. Diepjie, com. Ancourt, liv, 
Lxiv. i.xxxvi, 43, 127, 131, 134. 

Corbière (la), Seine-Inf., arr. Dieppe, 
cant. Longneville, com. Ileugle- 
ville-sur-Scie, lxiii n. 1, rxxxi, 77. 

Co/-cifii, moulin, xci, 13"». 

cordebiso^, 190. 

(^<)rialin.'<iii,C()rior;ilensispagn^. Voy. 
Corlois. 

(jorlaridum. Voy. Coulandon. 

CorloiH, région, xxi, xxii n. i,xxvn, 
189. 

(A)rr<)i/, localité, xvni, 8, 

cotarii. Voy. cottiers. 

(loleutin, région, xxi, xxii, xlix, 18, 
62, 63, 92. 

cottiers, i.xxxi, 127, 130, 184. 

Coulandon, Orne, arr. et cant. Ar- 
gentan, T. IX n. 1, LX , LXIV, XCVII, 

47, 85, 87, 128, 132, 135, 1.52. 
(U)iilonibs , abbaye, Eure-et-Loir, 

ari'. Dreux, cant. Nogent-le-Roi, 

171. 
cour Jiigenten/ de la), de Henri I^'' 



-)oo 



TAMTJ-: l)i:s .NOMS \)l] LIETX Kl' WV] l'KliSONM^^ 



d'Angleterre, xciii ii. 11, ll'i, 167; 

— de Henri II, civ n., 101, 1<)8; 

— de Louis \'II de France, U>i. 
Coiu'bépine, Eure, arr. el canl. ]{er- 

nay, xci, 01. 
(h)urhevoie, Seine, arr. Saint-l)(MU.s, 

XXIII, 10, 32, 3:;. 

(loiilnncc^, diocèse, xxii, xcm. 12S, 

132, 136, 201 ; — évêques, voy. 

Algariis, Hugues, Robert. 
roiifure, i.xxxii n. 1>. 
crancia, « grange », 198. 
craspois, xciv-xcv, 60. 
(^ravenchon, (!raveiic<)n,(^.ravenri()n(\ 

drarcntiiiin , drevenchoïi. Voy. 

Gravenchon. 
(Ireppev'ille, Seine-Inf., arr. Dieppe, 

cant. Longueville, com. (^riquetot, 

Lix 11. 1, i.x, LXiv, i-xxv, 47, sr», 87, 

137-9. 
(Irépij-cn-Valoiii, \\.\. 
Croacrnliii villa. Voy. Cresseuville. 
(Iroscelol. Voy. Critol. 
Creasenville, Eure, arr. Les Andelys, 

cant. Fleury-sur-Andelle, com. 

Ga illard bois-Cressen ville, 92. 
C.ressé, Charente-Inl'., arr. Sainl- 

Jean-d'Angély, cant. Malha, xxv, 

8. 
Cresfiy, Seiiie-lnf., arr. Dieppe, cant. 

Bellencombre, xvi, 4, 18. 
(^risciacuin. Voy. Cressé, Cressy. 
(Jrixpavilla. Voy. Greppeville. 
GuispiN. Voy. Gilbert, Guillaume. 
Criatot. Voy. Gritot. 
(Iriiol, Seiue-Inf., arr. Neufcliàtel, 

cant. Saint-Saens, lxxv, cxii n. 1, 

85, 86, 92, 127, 131, 13a, 193, 200. 
Croisille [la], Eure, arr. Evreux, 

cant. Conches, lvh-lix, lxiv, 

Lxxxix, xc, 48, .dO, :il, 93, 128, 

131, 135, 192. 201. 
Crollebosc. Voy. Gautier. 
(^ropiacuni, localité, xxv, 31, 34, 204; 

peut-être Cropus, Seine-Inf., arr. 

Dieppe, cant. Bellencombre. 
Cruciolla, Cruisilln. Vov. Groisille. 



Crnnas (?), localité, xxvi, 32, 34. 

(!/-U)<illa. Voy. Groisille. 

flnij- (le Pnhli-iaco. \o\. Paldria- 

cuni. 
(Inruniolin. \'oy. (>huignolles. 
(lunelle. \o\. Gilbert de la (>. 
(liipiinlla. V'^oy. Poupeville. 
(lur])a npinn. Voy. Gourbépine. 
envia. \o\. cour. 

duvlis Ant'launa. \ oy. Arelaunum. 
duvvavia, Voy. Gourbevoie. 
(jivinioltini . ^ oy. Ghuignolles. 
(!i/innn(>rill;i. {]['. Gimunevilla. 



D 



(lacisca linf/ua, xlix n. (i. 
Dadon. ^ oy. Ouen. 
DA(iOHKivr I*"", roi, iv, 3. 

— III, donateur, 9,lt, 16, 26,27. 
Daniiyni, Orne, arr. et cant. Alen- 

çon, XXI, 17. 
Dammavtin. Voy. Manasses de D. 
Danckl. \'oy. Raoul 1). 
Dancouvl, localité, lxxxviii. 
Danc/u, Eure, arr. Les Andelys, cant. 

Gisors, XXI n. 3, xxii n. 14, 14. 
Danestavilln, 77. Voy. Denestanville. 
Daniel, témoin, 10t. 
Danihelval, localité, 92. 
Danois, peuple, xlviii, xlix. 
Daonrs, Somme, arr. Amiens, cant. 

Gorbie, xcix, 2:'), 128, 141, 174,192. 
(lapifpv. Voy. Anfrey. Ober. 
Daveneijum. Voy. Dargnies. 
iJavgnies, Somme, arr, Abbeville, 

cant. Gamaches, xcix, 25, 128, 174, 

192. 
Davigni, Darini. Voy. Dargnies. 
Davnélal, Seine-Inf., arr. Rouen, 

Lxx, 102, 103, 206. 
de/fen:^io, 84. 
Demenvallis, Denionuryivallis. Voy, 

Demonval. 
Demonval , Seine -et- Oise , com. 

Marly-le-Roi, cm, 25, 128, 174. 
Denestanville, Se'me-lnî., arr. Dieppe, 



lÀMLE DÉS .NOMS DK LiKl'X HT DE PÉRSOiNNKS 



223 



canL Loiigiieville, lxxxi, 77, 92, 
121, 127, 181, 134, 196, 20(). 

Deodatus, U'inoin, 116. 

Deopa. Voy. Dieppe. 

Depoin (^M.. Iules), cm n. 8, 1H6 n. 4. 

Deppa. Voy. Dieppe. 

Derenet/iim. Voy. Dargnies. 

dfistinp, IV. 

dicum, 175. Cf. (//ca « taille » (Orde- 
ric Vital, t: 111, 424 n. 2 . 

Dieppe, Seine-Inf., vicomte et ton- 
lieu, LVFii, Lxiv, Lxxxni, 4.3, 48 /', 
119, 127, 131, 134, 142, 18.^, 186; 

— ville, 118; — étymologie, cxii 
11. 1. 

DiEUDONNK, clerc, 31, 34. 

Digliltis, localité, xix. 

Dingum. \o\ . Dangu. 

Dodelini terra, 48, 127, 130, 133. 

Dodini terra, i.xxin n. 7, 47, 127, 

130, 134. 
Dof/maniacum. Voy. Damigni. 
Doniieslanvitla. \o\. Denestanville. 
Donzère, Drôme, arr. Montéliniar, 

cant. Pierrelatte, xxv, xxvi, 4. 
Dornuni, Dor>f, Dnrueijuni . \'()y. 

Daours. 
drappi, xxvii, 188, 189. 
Dreiigesin, région, 174" n. 1. 
Dreux, comte de Véxiii, donateur, 

Lxxxix, cv, 37-39. 

— BoissEL, témoin, 103. 

— de la Foletiere, témoin, 146. 

— clericus, 38. 

— témoin, 69. 

Ditoco, DnoGO. Voy. Dreux. 
Druella. Voy. Restoud do D. 
DucHKSNE(André),érudil,(:xin-cxxxi, 
cxxxv. 

— (François), ex m n. .'>. 
duel [justice du), lxxxviii n. 8. 
Dun, rivière, xv, 14, 18. 
Dun. Voy. Bourg-Dun. 
Dunelmensin ep Voy. Guillaume de 

Durham. 
Dunes, abbaye, cxxii, cxxin. 
Dunestanville. Voy. Denestanville. 



Dunois, région, 104 n. 4. 

Dununi. Voy. Bourg-Dun. 

DiiiAND de S. Sehino, témoin, 18.j. 

— moine de Cérisy , témoin, 
114. 

— , 93. 
Durandi terra, 53. 

Durocarnpo terra r/c , en, 2('), 174. 
Durs. Vov. Daours. 



E 



Eauliie, rivière, 87, 

Eblp:s, abbé de S. W., xxxvii n, 3, 
xxxviii n. 3. 

Eboracensis episcopatus. ^ oy. York. 

Ebrin, donateur, 13. 

Ebroicinus pagus. Voy. Evrecin. 

Ecalles, Seine-Inf., cant. Pavilly ou 
cant. Duclair,com. Villers-Ecalles, 
195. 

Ecclesfield, Angleterre. Yorkshire, 
W. R. civ, 129, 202. 

Ecclesiola. Voy. GlisoUes. 

Erre/terille-lès-Iiaons , Seine-Inf. , 
arr. et cant. Yvetot, lx n. i, lxi 
n. 3, Lxiv, LxxviF, 43, 46. 

Eclat lAuber, Seine-Inf., arr. Yve- 
tol, canl . Yerville, lix, i.x, i.xiv, 
i.xxiv, cxii 11. 1, 48, 68, 121, 127, 
131, 1.34, 195,196, 197, 199. 

Eclot-lès-Baons, Seine-Inf., urr. Yve- 
lol, cant. Yerville, lix, lx, lxiv, 
Lxxviii, cxii n. 1, 48, 85, 86, 127, 
131, 1.34, 195, 198, 200. 

Edouard le Confesseur, roi d'An- 
gleterre, témoin, 54, 81, 82. 

Edreinau. Voy. Envermeu, 

EGVDiusarchidiaconus, 132L, 136,150. 

EiMiARD, abbé de S. W., ix n. 1. 

Elesnia, rivière, 51, 93. 

Elie. Voy. Hélie. 

Elienor, comtesse de Beaumont, 
donatrice, 176. 

Emma. Voy. Imma. 

Emma, comtesse de Beaumont, dona- 
trice, 69, 156. 



'2-l\ 



TA ru: dks noms I)i: i.ikix kt i»i-: imiusonnhs 



Emondovillc. M;iiiclio, ;iri'. Valogiios, 
cotii. Monlebouig-, xcx ii. (>. 

ExGiiLKAN. \o\. Engeriaiid. 

Engiîxouf-Samson, donateur, xcvm 
11. II. lie». UT; — témoin, 168. 

En(.i:uuam) (b' lici'lnrurle. témoin. 
18t. 

— comte de l^oulo<;ne, 56. 

— de Frettenieule, doua leur, 
Lxxiv n. 8, 120, 121. 

— dapil'er, témoin, l*'i. 

— de Glicourt, 102. 

— témoin, ^)6. 
En;/erranniterr;}.i.\n\, ixxxi, 47, 87. 
Emma. \o\. Imma. 

En.ioi'beut, abbé de S. \V. el de 

.lumièges, xlv n. 2. 
Envornieu, Seine-Inf., arr. Dieppe : 

doyenné, lxxxiif n. (i, lxxxv, 200; 

— localité, XVI, 18. 
Eora, localité. Voy. (^onoy. 
Eora, rivière. Voy. Yères. 
Epaif/nes, Eure, arr. Ponl-Audemer, 

canl. Gormeilles, xx n. 7, 14. 
Epifiay iT , dép. du Quesnay, lxxxv, 

149. 
Epie, rivière, xxii, xwi n. *•, 20. 
Equiquevilh, Seine-Inf., arr. Dieppe, 

cant. Envermeu, com. Saint-Vaasl, 

LXXXV, cxii n. 1, 149, 
Ercanberta, donatrice, 7. 
Ercembaudus filins Raiole, 117. 
Ercemboldus preposilus, 163. 
Erchembondus filins Roberli. 118. 
Erchenfrid, donateur, 15. 
Erchengerus, témoin, 52. 
Erchenllf, donateur, 9. 
Erchinoald, maire du palai>, iii-xii, 

3. 
Erembert (saint;, 10, 13 n. 6. 

— témoin, 101. 
Erispoé, roi des Bretons, xxx. 
Erkanger, comte de Boulogjie, xxxix 

n. :i, XL n. 2, 
Ermfrid, donateur, 1."). 
Erming, donateur, 12 
Ehmmlf, donateur. l:{. 



Eilmoald, donateur, 13. 

Ennolf/Of/ias^ localité. xx\, 32, M. 

En.MONius, évèque, 4. 

Ernocx de Berou, 79. 

Erohensis sacerdos, M). 

Euscnrs, Somme, arr. et canl. Mont- 

didier, xviii, xxviir, 32, 34, 189, 

190. 
Erstein, localité, xi. n. 1. 
Ebvei's, i)ourgeois, 11."». 
Escalles. Voy. Ecalles. 
Esceiot, Escetoth. Voy. Ectol. 
Eachecheiulla. Voy. Equiqueville. 
Esches, Oise, arr. Beauvais, cant. 

Méru, xviii, xxviii, 189, 
Eschetot. Voy. Saint-Germain d'Ec- 

lol. 
Esclavelles. Seine-Inf., arr. et cant. 

Neufchàlel, i.iv, lxiv, lxxxvi, 

Lxxxvii, 41, t3, 127. 131, 13i-, 138, 

139, 200. 
Es/îetol, Eskeloth. \'oy. Eclol. 
Espaif/ne. \'oy. Epaignes. 
esp(>II(\ esporle, oxponre, i.xvin n. 2, 

171, 172, 19S. 
Esf/iu'tof. \ Oy. Ectot. 
Essex. \'oy. (iuillaume de Mande- 
ville. 
Esfarginr/iim, localité, xix, 35 //. 
Estaintol, Eslcinlot. \o\. Etaintot. 
Estreoni, Estrueni. ^ oy. Etran. 
EsiroUes {V) de Archis, 193. 
Esfrutard, Estrulat. Voy. Etretat. 
Etaintot, com. de Saint-Wandrille- 

Rançon. lxviii-lxix, cxii n. 1, 126, 

130, 133, 195, 197. 
f'tanunes, xxviii. 

Etaples, xxxiii n. 2. Cf. Quenlowic. 
Etienne, roi dWng-leterre, 108 n. 2. 

— abbé de Coulombs, 171 n. 4. 

— Prenestinnis episcopus, 129. 

— archidiacre, donateur, 104. 

— Poin.mule, prévôt, cii n . 2. 
Etran, Seine-Inf., arr. et cant. 

Dieppe, com. Martin-Eglise, vi- 
comte et tonlieu, lvii, lxiv, lxxxiii, 
LXXXVI, 'kS /', 127, 131, 134, 142. 



TABLE DKS NOMS DK LIBIJX ET DE l'HJllSONNES 



22o 



Élrelal, Seine-Inf,, arr. Le Havre, 
caiit. GriqueloL-Lesueval , liv, 
Lxiv, Lxxvi, «, 127, 131, 135, 194. 

Eu, Seine-Inf., an-. Dieppe ; abbaye, 
Lxxxviii n. 6 ; — doyenné, lxxxii, 
r. XXXVII , 

EuDKS, bourgeois de Rouen, (ri. 

— (I api fer, 85. 

— évêque de Baveux, xciii n. 4, 
76, 77, 87, 95. 

— - de Ghamber., 1()8. 

— fils d'Ives de Beaumont, 70. 

— fils de GeolTroi, 69. 

— fils de Lomer, 44. 

— fils Ogei-, 115. 

— de la Foleterie, 115. 

■ — curé de Fréville, 101. 

— RiGAUD, archevêque de Rouen, 
Lxxn n. 7, c\n, cix. 

— donateur, 48. 
EuDON dapifer, 85, 112. 

— témoin, 38 . 

Eugène III, pape, bienfaiteur de Tab- 

baye, lxv, lxvi, i.xxix, ci n. 6, 

143. 
Eure, rivière, xliv, 14. 
EusTACHE de Bertriinont, 100. 
EusTACHE, comte de Boulogne, 112. 
EusTAciiE Galloi-, lvii, 198. 
EusTAcm:, seigneur de Grain ville, 

donateur, lxxviii, lxxix, cvi, 157- 

159. 
EusTACHE, témoin, 52. 
EiJSTACHiE, fille de Manassès, 104, 

105. 
Evrecin, région, xx el n. 7, xxvi n. 

9, 8, 11, 14, 20. 
Eri'cn.r, Eure; diocèse, lxxxix, 128. 

131, 135, 201 ; — évèques, voy. 

Au lin, Guillaume, Rotrou ; — 

comtes, voy. Amaury, Guillaume, 

Richard. 
Exme», Orne, arr. Argentan ; église, 

Lxiv, xcvi n. 5, 128, 132, 135, 152; 

— vicomte et tonlieu, xcvi, 142, 

201. Cf. Iliémois. 

L'Abbaye de Saint-Wandrille. 



Fiiiel. Voy. Fayel. 

Falaise, Galvados ; vicomte et ton- 
lieu, Lviii, Lxiv, xcvi, cxn n. 1, 

48 /•, 128, 132, 135, 142. 
Falesia. Voy. Falaise. 
fanciolae, 190. 
Faucourt, vavassorie, 195. 
Fauville, doyenné, lxxvii, 200. 
Faverolles, Orne, arr. Argentan, 

caiit. Briouze, xcviii, 96, 97, 128, 

132, 135, 152, 153, 201. 
Faverilis ( Favril). Voy. Theboldus. 
Fayel [le], Oise, arr. Compiègne, 

cant. Estrées Saint-Denis, xcix, 

25, 128, 174; — seigneurs, voy. 

Béatrice, Philippe, Pierre. 
Fôcamp^ Seine-Inf., arr. Le Havre; 

[)ort, LIV, Lxiv, Lxxvii, 42-44, 52 

n. G, 131, 135, 193 ; — moulin, 128, 

194 ; — abbé, voy. Guillaume. 
Felceroles. Voy. Helduin de F. 
ferme, 111, 112^, 197. 
Ferrières-en-Gntinaia, xxix . 

— -Saint-Hihiire, 65, 194. 
feria prati. Voy. Gaen. 
Feuillancourl, Seine-et-Oise, com. 

Saint-Germain-en-Laye. xxiii, cm, 

10, 25, 174. 
feutres, xxviii, 189. 
Fiolinas; localité, xv, 14. 
firina. Voy. ferme. 
Fiscaiyinum, Fiscannis, Fiscannum . 

Voy. Fécamp. 
Fla(;itellus. Voy. Gérard Pernot. 
Flamanville, Seine-Inf., arr. Yvetot, 

cant. Yerville, lxxix, 85, 86, 107. 
Flandre, pays, 98 n. 1. 
Flaviaciim . Voy. Saiut-Germer de 

Fly. 
Fleury-e/i-Vexin^ Eure, arr. Les 

Andelys, xxii, xxviii, 9-12, 189. 
Flori . Voy. Hugues de F. 
Flori.iciirn. Voy. Fleury. 
Fit/. Voy. Saint-Germer de Fly. 
Foc&rdivilla. Voy. Foucarville. 

15 



22(i 



TAHLE DES iNUMS \)K Llh^'X KT DE l>i:llS().NN ES 



foii't' (lu jirr. ^'()\. (iaoïi. 
F<)l;ii/irill(\ Seiiic-el-Oise, air. Man- 
ies, canl. l.iniay, c, 12S. 
Folctiorn. Voy. Dreux de la F. 
Fonlaine-en-linii/, Seine-Inf., arr. 
Neulchàlel, cant. Saint-Saens, i.i.x, 
Lx n. I, i.xn, I, XXXVI, lxxxvii, 41, 
43, 46, 127, 131, 134, i:i4, iar'), 192, 
190, 200. 

J'Onhiinex, Seine-Inf., arr, Rouen, 
canl, Duclair, coni. Ilénouville, 
XIV n., 10, 

Fonlana lierloldi . Voy. Sepleuil. 

Fonlanao. \o\ . Fontaines. 

Fonlnnolln. Voy. Fonlenelle el 
Sainl-Wandrille. 

Fontanctiun, bontniiiduni. NOy. 
Fonlenay . 

Fontcuaji-cn-Vexln^ Fure, arr. L(>s 
Andelys, canl. Ecos, xxii, M, 13, 

3:i. 

F())i lenay[-Ma u voisin ) , Sei ne-e l-O i - 
se, arr. Manies, eanl. Bonnières, 
186, 187. 

Fontenaij, xcin. \'oy. Sainl-André el 
Sainl-Marlin de l'\ 

Fontenay , Manche, arr. Valognes, 
canl. Monlebourg, xcv, 128, 132, 
136. 

Fonlenelle, ahhaye. ^'oy. Sainl- 
Wandrille. 

— ruisseau, n, vu, i.ii n. I, 

LXVI, 3. 

Fontes in Braio. \o\. Fonlaine-en- 
Uray. 

Foniinella. Voy. Fonlenelle. 

Fofitinet, 94. Voy. Sainl-André de F. 

F'orest [-la- Folie), Eure, arr. Les 
Andelys, canl. Ecos, lxxxix. 127, 
131, 135, 200. 

Fosse [la], moulin, coni. Sainl-Wan- 
drille, cvii n. 3, 197. 

l-'oiBEUT, évèque de Gharlres, xlv. 

— aichidiacre de Rouen, 123, 
133, 136. 

— Lénioin, :i9, 
Foncar/)ion/, Seine-Int. , an*, \euf- 



eiiàli'l, canl. I>lan;;y ; al)l>aye, 
i.xiii n. i ; — doyenné i.xxxviii. 

F()iic;irrill(\ Manche, arr. Valognes, 
canl. Sainle-Mère-l^i^lise, Lxnr 
n, 1, x(.iv, ();;,('.6, 128, 132, 13«», 201. 

Foiii.oi i:s, al)l)é de S. \\'., cxxx-iii. 

— de Louvelol, 80. 

— abbé de Saint-Rierre-sur-Dive, 
89. 

— de Tor, 1 77 . 

— - decanus Raris., lénioin, 10 i. 

— clericus, lémoin, 39. 

— diaconus, lénioin. 38. 
Foville. Voy. Fauville. 
Fracta Mola. Voy. l'rellenienle. 
l'^raclavilla, Fraclanvilla. Voy. Fran- 

cheville el Villefranche. 

l'^iJAKinc, donaleur, 11 . 

Fraisnes, localité, lxxxiii n. 4, 92. 

Fraisnoise. Voy. (iilberl de F, 

Frail villa. Voy. Fréville. 

F/-amsarias. Voy. Francières. 

Francavilla. Voy. Francheville el 
N'illelranche. 

l'^rance, dans le sens d'Ile de France, 
1,1V, cv, cviii, 80, 187. 

Francheville, localité, ci n. 1 , 25, 
128, 174. 

[ranci et vustici, 93. 

Francières, Somme, arr. Abbeville, 
canl. Ailly-le-IIaul-Clocher, xviii 
n. 2, XIX n. o, xx, xxvi n. 9, UJ, 
20. 

Frariis, 133. \'oy. Ferrières. 

Frasneluni. Voy. Fresnay. 

Frateiinus, abbéde Saint-Ouen, i;}2, 
136. 

Fréauville, Seine-Inf., arr. Neufclia- 
tel, canl. Londinières, mx, lxiv, 
Lxxxv-vi, 43, 47, 149, 200. 

Freevilla. Voy. Hugues de F. 
Fresnai/(-le-Sainson\ Orne, arr. Ar- 
gentan, canl. Vimouliers, xcviir, 
117. 
Frettemeule, Soninie, arr. Abbeville, 
canl. Gamaclies, xviii, 121 ; — cf. 
luiirerrand de F. 



TABLE DES xNOMS DE LIEUX ET DE PERSOiNNES 



227 



Fréville, Scine-Iivf., arr. Rouen, 

canl. Pavilly, lxxxi, 101. 
fricici. Voy. grisei 1". 
Frolladicuria . Voy. Raoul de F. 
Fri/auvilla. Voy. Fréauville. 
Facardivilla. Voy. Foucarville. 
Fiielle feodum, lxxxiv, 149. 
FuLBEnTijft. Voy. Foubert. 
Fllcoald, « homme illustre », 4. 
Fiilffere. Voy. Richard de F. 
fiillenariuni mohndinnni, 97. 
fiistaine, 117. 



G. de Langetot, 193. 

Gadeboi.dus, bourgeois de Rouen, 
62. 

Galeuan III, comte de Meulan, do- 
nateur, Lxxn n. 11, 150, 151. 

— IV — 78, 79, 161, 162. 

— de Ilaya, témoin, 163. 

— precentor Paris. , témoin, 104. 
Gailion, Eure, arr. Louviers, 196. 
Gallon. Voy. Gaillon. 
Galterus, Galteriiis. Voy. Gautier. 
Gamaches, Eure, arr. Les Andelys, 

cant. Etrépagny, xv n. 4, xvir n. 

4, XXII, 11, 12, 18. 
(jamapinm . Voy. Gamaches. 
Gaviard, donateur, 10. 
Gammaplolum, localité, xv, 18. 
Gandragus, témoin, 69. 
Gariciagas. Voy. Gruchet. 
Garin, moine, témoin, 153. 
Garnier, comte du Maine, xxxi. 

— donateur, lxhi n. 1, lxxxvii 
n. 1, 64, 65, 92. 

— témoin, 39, 52. 

— chapelain, 111 . 
Gastelin feodiis, cvii n. 3. 
Gast Odelinc, localité, en n. 2. 
Gàtinais, région, xxiv, 6. 
Gauberlin, Loiret, arr. Pithiviers, 

cant, Beaune-la-Rolande, xxiv, 8. 
Gaufredus, Gaufridus, Gausfredus, 
Gauzfredus. Vov. Geoffroi 



Gaugia, donatrice, 14. 
Gautier, abbé de S. W., lxiv, 89, 
120-126, 130-133, 136-141, 143. 

— archevêque de Rouen, lxxxii 
n. "). 

— archidiacre d'Oxford, 169. 

— de Baale, 177. 

— de Bertrimont, 155. 

— le Bret, 195. 

— de Brionne, 162, 163. 

— le chambellan, 100. 

— le chambrier, 107. 

— chancelier de Beauvais, 111.' 

— le charpentier, 161. 

— le clerc, 101 . 

— Crollebosc, 96. 

— decanus Rothom.,147. 

— filsGoter, 89. 

— fils Guerri, 113. 

— fils Roger, 80. 

— fils , 57 . 

— de Fontanis, 155. 

— de Geltavilla, 108. 

— Giffard ou Gyffard, sei- 
gneur deLongueville, LXFi, 59, 66, 
r,s, 69, 91 . 

— GiROLU, 92. 

gualefriui, 111. 

— leIIuns, 108. 

— Leswenté, lxxviii n. 2. 

— de Maisons, 69, 70. 

— Mauvoisin, 184 n. 2,185. 

— oncle de Guillaume le Bâtard, 
65 . 

— Pain-et-Eau, 184, 185. 

— Pav'en, vicomte de Meulan, 
7S n. 1, 79, 100 n. 1, 101. 

— Pegnart, I.XVIII, CVI. 

— de Platea, 111. 

— de Porta, 120. 

— porta ri us, 110. 

— presbyter, 38. 

— prior, 112-114. 

— de Rainfre ville, donateur, 116. 

— de Seint, bourgeois, 147. 

— de Sideville, donateur, 160, 
161. 



228 



TAisLK DES >u.MS 1)1-: iJKtx i; I 1)1-; im;us()Nm:s 



Gaitii-k de Staim:Ma, 120, 121. 

— lo TorL, 12;i. 

— do Vernon, 112. 

— comte de Vexiii, 'MK 

— seigneur d'Yvelot, i.xxviii 
n. 2. 

— vende LU', 92. 

— lénioin, '.\9, .'i8, 70. 
Gairville, Seine-Inf., coni . Saiiil- 

Wandrille-Hançon, i-iv, i.x n. 1, 
i.xi n. 3, i.xiv, i.xix, 4.'^, 4(), 82, 
83, 84, I2(), i:m, 13.3, 19 'h, 19:i, 
197, 199. 
Gazon I ou II de Poissy, donateur, 
113, 114, 143, 144. 

— III de Poissy, donateur, 143, 
144, 101 n. 2, 102 ; — témoin, 
114. 

— Vde Poissy, donaleui", 1()4 ; — 
témoin, 178 . 

— de Malhuson, lémoin, 172. 

— lilins Hoo-erii Tolbennensis, 
témoin, ^9. 

Gedefridis, donat(nir, i.ix n. 1, xcit, 
n. 40, 48. 

Gelduinus. Voy. Geudouin. 

Geldu/iacaa, localité, xv, 0. 

Gelricus. Voy. Guerri. 

Gellavilla, Voy. Gautier. 

Gency, Seine-et-Oise, arr. el canl. 
Pontoise, com. Cergy, xxii, 13. 

Gennard, vidame de Rouen, 7, l">. 

Genscelmus, témoin, 39. 

Gentiacuni. Voy. Gency. 

GEOFi^aoi d'Anjou, duc de Norman- 
die, donateur, lxx, lxxxiii n. 7, 
xcvi n. 3, 142, 185, 180. 

— abbé de S. W., 179. 

— arclievêque de Rouen, 112. 

— arcbidiacre — , 125, 130, 135, 
150. 

— de BailloI, 125, 131, 134. 

— de Bella aqua, 100. 

— évè([ue de Beauvais, dona- 
teur, 110. 

— dllugleville, donalcur, 9'i. 

— lils Achard, 170. 



GicoiKuoi dWn.iou, lils GeotlVoi Ni- 
vard, SO. 

— lils Ilamou, concédant, lOS. 

— lils Ni\ard, donaUMU', cv n. 0, 
79, 80. 

— lils Payen, 119. 

— de Insgarvilla, 179. 

— com le de Mortagne, 09. 

— de Poissy, 80, 1 13, 114. 

— lémoin, 52, 7 I . 
Géra. Voy. Gueures. 

(ÎKnALnis. ^\)y. Geraud el Giraud. 

(jehaldus c.KEiuciîs, témoiu, 38, 39. 

GÉHvnn i^saint) de Broigne, abbé de 
la congrégation de S. W., xl-xi.iii, 
xi.v-vi, ciiin. 8, cxxxiii, 37, 38,49. 

(iÉRAHi) P'", abbé de S. \V . , lxv, 37, 
38, 83, 91 . 

— II, abbé de S. W., 100, 101 n. 
I, 104 n. 3, 108-111, 114-110, 110. 

CiÉHAHi), cardinal, 129. 

Gkkaiu) Pi'.uNOT, dit Flailel, bienl'ai- 

teur de labbaye, i.v, i.xxi, xcv, 40, 

41, 05, 00, 91. 
GÉHAni) OsPAc, témoin, 1)2. 
(jehbeuge, donatrice, 94, 98, 99. 
Gebbeht, écolàtre, puis arclievè(jue 

de Reims, xi.v. 
GericiagaH . \"oy. Giucbet. 
Gerin, frère de saint Léger, 4. 
Gerinuiidivilla. \o\. (luillaume. 
Geroldiîs cLERicrs. Voy. Geraldus. 
Geroldus bocamiosa, lémoin, 102. 
Gertrude, donatrice, 72, 73. 
Gervais, chanoine de Rouen, témoin, 

133, 137. 
Gi:rvoli), abbé de S. W . , xx\i, 20. 
Geso, {propriétaire d'Enveimeu, xvi 

n. 4. 
Gcsfa ahhaluni Fonl.tnrllpnsiint) , 

CXIII-CXXV. 

Geudotin, vicomle, témoin, (iO. 

— chanoine, — , 133. 
Goiilerille . Voy. Gu eut te ville. 
(Thisonisnions, localité, xxv, 32, 34. 
GiLBKRï, abbé de S. \V. Voy. Gir- 

bert. 



TABLE DES N03IS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



229 



GiLBEur, comte de Brioiine, 74 n. 2. 

— (^Mr])unellus, 168. 

— de Carcuit, 11 S, 120. 

— Catun, 102. 

— cocus, 117, 118, 120. 

— Crispin, 64. 

— de la Cunellc, concédant, 10"), 
106, 107. 

— comte d'Eu, 56. 

— évêque d'Evreux, 87, 80. 

— — de Lisieux, 89. 

— fils Ileudeier, 12^^. 

— fils Noe, 107. 

— de Eraisnoise, 44. 

— de Maubnisson, 107. 

— de Mine), 120. 

— de \oiers, 44. 

— vicomte, 54. 

GiLLEBEKTL'S. VoV. Gill)(nl. 

GiLLEMEc.uuT, Gillemercoit . Voy. 

Guilmécoui't. 
(rl/nefjie/isis . \'oy. Juinièi.>es. 
GiUALDL's, témoin, 44. 

GiRALDUS, GlRAKDLS, aljjjé (Ic S. W. 

Voy. Gérard. 
GiHAui) de Montemedio, 103. 

— Pernot. Voy. Gérard. 

— évèque de Séez, concédant, 

LXV, XCX-XCVHI, 151, 152. 

— prévôt de Poissy, 178. 
GiuAUT, témoin, 81 . 

GiUBKirr, al)!)é de S. \\"., i.mij, 80, 
83, 85, 88-90, 9.3, 94, 183. 

Giuo, archidiacre de Rouen, li7. 

GiROLDis, ai>bé de S. \V. Voy. Gé- 
ra i-d . 

GisifiimiCris, localité, xx\ , .32, 34, 
190. 

Gisi.ebertijS. \'oy. (îilhert, 

GiSLEUARD, donateur, 13. 

(jisle/nercoiirl . \'oy. Guilmécourt. 

(jrisnci. \'oy. Richard de G. 

(nvenii/, Eure, arr. Ees Andelys, 
cant . Ëcos, xxii, 4, 8. 

(rlar<)/ii<s<'m, localité, 2't. 

Gl.uhou s, témoin, 113. 

(ilofold. Voy. l'cclesfield. 



Glicourf, Seine-lnf., arr. Dieppe, 
cant. Envermeu, village, lvii, lix, 
Lxiv, Lxxxv, cviii, 43, 47, 74, 75, 
93, 127, 131, 134, 192, 200;— sei- 
gneur, voy. Ingerrannus. 

Gliscors, Gliscort, Gliscorfifi, Glis- 
curt, Gliscuria. Voy. Glicourt. 

Glisolles, Eure, arr. Evreux, cant. 
(Jonches, xx, 11 . 

Godard fils Arnoul, 100, 101, 102. 

— pistrina, 1 12. 

GoncHAux, abbé dWuchy, 140, 141 . 
GoDEFROi Aaron, 100, 101, 107. 

— coquus, 108, 

— P^ortin, 101. 

— Gaillarl, 100. 

— puer Paris., 104. 

— vicomte, 57, 67. 

— le vontier, 146. 

— témoin, 100. 
(lODELiNis, témoin, 39. 
GoDERANM s, saccrdos Paiis., 104. 
(rodervil/o, Seiue-Inf,, arr. Le Havre, 

XV, 14. 
GoDO. \'oy. Gond. 
GoESFREDis filius Guidoiiis, 85. 
(ioiFREDus lilius Odouis, 112. 
(ioïKFHEDis fiiius Pagaui, 112, 119. 
(ioiSFREDi s de (iermundivilla , 100. 

— donateur, 91. 
GoisFiiiDus, témoin, i')2. 
(ioizo, cardinal, 129. 
Golancourl, Oise, arr. G()m[)iègne, 

cant. Guiscard. x\ii n. 8, xxiii, 

32, 35. 
(ioMoxD, donateui', 68. 
Gond, neveu de W'andrille, iii-xiii, 

3. 
Gonnoville, Seine-lnf., arr. Dieppe, 

cant. Tôles, lix, lxiv, lxxx, 43, 

47, 200. 
(ioNNOR, duchesse, 59 n. 10. 
fjords, <( pêcheries >■, en, 25, 174. 
Gornuiiin). N'oy. (iournay. 
(îosBKitT, témoin, 70. 
Goxh'ni innnsii^, h'rrn, xc, \<.\\\ n. \, 

135. 



230 



TABLE OEvS ^OMS DE LIEUX ET DK PERSONNES 



GossKLiN, vicomte» d'Arqués, 53, 59. 

— de Deneslanvillc, 92, lxxxi n, 
9. 

— filius Warnerii, 184. 

— lémoin, 62, 
GothleumcAirtern, (ioUcamcurfein . 

Voy. Golaiicourt. 
Gothvilla, Golvilla. N'oy. Gauville. 
GouBERT d'Auffay, doiiatcur, 99 n. 1. 

— Mauescal fie même que le 
précédent?) 80, 100-102, 108, 110. 
166. 

— Fils-Anfrie, 165, 166. 
Gournay, Seine-Inf., an-. Xeufclià- 

Icl, 155. 

Goutteville. \'oy. (hieutleville. 

Gouville, Govllle. Voy. Gauville. 

Goz. \'oy. Toutain. 

Gozelini te/Ta, .\^, 55. 

GozELiNus. Voy. Gosselin, 

Gozso lils Hubert, 184. 

Gradulfts, Gradui.imus. ^ oy. 
Groux. 

GraimhouvUlp. X'oy. hnbleville. 

Grainville [-la-Teinlurière\ Seine- 
Inf., arr. Yvetot, cant. Cany, 
Lxxviii, 43, 92, 137, 138, 143, 149, 
156-159, 194, 195, 200; — sei- 
gneur, voy. Eustache, Guillaume. 

Grandvilliers, Eure, arr. Évreux, 
cant. Damville, lix, lxiv, xc, 48, 
106, 107, 128, 131, 134, 135, 192, 
204: — seigneurs, voy. Baudry, 
Grimoud, Robert, Thomas. 

Granevilht. Voy. Grainville. 

Granti il/or, Graniinllers, Granvillcr. 
Voy. Grand villiers. 

Gravenchon, auj. luii Notre-Dame 
de G., Seine-Inf,, arr. Le Havre, 
cant. Lillebonne, i.xji, lxxi n. 1, 
91, 109, 110, 127, 131, 134, 193, 
194. 

Gravencio. Voy. Gravenchon. 

Grecfaria, localité (?), xxv, xxvni n, 
2, 189. 

Grégoire IV, pape, 191. 

— cardinal, 129. 



Greinvilla. Voy. Grainville. 

Grès, près de \'ismes, xviii n. 2, 

XIX n . '"> . 
Gresaus, localité en Caux ou en Ta- 
lon, XV, xxix n, 6. 12, 14, 15, 32, 

34. 
Greuville, Seine-Inf., arr. Dieppe, 

cant. Baccjueville, xv n. 2. 
Gribouvilla. Voy. Raoul de G. 
Grimoup de Grandvilliers, 105 n. 1, 

106. 
(rrinvUla. \'oy. Grainville. 
Giai»po\, duc, XXVI. 
(jrisri fricici, 190. 
Gfofni/h, (iro/faifh, (irofj'nl. ^'oy. 

Gi'osfy. 
(irosfy, Seine-Inf., arr. Yvetol, 

cant. Yerville, com. Hugleville, 

i.xxiv, 71 , 72, 85, 87. 
(jRoux, abbé de S. W,, i.vii, lxi n. 

l, Lxxii, 54-')S, 61, 61) n, ."i, 68- 

75, 91, 93, 
Gruchet, S(>ine-Inf,,arr. Dieppe, cant. 

Rac(iueville, xv n. 10, 32, 34, 189. 
Giiadini feoduni. 149. 
GuaUeri terra, 121. 
(iuALTERUs. Vov. Gautier. 
Guanclref/isilus. \o\. Wanchille. 
Guarnerus. \ oy. Garnier. 
GiAsco, Guazo. \ oy. Gazon. 
GiENELON, archevêtjue de Rouen, 

XXXVI n. .5, cxxxiii n. 3. 
Giierneseij, ile, en n. 6. 
GuERiu Mal\oisin ou de la Porte, 

113, 184, 187. 
GuRRRicus. Voy. Guerri. 
Gueiirps, Seine-Inf., arr. l)iepj)e, 

cant. Bacciueville, xv n. 9, xxviii, 

32, 34, 189. 
Gueutteville, Seine-Inf., arr. Rouen, 

cant. Pavilly, i.ix. i,xi n. 3, lxiii, 

rxiv, Lxxiv-v, 4(), 85, 86, 91, 127, 

130, 133, 195-197, 199. 

— Seine-Inf., arr. Yvetol, cant. 

Saint-^'alery-en-Caux, i.xxivn. 9, 

47, 
Gui, cardinal, 129. 



TABLE DES >OMS DE LIEUX ET DE PERSOINNES 



231 



Gui I<=''dela Roche, donateur, 101. 

— 11 — 162, 177, 178. 

— sacerdos, 129. 

— de Torola, 177. 

— témoin, 39. 
GuiDO. Voy. Gui. 

GiiiET. Voy, Guillaume G. 

GiiGER. \ oy. Viger. 

Guillaume le Bataud, duc de Nor- 
mandie et roi d'Angleterre, bien- 
faiteur de l'abbaye, lui, lviii, lx, 

LXII, LXXII-LXXXI, LXXXV, XCV, XCVI, 

civ n. 11, ol, :i4-o(), 59, 61-68, 71- 
95, 111, 112. 

— Longue-Épée, duc de Nor- 
mandie, xLix n. 6, LXi. 

— Longue-Kpée, comte de Sa- 
lisbury, lxxvi n. 6, 

— de Alneto, 114. 

— de Aurichier, 181. 

— de Argentan, 17('). 

— de Argentelle, l()8. 

— comte d'Arqués, bienlaiteur 
de l'ablîaye, lxix, lxxi, lxxii, xc, 
xci,23n. 1,56,64-67, 7.3-76, 91-93. 

— mari d'Aweten, 105. 

— de Beaumont, 147. 

— Belin, bourgeois, lt-7. 

— Beiiengel, lxxix, 107 208. 

— Bigot, LXXI, 101. 

— de Bois-Gyrart, 115. 

— de Bornevilla, 163. 

— de Breteuil, 98 n. 1, 100. 

— le Breton, chroiii((ueur, 178. 

— de Brionne, 1 18. 

— de Bulmesgo, 68. 

— camerarius, 112. 

— de (lapella, 153. 

— capellanus, 110. 

— de Carcuit, Ils. 

— Caudcbec, 96. 

— de Ciiaumont, i.xxxviii n. 8. 

— de Chaussy, donateur, [lui, 
154. 

— le (Chauve, 80. 

— clericus, 179. 

— cours, co(|uus,^120, 123. 



Guillaume (^repin, 90, 97. 

— de Curci, da[)ifer, 154. 

— Durfort, lxviii n. 2. 

— évêque de Durliam, 89. 

— comte d'Évreux, donaleur, 
76, 77, 82-84, 89, 109, 110. 

— évèque d'Evreux, lxxxviii, 65, 
66, 68, 76, 77, 91, 127, 131, 134. 

— Faber, 194. 

— abbé de Fécamp, 89. 

— Fils-Anger, 112. 

— Fils-Droon, 99. 

— Fils-Foucon, 193, 194. 

— Fils-Gautier, 108. 
Fils-Godefroi, 112. 

— Fils-Hellouin, Le Clerc, lxxii, 
102, 104, 179, 180. 

— Fils-Ives, 103. 

— Fils-Ober, [)incerna, 44, 68, 
76, 77, 93, 98, 100. 

— filius Odini, Odonis, 119, 121. 

— Fils-Poin/., 100. 

— Fils-Raoul, 121. 

— Fils-Roberl, 79. 

— filius Suevi, 89. 

— Freelde, bourgeois, IF). 

— de Frettemeule, donateur, 
121. 

— de Garlande, 187. 

— de Ciermundivilla, 100. 

— de Grainville, ir)8. 

— (iuiet, 64. 

— de llairum, 168. 

— de lleixdivilla, 110. 

— de llispanna, 123. 

— Iloese, 155. 

— du Ilominel, donaleur, 175, 
176. 

— d'Ilugleville, 100. 

— Judas, 80. 

— abbé de Jumièges, 125. 

— Landri, cvii n. 3. 

— évêque de Lisieux, 111, 112, 

— de Mandeville, xcvi n. 1, 167, 
168, 176. 

— vicomte de Mantes, donateur, 
112, 186, 187. 



232 



TABLF; des noms DK TJEIX et de PERSOiMVES 



Guillaume:, al)bé de Monlebourj;, 
178, 170. 

— comte (le Xeveis, 101) ii. 3. 

— Paisson, 65. 

— Payen, 193. 

— évê(jue (le Paris, (.lonaleur, 
103, 104. 

— curé du Pec(|, l;j(). 

— de Pinu, 79. 

— Pouher, bourgeois, 147. 

— presbyler, 107. 

— prieur de la Roclie, 178. 

— Rosse! , 149. 

— archevè([uc de Rouen, 8N, 89. 
108. 

— de Rouniare, conile de Liu- 
cohi, 18(). 

— le Roux, 8:;, 87. 

— Ru fin, 113, 184 n. 2, ls:>. 

— de Salerne, 179, 180. 

— de Sancto-Leclieeni, 1;);'). 

— de Sainl-Quenlin, 115. 

— le Doullié, abbé de S. W., 
Lxv n. 6. 

— archidiacre de Séez, 153. 

— Talvas, conile de l\)nlieu, 
XLvi n. 1. 

— de Teboldivilla, 79, 

— de Tony, 90. 

— de Tornebusc, 97. 

— de Toupin, [\)'.'). 

— de Trublevilla, cvii n. 3. 

— de A'arenne, comte de Surrey. 
98 n. 1, 100. 

— deVernon, 178 n. 4, 185, 18(). 

— de \'ibeuf, cvii. 

— témoins divers de ce nom, 39, 
52, 57, 60, 71, 74, 80, 81, 110, 116. 

Guillelmi decinin, lxxxiii n. 3, 127, 
131, 134. 

— n'ujri ocnli... leri'n, 120. 
Guillej-ville, moulin, xxiii n. 10. 
Guilmécourt, Seine-Inf., arr. l)iej)j)e, 

cant. Envermeu. uiv, i.xiv, i.xxxvii, 
43, 92, 127, 131. 13i. 
Gni/ri/, Eure, arr. Les An(l(>lys, 
cant. Ecos, Lxxxviir-ix, 57, .■■>8, 72, 



73,92, 127, 131, 135, 196, 200, 205. 
(luLBEUTus. \'oy. (ioubert. 
GuNc.vRu, chapelain de Guillaume le 

Confpuu-ant, 81 , 82. 
(runduinl frodiiri}, ['i{). 
GuNTAUD. abbé de .lumièges, 89. 
GuNTUAui), donateur, 14. 
Gurnni. \o\. Gournay. 
GuslcnieciiirG Giixlrmcrcuirl, ^ oy. 

Guilmécourl. 
Gurninanus M.xhkscalcus. Voy. Gou- 

bert. 
GuUavilla, Giitevilhi. \'oy. Gueulle- 

ville. 
(ivKAiu)Us. \'oy. Gautier (i. 
GvuALDus, abbé de S. W. XOy. 

(ierard II. 
GvRBEirr, abbé de S. W. \'oy. Gir- 

bert. 



H 



M. lilius Withsonis, 67. 
HarfjucviUe, localité, xxii n. 5. 
IIadkhkht, dapifer régis Francorum, 

184. 
Hadulfus tle Brace, 59. 
H.Mo.MMOM) maior, 177. 
IIaemucus, témoin, 104. 
Ilaia. Voy. Robert de II. 
IIalmaiu) de Gonflent, 156. 
IIai.mkiucus, témoin. 111. 
IIaimon, témoin, 69. 
Haisniedis jiracdium. \'oy. llesmy. 
IIamelion(\ local i lé, xxv, 32, 34, 204. 
IlnmicourG localité, x\iii n. 1.8. 
II A.MO, dapifer, 1 12. 
Ilnrronrf, Eure, arr. Rernay, cant. 

Brionne ; église, moulin, lxxiii ; 

— seigneur, Robert de II. 
ILtretonr, localité, xx, 14. 
Hurfleur, Seine-Inl. , arr. Le Havre, 

xxxii n. 2, XLV n. 3. 
Ilnnfnf-lr-ValoU, Seine-lnf., ai'i'. 

Yvetot, canl. l"'auville, ux n. 1, 

Lxiv, Lxxvii, cxii n. 1, 43, 127, 130, 



TABLE DES >0:\KS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



233 



133, 195, 200 ; — cf. Hugues, Phi- 
lippe de H. 

— -sur- Dieppe, Seine-Inf., arr. 
Dieppe, cant. Offranville, OS n. 2. 

Ilamille, Eure, arr. Pont-Audemer, 
cani. Roulol, lxxiii. 

Haye-de-Rouiot (la), Eure, arr. Pont- 
Audemer, cant. Routot, lxxiii. 

Haymon, vassal du duc Robert, xci, 
60, 61. 

Hecelinus canonicus, 137. 

Heimericus archidiaconus, 153. 

Heindrivilla. Voy. Guillaume de II. 

Helduinus de Felceroles, 103. 

Hélie de Lindeheuf, concédant, 
108. 

— de Saint-Saeus, 98 n. 1, 100, 
146, 147. 

IIelinandus de Altoilo, 110. 
IIellouin, vicomte de Mantes, 102. 
Hklto, témoin, 52, 62, 107. 

— filius Alcherii, 90, 96, 102, 1 10, 
183. 

— filius Heberti, 107. 

— Francigena, 125. 

— de Sancto-Wandregesilo, 112. 
Heluis prepositus, 103. 

IIellise, comtesse d'Evreux, 109, 

110. 
IIenredus persona, 111. 
IIenui I*^'", roi d'Angleteri-e, l)ienfai- 

leur de l'abbaye, xciii n. 11, 87, 

108-112, 115, 118-121, 142, 166, 

167, 185, 186. 

— II — 142, 14() n. 1, 153, 
154, 1<)8, 169, 175, 176, 186 n. 4. 

— VIII — 202 n. 2. 

Henri l'^'", roi de France, témoin, 50 
n. 1, !)2, 54. 

— archidiacre de Beauvais, 111. 

— cocus, 125. 

— comte d'Eu, 119. 

— de Ferrières, 65. 
Henri fds Aicard, 103. 

— (ils Robert, 59. 

— fils Roger de Beaumont, S9. 

— de -Mesuoleo, 177. 



Henri le Porc, donateur, 180-1 . 

— presbyter, 177. 

— archidiacre de Séez, 153. 

— comte de Warwick, donateur, 
95-97 . 

— témoin, 7f, 109. 
Henrichus, Henricus. ^ oy. Henri. 
herbagiuni, 1-94. 

Herbert, préchantre de Bayeux, 165. 

— clericus, 113. 

— écolàtre de Lagny, xlv. 

— évèque de Lisieux, 53-54. 

— témoin, 69, 80. 
Herbland, abbé d'Inche, 5. 
Herchembaldus, témoin, 110. 
Herecort, Herecourt. Voy, Harcourl 

et Héricourt. 
Hereford. Voy. (iuillaume Fils-Ober. 
Herembert (saint), 25. Cf. Ilerim- 

bert (?). 
Herfast, frère de Gonnor, 59. 
Ilericoiii-l-en-Caux^ Seine-Inf., arr. 

Yvetot, cant. Ouville, lxxix, 134, 

193. 
Hérimbert, abbé de S. W., cxxix- 

<;xxxiii. Cf. Hereml)ert (?). 
Ilerlonis feoduni, en, 25, 174. 
Herli'inls. Voy. Hellouin. 
Herovilla. Voy. André de H. 
lier», localité, lxxxiv, 148. Cf. liez. 
Hersent, abi)esse de Blangy, xlu. 1. 
Hervé de Montmorency, doyen, 177, 

— clericus, 39. 
Hescelinus canonicus, 133. 
IIe>>nt}/, localité, xviii n. 1. 
Hetunahdls, Hetwardus. Voy. 

Edouard. 
Heudebourg, abJ)esse de Sainl-Cy- 

rice, 181. 
liez, localité, 127, 131, 135. Cf. 

H ers. 
hides, mesure agraire anglaise, civ. 
Ifiéniois, région, xxi, 8, 13, 17, 44, 

53; — vicomte, foire et marché, 

Lviii, 48 /•, 54, .")5. 
HiLDEBERT, roi. \'oy. Clnldel)erl. 

— abbé de S, W., S. 



23 i 



TABLE DES NO>rs DE LIEUX ET DE PERSON>ES 



IIiLDEBUuGis. ^'ov. UeudoljoLirg. 
IIiLDUARDUs archipresbyter, 111. 
IIlduin, abbé de Saiiit-ncnis. x.wiii 

n. 4, xxix n. 4. 
IliLTiîEUT, abljo de S. \V. \'oy. Ilil- 

debert. 
HiNonAN. |)t'i"e de Hugues de Snint- 

Chéron. 117. 118. 
Hirtiuin. \ oy. Irlium. 
HiSEMBAiU), aljbé de Saint-Geriuain- 

des-prés, 104. 
Ilispana. Voy. Guillaume de II. 
Hodeng {-au-Bosc), Seine-Inf., arr. 

Neufchâtel, cant. Blangy, xvii, S. 

32, 34 ; — cf. Hugues de H. 
HoiLARDus, témoin, 147. 
HoLDEH-lioGER, érudit. XXXI n. "), 
Ilomiuol. \'oy. Guillaume du 11. 
Ilonnn. Voy. Ormes. 
Ilosclietol, HoschotiUïK \'oy. Sainl- 

Germain-d'Kctot . 
Ilosdenc, Ifosdi/u/tnn, Jlosdiniu/n. 

Voy. Hodeiig. 
IlosEHi, chef normand, 30. Cf. Oscai'. 
hôtes, i.xxxi, Lxxxvi, xc, xcin, xciv, 

c, civ. 
Holol, Ilofofli. Voy. llautol. 
Hrosa, localité, xix n. 4. 
HuBERTus Genscelmus, 39. 

— de Gré, 185. 

— juvenis, 39. 

— de Luxoviis, 79. 

— prepositus, 39. 

— témoin, 38. 
Iliiherti dicum, 17a. 
HuBOLDus prepositus, 70. 
Hufjleville {-en-Caux)^ Seine-lnf., 

arr. Yvetot, cant. Yerville, i.xxiv, 
134; — seigneurs, voy. Guillau- 
me, Richard, Robert. 

Hugo. Voy. Hugues. 

Hugues Anglicus, 176. 

— archerius, 125. 

— évêquede Bayeux, 41. 51, 53, 
91. 

— Brostin, vicomte de Mantes et 
Meulan, 141). 



Hugues de (.anali, 17('). 

— de Canliaco. 92. 

— capellanus, l(')8. 

— G.vpirr, roi de France, xi. m. 

— de Chester, 89. 

— abbé de Cérisy, 114, 115. 

— Coispel, 123. 

— évêque de Coutances, lvi, 41, 
t9. 

— Davesnes, 1.55. 

— évètpie d'Evreux, 44. 

— Fils-Droon, Ui. 

— Fils-Geofîroy,vlonaleur, i.xxv, 
n. 1 , Lxxxix n. T), 91 . 

— Fils-(iuillaume, 112. 

— Fils-Xormand, 52. 

— Fils-Renouf, 118. 

— Fils-Richard, 145, 140. 

— lilius Vatifonis, 40. 

— de Flori, 175. 

— de Fracta Mola, 121. 

— frater Radulfi, (Vi. 

— de Freevilla, 121. 

— Furun, 106. 

— de Gournay, uxxxvii, 95, 154, 
155. 

— de llosdenc, 101. 

— de Hotot, 195. 

— de Lisieux, 71), 87. 

— de Luis, 176. 

— de Maldestor, 178. 

— de Meulan, donateur, 78, 79, 
207. 

— Monforl, 95. 

— Pasfolet, 63. 92. 

— de Penevilla, ID). 

— piesbyter, 137. ' 

— de la Roche, donateur, 177, 
178. 

— 1"', archevêque de Rouen, 13, 
17. 

III, LXV, LXVI, LXXII, 

I.XXVIII-IX, LXXXIII, LXXXVII, 59, 121, 

122, 130, 132, 133, 142-148, 151, 
155-157. 

— archidiacre de Rouen, 125, 
133, 136. 



TABLE DES ^OMS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



235 



Hugues, bourgeois de Rouen, 62. 

— RuFFUS, 80, 96, 105 n. 1, 107, 
184. 

— de Saint-Chéron, donateur, 
c n. 11, 117, 118. 

— canonicus Sagiensis, 153. 

— de Sideville, 161. 

— Talebot, 155. 

— de Vernon, donateur, lvh n. 
5, Lxxv, 54-56. 

— du Val, 160, 161. 

— de Warchan, 80. 

— témoins divers de ce nom : 
38, 39, 62, 74, 110. 

Hugonis epiacopi terra, lxii, lxxiv 

n. 2, 126-7, 130, 133. 
Hugonis Holardi feodiim, 149. 
Huhanmesnil, localité, 148, 149. 
HuMFROi, abbé, 175. 

— canonicus, 79. 

— filius Rol)erti, 115. 

— de Villequier, donateur, 122, 
123. 

— moine de S. \\'.,iri. 

— témoin, 52, 62. 
riuNDAHDus filius Hanel, 185. 
HuNFREDUS. Voy. Ilumfroi. 
IIuNGEnius, bourgeois de Rouen, 62. 
Hupavona. Voy. Upavon. 
Iluiucus clericus de Medanta, 1 18. 



I 



IcTou, donateur, 12. 

Idiiiini. ^'oy. Esches. 

Imhleville, Seine-Inf. , arr. Dieppe, 

cant.Tôtes,Lxxxi-ii,134, 138-9,197. 
Imma, donatrice, i vm, i.xxxix-xcr, 

48, 50, 51, 61 n. 3, 93. 
Indre, abbaye, xxiv, xxv, 5. 
Ingeluandus, Ingelrannus. Voy. En- 

gerrand. 
Inittua, localité, xxi n. 3. 14. 
Innocent II, pape, bienfaiteur de 

l'abbaye, lxv, lxvi, X(;ix-(;iii, 120 

n. 1, 126, 129, 130, 143. 
Insufa Bonn. Vov. Lillebonne. 



involucruni, xnv n. 4. 

Ioannes. Voy. Jean. 

locel domus, 194. 

Ioffredus. Voy. Geolï'roi. 

loHANNES. Voy. Jean. 

Ircium, Irliinu. Voy. Erches. 

IsARELLE, fille de Louis \'l, lxxxviii, 

n. 8. 

— - de Grandvilliers, 105 n. 1. 
IsENRARn le FouUon, donateur, 109. 

— abbé. \'oy. llisem])ard. 
Issou, Seine-et-Oise, air. Mantes, 

cant. Limay, xxii, 8. 
Itton, rivière, xx, xx\i, 14. 
Itton, rivière, 20. ^ oy. Epte. 
lulia bona. Voy. Lillei)onne. 
IvES, comte de Beaumont-sur-Oise, 

donateur, civ n. 8, cv, 68-70, 155, 

156. 

— le Clerc, fils chi comte de 
Beaumont, 68, 69. 

— chevalier, donateur, i.xxxvi, 
41. 

— de Creil, 41 n . 2. 

— témoin, 39, 69. 

Fvelohl, Ivelot, IveioLh. Voy. Yvetot. 
Ivo. Vov. Ives. 



J 



Jacor, témoin, 102. 

Jacor Van Driessche, copiste, cxvii, 

r.xxii, cxxvii n. 7, cxxxiii. 
Jacqueline de Poissy, donatrice, 

164, 165. 
Jean de Beusemouchel, lxxvii n. 7. 

— de Bloys ou de Blaassche, con- 
seiller, cxix, cxx, cxxvi n. 1, 
cxxvii n. 7 . 

— chanoine, 156. 

— de la Chapelle, chronicjueur, 
cxix. 

— Cornu! , 177. 

— abbé de Fécamp, ;»() n. 1, 52, 
62, 65. 

— Fils-Gilbert, 184. 

— de Fontaines, rvii n. 4. 



236 



TAlîI^K DKS >OMS DE LlEl X ET DE PERSC).\>ES 



Jean de Joe, 163. 

— de La m bu in, 168, 

— évê(]uc do Lisieux, 110. 

— d' Orléans, 111. 

— do Préaux, i.xxiii n. '.\. 

— archevêque de Rouen, ST. 

— évoque de Séez, 425. 

— prévôl do Silletot, Kil. 

— de \Vacoi>no, i~-.\. 

— lénioin, 71), 121. 
Jérusalem (voyage à), 103 n. 2. 
Jeiifosse, Soine-et-Oise,arr. Manies, 

canl. Bonnières, ci. 
JocELiN, évêque de Salisbury, dona- 

leur, 139, 140, 163. 
Joe. Voy. Jean de J. 
JoHANNKS. Voy. Jean. 
.loHKT M. (Ji.l, érudil, \i.\ii. \i.viii, 

ex 11 n. i , 
Joseph, al)l)é do S. \V., cxxx. cxxxii 

n. 2, 3. 
JouBiiui, oonile du Maine, xxxi. 
Jourdain, donateur, 12. 
Jovitinon, localité, xxv, 32, 34. 
Juin hoiin. Voy. Lillei)onue. 
Jumièges, Sciuo-Inf., arr, Rouen, 

caut. Duclair; abbaye, xix n. 1, 

xxviii u. 4, (MX, ex n. 3 ; — abbés, 

voy. (niillaume, Guntard, Landry; 

— forèl, XIII, XI. m u. T», lxix, 4, 
26-28. 

JuslUia, cvi, 126, 130, 133, 187; — 

alla et bassa, liv-lv, ^3. 
Jules, peuple, xlix. 



Kadolus, témoin, lit. 
Karolus, témoin, 60. 
KiLiAN isaint), xxxix n. 3. 
Kinelvilla. Voy. Quinéville. 
Kitreya, Kitreyum, Kitri, Kilry. \o\ . 

Guitry. 
Kiiuscn (M. Bruno , érudit. v, m, \i 

n. 2, cxiv II. 3 . 



L 



La Bahuk dom (\c , cxiv. 



Layny, Soine-et-Marno, arr. Meaux, 

XLV. 

Lair/lc (maison de , I II) n. 4. 
Lambkrt 'saint', abbé do S. \V., 
xiii, XX, 4, 5. 

— comte de Nantes, xxxi. 

— cellerier, 145, 1 4(), 153. 

— témoin, 57, 15;"). 
Lauibervillc, Seino-lnf., arr. I)io[)po, 

canL Bac(]uevillo, 197. 
Lamburn. \'oy. .loan de L. 
Landes, localité, xxi n. 3. 14. 
Lanuon, abbé de S. \V., 17, 18. 

— lovita Paris., 104. 
Lanorv, abbé de Jnmièges, 19. 

— capellanus, 120. 

— presbyter, 1 16. 

L;in;/('/()f, aujonrd'bui Laïupiotot, 

Seino-lnf., arr. Le Havre, canl. 

Bolbec, 193. 
Lauf/omarra . \'()y. Loiignoinare. 
Laom. Voy. La uni. 
Lalran, palais, 126, 129. 
Laudoniari lerra, 126, 130, 133. 
Laudonis mililis lerra, i.xii, i.xxiv 

n. 2, 91. 
Laum, localité, xix, 32, 35. 
Lau.xomari's. Voy. Lomer. 
Laurent (saint), patron de l'abbaye, 

27. 
Lauren'iii s mag-isler scolarum, 125, 

133, 137. 

— moine de S. \V., 111. 

— témoin, 38. 
Laxlrn. Voy. Lostro. 

Lebecors, Lebecor/. \'oy. Lébé- 

court. 
L('b('C(}Uft, Euro, arr. Los Andelys, 

cant. Ecos, com. Forêt-la-Folie, 

i.xi II. I, i,xxxviii-ix, 72, 73, 92, 

131, 135. 
Lebecurl . \'oy. Lé]>écourl. 
Leclerc, nom dt; famille dos soi- 

gni'urs de Brionne, 180 n. 1. 
LiaiF.R saint), évo([uo d'Aulun, 4. 
LEiiiAUT, donatrice, Lxiii n. 1 , Exxxvfi 

n. 1. 6i, 65. 



TAnij': Divs .NOMS \)E \Ai:y\ t:i' dK im:iis()nm;s 



2'M 



Leghis (al)bé), xvi n. 2. 

Le Michel (doni Anselme), lxvii ii. 

1 1, )■> en note, "•() n. 1 . 
Lenticuln^n, localité, 34-, 100. 
L[:oteh[icusj, moine d'Auchy, l't-l. 
Lei^tre, Manche, arr. \'alognes,cant. 

Montebourg, XXI, |S. 
Letbert, témoin, SO. 
Letvinus, témoin, .'{'.►. 
Leutbiîand, donateur, S, 14. 
Leuthof/egias, localité, xiir n. :î, xxv. 

31, 34. 
Le Vage, notaire, 24 n. 2, 26 u. 1 . 
Levison (M. Wilhelm), érudit, cxni 

n. 4. 
Lewis, localité, 98 n. 1. 
Lexoviensis ep. Voy. Lisieux. 
Libncort. Voy. Lél)écourt. 
Liberiacum. \'oy. Livry. 
L/è(!/e (monnaie de I, <:\in n. 4. 
Lieiieiue, moulin, llKi. 
Lillebonne , Seine -Int., air. Le 

Havre, 82, 84, 108 n. 2, 208; — 

hommes de L., ll'.l; —ci". Nico- 
las de L. 
LiniRij, IJniolz, localités, xxiii n. 3, 

8. 
Liinitium. Voy. Limay, Limel/. 
Lincoln, diocèse, civ, 129. 
Lindchciif, Seine-lnt. , arr. Yvetot, 

cant. Yerville, i.xxxi, cxii n. 1, 

108, 127, 131, 134, 196, 197, 208. 
LindeheocJ, Lindcheu, JJndebeud, 

Lindebovc, Lindobeod . \'oy. Lin- 

dcbeut. 
linr/iian ceto/'uni, 128, 132, I3(). 
Lintot, Seine-Inf,, arr. Le Havre, 

cant. Bolbec, arr. Dieppe, cant. 

Longueville, Lxxviii, cxirn. 1,134. 
LisiAP.DLîs puer Paris., lOL 
Lisieux, Calvados, diocèse, xci, 128, 

131, 135,201, 207; — évêques, voy. 

Arnoul, Herl)ert, Jean. 
Livry, Calvados, arr. Bayeux, cant. 

Caumont, lix n. 1, lxiv, xcii, 4*, 

47, 128, 132, 136, 201. 
Loewenfei.d i'Samuel), érudil, v n 



2, vil, VIII, X, XVII n. 4, cxv. 

L()(jiuin, monastère et port, xi\ n. 7, 
XI. IV n . 3, i.ii n. 1. 

LoiiiEUi dom Fernand). cxxxiv, c.xxxv. 
206 . 

Loiiini.\o\. Logiiim. 

Loire, lleuve, .'i . 

LoMEu de Butot. 44. 

Longa regia. Voy. (Jber. 

Longa verrina, localité, xc, 13">. 

LongeJliuni. \o\. Longueil. 

Longevilla. Voy. Longueville. 

Longoilluni, Longoliuin . \'oy. Lon- 
gueil. 

Longueil{-Sainle-Marie),avv. Dieppe, 
cant. Ofîranville, lxxjx, (■>6, 07, 
91, 127, 131, 134, i:i9, 196. 

Longuemare,[Seine-hiL Mw . Yvetol, 
cant. Ourville, com. Sommesnil, 
i.ix, Lxrv, Lxxix, 48. 

Longueville, Seine-Inf., arr. Dieppe, 
doyenné, lxxxii,'200. 
— rivière"' lia Sire), lxxx, 127, 
131, 134. 

LoTiiAiHE L'", empereur, xxvi n. L 

Louis ee Pieux, empereur, bi(Mirai- 
teur de Labbaye, xi, xxvii, 28, 29. 

Louis \'II, roi de France, bienfaiteur 
de ral)baye, lxv, xcix, ci-ciii. lO't 
n. 4, 143, 14V, 162, 164 n. I, 168, 
170, 173, 174. 

- abbé de S. W., xxix, xxx, 
xxxvi n. "">, XXXVIII n. 3, xi.vii. 31, 
33. 

Louvain (monnaie de , cviii n, 4. 

Louveriennes, Seine-et-Oise , arr. 
\'ersaill(»s, cant. Marly, xxv n. ;i, 
190. 

Loure/ol, Seine-Inf., arr. Yvetot, 
cant. Caudebec, lx n. 1, exi n. 3, 
Exiv, i.xix, Lxxi, cxii, 43, 46, 54, 
55, 82, 84, 92, 126, 130, 133, 195, 
197-199; — cf. Foulques, Ospac, 
Hichard, Rojjert, Roger de L. 

Luvelokl, Lnvefof, Liivetoih. Voy. 

Louvetot. 
Lupolelnni, 199. \'oy. Louvetot. 



'2:\H 



lAïu.i': i)i;s Noms di; likix i;r ni-: i'F!:iis().\.\ks 



LucinLiciini, localité, wii, 10. 
Luis. \o\. Hugues de I.. 
Liinerai/^ Seine-Inf., air. Dieppe 

cant. Bacqueville, xv, 14. 
Lutuin, localité, 0, 24. 
Luviccinaa. \o\. Louvecieunes. 



M 



Mabii.lf, (lonali'ice, I4.i, l't't. 
Macorias, localité, xxv, 32, '^\. 
,l/ace/'/o/as, localité, xx n, 7. 
Madriaceufiis pagus, xxi n. 2. 
Madriniaciun. Vo\ . Margiiy. 
Magalonum, localité, xxv, 8. 
Magafiaciim. Voy. Mé/.y. 
Magdoleine [la], localité, xxiii n. 10. 
MaghenesforI . \o\. Manningl'ord 

Ahbots. 
Maginarous cleiicus, .iO. 
Magneroliim, localité, xvi. 4, IS. 
Magny, Seine-et-Marne, xxiv, 7. 

— Seine-et-Oise, air. Mantc^, 

doyenné, lxxxix, 201. 
Maien, moulin, 19o. 
Maigoldl vallis, xx, xxvi, 20. 
^Iainard, abbé de S. \V.. xl. xlih, 

LUI n, 3, Lxv, cxxxiii, cxxxiv n. I. 
Maine, région, xxiv, 7. 
}laifinil. Voy. Mesnil. 
3/a/s/j// Goj/!ilani. Cf. Mesnil-sous- 

Gaillon (? ,. 
Maisnilhun Ade. Voy. Rosceliii. 
Maisons-siir-Seine^ aujourd'hui Mai- 

sons-Lafitte, Seine-et-Oise, arr. 

Versailles, cant. Saint-Germain- 

en-Laye, cv, 79, 113, 143, 144, 

164, 1G5 ; — cf. Gautier de M. 
Mala. Voy. Le Mesle. 
Malcha. Voy. Mar(jues. 
Malbuisson, Malhusnn. Voy. Gazon, 

Gilbert de M. 
Malgeuius. Voy. Manger. 
Mallevrier. Voy. Maulévrier. 
Malrewart, témoin, 6'). 
Malviet.. \'oy. Richard. 
Malvesin. Vov. Mauvoisiii. 



Manassks, comte de Dammarlin, cii, 

lOi-, lO:,, 174. 
Mandorille. \o\. Guillaume de M. 
Maxessier Maivoisin, donateur, I8G, 

187. 
Maghoncs/'ord, Mani'gesforl . \'ov . 

Manningford Abbols. 
Man(;is, évèque dAvranches, 44. 
Maniacum. Voy. Magny. 
Manninc ferra, exiv, lxxx, 'f7, S.'i, 

87. 
Manningford Abbots, Angleterre, 

co. Wilt., civ. 129, 139, 140. 
Mansus (iosloni, 128. 131. Cf. Mesnils- 

sous-Gaillon (?). 
Mansus S. Ma/nini, localité, c n. 8, 

(.11 n. '«, 174. 
Mansus S. }f;ir>ai\ localité, c, 128. 
Mantes, Seiiie-el-Oise, i.xxxix, cv, 
(.VI, 38, 39, 112, 113, 1(34, W\, 187 
n. 1 ; — vicomtes, voy. Guillaume, 
Hugues, Huricus. 
Manuoithvilla. ^'oy. Mauvaisville. 
nianulenenciuni, 1 Ki. 
MatroH/ivilla. ^'oy. Mauvaisville. 
niappar, 188, 189. 
niappulae, 189. 

Mara. Voy. Ober, Hichard de M. 
Marcocinefum, Mareouc/iins, Marco- 

rhiez. \o\. Marcoussis. 
Marcnussis, Seine-et-Oise, arr. Ram- 
bouillet, cant. Limours, xxiir, ciir, 
25, 32,35,128, 174, 201. 
Marculfivilla. Voy. Bosguérard-de- 

Marcouville. 
Maregnei. Voy. Robert de M. 
MareH[-Marly), Seine-el-Oise, arr. 
Versailles, cant. Saint-Germain, 
xxni,ciii, 25, 32, 35, 128, 174. 
Marescal. Voy. Goubert. 
Marescotie. Voy. Marcoussis. 
Margny, Oise, arr. (vompiègne, cant. 

Ressons, xxiri, 32, 34. 
Marigny, localité, xxi n. 5. 
Maris, 204 ; cf. Mervilliers. 
Marly, Seine-et-Oise, cm; — sei- 
gneurs, voy. Mathieu, Thibaud. 



TAiiLi: i)i;s .\o>fs DI-; r.iiax Kr dk I'erson.nks 



239 



Maroiluin, Maroliuin. Voy. Mareil. 
M;ir(/np>i, Seiue-Ii)f., an-. Neufclià- 

tel, caul. Aumale, xvii, IS. 
Mars [champ rlo), v, vi, xi. 
Marter/ni, Martifjniacuin, Marlinni. 

Voy. Martiguy. 
Martrne (dom Edmond), cxiv. 
Marticfiiy, Seine-Inf., arr. Dieppe, 

cant. OfTraiiville, ltx, lxiv, i.xxin, 

43,46, 47, 127, l-il, 134, 193, 194, 

196, 200. 
Martinet^ moulin, i.xviii n. 2, 19o, 

198. 
Martonne, localité, xix, 31, 34. 
Massuin. Voy. Matz(la). 
masu/'e, lxxxv n . H). 
Mathiel, témoin, 98 n. 1, 100. 
MARTfN III, pape, I. 

— cardinal, 129. 

— de Touffreville, 140. 
Martini ecclesia, Martin- Kg-lise, 

Seine-Inf., arr. et cant. Dieppe, 
138, 139. 
Matiiiei' II, comte de Beaumont, 
donateur, l.j;i, 156, 177. 

— III,—, 176, 177. 

— seigneur de Marly, donaleur, 
177. 

— de Saint-Saens, donateur, 140- 
149, 208. 

Matuiede, reine d'Angleterre, lvi, 
t9, 76, 77, 80 n. 2, 98 n. 1. 

— de Chaussy, donatrice, 154. 

— de Frettemenle, donatrice, 
120, 121. 

Mafz [la), rivière, xxm, 17. 
MatliuoiUivilla , Mathuoitvilla , Ma- 

tuoitvilla. Voy. Mauvaisville. 
Mauger, archevè({ue de Rouen, lvi, 

:i9. 62, 65, 66, 68, 71, 72, 76, 77. 

— comte, 53. 

— fds de Hugues, 80. 
Mauh'vrier, Seine-InC., arr. Yvetot. 

cant. Gaudeljec, liv, lxiv, lxxi, 43- 
Mauriliacus, localité, xxiv, 0. 
Maiirontis cisterna, xv, 8. 
Maiivaisvllh, Orne, arr. et cant. 



Argentan, lix n. 1, i.x, lxiv, xcvii, 
47, 85, 87, 128, 132, 135, 152, 201. 

Mai VOISIN (famille), ci n. 2, en n. 2, 
187 ; — cf. Guillaume, Manessier, 
Pierre, Raoul, Roger. 

Maroirilla, Marovilla. Voy. Mauvais- 
ville. 

^IaXI.ME El' Vénémani» iSS.\ xliv, 
LUI n. 3. 

Medanla, Merlanfum. Voy. Mantes. 

medialor, <( métayer )», xcvii n. 6. 

Mee, 61 . Voy. Imma. 

Meen, moulin, cvii n. 3. 

Melicocq, Oise, arr. Compiègne, cant. 
Ribecourt, xxii-xxiii, 17. 

Mellenlum. Voy. Meulan. 

Melunais, région, xxiv, 7. 

Moram, localité, xxvi, 32, 34. 

Merezais, région, xiv n. 8, xxi, 12. 

Meriliacinn, localité, xxi n. 1,13. 

Mervilliers, Eure-et-Loir, arr. Char- 
tres, cant. Janville, xxrv, xxv, 8, 
32, 34. 

Meule [le<, Seine -et- Oise , arr. 
Mantes, cant. IIoudan,com. Adain- 
ville, XXI, 12. 

Meanil, localités, lxxv n. 1, 134,135, 
195. 

Mesnil-Loisnier, localité, lxxii, 102. 

Mesnil-sons-Lillehonne , Seine-Inf., 
arr. Le Havre, com. Lillebonne, 
lxxi, 85, 86, 127, 131, 134, 194. 

Mesnilpatric. Voy. Mesnil-Patry. 

Mesnil-Patri/, Calvados, arr. Caen, 
cant. Tilly-sur-SeuUes, i.vii, lix, 
lxiv, lxv, xcii n. 8, 44, 47. 

.Mesnil-sous-daillon, (les), xc n. 3, 
92, 128, 131. Voy. Auhevoie. 

Messe, Mayenne, arr. et cant. 
Mayenne, com. Aron, xxiv, 17. 

niestier, xxviii, 189. 

Mefiaginn. \ oy. Messe. 

Mrnlan, Seine-et-Oise, arr. Ver- 
sailles, Lxxxix, cv, 78, 161-163; — 
comtes, vov. Galeran, Huoues; — 
vicomtes, voy. Gautier, Guillaume, 
Hugues. 



240 



lAnLi; iji:s noms ni: j.iklx i:t dk im:i;s()N.\es 



Mezy, Seiiie-el-Oiso, cant. Meulaii, 

XXII, 1'). 

Michel, évêque d'Avraïulies. S7. 

— (le Bosc, concédanl, 160. Itil. 
MilidiinonsU pagiis. N'oy. Mcluiiais. 
Mil. ON, doiialeur, 14. 

— fils Oein, témoin, 71. 72. 
MiM.or M. E.), au n. l. 
Milhj, localité, xxiv. 

Mincherfe , localité en Aiiglt'ioi rc, 

82. 
/ninisteriiuii . ^ o\ . niestier. 
Miracula S. WandfcghUi, \\\ii n. 1, 

XIX, xxxii, XLV n. 4, li. 
Miltispons, localité, xxxi n. )>. 
Molinuii cotlus. Voy. Mélicocq. 
molta , /nollurn, molilurii. Voy. 

moûte. 
Mona^feriuin Odeli'rii. (><le1r)-is, Odi- 

lerii, Oolier, Oolior. XOy. Monte- 

polier. 
Monceaux, Orne, xxi n. '.\, l.'i, 17. 
Monchelet, Somme, air. Ahheville, 

cant. Gamaches, com. Maisnières, 

XVII, 15. 
Monotfti'Ula. \'oy. Movotlivilla. 
Monstieraulicr. \o\. Montei-olier. 
Mont-aux-malades, localité, <;ix n. 2. 
MoNTBERTLS, témoin, .'^8. 
Monl-Blandin. Voy. Saint-Piene- 

de-Gand. 
Mnntdieu^ chartreuse, cxxv. 
Montebourg, abbé. Voy. Guillaume 

de M. 
Montegnei. \'oy. Anthelme de M. 
Monforl. Voy. Hugues M. 
Montegumhri. Voy. Roger de Mont- 
gomme ry. 
Montérolier, Seine-Inf. , arr. Neuf- 

chàtel, cant. Saint-Saens, liv, 

Lxiv, Lxxvi n. 2, 40, 43, 92, 127, 

131, 135, 180, 181, 200. 
Monticellos. \o\ . Monceaux et Mon- 

chelet. 
Montlhéry, Seine-et-Oise, arr. Cor- 

beil, cant. Arpajon, xxiii n. 10. 
MontDiorency, Seine -et -Oise, arr. 



l'ontoise. 172; — seigneur, voy. 

Bouchard . 
Mont Xirolon, cii, 25, 17i. 
Moril -Sninl - Michel. Manche. arr. 

Avranches. cant. Pontorson, cix. 

ex n. 3, ex XXIV n. 1 , 
Monl. \'o\. Gautier, Werel de M. 
Mor\inglia. \'oy. Thibaud de M. 
MoiîCAitT, comte de Xorlhumbrie, 9('», 

207. 
Moriaciiin, localiU'î, w, 18. 
niori J}o^c, 84, 

Morlagne. \o\. Geofiroi de M. 
MoruiSLus, donateur, 7. 
Motte {Ia\ localité, c. 
Dioi'ifc, i.xiii. i.xx\i\-\, 93, 110, 149. 
Morolhcilla . \ oy. Mauvaisville. 
Muccs. \'oy . M nid s. 
M nid s. \'oy. Nicolas de M. 
Milicien, région, xxiv. 
}fnriacnnt. \o\. ( Muiignolles. 



N 



Xaniponf-fiiii'-rAiithie, localité, xxxi 

n. 5. 
Aii/i/a/s, région. \xi\. 
Xanteuil. palais, v, 3. 
Nanthilde, reine, v, 3. 
Nantiacuni, localité, xx n. 2, 13, 
nappcfi, xxviii. 

Natalis de Baernia. témoin, 170. 
Natsan/iinsiscenle/ia. X'oy. Ansennes. 
Neel, vicomte, 52. 

— témoin, 52, 02. 

— Albinus, témoin, 115. 
Néon, localité, xvi, 4. 
Nerviniacuni, localité, xxi n. 5, 13. 
Neufhosc, Seine-Inf. , arr. Neuchâtel, 

cant. Saint-Saens, lix, lxiv, lxxvi, 

Lxxxiv, Lxxxvii, 41 , 43, 47, 149, 200. 
yeufchalel, Seine-Inf., doyenné, 

Lxxxvi, 200. 
Nenvea-terres lesi), lxiii n. 1, lxxvii, 

70, 77. 
Neuville. Voy. Noville. 
Neuville[-sur-Eaulne\ , Seine- Infé - 



TABLE DES .NOMS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



2il 



rieure,arr. Neufchàtel. cant. Lon- 
dinières, com. Bailleui-Neuville, 
Lxxv, Lxxxvjii, 85, 87, 149. 

Npuvy-aii-floulnie . centaine, xxi n. 
5, 13. 

Nialcha. Voy. Malcha, 

Nicée, ville, .38 n. 2. 

NiCHOLAUs. Voy. Nicolas. 

Nicolas Fils-Baudry, donateur, 
Lxxxviii, 57-.59, 72, 73. 

— filius Bosi, 179. 

— de Juliibona, 79. 

— miles, 147. 

— (le Muids, donateur, Lxxi, 12"). 

— ROSCELIN, 193. 

— sacrista, 125. 

— secretarius, 133, 137. 

— de Valle de Corion, 1G8. 

— témoin, 62. 
Nidnin^ localité, xxiii, 10. 
NiGELLUs. Voy. Neel. 
Nimèguo, ville, 28, 30. 
NiTHARD, donateur, 36, 37, 
NiVARD DE Srpteuil, douateur, 79 

n. 2, 102. 
NivoN, évêque métropolitain de 

Reims, 4. 
Noiers. Voy. Gilbert de N. 
iVo/o/j-.SMr-/l/j(/<?//e, aujourd'hui Char- 

leval, Eure, arr. Les Andelys, 

cant. Fleury, xxn, 31, 34, 190. 
Normand Pjnnart, témoin, 97, 98 

n. 1, 99. 

Primat, témoin, 90. 

— de Veravast, 92. 
Normandie, région, cvni-cxi. 
Xorininds, peuple, xxx-xxxix, xlvii- 

i.ii. 

Morinnnnia, Normannica provi/icia, 
Xorniannoruni prori/icia, Lix n. 1, 
Lxiv, 37, 43, 40, 81. Cf. Norman- 
die. 

norois, idiome, XLviir-i., cxii n. I. 

nota r in. ^ coniilis, 176. 

NothviUa. Voy. Noville. 

Notre-Dame, église paroissiale de : 

— Arg-entelles, x<:vii n. 6, 201. 

L'Abbaye de Saint- Waxbrille. 



Notre-Dame, Arques, lxxxii, 200. 

— Avenelles, 201. 

— Avernes, 201. 

— Brionne, 124. 

— Caudebec, lxvii n. 6, 199. 

— ChaufTour, c n. 11, 201. 

— Ecclesfield, 202. 

— Ectot rOber, 202. 

— Ectot-lès-Baons, lxxviii, 199, 
200. 

— Esclavelles, i.xxxvii n. 7. 

— Grainville-la-Teinturière, lxxix 
n. 5, 200. 

— Gueutteville, lxxiv-v, 199. 

— Ilautot-le-Vatois, lxxvii, 200, 

— Livry, xcii n. 3, 201. 

— Louvetot, 199. 

— Mantes, 113. 

— Montérolier, lxxvi n. 2, 200. 
Paris, 103, 104. 

— Poupeville, 62, 63. 

-- Rançon, lxviii n. 3, 199. 

— Rânes, xcviii n. 2, 153, 201. 

— Rivecourt, xcix n. 8. 



Rogerville. 200. 



n. Il, 150, 



— Vatteville, i.xxii 
151, 199. 

No( re-Dame-de-Bruyère , chapelle, 
201. 

— de Caillouville, chapelle, 201 . 

— de Chevrie, ciiapelle, ci. 

— de Grarenchon. \'oy. Graven- 
chon. 

— de-Ia-Mère, Seine-el-Oise, arr. 
Mantes, cant. Bonnières, com. Jeu- 
fosse, CI . 

— de Nazai'etli, abbaye, cxvi n. 
2, cxx. 

Nova terra. Voy. Neuves Terres. 

Nova villa Huper Ahia. Voy. Neu- 
ville-su r-Eaulne. 

Novempopulanie, région, xxx. 

Noville, Seine-lnf., arr. Dieppe, canL 
Olfranville, onlre Saint-Aubin et 
Martigny, mv, lv, lxiv, lxxxii, 43, 
53, 92, 20'k 

Noviomnni. Voy. Nojon. 

16 



2i2 



TAIUJ; DES NOMS \)lù LIEUX Kl" hi: l'IlIlSONNES 



yoviliiinux, localité, xxiii, 10. 
\oviiS hosciis. Vov. Ni'iirhosc. 



O 



Ober, ciiaiioiiu', ll.'i. 

— de Canga, 120, 

— dapiCer, ^V.\. 

— de Essei, 184. 

— filins Bernanli, 117, l'iO. 

— frère de la duchesse Papie, 
donateur, i.xxvi, i.xxx, 40, 43, .j9. 

— de Lindeljeufjdonateur, i.xxxi, 
108. 

— de Longa regia, 121. 

— de Mara, 108. 

— de Montéroliei-, 180. 

— Olifant, lxxiv n. 8, 1)8, 91. 

— vel Ravenellus, .">2. 

— hourgeois de Rouen, ('>2. 

— de Rou\ray, lxxxvi n. 13. 

— témoin, ;)2, 56, 57, 62, 77, 1»1. 
OcTAViANis, cardinal, 129. 
OnELEiuus. Vo\ . Olier. 

Odilon, al)bé de Clnny, .'iO n. 1, 32, 

54. 
Odo. Vov. Eudes. 
Odulfus, contre de Saint-Riquier, 

XXXVII. 

O/fignies, Somme, arr. Amiens, canl. 
Poix, XVII n, 1, XXIX n. 6, 14. 

Offiniacas. Vov. Offignies. 

Oggerhs. bourgeois de Rouen, (12. 

Oignon, Mayenne, arr. Mayenne, 
cant. et com. Ambrières, xxiv,8. 

OïLARDus, donateur, 91. 

Oissel, Seine-Inf,, arr. Rouen, canl. 
Grand-Couronne. N7, 89. 

Olier, seigneur de Montérolier, 40. 

Olifant. Voy. Ober. 

Olivier Dage, 135. 

Olna. Voy. Orne. 

Omerville, Eure-et-Loir^ arr. Char- 
tres, cant. Janville, com. Baudre- 
ville, cil, 2(>, 174. 

Omniéel, Orne, arr. Argentan, cant. 
Exmes, i.iv, lv, i.xiv, xcv, 44, 6(3, 



t)7, 12S, 132, 133, i:;i, 132, 201. 
Omoni (rAns(juetierville, lxii, i.wv 

n. S. 92. 
— de ("Jiaumonl -(MI- N'cxin , 

Lx\x^■III n. 8. 

— archidiacre de Rouen, 125,132, 

133. 13(), 130. 
Oinoiirille, Seine-Inl'., arr. Nenlchà- 

tcl, cant. Saint-Saens, com. Saint- 

Martin-Omonville, lxxxiii-v, 140- 

149. 
(huulonem. \o\. Oignon. 
OfléanaÏK, région, xxiv. S. 
Ormes, Eure, arr, lAreux, canl. 

Couches, XX, 14. 
Orne, rivière, xciii n. 1, 136. 
Orlhninririlln. A'oy. ()thmari\ illa. 
Osber, Oshoriiiis. \'oy. Ober. 
Oscar, viking, xxx, xxxi, cxxix, 
OsciiEMi, X'oy. Oscar. 
Osi}>rnus. \'oy, Exmes. 
O.s/.sv/je/js/.s paguA. \'oy. Iliémois. 
Osmonville. \o\ . Omonville. 
Omnoi/, Seine-Inl'., com. Sainl-^'Mle- 

ry-s. -Hures, xvi, 4. IS, 
OsMUNDUs. \o\ . Oinonl, 
OsPAcii de Louvetot, 08. 
Os PAC \'oy. Gérard. 
0//ininriviIla. Voy. Omerville. 
oiiche, Lxxxiv n, 11. 
OuEN (saint), évêque métropolitain 

de Rouen, m. 
OuRSEL de Banchis, 08. 
— témoin, 93, 101. 
Outreau, faubourg de Boulogne-snr- 

mer. \'oy. Walbodinghem. 
Oxellurn. Voy. Oissel. 
Oxford. \'oy. (îautier, 
Oxiniae. Voy. Exmes. 
Oxiniensis j)agui<. \o\. Iliémois. 



Pagani s, \'oy. Payen. 
Paisfolet, Vov. Hugues P. 
Puhlriacum, localité, xxv, xxviii, 189, 
190. 



TABLE DES NOMS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



2i3 



Papie, duchesse de Xormaiidie, lvi, 

40-44, 49. 
PariSy diocèse, <;ni, 24, 25, 103, 128, 

173, 174, 201, 202; — ville, xxiii, 

xxxviii, 31 n, 2, 32, 35, 36, 103, 

16S. 
Parisis, région, xxiii, cm, cv. 
parfochia, 197 . 

Pascauius, évêque de Nantes, 5. 
Pausa.^. Voy. Poses. 
Pavilli/, Seine-Inf. , arr. Rouen, 

doyenné, Lxxni, 199. 
Payen de Rupe, 178. 

— de Conded, 100. 

Pecq (le), Seine-et-Oise, ai-r. Ver- 
sailles, cant. Saint-Germain-en- 
Laye, xxni, cm, 10, 25, 32, 35, 103, 
104, 128, 156, 168, 170-172, 174, 
190, 196, 201; - curé, voy. Guil- 
laume. 

Peisi<i. Voy. Poissy. 

Pelehous [doinus (le), 194. 

Peletot [crancia de), 198. 

Penevilla. Voy. Hugues de P. 

Penseium. Voy. Poissy. 

Prpin, maire du palais et roi, dona- 
teur, xxvii, 9-1 1 , 19. 

Perdita villa. Voy. Perduville. 

Porduville, Seine-Inf., arr. Neul'chà- 
tel, cant. Saint-Saens, com. Le 
Bosc-Mesnil, lxxxv, 149. 

Perediet/Ha, localité, 65 a. 

Pertz (George IL), érudit, cxrv. 

persona, personnage, Lxxir, lxxxf, 
101 n. 3, tu n. 1, 138, 139, 161, 
165. 

Pelr'ii^pons. Voy. Pierrepont. 

Pelroinintahini, localité, xr.iv n. 3. 

Pëtiu s. Voy. Pierre. 

Phti-ibert (saint), abbé de Jumièges, 

IV. 

Philippe 1*='', roi de France, 184 n.2. 

— -Auguste, roi de France, 
bienfaiteur de Tabiîaye, cvi, 177, 
178, 186 n. 4. 

— V, Le Long, roi de France, 
Lxv n. 6. 



Piiii ippE, évèque de Bayeux, 150. 

— de Beaumont, concédant, 176. 

— de Blaru, 79. 

— seigneur du Fayel, c n. 2. 

— — de Hautot, 195. 
Piehre Aper, 156. 

— de Boscrenc, 156. 

— de Collemezzo,arclîevêque de 
Rouen, lxvi n. 1. 

COLOBRINUS, 187. 

— miles de Espinei, cvii n. 3. 

— seigneur du Fayel, c n. 2. 

— Maalle, 172. 

— puer Paris., 104. 

— PicART, donateur, 197. 

— de RuncheroUes, 156. 

— moine de S. W., 109. 

— témoin, 52. 

Pierrepont, Seine-Inf., com. Grand- 
court, xvi, 20, 32, 34, 189. 

Pinua. Voy. Guillaume de P. 

Pincerais, région, xxm, c n. 11, cm 
n. 8, cv, cxi, 10. 

PiNNART. Voy. Normand. 

Pirosa, localité, 92. 

Plectrude, femme du duc Pépin, 1 1 . 

Ploury, localité, xvm, 8, 64, 65. 

Poissy, Seine-et-Oise, arr. Versailles, 
102, 113, 114; — seigneurs, voy. 
Gazon, Geoffroi. 

PoNCELET (le P.), érudit, cxxv n. 2. 

Ponches, localité, xxxi n. 5. 

Pons cardonis. Voy. Pontchardon. 

Ponl-Audemer, Eure, doyenné, Lxxit, 
198. 

Pontchardon, Orne, arr. Argentan, 
cant. Vimouliers,com. Saint-Mar- 
tin de P., xci, 50 n. \, 128, 131, 
135, 201 ; — cf. Robert de P. 

Pontesia. Voy. Pontoise. 

Pont-de-V Arche, Eure, arr. Louviers, 
XLiv n. 2. 

Poni-de-Thil, dépendance de Saint- 
Saens, LXXXIV. 

Pontiloiles, Somme, arr. x\bbeville, 
cant. Nouvion-en-Pontieu, xix,32, 
35. 



2 5t4 



TABLl-: DES NOMS l)i: I.IKL \ LIT DE PERSONNES 



Punticas, Ponlinfi. Voy. Ponchos. 
Ponticuloti. Voy. Poulhoiles. 
Ponf/iioii, Ponlieu, région, xix,.\.\xi, 

XXXVI n. 2, xxxvii, lf, cxxxii ; 

comtes, voy. Enguorrand, Gnil- 

laiime Talvas. 
PoNTius filins Erné, 94. 
Ponfoise, Seino-et-Oise, 1(>4, \~'.\, 

174. 
Poparillu. Voy. Ponpeville. 
Poriol [le;, faubourg de Boulogne- 

sur-nier, xxxvi n. 2. 
porlus jnunnsferii [S. W.), .{2, '-W, 

120. 
Poscsi, Eure, arr. Lonviers. canl. 

Pont-de-rArche, xx, S. 
Pouilhj, localité, xxv n. '■\. 
PouPAnnix (M. René), érudil, cxxxiv 

n. 2. 
PouPK, femme de Hollon, cxii n. 1. 
Ponpeville, Manche, arr. Valognes, 

canl. Sainle-Mère-Eglise, corn. 

Sainle-Marie-au-Mont, xciv, cxii 

n. 1, 62-04, 128,132, 13(>, 20:i. 
precatoricie terrae, {■.')'). 
prefeehini, 12s. 132, 13.^, 193. 
Presoldi campiiH, lxxxiv, 148. 
Priniacuin. Voy. Pruniacuni. 
Provence, région, xxv, 4. 
Prunaij -Ip-Ternplc)^ Seine-el-Oise. 

arr. Mantes, cant. lloudan, xxi, 12. 
Pruniaciini. Voy. Prunay. 
Piicheuil {le), dépendance d'Omon- 

ville, Lxxxv, 149. 
Puh'ohiui. Voy. Le Pnchenil. 
Pi/roh'Iuin. localité, lxiii n. 1. 
Pyriini. N'oy. IMourv. 



Qii.irciiH. QiinrcuN. Voy. Carcuil. 

Quatiioi-molas. Voy. Frettemeule. 

Q/;r'A2/oji;fc, aujourd'hui Etaples, Pas- 
de-Calais, arr. Montreuil, xix, 
xxxiii, xxxvi, xxxvii. 31. 34. 

Quesnai/ [le], dépendance de Saiiit- 
Saens, lxxxiv, 148, 149. 



Querilli/, St-inc-Inf. , arr. Rouen, 

canl. (îrand-doui'onnc. i.x, i.xx, 

i-S. 
Quicfri/, Voy. (iuilry. 
Quiei-zi/siir-Oisr, Aisne, an-. Laon, 

canl. (ioucy, xlvi, 31, 3(). 
Quinri-ille, Manche, arr. Valognes, 

canl. Monlebourg, xc.v, 128, 132, 

13(1. 
Quiiilri. \'oy. (iuilry. 
Qui/ /-y. \'oy. (luilry. 
Quoqne/'ninnonf . \'oy. (loqueréan- 

monl. 



R 



R. Maiwi:!., donateur, P.tT. 

— RossEL, donateur, 197. 

— de Sigillo, 119. 
Raanu, Pana. Voy. Rànes. 

Rabei. de Lindeheuf, concédant, 
108. 

— de Tancarville. I 19. 

— témoin, o3. 
Padana. Voy. Rânes. 

Radon, référendaire, v, xii u . 2. 
Radi LFTS, Radulphus. \'oy. Raoul. 
Ragenfuedls. Voy. Rainfroi. 
Hacjole, Raiole. \o\ . Robert R. 
Rainaldi, Rainardi /erra, i.xxxi. 127, 

130, 133. 
Rainai'u, archidiacre, 104. 

— boulanger, 121 . 

— CORNUT, 101. 

— écuyer, 123. 

frère d'Engenouf, 117. 

Rainoldi s. Voy. Rainaud el Re- 
naud. 

Rainfreville. Voy. Gautier et Guiard 
de R. 

Rainfiu)! le Blonh, donateur, 08. 

— LE Chauve, donateur, 08. 

— custos, 100. 

— maire du palais, XXI, C», 10. 

— évèque mélro|jolitain de 
Rouen, 18 n. 2. 

— donateur, 18. 



TAHLK I)P:S noms UE MEUX KT DE PERSONNES 



24o 



Rainfhoi, lémoin, 30. 

Ranichafias, localilé, Mi. 

Ramnulfus, cancellai'ius, 112. 

Rançon, dépendance de Saiiil-Wau- 
(Irille, XIV, xxviii, liv, lx n. 1, lxi 
n. 3, Lxiv, Lxviii, 43, 46, 82, 84, 87, 
88, 92, 126, 130, 133, 180, 100. 
195, 197, 199. 

/ia/ir.s, Orne, arr. Argentan, canl. 
Ecouché, xcviii, 02, 06, 07, 128, 
132, 135, 152, 153, 201. 

Ranulfus, lémoin, 101. 

Raoul de An^ervilla, 107. 

— Ben.nengkl, 107. 

— BoNET, 100, 110, 120. 

— — major, 121 . 
— minor, 121. 

BORDET, 175. 

- calcelerre, 1 «6. 

— canberJcncus, 65. 

— camerarius, 161. 

— clericus, 121 . 

— archevêque de Canlerhuiy, 
125. 

— presbyter de Carlelh, 108. 

— comte de Clermont, 152, 

— Cocus, 146. 

— ("rassus, 100. 
cubicularius, 96. 

Dancel, lxxxvi n. 13, 92, 127, 
131, 134. 

— dapifer, 96. 

— decaïuis, 153. 

— de Durbaiii, 1 15. 

— Falsart, 194. 

— Fils- Anseré, lxxxi, 93, 94, 
98-100, 127, 131, 134, 207. 

— fil i us Eve, 115. 

— de Frettemeule, 120, 121. 

— filins Fulconis, 100. 

— liiius Gisleberti, 118. 

— fdius Rogeri, 183, 184. 

— filiite Scelesti, 91, 93. 

— fdius Walteri, 5i-. 

— de Frolladicuria, 163. 
fraler Ilugonis, 62. 

— l'rater Godefridi, 100. 



Raoult de Gribouvdla, 120. 

— comte d'Ivry, 53 n. 10. 

— maître de Guillaume le Bâ- 
tard, 56, 59. 

— abbé de Jumièges, xxviii n. 
4. 

— major, 176, 177. 

— Malduict, 63. 

— (le Mandevilla, 1()8. 

— de Mannavilla, 151, lîio. 
— ■ Marescallus, cvii n. 3. 

— I Mauvoisin, vicomte tle Man- 
tes, 113, 184 n. 2. 

— III et IV Mauvoisin, donateurs, 
cvi, 186, 187. 

— miles, 108, 147. 

— monachus, 153. 

— I de Mortemer, 08 n. 1. 

— nepos abbalis S. W., 156, 
175. 

— Paiîvi s, 163. 

— Pinnarz, 107. 

— |)rior, l.")3, l'i"). 

- de RainlVeville, 1 16. 
comte de Roumois, v. 

— de Salceio, 121 . 

— sacerdos S. Ermellandi, 147. 

— scutarius, 107. 

— tliesaurarius, 150. 

— de Va renne, 08 n. 1, 99. 

— WvSLELF, 187. 

— comte de Vexin, 39. 

— témoins divers, 39, 52,90, 101. 
Ratbellus. Voy. Rabel. 

RAruii'R, comte. 18. 

Ravenellus. Voy. Ober. 

Rehels ou Rebelz, localité, xiv n. 0, 

Lxxxrv n. 2, 18, 32, 35. 
Relnboldus, témoin, 37. 
relief, 102, 145, 146, 179, 180. 
Renaud, abbé de S. W., lxviii n. 2, 

Lxxxii n. 5. 

— LE Cangeor, donateur, 123. 

MUSAVENA, 177. 
Ih'smro, Reaencon, Resencun, Ra^en- 
clion, Re^en/lo, Re^entluni. \o\ . 
Ran(,'on. 



2i6 



TABLE DES NOMS DE LIKUX ET DE PERSONNES 



Restedus suhconlor Belvacensis. 

111. 
Re^tohli (h DviicJIh feurhun, i.xxxiv, 

148. 
Revecuria, lieveriscors, Bcverciscur- 

lis. Voy. Rivecourl. 
Rhône, tleuve, 4. 
RiBEUT (sainr, xvi ii. 2. 
RicAHDLs, RicAUT. X'ov. Ricliaid. 
RiciiARo I'^'", duc (le Normandie, 

XLl-XLIll, XI. V, XI. IX n. ('), ElII, i.xv, 

Lxxxvi, cxxxni. 

— II, duc de Normandie, ])ien- 
faileur de l'alibaye, xlv, lu, i.iv, 

LVI, LX, I.XI n. 1, T. XV, LXX\1, 

Lxxxvi, 40-4;), 49, :iO, ;il, 86, 91. 

— III, duc de Normandie, té- 
moin, 4i, iO, '")() n. 1 . 

— comte ? , .-JO. 

— presbyter de Ans<;iervilla, 
181. 

— d'AidTay, donateur, ixxix n. 
(3. 

— Bk.ot, 16;^. 
cancellarius, J()4, 142, 

— de ("orceio, 142. 

— comte (IKvreux, cxii, 82, 83, 
94. 

— filins Gisleberti, i4. 

— niius Landrici, 1<)3. 

— lilius Odini, Oini, IJO, 112, 
121. 

— filius Osberni, 9(i, 100, 101, 
108, 110. 

— filius Roberli, 1)9. 

— de Fougères, donateur. 14"), 
14f). 

— de Gisnei, 120. 

— de Huoleville, 94 n. 1 , 99 n. 1. 

— de Humetot, 154. 

— prévôt de Louvetot, lxxxiv, 
146, 148. 

— de Mara, 108. 

— Maluiel, 123. 

— de Mentennis, 168. 

— Ol.IVIKM, loi. 

— de Osvilla, 179. 



Ricn.MU), presl)yfer, 166. 

— comlt> de Roumois, 19. 
moine de S. W., 111, 114. 

— de Scalis, lxxxvi n. 13. 

— de \'ernon, donate\ir, cvi, 178 
179. 

— de \'ille(piier, i.xviii n. 2, cvi, 
cvii. 

— d'Yvetol, i.xvii n. 8, i.xxviii. 

— témoin, i\2, 
Ripnrcnfiiciirfis. \'oy. Riveconrt. 
Ripp.i, localité, !)1,34. 
Rij)p;H'urut \'oy. Riveconrt. 
Ripparin. \'oy . Railly-en-Rivière. 
Rivecourl, Oise, arr. Compiègne, 

cant. Estrées-Saint- Denis, xxiii, 
XLi, xcix, 25, 110, 111, 128, 174, 
183, 190,201, 205. 

Riveruriu. \o\ . Riveconrt. 

Rerereiaciirlis^ liiveriscora, Riveris- 
corl, Riverosriirfiti. \o\. Riveconrt. 

Rivière (la), C-liarenle, arr. Cognac, 
cant. (>hàteaunenf-sur-Cliaren(e, 
com. Angeac-Charente, xxix, 8, 

RivirtsicurtiH. Voy. Riveconrt. 

Rivrrf, localité (?), 195. 

RoBEiiT II, roi de France, xlv. 

— LE Diable, duc de Normandie, 
bienfaiteur de Fabbayc, lv, lvi, 
Lxx, i.xxv, i.xxxii, xci, xcvii n. 4, 
38 n. 2, 49, 51, 52, 54-56, 61, 71, 
74, 91. 

— (vOi-hte-IIeise, duc de Nor- 
mandie, 76, 77. 8^). 87, 98 n. 1. 

■ 100. 

— Allenolt, 121. 

— vicaire d'Ar{|ues, lxxxii n. 5. 

— Babuisel, 115, 167. 

— de Bello campo, 1 12. 

— Bigot, 79, 90. 

Boise ET, 103. 

— de Brionne, 194. 

— Calvus, 39. 

— camerarius, 107, 115. 

— Catits, 187. 

— Cleuicls, 89. 

— CoQis, 118, 



TABLE DES NO.AIS DI'] LIEUX ET DE PERSON.NES 



247 



Richard, évê({ue de Coulances, 44, 
53, IVJ. 

CuASSL's, 51). 

— Deudonné, 193. 

— L'Eloquent, lxxxviii n. 8. 

ESCOSAKT, 1 1.'"), I(i7. 

— comte d'Eu, 08 n. 1, 100. 

— Faber, 163. 

— Fils-Aubri, 100. 

— Fils-Enieïs, (loiuileur, xciii, 

04, o:i. 

— filiiis G., 40, 07. 

— filius Walterii, 101. 

— filius Gerardi Pernot, 91. 
filius (îisleberLi, 117. 

— iilius IIeJ)erti, 116. 

— filius Hugonis, 120. 

— FiLS-HuMFHOi, doaaU'ur, i.xiii 
n . 1, xciii, 62-66. 

— filius Landrici. i(>3 i, 192. 

— filius Ricard i, 118, 121, 
146. 

— filius Rogcri, 168. 

— filius Sifredi, IKi, 167. 

— fils Toutain, 08 n. 1, lOO. 

— filius Walonis, 01. 

— Gaillart, 107. 

— de Garlande, 187. 

— Gontart, 06. 

— de Grand villiers, doua leur, 
100-107. 

GUEREI-, 107. 

— de Ilaia, 110. 

— de Harecort, 1()2. 

— Hareng, lxxxiv, 14S. 

— d'ilug'leville, donateur, i.xxiv, 
120, 121. 

— laicus, 30. 

— LOSENGE, 128, 132. 

— de Louvetot, lxviii n. 2. 

— magisler, lo3. 

M ALI ART, loo. 

— de Mantevilla, 161. 
-- de Maregnei, l.'io. 

— Maivoisin, 1 13. 

III comte de Meulan, dona- 
teur, 89, 05-97, 112. 



Richard IV — lxxii n. 11, 151, 
161-163. 

— miles, 147. 

— miles (Willelmiducis ,76,77. 

— molendinaiius, 155. 

— monachus et notarius, 65. 

— cornes de Montini, 76. 

— comte de Mortain, 95. 

— du Xeubourg-, 142, 175, 185, 
18(). 

— non capillatus, 185. 

— notarius, 176. 

— Paganus, 193. 

— de Port-Mort, i.xxxvi n. 13. 

— prepositus, 147. 

— presbiter, 137. 

— Ragole ou Raiole, 108, 110. 

— Rossel, 194. 

— I'"", archevêque de Rouen, 
Lvi, xciv-xcv, 41, 44, 49, 51, 54, 
56, 60. 

— archidiacre de Rouen, 125, 
133, 1.36. 

— chanoine de Rouen, 133. 

— Rlffus, 146, 1()6. 

— de Sacen villa, 110. 

— abbé de S. W., lx n. 1, lxiii, 
71-74, 77, 105 n. 1, 106. 

— évêque de Séez, 87. 

— telarius, 115, 167. 

— de Thibouville, 96. 

— de Toriu:nv, <;xxi. cxxiv. 

— « personne » d'Upavon, 165. 

— de Ver, 119. 

- de Vieux-pont, 90, 97. 

— le \'oier, 176. 

— de Warehvast, 100. 

— (témoins de ce nom), 38, 39, 
52, 62, 93. 

roccL 189 A-, 190. 

Roche-Gin/on [Lu), Seine-et-Oise, 
arr. Mantes, cant. Magny, <:v, 101 
n. 2, 177 ; — seigneuis, voy. Gui. 

rnchot , xxviii. 

Hoccolini ciir/is. \o\. Roclincourt. 

Rorlincourt , Pas-de-(lalais, arr. et 
cant. Arras, xx, 13. 



248 



TABLE DES N0:MS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



RoDBERTis. \ oy. Robert. 
Rodez. \o\. Anumd sainti. 
rodinct, 106. 

RODOLFUS, RODULPUS, RoDLLPlILS. 

Voy. Raoul. 
Rodoni'iim. Voy. Rosny. 
Hodulfi lerrn, Lxir, i.xiii, ixxxi, 74, 

87. 
Roevilla. ^'oy, Royvillo. 
RoGELMus, témoin, 38. 
Roger de Auro, 110. 

— Anglicus, 17."). 

— de Beaumoiil, ilonaU'ur. i.xxii, 
xcviii, 06, 68, 8:i, 80, 90-97. 

— iirchidiacre de Bcauvais, l!l. 

— Beleckntihe, 161. 

— Bigot, 79. 97. 
BoNEi, 146. 

— de Boville, 187. 

— de Burdiiivilla, 121. 

— decaiius, 179. 

— Exiineiisis vicecomcs, .")3. 

— filius Aiiii, l.'lii. 

— filius Ileltonis, 121. 

— filius lluidVedi, 6'), 66. 

— fds de Nicolas Fils-Bau<li'y, 
:)8. 

— tiliiis Ra^nulfi, 64. 

— fils de Raoul de Varenne, 64. 

— FiQi ET, donateur, 68. 

— de Fontanis, Dio. 

— Herpin, 96. 

— de Lisieux, 79. 

— de Louve lot, 12:?. 

— Malchion, 147. 

— Malesmains, 198. 

— de Martrei, 183, 184. 

— de Montgommery, 43, ;i3 n. 3, 
68. 

— MouiN, Kil . 

— de Mortemer, ()4, 98 n. 1. 

— de Mungena, 76. 

— sacerdos Paris., 1()4, 171). 

PiNGEMONT, 123, 

— preposilus, 80, 207. 

— senescallus, 12o. 

— archidiacre de Séez, 1;J3. 



Roger, abbé de Sainl-Ouen, l.Tri. 

— abbé de S. \V., i.x\, lxxviii 
n. 2, Gvi, I4:i-147, 1.51-155, 186, 187. 

— de Sideville, Lxxv, 127. 

— de rhibouville, 96. 

— TODI LENSIS, ToriIEXNENSIS, 

53, 59. 

— de Tore y, 107. 

— de Turre, 154. 

— (témoins de ce nom, 52, 79, 
81, 110. 

Ru(/erii tenenic/iluni, 167. 

Ro</ervill(', Seiiie-Inl'.. arr. Le Ha- 
vre, canl. Saint Romain, rxxvr, 
cv n. 1, 200. 

RoUehoise, Seine-el-Oise, arr. Man- 
tes, canl. Bonnières, c, 25, 128, 
174, 201. 

RoUecrutH. Voy. Rolleboise. 

RoLLON, duc de Normandie, xi.ix n. 

6, LXI. 

Rolimwe. \ oy. (îuillaume de R. 

Roi.jMii s. N oy. Rollon. 

RoLiN, hôte, 92. 

RoMAMS de Rupe, 178. 

Romo^ ville, iv, vn, 126, 143. 

RoNBKRTus sacerdos, 104. 

Ronrillare. Voy. Rouvillers. 

Roonl, Roony . NOy. Rosny, 

Ros, hôte, 63. 

Rosaij, Seine-et-Oise, arr. et canl. 

Mantes, ci, 143. 
Roshncium, Roshutiuni. Voy, F^ebets. 
RoscELiN clerc, 38, 39. 

— de Maisnillo-Ade, 108. 
— moine de S. W., 187. 

— CL Rosselin. 
RosENKRANz Dr. Antou), i, cxxxiv, 

203, 20 1. 

Rosentio. \'oy. Rançon, 

Roseti capella. \'oy, Rosay. 

Rosmesnilluin. \'oy. Rouxmesnil. 

Rosny-sur-Seine , Seine-et-Oise, arr. 
et cant. Mantes, c, 25, 105, 128, 
i 74, 185, 201 , 206 ; — port et péac^e, 
Gvi, 181-2, 187; — prieuré, 184-5, 
202. 



TABLE DES NO.AJS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



2i9 



Rosonlio, Rosenliuin. Voy. Rançon. 

RossELiN, diacre, 38. 

Rosijs. Voy. RoUon. 

RoswEYDE (le P. IleiibeiL , cxxv- 

cxxxi. 
RoïBERTus. Voy. Robert. 
RoTHAÏs, mère d'Ives, 41 n. 2. 
Rotheniiiin. Voy. Rosny. 
Bolhmariacensis locu}<, iv, vu. 
ROTHMARUS, iri-vi, ix-xi, 3. 
RoTHMUND, donateur, 14. 
Bothomagensis par/us. Voy. Rou- 

mois. 
Rolhomagus. ^'oy. Rothmarus. 
Rotmaruii. \o\. Rouen. 
Hotomagus. ^ oy. Rouen. 
RoTRODus. Voy. Rolrou. 
RoTRou, évéque d'Evreux, 132, 13(), 

150. 

— archevècjue de Rouen, concé- 
dant, Lxxix, 156-131). 

RoTZELiNus, bourt^eois de Rouen, 
62. 

— cubicularius, o2. 

— témoin, 52. 

Rouen, Seine-Inf. ; diocèse, xxix n. 
6, 127, 131, 133, 202; — doyenné, 
Lx'ix, 199 ; — concile, 7 ; — cha- 
pelles do la cathédrale : Notre- 
Hanie, sainte Catherine, sainte 
Marguerite, s. Jean-Baptiste, s. 
Jean Évangéliste, 199; — arche- 
vè((ues, voy. Alard, Eudes Rigaud, 
Guenelon, Guillaume, Hugues, 
Manger, Robert, Rotrou. 

— ville, XIV, XIX n. l, xxx, xxxii 
n. 2, XLViii, XLix, i.x n. 1, lxiv, 
Lxix, Lxx, 31-38, 61, 85, 87, 111, 
112, 115, 130, 133, 137, 154, 155, 
185, 186; — bourgeois, 62. 

— vicomte, lonlieu, (^ semaine », 
LXX n. 1, 43, 48, 127, 130, 134, 142, 
185, 186, 193. 

Rouge-Cloifre, monastère près de 
[ Bruxelles, cxvi, cxvii, cxxv-cxxvii, 

cxxxi n. 2, 191 n. 1 . 
Roulleboj/fie. \'oy. Rolleboise. 



Rouniois, région, xiii, xix, xxx, xi.ix, 

8; — comte, voy. Raoul. 
Roulai. Voy. La Haye de R. 
Rouville, Seine-Inf., arr. Le Havre, 

cant. Bolbec, lxxviii, 127, 131, 

134. — Cl". Royville. 
Rouvillers, Oise, arr. Clermont, 

cant. Saint-Saens, c, 25, 128, 174. 
RouxniP>inll-Bouleillrs, Seine-Inf., 

arr. Dieppe, cant. OtVranville, 194. 
Roville, dépendance de Saint-Saens, 

Lxxxiv, 148. 
Rovilers. Voy. Rouvillers. 
Roijcille, localité, 205. 
Ruboridum, localité, 18. 
RuGULTRANLS, témoiii, 89-90. 
Rûinaucourl, Pas-de-Calais, arr. 

Arras, cant. Marquion, xx, xxvi 

n. 9, 20. 
Runibaude curtis. Voy. Rumaucourt. 
Ru/ncarias, Rumquaria^, Ruucarias, 

localité, XV, xxvi, xxxvii n. i, 18, 

32, 34. 
Runcheroles. Voy. Pierre de R. 
Rupei<. Voy. Roche. 



S 



Saane [Sainl-Jufit], Seme-Inf., arr. 
Dieppe, cant. Bacqucville, xv, 18, 
32, 34, 189. 
— rivière, xv, 6. 

Sacenvilla. Voy. Robert de S. 

Saciacuni. Voy. Sassey. 

Sagiensis, Saginsis pagus. Voy. Séez. 

iiagl, 190. 

Saillg, Somme, xcix, 25, 174. 

Sainlonge, région, xxv, cxi n. 4, 8. 

Salaciagum, localité, xxv, 8. 

Salceium. Voy. Raoul de S. 

Saliacurn. Voy. Sailly. 

salines, lxxxii n. 9, 136, 193. 

Salisbury, Angleterre, diocèse, civ, 
129, 202; — comte, voy. Guil- 
laume Longue-Epée ; — évêque, 
voy. Jocelin. 

Sallincuui. Vov. Saillv. 



250 



TABLE DES NOMS DE LIEUX ET DE PERSONNES 



Samso.x, clerc (le Bayeux, 8'J, 

— Depent-pootl, 103. 

— Voy. Eli genou r. 

fils dEngenouf, concédiuil, 

— Main oisiN, 1 13. 

— témoin, 38, 39. 
SundouviUe, arr. Seine-Inf. , arr. Le 

Havre, cant. Sainl-Romaiii, lxxvi. 

Sanson. ^'oy. Sanison. 

Sarceaux, Orne, arr. et canl. Argen- 
tan, LIX, LX, LXIV, xcvii, 47, S'», (S7, 

128, 132, 135, 152, 201. 
Sarceaiilx, Sarceh, Safcclli, Snr- 

chiaus. ^'oy. Sarceaux. 
Sarraziiis. peuple, xxvi . 
Saasey, Eure, arr. et caul. Evreux. 

XXI, 14. 
saura, 190. 
Saussaye, Eure, air. Les Andelvs, 

cant. Etrepagny, xxii. 11. 
Saveiu, témoin, 155. 
Saviynac, Charente, arr. Confolens, 

cant. etcom. Chabanais, xxv, 8. 
Savifuacum. Vov. Savi<inac. 
Sawalus, témoin, 39. 
Saurai il terra, 121 . 
Scandinaves. \o\. Xormands. 
ScHiwARDus, donateur. 6. 
Scie, rivière, lxxx. (]f. Longueville. 
Scoreslarn. Voy. Sherston. 
Scrulavilla. Voy. Ecretteville. 
Secana. Voy. Seine. 
Seda. ^ oy. Sideville. 
Sedana, Sedanna. Voy. Saane. 
Sedilla, localité, xix n. 1, xxvii, 32, 'S',')' 
Séez, Orne, arj-. Alençon ; diocèse, 

xcv, 128, 132, 135, 151-2, 201; — 

évèques, voy. Girard, Jean. 

— ville, 151, 152. 

— pagus. Voy. Seois. 
Se/f'rcdivilla, Sefreivilla, Sefrenvilla, 

Seff revilla. Voy. Chefîreville. 
Segebertus, témoin, 39. 
Seherrilla, Seliici-rilla. \o\. Sier- 

ville. 
Seicfredi villa. Voy. ChelïVeville. 



Seine, lleuve, xrii n. 4, xxri, xxx, 
xxxii-xxxvii, xi.vni, i.xvii-r.xix, cv, 
cvii, CXI, 20, 23, 25, 34, i-3, 57, 
94, 99, J13, 123. 126. 130,133. ICI, 
162, 174, 187, 193. 

Seint. Voy. Gautier de S. 

Sénarponl, Somme, arr. Amiens, 
cant. Oisemont, xvii, 18. 

Sentnau. Voy. Senneville. 

Senneville, Seine-Inf., arr. Yvetot, 
cant. \'almont, xiv-xv, 8. 

Senfilli, Orne, arr. Argentan, cant. 
Ecouché, XXI, 13. 

Seois, pagus, xcvii n. i, 87; — cen- 
taine, XXI, I 7. 

Septeuil, Seine-et-Oise, arr. Manies, 
cant. Iloudan, ci, 26, 128, 174, 
196 ; — voy. Nivard de S. 

Sepfeulle. Voy. Septeuil. 

Seyj/-il/e;/ /es, Seine-lnl"., arr. Diepj)e, 
cant. Eu, 8. 

Sequana. \'oy. Seine. 

Serheirilla. Voy. Sierville. 

Sp(hpfreville,SethfreviUe. Voy. Clief- 
freville. 

Sesseline de Poissy, 114. 

Sévigny, Orne, arr. et cant. Argen- 
tan, 201. 

S/ierslon, Angleterre, co. Wilt, civ, 
81, 82, 129, 139, 140. 

SicBoi.i), donateur, 10. 

sicera huniolonae « citlre de hou- 
blon », bière, 190, 

Sidelot, ou (Udelot, Seine-lnl". , arr. 
Rouen, cant. Pavilly, com. Mes- 
uil-Panneville, i.xxv, cxii n. 1, 
131, 134, 19 i; -- cf. Jean de S. 

Sideville ou (Sideville, Seine-Inf. , arr 
Rouen, cant. Yerville, lxxv, 127, 
131, 134, 160, 194, 199; - cf. Gau- 
tier, Hugues, Roger de S. 

SiDROc, viking, xxxvi. 

Sierufnvilla. Voy. Sierville. 

Sierville, Seine-Inf., arr. Rouen, 
cant. (Hères, i.vii. i.ix, lxiv, lxxv, 
47, 55, 126, 1.30, 133, 199. 

Silefnt. \(}\. Sidelot. 



T.^BLE DES NOMS DE LIEUX ET DR PERSO>>ES 



2oi 



SiNDARD, moine, iv. 

SlRMOND ilc P.),CXXI, CXXIV, 

Siscols ou Siscrioh^ localité (?), 106. 

s il in a, 115. 

Sita, localité (?), xv n. 6, 18. 

Sitolium. Voy. Septeuil . 

Smets (M. George), cxvii n. 3. 

socci. Voy. rocci . 

Sonnardum pontem. Voy. Sénarponl. 

Sorestan. Voy, Sherston. 

Spanga. Voy. Epaigiies. 

Spinetum. Voy. Epinay (1'^. 

Stainmara. ^ oy. Gautier de S. 

staniineae, 189, 190. 

s^an^w;/?, moulin, 193. 

Stephanus. Voy. Etienne. 

Slratellum ou Strulelluin S. Slepha- 

ni, localité, xxv, 32, 34, 190. 
SuGER, abbé de Saint-Denis, 144, 

145. 
Suiaguni. Voy. Issou. 
Summa cranna, localité, xxv, 13. 
Surreij. Voy. Guillaume de Varenne. 
Sydetol. Voy. Sidetot. 
Sydeville. Voy. Sideville. 

Saints et Saintes 

— Albinus. \ oy. Aubin. 

— Amand, égl. paroissiale de 
Gouville, 32, 34, 199. 

— — de Rodez, i\ . 

— André, égl. paroissiale d'Ex- 
mes, xcvi n. 5, 201. 

— André-de-Fonienay, Calvados, 
arr, (]aen, cant. Bourguébus. xciii. 
95. 

— Anne de Coventry, civ n. 10. 

— Aubin - le -dauf, Seine-Inf. , 
arr. Dieppe, canl. Envermeu, rv, 
Lix, i.xiv, Lxxxii, 43, 40, 52, 53, 
91, 92, 127, 131, 134, 194-196, 200. 

— Audoenus. \'oy. Ouen. 

— Augustini capclla, 201 n. 3. 

— Auslrphei'tho, Seine-Inf., arr- 
Houen, cant. Pavilly, cvii, 194. 

— Kri(e,égl. j>aroissiale de Sevi- 
-nv, 201. 



Saint Cauranus. Voy. Cliéron. 

— Cliéron. Voy. Aimeri, Hugues. 

— Chéron, abbaye, com. de 
Chartres, xxxviii-ix. 

— Crépin el Crépinien, égl. 
paroissiale de Chaussy-en-Vexin, 
Lxxxix n. 8, 201. 

— Cyrice de Perclière», abl)aye, 
c n.7. 181. 

— Denis, Seine, al)i)aye. xxix, 
xxxvi ; — abbés, voy. Ililduin. 
Suger. 

— Deiiis-du-Bosr/uérard , Eure, 
arr. Pont-Audemer, cant. Bourg- 
llieroulde, com. Bosguérard-de- 
Marcouville, lxxi, 127, 131, 135. 

— Denis, égl. de Brionne, 124. 

— Desiderii capella, liv, lxiv, 
40, 43, 127, 131, 135. 

— Ermellandus, Saint-Herbland 
à Rouen, 147. 

^ Etienne de Caen, abbaye, cix, 
ex n. 3. 

— Etienne - du -Rouvray ^ Seine - 
lui'., arr. Rouen, cant. Grand-Cou- 
ronne, LVll, LIX, LXIV, LXX, 54, 5^), 

127, 130, 134, 190, 192. 

— Etienne, église paroissiale de 
Sideville, lxxv, 199. 

— Evroul, abbaye, 98 n. 2, 99 
n. 1. 

— (randreyi^iilus. Voy. Wan- 
drille. 

— Georges, église paroissiale 
d'Abbanbuoz (?), 201 n. 1. 

— Georgea-dWnnebecq , Orne, 
arr. Argentan, cant. Briouze, xcviii, 
cxii n. 1,96,97, 128,132, 135,152, 
201, 202. 

— G e o r g e s - d e - R o s c he r V ille, 
Seine-Inf., arr. Rouen, cant. Du- 
clair, com. Saint-Martin-de-Bos- 
cherville, doyenné, i.xx, 199. 

— (ieorges-fle-Grai^enchon ,'^oh\Q- 
Inf. , com. Notre-Dame-de-(jra- 
venchon, lxii, i.xx, exxi, 85, 86, 
127, 131. 13'k 



2.12 



TABLE DES >()MS DE LIEL X ET DE PERSONNES 



Sanclae (Je/efrudis. \o\. Cjertrude, 

— Germain, localilé, lxxxv. 

— Gennain-d' Evtot , C.alvados, 
arr. Baveux, canl. Cauinonl, xciii, 
121, 128, 131, 132, 130, 143, 149. 

— Germain, église paroissiale de 
l\)iilaine-en-Bray, i.xxxvii ii. 7, 
200 . 

— Gefni;à/i-de-IIexchp(()l , //o,s- 
clicloL \o\ . Germain dEctot. 

— Germain -des -Prés, abbaye, 
XXIX, xxxv. 

— ■ (rerniain-de-Vurreville , Man- 
che, arr. Valognes, cant. Sainte- 
Mère-Église, xciv, 60, 62, 63. 92, 
128, 132, 136, 138, 201. 

— Germain-en- Layo , Seine-ct- 
Oise. arr. Versailles. 143, Ii4. 

— Germanus de Walliredivilla. 
^'oy. Germain de N'arreville. 

— Germer -de- FI 1/ . Oise. arr. 
Beauvais, cant. Le Goiidray, xxiii, 
XXVII, XXX, 20. 

— (rertriide, Seine-Inf. , arr. Vve- 
tol, cant. Caudebec, com. Maulé- 
vrier, lxviii, 82, 8'k 87, 88, 92, 1 10, 
126, 130, 133, 19t, 195, 198, 199. 
Cf. Ansgol-moulins. 

— Honorine, église paroissiale 
d'Audouville, xciv, 63, 92. 

— Jacques d' E>i(ançjn<) ? . cha- 
pelle, 199. 

— Josse-sur-mer. Pas-de-Calais, 
arr. et cant. Montreuil, xxxiii ii. 



199, 



Julien de Caudebec, hôpital. 

— Laurent fête, 121. 

— Laurent de Canterbury, 120 
n. 1. 

— — église à Rouen, lx u. 1, 
Lxiv. Lxx, 43, 47, 48,127, 130, 134. 
199. 

— — église à S. \V., iv. 

— Lecheeni. Voy. Guillaume de 
L. 

— Leobinus. Vov. Lubin. 



Sainl-Lô, église paroissiale de Fon- 
ça rville, 201. 

— Lô. dcjmus Dei, xciv n. 2. 

— Lubin. église du prieuré de 
Rosny. c. 103, 181-2. 201. 

— Lubin, près Darnétal, i.xx. 

— Mamini niansiia, 25, 174. 

— Marcoiif. Manche, arr. Va- 
lognes, cant. Montebourg, xciii-v, 
60-o3, 92. Ht. Ho, 128, 132, 136, 
16(), 167. 

— Maria tir Cuijivilla . Voy. Ma- 
rie de Poupeville. 

— Mai'ie-df-Poupecille ou Marie- 
du-Monf, Manche, arr. \'alognes, 
cant. Sainte-Mère-Eglise, xi;iv. 

— Marie cape lia, 128. 

— Marie mansus, 128. 

— Marie- Madeleine, hôpital k 
Rouen, 123. 

— Maria. Voy. Notre-Dame. 
Martin-le-Blanc, Seine-lnf. . 

arr. Xeufchàtel, cant. Saint-Saens, 
com. Saint- Mari in -Omon ville . 

LXXXIV, 1 'f9. 

— Martin de Tours, abbaye, 
xxxii 11. 2. 

— Martin de \'arrert7/e, Manche, 
arr. Valognes, cant. Sainte-Mère- 
Eglise, Lxiii, xciv, 60, 62, 63, 92, 
128, 132, 136. 138, 201. 

— Martin, église paroissiale de : 

— - Argentan, xcvi n. 7, 201. 

— — Bailly-en-Rivière, lxxxvi 
n. 1, 200. 

— Brandiaucourt. lxxxvii n. 



200. 



Brionne, 124. 
Campagne, 201 n. 1. 
Caumont, xciii, 201. 
Cerisy, 167. 

Chambois, xcv n. S, 201. 
Critot. Lxxv, 200. 
•la Croisille, 201. 
Fontenay, xciii, 95. 
Glicourt, lxxxv n. 13,200. 
Grand\ illieis, 201. 



TABLi: DES NOMS DE LIEEX ET DE PERSONNES 



2o3 



Saint-M;»iTiii MMitij^ny, Lxxxiir, 200. 
.._ _ Mauvaisvilîo, 201. 

— — Fontcli^irdon, xci ii. 7, 8, 

201. 

— — Sarceaux, xcvn ii. 1, 201. 
_ _ Wathevillc, ir>0. 

— — Vari-eville, 201. 
_ _ la ViUetle, n n. 4, 201. 

— Maixnir- Ilaulerive , Eure-et- 
Loir, arr. Dreux, en ni. Chàteau- 
neuf, en n. '^. 

— Mcdardus, 196. 

— Michel, église paroissiale de : 
Rolleboise, c n. 10, 201. 

— — Saint- Wandrille, lxviii, 
87, 88, 92, 194, 199. 

— - Veriion, xc, 128, 131,190. 

— Nicolas, église de Neufhosc, 
200. 

— Onier, Pas-de-Calais, xxxiv 
n. :i. 

— Ouen, abbaye à Roueu, i.vir, 
Lxi n. 1, CFX, ex n. '.\\ — abbés, 
voy. Fraternus, Roger; — cime- 
tière, 1^)4, 15;"). 

— Ouen, église paroissiale du 
Bosc-Mesnil, i.xxxvii n. 7, 200. 

— Paor, Eure, arr. Les Andelys, 
can(. Gisors, xx, xxvi, 20. 

— Paierniis;. Voy. Paër. 

— Paul, église à Saint-Wan- 
d:ille, IV. 

— Père de Chartres, abbaye, cxi 
n. :l 

— Pelrus. Voy. Pierre. 

— Petrus Castellionis. Voy. Cou- 
ches. 

— Philibert, église pai-oissiale de 
Sierville, lxxv, 199. 

- Pierre-sur-Divc, abbaye, ex; 

— abbé : Foulcpies. 

— — de Gaud, abbaye, xi.-xiji, 
XLV n. 4, cm ii. 8, ext n. 't, 
cxxxiir. 

— église près Quenlowic, xix 
n. 0, xxxiii n. 2, 3, xxxvi, 200. 

— église paroissiale de : 



Sain l-Mar lin l^Vunc-percé, xcviii 
u. (3, 201. 

— Bertrimont, Lxxiii, 199. 

- — Betheville, 199. 

— — Rosguérard, xe, 128, 131, 



135. 
200. 
20 1 . 
200. 

1 :\C) . 



Brémontier, lxxxvii n. 7, 

Faverolles, xevni n. 4, 

Fréauville, i.xxx\ i n. 7, 

Guitry, lxxxviii, TiS, 202. 
d'Omméel, xev n. 8, 201. 
Saint-VS''andrille, rv, 60, 



— — Ticheville, 201, 202. 

— Quentin, église paroissiale de : 
AUou ville, Lxxvii. 

^ — Walbodinghem , xxxiv, 
XXXV I n. 2. 

— Rihort^ domaine, 4. 

— fiir/tiirr. Somme, arr. Abbe- 
ville, caul. Ailly-le-IIaut-(]locher, 
XXIX, xxxr n. ;>, xxxii n. 2, xxxvi 
n. 2, XXXVII n. l,XLin. l,xi,vn.4. 

— Romain, Seine- Int., arr. Le 
Havre, doyenné, lxxvi, 200. 

— Saena, Seine-Inf., arr. NcMif- 
châtel, XVI, XXIX n. 6, lxxxiii-viii, 
18. ri-6-148, 192, 200, 202; —sei- 
gneurs, voy. Hélie, Malhieu. 

— Saens, église paroissiah^ de 
Bouteilles, i.xxxii, 200. 

— Safurnin, celle, vu, viii, 199. 

— Sidonius. Voy. Saens. 

— Slephanus . Voy. Etienne. 

— Sulpice, église paroissiale de 
Forest-la-Folie, i.xxxix n. 4, 200. 
— - Sydonius. Voy. Saens. 

— Symphorien. Voy. Bérenger. 

— Trond, abbaye, eviir. 

\aast (V Equiqueville , Seine- 
InC, arr. Dieppe, cant. Envermeu, 
Lxxxv n. 9. 

Valerij-sur-Somine ^ Somme, 
arr. Abbeville, xxxvi n. 2. 



■i:\ï 



TAULi: DKS NOMS DK I.IIJUX ET 01', l'ERSONNÉS 



Saiiil-V.ilcrv, église paroissiale de 
(iomuMille, 2n(>. 

Vicloi'-ln-(lnmpti(fnc , Seiiie- 
Iiil'., arr. Vvetol, caiil. Yerville, 
coin. Anrretiéville-Saiiil -\'iclor. 

— \'io-or (le ('.(M'isv, 115. 

— — éj^lise pai'oissiale de 
( ".lieux, 201. 

— Viuceiil du Mans, al)l)a\ e. xcii 
n. S. 

— Vulfraiid, église j)ar(>issiale 
de Butot, i.xxiv, 199. 

Saint - \V:ui(lrille - Winron , Seine- 
Inf., arr. Yvclol, eanl. Caudebec; 
abbaye, m, iv, viii. xiii, xxxi-lv, 
cvHi-cxm, f), 39, il. 43, 40, 49, 
:>1 sq., 104, IG;-), 178, 181, 18.3; — 
doyenné, i.xvi-i,xix, 199. 

— bourg', XXXII 11. *2, xiviii, i.ii, 
Lv, Lx n. 1, i.xi\-i,xvii, 17. IS, 38, 
U8, 99, 119, I2(i, 130. 133: — luai- 
ehé. 118, 193. 19 i. llMi; -— vavas- 
seurs, 19o. 

Wandrille, église du prieuré 
de : 

— — Marcoussis, ciii, 201. 202. 

— — du Pee(|, (Ml n. 2, 201, 
202. 

— — Hivi^courl, xe.ix n. 8, 201, 
202. 

— église paroissiale de : 
liosny, c n. 7. 

— — Septeuil, ci u. 3, 202. 



Tnlou, région, xv n, 2, xvi-xvm, 

XXIX n, 6, Lxxxii, 4, 8, 10, 12-1 1, 

18, 98 n. 2. 
Taunacus, localité, xv, 10, 1 i. 
Tnricinus, localité, xxir, 9. 
Tarvanensis, Tarrennem^is^ pagiifi, re- 

gio. Voy. Ternois. 
Teholdivilla. Voy. Guillaume de T. 
Teduinus, vicomte, 78 n. 1, 79. 

— sous-diacre, 104. 
Tegervilla, Tegisvilla, Tegiprvilla. 



Trllas, rivière la Bethuiie', xvi u. 2, 

f, 18. 
Tonaiis pagu^. N'oy. Talou. 
tonedurae, 8ii. 
lonnrri/, moulin, 19.3. 
Ti'OHAi.nrs. \'oy. Thibaud. 
7Vr /)()('.<;/. ahl)aye, Helgi(pie, Flan- 
dre {)ee., eom. Lisseweglie, cxix, 
rxxiii, cxxiv. 
Tf'rnois, rôgion, xix, xx, xxvii, 188, 
TerDiiann, évèclié. \'oy. Wifroy. 
TKHuicrs .\n(;licus, témoin, 108. 
TiiHAiDis. Voy. Thibaud. 
Tkuigislus, domeslicus, v. 
Teutsindus, abbé de S. \V., xiii, 
XXVI, 18. 

riIEHOLDlS, rill.OHAL'Dl'S. \ OV. Tlli- 

baud. 
riiKODAi.D, maire du palais, 10. 
TniLonFRicrs. Voy. Thierry. 
TiiiHAun de Crespi, 184. 

— de Faverilis, 1 13. 
seigneur de Marly, donateur, 

108-172. 

— Mai VOISIN, 18*). 

— de Moranglia, 170. 

rHKODEuicus. \ oy. Thierry. 

Thierhv ni, roi de France, bienfai- 
teur de l'abbaye, li n, "», lxix, 4, 
C), 7, 11, 23, 20, 27. 

— IV, roi des Francs, 10 n. 0. 

— comte de Beauvaisis?;, xli-ii. 

— témoin, 80. 

77h7 {le). Voy. Pont-de-Tliil. 
Thomas de Grandvillicrs, donateur, 
lOo n. 1, 179, 180. 

— vassal de Gautier de Rainfre- 
ville, 110. 

Thoaana. Voy. Ter Doest. 

Tliosanuni clironicon, cxix. 

TuRASARirs, abbé de S. \V., ix n. 1, 
28, 29. 

Ticheville, Orne, arr. Argentan, 
cant. Vimoutiers, xci, 50, 51, 01, 
93, 128, 131, 135, 201, 202. 

TipgevUla, Tiegervilla. Voy. Tiche- 
ville. 



TAHI.R Dl-:s .NOMS ])]■] LlinX ET DK PKHSONNKS 



.A M »« 



/f7/r?, 14'.». 

loHculup, IS9. 

ToDEHunis. donatrice, 36. 

Todelensii'f. Voy. Roger. 

Tolca. Voy. Touques. 

Toifrenvilla . Voy. ToutTieville. 

Tolina, moulin, cvi. 

Tonif. Voy. Guillaume, Roger. 

Torcij-le-Grand, Seine-Int'., arr. 
Dieppe, canL, Longueville, x\ i n. 
2 ; — ■ cf. Roger de T. 

Torfrerilln. Voy. Touffreville. 

Tornehusc. Voy. Guillaume de T. 

ÏOROLDLS miles, ."t3, .")(). 

Torp, Seine-Inf., arr. Yvetot, cant. 
Doudeville, com. de Torpmesnil, 
Lxxxr, cxii n. 1, lOS, 127. 131, 134. 

Torsloinvilla, 14-3. \Vjir Touiïreville. 

TousTiNGUs. Voy. Toutain. 

Toscarias, localité, xvi, 4, 18. 

ToTHENNf:Nsis. Vov . Rogcr dc Tosny. 

louailles, xxviii, 1H9. 

Touce>t,tra. \ o\ . Towcesler. 

Touffreville^ Seine-Inf. , arr. Le Ha- 
vre, Lxxi, cxii n. I, 125, 128, 131, 
134, 143, 197 ; — cf. Nicolas de 
Muids, Martin. 

Touqueti, rivière, "iO, 'M, 93. 

Tournai [manuscril de), cxvi-cxx, 
cxxv-cxxviii, cxxxi u. 2, CXXXJV-V, 
191 n. 1. 

Toutain Fils-Ileluis, concédant, 7G, 
77, 100, 116. 

— Goz, ;j2, o3. 

— Le Ricue, xliii n. 5. 

— témoin, 40, 56 . 
Touvée, moulin, 198. 
Toveceslra . Voy. Towcester. 
Towcealcr, Angleterre, co. \or- 

thamplon, i.xxvi n. 0, civ, cn n. 1, 

129. 
Thasakhis. Voy. Tlirasarius. 
lraven<i costuma, 113. 
Tremlidum, localité, xxiri, 10. 
Tricastin, région de la Provence, 

XXV. 

Trifiay, Eure, arr. Evreux, cant. 



Rugles, com. La Vieille-Lyre, xx, 

15. 
Trunciduni, localité, xxv!,32, 34, 20 i. 
Turhinrjhem, près du Portel, xix, 32, 

35. 
Turhodinrjheim. Voy. Turhinghem. 

TURSTAIN, TUHSTEN, TlUSTINOUS. 

\'oy. Toutain. 
TuuoLDUs monachus, l."»6. 187. 
Ti STIN. N'ov. Tciutain. 



V 



Udo, témoin, 104. 

Uisniea . Voy. Exmes. 

['hneel, Ulnielluni, Ulmiruni, Ubni- 

/•«.s. Voy. Omméel. 
riiuiruni. Voy. Osmoy. 
ilmosus villa, xxn , 9. PiMit-ètre 

Osmoy. 
rniehcl. Voy. Omméel. 
ruilinium. localité, \x\i, 31, 34. 
l'pavenn. \'oy. Uj)avon. 
Vparon, Angleterre, co. VVilt, civ, 

129, 139, liO. IC.5, 202. 
Uhsei-, UasELi.rs. Voy. Oursel. 
Irselli décima, i.xxxii n. 3, 127, 131, 

134. 
Luso, témoin, 109. 



\'a(;anl)Aiu) m. Tabbé . iv n. 4, vi, 

cxiri n. 4. 
Vaduin, localité, exxxv, 149. 
Valehannls decanus, 132. 
\'alin {M. Lucien), i.v n. 4. 
Vallis Benedicti, localité. 

— de Corion, localité, 168. 
Valmo'il, Seine-Inf., an-. Yvetot, 

doyenné, lxxvi. 
Valognes, Manche, 169. 
Valois, région, xev. 
Valteuiis. Voy. Gautier. 
Van den Gueyn iM.), cxviii. 
\'am)ea!iu, donateur, 7. 
^'andes, Orne, arr. Alençon, cant. 



2:\{\ 



tabm: des noms dk lieix \:t hi: personnes 



\a' Mesle, oom. !.(> Mônil-Kvroux, 

XXI, 17. 
Vtu'rnfw, l'ivic'i'o, xvi, 'i , S, IS. 
Vnrrrville. Voy. Sainl-Gerniain de 

V. cl Saint-Martin de V. 
Vnrrannes, Seino-Inl'., arr. Dieppe, 

cant. Totes, i.xxxir, \'2~, I.H, 13V, 

197. 
Vatevillo, V;i//iorillc , Vov. \'alte- 

ville. 
VntleviUr, Seine-Inf., arr, Yvetot, 

eanl. Caudebec, lxxii, cxii n. 1, 

r)6, 57, 93, 9"), 96, 127, 131, 134, 

i:')0, 103, [\)-l, 199;— cf. Galeran 

de V. 
Vaudreuil [le), Eure, corn. Saint- 

Ktienne-du-Vauvray, lxviii n. 2. 
VniKli'erillc, Scinc-Inf., arr. Dieppe, 

cant. et com. J.onoucville, lix n. 

1, LX, Lxiii, Lxiv, Lxxxi, 47, 85, 87, 

137, 138. 
Vaurnonl, Oise, arr. ClermonL, cant. 

Mai^nelay, com. Sainl-Martin-au\- 

Hiois, XXII, 10. 
vRvassoriefi, vavasseur>i, lxxv, xc n. 

7, xcvii n. i, 195. 
Veliocan>iinuH ])a(/us. \'oy. \'cxin. 
VKNEn.\M) (saint s xi.iv. 
rc/vjra/, Seinc-Inl'., arr. Yvetot, 

eanl. Fan ville, com. Hautot-le- 

Vatois, LX n. 1, lxiii, lxiv, lxxvij- 

viii, 43, 't7-48, 85, 86, 92, 111, 112, 

127, 130, 133, 195, 197. 
Vrravant, Verelvilla. \o\. \'eraval, 
Ver/nandois, région, xvmii. 
Vernie, Sarthe, arr. Mamers, cant. 

Beanmont-sur-Sarthe, xxiv, 17. 
Vernigum. Voy. Vernie. 
Vernon, Enre, arr. Evreux, xc, cvi, 

128, 131, 178-9, 196: — seig-neurs, 
Guillaume, llug-ues, Richard. 

Véainet {le\, Seinc-et-Oise, arr. \'er- 
sailles, cant. Saint-Germain-eii- 
Laye, xxiii, cm, 25, 32, 35, 128, 
174. 

l'eut iturae. 83 . 

Velus pons. \'oy. \'ieux-pont. 



Ve,rin, rcgion, v, xxii, xxvi n. 9, 3, 
V, S, 10-15, IS. 

— IVaiK^'ais, lxxxix, cxi ; — com- 
tes, voy. Dreux. 

— normand, i.xxxviii. 
viaria, 112. 

riaticinn, 31 n. 5. 

Viheuf, Seine-Inl'., arr. Yvetot, 

cant. "^'crvillc, cxii n. 3, 197. 
VicecornilHtu!>, 112. 
Vicitiiacas, Mx'inins. \o\ . \'oisins. 
Viclriacuni . \'oy. N'itrv, 
VVcf/.s a(/uae, moulin, 193. 
Viete [(lorniia), 193. 
Vieux-ponl. \o\. RoJ)erl de V. 
Vir.F.n, clerc, 58. 
- laï(|ue, 58. 

— chevalier, donateur, 100. 
Vilcedonuni. Voy. N'oisins. 
Viliolirora, Vilioliacorn. \o\. Fcuil- 

lancourt . 
Villanova, localité, xxvi, 32, 35. 
Villa pulcherrinia. ^'oy. Belleville- 

cn-(]au\. 
Mlln riniosns. \o\. Ulmosns villa. 
Villarceaiix, Seine-et-Oise, com. 

(]hanssy-en-\'exin, xx, xxvr n. 9, 

2t). 
Villarcelluni. \'oy. N'illarceaux . 
Villare. Voy. Magny. 
Villefranche, lune-et-Loir, com. 

I.evainvillc, ci n . I . 
Villeneure-en-C/ievrie, Seine-et-Oi- 
se, arr. Mantes, cant. Bonnières, 

CI n. 1. 
Villeqiiier, Seine-Inl., arr. Yvetot, 

cant. Caudebec, lxix, lxxi, 193, 

195, 198 ; — cl'. Hunfroi, Richard. 
Villers-soufi-Grès, localité, xxivn. 1. 
ViUetie [la), Seine-et-Oise, arr. et 

cant. Mantes, ci, 25, 129, 174, 201. 
VilliolificorUs. Voy. Feuillancourt. 
Villt/, Seine-Inf., arr. Diei)pe, cant. 

Eu, XVI, 13, 189. 
Vimeii, région, xv-xviii, xxix, xcix, 

8, 14, 18, 25, 174. 
Vimina. Vov. Vismes. 



TAlîLE DES iSOMS DK LIEUX ET DE PERSOISN'ES 



2o7 



Vimnacus, Vininaus pogus. Voy. 

Vimeu, 
Vinglena. Voy. Bresle. 
Virtlaicum. Voy. Villy. 
Visiniolas, \ isinioluni. Voy. Vési- 

net (le). 
Vismes, Somme, arr. Abbeville, 

cant. Gamaches, xvn, 32, 3o. 

— rivière, xviii n. 4. 
Vismes. Voy. Uismes. 

\ isrona. Voy. Varenne. 
Vita Ansherti, ix, xiii, xx, xxv n. 4, 
XXVI n. 4. 

— Audoeni, vi, x. 

— Goswinî, cxxiii. 

— Lantberti, vnr, ix. 

VlTALIEN, pape, IV. 

ViTALis prefectus, 185. 

Vitriacus, localité, xv, 18. 

Viviers, évèché, xxvi n . 4. 

Voderta, localité, xxiv, 8. 

Voisins, Seiiie-et-Oise, arr. Ver- 
sailles, cant. Marly, com. Louve- 
ciennes, xviii n. 2, xix n. T», xxiii, 
cm, 25, 32, 35, 128, 174. 

VuLFOAD, maire du palais, 4. 

VuLFRAND, abbé de S. W. et métro- 
politain de Sens, 6, 7 ; — patron 
de l'abbaye, 70, 81, 91 ; — ses re- 
liques, XXXIV n. 3, XXXV, xl n. 3, 
XLV et ni, Lxv, 25, 33, 36. 

— prepositus, 79, 

— témoin, 39. 



W 



W\ camerarii, 116. 

W. cocus, 116. 

Wahodinfjhom. Voy. Walbodin- 

ghem. 
Wachenevillare, localité, xix. 
Wachredivilla. Voy. Varreville. 
Waconia. Voy. Jean de W. 
Waddo, donateur, 15. 
Wahincourl, Waicnrt, Wayncort. 

Voy. Woincourt. 
Waitz (G.), érudit, cxiv-cxv. 

L'aubaye or Saint- WANnnn.i.F. 



Walbertus, témoin, 74. 

Walhodinghem, aujourd'hui Ou- 
treau, faubourg de Boulogne-sur- 
mer, XIX, xxxiv n. 1, xxxvi n. 2, 
XXXVIII n. 5, 32, 35. 

Waldenus, témoin, 39. 

Waldoberliwillare. Voy. Gaubertin. 

Waldonis vallis, localité, 35. 

Waldrerilla. Voy. Vaudreville. 

Walerannus. Cf. Galeran. 

— decanus, 125, 136. 
— = filius Roborti, 59. 

— de Waltevilla, 162. 

— témoin, 53. 

Wallis. Voy. Robertus RufTus. 

^Valmonem villani. Voy. \'aumont. 

Walonias. Voy. Valognes. 

W'alterus, Walterhis. Voy. Gau- 
tier. 

Wandeneaoïd, Wandesorda. Voy. 
Wandsworth. 

Wando, 7, forme familière de Wan- 
drille. 

— abbé de S. W., 8, 16. 
Wandregesilus. Voy. Wandrille. 
Wandrille (saint), fondateur de 

l'abbaye de Fontenelle, iii-xiii, 3 • 
patronde l'abbaye, 57, 70, 91, etc. 

— ses reliques, cxxxiii, 7, 25, 33, 
37 ; — sa fête (12 juillet), lxxxiii. 

Wandsivorlli, Angleterre, co. Sur- 

rey, civ, 129. 
Waning, intercesseur, 4. 
VV'aratton, maire du palais, 6. 
Warchan, localité, 80. 
Wardera, Vardes, Seine-lnf,, com. 

Neuf -marché, xxx. 
Waranvilla, Warravilla, Warrevil- 

la. Voy. Varaville. 
Warelivast, Warcwast. Voy. Veraval. 
Warechivilla . Voy. Varreville. 
Warethna. Voy. Raoul de Varenne. 
Warinna. Voy. Saint-Saens, abbaye. 

— Voy. Saint-Ribert. 
Warnacinn. Voy. Giverny. 
Warnerius. Voy. Garnier. 
Warnevillo. Adam de V. 

17 



258 



TAMLE DES NOMS DE LIKLIX ET \)K PERSONNES 



W.irewanna, Wnnvann.i, Wnrr.m- 

na. Voy. Varvannes. 
Wascelmus clei'iciis, 39. 
Wasdrevilla. Voy. Varrcvillo. 
Wastio, témoin, 38. 
^^^\szo. Voy. Gazon. 
Watelvilhy Watenvillu. Voy. Valte- 

viUe. 
Wathredivilla. Voy, Sainl-Marlin de 

Varrevillc. 
Watonia. Voy. Wacoiiia. 
Waltevilla, Watlhivilla. Voy. Valte- 

ville. 
Waucorl, Wayncorf. Voy. Woin- 

courl. 
Wazo. Voy. Gazon. 
W^ELAND, viking, xxxvi, xlvii. 
Weralwasf, Weravasl, Werairast. 

Voy. ^^éraval. 
Werellus de Monte, 93. 

- Ru lus, 93. 
Werelwasf. Voy. Vérnval. 
Wei^elvilla. \o\. Véraval. 
Werinus, témoin, 39. 
Werricus. Voy. Guerri. 
Wesneval, localité, 92. Peut-être 

Esneval, Seine Inf., com. Pavilly. 
Whitchurc/i, Angleterre, co. Dorset, 

civ, 129, 139, 140. 
Wibeu. Voy. Vibeuf. 
WiDARDus de Ra inf re ville, 107. 
WiDLAicus, abbé de S. W., xxvi, 

19. 
WiDO. Voy. Gui. 
WiDON, abbé de S. W., 18. 
WiFROY, évêque de Térouane, xl. 
Wiglit, île, III. 
Willechier, ^^ illeker. Voy. Ville- 

quier. 



WiLLELMUs, Voy. Guillaume. 
Willequier. Voy. Villcquier. 
WiLiERMus. Voy. Guillaum(>. 
Winbelevilla. Voy. Imblevillo. 
Wmc/ies/er, diocèse, civ, 129. 
^^ inchevilla, localité, 143. 
Winflana, Wintlena, xvii n. l'y, 10. 

Cf. La Bresle. 
Winton. episcopadis. Voy, Winches- 
ter. 
Wirtlnicuin. Voy. \iliy, 
\Viscusj)ortus. Voy. Quentowic. 
Wilcherce, Wilchercha. Voy. Whil- 

cliurch. 
WrrGERiiis. Voy. Viger. 
Wiïi.Aic. Voy. W^idolaicus. 
Wivelesfort, localité, civ, 129, 
Wlcon, 128. Probablement pour 

Vilioliscors. 
Wlatinone, localité, xxvi, 32, 34. 
Wlfrannus. Voy. Vulfrand. 
\Vlga...7yiara (?), localité, 100. 
Wlgrinus, archidiacre, lOi. 
Woincourt, Somme, arr. Abbeville, 

cant. Ault, xcix, 25, 128, 174, 192. 
WoMAR, abbé de Saint-Pierre de 

Gand et de Saint- Wandrille, cm 

n. 8. 

Y, Z 

Yt'res, rivière, xvi, 13, 18. 

York, Angleterre, diocèse, civ, 129, 
202. 

YsEMBERTCs, témoiii, 62. 

Yves. Voy. Ives. 

Yvetot, Seine-lnf. , lix, lxiv, lxxxviii, 
cxii n. 1, 48, 08, 91, 127, 131, 134, 
196, 197; — cf. Anfrey d"Y. • 

Zûlpich, localité, 10. 



TABLE 



Avertissement i 

PREMIÈRE PARTIE 

I. Sur la date de fondation de l'abbaye de Saint-Wandrille m 

II. La fortune territoriale de l'abbaye à la fin de l'époque mérovin- 
gienne XIII 

III. La destruction de l'abbaye au ix*^ siècle et les pérégrinations 

des religieux de Saint-Wandrille xxx 

IV. Caudebec et l'abbaye de Saint-Wandrille xlvii 

V. Les confirmations générales des biens de l'abbaye par les ducs 

Richard II et Guillaume le Conquérant liv 

W. La fortune territoriale de l'abbaye au milieu du xii*^ siècle lxv 

Vil. Les Gesta abbatum Fontanellensium et le Chronicon Fontanel- 

lense cxiii 

DEUXIÈME PARTIE 

I. Analyse des actes cités dans les Gesta abbatum Fontanellen- 
sium et les Vies de Saints de Fontenelle 1 

IL Recueil des chartes de l'Abbaye (vii«-xii« siècles) 21 

III. Rentier de l'abbaye (xiii« siècle) 192 

IV. Pouillé de l'abbaye (xvi^ siècle) 199 

Additions et corrections 203 

Table des noms de lieux et de personnes 211 



MACON, PROTAT FRKRFS, IMPRIMEURS 



t 



I 

-p 

•H 
cd 
m 

O 
cS 

Cd 



H 






PONTIFICAL INSTITUTE OF MtDIAEVAL STUDIES 

59 QU£EN'S PARK CRESC£NT 

T0R0NT0~5, CANADA 



* 17754